Mes bonnes mixtures : fruits et légumes
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Mes bonnes mixtures : fruits et légumes

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Concombre, pamplemousse, pomme, tomate...

Toutes les vertus de 49 fruits et des légumes pour la santé, la beauté et l’entretien de la maison. Réalisez vous-même vos bonnes mixtures maison (huile, masque, infusion, jus, engrais…) pour profiter au maximum des bienfaits des fruits et des légumes du quotidien. Retrouvez toutes les astuces pour avoir les os solides, pour soigner des cheveux abîmés ou pour faire le plein de vitamines.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 02 juin 2015
Nombre de lectures 115
EAN13 9782815307635
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Avertissement
Les conseils santé donnés dans ce livre ne peuvent en aucun cas se substituer à l’avis d’un médecin ou d’un thérapeute spécialisé.
Nathalie Cousin
Fruits et légumes
Avant-propos
Les fruits et légumes tiennent une place essentielle dans notre alimentation et notre santé. De plus en plus d’études scientifiques se penchent sur les bienfaits de ces substances et préconisent leur consommation à raison d’au moins 5 portions chaque jour, soit l’équivalent de 400 à 500 g.
Mais ces cadeaux de la nature peuvent avoir de nombreux autres usages dans notre vie, qui auront en prime l’extrême avantage d’être sains, écologiques… et économiques ! Ainsi, si vos fraises sont un peu défraîchies, vous pouvez en faire un masque bénéfique pour la peau ! Les branches excédentaires de vos pieds de tomates s’avéreront très intéressantes pour faire fuir les moustiques. Quant au citron, il embellira vos mains, votre teint et se rendra utile pour assainir écologiquement votre cuisine ! Les fleurs d’artichauts pourront très bien vous faire une originale déco de table à moindres frais et la peau des bananes nourrira vos rosiers pour des fleurs épanouies !
Découvrez 1001 usages des fruits et légumes pour votre plus grand bien-être !
Abricot
PRUNUS ARMENIACA / ROSACÉES
Les vertus nutritives de l’abricot, fruit riche en provitamine A et en minéraux, sont particulièrement idéales pour les enfants, les sportifs et les convalescents.

Du concentré de bêtacarotène
Comme tous les fruits et légumes bien colorés, l’abricot est riche en composés antioxydants qui protègent les cellules des radicaux libres destructeurs et ont une action globale contre le vieillissement. Sa couleur orangée dévoile la présence de caroténoïdes, dont le bêtacarotène, un précurseur de la vitamine A.
Une vision au top
L’abricot est un allié des yeux, grâce à la provitamine A mais aussi à la lutéine et à la zéaxanthine, deux antioxydants capables de protéger les yeux du vieillissement en général, de la dégénérescence maculaire liée à l’âge et de la cataracte en particulier.

Pour un régime léger
Peu calorique, provoquant une faible augmentation de la glycémie, l’abricot a un pouvoir de satiété élevé, et il est plutôt alcalinisant pour l’organisme grâce à sa richesse en minéraux.

Un aliment pour les sportifs
L’apport énergétique, vitaminique et minéral de l’abricot est très intéressant pour tous ceux qui ont une activité physique importante. Il est utile pour soutenir l’effort et pour assurer une meilleure récupération, grâce à la présence de potassium qui facilite l’élimination des toxines.

Une excellente digestibilité
L’abricot mûr est très facile à digérer, d’autant que ses composés doucement acidulés stimulent les sécrétions digestives. Frais ou séché, l’abricot offre une bonne ration de fibres, idéales pour le transit intestinal mais aussi pour prévenir le développement des maladies cardiovasculaires, du cancer du côlon et du diabète.

Bien le choisir
L’abricot est fragile, il résiste mal aux manipulations et aux voyages ; une fois cueilli, il stoppe sa maturation. Il doit donc être consommé à pleine maturité, la chair souple sans être molle, avec une belle peau lisse sans taches… et, si possible, parfumé !
Le consommer
Consommez l’abricot frais mais aussi séché pour un maximum d’anti-radicaux libres. Si vous pouvez trouver des abricots non traités goûtez la peau car c’est là que se concentre le bêtacarotène (2 à 3 fois plus que dans la chair). L’abricot en confiture, en compote ou en jus vous fournira – même en moindre quantité – une intéressante ration de composés antivieillissement.
Les caroténoïdes étant mieux absorbés en présence de graisses, vous pouvez augmenter la valeur nutritionnelle et antioxydante de l’abricot en le dégustant avec des noix.
Le conserver
L’abricot perd beaucoup de sa saveur s’il est conservé au réfrigérateur : ainsi, mieux vaut-il l’acheter en petite quantité et le laisser à température ambiante.
Un peu d’histoire
Malgré son nom évoquant l’Arménie, l’abricot est originaire de Chine. Ce sont les Romains qui l’introduisirent dans le sud de l’Europe. La France n’adopta ce fruit velouté qu’au xve siècle, et c’est au xviiie siècle seulement qu’il trouva une vraie place dans le paysage alimentaire français. Une grande partie des abricots distribués dans le monde proviennent des pays méditerranéens.
L’abricot en sucré-salé
L’abricot frais, simplement découpé en lamelles, se marie à merveille avec le blanc de poulet, le riz, les jeunes pousses d’épinard ou les amandes. De superbes salades colorées et parfumées en perspective !

Séchage maison
Pour faire vous-même des abricots séchés, disposez les fruits, après les avoir dénoyautés, sur la grille du four chauffé autour de 60 °C (thermostat 2), à mi-hauteur et en laissant la porte légèrement entrouverte. Surveillez attentivement la cuisson ; sortez les abricots avant qu’ils ne deviennent durs.
Huile pour les peaux fatiguées
L’huile végétale est extraite des amandes contenues à l’intérieur du noyau. Elle s’avère intéressante en cosmétique grâce à sa richesse en provitamine A et en acides gras insaturés. Elle est excellente pour la peau qu’elle nourrit, hydrate, assouplit et adoucit. Les peaux fatiguées, dévitalisées, ridées, ternies devraient retrouver du tonus grâce à des applications d’huile d’abricot, matin et soir.
Masque à la pulpe d’abricot
Les qualités astringentes et tonifiantes de la pulpe d’abricot permettent de l’utiliser en masque pour la peau, dont elle va resserrer les pores tout en lui donnant un coup de frais. Écrasez ou mixez 1 ou 2 abricots, ajoutez une goutte d’huile de noisette et un peu d’argile en poudre ainsi qu’un filet de citron. Appliquez et laissez poser 15 minutes environ avant de rincer à l’eau claire.


Huile de soleil
Si le soleil n’est pas trop fort et que votre peau n’est pas fragile, vous pouvez utiliser l’huile d’abricot pour l’hydrater et développer un beau hâle. Elle est aussi excellente en soin régénérant après soleil.
Masque pour cheveux secs et abîmés
Appliquez de l’huile d’abricot sur vos cheveux s’ils sont trop secs ou cassants. Laissez poser 1/2 heure à 1 heure avant de rincer et de faire votre shampooing.
Ail
ALLIUM SATIVUM / ALLIACÉES
L’ail mérite vraiment l’appellation d’alicament car il offre un exceptionnel éventail de qualités thérapeutiques.

Un anticancer
L’ail, comme ses cousins de la famille des Alliacées que sont l’oignon, le poireau ou l’échalote, est reconnu pour ses qualités protectrices contre le développement des cancers, en particulier de l’intestin et de l’estomac. Il permettrait de diminuer le risque pour chacun d’eux respectivement de 30 et 50 %, à raison de 6 gousses prises chaque jour. L’ail agirait en fait de deux manières : en empêchant les cellules cancéreuses de se développer et en limitant les dégâts causés par les substances nocives.


Un allié du système cardiovasculaire
L’ail aurait la capacité de faire légèrement baisser le taux de cholestérol et les triglycérides dans le sang, surtout pris sous forme de supplément et dans le cadre d’un régime équilibré en graisses. On évalue à 4 à 5 g d’ail cru par jour la quantité nécessaire pour jouir de cet effet bénéfique et faire ainsi reculer le risque d’athérosclérose. L’ail pourrait en outre abaisser la tension artérielle. Enfin, si votre circulation sanguine périphérique laisse à désirer, incorporez l’ail dans votre régime alimentaire.
L’antirhume
L’ail est particulièrement efficace contre les virus et même contre les bactéries, principalement celles qui ciblent le système respiratoire. Rhumes et grippes peuvent, à leur tout premier stade, être vaincus par l’ail (à haute dose, soit 3 bonnes gousses, à renouveler dans la journée et le lendemain !). Si l’infection est installée : prenez 1 à 2 gousses chaque jour, accompagnées de vitamine C, cela pourrait réduire l’intensité et la durée des symptômes.
Une fontaine de jouvence
L’ail est riche en antioxydants mais aussi en minéraux dont le potassium, le phosphore, le calcium, le soufre, sans compter les nombreux oligoéléments tels le sélénium, le zinc, le manganèse, le bore, le cuivre, le nickel... Quant à la vitamine C, elle est bien représentée, ainsi que les vitamines B et K. Enfin, le rapport potassium/sodium et la présence de fructosanes confèrent à l’ail ses qualités diurétiques.

Vivre vieux… et mieux !
Des études menées sur les habitants d’une région de Chine, producteurs et gros consommateurs d’ail, ont dévoilé un nombre de centenaires particulièrement élevé. Ces centenaires, 7 fois plus nombreux que dans les autres régions de la Chine, jouissent d’une excellente santé !
Un vermifuge
L’ail est traditionnellement utilisé contre les parasites qui colonisent l’intestin. On conseille de boire chaque matin (à jeun !) une décoction d’ail (faire bouillir 15 minutes dans du lait plusieurs gousses hachées). À faire quelques semaines jusqu’à ce que les vers abandonnent la partie.

Précautions
L’ail, pris en grande quantité, est contre-indiqué chez les personnes sous traitement anticoagulant. Ne faites pas non plus une orgie d’ail juste avant de subir une intervention chirurgicale (ni même juste après), afin de ne pas risquer d’augmenter les saignements. Attention aussi chez les personnes diabétiques car l’ail peut, à forte dose et pris régulièrement, modifier la glycémie. De plus, certains systèmes digestifs fragiles peuvent mal tolérer l’ail.
Un peu d’histoire
Voilà des siècles que les hommes connaissent les vertus de cette plante qui serait originaire d’Asie centrale. On a retrouvé sa trace chez les Sumériens puis chez les Égyptiens, les Grecs et les Romains. Les peuples antiques l’utilisaient déjà comme remède à de nombreux maux : les infections, la fatigue, les problèmes cardiovasculaires.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents