Agir et penser comme Dark Vador
96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Agir et penser comme Dark Vador

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
96 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

"Je suis ton coach !"
Dark Vador est souvent présenté comme l'expression ultime du mal. Stratège, mystérieux, manipulateur, puissant, rigide... Mais Dark Vador est surtout le personnage le plus charismatique de la saga Star Wars. Il crève l'écran, domine du casque et des épaules chaque épisode. Bref, il s'impose par sa personnalité, sa voix, son attitude.

Et si Dark Vador devenait pour vous, une source d'inspiration au quotidien ? Et si, grâce à lui, vous parveniez enfin à vous faire respecter, à défendre vos valeurs, à développer votre capital confiance. Dans les trente leçons proposées par Gwendal Fossois, vous allez découvrir que le pouvoir de la Force peut vous aider aisément dans votre quotidien. En famille, entre amis, ou au travail... Dark Vador va devenir au fil des pages votre meilleur coach !

Agir et penser comme Dark Vador, c'est se faire confiance, s'assumer et se libérer en considérant différemment le bien et le mal !


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 novembre 2019
Nombre de lectures 47
EAN13 9782360758128
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0100€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Direction éditoriale : Stéphane Chabenat Édition : Aurélie Goube Conception graphique et mise en pages : Thomas Winock Conception de la couverture : MaGwen
Les Éditions de l’ Opportun 16, rue Dupetit-Thouars 75003 Paris
www.editionsopportun.com
ISBN : 9-782-3-6075-812-8
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo .
À A.
“So this is how liberty dies… with thunderous applause.” 1
1 .  Star Wars: Episode III — Revenge of the Sith , de George Lucas, réplique prononcée par Natalie Portman (Sylvie Jacob pour la version française) : Ainsi s’éteint la liberté, sous un tonnerre d’applaudissements.
Sommaire
Titre
Copyright
Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine…
Épisode 1 - La famille
Quand Dark Vador aime sa maman
Dark Vador a du respect pour ses aînés 
Romantique comme Dark Vador
Un super papa comme Dark Vador
Une pédagogie à la Dark Vador
Dark Vador est protecteur
Épisode 2 - L'entourage
Dark Vador est un meneur
Dark Vador accepte son prochain - (et même celui d'après)
Dark Vador se défait des personnes toxiques - (mais peut aller plus loin)
Dark Vador a toujours raison
L'humanisme selon Dark Vador
Dark Vador est libre
Épisode 3 - Le boulot
Dark Vador est persévérant
Dark Vador n'a pas peur de se réorienter
Gérer son boss comme Dark Vador
Dark Vador, un responsable d'équipe de talent 
Dark Vador est un manager génial
Dark Vador gère le stress au travail
Épisode 4 - La vie quotidienne
Un style à la Dark Vador
Prendre soin de soi comme Dark Vador
Dark Vador est passionné
Dark Vador est un sacré rêveur
Dark Vador aime la mise en scène
Dark Vador a des valeurs morales
Épisode 5 - La personnalité
Dark Vador a plusieurs visages
Dark Vador a une forte personnalité
Dark Vador ne manque pas de confiance en lui
Dark Vador est courageux
Quand Dark Vador pratique la méditation
Dark Vador assume
Agir et penser... en toute liberté
Bilan - Calculez votre niveau de zénitude
Allez plus loin
Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine… 1

Tel un danseur, il se meut d’un vaisseau à l’autre, faisant danser derrière lui sa cape couleur ébène et laissant le trouble sur son passage comme une traînée d’ondes quasi imperceptibles. Dark Vador est le personnage le plus charismatique de Star Wars . Décrié comme l’expression ultime du mal, il a en effet plus d’un tour dans son sac.
 
De sa sympathique inflexion devenue célèbre, « je suis ton père », on retient avant tout la stupéfiante révélation de ses liens de parenté avec notre ami Luke. Et s’il voulait en fait nous dire autre chose ? S’il voulait souligner l’importance d’une philosophie qui s’exprime dans le socle de la famille ? Et si, finalement, Dark Vador était un grand sage ?
 
Né Anakin, fan d’engins électriques, l’homme à la cape et au masque noirs n’a cessé de fasciner depuis sa genèse sous les doigts de George Lucas. Et pour cause. Puissant, droit, décidé, il s’impose par sa per sonnalité, exaltée par un grand sens de l’esthétique — il s’habille quand même bien, avouons-le ! 
 
C’est toute une philosophie de vie qui est mise au jour dans la saga, une philosophie que chacun d’entre nous est capable d’appliquer dans son quotidien, dans les différentes sphères sociales à travers lesquelles nous évoluons.
 
Dark Vador, à l’origine, est un gamin passionné qui croit dur comme fer à la famille. Profondément amoureux de sa compagne, il est capable de retourner le monde pour venir en aide à sa moitié. Notre ami masqué est aussi particulièrement investi dans son travail, respectueux de son patron, et sait déléguer les tâches à ses collaborateurs autant que les châtier quand la situation l’exige. Il est entouré d’une ribambelle d’amis, il fait du sport, il sait faire des pauses... Bref, il vit pleinement ! 2 …
 
Cet ouvrage vous invite à (re)découvrir le papa de Luke pour en tirer des leçons de vie 3  : comment assumer son style vestimentaire, se comporter au travail, avoir confiance en soi et s’affirmer sans s’imposer. Ces leçons vous permettront de travailler sur vous-même pour être plus heureux·euse au quotidien. Elles sont ponctuées de citations et intermèdes qui viennent embrasser cette philosophie 4 . Alors, êtes-vous prêt à apprendre à agir et penser comme Darkie ?

30 leçons pour vivre plus heureux•euse Mode d’emploi

Ce petit guide vous invite à explorer différents pans de votre quotidien, autant de situations qui peuvent être problématiques dans votre démarche d’épanouissement. Loin de prétendre régler l’ensemble des difficultés que vous pouvez rencontrer, Agir et penser comme Dark Vador vous propose une nouvelle approche de développement personnel. L’objectif : être plus zen et plus heureux·euse.
 
Les 5 parties qui le composent couvrent autant de thèmes à travers lesquels chacun de nous peut se retrouver. Toutes les leçons se répondent les unes les autres ; vous pouvez en sauter, y revenir pour retravailler quelques points restés obscurs. Ou tout simplement entreprendre l’ouvrage du début à la fin. Sentez-vous libre dans votre lecture.
 
À l’issue de ces 30 leçons, un test vous permettra de vous situer sur l’échelle du zen. Vous pourrez alors revenir en arrière pour exercer certaines techniques ou aller plus loin en feuilletant les ouvrages conseillés.

1 . L’ouverture de Star War s est devenue culte. Mais saviez-vous que le fameux « A long time ago in a galaxy far, far away » signé George Lucas avait en fait beaucoup moins de teneur dans le prologue du premier roman, Un Nouvel Espoir ? L’incipit se contente en effet d’annoncer sobrement «Another galaxy, another time», contrairement à sa traduction française qui célébrait déjà l’expression adorée des fans.
2 . Notre intention, ici, n’est pas de faire un amalgame entre le personnage d’Anakin jeune, profondément bon, et celui du malfaisant Dark Vador. L’intrigue, cependant, les replace comme une seule et même figure et non en opposition ; on peut donc en conclure que la personnalité de Vador puise dans celle d’Anakin. Les deux ne sont qu’une seule et même personne.
3 . Sauf mention contraire, les citations et références sont tirées des films, qui forment le canon originel de la saga. 
4 . Les intermèdes fictionnels et les tests sont entièrement parodiques. Ils apportent un regard humoristique sur les grands thèmes de développement personnel dont ils dépendent.
Et n’oubliez pas :
 
Que la Force soit avec vous !
ÉPISODE 1
LA FAMILLE

« L’attachement mène à la jalousie.
À l’ombre de la convoitise il grandit. »
Yoda 1
Quand Dark Vador aime sa maman

Apprendre à montrer ton affection tu vas.

Le rapport à la famille fait partie de l’essence de chaque être humain. C’est ce qui explique que nombre d’entre nous passent des années à analyser leurs fameux complexes œdipiens et cherchent à comprendre comment s’en défaire, n’en déplaise à Sigmund. Et si Dark Vador avait lui aussi trempé sa tendre et croustillante madeleine dans un bon verre de jus de Jogan ? N’aurait-il pas été sujet à une violente réminiscence de Shmi, sa mère bien-aimée ? N’aurait-il pas fait un brutal bon dans le passé pour retrouver son corps de petit garçon téméraire coiffé d’une irrésistible coupe au bol ?
La famille, c’est important. Pour Darkie en tout cas. Et son parcours invite à réfléchir à nos attitudes à l’égard de nos proches. Il suffit, pour s’en convaincre, d’observer la profonde affection qu’il porte à sa mère et à son épouse, et les liens très forts qu’il tisse avec ses enfants — même Leia, avec un peu de recul, ne peut qu’admettre cette vérité. De quoi forcer l’admiration et s’en inspirer au quotidien. 
 
Mais d’abord, la naissance. C’est probablement le plus grand mystère de toute l’histoire de Star Wars  : comment Dark Vador est-il né ? Quand on apprend qu’il est sans doute le rejeton d’un amas de midi-chloriens (des organismes microscopiques qui canalisent la Force), on se permet de douter, on esquisse un sourire et on balaie l’idée rapidement. Mais le fait est là : le jeune Anakin ne connaît, en matière de parenté, que sa bienveillante mère Shmi 2 . Alors il y est fortement attaché. Et dans cette relation fusionnelle, il y a nécessairement quelque chose qui parle à chacun de nous. 
 
Une halte à Tatooine nous permet d’en savoir plus sur la relation entre la mère et le fils. Mos Espa n’est pas l’endroit favori des vacanciers ; on trouve dans la ville, contrôlée par les Hutts, un impressionnant nombre de malfrats, un bon paquet de Tuskens — ces Hommes des Sables pas très ragoûtants —, on y pratique l’esclavage... La justice n’a pas de prise sur ce territoire désertique. Autant dire que le terrain n’est pas fertile aux effusions sentimentales. Et pourtant. Anakin montre une dévotion (presque) sans limites pour sa mère et l’entoure d’affection. Du haut de ses 9 ans, il se perçoit comme son protecteur. Il faut dire que son enfance n’a pas été toute rose. Né esclave, il s’est façonné un caractère bien trempé pour pouvoir faire front à la violence des contrebandiers et autres brigands. Il embrasse alors une attitude résolument patriarcale au sein d’un foyer dont le cœur vibrant n’est autre que sa mère. Son inquiétude permanente à l’égard de Shmi souligne une affection qui semble sans limites.
Anakin aime sa mère et lui montre chaque jour, que ce soit par sa franchise à son égard ou son obéissance totale — l’aval de Shmi lui est indispensable pour accepter de concourir à la course de la Fête de la Boonta. Il l’aide dans ses tâches quotidiennes ; c’est d’ailleurs l’objectif de la construction de C-3PO, robot protocolaire censé l’assister à la maison. Et puis il y a les câlins, gorgés d’amour, qui viennent ponctuer le départ du garçon vers Coruscant. 
 
Chacun peut appliquer dans sa vie ces innocentes démonstrations d’amour envers sa mère, son père ou ses deux parents. Il suffit d’exprimer ses sentiments de manière ponctuelle, sans excès, afin d’agrémenter le quotidien de l’ensemble des membres de la famille. Un simple « je t’aime », de temps à autre, apporte du bonheur à toute personne. Un bisou furtif sur la joue de votre mère lui montrera que vous tenez à elle. Un cadeau, un petit geste attentionné, ravit toujours un parent. Et pourquoi ne pas lui préparer un délicieux gâteau aux Jogans, le dessert préféré de Padmé ? Si votre maraîcher ne dispose pas de ce fruit, qui se fait de plus en plus rare dans la République, utilisez un mélange de pommes, pour le goût, et de prunes rouges, pour la couleur. Comme on dit, c’est (toujours) l’intention qui compte !
N’oubliez pas :
Exprimez vos sentiments,
on vous le rendra au centuple.
Dark Vador a du respect pour ses aînés 

Essentielle est la voie de la maturité, mais respecter autrui du devras.

S’il y a bien une seule qualité à retenir de la personnalité de Dark Vador, c’est sans doute l’indépendance. On le voit faire ses armes (c’est le cas de le dire) au cours des années et choisir son destin en basculant alternativement du bien au mal, puis du mal au bien à la dernière minute. C’est a priori une limpide démonstration de son libre arbitre. Mais cette affirmation est à moitié vraie ; elle cache une particularité qui fait sens dans la jeunesse d’Anakin. Pour lui, l’Ordre des Jedi s’affirme comme une deuxième famille, celle qui l’a adopté et, dans une certaine mesure, celle qu’il a choisie — même si, en fin de compte, on lui demande rarement son avis. Dans cette représentation, Qui-Gon serait le symbole du père, Obi-Wan celui du frère aîné et Padmé, celui de la mère. 
La déférence qu’il montre à l’égard de ces personnages force l’admiration. Il faut dire que le garçon part de loin : rebelle, fier voire arrogant, il éprouve de grandes difficultés à se plier aux règles. Sa première rencontre avec l’Ordre des Jedi s’annonce catastrophique. Mais la relation de confiance qui se développe entre Qui-Gon et lui, même de courte durée, marque le commencement d’un avenir que son Maître pense alors flamboyant.
Les liens qu’il tisse avec Obi-Wan et Padmé sont plus complexes. Au moment de la mort de Shmi, il semble déplacer son affection sur sa future épouse. Un problème œdipien, sans aucun doute, mais surtout de mauvais augure pour la suite de son épopée. Il est complètement amoureux d’elle et bascule du côté du Mal en raison de cette affection 3 . Quant à Obi-Wan, il est à la fois en concurrence avec le jeune Jedi et dans une relation de dépendance qui, finalement, ne procure pas à Anakin ce dont il a réellement besoin : des démonstrations d’amour. Et pourtant, ce dernier le respecte : « Tu es ce qui se rapproche le plus d’un père » 4 , déclare-t-il à son aîné avec une pointe d’ironie alors qu’ils pourchassent en duo la tueuse à gages Zam Wesell. 
Et puis, quelques années plus tard, c’est sur Palpatine qu’il déplace son besoin de reconnaissance. Et c’est bien là que l’Empereur fait preuve d’une grande intelligence ; il intervient dans la vie d’Anakin au moment où celui-ci vit une violente crise existentielle, lui assurant quelque chose de fondamental : oui, tu as le droit d’être toi-même sans te plier continuellement aux règles imposées. Et oui, c’est plaisant.
 
Que nous apprend Vador ? Il est important de témoigner du respect à ses aînés. Ce fonctionnement social, hérité au moins depuis l’Antiquité, définit les contours de notre civilisation actuelle : ce sont ces figures d’autorité qui modèlent le monde dans lequel chacun de nous évolue. 
Pour autant, il ne faut pas tomber dans l’obéissance aveugle. La force d’Anakin est d’avoir su faire un choix, celui du Côté Obscur : il a fait une démonstration d’indépendance totale.
Vous pouvez emprunter la même voie : respectez vos aînés mais sans vous fourvoyer. Il est indispensable de ne jamais étouffer son identité et d’exprimer ce que l’on ressent, ce que l’on pense.

En d’autres termes :
APPRENEZ À ÊTRE INDÉPENDANT•E TOUT EN RESPECTANT VOS AÎNÉS. 
L’essentiel pour avoir un esprit calme sans jamais se déshonorer. 
Romantique comme Dark Vador

S’enfermer dans les habitudes tu ne dois pas : ton amour tu montreras.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’Anakin est quelqu’un de furieusement passionné. Ses émotions se déchaînent lorsque l’on touche un cheveu de sa mère. Il est colérique et perfectionniste. Il est arrogant et tout de même assez mégalomane. Mais pas seulement. L’amour qu’il porte à ses proches s’exprime avec autant de nuances ; il est soudain, violent et justifie le basculement du jeune homme du Côté Obscur de la Force. Après son lien particulier avec Shmi, l’exemple le plus frappant est sans nul doute sa relation avec Padmé.
 
Revenons en arrière. La reine Amidala déguisée en courtisane se rend sur Naboo et y rencontre le garçon Skywalker. Elle n’a alors que 14 ans et lui seulement 9. Pour le futur Jedi, c’est un véritable coup de foudre. Il la dévore des yeux et se languit des moments passés à ses côtés. 
Dix ans plus tard, Anakin est un Padawan. Il retrouve Padmé devenue sénatrice et ne parvient plus à se détacher d’elle. Il commence alors sa cour. Il n’a cessé de penser à elle, lui déclare-t-il avec une verve typiquement adolescente. Et quand la jeune femme le repousse poliment, il se met en retrait, l’observant toujours de son regard de braise.
Il doit alors déployer tout un arsenal pour la séduire. Il commence par la magie : il a recours à la lévitation en usant de la Force pour faire s’envoler le fruit de la sénatrice, s’amusant de la réaction d’Obi-Wan s’il le voyait. Il écoute posément celle qu’il aime, rit à ses côtés, lance quelques traits d’esprit et feint d’accepter son choix quand elle déclare, gênée, que leur union est impossible. 
Leurs roulades dans l’herbe renforcent ce lien charnel ; ils sont libres, heureux, isolés du monde. C’est d’ailleurs ce passage sur Coruscant qui stimulera la décision de garder le secret de leur couple.
 
Enfin, Anakin s’affirme comme un protecteur de choix quand il vient au secours de sa mère et anéantit tout un village Tusken. Il active là un rapport patriarcal — et sexiste, il est vrai — qui semble ne pas laisser Padmé complètement indifférente. Il est loin, le garçon de 9 ans futé et mignon ; Anakin s’affirme, et ça marche. 
 
Nous avons tous des atouts différents pour séduire quelqu’un. Certains misent sur l’intellect, d’autres sur le physique, d’autres encore sur l’humour... Après tout, chaque individu a des qualités et capacités qui lui sont propres. Peu importent vos techniques de drague. Le plus important est de montrer à l’autre la valeur qu’il ou elle représente à vos yeux. C’est bien là le sens des preuves d’amour que déploie Anakin, certes parfois maladroitement.
 
Et le dire, tout simplement, est parfois suffisant. Demandez-vous, de temps en temps, à quel moment vous avez déclaré votre flamme à votre compagne ou compagnon. Était-ce aujourd’hui ? Était-ce le fruit d’un automatisme ? Comment lui avez-vous montré ? L’avez-vous pris·e dans les bras, embrassé·e passionnément, dorloté·e ? Les petits gestes quotidiens sont essentiels dans une vie de couple. Ils apportent de la joie, à votre conjoint·e tout autant qu’à vous-même. Pas besoin, pour y parvenir, de faire s’envoler dans l’air un fruit ou le plat de gigot (la porcelaine, c’est tout de même fragile) : un petit dîner romantique, préparé avec soin, peut être suffisant. Évitez tout de même de fourrer une alliance dans un gâteau Banja, le meilleur moyen pour que votre partenaire s’étouffe !

Alors à votre tour !
POUR ACTIVER VOTRE PROPRE POUVOIR DE SÉDUCTION :
trouvez l’atout qui est en vous !
À méditer…
« Non, je suis ton père.
— Nooooooon ! »
Anakin et Luke Skywalker 5
Un super papa comme Dark Vador

Importante l’éducation est, la construction identitaire de tes enfants tu protégeras.

N’importe quel parent pourrait le dire : avoir un enfant n’est pas chose aisée. Passés le moment de la surprise et les neuf mois d’attente parfois compliqués, il faut penser à la crèche, à l’école, à l’éducation, à l’avenir... Aucun de nous n’est parfait : la maman et le papa idéaux n’existent pas, et nous avons tous le droit de faire des erreurs. Pourquoi ne pas laisser le bénéfice du doute à Dark Vador ? Après tout, il n’hésite pas une seconde à défendre son fils lorsque celui-ci se fait foudroyer par l’Empereur. Il attrape son patron, le soulève simplement et le jette dans un puits d’aération. Une preuve d’amour pour son gamin ? Sans nul doute. 
 
Sa relation avec Leia est plus complexe et son affection pour elle en sourdine. Pourtant, son attitude à l’égard de la jeune femme est criante au moment où Tarkin entreprend d’utiliser l’Étoile de la Mort pour détruire Alderaan. Un marché est proposé à la princesse : si elle dévoile l’emplacement de la base rebelle, le sbire de l’Empereur abandonnera son projet et laissera les habitants de sa planète vivants. Mais il ne tient pas parole et, au moment où le Grand Moff s’apprête à donner l’ordre fatidique, Leia a un mouvement de recul, sous le choc, et atterrit sur le torse de Vador. Ce dernier ne bouge pas d’un poil ; sa position s’apparente alors à celle du parent protecteur, capable d’entourer son enfant en cas de coup dur, et plus à celle du tortionnaire qu’il tenait jusqu’alors 6 .
 
Dark Vador aime ses jumeaux ? Sans aucun doute. Et sa manière de le montrer est subtile. Lors de son premier combat avec Luke, il lui propose sans détour de le rejoindre du Côté Obscur de la Force. Son invitation ne laisse pas l’ombre d’un doute : ensemble, le père et le fils tueront l’Empereur, prendront le pouvoir et régneront côte à côte. Même Palpatine a prédit sa propre chute, explique-t-il à son grand gamin bercé par le dégoût. Certes, Anakin y voit l’occasion de joindre la maîtrise de la Force de son rejeton à la sienne pour disposer d’un niveau encore jamais atteint de puissance. Mais il y a autre chose : en partageant la couronne avec Luke, il assure à son fils la continuité de la lignée et dévoile, d’une certaine manière, une vibrante émotion à son égard. 
 
Ressentir l’amour de ses parents est un fondamental de la construction identitaire de chaque être humain. Et il y a plein de façons de montrer ses sentiments à sa filiation. Soutenir leur parcours professionnel et leur dispenser des conseils d’adulte constituent des règles essentielles, particulièrement si, comme la famille Skywalker, vous évoluez dans un corps de métier équivalent. Et n’oubliez pas, face à une difficulté, ils apprécieront toujours un câlin de votre part. Tout le monde aime de temps à autre un contact physique rassurant et protecteur.

Alors, gardez-le en tête :
POUR ENDOSSER LA CAPE DU SUPER-PARENT
soyez présent.e en toute circonstance.
Une pédagogie à la Dark Vador

Un modèle éducatif tu choisiras et toujours à l’écoute de tes enfants tu seras.

Avec son style bobo flamboyant et ses grandes ambitions professionnelles, Anakin a tout du type qui s’assume parfaitement. Mais ce n’est pas tout : il est aussi un parent qui conçoit l’éducation de ses enfants comme un job à part entière. Il incarne ainsi une véritable figure d’autorité. Le moins que l’on puisse dire, c’est que lui-même a vécu un tas d’aventures qui ont forgé son identité.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents