Valeurs du travail et absentéisme en Afrique
297 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Valeurs du travail et absentéisme en Afrique , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
297 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'absentéisme au travail constitue l'une des préoccupations actuelles majeures de nombreux chefs d'entreprise, notamment en Afrique où les Etats se sont engagés dans la lutte pour la réduction de la pauvreté. Ce livre renvoie à la nécessaire prise en compte des valeurs croyances et besoins des travailleurs comme préalable à la compréhension des motifs d'absence et donc à l'élaboration de toute politique de réduction de ce comportement. De nombreuses analyses de cas africains ont servi à illustrer les théories explicatives de ce dysfonctionnement.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2009
Nombre de lectures 229
EAN13 9782336267982
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Etudes Africaines
Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa
Dernières parutions
C. DILI PALAI, K. DINA TAÏWE (dir.), Culture et identité au Nord Cameroun, 2008.
Graham CONNAH, Afrique oubliée . Une introduction à l’archéologie du continent, 2008.
Ghislaine N. H. SATHOUD, L’Art de la maternité chez les Lumbu du Congo. Musonfi, 2008.
Seyni MOUMOUNI, vie et œuvre du Cheik Uthmân Dan Fodio (1754-1817). De l’islam au soufisme, 2008.
Boubacar BA, Agriculture et sécurité alimentaire au Sénégal, 2008.
Pierre KAMDEM, Le Mouvement associatif de la diaspora camerounaise. Enjeux et perspectives , 2008.
C. DILI PALAI, D. PARE (sous la dir.), Littératures et déchirures, 2008.
Nuah M. Makungu Masudi, L’Expérience d’élevage préiurbain à kinshasa. Entre « débrouille » et « entreprise », 2008.
Alain CALOSCI, Education, culture, développement : quelles relations? L’exemple de la Guinée Conakry, 2008.
Télesphore ONDO, Le Droit parlementaire gabonais , 2008.
Babacar Mbaye DIOP et Doudou DIENG (textes réunis par), La conscience historique africaine, 2008.
Paul Koffi KOFFI, Le défi du développement en Côte d’ivoire, 2008.
Stéphanie NKOGHE, La psychologie du tourisme , 2008.
Jean-Claude K. BROU, Privatisation en Côte d’Ivoire , 2008.
Ibrahim S. NJOYA, Chasse au Cameroun, 2008.
Jean de Dieu MOLEKA LIAMBI, Promesse de liberté et pratique politique en République démocratique du Congo, 2008.
Alain ELLOUE ENGOUNE, Du Sphinx au Mvett , 2008.
Fweley DIANGITUKWA, Flux migratoires internationaux et stratégies de développement, 2008.
BOUOPDA Pierre Kamé, Cameroun, du Protectorat vers la démocratie (1884-1992), 2008.
Valeurs du travail et absentéisme en Afrique

Lydie Akibodé Pognon
© L’HARMATTAN, 2008 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan 1@wanadoo.fr
9782296061347
EAN : 9782296061347
« CONNAÎTRE SA CULTURE, C’EST SE CONNAÎTRE SOI-MÊME. Si vous SAVEZ QUI VOUS ÊTES, VOUS SAVEZ COMMENT AGIR SUR LE MONDE »
TONI MORRISSON
A MA MERE, FEMME DE FOI ET DE COURAGE PARTIE TROP TÔT ALORS QUE JE VENAIS D’ENTREPRENDRE LA REDACTION DE CET OUVRAGE
ET, A
CES 5 MERVEILLEUX PROJETS EN DÉVELOPEMENT DONT L’AMOUR M’APPREND « L’ART D’ÊTRE GRAND’MÉRE »
Remerciements
Cet ouvrage n’aurait pas vu le jour sans les encouragements de ma famille. A tous, je dis un sincère merci.

Je voudrais tout particulièrement témoigner ici ma reconnaissance à :
Ignatiana Shongedza, affectueusement dénommée « conseillère technique »,
Irène d’Almeida de l’université de l’Arizona, avec qui j’ai partagé trois agréables mois de vie de travail dans « son désert »,
Alain Yéhouessi, à Paris, Marcel N’Zeukeu, à Tucson, Georgette Koty, à Greensboro, Yêhouénou Constant à Cotonou pour avoir pris le temps de relire mon texte et de suggérer des corrections en statistiques,
Simone et Jean Jacques Dabla, qui m’ont aidée à relire le texte,
Léopold Allossè, Patrick Badou, Véronique Gnanssounou, avec qui je partage souvent le « sel de la parole ».
Préface
L’Afrique est très touchée par le chômage. Les jeunes étudient et ne peuvent tous se réaliser dans leur travail. Grand est devenu le décalage entre les qualifications et les emplois occupés. Rares sont les salariés qui sont sûrs de faire carrière. Le sous-emploi se développe à grande échelle, la conjoncture économique étant très défavorable. Les politiques structurelles imposées par les organismes internationaux tel que le FMI (Fonds Monétaire International) et la banque mondiale contraignent les Etats africains, premiers pourvoyeurs d’emplois, à se séparer d’effectifs de leurs personnels. Les emplois créés dans de petites et moyennes entreprises sont loin de résorber toute la demande.
Le chômage a changé de visage. En effet, il concerne plus les jeunes et les hommes. De même qu’il devient de plus en plus important de même le secteur informel est devenu une source de revenu principal ou de soutien familial. Autant les hommes et les femmes que les jeunes s’y investissent. Leurs espoirs d’une vie meilleure étant plombés, ils entretiennent une perception pessimiste de l’avenir. Travailler s’impose logiquement à eux et, par principe, comme une condition d’une vie digne et décente.
Il en découle donc que les gratifications financières ont leur importance dans la vie. Mais, au-delà de ces considérations économiques, la culture, les courants philosophiques et religieux doivent avoir concomitamment marqué l’évolution de la notion du travail. Pour simplifier l’équation, que l’on n’escamote pas la responsabilité du facteur humain du travail dans te marasme économique qui caractérise l’Afrique et ses corollaires comme la misère Sous cette condition s’impose l’étude de la relation des Africains au travail. Il s’agit de comprendre et d’approfondir leur psychologie au travail, comme nous le propose le présent ouvrage. Car, les résultas des études expérimentales, réalisées en Afrique et ailleurs, sur les motivations au travail, la satisfaction au travail et l’implication dans le travail mettent en évidence les différences notamment culturelles (Chapitre 1). Ainsi, sont évoquées en substance les valeurs culturelles.
Elles jouent un rôle discriminatif notable dans le rapport au travail. Les valeurs au travail proprement dites (Chapitre II) n’en sont pas épargnées. Bien d’autres variables interagissent dans leur hiérarchie. Peuvent être évoquées les variables sociodémographiques. Leur manipulation invalide la généralisation des modèles existants, conduit au relativisme et conforte la dimension culturelle du rapport au travail.
S’inscrit dans cet ordre d’idée la relation entre le travail et le non-travail (Chapitre III). Elle a fait l’objet de plusieurs études et théories explicatives. Ses opérationnalisations dynamiques et non mécanistes ont conclu à l’existence des domaines d’implication autres que le travail. La faible dimension statistique du marché de l’emploi, les résultats du travail, sont quelques variables qui ont une relation positive avec l’implication dans le travail.
L’absentéisme est un des indices d’une faible implication professionnelle. Il gangrène le milieu professionnel africain. Il a un impact négatif sur la productivité. Démasquer ses multiples visages, comprendre ses processus psychologiques et tenter de l’expliquer (Chapitre IV) permettent et permettront toujours de réajuster la politique de gestion du personnel.
Ainsi, s’impose la nécessité de développer, en Afrique, la recherche expérimentale sur le comportement au travail. L’intérêt est de parvenir à élaborer des modèles explicatifs reflétant la sensibilité des Africains et basées sur les réalités culturelles et les valeurs sociales africaines.
Dans cette perspective, le travail de Lydie Akibodé Pognon sert de diagnostic sur le continent africain. Extrêmement documenté, il rapporte des précieuses informations pouvant permettre de réduire considérablement le biais culturel dans la mesure des comportements au travail. En d’autres termes, il urge que les chercheurs ne se contentent pas uniquement de l’importation des outils de mesure des réactions affectives au travail. Que cette attitude passive disparaisse au profit des études expérimentales et l’approche comparative.
Enfin, nous félicitons Lydie Akibodé Pognon pour avoir, d’une part, pris le soin de concilier l’approche expérimentale et l’approche anthropologique, et rappelé la spécificité africaine des valeurs au travail et de l’explication psychologique de l’absentéisme professionnel, d’autre part. Puisse cet ouvrage être considéré comme une notable contribution à la psychologie du travail, une jeune discipline en Afrique. Puisse t-il aussi encourager les chercheurs africains et notamment les psychologues à la diffusion de leurs travaux pour créer un effet de synergie et faire mieux appréhender leurs particularités.
Kabangu MUANZA Docteur en Psychologie au Travail Enseignant d’Université en République Démocratique du Congo, Chercheur et Consultant
Sommaire
Etudes Africaines - Collection dirigée par Denis Pryen et François Manga Akoa Page de titre Page de Copyright Dedicace Remerciements Préface Introduction CHAPITRE I - La motivation au travail CHAPITRE II - Les valeurs du travail CHAPITRE III - Vie de travail et vie de non-travail CHAPITRE IV - L’absentéisme au travail CHAPITRE V - Explication psychologique de l’absentéisme CHAPITRE VI - Absentéisme et caractéristiques individuelles Conclusion POSTFACE Bibliographie
Introduction
L’absentéisme au travail constitue l’une des préoccupati

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents