L estime de Moi
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'estime de Moi

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
133 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Notre pleine réalisation professionnelle et personnelle passe, entre autres, par la connaissance, la reconnaissance et le respect de notre valeur. C'est cela qui nous permet d'emprunter solidement le chemin de notre accomplissement. C'est ce chemin qui donne du sens et de la valeur à notre vie. Sylvie Liger est présente auprès des personnes qu'elle accompagne pour les soutenir dans leur quête de réalisation, tant personnelle que professionnelle, en leur apprenant à se faire confiance. C'est le moteur de la réussite. Les freins à la réussite sont nombreux, et c'est le coeur de son travail.



Au-delà des outils délivrés, "Les conseils de Sylvie" ont un rôle primordial dans la reprise de confiance en soi et dans l'autorisation qu'on se donne à réussir.



Vous êtes débordée, stressée, au bord de la crise de nerfs ? Vos projets sont au point mort ? Respirez, l'auteure vous donne sa baguette magique.




  • Je m'observe avec bienveillance... et lucidité


  • Je découvre que j'ai des besoins, chic !


  • Je découvre que j'ai aussi des valeurs


  • Je suis (trop) modeste, c'est décidé, j'arrête !


  • Tout ce qui traîne, draine mon estime de Moaa


  • Je suis la personne la plus importante... si, si !


  • Je décomplexe à fond !


  • Mes copines procrastinent, pas Moaa !


  • Avant j'acceptais l'inacceptable, mais ça, c'était avant


  • Je dis OUI ou je dis NON ?


  • Je m'affirme et ça me va bien !


  • J'ai de l'ambition et je la revendique


  • Je suis une pépite !


  • Moaa et mes dollars

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 04 février 2016
Nombre de lectures 50
EAN13 9782212304817
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0025€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait



Vous êtes débordée, stressée, au bord de la crise de nerfs ? Vos projets sont au point mort ? Respirez, l'auteure vous donne sa baguette magique.




  • Je m'observe avec bienveillance... et lucidité


  • Je découvre que j'ai des besoins, chic !


  • Je découvre que j'ai aussi des valeurs


  • Je suis (trop) modeste, c'est décidé, j'arrête !


  • Tout ce qui traîne, draine mon estime de Moaa


  • Je suis la personne la plus importante... si, si !


  • Je décomplexe à fond !


  • Mes copines procrastinent, pas Moaa !


  • Avant j'acceptais l'inacceptable, mais ça, c'était avant


  • Je dis OUI ou je dis NON ?


  • Je m'affirme et ça me va bien !


  • J'ai de l'ambition et je la revendique


  • Je suis une pépite !


  • Moaa et mes dollars

" />

R sum
Notre pleine réalisation professionnelle et personnelle passe, entre autres, par la connaissance, la reconnaissance et le respect de notre valeur. C’est cela qui nous permet d’emprunter solidement le chemin de notre accomplissement. C’est ce chemin qui donne du sens et de la valeur à notre vie. Sylvie Liger est présente auprès des personnes qu’elle accompagne pour les soutenir dans leur quête de réalisation, tant personnelle que professionnelle, en leur apprenant à se faire confiance. C’est le moteur de la réussite. Les freins à la réussite sont nombreux, et c’est le coeur de son travail.
Au-delà des outils délivrés, « Les conseils de Sylvie » ont un rôle primordial dans la reprise de confiance en soi et dans l’autorisation qu’on se donne à réussir.
Vous êtes débordée, stressée, au bord de la crise de nerfs ? Vos projets sont au point mort ? Respirez, l’auteure vous donne sa baguette magique.
Biographie auteur
Plus de 20 ans d’un parcours d’indépendante en tant que chef d’entreprise, de créations et de développements de projets, une formation professionnelle en coaching ont permis à Sylvie LIGER d’avoir les ressources indispensables pour être en mesure d’accompagner ses clients. Les personnes qu’elle accompagne apprennent à reconnaître leurs talents à se faire plus confiance, à se valoriser. C’est un effet booster garanti pour leur activité.
http://nouvelleperspective.com/
www.editions-eyrolles.com
Sylvie Liger
L’ESTIME DE MOI
SE FAIRE CONFIANCE : PETITES ASTUCES POUR DES FILLES DÉJÀ PARFAITES
Groupe Eyrolles 61, bd Saint-Germain 75240 Paris Cedex 05
www.editions-eyrolles.com
Illustrations de l’intérieur : Catherine Pioli
En application de la loi du 11 mars 1957, il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement le présent ouvrage, sur quelque support que ce soit, sans autorisation de l’éditeur ou du Centre français d’exploitation du droit de copie, 20, rue des Grands-Augustins, 75006 Paris.
© Groupe Eyrolles, 2015 ISBN : 978-2-212-56293-4
SOMMAIRE
INTRODUCTION
Chapitre 1 > JE M’OBSERVE AVEC BIENVEILLANCE… ET LUCIDITÉ !
Le roi et son jardin
Alors maintenant qu’est-ce qu’on fait ?
Se (re)connaître pour s’accepter et s’aimer
S’observer avec bienveillance et lucidité
Exercice : les qualités
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 2 > JE DÉCOUVRE QUE J’AI DES BESOINS, CHIC !
Oui, oui, nous avons des besoins !
La pyramide des besoins
Et les besoins des autres dans tout cela ?
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 3 > JE DÉCOUVRE QUE J’AI AUSSI DES VALEURS
Valeurs héritées
Valeurs fondamentales
Des valeurs et des émotions
Conflit de valeurs
Actualisez vos valeurs
Valeurs hiérarchisées
Vos valeurs stimulent votre passage à l’action
Valeurs : critères de choix
Des valeurs pour tout, partout
Identifiez et priorisez vos valeurs
Mettez vos valeurs au service de vos objectifs
Test : Identifiez et classez vos valeurs
Les conseils de Sylvie
Je renforce mon estime de MOAA
Chapitre 4 > JE SUIS (TROP) MODESTE, C’EST DÉCIDÉ, J’ARRÊTE !
Prétentieuse et heureuse de l’être !
Parlez-moi de moi, y’a qu’ça qui m’intéresse !
Modeste à toutes les sauces
Mais qu’est-ce qui nous fait peur ?
Soyez brillante en toute simplicité
Je ne vois pas ce que les autres voient
Que faire quand on vous dit que vous êtes géniale ?
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 5 > TOUT CE QUI TRAÎNE DRAINE MON ESTIME DE MOAA
Tout est énergie ! Vérifiez sur quelles prises vous êtes branchée !
Un inventaire minutieux, suivez le guide
Inventaire : les rôles que vous vous obligez à tenir
Comme d’habitude…
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 6 > JE SUIS LA PERSONNE LA PLUS IMPORTANTE… SI, SI !
Vous trouvez l’idée un peu trop narcissique ?
Se porter attention et amour
Une démarche holistique
Qu’est-ce qu’elle me veut ?
La priorité des priorités
Un signe de sagesse et de responsabilité
L’importance de savoir où vous allez
Un tableau pour vous aider à y voir plus clair
Une image vaut mille mots
Quelques pièges à éviter
Les conseils de Sylvie
Je renforce mon estime de MOAA
Chapitre 7 > JE DÉCOMPLEXE À FOND !
Non conforme au casting
Un coupable tout trouvé
Sauter aux conclusions
La palme revient à…
Barbie, lâche-nous un peu !
Une petite dose chaque jour
Bridget Jones, c’est nous !
Et si vous décidiez d’arrêter vos obsessions ?
Les jugements
Les cinq bénéfices majeurs du non-jugement
Réjouissez-vous !
Les conseils de Sylvie
Je booste mon estime de MOAA
Chapitre 8 > MES COPINES PROCRASTINENT, PAS MOAA !
« Tout ce qui traîne draine »
Qu’est-ce qui peut vous faire procrastiner ?
Attention, danger !
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 9 > AVANT J’ACCEPTAIS L’INACCEPTABLE, MAIS ÇA, C’ÉTAIT AVANT
Jolie petite grenouille
Évaluation des faits
Huit conseils pour éviter d’accepter l’inacceptable
Maintenant ça suffit !
« Mon système Vigilance »
Les conseils de Sylvie
Je renforce mon estime de MOAA
Chapitre 10 > JE DIS OUI OU JE DIS NON ?
Choisir et décider : des faux synonymes
Prendre la responsabilité du résultat
Le doute : ennemi numéro un de la prise de décision
Les sept meilleures façons d’entretenir le doute
L’intuition, notre mystérieuse alliée
L’essentiel : une vraie perle !
Les conseils de Sylvie
Je renforce mon estime de MOAA
Chapitre 11 > JE M’AFFIRME ET ÇA ME VA BIEN !
Une faculté naturelle
L’éducation est passée par là…
L’assertivité
S’affirmer en posant le cadre
Pour s’affirmer il faut être prête !
Un langage précis
Savoir se défendre : répondre aux attaques sexistes
Présence divine : développez votre aura
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 12 > J’AI DE L’AMBITION ET JE LA REVENDIQUE
C’est quoi au juste, l’ambition ?
L’ambition version malsaine
L’ambition version saine
L’ambition est neutre
L’ambition pour quoi faire ?
D’où vient notre ambition ?
Quelques obstacles à l’ambition
Test : quel type d’ambition avez-vous ?
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 13 > JE SUIS UNE PÉPITE !
Vous êtes une pépite !
Vous êtes une magicienne !
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
Chapitre 14 > MOAA ET MES DOLLARS
Prospérité, argent, abondance, des mots qui font rêver…
Sylvie est en colère…
Combien tu vaux ?
Ne reliez jamais votre valeur à votre compte en banque
Les femmes et l’argent
Valeurs et croyances
La principale clé
Zoom sur vos dollars !
Quelques conseils pour vous réconcilier avec votre argent
Travailleuses !
Les conseils de Sylvie
Je recharge mon estime de MOAA
CONCLUSION
ANNEXE
Liste de qualités
Liste des défauts
Mixtes
BIBLIOGRAPHIE
GRATITUDE
BIOGRAPHIE
INTRODUCTION
T outes les filles, toutes les femmes sont bien plus parfaites qu’elles ne l’estiment. Si votre estime de MOAA pose trop souvent des RTT à votre goût, ce livre est pour vous, et je vous en souhaite une bonne lecture.
Je pense que j’ai toujours su que je délivrerais un message aux femmes. Un message qui devait leur dire : « Fais en sorte de t’aimer suffisamment pour faire toi-même tes choix, pour être autonome, indépendante et indépendante financièrement. Ne laisse personne choisir à ta place, affirme-toi, responsabilise-toi, ne sois jamais le projet ou pire l’objet de quelqu’un, sois libre. »
L’estime de soi inclut la confiance en soi, l’amour de soi et l’image de soi.
Vous appréciez-vous ?
Aimez-vous ce que vous voyez de vous ?

On ne naît pas avec un capital estime de soi. Personne n’est venu déposer sur votre compte « estime de MOAA » un crédit dans lequel vous pourriez puiser en cas de besoin. Selon comment notre petite enfance s’est déroulée, soit nous avons pu faire, comme les écureuils, des réserves suffisantes pour traverser les tempêtes de la vie, soit, dans le cas contraire, notre besace est un peu trop légère et on a encore besoin à l’âge adulte de se constituer un stock d’estime. Les cagnottes de chacune sont de proportions variables ! Certaines d’entre nous sont parties moins démunies que d’autres dans la vie et ne s’effondrent pas à la moindre remarque désobligeante du premier venu, osent relever des défis, sortir de leur zone de confort, ne se trouvent pas stupides ou incapables. Elles défendent leurs opinions, leur territoire, leur identité ou leur intégrité de manière naturelle. Elles ont appris et savent qu’elles ont de la valeur, elles sont sans doute moins fragiles émotionnellement que d’autres filles pourtant tout aussi méritantes.
Toujours est-il que ce qui est passé est passé, et à présent nous sommes des grandes filles, et notre job aujourd’hui c’est de continuer à construire et à renforcer notre estime de MOAA, pour toujours mieux prendre notre vie en main, être décisionnaires, fières de nous, responsables de notre bien-être, de notre avenir, de notre liberté.

Mon travail depuis plusieurs années m’amène à coacher et conseiller des femmes qui se lancent dans l’entrepreneuriat mais aussi à accompagner des dirigeantes.
Je ne leur apprends pas leur métier, elles le connaissent magistralement bien ! Elles sont toutes douées, brillantes, mais parfois un voile recouvre leur brillance. Mon travail est à 80 % un travail de développement personnel. Quelle personne dois-je devenir pour être cette femme qui vit de sa passion, qui se sent légitime, qui ose aller de l’avant, prendre de grandes décisions, dire non, négocier, se présenter, être libre et indépendante ?
Les dirigeantes ne sont pas épargnées par le manque d’estime et le manque de confiance en soi.
Je travaille énormément sur l’estime de soi. Je pense sincèrement que c’est une clé qui ouvre d’innombrables portes. J’amène ces femmes à regarder la belle et talentueuse personne qu’elles sont. À accepter le fait qu’elles ont leur place à prendre, que le monde attend leurs talents uniques, qu’elles peuvent croire en elles, qu’elles sont aussi des modèles.

Le parcours que je vous propose ici est pour vous, que vous soyez salariée, femme au foyer, en recherche d’emploi, travailleuse indépendante, fonctionnaire, dirigeante, PDG… À travers ces quatorze chapitres, je m’adresse à toutes les femmes désireuses de renforcer leur estime d’elles afin de pouvoir faire des pas de géant, là où elles désirent poser leurs bottes de sept lieues.
Plus vous allez vous connaître – les trois premiers chapitres sont extrêmement importants, passez-y du temps s’il vous plaît –, plus vous allez savoir comment vous fonctionnez et pourquoi vous faites ce que vous faites, plus votre chemin va s’éclaircir, plus vous allez vous sentir fière, capable et méritante. Une bonne estime de soi favorise la confiance en ses capacités et l’autonomie. C’est du fond du cœur que je vous le souhaite.

Souffrir de mésestime de soi est trop inconfortable, trop douloureux. C’est un frein à l’accomplissement, à l’évolution, au bien-être, voire au bonheur d’une façon générale.
Lorsqu’on souffre de mésestime de soi, on malmène ses besoins, on dissimule ses émotions, on se juge d’une manière trop critique, on laisse les autres guider sa vie. Et cela, ce n’est pas possible ! Vous ne pouvez pas laisser votre vie vous passer sous le nez comme cela ! C’est trop cruel et trop injuste.
Bien sûr, on ne manque pas d’estime de soi dans chaque domaine de sa vie. Il y a des domaines où on va se sentir fière et sûre de soi et d’autres où on va douter terriblement.
L’estime de soi fluctue aussi en fonction des événements qui surviennent dans votre vie.
L’idéal serait que, dans chaque domaine de vie, il y ait une base solide, comme des fondations « béton » de l’estime de soi et que, au fur et à mesure, nous renforcions encore et encore ces bases. L’idée serait que les fondations ne puissent jamais disparaître, que ce soit acquis, une bonne fois pour toutes, pour la vie.
C’est aussi le but de cet ouvrage. Solidifier vos fondations. Mon intention est que vous vous sentiez prête à accueillir votre vie à bras ouverts, sans peurs démesurées de ne pas mériter, de ne pas être à la hauteur, de ne pas être capable, de ne pas oser l’ambition, l’amour, l’argent, vos aspirations les plus profondes, vos rêves les plus secrets. Un pas à la fois, avancez, avancez, aimez-vous encore et encore, développez avec joie votre authentique estime de MOAA !

Que feriez-vous avec plus d’estime de vous ?
Qu’oseriez-vous faire, être ou demander ?
Quels champs des possibles vous ouvrent une meilleure estime de vous ?

Que vous ayez 17, 65, 50 ou 36 ans, vous êtes un maillon de la chaîne, de la grande chaîne de transmission, un exemple de femme qui s’estime suffisamment pour se réaliser pleinement, un exemple pour vos sœurs, vos filles, pour les générations de femmes à venir. Si vous le voulez bien, laissons-leur cet héritage puissant, ce secret, cette richesse intérieure que personne ne pourra jamais leur ôter.
Le TRÉSOR est à l’intérieur.

Bienvenue dans ce livre.
Parfois trouverez-vous que le MOAA prend beaucoup de place. Je tiens à vous rassurer : ce livre ne vous fera pas avoir des bouffées délirantes d’autosatisfaction ! Mon intention est plutôt de stimuler chez mes lectrices l’idée d’une force tranquille.

Pour compléter mon introduction, je vous invite à découvrir un extrait du magnifique texte de Virginia Satir.

« Je suis moi.
Dans le monde entier, il n’y a personne exactement comme moi.
Certains possèdent des éléments semblables aux miens, mais personne ne les rassemble exactement de la même manière que moi.
Par conséquent, tout ce qui vient de moi est authentiquement mien, parce que moi seul en ai fait le choix. »
Chapitre 1
JE M’OBSERVE AVEC BIENVEILLANCE… ET LUCIDITÉ !
P uissent votre bienveillance et votre lucidité vous permettre de vous mettre en lumière et de vous aimer !
Le roi et son jardin
Il y avait un jour un roi qui avait planté près de son château toutes sortes d’arbres, de plantes et son jardin était d’une grande beauté. Chaque jour, il s’y promenait : c’était pour lui une joie et une détente. Un jour, il dut partir en voyage. À son retour, il s’empressa d’aller marcher dans le jardin. Il fut surpris en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui s’était passé. Le pin lui répondit : « J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne produirais les bons fruits qu’il porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher. »
Le roi alla trouver le pommier : lui aussi se desséchait… Il l’interrogea et celui-ci dit : « En regardant la rose et en sentant son parfum, je me suis dit que jamais je ne serais aussi beau et agréable et je me suis mis à sécher. »
Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et celle-ci lui dit : « Comme c’est dommage que je n’aie pas l’âge de l’érable qui est là-bas et que mes feuilles ne se colorent pas à l’automne. Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs ? Je me suis donc mise à dessécher. »
Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique petite fleur. Elle était tout épanouie. Il lui demanda comment il se faisait qu’elle soit si vivante. Elle lui répondit : « J’ai failli me dessécher, car au début je me désolais. Jamais je n’aurais la majesté du pin, qui garde sa verdure toute l’année ; ni le raffinement et le parfum de la rose. Et j’ai commencé à mourir mais j’ai réfléchi et je me suis dit : “Si le roi, qui est riche, puissant et sage, et qui a organisé ce jardin, avait voulu quelque chose d’autre à ma place, il l’aurait planté. Si donc il m’a plantée, c’est qu’il me voulait, moi, telle que je suis et, à partir de ce moment, j’ai décidé d’être la plus belle possible !” »
Quelle belle histoire, ne trouvez-vous pas ? Je ne sais pas quel roi ou quel Dieu a décidé de vous envoyer ici sur notre planète, mais une chose est certaine : c’est que vous êtes bien là, incarnée et réelle. Vous faites partie de cette grande organisation et vous êtes venue pour remplir votre mission, tenir votre place. Waouh ! C’est chouette n’est-ce pas ? Et quel que soit le dessein de votre mission, vous ne pouvez l’accomplir et vous accomplir totalement que si vous reconnaissez, acceptez et aimez totalement la jolie petite fleur que vous êtes.
Alors maintenant qu’est-ce qu’on fait ?
On continue à regarder sa voisine en geignant comme le pin, le pommier ou la rose, ou on se recentre sur soi pour s’ouvrir à la vie et être pleinement et divinement soi comme notre merveilleuse petite fleur pleine de bon sens ? Bien trop de gens passent leur temps dans la vie des autres. À comparer, à juger, à envier, ou à critiquer. La comparaison, la critique, le jugement sont des poisons pour l’estime de MOAA. Ces comportements sont d’ailleurs le signe d’une faible estime de soi, ou d’une trop haute estime de soi. Je dis souvent à mes clientes d’imaginer le temps et l’énergie qu’elles perdent à être dans la vie des autres. Il est urgent de sauter dans nos baskets, c’est-à-dire de revenir à soi, d’apprendre à se connaître pour profiter de sa vie, et du grand bonheur d’être. Je n’ai pas besoin de vous rappeler que nous passons vingt-quatre heures sur vingt-quatre en notre propre compagnie. Et vous savez tout autant que moi que vous pouvez être votre meilleure amie, comme votre pire ennemie.
Alors pourquoi ne pas songer à une collaboration constructive, aimable, avec vous-même, et qui apporte soutien et amour ? Car il n’y a pas pire que de cohabiter avec son critique intérieur.

PASSEZ-VOUS TROP DE TEMPS DANS LA VIE DES AUTRES ?
1. Vous admirez la longueur des jambes de Naomi Campbell, en pensant que de toute façon c’est foutu pour vous, et que même si vous décidiez de faire un procès à votre mère parce qu’elle aurait pu vous faire 15 cm plus longue, vous en oubliez que vous avez les plus beaux yeux du monde et que votre chéri adore s’y plonger et que c’est aussi cela qui le rend heureux.
2. Vous n’avez pas beaucoup de diplômes à accrocher derrière votre bureau et vous n’osez quasiment pas adresser la parole à votre belle-sœur qui elle a fait khâgne hypokhâgne. Vous êtes donc persuadée que vous ne lui arrivez pas à la cheville… Mais votre belle-sœur a-t-elle vos doigts de fée ? et les doigts de fée on le sait savent faire des miracles ! « Aucune femme n’est pareille. Chacune a quelque chose d’unique et d’irremplaçable. » Ce n’est pas moi qui le dis, c’est François, François Truffaut !
3. Votre N + 1 arrive avec des Louboutin : qui a dit qu’il fallait avoir des talons hauts pour être à la hauteur ?
4. Vous n’avez pas été fabriquée en série, alors vivez pleinement votre unicité !
Les personnes qui souffrent d’un manque d’estime d’elles ne s’arrêtent que trop rarement sur leurs qualités. Leur attention est en général focalisée sur leurs défauts. Et on sait que ce sur quoi on porte son attention s’amplifie. À force de ne regarder qu’une part d’elles-mêmes, à force de sévèrement se juger, et de se critiquer, ces personnes s’autoalimentent d’un discours qui les sabote, adoptant ainsi des comportements et des attitudes qui provoquent des événements qui conforteront leur médiocre opinion d’elles. C’est un véritable cercle vicieux.
Se (re)connaître pour s’accepter et s’aimer
À la question « Qui êtes-vous ? » que répondriez-vous ?
Permettez-moi de vous demander de vous présenter. Finalement je ne vous connais pas. Pourriez-vous m’en dire un peu plus sur vous s’il vous plaît ? Que pouvez-vous me dire de vous ? Comment vous définiriez-vous ?
Voici quelques lignes blanches qui attendent votre plume afin que vous décriviez la personne que vous êtes – ou que vous pensez être.

C’EST À VOUS !
Qui êtes-vous ? (ne lisez pas encore la suite, faites ce premier petit exercice, ici et maintenant, merci.)




Voici ce que vous avez pu écrire : Je suis C LAIRE , j’ai 34 ans, et je suis prothésiste dentaire. Je suis mariée et j’ai un enfant de 2 ans, je vis à Paris et je fais de la zumba deux fois par semaine.
Serait-ce tout ce que vous auriez à dire de vous ?
Si vous vous permettiez à présent, d’être un peu plus que cela ? En fait, Claire n’est pas que prothésiste dentaire. Elle est bien au-delà de son diplôme qui valide ses compétences. Claire, en fait, c’est une fille géniale. C’est une fille généreuse et attentionnée pour ses parents, c’est une épouse aimante et délicate, c’est une maman tolérante, douce, qui transmet de belles valeurs et une bonne éducation à son enfant, c’est une professionnelle ambitieuse et une collaboratrice efficace, c’est une artiste à ses heures, créative et inventive, c’est une amie qui sait écouter avec son cœur et rire aux larmes avec ses amis, c’est une citoyenne du monde qui défend la liberté, elle a un petit côté écolo qui fait qu’elle trie ses poubelles et ne jette jamais ses chewing-gums sur les trottoirs, c’est une voisine prête à rendre service. Elle a parfois un sale caractère, elle ne sait pas coudre un bouton, elle ne sait nager que la brasse, elle n’aime pas faire ses comptes et ne sait pas faire cuire un œuf. Elle a aussi de fausses idées sur elle. Elle ne s’aime pas toujours vraiment. Elle trouve qu’elle a un peu trop de graisse sur le ventre, mais ne peut s’empêcher de manger les noix de cajou de l’apéro. Mais c’est quand même une fille géniale !
Si vous voulez bien fonctionner dans ce monde, il est essentiel de bien évaluer qui vous êtes. L’estime de MOAA commence par une bonne connaissance de soi et par la reconnaissance de sa valeur personnelle.
La quête de la perfection
Trop souvent, on pense que « bonne estime de soi » rime avec « je suis parfaite dans tous les domaines de ma vie » ! Cela n’a absolument rien à voir. Nous ne serons jamais des êtres ni complets, ni parfaits, jamais, jamais. Cependant, chercher à vous améliorer sans cesse renforcera inévitablement votre sentiment de valeur. Et c’est en cela qu’il est important d’agir. Car pleurer sur son sort devant la glace en position potiche attendant une hypothétique augmentation de son sentiment de valeur n’a évidemment aucun sens. Nous sommes des êtres en évolution constante et, à ce titre, tout peut changer maintenant ! Allons-y ! Car se mettre en route pour aller chercher le meilleur de soi, ça c’est super bon pour l’estime de MOAA !
N’ayez pas peur d’avoir une très bonne estime de vous. S’aimer, s’approuver, s’apprécier, ne veut pas dire que votre ego va enfler au point que vous ne puissiez plus entrer dans l’ascenseur ! Ce n’est pas pour les autres que vous devez vous aimer, mais bien pour vous-même. Pour vous autoriser à être qui vous êtes censée être réellement. Pour prendre votre juste place. Pour ne pas vous ratatiner. Pour ne pas subir.

LA BIENVEILLANCE, QU’EST-CE QUE C’EST AU JUSTE ?
La bienveillance vise le bien et le bonheur d’autrui. C’est un élan qui vient de notre cœur, on dit que c’est une qualité affective. Je dirais que c’est aussi une intelligence affective. C’est la volonté de faire du bien à l’autre, ou tout au moins de ne pas lui nuire de quelque façon que ce soit. Lorsque je suis bienveillante, je m’efforce d’être indulgente et compréhensive. Dans la bienveillance il y a une forme de douceur, de respect de l’être, une forme d’acceptation de l’autre dans toute sa dimension.
Et si l’autre, finalement, c’était vous ?
Et si vous vous parliez avec la même attention, la même compréhension et les mêmes égards que lorsque vous vous efforcez d’être bienveillante avec les autres ?
S’observer avec bienveillance et lucidité
Ici je vais vous proposer d’évaluer vos compétences, vos habiletés, vos qualités, vos ressources, vos savoir-faire et vos savoir-être. Reconnaître votre valeur personnelle, c’est accepter la vérité de qui vous êtes. Une bonne connaissance de soi et de sa valeur personnelle vous permettra de faire vos propres choix sans jamais vous laisser dicter quoi que ce soit par qui que ce soit. L’estime de MOAA nourrit le sentiment d’autonomie et de confiance en soi.
Un peu à la manière de Claire, vous allez dresser maintenant un portrait de vous. Un portrait le plus complet de la personne que vous êtes en attribuant des adjectifs qualificatifs à chaque rôle que vous tenez dans votre vie.
Côté « Zone d’Excellence », n’ayez pas peur de dire que vous êtes intelligente, intuitive, prévoyante, aimante, aimable, que vous avez des progrès à faire en matière de ménage et de repassage, que vous ne savez toujours pas vous servir de Power-Point, et que vous ne savez pas résoudre une équation. Mais ça on s’en fout un peu quand même. Côté « Zone en cours d’amélioration », l’essentiel est d’identifier vos zones de non-savoir, non-savoir-faire ou non-savoir-être à partir du moment où, si vous saviez cela, votre existence s’en trouverait améliorée. Ne pas savoir conduire un camion ne nous intéresse pas, sauf si vous songez à une reconversion professionnelle en tant que chauffeur routier ! Mais ça aussi ça s’apprend.
Soyez lucide, pas critique. Écrivez à la première personne du singulier et au présent. Voici quelques exemples :
– Je suis une fille attentionnée pour ses parents.
– Je suis honnête et franche.
– Je rends service facilement.
– J’ai un grand sentiment de responsabilité dans tous les actes que je pose.
– Je fais le sauté de veau comme personne.
– Je n’ose pas dire ce que je pense.
– Je ne fais jamais mes comptes.
– J’ai un rire de cow-boy.
– Je patine comme une athlète olympique.
– Je suis pleine d’humour.
– J’aime les gens.
– Je suis une personne emphatique et bienveillante.
– J’ai un esprit fin même si j’ai 3 kg en trop.
– Je suis une compagne tendre et sensuelle.
– Je suis une super bonne commerciale qui vendrait de l’antichute de cheveux à un chauve mais je reste honnête.
– Même si je ne suis pas Rembrandt, j’ai un sacré coup de pinceau.
– Je suis une maman câline et à l’écoute.
– Je suis une magicienne, je sais faire disparaître une boîte de chocolats !

C’EST À VOUS !
Faites votre autoportrait (dans tous les domaines de votre vie : intimité/couple, famille, santé, amis, loisirs, social, professionnel, finances, spiritualité, personnel).





Si vous vous êtes prêtée au jeu, tant mieux ! Cet exercice demande un peu de temps, mais il est très précieux pour vous aider à gagner en estime de vous. Si vous avez vraiment pris le temps de faire cet exercice, vous voyez que votre portrait est plus complet que votre première présentation un peu timide. Vous avez dû aller chercher au fond de vous ce que vous êtes capable d’être ou d’accomplir. Nous mésestimons souvent nos rôles. Il nous apparaît normal d’être ce que nous sommes et, par modestie, nous ne voulons pas en faire des tartines. Soit, nous ne sommes pas ici pour nous flatter l’ego, et regarder nos chaussures briller. Mais une juste reconnaissance de qui vous êtes et de vos savoir-être et savoir-faire vous permet de mieux vous positionner, de vous sentir plus sûre de vous, plus forte, plus déterminée, plus apte à défendre vos opinions.
Se connaître est essentiel, personne d’autre ne peut faire cela à votre place, vous êtes la clé de votre amour.
Exercice : les qualités
J’adore donner cet exercice ! C’est très amusant vous allez voir et surtout très révélateur du degré de connaissance et d’estime de vous. Vous allez dans l’espace libre ci-dessous noter toutes vos qualités, oui je dis bien toutes vos qualités et vos capacités.
Une liste des qualités et des défauts se trouve à la fin de ce livre. Mais je vous prie d’attendre d’avoir fait cet exercice pour aller la consulter… sinon, cela va fausser vos résultats

C’EST À VOUS !
Je note toutes mes qualités.


Je note tous mes défauts. De la même manière, vous écrirez tous les défauts que vous vous reconnaissez.





À présent, je vous invite à consulter la liste complète des qualités et des défauts à la fin du livre p. 231 . Vous allez à présent comparer vos listes et les compléter.
Vous allez vite vous apercevoir que vous avez omis de vous attribuer beaucoup de qualités. Ce qui est généralement moins vrai avec les défauts, puisque nous focalisons bien plus sur nos moins que sur nos plus ! C’est pour cela que cet exercice va vous permettre de voir que vous avez bien plus de qualités que vous ne le pensez.

Vous avez dressé votre autoportrait et vous avez une longue liste de qualités et une liste de défauts. Voici quelques questions :
1. Quelles qualités, caractéristiques, ou quels faits à propos de vous-même vous donnent un sentiment de valeur personnelle ?



2. Décrivez trois situations où vous vous êtes sentie fière de vous. Choisissez un événement qui a eu lieu dans votre sphère professionnelle, un autre dans votre sphère famille/conjoint, un autre dans votre environnement amical ou votre sphère financière.



3. Quelles sont les qualités que vous attribuent vos parents, votre conjoint, vos enfants, vos amis ? Pour cela, n’hésitez pas à le leur demander tout simplement. Dites-leur que vous êtes en train de faire un exercice et que vous avez besoin qu’ils soient francs et lucides envers vous.




4. De quelles qualités êtes-vous le plus fière ? Notez-en trois.



5. Dans la liste de vos défauts, que souhaiteriez-vous corriger ? Comment pouvez-vous le faire ? Avez-vous envie de le faire ? Qui peut vous aider ? Est-ce urgent de procéder à cette amélioration ?




En étant consciente de votre valeur innée et de votre potentiel, vous permettez aux autres femmes de notre génération, mais également des générations à venir de s’estimer à leur juste valeur. Votre travail personnel d’introspection et de reconnaissance de vos talents et de votre valeur personnelle pousseront les autres femmes à faire de même.

Les conseils de Sylvie
Soyez douce et bienveillante envers vous-même.
Vous faites toujours du mieux que vous pouvez.
Ne vous comparez pas.
Ne vous jugez pas.


Je recharge mon estime de MOAA
• Désormais, je choisis d’être attentive à tout ce que je fais de bien.
• Je me focalise sur le meilleur en moi et j’ai une immense joie à ne cesser de m’améliorer chaque jour.
• J’apprends à me connaître et à apprécier qui je suis.
• Je me respecte et je m’aime même si je ne suis pas parfaite.
• Je sais que je fais toujours de mon mieux.
• Je prends soin des pensées que j’alimente.
Chapitre 2
JE DÉCOUVRE QUE J’AI DES BESOINS, CHIC !
D ésolée, mais le besoin de Louboutin n’est pas un besoin !
Oui, oui, nous avons des besoins !
Je me souviens de la première fois où j’ai entendu parler des besoins. Je me suis demandée : de quoi ai-je besoin ! ? d’une paire de chaussures ? Une onzième paire de bottes ne serait pas raisonnable. D’une voiture ? Pas vraiment, la mienne roule bien et elle me plaît. Mais alors de quoi ai-je besoin ?
Nos besoins ne sont pas nos envies. On aurait tendance à les confondre : « J’ai besoin d’aller acheter un nouveau rouge à lèvres » – le rouge à lèvres est une envie pas un besoin (au sens strict du terme) au même titre qu’une multitude de choses superficielles dans nos vies.
Définition du mot besoin : le besoin recouvre l’ensemble de tout ce qui apparaît « être nécessaire » à un être, que cette nécessité soit consciente ou non. De nombreuses classifications des besoins ont été proposées.
J’aime cette définition de nécessité consciente ou inconsciente.

LE CAS D’AUDE, SOPHROLOGUE
« Lors d’un stage animé par Sylvie, nous nous sommes intéressées à nos besoins. Je ne m’étais pas trop penchée dessus.
J’ai constaté que connaître ses besoins permet de comprendre et clarifier ses actes.
Connaître ses besoins permet également de comprendre ses émotions. Par exemple, je comprends mieux pourquoi je ressens de la colère ou de la frustration dans certaines situations : dans ces cas-là c’est mon besoin de réalisation qui n’est pas satisfait.
Connaître ses besoins aide donc à mieux se connaître et permet ainsi un plus grand respect de soi. Cela donne également une direction et un sens à ce qu’on fait. »
Le jour où l’on m’a interrogée sur mes besoins, je me suis sentie un peu perdue. J’avais vraiment beaucoup de difficultés à exprimer ce dont j’avais réellement besoin. Une sorte de spleen m’habitait alors, m’indiquant qu’il devait y avoir des casiers vides à l’intérieur de moi, mais je n’avais pas encore fait le rapprochement avec des besoins non satisfaits, car ma vie s’écoulait tranquillement sans que je me pose trop de questions existentielles. Je vivais beaucoup « à l’extérieur de moi », dans le brouhaha de la vie, en superficie, en mode automatique.
Comme nous sommes prises dans le flot du quotidien, le mode automatique nous facilite grandement le quotidien à de nombreux moments de notre journée. Nous ne nous posons pas la question de savoir quel trajet nous allons emprunter pour nous rendre du bureau à la maison, de la maison à l’école. Nous faisons un tas de gestes machinalement, par habitude. Beaucoup de choses sont séquencées et cadencées. Nous avons automatisé nos prélèvements bancaires, le programme du sèche-linge ; nos vacances sont programmées, nos heures de repas sont aussi calées dans un emploi du temps. Nous passons d’une tâche à l’autre selon un ordre bien précis, et la journée se déroule normalement, c’est-à-dire automatiquement, sans besoin particulier. Tout va bien.

MINITEST
– À quoi avez-vous pensé ce matin en vous levant ?

– De quoi était composé votre lunch d’avant-hier midi ?

– Que faites-vous tous les jours à la même heure ?

– Quelles sont les actions que vous faites sans vraiment réfléchir ?

– Que pourriez-vous faire même les yeux fermés ?

– Avez-vous des objectifs de vie précis ?

– Que faites-vous pour faire juste comme tout le monde ?

– Que consommez-vous pour faire comme tout le monde ?

Il n’y a pas de bonnes ou mauvaises réponses, 95 % d’entre nous vivons en mode automatique. Sans se poser trop de questions, emportées par le flot de la vie. On nous a fait croire que nous avions besoin de consommer pour être accomplies, de rentrer dans le moule ou de suivre le troupeau.
Or, je l’ai déjà dit, nous n’avons pas été fabriquées en série et rien ne nous oblige à faire le pélican, c’est-à-dire à ouvrir grand le bec pour avaler notre dose de conditionnement quotidienne.
La douce tyrannie de nos modes de vie
« Il ne suffit pas de se penser libre pour l’être vraiment », affirme le philosophe Mark Hunyadi.
Nos vies sont régies par des systèmes, des processus et des contrôles qui balisent nos vies et limitent parfois nos choix. C’est aussi pour cela qu’il est d’autant plus nécessaire de veiller à prendre soin de sa vie !
Se dérobotiser demande de prendre le temps de faire un peu plus de choses en toute conscience, prendre sa vie un peu plus en main, c’est-à-dire prendre soin de sa vie, se sentir un peu plus vivante pour goûter l’existence, gagner en estime de soi, regarder à l’intérieur de soi et satisfaire les véritables besoins.
Une personne qui n’a pas conscience de ses besoins fonctionne généralement en mode automatique dans un système ou un cadre défini : soit la personne est heureuse et satisfaite – on peut alors imaginer que ses besoins sont couverts – soit il n’y a pas de place où pas le temps de considérer les besoins. Tant que le cadre est supportable, beaucoup de personnes nient leurs besoins. C’est lorsque ça devient inconfortable, voire insupportable, qu’on a besoin de savoir ce dont on a besoin !
Pour ma part, je n’oublierai jamais le jour où j’ai fait ma liste – pas la liste de mes envies mais bien la liste de mes besoins… Justement : tout n’allait pas bien… et je vous assure que sur ma liste il n’y avait pas de Vuitton ! Juré !
En tant que femmes, nous avons tendance à combler ou à répondre aux besoins des autres, aux besoins de notre entourage. Pour ça, on est les championnes du monde ! Pour peu que vous soyez l’épouse d’un prince charmant ou l’épouse et la maman des enfants d’un prince charmant, chère princesse, vous voyez bien de quoi je veux parler.

MON AVIS
Le problème avec nos besoins, c’est qu’on a l’impression de connaître ceux des autres… et qu’on est incapable de mettre un nom sur l’un des nôtres !
Or connaître et satisfaire nos propres besoins est primordial à notre bon fonctionnement.
« On entretient en effet depuis des siècles une image de la femme aimante, censée se sacrifier et renier ses besoins pour se consacrer aux autres », explique Marshall Rosenberg, fondateur de la communication non violente. Et nous aurions intériorisé ces convictions.
« Lorsque nous sommes reliés à nos sentiments et à nos besoins, nous, les êtres humains, nous ne constituons plus des sujets dociles et soumis », nous dit Marshall Rosenberg.
À nous de jouer !
La pyramide des besoins
Avez-vous déjà entendu parler de la pyramide des besoins de Maslow ? C’est une représentation pyramidale de la hiérarchie des besoins.
Maslow, psychologue américain, classe dans sa pyramide les besoins par ordre de priorité, où chaque niveau comblé/ou satisfait permet de passer au suivant. Tous les besoins sont continuellement présents mais certains se font plus sentir que d’autres dans nos vies à un moment donné.

En fait, lorsqu’un groupe de besoins est satisfait, un autre va progressivement prendre la place selon l’ordre hiérarchique suivant :
– Nous avons d’abord des besoins physiologiques : la faim, la soif, la sexualité, la respiration, le sommeil, la reproduction.
– Nous avons des besoins de sécurité d’être dans un environnement stable et prévisible : avoir un toit sur la tête, avoir une sécurité financière minimale…
– Ensuite, nous pouvons penser à l’amour, à nos besoins d’appartenance. Nous avons besoin de l’affection des autres, d’appartenir aussi un groupe.
– Viennent ensuite les besoins d’estime, de confiance, de respect de soi, de reconnaissance, d’appréciation des autres.
– Le dernier besoin est le besoin d’accomplissement de soi.
Très souvent, on se penche sur la question de nos besoins lors d’un gros orage de cerveau ou de cœur, d’une crise, ou d’un burn-out . Ou bien encore d’un bore-out ! 30 % des salariés seraient touchés par ce syndrome de l’ennui au travail. Les souffrances liées au sentiment d’inutilité, voire de honte, sont là aussi la cause de mauvaise estime de MOAA.
Je pense que ce n’est pas la peine d’attendre un tel tsunami ! d’où ce chapitre.
Les besoins, ce n’est pas quelque chose qu’on apprend à l’école. Ce n’est pas marqué dans les manuels scolaires. C’est l’école de la vie qui nous met la copie sous le nez, à nous de la remplir ! Mais parfois nous le faisons un peu tard !
L’ancien système nous montre un modèle classique, un modèle linéaire à suivre. Un peu comme un train, on monte dedans, on connaît à peu de chose près la destination finale, on s’embarque sans se poser de questions puisque c’est le modèle classique :
naissance → école → diplôme → travail → mariage → retraite → dodo définitif
Un jour, on peut découvrir que ce modèle ne colle pas forcément avec nos aspirations profondes et que ça ne fait pas sens. On s’aperçoit qu’il nous manque l’essentiel et que cet essentiel se trouve dans nos besoins non satisfaits.
Il peut s’agir d’un manque de plaisir, de sens, de liberté, de cohérence…
Aussi, si nous ne parvenons pas à satisfaire nos besoins en totalité, le fait de se mettre en route pour faire ce qu’il faut pour les combler indique à notre mental que nous prenons soin de nous. Vous impliquer vous-même à combler vos besoins, c’est vous donner de l’amour. Ainsi vous nourrissez précieusement votre estime de vous. Vous êtes un bon parent pour vous. Vous prenez soin de vous. Vous vous occupez de vos besoins, comme vous vous occuperiez des besoins d’un bébé.
Partir à la découverte de ses besoins, c’est comme explorer une terre inconnue, et s’étonner de voir jaillir cette autre partie de soi restée dans l’ombre.
Comme je travaille à 95 % avec des femmes, je constate que ce travail sur les besoins est vital.
Les besoins non satisfaits qui reviennent le plus sont les besoins :
– de reconnaissance ;
– d’autonomie ;
– de sécurité matérielle ;
– de sécurité affective ;
– de temps ;
– de réalisation de soi.

C’EST À VOUS !
L’exercice que je vous propose à présent, c’est de réfléchir à l’ensemble de vos besoins. Les besoins qui sont satisfaits d’une part, et de l’autre les besoins non satisfaits. Voici une liste non exhaustive des besoins. Complétez-la… si besoin !
1. Dans la liste, entourez en vert vos besoins satisfaits – Lorsque vous considérez vos besoins satisfaits, que ressentez-vous ? Joie, fierté, légèreté, contentement, accomplissement. Trouvez un adjectif qui décrit au mieux ce que vous ressentez devant ce besoin satisfait. Acceptation Contribution à enrichir la vie Légèreté Accomplissement Convivialité Liberté Affirmation Coopération Lumière Amour Créativité Ordre Appartenance Croissance Partage Appréciation Deuil Plaisir physique Apprentissage Douceur Présence Attention Échange Réalisation Authenticité Efficacité Réconfort Autonomie Égalité Reconnaissance Beauté Empathie Repos Bien-être Équilibre Respect mutuel Bienveillance Espace Ressourcement Célébration de la vie Exister Sécurité affective Chaleur humaine Expression de soi Sécurité matérielle Clarté Harmonie Sens et efficacité Cohérence Honnêteté Sérénité Communication Humanité Signification Compassion Humour Simplicité Compétences Intégration Soutien Compréhension Intégrité Spiritualité Confiance Interdépendance Tranquillité Confort Intimité Considération Jeux

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents