Innovation, management des processus et création de valeur
262 pages
Français

Innovation, management des processus et création de valeur , livre ebook

-

262 pages
Français

Description

L'innovation suppose une dynamique complexe d'interactions entre une multitude d'acteurs appartenant à différents départements d'une même firme, à diverses entreprises et/ou à plusieurs autres organismes (centres de recherche publics ou privés, établissements d'enseignement supérieur...). Mais cette conception systémique de l'innovation n'a pas encore trouvé son entière traduction dans la refonte des pratiques managériales et des politiques publiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2006
Nombre de lectures 264
EAN13 9782336258935
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0900€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Collection « L’esprit économique »
fondée par Sophie Boutillier et Dimitri Uzunidis en 1996 dirigée par Sophie Boutillier, Blandine Laperche, Dimitri Uzunidis
Si l’apparence des choses se confondait avec leur réalité, toute réflexion, toute Science, toute recherche serait superflue. La collection « L’esprit économique » soulève le débat, textes et images à l’appui, sur la face cachée économique des faits sociaux : rapports de pouvoir, de production et d’échange, innovations organisationnelles, technologiques et financières, espaces globaux et microéconomiques de valorisation et de profit, pensées critiques et novatrices sur le monde en mouvement...
Ces ouvrages s’adressent aux étudiants, aux enseignants, aux chercheurs en sciences économiques, politiques, sociales, juridiques et de gestion, ainsi qu’aux experts d’entreprise et d’administration des institutions.
La collection est divisée en cinq séries : Economie et Innovation, Le Monde en Questions, Krisis, Clichés et Cours Principaux.
Dans la série Economie et Innovation sont publiés des ouvrages d’économie industrielle, financière et du travail et de sociologie économique qui mettent l’accent sur les transformations économiques et sociales suite à l’introduction de nouvelles techniques et méthodes de production. L’innovation se confond avec la nouveauté marchande et touche le cœur même des rapports sociaux et de leurs représentations institutionnelles.
Dans la série Le Monde en Questions sont publiés des ouvrages d’économie politique traitant des problèmes internationaux. Les économies nationales, le développement, les espaces élargis, ainsi que l’étude des ressorts fondamentaux de l’économie mondiale sont les sujets de prédilection dans le choix des publications.
La série Krisis a été créée pour faciliter la lecture historique des problèmes économiques et sociaux d’aujourd’hui liés aux métamorphoses de l’organisation industrielle et du travail. Elle comprend la réédition d’ouvrages anciens, de compilations de textes autour des mêmes questions et des ouvrages d’histoire de la pensée et des faits économiques.
La série Clichés a été créée pour fixer les impressions du monde économique. Les ouvrages contiennent photos et texte pour faire ressortir les caractéristiques d’une situation donnée. Le premier thème directeur est : mémoire et actualité du travail et de l’industrie ; le second : histoire et impacts économiques et sociaux des innovations.
La série Cours Principaux comprend des ouvrages simples, fondamentaux et/ou spécialisés qui s’adressent aux étudiants en licence et en master en économie, sociologie, droit, et gestion. Son principe de base est l’application du vieil adage chinois : « le plus long voyage commence par le premier pas ».
Innovation, management des processus et création de valeur

Smaïl Aït-El-Hadj
Olivier Brette
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
© L’Harmattan, 2006
9782296014572
EAN : 9782296014572
Sommaire
Collection « L’esprit économique » Page de titre Page de Copyright INTRODUCTION - Smaïl AÏT-EL-HADJ et Olivier BRETTE PREMIERE PARTIE - METRIQUE ET MESURE DE LA PERFORMANCE EN INNOVATION
CHAPITRE I - FAVORISER L’INNOVATION DE RUPTURE CHAPITRE II - DEFINITION DES NIVEAUX D’ACTION POUR PILOTER L’INNOVATION ET CONTRIBUTION A UNE METRIQUE DE L’INNOVATION CHAPITRE III - L’APPRECIATION DES PERFORMANCES D’INNOVATION DE L’ENTREPRISE CHAPITRE IV - L’INNOVATION A L’AUNE DE LA VALEUR
DEUXIEME PARTIE - INNOVATION ET METHODOLOGIES DE CONCEPTION
CHAPITRE V - L’APPORT DE LA SCIENCE DES SYSTEMES TECHNIQUES A LA MAITRISE DE LA CONCEPTION CHAPITRE VI - IMPLICATIONS DE LA PRISE EN COMPTE DE LA CREATIVITE SUR LE MANAGEMENT DES PROJETS D’INNOVATION CHAPITRE VII - VERS UNE METHODOLOGIE DE DEFINITION D’ARCHITECTURES ORGANIQUES FONDEE SUR L’INGENIERIE SYSTEME CHAPITRE VIII - LE TERRITOIRE, LE PLI ET LES SONGES: TROIS PARADIGMES SYSTEMIQUES POUR LA PREVENTION DES RISQUES DANS L’ENTREPRISE
TROISIEME PARTIE - INNOVATION ET PRATIQUES COLLABORATIVES
CHAPITRE IX - VERS UNE RELECTURE DU PROCESSUS D’INNOVATION PAR L’INTEGRATION DES PHASES AMONT CHAPITRE X - INTEGRATION DES CLIENTS DANS LES PHASES AMONT DE L’INNOVATION CHAPITRE XI - TRAVAIL COLLABORATIF INTERDISCIPLINAIRE DANS LES PHASES AMONT DE L’INNOVATION PAR LA CONCEPTION DE PRODUITS : IMPACT DE LA REPRESENTATION VISIOGRAPHIQUE CHAPITRE XII - FAUT- IL AVOIR PEUR DU PARTAGE DES CONNAISSANCES ? CHAPITRE XIII - LES POLES DE COMPETITIVITE FRANÇAIS : VERS UNE NOUVELLE POLITIQUE PUBLIQUE DE L’INNOVATION ET DE LA RECHERCHE ?
CONTRIBUTEURS INNOVATIONS Collection « L’esprit économique »
INTRODUCTION
Smaïl AÏT-EL-HADJ et Olivier BRETTE
Nombre de recherches menées dans différents champs disciplinaires depuis plus d’une vingtaine d’années ont conduit à montrer que l’innovation n’est pas, ou rarement, un processus linéaire de R&D alimenté mécaniquement par une recherche scientifique autonome. Aussi est-il désormais courant d’affirmer que l’innovation, notamment celle de rupture, suppose une dynamique complexe d’interactions entre une multitude d’acteurs appartenant à différents départements d’une même firme, à diverses entreprises et/ou à plusieurs autres organismes (centres de recherche publics ou privés, établissements d’enseignement supérieur, etc.).
Pour autant, cette conception systémique de l’innovation n’a pas encore trouvé son entière traduction dans la refonte profonde des pratiques managériales et des politiques publiques que l’on pouvait en attendre. L’une des raisons majeures de cette relative inertie tient sans doute au manque d’instruments et de méthodes susceptibles de donner un contenu opérationnel à cette nouvelle approche de l’innovation.
L’objet du présent ouvrage est de contribuer à combler cette lacune à trois niveaux différents.

La première partie s’attache à tirer les conséquences d’une vision systémique de l’innovation du point de vue de la mesure des performances innovantes. Elle s’ouvre sur une contribution de Pierre Devalan (chapitre I) qui montre la nécessité pour nos pays développés de favoriser et de stimuler « l’innovation de rupture », seule capable de permettre à ces pays de faire face à la concurrence mondiale et d’alimenter une croissance soutenue. Cette prééminence de l’innovation de rupture change la forme et accroît le rythme du mouvement d’innovation en nécessitant le recours à des formes nouvelles d’analyse et de pilotage de l’entreprise et des marchés.
Vincent Boly et Laure Morel-Guimaraes (chapitre II) s’attachent à construire une métrique de l’innovation fondée sur cinq niveaux de pilotage de l’innovation : l’environnement socio-économique, l’entreprise, le projet, le produit et l’équipe. Ces niveaux impliquent des pratiques spécifiques telles que l’initialisation, la coopération, la gouvernance, etc. Il est alors proposé de construire une métrique de l’innovation en élaborant un certain nombre d’attributs caractéristiques correspondant à ces niveaux.
François Romon (chapitre III) approfondit le propos en soulignant que l’innovation ne peut être mesurée que par rapport aux performances de l’entreprise qu’elle contribue à améliorer et non à partir des moyens mis en œuvre, ce qui est trop souvent le cas aujourd’hui. Sa contribution appelle ainsi la construction de critères d’efficience incluant la production et la mise à jour d’indicateurs de performance des projets d’innovation.
Toutefois ces indicateurs ne sauraient être des indicateurs classiques notamment financiers qui se contentent de constater le passé. Clôturant cette première partie, Jean-Louis Joyeux et André-Yves Portnoff (chapitre IV) développent au contraire la thèse que ces indicateurs ne peuvent être que dynamiques, mesurant la capacité effective de l’entreprise de mobiliser son capital relationnel avec l’ensemble de ses partenaires externes et internes. Ils formalisent cette thèse dans la méthode VIP (Valeur Instantanée et Prospective) dont la mise en œuvre permet à l’entreprise de construire de véritable indicateurs dynamiques de sa capacité de création de valeur à partir de la mobilisation de son capital relationnel dont cette investigation est aussi une mise en acte.

La deuxième partie explore les voies d’élabor

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents