Processus d humanisation : devenir et être adulte
202 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Processus d'humanisation : devenir et être adulte , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
202 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

S'appuyant sur une longue pratique de la pédopsychiatrie et de la psychanalyse, l'auteur porte un regard sur le processus d'humanisation aux différents étages de la vie. Même si le contexte culturel a fondamentalement changé, les étapes du développement demeurent constantes. Sans proposer ni modèle ni solution, l'auteur invite à une réflexion qui peut aider l'individu dans l'élaboration de sa propre pensée, en s'appuyant sur la richesse de son vécu et de son expérience.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2010
Nombre de lectures 63
EAN13 9782336268415
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Santé, Sociétés et Cultures
Collection dirigée par Jean Nadal
Peut-on être à l’écoute de la souffrance, en comprendre les racines et y apporter des remèdes, hors d’un champ culturel et linguistique, d’un imaginaire social, des mythes et des rituels ? Qu’en est-il alors du concept d’inconscient ? Pour répondre à ces questions, la collection Santé, Sociétés et Cultures propose documents, témoignages et analyses qui se veulent être au plus près de la recherche et de la confrontation interdisciplinaire.
Déjà parus
Anne BLANCHARD-RÉMOND, Psychiatre : plombier de l’âme, 2010.
Nossrat PESESCHKIAN, L’utilisation d’histoires orientales dans la psychothérapie positive. Le marchand et le perroquet, 2009.
Marcelle MAUGIN, Etre psychothérapeute autrement. De l’écoute à la « rencontre », 2009.
J.-C. MEYER et M.-H. GAMBS-LAUTIER, De la psychanalyse à l’haptonomie, 2009.
Michel LOBROT, La puissance des rêves, 2009.
Pierre DALENS (Sous la dir.) L’Unité de l’Eros. Regards sur l’analyse relationnelle de la vie amoureuse, 2008.
Xavier SAINT-MARTIN, L’Appareil psychique dans la théorie de Freud. Essai de psychanalyse cognitive, 2007.
Sara PAIN, Les fondements de l’arthérapie, 2007.
Roland BRUNNER, Narcisse chez le psychanalyste, 2007.
Francis DESCARPENTRIES, Le consentement aux soins en psychiatrie, 2007.
Denise KÜNZI, Accompagner la vie, accompagner la souffrance, 2007.
Pierre ZAMET, À la recherche des besoins perdus, 2006.
Pélagie PAPOUTSAKI, Enfant surdoué, adulte créateur ? 2006.
Jean-Loup CLEMENT, Mon père, c’est mon père. L’histoire singulière des enfants conçus par Insémination Artificielle avec Donneur, 2006.
Alain LEFEVRE, Calédonie mon amour, 2006.
Processus d'humanisation : devenir et être adulte

Jean-Jacques Weisbuch
© L’HARMATTAN, 2010 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
9782296114012
EAN: 9782296114012
Sommaire
Santé, Sociétés et Cultures - Collection dirigée par Jean Nadal Page de titre Page de Copyright Dedicace Avant-propos En guise de préface 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11
A mes parents et à ma famille A François Matteudi Et mes amis, en particulier ceux qui ont eu la patience de m’écouter avec bienveillance
Je remercie particulièrement pour leurs aides et conseils
Eliane Milli Geneviève Weisbuch Jean-Marie Vallet Jean-Jacques Pascal René Saorgin
Avant-propos
Dans cet ouvrage je propose, à partir d’une lecture du vécu, de faire apparaître la cohérence des composants fondamentaux de la vie et la spécificité de la nature humaine, pour en comprendre son rapport avec l’ensemble du monde physique, sensible et visible. En repérant la place que l’homme occupe dans la phylogenèse, j’ai essayé de saisir son inscription dans le temps et dans la durée.
Cette espèce nouvelle a fait émerger la possibilité d’une vie qui échappe en partie aux règles de la nature, en incarnant l’esprit. Il s’agit de l’existence de la pensée, caractérisée par la capacité de représentation consciente de toute chose et rendue possible par la présence et la fonction de la langue. Elle ne pourra exister et survivre que dans la mesure où l’homme devient capable de construire librement les conditions de sa survie et de son épanouissement. L’achèvement après la naissance de cette construction est nécessaire pour chacun des individus. Devenu adulte, il a la responsabilité de construire et d’organiser une société au sein de laquelle il pourra vivre de façon satisfaisante, lui et tous ses semblables.
Notre histoire a commencé par l’émergence de groupes qui partageaient des valeurs communes et ont constitué la base des premières civilisations. Certaines ont rapidement disparu, d’autres ont pu s’épanouir et se développer. Elles en sont le fondement.
En guise de préface
L’existence est pesante. Dès son origine, l’homme a tenté d’échapper à cette réalité. L’aspiration profonde de chaque être est de pouvoir vivre de manière heureuse. Une condition nécessaire, mais pas suffisante, est de pouvoir éloigner le malheur. Mais il doit surtout trouver des satisfactions et l’apaisement. Pour cela, nous ne disposons pas de recette. En effet, la source de satisfaction est tout à fait personnelle.
L’émergence de l’espèce humaine dans la phylogenèse a fait apparaître la possibilité d’une vie qui échappe en partie aux règles de la nature en incarnant l’esprit. Elle n’a pu exister et survivre que parce qu’elle est devenue capable de construire librement la possibilité de sa survie et de son épanouissement. Chaque individu doit pouvoir assurer cette construction, et pour cela réunir les conditions indispensables. Tout n’est pas possible. Le développement individuel est dépendant de l’organisation de la vie du groupe et a rendu absolument indispensable le respect des valeurs de chacun en instaurant des règles. Celles-ci ne sont jamais satisfaisantes. La solidité du cadre sociétal dépend davantage de notre capacité à les admettre et les respecter que de leurs qualités.

Dés l’origine, la proximité géographique des groupes a facilité leur rapprochement et leur alliance et a constitué la première base des civilisations. Certaines ont rapidement disparu, d’autres ont pu s’épanouir et se développer. Elles sont le fondement de notre histoire. Au sein des civilisations, l’homme a pu élaborer des cultures représentant les diversités et les spécificités propres à chacun d’entre nous. Elles furent le berceau d’un travail d’élaboration permettant à l’homme d’intervenir et d’agir pour créer des conditions de vie correspondant à son désir, qui est d’être heureux.

Être heureux et le bonheur semblent très proches. Le bonheur est un moment particulier et ineffable, que chacun espère retrouver lorsqu’il l’a rencontré une première fois, à un moment ou l’autre de sa vie. La première rencontre avec le bonheur se fait le plus souvent au cours de la petite enfance. Expérience et vécu qui laissent une trace profonde, qui sont en permanence attendus et qui constituent le socle de la vie affective. Tout être humain, quelles que soient sa condition, la qualité de son développement, que cette dernière, soit satisfaisante ou non, garde la possibilité de cette rencontre avec l’instant du bonheur. L’absence d’une vie bien construite rend cette rencontre plus aléatoire mais pas impossible.
Je m’adresse en écrivant ces pages à tous ceux qui s’interrogent sur le sens de leur vie. Je ne propose pas de réponse, mais j’ai apporté des éléments qui peuvent aider le lecteur à répondre, en fonction de son vécu et de son expérience, aux questions que je fais émerger. La réponse à ces questions, ne présente jamais un caractère d’urgence et les réalités de la vie quotidienne n’en font pas une priorité. En général, ce questionnement est plutôt dérangeant et plus ou moins consciemment, nous essayons de nous y dérober.
Nous savons tous qu’aucun d’entre nous n’a demandé à vivre, qu’aucun d’entre nous n’a choisi sa famille, ses origines, l’environnement accompagnant sa naissance. La vie nous est transmise et non pas donnée. Elle est le bien le plus précieux que nous ayons. Il nous appartient de la réaliser, de l’accomplir et de la protéger. C’est une caractéristique de la condition humaine. La vie est éprouvante, difficile à assumer. Les difficultés que nous rencontrons, peuvent nous amener au découragement à l’abandon, à la résignation. En dépit de cette éventualité, elle reste la chose la plus extraordinaire et merveilleuse que nous possédions. Nous devons être vigilants et travailler en permanence pour apprendre à en jouir, c’est-à-dire devenir capables d’en faire un bon usage, et non pas d’en profiter. Cela nous impose de l’aimer, de la comprendre, de la respecter et de la protéger.
Je propose à mon lecteur de m’accompagner en lui prêtant mon regard, au cours d’une promenade parcourant l’histoire et la connaissance. Je propose une vision et une mise en perspective qui éveillent la curiosité et suscitent le questionnement.

Dans une première partie, j’ai surtout envisagé les conditions qui permettent d’assurer un développement individuel satisfaisant. J̵

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents