J arrête de médire et je décide de ME DIRE au boulot !
48 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

J'arrête de médire et je décide de ME DIRE au boulot ! , livre ebook

-
illustré par

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
48 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pourquoi passez-vous autant de temps à médire sur vos collègues, partenaires et clients ?
Face à une personne qui vous insupporte au travail, que pouvez-vous comprendre de vos propres failles, peurs et interdits ?
Quels feedbacks constructifs pouvez-vous adresser à vos « ennemis » professionnels, afin de vous challenger mutuellement et d’allier vos talents complémentaires ?
Comment affirmer vos difficultés, vos désirs et vos limites de manière claire et respectueuse ?

Pour améliorer la qualité des relations et gagner en efficacité, les entreprises doivent relever le défi de gérer les tensions mises sous couvercle avec tous les interlocuteurs professionnels.


Destiné aux aux managers, aux collaborateurs et aux responsables du bien-être au travail, J’arrête de médire et je décide de ME DIRE au boulot ! vous donne la capacité inédite de dédramatiser ce qui rend l’autre insupportable à vos yeux. Ce manuel pratique offre des alternatives simples, illustrées et concrètes à la médisance. Il booste vos talents pour vous affirmer avec puissance et fluidité au travail, mais également en famille, en couple, en société, avec des amis...

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 7
EAN13 9782960257151
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0067€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Christelle Lacour
Illustrations de Nicolas Van de Walle
J’arrête de médire et
je décide de ME DIRE
au boulot !



Pourquoi médire au travail ?
Durant mon enfance, j’entendais mes parents se plaindre de leur travail, s’offusquer de ce que leur direction leur imposait, parler sur le dos de collègues qui les irritaient. Année après année, ils restaient dans les mêmes difficultés qu’ils ressassaient en boucle à la maison.
Rapidement, je me suis aperçue que d’autres le faisaient aussi. Que tout le monde cassait du sucre sur le dos de ses collègues, des membres de sa famille, de ses amis. Même si je médisais aussi, je me suis peu à peu donné la mission de clarifier les malentendus, mettre en lumière les non-dits et aborder les sujets tabous.
Entre deux médisances, je tentais de dénoncer ce qui me semblait choquant auprès de mes parents ou de mes pairs. Mais je dois admettre que je le faisais de façon maladroite, virulente parfois, moralisatrice aussi. Je mettais en quelque sorte le « nez dans le caca » aux autres en me scandalisant de leurs comportements.
Après mes études en psychologie et l’agrégation, j’ai commencé à enseigner. Et là encore, en conseil de classe, je faisais savoir ce qui me gênait avec force et fracas.
Devenue formatrice, j’ai été confrontée à une collègue qui, de mon point de vue, ne fournissait pas une quantité suffisante de travail. Je trouvais qu’elle se mettait en position victimaire pour ne pas travailler et cela me paraissait injuste.
Après des mois de critiques à son sujet, j’ai décidé de dire à ma collègue ce que je pensais. Je l’ai fait de manière agressive et en des termes peu élogieux. Elle a été blessée et a pris un mois de congé pour burn-out, ce qui n’a fait que renforcer l’étiquette de « profiteuse » que je lui collais.
Les mois qui suivirent furent délicats. D’autres membres de l’équipe médisaient également à propos de cette collègue, mais aucun d’entre eux n’avait soutenu ouvertement les propos que j’avais tenus à son égard. J’avais l’impression d’être perçue comme la « méchante » qui avait attaqué injustement une victime irresponsable de ses difficultés et incapable de les dépasser. La tension entre ma collègue et moi est restée palpable pendant des années. Sa seule présence m’était insupportable et déclenchait en moi une énorme boule de stress dans le ventre.
Jusqu’au jour où j’ai réalisé que je l’enviais…
Je me suis avoué que je jalousais sa capacité à prendre du temps pour elle et à mettre des limites par rapport à l’excès de travail. J’enviais aussi son absence de culpabilité à l’idée de « ne rien faire » ou de « faire moins que les autres ».
À l’époque, je m’obstinais à prendre en charge une masse de travail trop importante et à m’en plaindre. Comprenant cela, je me suis davantage respectée : j’ai accepté les interventions que j’étais d’accord de réaliser et j’ai commencé à refuser celles qui me stressaient ou me dérangeaient trop.
Même si j’ai continué à trouver son attitude désagréable, je n’en ai plus fait un drame et j’ai commencé à moins médire à propos de ma collègue.
Un jour en la croisant, je me suis aperçue que ma boule au ventre avait disparu.
C’est à cette collègue que j’ai tant maudite que je dédie cet ouvrage. À travers elle, je suis parvenue à transformer mon « insupportabilité » en challenge personnel. En accueillant la partie de moi-même qui s’interdisait depuis longtemps de mettre ses limites et de se faire plaisir dans une série de situations, j’ai réussi à supporter le fait que ma collègue « profite », pour autant que cela ne me gênât pas dans mon travail. Sans le savoir, elle m’a offert un cadeau inestimable…
Celui de me libérer de certaines chaînes que j’estimais que les autres me mettaient, alors que j’étais ma propre geôlière…
***
Médis, mais… dis !


Selon la définition du dictionnaire Larousse, le verbe « médire » signifie « dénigrer » c’est-à-dire « attaquer la réputation de quelqu’un, le noircir, chercher à le rabaisser, discréditer, décrier quelque chose, parler avec malveillance de quelque chose ou de quelqu’un, calomnier. »
Combien de temps passez-vous à dire du mal de vos collègues, à raconter à vos familles les désagréments vécus avec vos clients, à expliquer à vos amis tout ce qui dysfonctionne au travail ?
Mais pourquoi ne pas le dire directement aux personnes concernées ?
Les raisons conscientes et inconscientes de médire sont multiples  : É viter l’escalade symétrique et la surenchère conflictuelle. Maintenir une relation pacifique. Ê tre intégré, accepté dans l’équipe si la médisance est vécue comme normale ou valorisée. ...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents