Seniors nouvelle génération : tonifiez votre santé !
108 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Seniors nouvelle génération : tonifiez votre santé ! , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
108 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Stimuler sa mémoire, continuer à bouger, rester souriant à la vie... Tous les secrets pour rester au top de votre forme le plus longtemps possible !



Plus si jeune, vous n'êtes pourtant pas si vieux puisque vivre ne se résume pas au nombre d'années qui passent ! Mais des petits tracas du quotidien apparaissent ? Parfois des douleurs au réveil, quelques soucis de santé ? Un manque d'entrain pour des sorties culturelles ou voir du monde ? Pas toujours évident de trouver la motivation ou de percevoir l'intérêt de prendre soin de soi. Ne cherchez plus, grâce à ce livre, vous allez pouvoir être acteur de votre santé !



Dans ce guide très pratique, grâce à une pédagogie innovante, vous allez prendre plaisir à découvrir des astuces et des conseils concrets pour préserver votre qualité de vie et envisager l'avenir avec sérénité et enthousiasme !



De nombreux défis et exercices ludiques permettent de stimuler sa mémoire, de développer l'estime de soi, de maintenir ses sens en éveil, de renforcer son bien-être physique, d'adapter son environnement... Vous aurez ainsi toutes les clés pour vous entretenir physiquement et intellectuellement, et apprécier cette période de vie avec un regard nouveau sur ses potentiels, son intérêt et toute sa saveur !




  • Une sérénité retrouvée


  • Un bien-être physique quotidien


  • Des sens en éveil


  • Un environnement adapté


  • Réponses des tests, jeux et exercices ludiques

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 juillet 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782212651072
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0500€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Stimuler sa mémoire, continuer à bouger, rester souriant à la vie… Tous les secrets pour rester au top de votre forme le plus longtemps possible !
P lus si jeune, vous n’êtes pourtant pas si vieux puisque vivre ne se résume pas au nombre d’années qui passent ! Mais des petits tracas du quotidien apparaissent ? Parfois des douleurs au réveil, quelques soucis de santé ? Un manque d’entrain pour des sorties culturelles ou voir du monde ? Pas toujours évident de trouver la motivation ou de percevoir l’intérêt de prendre soin de soi. Ne cherchez plus, grâce à ce livre, vous allez pouvoir être acteur de votre santé !
Dans ce guide très pratique, grâce à une pédagogie innovante, vous allez prendre plaisir à découvrir des astuces et des conseils concrets pour préserver votre qualité de vie et envisager l’avenir avec sérénité et enthousiasme !
De nombreux défis et exercices ludiques permettent de stimuler sa mémoire, de développer l’estime de soi, de maintenir ses sens en éveil, de renforcer son bien-être physique, d’adapter son environnement… Vous aurez ainsi toutes les clés pour vous entretenir physiquement et intellectuellement, et apprécier cette période de vie avec un regard nouveau sur ses potentiels, son intérêt et toute sa saveur !

Dr Corinne Ghozlan est la fondatrice et la directrice générale de Lean de Vie, une société de conseil, de recherche et de formation qui crée des programmes de pédagogie ludique s’appuyant sur des expertises en médecine et en sciences humaines pour développer des solutions innovantes en prévention santé.
Dr Corinne Ghozlan
Seniors nouvelle génération : tonifiez votre santé !
Éditions Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Illustrations et schémas : Conception Lean de Vie ; KenshiDesign/Shutterstock ( page 69 ) ; diskoVisnja/Shutterstock ( page 106 , bas).
Création de maquette et mise en pages : Facompo, Rouen
Relecture/correction : Coline Rouge
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans l’autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands Augustins, 75006 Paris.
© Éditions Eyrolles, 2019 ISBN : 978-2-212-56607-9
À Stéphane Hanczyk,
docteur en sciences de l’éducation,
qui contribue à la santé des seniors
en conjuguant son expertise
scientifique en pédagogie ludique
avec l’expertise médicale.
SOMMAIRE
Avant-propos
Quel est l’objectif de ce livre ?
Introduction
La clé du changement
La clé de la longévité en bonne santé
La clé d’un cadre de vie adapté
La clé d’un apprentissage réussi
Porte numéro 1 : Une sérénité retrouvée
Comment nous voyons-nous évoluer au fur et à mesure de notre vie ?
Valoriser l’avancée en âge
S’investir pour donner du sens à sa vie
Définir ce qui est important pour soi
Prendre soin… de soi
Comment vous sentez-vous dans votre vie ?
Préserver ses fonctions cognitives
Entraînez votre mémoire !
Pour continuer à entretenir vos capacités cognitives
Autres jeux sur la mémoire
Moi… et les autres
Que faire de manière préventive ?
Prendre soin de soi et des autres !
Maintenir une vie sociale active !
Stimuler sa mémoire
Porte numéro 2 : Un bien-être physique quotidien
Comment garder une bonne santé ?
Une démarche bienveillante et protectrice
Identifier nos résistances
Le sommeil
Suis-je en accord avec le rythme de l’ensemble des seniors de mon âge ?
Que puis-je faire pour mieux dormir ?
L’activité physique
Se donner des défis régulièrement
Manger
L’alimentation
N’oubliez pas de boire !
La dentition
Que faire de manière préventive ?
Bien dormir !
Rester actif et dynamique !
Prendre plaisir à manger !
Prendre soin de ses dents !
Stimuler son appétit !
Porte numéro 3 : Des sens en éveil
Réveillons nos sens !
Faisons le point
Challenges, petits défis personnels
Voir
Quelques jeux et exercices pour aiguiser notre vue
Mieux voir pour ne plus (trop) se faire avoir !
Prendre conscience de ce que nous voyons
Entendre
Ne faites plus la sourde oreille !
Qu’est-ce que je connais de mon audition ?
Et la mémoire auditive…
Toucher
Sentir
Goûter
Que faire de manière préventive ?
Accepter et s’adapter à l’évolution de ses sens
Prendre soin de ses yeux !
Être attentif à son audition
Dynamiser l’odorat et le goût
Prendre soin de sa peau
Porte numéro 4 : Un environnement adapté
Aménager son logement
Évaluer ses besoins
Les aides professionnelles
Réaménager, sécuriser
Se déplacer en toute sécurité
La marche, une activité physique pour garder la forme
La voiture, mode de transport privilégié
Les nouvelles solutions de mobilité pour les seniors
L’ère des objets connectés
Prenons l’habitude de réaliser des petits gestes préventifs au quotidien
J’évite que ma mémoire ne me joue des tours
Comment préserver mon équilibre après 50 ans ?
Que faire de manière préventive ?
Marcher chaque jour !
Aménager et adapter son lieu de vie !
Être attentif !
Préserver son autonomie !
Réponses des tests, jeux et exercices ludiques
Bibliographie et références
AVANT-PROPOS
N otre espérance de vie s’allonge d’année en année. Elle devrait même encore progresser et atteindre 90 ans pour les hommes et 93 ans pour les femmes en 2070 1 !
Malgré quelques rides, nous n’avons jamais été aussi heureux. Une étude anglaise de 2016 l’illustre en révélant qu’entre 65 et 69 ans, nous sommes le plus satisfaits de notre existence. Certes, si nous sommes face à d’indéniables changements physiques et parfois mentaux, nous sommes riches d’une multitude d’expériences, capables de nous adapter aux aléas du quotidien, de prendre du recul sur notre vie et, tout compte fait, porteurs d’une certaine sagesse.
D’ailleurs, rien ne s’arrête vraiment. Certains d’entre nous continuent de travailler, y compris en ayant une nouvelle activité. D’autres en profitent pour réaliser des projets de vie. Ce qui semble déterminant, c’est de pouvoir repenser ce temps de vie, non en termes de perte ou de déclin, mais en termes d’opportunités, de potentiels, et d’activités possibles à réaliser. Des espoirs, des attentes, des envies : oui, la retraite représente un formidable temps propice pour réaliser enfin ce qui nous tient à cœur et même pour faire des découvertes !
Bien entendu, c’est d’abord un angle de vue, une mise en perspective, une manière de se voir et de vouloir vivre. « Vieillir », avant d’être une question d’âge, c’est surtout un défi qui commence par l’envie de se saisir du temps « libre » qui s’offre à nous dès le passage à la retraite.
Cette (r)évolution mentale s’accompagne de nouvelles habitudes : être soucieux de son alimentation, maintenir une activité physique quotidienne, entretenir de bonnes relations sociales, aménager son logement font partie d’un désir d’amélioration de la qualité de vie. À l’évidence, rien de très nouveau, seulement la poursuite de comportements quotidiens appropriés pour préserver son autonomie et sa qualité de vie. Et parfois, cela implique de cesser ou de freiner certaines habitudes et d’adopter des comportements plus judicieux pour sa santé ! C’est dans cette optique que s’inscrit la démarche REGAIN.

La méthode REGAIN
REGAIN est un programme pédagogique et ludique pour apprendre à adopter de bons gestes et développer des états d’esprit protecteurs, aussi bien en ce qui concerne sa santé physique et mentale que dans ses relations sociales. À la différence d’un code de bonne conduite, c’est une démarche active ! Il ne s’agit pas seulement de lire et de suivre des consignes impersonnelles. Il s’agit surtout de s’approprier la méthode par des exercices ludiques, d’acquérir de nouvelles habitudes et de retenir des informations pratiques, utiles à son bien-être au quotidien.
Quel est l’objectif de ce livre ?
Nous ne cessons d’apprendre durant notre existence. Parfois même, ce sont les aléas de la vie qui nous incitent ou nous contraignent à changer et à adopter de nouveaux comportements. Il est bien confortable d’avoir l’initiative du déroulement de son existence, de pouvoir, sinon anticiper, au moins d’y prendre part activement. C’est pourquoi ce livre nous invite à nous impliquer dans les réponses que nous pouvons mettre en place au sujet de notre santé et des questions et préoccupations qui se posent en avançant en âge. C’est donc une démarche « proactive » !
Préserver et entretenir son pouvoir de décision, sa volonté d’agir, son envie de participer est essentiel. Encore faut-il savoir quoi faire ! Bien vieillir est une aspiration louable mais comment s’y prendre ? Fort heureusement, certains comportements protecteurs sont déjà bien connus : ils ne sont pas toujours suivis pour autant ! Pour ceux-ci, comme pour ceux que nous ne connaissons pas ou dont nous n’avons pas saisi l’intérêt ou l’importance, un petit coup de pouce, une incitation bienveillante, une invitation ludique représentent une occasion à saisir pour se donner les moyens de mieux les comprendre et d’apprendre avec enthousiasme. C’est l’objectif de ce livre !
Se donner l’occasion de réfléchir à la manière d’être acteur de son existence ; trouver comment s’investir pleinement ; découvrir des exercices pratiques pour s’entraîner et s’exercer ; apprendre avec plaisir, sans contraintes ni culpabilisation, voici autant de « clés » contenues dans ce livre… Un apprentissage ludique ? Oui, puisque rien n’implique de s’ennuyer à lire, rien n’oblige à prendre soin de soi sans y prendre plaisir !
Au fil des pages, des synthèses facilitent la mémorisation des points importants à retenir. Les activités proposées dans chaque chapitre sont variées pour stimuler différentes fonctionnalités du cerveau ou différents muscles du corps. Certains jeux ou exercices peuvent se faire seul, d’autres seront plus intéressants ou agréables à effectuer à plusieurs. N’hésitez pas à partager ces activités avec votre entourage. Petits ou grands sont les bienvenus ! L’enthousiasme des uns renforcera l’intérêt des autres : les activités et exercices pratiques n’en seront que plus conviviaux sans perdre de leur utilité.
Cet écrit est conçu comme une manière dynamique d’apprendre. C’est une belle opportunité de prolonger la lecture que de mettre en pratique la compréhension des différents aspects qui concourent au bien-être et à son maintien le plus longtemps possible. Il y a de la vie en ses pages. Que chacun de nous y ajoute la sienne… pour que lire (re)devienne une belle aventure !
En définitive, ami lecteur, c’est à vous qu’il revient de faire de ce livre bien plus qu’un ouvrage à lire ! Ne l’oubliez pas, ce n’est pas un ouvrage littéraire, c’est une « aventure » à vivre !

1 . En France, les personnes âgées d’au moins 65 ans représentent 19,2 % en janvier 2017. Et, selon les projections, en 2030, cette proportion aura plus que doublé, passant à 40 % des Français, soit 30 millions de personnes.
INTRODUCTION
La clé du changement
En un siècle, nous avons gagné trente années d’espérance de vie supplémentaires. Que savons-nous faire de ce temps en plus ? Certes, nous ne faisons pas les mêmes choses à 60 ans qu’à 20 ans, mais nous avons gagné en connaissances, en sagesse. Petits, nous avons appris à marcher, à parler, à penser. Aujourd’hui, un autre apprentissage nous attend, celui de vivre pleinement ce temps nouveau qui nous est donné avec toutes les ressources dont nous disposons.
Cet apprentissage débute par un bouleversement de perspectives. Plutôt que d’accueillir ou de subir le changement, le principe est de devenir acteur de sa santé . Accepter l’idée qu’il n’y a pas vraiment de temps propice, de « pauses », de grande prise de conscience pour commencer à mieux avancer en âge, mais que l’on peut y penser au jour le jour. C’est en chemin qu’il faut apprendre à se ressourcer, quitte, de temps en temps, à faire un pas de côté et voir comment on avance.
Ce regard nouveau porté sur soi, cette envie de se prendre en main nécessite un élément déclencheur : l’exemple d’autres personnes plus âgées développant une certaine forme de sérénité ou de curiosité, la volonté de s’impliquer activement dans la préservation de soi, une forme d’optimisme et d’enthousiasme envers l’avenir.
Faire attention à soi, c’est entrer dans une démarche qui consiste à se témoigner plus de respect et plus d’estime. La vie n’est pas toujours tendre, elle laisse parfois des cicatrices, des envies qu’il n’a pas été entièrement possible de réaliser, des remords, des regrets et quelques rêves qui attendent un temps propice pour éclore.
Pour certains d’entre nous, ce sera en fait plusieurs choses en même temps : des lectures ou des renseignements entendus çà et là pour se maintenir en bonne santé, des conseils en prévention échangés avec son entourage ou des professionnels, en matière de santé ou des activités que nous voudrions pouvoir continuer de faire ou, pourquoi pas, de nouveaux défis. C’est souvent un ensemble de connaissances et d’expériences sur ce thème qui commence à nous interpeller.
Il devient alors difficile de se contenter d’informations générales, de ce qu’il faut faire ou ne pas faire quand on avance en âge. Nous avons besoin d’informations qui nous parlent, qui fassent écho en nous, d’activités qui nous soient accessibles, envisageables et que nous pouvons nous approprier.
Nous n’allons agir que si nous nous sentons concernés par la manière dont notre existence s’écoule et par l’idée, si nous en sommes insatisfaits, qu’il puisse en être autrement. À nous de prendre conscience des marges de manœuvre dont nous disposons pour nous adapter, pour aménager notre vie de tous les jours, pour nous préserver.
Sans y prêter toujours attention, nous savons bien que tout ce que nous réalisons, nos activités quotidiennes notamment, nous apportent un réel bien-être ou nous indisposent. De nombreuses activités sont parfois effectuées sous la contrainte : pour faire plaisir, par obligation, pour notre santé, pour respecter des valeurs, les nôtres ou celles de notre entourage.
Si nous avions le choix, que ferions-nous vraiment ? Tant de choses peut-être ou presque rien, mais au moins avec une envie pleine et entière de le faire. Ce qui est essentiel, c’est cette petite lueur dans nos yeux quand nous participons de bon cœur à une activité, quand nous partageons une pensée. C’est cette part de nous-mêmes qui nous pousse à agir. Que cette activité soit primordiale ou insignifiante, ce qui importe, c’est d’y puiser de l’énergie. Ce qui nous ressource, nous stimule, c’est cette possibilité d’être soi. C’est ce qui fait la différence. C’est sentir que cela nous fait du bien.
Rechercher cette part de soi dans notre quotidien, dans ce que nous allons entreprendre, nous porte, nous donne de l’élan. Cela nous motive et donne de l’intérêt à ce que nous envisageons de faire. Et, une fois la chose faite, cela nous apporte du plaisir parce que cela nous a rendus plus présents dans ce que l’on partage avec les autres. Insuffler cette part de soi dans nos activités est le meilleur moyen de faire que celles-ci soient épanouissantes.
La clé de la longévité en bonne santé
Cette période de vie vécue par un aussi grand nombre de personnes dans le monde est inédite. Sujette à interprétation, elle fait l’objet d’incertitudes, voire de craintes pour nombre d’entre nous. Sa valeur, c’est celle que nous lui donnons.
L’enjeu réside bien là en effet : qu’avons-nous à gagner ou à perdre à vivre ainsi aujourd’hui comme hier ? Sommes-nous si sereins, satisfaits, ou plus heureux encore et comblés par ce que nous sommes, par la manière dont nous évoluons ?
Ce que nous sommes, notre caractère, notre façon de voir et de ressentir le monde personnalise notre chemin de vie. Sous le regard des autres, il y a des pas que nous avons cessé de faire, des activités qui, un temps commencées ou juste envisagées, sont ensuite abandonnées, car trop compliquées ou trop difficiles à faire selon nous. C’est le moment de nous remettre en marche, reprendre ou réaliser nos envies d’antan, nos rêves secrets. Évidemment, nous ne pourrons le faire que si nous nous accordons un regard bienveillant !
Être soi, c’est déjà une aventure à part entière, pour certains, ce sera peut-être même plus dépaysant que d’exotiques voyages !
De temps à autre, il serait ainsi judicieux de se poser quelques questions : dans quel état d’esprit je me trouve ? Comment je me perçois ? Où en sont mes envies ? Les réponses que nous nous donnons peuvent varier d’une personne à une autre, et bien sûr, dans le temps, pour chacun de nous.
Et, qui sait, autorisons-nous à changer une part de ce que nous allons devenir. Au moins, participons, impliquons-nous dans ce quotidien de vie, ne nous laissons pas faire ! Cherchons donc activement à poursuivre cet enjeu : vivre plus longtemps et mieux.
La clé d’un cadre de vie adapté
Avec l’âge, nos capacités physiques ont tendance à diminuer. Les entretenir, essayer de se maintenir en forme, ce n’est pas toujours simple, mais c’est nécessaire. Ne rien faire présente un risque pour notre santé. Entre la non-activité et l’hyperactivité à laquelle notre vie nous avait habitués, il y a une marge de manœuvre. Pas besoin d’accomplir de grands exploits sportifs, juste d’avoir une activité quotidienne, en tenant compte des modifications physiologiques qui sont à l’œuvre.
Ces changements, nous ne les percevons pas tout de suite ou bien nous faisons avec ; nous nous en accommodons, faute de mieux. Parfois, nous aimerions bien ne pas les subir : ils nous contrarient, nous chagrinent.
L’une des améliorations les plus accessibles, c’est l’aménagement de notre espace de vie de manière à réduire les efforts et à augmenter le bien-être. En fonction de l’évolution de nos capacités et de nos facultés, il est toujours possible d’adapter les choses. L’important, c’est de prendre conscience du changement de son état de santé.
Idéalement, mieux vaut le faire avant qu’un événement fâcheux nous en rappelle l’urgence. D’autant qu’il existe une foule de petites choses, qui attendent le plus souvent une écoute attentive de notre part. Des professionnels comme les ergothérapeutes dispensent des conseils pertinents qui tiennent compte de nos capacités et de nos manières de vivre : encore faut-il se faire à l’idée d’être aidé.
Ce ne sera pas forcément pour un usage quotidien, néanmoins la rampe d’escalier sera là et, le moment venu, nous pourrons nous en servir. De même, ces étagères trop hautes qui nous contraignent à des équilibres instables pour attraper un ustensile dans la cuisine, comme pour les ampoules du plafond à changer, les grandes vitres du salon à nettoyer ou les haies envahissantes à tailler dans le jardin, il y a des solutions pratiques, comme faire appel à d’autres personnes (son entourage ou des professionnels). Ce qui importe ici, c’est la réflexion que nous pouvons faire pour accepter d’organiser notre environnement par rapport à nos capacités et à nos désirs aussi.
Tenir compte à la fois de ses envies et de son état de santé : l’équilibre n’est pas évident ni immédiat ni sans certaines concessions. Il est parfois difficile de demander de l’aide, même si ce n’est pas grand-chose. Cela nous renvoie une piètre image de nous-mêmes car, ce faisant, une certaine part de notre indépendance et de notre autonomie est remise en question. Toutefois, c’est aussi bien pratique de pouvoir compter sur d’autres personnes, d’éviter de se fatiguer ou de prendre un risque inutilement.
Nous adapter, ce n’est pas tout changer, cela signifie aussi et surtout, actualiser la conscience que nous avons en nos capacités. Nos exigences, nos souhaits, notre volonté sont parfois en décalage. Nous ne sommes pas si vieux, mais plus si jeunes non plus ! Nous aussi, il nous faut bien nous adapter à nous-mêmes, à ce que nous devenons chaque jour. Pour les plus lucides d’entre nous, l’écart n’est pas toujours si important. Pour d’autres, c’est plus compliqué. Les désillusions surgissent dans un premier temps, mais s’apaisent quand elles finissent par être acceptées. Certes, cela peut prendre du temps. Mais l’enjeu est de taille. Nous gagnons tous à vivre plus sereinement, en partant à la reconquête de notre univers, une fois celui-ci rendu plus approprié, plus facile à vivre. Ce qui est en jeu derrière cette prudente ou nécessaire adaptation du cadre de vie, c’est anticiper au cas où, et nous faciliter le quotidien, nous rendre plus libres de parcourir et de gérer notre espace de vie.
Changer notre cadre de vie, c’est finalement une autre manière de reprendre possession de soi, de mieux vivre en se facilitant la vie, en se sentant plus sécurisé dans nos déplacements, plus aidé dans l’accomplissement de nos activités quotidiennes… et en étant globalement plus serein pour appréhender l’avenir.
Le pas le plus engageant à faire dans cette démarche, c’est bien sûr le premier ! Celui qui nous met en chemin. Il ressemble aux précédents, mais nous fait ressentir la route différemment quand bien même nous aurions l’impression qu’il était aussi anodin à faire que les autres. Ce pas, en fait, nous emporte dans un autre monde, un monde où nous serons davantage portés par la bonne humeur, la frivolité, le ludique.
La clé d’un apprentissage réussi
REGAIN est un jeu pédagogique qui incite à passer par différents états d’esprit pour réaliser un processus d’apprentissage en douceur et avec plaisir. Chaque porte développe une thématique pour préserver son bien-être et sa dignité afin de donner plus de vitalité aux années.
REGAIN, c’est une démarche ludique destinée à enseigner comment regagner le trésor que certains ont un peu perdu : la vitalité, le dynamisme, l’enthousiasme de vivre. Il s’agit d’une pédagogie « active » qui s’appuie sur l’importance de l’expérience, du « faire ». Cette méthode se fonde sur plusieurs valeurs qui s’inscrivent dans cet acronyme. Ce sont les valeurs d’une dynamique de vie préservée ou retrouvée. R comme régénérer. L’ambition est de permettre de revitaliser le corps et l’esprit pour donner un nouvel élan de vie. Créer quelque chose de nouveau avec ce temps en plus qui nous est accordé. E comme évoluer. Accepter le vieillissement comme une évolution plutôt qu’un déclin et réfléchir à ses ressources plutôt qu’à ses manques. G comme gérer. Certains événements, certaines évolutions sont inéluctables. En revanche, la façon dont nous réagissons ne dépend que de nous. Il n’y a pas de solution unique, à chacun de trouver son mode, sa stratégie de vie. A comme adapter. On ne peut pas changer du tout au tout ni changer le monde dans lequel nous vivons. Mais procéder à des changements petit à petit, adapter son environnement à l’évolution de sa vie, c’est possible ! I comme innover. Changer d’état d’esprit, prendre des décisions utiles concernant son bien-être physique et son environnement, c’est aboutir à un nouveau mode d’existence, plus riche et plus satisfaisant. N comme naviguer. C’est en définissant ses priorités et en les pilotant que l’on peut obtenir une vie plus épanouissante.
Parce qu’il est essentiel de s’impliquer dans une activité pour en retirer le maximum, la pédagogie ludique de REGAIN convient parfaitement pour s’approprier des informations nécessaires à notre santé et à notre bien-être.
La pédagogie ludique repose sur l’idée que jouer est un levier puissant et mobilisateur qui crée les bonnes conditions d’un engagement durable et plaisant. Si l’on « gagne » forcément quelque chose à jouer, nous n’avons rien à y perdre et grâce au jeu, on accède au plaisir d’apprendre !
Ce qui nous fait plaisir, ce que l’on réalise avec envie, les rires que nous partageons avec notre entourage, nous portent, nous donnent de l’élan. Nous sommes plus enclins à recommencer une partie de jeu, à passer un bon moment à rire qu’à poursuivre une activité peut-être intéressante, mais ennuyeuse, car contraignante. De fait, la motivation augmente en même temps que l’intérêt à suivre la démarche. Le plaisir de faire, la convivialité, l’intérêt pris à jouer et à suivre un apprentissage sont des éléments moteurs. Ils vont nous aider, nous motiver, nous rendre plus facile la possibilité de changer, d’en savoir plus sur notre santé, d’ouvrir notre esprit pour adopter de nouveaux comportements et être acteur de notre santé.
Les clés que propose REGAIN permettent d’ouvrir quatre portes essentielles : Porte numéro 1 : Une sérénité retrouvée. Porte numéro 2 : Un bien-être physique quotidien. Porte numéro 3 : Des sens en éveil. Porte numéro 4 : Un environnement adapté.
Porte numéro 1
Une sérénité retrouvée
La sérénité agit sur notre état d’esprit, notre manière de ressentir le monde et de réagir par rapport à notre quotidien. De fait, il n’est pas si simple d’être serein, en paix avec soi-même ou son entourage, surtout à mesure que l’expérience des années s’accumule… Pas simple, et toutefois pas impossible !
Certes, il n’est déjà pas évident de trouver cette sérénité dans l’existence… alors si en plus elle disparaît ! Fort heureusement en passant à la retraite, nous nous retrouvons du temps, un temps particulier en fait, un temps « libre » où tant de choses, repoussées jusqu’alors, semblent désormais envisageables. Et cette perspective de faire un peu plus ce qui nous tient à cœur apporte souvent un regain d’enthousiasme et une profonde quiétude. Cette période de vie est propice, favorable, facilitante pour (re)trouver sa sérénité ou la développer. Alors, attelons-nous à la tâche sans plus attendre !
Comment nous voyons-nous évoluer au fur et à mesure de notre vie ?
Voici un test 1 pour faciliter la prise de conscience de l’image actuelle que nous avons de nous-mêmes. Notre image change, se modifie plus ou moins à mesure du temps qui passe, des aléas de l’existence, de l’expérience que nous en avons, de la connaissance que nous acquérons de nous-mêmes et par nos échanges avec notre entourage. Et ce jour ou ces derniers temps, qu’en est-il de cette image ?

EXERCICE LUDIQUE

OÙ EN ÊTES-VOUS AUJOURD’HUI ?
En première lecture, sans trop y réfléchir, cochez les cases qui vous conviennent dans la colonne « oui » et celles avec lesquelles vous n’êtes pas d’accord dans la colonne « non ».

Q UESTIONS
O UI
N ON
Vous sentez-vous plus heureux qu’à 20 ans ?


Croyez-vous en l’avenir ?


Pensez-vous avoir encore des choses à apprendre ?


Pensez-vous que l’on peut vivre toute sa vie en bonne santé ?


Avez-vous des projets ?


Avez-vous des sujets d’intérêt ?


Est-ce que prendre de l’âge signifie « mûrir » ?


Êtes-vous curieux ?


Avez-vous de l’espoir ?


Pensez-vous plus à demain qu’à hier ?


Y a-t-il de nouvelles activités que vous voulez entreprendre ?


Comptez le nombre de « oui » et réfléchissez à ce que vous aimez, à ce qui vous « rassure » et vous conforte par rapport à la vision que vous avez de l’avancée en âge. Les phrases de ce tableau peuvent représenter ce que nous en pensons, tout autant que ce que nous souhaiterions. Il est possible qu’il y ait un décalage entre ce que nous sommes et ce que nous aimerions être.
En fait, ce n’est pas un sujet tranché et encore moins consensuel. Chacun s’en fait son idée, en fonction de ses ressentis et de ses valeurs.
L’art de vivre, c’est « se bonifier » avec les années, c’est trouver sérénité, enthousiasme et dynamisme tout au long de la vie.
Comment allons-nous évoluer dans notre vie ? Cette interrogation traverse les âges.
Qu’allons-nous devenir au fil du temps ? C’est une question que déjà, tout jeune, on se pose avec curiosité et appréhension. Adolescents, nous attendons avec hâte de bénéficier des avantages de la maturité, mais à l’âge « adulte », nous cherchons à en retarder les effets !
Ce n’est pas tant ce que nous pensons qui importe. Il n’y a pas de « bonnes » ou de « mauvaises » manières de considérer chaque époque de la vie.
On ne se trompe pas, ce sont nos ressentis, nos impressions, nos douleurs et nos joies qui façonnent cette représentation. C’est ainsi que nous nous voyons prendre de l’âge… au moins pour l’instant, mais réservons-nous la possibilité d’évoluer le cas échéant.
Il s’agit de comprendre comment nos représentations sur nous-mêmes nous permettent de rester jeunes ou pas. Il est essentiel de changer le regard que nous nous portons pour en adopter un autre, plus valorisant.
Nous nous sommes forgé un univers qui fait sens pour nous. De temps à autre, nous sommes incités à réfléchir à la question, après des soucis de santé notamment ou à la suite de discussions ou de lectures à ce sujet qui bousculent nos a priori . Et de fait parfois, au terme de ces évaluations nécessaires, nous adaptons un peu notre façon de voir les choses. Ces prises de conscience doivent être des opportunités pour améliorer dans notre vie ce qui peut l’être.
Inutile néanmoins de placer la barre trop haut, de se lancer un défi inaccessible pour orienter notre vision vers cet engouement pour une participation plus active au devenir de notre existence.
Si c’est bien le premier pas qui compte et qui s’avère le plus difficile, autant en effet ne pas se mettre trop de pression et envisager des changements de comportement qui soient réalistes et à notre portée. Cela commence par le fait de prendre conscience des possibles et des limites que nous procurent certaines de nos représentations. « Je me ressens vivre ainsi plutôt qu’autrement », mais n’est-il pas pensable de s’autoriser d’autres ressentis, d’ouvrir son horizon de vie et d’intégrer des éléments qui nous (re)donnent envie d’avancer en âge et de profiter pleinement de notre vie ?
Comme ce petit exercice qui nous permet ainsi de prendre conscience d’autres façons d’envisager notre existence, poursuivre ce chemin nous appartient. Il ne s’agit pas de partager l’ensemble des idées évoquées dans ces pages. Nous pouvons y réfléchir dans un premier temps. Nous pouvons nous interroger pour voir comment vivre d’une façon plus semblable, plus proche des représentations qui nous inspirent. C’est un travail ni évident ni simple, mais ce n’est cependant pas hors de notre portée. L’essentiel étant d’abord de se rendre compte que nous avons des ressources en nous pour accepter de modifier nos a priori .
Le travail à faire demeure surtout intellectuel, nous aurons le temps, par la suite, d’en tirer les conséquences sur notre mode de vie. Reconnaissons humblement qu’il nous est possible de changer notre regard sur l’avancée en âge. Accordons-nous la chance de mieux comprendre ce sujet et cherchons résolument à valoriser cette période de notre vie.
Valoriser l’avancée en âge
Bien sûr, nous avons tous appris que Mozart a créé son premier menuet à 5 ans et son premier opéra à 11 ans, ou que le fondateur de Facebook, Mark Zuckerberg, est devenu à 23 ans le plus jeune milliardaire de la planète. Mais beaucoup de personnalités ont eu des réussites tardives, dans des domaines très différents. Elles en ont retiré soit de l’argent, soit la reconnaissance du public, soit les deux. Testez vos connaissances ci-dessous.

EXERCICE LUDIQUE

À TOUT ÂGE, SA RÉUSSITE
Objectif : prendre conscience du fait que l’on peut réaliser des choses importantes à tout âge… et même acquérir de la notoriété pour cela.
Nicolas Appert
Grandma (grand-mère) Moses
Harland David Sanders
Marcel Proust
Lucienne Moreau
François Berléand
Fauja Singh
Momofuku Andō
Saurez-vous associer ces noms aux personnalités décrites ?
Ce Japonais, qui était un simple vendeur de sel, a eu l’idée d’inventer les nouilles instantanées à 61 ans et a fait fortune depuis.
Cet écrivain français était bibliothécaire et a rédigé le premier tome de À la recherche du temps perdu à 42 ans.
Cet Américain a créé la plus grande chaîne de fast-food utilisant du poulet (KFC) à 65 ans. Auparavant, il avait été fermier, avocat puis avait cherché à devenir un homme politique.
Cet acteur français, dont la carrière ne décollait pas, s’est vu offrir son premier vrai rôle au cinéma à 47 ans, dans Ma petite entreprise .
Cet athlète britannique d’origine indienne a couru son premier marathon à 89 ans (et a terminé sa carrière à 103 ans).
Cette Américaine a dû arrêter son métier de brodeuse en raison d’un problème de santé ; elle découvrit la peinture à l’âge de 78 ans et traversa trente états des États-Unis pour réaliser les scènes rurales qui ont fait sa gloire.
Cette Française a travaillé à la ferme puis en usine, mais c’est à 81 ans qu’elle est devenue la mamie la plus branchée des médias, avec ses interventions dans le magazine « Groland » et le « Petit Journal » de Yann Barthès sur Canal +. Cela lui a ouvert depuis la carrière de mannequin et lui a valu aussi d’être choisie par le ministère des Finances pour faire la publicité de la déclaration de revenus en ligne.
Ce confiseur français fit des recherches à l’époque de la révolution sur les moyens de conserver les aliments. Il eut l’idée de la stérilisation et créa la première usine de conserves du monde lorsqu’il avait 53 ans.
S’investir pour donner du sens à sa vie
Certains moments de vie, parfois de longues périodes, se ressemblent. Ils n’ont rien de particulier. Ces jours-là passent, ils ne nous marquent pas, ne laissent pas de traces. C’est à peine si on arrive à se demander ce que nous avons pu y faire. Ils ne semblent rien nous apporter, ne rien représenter d’intéressant ni de plaisant. Ils sont sans nuances, sans relief. Ils se confondent les uns les autres.
Ces moments de vie sont véritablement insignifiants, parce que, précisément, nous ne parvenons pas à leur donner un sens particulier. La vie nous pèse, car nous ne nous sentons plus vraiment responsables de son déroulement. Nous subissons le temps qui passe, sans réellement l’investir ni l’habiter de notre volonté.
Notre désinvestissement du cours de l’existence laisse grandir notre désintérêt. Il devient plus difficile de s’enthousiasmer, de s’étonner. Certains y perdent leur motivation à vivre, alors que d’autres s’en rendent à peine compte.
Quelle que soit notre situation, il nous faut en construire le sens, ce qui, certains jours, les « jours sans », est plus pénible, plus fatigant à réaliser.
Pourtant, dans ce travail quotidien, dans cette volonté de tous les instants (ou presque !), se joue un enjeu crucial : celui de notre envie de vivre. N’en doutons pas, nous avons besoin de sens. « Nous avons autant besoin de raisons de vivre que de quoi vivre », disait l’abbé Pierre. C’est même un besoin essentiel que celui de comprendre notre existence. Et si nous ne pouvons y parvenir, il demeure important au moins de pouvoir accepter, de faire avec ce qui nous arrive. Là réside une clé qui préserve notre vie des aléas et des déconvenues, qui surtout nous permet de rebondir, de trouver la force de poursuivre notre chemin de vie. C’est bien de cela qu’il s’agit : apprendre que chaque jour est inédit, qu’il est porteur de renouveau. Ce n’est pas tous les jours facile ; certains jours, c’est même vraiment difficile, voire insurmontable, impossible ou inenvisageable de le faire.
Donner du sens, c’est en définitive donner de la vitalité au temps qui passe, c’est ajouter de la vie à nos années ! Ce travail quotidien, ce petit temps consacré à soi, ce regard porté sur l’organisation et le déroulement de notre existence permettent de nous mettre en marche, d’avoir envie d’agir. Ne passons pas à côté de notre vieillesse, prenons conscience de ce temps que nous vivons.
La recherche de sens ne fige pas notre existence. Elle nous occupe, elle nous incombe, car elle lui donne du relief ! Elle rend la vie plus énergique et plus dynamique. Les relations sociales, les activités culturelles ou sportives sont autant de moyens de se renouveler, de se surprendre à nouveau, d’obtenir ce supplément d’âme qui nous fait parfois tant défaut.
Ainsi à travers ce travail quotidien, nous gardons prise sur le déroulement de notre existence, nous nous investissons, nous demeurons acteurs de notre propre vie et, à ce titre, nous préservons sa vitalité !
D’autant que prendre des décisions combat efficacement le sentiment d’angoisse de ne plus être maître des choses, parce qu’on ne peut plus faire les mêmes activités qu’avant. Si certaines choses ne peuvent plus être faites, d’autres peuvent être envisagées et c’est en maintenant une curiosité intacte pour tout ce qui nous est inconnu que l’on pourra les réaliser avec enthousiasme et non avec crainte.

EXERCICE LUDIQUE

DES EXPLOITS À TOUT ÂGE
Vrai ou faux ?
Il existe des records du monde spécifiques pour les athlètes de plus de 90 ans et une catégorie pour les plus de 100 ans.
L’Anglais Verdun Hayes a effectué son premier saut en parachute pour fêter ses 100 ans et a renouvelé l’opération à 101 ans et 37 jours.
La femme du monde qui a atteint le plus grand âge est une Japonaise, Misao Ōkawa, morte à 117 ans.
À 105 ans, le Français Robert Marchand est le détenteur du plus grand nombre de records créés spécialement pour lui : centenaire le plus rapide sur 100 kilomètres à vélo, record de l’heure des plus de 100 ans, record de l’heure des 105 ans et plus.
On estime à 300 000 le nombre de centenaires dans le monde en 2016.
La femme la plus âgée à avoir traversé la Manche à la nage est une Australienne de 70 ans.
Le/La salarié(e) le/la plus âgé(e) travaille dans un bar et a 97 ans.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents