Psychobiotiques - Alimenter son bonheur
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Psychobiotiques - Alimenter son bonheur

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
61 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Notre ventre communique en permanence avec notre cerveau. Il interagit avec lui grâce à ses neurones, mais également grâce à un acteur essentiel : nos bactéries intestinales. Certaines d’entre elles jouent un rôle bénéfique sur notre santé mentale et notre bonheur, ce sont les psychobiotiques.

Qu’est-ce que le microbiote intestinal ? D’où proviennent les bactéries intestinales ? Nos microbes sont-ils les super-héros de nos intestins ? Nos bactéries influencent-elles notre bonheur ? dépendent-elles de ce que nous mangeons ? Quels sont les aliments du bonheur ?

Cet ouvrage nous explique de façon simple comment nos bactéries intestinales exercent une influence sur notre comportement, notre personnalité et, plus largement, notre bonheur ; mais aussi comment ces bactéries et donc notre bonheur sont déterminés par notre alimentation.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 13 février 2017
Nombre de lectures 421
EAN13 9782815310536
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0037€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Introduction
On en parle partout et c’est maintenant une chose communément admise dans le milieu médical et scientifique, notre intestin est notre second cerveau. Pourquoi l’affirme-t-on ? Parce que notre intestin possède 200 000 neurones tout au long de sa paroi. Appelés « neurones entériques », ceux-ci assurent une communication constante avec notre cerveau, notre système nerveux central. Alors qu’on connaissait l’impact de notre cerveau sur notre ventre, on s’est ainsi rendu compte que l’axe d’action entre ces deux organes clés était bidirectionnel. Notre ventre a une véritable influence sur notre cerveau et notre santé mentale.
Au-delà de cette communication évidente entre ces deux systèmes nerveux et entériques, un troisième acteur essentiel est en cause dans ce lien : notre microbiote intestinal. On parlera désormais plutôt d’un axe microbiote-intestin-cerveau. En effet, certaines de nos bactéries intestinales jouent un rôle bénéfique sur notre santé mentale, ce sont les psychobiotiques.
Nous allons voir ici comment nos bactéries intestinales exercent une influence sur notre comportement, notre personnalité et, plus largement, notre bonheur ; mais aussi comment ces bactéries et donc notre bonheur sont déterminés par notre alimentation.
Chapitre 1
Un univers dans nos intestins : la flore ou le microbiote intestinal
Qu’est-ce que le microbiote intestinal ?
Jusqu’à une époque récente on parlait encore de « flore intestinale » pour faire référence à tous les micro-organismes qui vivent au sein de notre système digestif. On qualifie aujourd’hui davantage de « microbiote intestinal » tous ces habitants de nos muqueuses intestinales.
Nous sommes un véritable écosystème abritant des milliards de micro-organismes vivant en symbiose avec nous. Ces micro-organismes sont des virus, des champignons, des protozoaires, mais, pour la plus grande partie, ce sont des bactéries. Nous leur offrons le gîte et le couvert, et en échange elles remplissent pour nous des fonctions vitales. C’est une vraie symbiose comme il en existe de nombreuses autres dans la nature.

Le microbiote intestinal en chiffres 100 000 milliards de bactéries 10 fois plus de bactéries intestinales que de cellules dans notre corps Près de 1 000 espèces bactériennes distinctes (un individu en héberge 160 à 200) Un organe à part entière qui pèse autant que notre foie ou notre cerveau (1 à 2 kg)
D’où proviennent les bactéries intestinales ?
Notre flore intestinale se constitue en tout premier lieu à partir de la flore de notre mère.
Lorsque nous sommes dans son ventre, notre tube digestif ne serait pas encore « habité » par les bactéries. Notre premier contact avec le monde microbien aurait lieu au moment de l’accouchement.
Dans un accouchement par voie basse, le bébé entre au contact de la flore vaginale et fécale de la mère. Son tube digestif est ainsi rapidement colonisé par les populations bactériennes de celle-ci. Cette flore est majoritairement composée de bonnes bactéries lactiques appelées « lactobacilles » qui vont permettre l’installation, dans un second temps, d’un autre type de bonnes bactéries, les bifidobactéries. Ces bonnes bactéries vont jouer un rôle favorable sur la maturation de la paroi intestinale. 72 heures après sa naissance, le tube digestif du nouveau-né contient déjà 1 000 milliards de bactéries et levures !
Cela explique l’importance de l’accouchement par voies naturelles lorsque celui-ci est possible. Il permet au bébé d’entrer progressivement en contact avec le monde qui l’entoure.
Un accouchement par césarienne va quant à lui générer une colonisation bactérienne très différente. Le tube digestif sera colonisé non pas par la flore génitale de la mère, mais par sa flore cutanée ainsi que par les bactéries de l’environnement hospitalier qui l’entoure à sa naissance, ce qui sera moins bénéfique pour l’enfant. On retrouvera ainsi dans la flore du nouveau-né davantage de staphylocoques et beaucoup moins de lactobacilles.
Cette première colonisation du nouveau-né va beaucoup influer sur l’évolution de sa flore et sa composition bactérienne. D’autres facteurs vont bien sûr également jouer sur l’identité de la flore intestinale : l’environnement familial, les contacts avec le monde extérieur, les éventuelles infections et/ou traitements médicaux ou encore l’hygiène de vie mise en place. Un enfant naissant à la campagne bénéficiera, par exemple, d’un microbiote beaucoup plus riche que celui d’un enfant naissant dans l’univers plus aseptisé des villes.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents