Le Contrôle financier du capitalisme canadien
238 pages
Français

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Le Contrôle financier du capitalisme canadien , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
238 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le premier but de ce livre est de faire la critique des ces trois interprétations courantes au moyen de données provenant de sources officielles et privées. Le deuxième but fondamental de ce livre est de montrer l'existence d'une grande bourgeoisie canadienne et d'en déterminer la composition interne et les modes de contrôle des grandes sociétés.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 1982
Nombre de lectures 1
EAN13 9782760520158
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0150€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

LE CONTRÔLE FINANCIER DU CAPITALISME CANADIEN
DU MÊME AUTEUR
Los Empresarios y e ! Estado argentino,Buenos Aires, Siglo XXI, 1974. Les Entrepreneurs dans la politique argentine, 1955-1973,Montréal, Les Presses de l’Université du Québec, 1976. À paraître : The Canadian Economy : How and Who Controls it,Montréal, The Black Rose Books, 1978.
LE CONTRÔLE FINANCIER DU CAPITALISME CANADIEN
Par J0RGE NIOSI
1982 PRESSES DE L’UNIVERSITÉ DU QUÉBEC C.P. 250, Sillery, Québec G1T 2R1
La conception graphique de la couverture est de GEORGE JAHN.
ISBN 2-7605-0307-0 e 2 édition augmentée Tous droits de reproduction, de traduction et d’adaptation réservés ©1982 Presses de l’Université du Québec e Dépôt légal — 4 trimestre 1982 Bibliothèque nationale du Québec Bibliothèque nationale du Canada Imprimé au Canada
La puissance des banques s’accroit, elles deviennent les fondateurs et finalement les maîtres de l’industrie, dont elles tirent les profits à elles en tant que Capital financier.
INTRODUCTION
Les études sur le contrôle des grandes sociétés et sur la concentration économique au Canada ne sont pas nombreuses. Plusieurs recherches, dont les travaux 1 2 de G. Rosenbluth , l’ouvrage de Kali Levitt,la Capitulation tranquilleou le Rapport 3 Gray sur les investissements étrangers directs au Canada ont mis en relief l’importance de la mainmise étrangère sur le contrôle des grandes entreprises et dans la détermination du niveau très élevé de concentration de l’économie canadienne. Mais les études sur les grandes compagnies contrôlées par des intérêts canadiens sont beaucoup moins nombreuses. À ce sujet, on trouve trois principaux courants d’interprétation. Premièrement, il y a l’interprétation marxiste, la plus fréquente, celle 4 de F. et L. Park , qui affirme que les banques à charte et d’autres institutions financières contrôlent les sociétés canadiennes non financières. En deuxième lieu, la théorie du contrôle interne, que l’on enseigne fréquemment dans les cours d’administration, d’après laquelle ce sont des « managers » professionnels, sans propriété, qui ont le pouvoir dans les sociétés par actions. Enfin, troisièmement, l’affirmation par des sociologues radicaux, comme J. Porter ou W. Clement, que les grandes entreprises canadiennes sont contrôlées par une élite économique, formée des 5 membres des conseils d’administration de ces sociétés .
Le premier but de ce livre est de faire la critique de ces trois interprétations courantes au moyen de données récentes provenant de sources officielles et privées. Les données ont été recueillies, et sont présentées, en fonction de cet objectif principal. Elles proviennent de plusieurs sources officielles et privées dont les Bulletins mensuels de la Commission des valeurs mobilières du Québec et de l’Ontario Securities Commission sur la propriété des actions des compagnies publiques incorporées au Canada. À notre connaissance, c’est la première fois que ces d o c u m e n t s o f f i c i e l s d e s C o m m i s s i o n s d e s v a l e u r s m o b i l i è r e s , a u r o n t é t é
2
CONTRÔLE FINANCIER DU CAPITALISME CANADIEN
systématiquement dépouillés. Ils contiennent des renseignements précieux sur les actions détenues par les administrateurs et par la haute direction des compagnies qui sont cotées dans les bourses canadiennes. On s’est servi aussi des AnnuairesMoodi’s de New York etFinancial Postde Toronto ainsi que desLiens de parenté entre les firmespublié par Statistique Canada. Ces dernières sources fournissent surtout des données sur la propriété des institutions au sein des compagnies. Les journaux financiers, les données officielles de Statistique Canada, des Commissions royales d’enquête et des Commissions parlementaires complètent les sources documentaires qui servent de base à cette étude.
Le deuxième but fondamental de ce livre est de montrer l’existence d’une grande bourgeoisie canadienne et d’en déterminer la composition interne et les modes de contrôle des grandes sociétés. La littérature nationaliste au sens le plus large a contribué à l’analyse de la mainmise étrangère au Canada. Elle a cependant négligé l’étude de la classe dominante locale. Par « bourgeoisie », ou « classe dominante », on entend le groupe social qui est propriétaire des moyens de production et de distribution et qui les met en oeuvre à l’aide de force de travail salariée. Mais dans les pays capitalistes industriels, ces moyens de production et de distribution sont en quasi-totalité la propriété de sociétés par actions publiques ou privées, qui appartiennent à leurs actionnaires. Toute étude sur la bourgeoisie canadienne doit alors commencer par identifier les propriétaires des sociétés par actions et déterminer les mécanismes juridiques, sociaux et financiers qui lui servent à retenir le contrôle des compagnies, et à le transmettre au cours des générations. Mais les sociétés par actions ne sont pas toutes également importantes. Notre recherche analysera seulement les plus grandes compagnies sous contrôle canadien dans tous les secteurs d’activité économique. On a fixé un seuil minimal de $100 millions d’actif total à la fin de 1975 pour avoir une liste réduite des sociétés d’envergure internationale. C’est donc dire qu’on n’étudiera pas toute la bourgeoisie, mais seulement une partie de cette classe, la partie supérieure, celle qui possède les plus grandes entreprises du Canada. Cette fraction supérieure de la bourgeoisie sera appelée « grande bourgeoisie » ; on a préféré ce 6 terme à celui d’ « oligarchie financière » utilisé par d’autres auteurs , à cause de la liaison existant entre ce dernier concept et la théorie du capital financier qui est critiquée dans cet ouvrage.
Les méthodes financières et juridiques de contrôle des sociétés — telles les sociétés à portefeuille privées ou publiques — seront étudiées aussi. Par contrôle, on entend le pouvoir juridique d’élire le conseil d’administration d’une société par actions (ou la majorité de celui-ci) ; ce pouvoir
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents