Édition de poche commémorative du 30ème anniversaire de l’adoption de la Charte africaine de droits de l’homme et des peuples 1981 - 2011
95 pages
Français

Édition de poche commémorative du 30ème anniversaire de l’adoption de la Charte africaine de droits de l’homme et des peuples 1981 - 2011 , livre ebook

-

YouScribe est heureux de vous offrir cette publication
95 pages
Français
YouScribe est heureux de vous offrir cette publication

Description

Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (1981/1986)Aussi appelée la « Charte de Banjul », la Charte africaine a été adoptée par l’OUA à Nairobi au Kenya, en juin 1981 et est entrée en vigueur en octobre 1986. La Charte est l’instrument central des droits de l’homme de l’OUA/UA. Elle reconnaît les droits des individus et des peuples, les droits et obligations, et certains droits socio-économiques, ainsi que les droits civils et politiques. La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples est l’organe de contrôle créé par la Charte. Elle s’est réunie pour la première fois en 1987. Le mandat de la Commission comprend l’examen des rapports périodiques sur l’application de la Charte par les États parties (voir les Principes Directeurs pour la Rédaction des Rapports Périodiques, reproduits plus loin). La Commission est également habilitée à entretenir les plaintes individuelles et inter-étatiques. Tous les états membres de l’UA ont la Charte Africaine.Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (2003/2005)Adopté à Maputo au Mozambique, en juillet 2003, et entré en vigueur en novembre 2005. A la fin du mois de mai 2011, 30 Etats étaient parties au Protocole.Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuplesTel que révisé par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples lors de sa 47e session ordinaire tenue à Banjul (Gambie) du 12 au 26 mai 2010 et entré en vigueur le 18 aout 2010. Le Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a été adopté lors de sa 2e session ordinaire tenue à Dakar (Sénégal) du 8 au 13 février 1988 et a été révisé lors de la 18e session ordinaire tenue à Praia (Cap-Vert) du 2 au 11 octobre 1995.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2011
Nombre de lectures 108
EAN13 9780986985751
Langue Français

Exrait

Édition de poche commémorative du 30ème anniversaire de l’adoption de la Charte africaine de droits de l’homme et des peuples 1981 - 2011
Charte africaine des droits de l’homme et des peuples
Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique
Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
Charte africaine des droits de l’homme et des peuples (1981/1986)
Aussi appelée la « Charte de Banjul », la Charte africaine a été adoptée par l’OUA à Nairobi au Kenya, en juin 1981 et est entrée en vigueur en octobre 1986. La Charte est l’instrument central des droits de l’homme de l’OUA/UA. Elle reconnaît les droits des individus et des peuples, les droits et obligations, et certains droits socio-économiques, ainsi que les droits civils et politiques. La Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples est l’organe de contrôle créé par la Charte. Elle s’est réunie pour la première fois en 1987. Le mandat de la Commission comprend l’examen des rapports périodiques sur l’application de la Charte par les États parties (voir les Principes Directeurs pour la Rédaction des Rapports Périodiques, reproduits plus loin). La Commission est également habilitée à entretenir les plaintes individuelles et inter-étatiques. Tous les états membres de l’UA ont la Charte Africaine.
Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique (2003/2005)
Adopté à Maputo au Mozambique, en juillet 2003, et entré en vigueur en novembre 2005. A la fin du mois de mai 2011, 30 Etats étaient parties au Protocole.
Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
Tel que révisé par la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples lors de sa 47e session ordinaire tenue à Banjul (Gambie) du 12 au 26 mai 2010 et entré en vigueur le 18 aout 2010. Le Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples a été adopté lors de sa 2e session ordinaire tenue à Dakar (Sénégal) du 8 au 13 février 1988 et a été révisé lors de la 18e session ordinaire tenue à Praia (Cap-Vert) du 2 au 11 octobre 1995.
ISBN:978-0-9869857-5-1
Imprimé et relié par:ABC Press, Cape Town
Pour commander, contacter: PULP, Faculty of Law, University of Pretoria, South Africa, 0002, Tel: +27 12 420 4948, Fax: +27 12 362 5125, pulp@up.ac.za, www.pulp.up.ac.za
Conception de la page de couverture:Yolanda Booyzen, Centre for Human Rights
© 2011
Table des matières
Charte africaine des droits de l’homme et des peuples Préambule.............................................................................. 1 PREMIÈRE PARTIE: DES DROITS ET DES DEVOIRS........................ 2 CHAPITRE 1: Des Droits de l'Homme et des Peuples ............................. 2 CHAPITRE 2: Des Devoirs .............................................................. 9 DEUXIÈME PARTIE: DES MESURES DE SAUVEGARDE................... 10 CHAPITRE 1: De la Composition et de l’Organisation de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ........... 10 CHAPITRE 2: Des Compétences de la Commission............................... 13 CHAPITRE 3: De la Procédure de la Commission................................. 13 CHAPITRE 4: Des Principes Applicables............................................ 17 TROISIÈME PARTIE: DISPOSITIONS DIVERSES............................. 18
Protocole à la Charte africaine des droits de l’homme et des peuples relatif aux droits de la femme en Afrique
Article 1: Définitions................................................................. 23 Article 2: Élimination de la discrimination à l’égard des femmes .......... 24 Article 3: Droit à la dignité ......................................................... 25 Article 4: Droit à la vie, à l’intégrité et à la sécurité ......................... 25 Article 5: Élimination des pratiques néfastes................................... 26 Article 6: Mariage..................................................................... 27 Article 7: Séparation de corps, divorce et annulation du mariage ......... 28 Article 8: Accès à la justice et l’égale protection devant la loi ............. 28 Article 9: Droit de participation au processus politique et à la prise de décisions ................................................................... 29 Article 10: Droit à la paix............................................................. 29 Article 11: Protection des femmes dans les conflits armés ................... 30 Article 12: Droit à l’éducation et à la formation ................................ 31 Article 13: Droits économiques et protection sociale .......................... 31 Article 14: Droit à la santé et au contrôle des fonctions de reproduction . 33 Article 15: Droit à la sécurité alimentaire ........................................ 33 Article 16: Droit à un habitat adéquat ............................................. 34 Article 17: Droit à un environnement culturel positif .......................... 34 Article 18: Droit à un environnement sain et viable............................ 34
Article 19: Droit à un développement durable................................... 35 Article 20: Droits de la veuve ....................................................... 35 Article 21: Droit de succession ...................................................... 35 Article 22: Protection spéciale des femmes âgées .............................. 36 Article 23: Protection spéciale des femmes handicapées ..................... 36 Article 24: Protection spéciale des femmes en situation de détresse ...... 36 Article 25: Réparations ............................................................... 37 Article 26: Mise en œuvre et suivi.................................................. 37 Article 27: Interprétation ............................................................ 37 Article 28: Signature, ratification et adhésion................................... 37 Article 29: Entrée en vigueur........................................................ 37 Article 30: Amendement et révision ............................................... 38 Article 31: Statut du présent Protocole ........................................... 38 Article 32: Disposition transitoire .................................................. 38
Règlement intérieur de la Commission africaine des droits de l’homme et des peuples
DISPOSITIONS PRÉLIMINAIRES................................................. 39PREMIÈRE PARTIE: DISPOSITIONS GÉNÉRALES.......................... 40CHAPITRE I: Statut et composition ................................................ 40 CHAPITRE II: Membres................................................................ 41 CHAPITRE III: Bureau de la Commission .......................................... 43 CHAPITRE IV: Secrétariat de la Commission ..................................... 45 CHAPITRE V: Mécanismes subsidiaires ............................................ 47 CHAPITRE VI: Sessions................................................................ 47 CHAPITRE VII: Ordre du Jour ....................................................... 49 CHAPITRE VIII: Langues de travail ................................................. 51 CHAPITRE IX: Comptes rendus et rapports....................................... 52 CHAPITRE X: Conduite des travaux................................................ 52 CHAPITRE XI: Vote .................................................................... 55 CHAPITRE XII: Propositions et motions ........................................... 57 CHAPITRE XIII: Rapports de la Commission ...................................... 57 CHAPITRE XIV: Relations avec les états parties, les institutions intergouvernementales, les institutions nationales des droits de l’homme, les organisations non gouvernementales et les autres partenaires ........................................................................ 59 DEUXIÈME PARTIE: ACTIVITÉS DE PROMOTION......................... 62CHAPITRE I: Dispostions générales ................................................ 62
CHAPITRE II: La procédure des rapports d’état, soumis conformément á l’article 62 de la Charte...................................................... 63 TROISIÈME PARTIE: ACTIVITÉS DE PROTECTION....................... 65CHAPITRE I: Questions urgentes ................................................... 65 CHAPITRE II: MIssions de protection............................................... 66 CHAPITRE III: Examen des communications...................................... 67 SECTION 1: Dispositions Générales ................................................ 67 SECTION 2: EXAMEN DES COMMUNICATIONS RECUES CONFORMÉMENT A L’ARTICLE 47 DE LA CHARTE: COMMUNICATIONS-NEGOCIATIONS DES ÉTATS PARTIES .............................................................. 68 SECTION 3: EXAMEN DES COMMUNICATIONS RECUES CONFORMEMENT AUX ARTICLES 48 ET 49 DE LA CHARTE: COMMUNICATIONS-PLAINTES DES ÉTATS PARTIES ......................... 68 SECTION 4: EXAMEN DES COMMUNICATIONS RECUES CONFORMÉMENT A L’ARTICLE 55 DE LA CHARTE AFRICAINE: AUTRES COMMUNICATIONS ................................................................ 72 Sous-section 1: Dispositions Générales ......................................... 72 Sous-section 2: Procédure sur la recevabilité ................................. 79 Sous-section 3: Procédures d’examen au fond des communications ..... 80 QUATRIÈME PARTIE: RELATIONS AVEC LA COUR...................84 CHAPITRE I: Dispositions générales................................................ 84 CINQUIÈME PARTIE: RELATIONS AVEC LES AUTRES ORGANES, INSTITUTIONS ET PROGRAMMES DE L’UNION AFRICAINE........................................................................ 87 SIXIÈME PARTIE: DISPOSITIONS FINALES................................... 88
Charte africaine des droits de l’homme et des peuples
(1981/1986)
Préambule
Les États africains membres de L’OUA, parties à la présente Charte qui porte le titre de « Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples ».
Rappelantla décision 115 (XVI) de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement, en sa seizième session ordinaire tenue à Monrovia (Liberia) du 17 au 20 juillet 1979, relative à l’élaboration d'un avant-projet de Charte Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples, prévoyant notamment l’institution d’organes de promotion et de protection des droits de l’homme et des peuples; Considérantla Charte de l’Organisation de l’Unité Africaine, aux termes de laquelle, « la liberté, l’égalité, la justice et la dignité sont des objectifs essentiels à la réalisation des aspirations légitimes des peuples africains »; Réaffirmantl'engagement qu'ils ont solennellement pris à l’article 2 de ladite Charte, d'éliminer sous toutes ses formes le colonialisme de l'Afrique, de coordonner et d'intensifier leur coopération et leurs efforts pour offrir de meilleures conditions d'existence aux peuples d'Afrique, de favoriser la coopération internationale en tenant dûment compte de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme; Tenant comptedes vertus de leurs traditions historiques et des valeurs de civilisation africaine qui doivent inspirer et caractériser leurs réflexions sur la conception des droits de l'homme et des peuples; Reconnaissantque d'une part, les droits fondamentaux de l'être humain sont fondés sur les attributs de la personne humaine, ce qui justifie leur protection internationale et que d'autre part, la réalité et le respect des droits du peuple doivent nécessairement garantir les droits de l'homme;
1
2Charte africaine
Considérantla jouissance des droits et libertés implique que l'accomplissement des devoirs de chacun; Convaincusest essentiel d'accorder désormais une attention qu'il particulière au droit au développement; que les droits civils et politiques sont indissociables des droits économiques, sociaux et culturels, tant dans leur conception que dans leur universalité, et que la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels garantit la jouissance des droits civils et politiques; Conscientsde leur devoir de libérer totalement l'Afrique dont les peuples continuent à lutter pour leur indépendance véritable et leur dignité et s'engageant à éliminer le colonialisme, le néocolonialisme, l'apartheid, le sionisme, les bases militaires étrangères d'agression et toutes formes de discrimination, notamment celles fondées sur la race, l'ethnie, la couleur, le sexe, la langue, la religion ou l'opinion politique; Réaffirmantleur attachement aux libertés et aux droits de l'homme et des peuples contenus dans les déclarations, conventions et autres instruments adoptés dans le cadre de l'Organisation de l'Unité Africaine, du Mouvement des Pays Non-Alignés et de l'Organisation des Nations Unies; Fermement convaincusleur devoir d'assurer la promotion et la de protection des droits et libertés de l'homme et des peuples, compte dûment tenu de l'importance primordiale traditionnellement attachée en Afrique à ces droits et libertés,
SONT CONVENUS CE QUI SUIT:
PREMIÈRE PARTIE: DES DROITS ET DES DEVOIRS CHAPITRE 1: Des Droits de l'Homme et des Peuples
Article 1 Les États membres de l'Organisation de l'Unité Africaine, parties à la présente Charte, reconnaissent les droits, devoirs et libertés énoncés dans cette Charte et s'engagent à adopter des mesures législatives ou autres pour les appliquer.
Charte africaine 3
Article 2 Toute personne a droit à la jouissance des droits et libertés reconnus et garantis dans la présente Charte sans distinction aucune, notamment de race, d'ethnie, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
Article 3 1. Toutes les personnes bénéficient d'une totale égalité devant la loi. 2. Toutes les personnes ont droit à une égale protection de la loi.
Article 4 La personne humaine est inviolable. Tout être humain a droit au respect de sa vie et à l'intégrité physique et morale de sa personne: Nul ne peut être privé arbitrairement de ce droit.
Article 5 Tout individu a droit au respect de la dignité inhérente à la personne humaine et à la reconnaissance de sa personnalité juridique. Toutes formes d'exploitation et d'avilissement de l'homme notamment l'esclavage, la traite des personnes, la torture physique ou morale, et les peines ou les traitements cruels inhumains ou dégradants sont interdites.
Article 6 Tout individu a droit à la liberté et à la sécurité de sa personne. Nul ne peut être privé de sa liberté sauf pour des motifs et dans des conditions préalablement déterminés par la loi; en particulier nul ne peut être arrêté ou détenu arbitrairement.
Article 7 1. Toute personne a droit à ce que sa cause soit entendue. Ce droit comprend: (a) le droit de saisir les juridictions nationales compétentes de tout acte violant les droits fondamentaux qui lui sont reconnus et garantis par les conventions, les lois, règlements et coutumes en vigueur; (b) le droit à la présomption d'innocence, jusqu'à ce que sa culpabilité soit établie par une juridiction compétente;
4Charte africaine
(c) le droit à la défense, y compris celui de se faire assister par un défenseur de son choix; (d) le droit d'être jugé dans un délai raisonnable par une juridiction impartiale. 2. Nul ne peut être condamné pour une action ou une omission qui ne constituait pas, au moment où elle a eu lieu, une infraction légalement punissable. Aucune peine ne peut être infligée si elle n'a pas été prévue au moment où l'infraction a été commise. La peine est personnelle et ne peut frapper que le délinquant.
Article 8 La liberté de conscience, la profession et la pratique libre de la religion, sont garanties. Sous réserve de l'ordre public, nul ne peut être l'objet de mesures de contrainte visant à restreindre la manifestation de ces libertés.
Article 9 1. Toute personne a droit à l'information. 2. Toute personne a le droit d'exprimer et de diffuser ses opinions dans le cadre des lois et règlements.
Article 10 1. Toute personne a le droit de constituer librement des associations avec d'autres, sous réserve de se conformer aux règles édictées par la loi. 2. Nul ne peut être obligé de faire partie d'une association sous réserve de l'obligation de solidarité prévue à l’article 29.
Article 11 Toute personne a le droit de se réunir librement avec d'autres. Ce droit s'exerce sous la seule réserve des restrictions nécessaires édictées par les lois et règlements, notamment dans l'intérêt de la sécurité nationale, de la sûreté d'autrui, de la santé, de la morale ou des droits et libertés des personnes.
Charte africaine 5
Article 12 1. Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État, sous réserve de se conformer aux règles édictées par la loi. 2. Toute personne a le droit de quitter tout pays, y compris le sien, et de revenir dans son pays. Ce droit ne peut faire l'objet de restrictions que si celles-ci sont prévues par la loi, nécessaires pour protéger la sécurité nationale, l'ordre public, la santé ou la moralité publiques. 3. Toute personne a le droit, en cas de persécution, de rechercher et de recevoir asile en territoire étranger, conformément à la loi de chaque pays et aux conventions internationales. 4. L’étranger légalement admis sur le territoire d'un État partie à la présente Charte ne pourra en être expulsé qu'en vertu d'une décision conforme à la loi. 5. L’expulsion collective d'étrangers est interdite. L’expulsion collective est celle qui vise globalement des groupes nationaux, raciaux, ethniques ou religieux.
Article 13 1. Tous les citoyens ont le droit de participer librement à la direction des affaires publiques de leur pays, soit directement, soit part l'intermédiaire de représentants librement choisis, ce, conformément aux règles édictées par la loi. 2. Tous les citoyens ont également le droit d'accéder aux fonctions publiques de leurs pays. 3. Toute personne a le droit d'user des biens et services publics dans la stricte égalité de tous devant la loi.
Article 14 Le droit de propriété est garanti. Il ne peut y être porté atteinte que par nécessité publique ou dans l'intérêt général de la collectivité, ce, conformément aux dispositions des lois appropriées.
Article 15 Toute personne a le droit de travailler dans des conditions équitables et satisfaisantes et de percevoir un salaire égal pour un travail égal.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents