Le management par la manipulation mentale
235 pages
Français

Le management par la manipulation mentale , livre ebook

-

235 pages
Français

Description

Cet ouvrage propose des témoignages suivis d'explications et d'analyses donnant des clés pour la compréhension et la prévention des pratiques de harcèlement moral au sein des entreprises. Les professionnels et membres d'encadrement sont d'autant plus concernés qu'ils sont les plus touchés. Les entreprises sortiront gagnantes d'une prise en compte de ce phénomène à sa juste réalité en ne pratiquant plus le déni.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 octobre 2006
Nombre de lectures 314
EAN13 9782336253695
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0900€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Questions Contemporaines
Collection dirigée par J.P. Chagnollaud, B. Péquignot et D. Rolland

Chômage, exclusion, globalisation... Jamais les « questions contemporaines » n’ont été aussi nombreuses et aussi complexes à appréhender. Le pari de la collection « Questions contemporaines » est d’offrir un espace de réflexion et de débat à tous ceux, chercheurs, militants ou praticiens, qui osent penser autrement, exprimer des idées neuves et ouvrir de nouvelles pistes à la réflexion collective.
Dernières parutions
Yves MONTENAY, Retraites, familles et immigration en France et en Europe , 2006.
Jacques MYARD, La France dans la guerre de l’information, 2006.
Daniel IAGOLNITZER, Lydie KOCH-MIRAMOND, Vincent RIVASSEAU (dir.), La science et la guerre, la responsabilité des scientifiques , 2006.
Mohammed REBZANI, L’aide aux victimes de la discrimination ethnique , 2006
Jean-Jacques LAFAYE, La Marche de l’homme , 2006.
Jean-Jacques LAFAYE, L’Offrande perpétuelle , 2006.
Emile JALLEY, Wallon et Piaget , 2006.
Alice LANDAU, Théorie et pratique de la politique, internationale, 2006.
Cyril DI MEO, La face cachée de la décroissance, 2006.
Florence SAMSON, Outreau et après  ? La Justice bousculée par la Commission d’enquête parlementaire , 2006.
Pierre-W. BOUDREALJLT (dir.), Beaux risques politiques et interdépendance culturelle , 2006.
Ndolamb NGOKWEY, A propos des femmes, des Noirs et du développement, 2006.
Evelyne JOSLAIN, L’Amérique des think tanks , 2006.
Ludovic DUHEM, Eric VERDURE, Faillite du capitalisme et réenchantement du monde , 2006.
Jean VOLFF, Un procureur général dans la tourmente , 2006.
David LAWSON, Alerte infectieuse, 2006.
Le management par la manipulation mentale

Bernard Salengro
à Pascale Salengro-Trouillez
www.librairieharmattan.com harmattan1@wanadoo.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr
@ L’Harmattan, 2006
9782296015388
EAN : 9782296015388
Sommaire
Questions Contemporaines Dernières parutions Page de titre Dedicace Page de Copyright Remerciements INTRODUCTION CHAPITRE 1 - Le harcèlement moral CHAPITRE 2 - Quelques témoignages CHAPITRE 3 - Les différentes formes cliniques de harcèlement CHAPITRE 4 - DIAGNOSTIC DIFFERENTIEL CHAPITRE 5 - Quelle est la conduite à tenir en cas de harcèlement ? CHAPITRE 6 - Le management par la manipulation mentale CHAPITRE 7 - La violence CHAPITRE 8 - La conduite à tenir En guise de conclusion provisoire Annexe
Remerciements
Je tiens à remercier chaleureusement les adhérents de la CFE-CGC qui ont bien voulu répondre aux différentes enquêtes. Cet ouvrage n’aurait pas été possible sans leurs témoignages et sans l’amicale pression pour obtenir un rendu écrit. Pour être complet, il faut que je mentionne tout particulièrement le professeur Vincent Bloch qui m’a fait découvrir la psychophysiologie que j’étudiais à Lille à côté de mes études de médecine qui me paraissaient incomplètes sur ce sujet, le Dr Cazamian, M. Hubault et leur équipe qui m’ont enseigné une approche ergonomique des situations de travail beaucoup plus profonde et plus proche du vécu, Mme le professeur Ancelin-Schutzenberger qui m’a révélé les richesses de la sociométrie et du sociogramme.
De très nombreux auteurs m’ont influencé dans la production de cet écrit en particulier les docteurs Cyrulnik, Goleman, Servan-Schreiber, Boitel, Demogeot, Davezies, Huez, Carré, Pernoud, Truchot, Albert, Emery, Legeron, Dejours, Hirigoyen, Debout, Damazio, Delbrouck, Salbreux, Abgrall, Lasfargue, Karasek, Vezina, Dolan, Freudenberger, Bouffartigues, Ettighoffer, Blanc, Mintzberg, Hammer, Sperrandio, Morris, Boltanski, Leyman, Beauvois, Joule, Desaunay, Le Goff, Breton, Gadea, Blondel, Mucchielli, Mattelart, Osty, Ancelin-Schutzenberger, Halimi, Watzlavick, Bateson, Castel, Mucchielli et en particulier les équipes spécialisées de l’INRS, Cnockaert, Mouze-Amady, Neboit, Elias, Francois, Trontin, Banyasz, Chouaniere.
J’ai pu tirer parti de leurs approches et de leurs travaux et en ai repris certaines références, je les remercie pour le travail qu’ils ont réalisé, quant aux idées exprimées, surtout celles avec lesquelles ils ne seraient pas d’accord, elles sont de ma présentation et de ma responsabilité.
J’ai été particulièrement aidé par les équipes de la CFE-CGC sous l’impulsion bienveillante de Jean-Luc Cazettes et Bernard Van Craeynest que je tiens à remercier ici.
Enfin je veux dire toute ma reconnaissance à deux consoeurs qui m’ont soutenu de leur affection et de leurs attentives relectures mon épouse et ma sœur les docteurs Pascale Salengro-Trouillez et Véronique Riche-Salengro.
INTRODUCTION
Lors de mes premières enquêtes sur le stress recueillies dans l’ouvrage Le stress des cadres , j’ai été frappé par le nombre de témoignages traitant de harcèlement ou de phénomènes voisins. Ces derniers ressemblant de près ou de loin à des techniques de manipulation sous prétexte de management. Il était important de leur consacrer un volume, fruit d’un travail d’études très précis sur le terrain.
J’ai découvert toute une série de situations, de techniques s’apparentant à ce que l’on trouve dans le harcèlement moral, sans en être vraiment, mais qui ont un effet redoutable sur les personnes. J’ai essayé de rapporter ce genre de situation afin que l’on puisse plus facilement les décrypter, et ainsi, par leur compréhension claire, leur résister et se protéger.
Que l’on en juge avec le témoignage suivant :
à l’occasion d’une séance des Amis de l’Ecole de Paris du management, qui s’est déroulée le 4 juin 2004, Thierry Martin a relaté son ascension professionnelle fulgurante et les méthodes auxquelles il s’est prêté (Thierry Martin est le pseudonyme choisi par cet ancien gérant de super marché, actuel patron d’une entreprise de services). 1

Blouse blanche et cravate
Jusqu’alors, j’avais été très proche des autres salariés : je portais la blouse bleue comme eux, également je venais à cinq heures du matin pour mettre les rayons en place, nous prenians le petit déjeuner ensemble et nous avions une relation d’équipe très étroite.
Ils éprouvaient une certaine fierté de voir que grâce aux nouvelles implantations que j’avais proposées, les rayons explosaient les uns après les autres. Cette fierté était du reste notre seule rétribution, car ni eux ni moi ne bénéficiions de la moindre reconnaissance financière de nos efforts.
Du jour où je suis devenu chef du magasin, et où j’ai dû mettre la blouse blanche et la cravate, tout a changé. Ils se sont dit : “Maintenant, il va prendre le melon et nous donner des ordres.” De plus, sur les trente salariés, certains reluquaient ce poste depuis plusieurs années et n’ont pas apprécié que ce soit un jeune comme moi qui l’obtienne.
Pour ma part, j’avais avancé dans mon travail sans aucune prétention de carrière : j’étais simplement passionné par ce que je faisais. J’éprouvais une très grande admiration pour la réussite professionnelle de mes patrons ; je dois même avouer que je les idolâtrais et que je faisais tout ce que je pouvais pour leur plaire et les satisfaire : quand ils me félicitaient et m’encourageaient, j’étais ravi. En plus, les résultats économiques finassaient de me conforter dans la voie que je suivais.

Le sale boulot
Je dois préciser quel était l’historique de cette entreprise. Au départ, il s’agissait d’une petite épicerie de centre ville, dans laquelle travaillaient le père, la mère, leur fille et deux ou trois salariés. Ils sont ensuite passés à une surface un peu plus grande, d’environ cinq cents mètres carrés, toujours en centre ville, avec une dizaine de salariés. Enfin la fille des fondateurs a repris l’entreprise à son compte avec son mari ; elle l’a implanté à la périphérie de la ville, dans une surface de 1200 mètres carrés, avec 25 salariés et elle l’a fait franchiser par une grande enseigne.
Les employés du début étaient toujours lâ ; ils connaissaient les patrons de longue date et les tutoyaient, dans une ambiance qui était restée très familiale. Or avec le temps, ces “vieux” salariés commençaient à poser problème ; ils coûtaient plus cher que les autres, en ayant un rendement parfois plus faible que celui des jeunes recrues, et ils n’étaient pas très enclins à s’adapter aux méthodes nouvelles

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents