Martine Ouellet : Oser déranger
134 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Martine Ouellet : Oser déranger , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
134 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Nous ne sommes pas habitués à entendre une personnalité politique expliquer
ce qui s’est réellement passé, à l’entendre nommer les choses et les
gens. Ça dérange. On m’a souvent suggéré d’écrire mes mémoires et j’ai
toujours refusé. Alors pourquoi maintenant ? Parce que j’ai pu constater à
quel point on avait dénaturé ce que je suis, ce que je fais, ce à quoi j’aspire.
Personne n’aime qu’on brosse un tableau sombre à son propos. Mais au-delà
des blessures d’ego, ce sont les trahisons qui font mal. Ce sont les agendas
cachés qui nuisent. Les intérêts personnels qui passent loin devant ceux
du bien commun.
Avaler sa pilule et partir sans faire de vagues est de mise. Pourtant, ne nous
prétendons-nous pas avides de vérité, épris de justice ? À une époque où les
rumeurs et les « fake news » se propagent à vitesse 5G, n’est-il pas particulièrement
pertinent de connaître les faits afin de se forger une opinion ? À voir
la réaction de certains, on peut en douter. Mais posons-nous la question : à
qui sert cette omertà sur la vérité ?
Alors, m’adresser directement à vous, vous raconter mon histoire ? Absolument.
Maintenant, plus que jamais. Mea culpa d’avoir laissé courir toutes
sortes de déformations et d’histoires à mon sujet. Je vous propose de mettre
de côté vos préjugés et de repartir à neuf.
Bonjour, je suis Martine. Ravie de faire votre connaissance !
Début :
On m'a souvent suggéré d'écrire mes mémoires et j'ai toujours refusé. Alors pourquoi maintenant? Parce que j'ai pu constater, depuis ce jour de juin 2018, à quel point on avait dénaturé ce que je suis, ce que je fais, ce à quoi j'aspire. Personne n'aime qu'on brosse un tableau sombre à son propos. Mais au-delà des blessures d'égo, ce sont les trahisons qui font mal. Ce sont les agendas cachés qui nuisent. Les intérêts personnels qui passent loin devant ceux du bien commun. Car c'est bien de ça dont il s'agit. Notre avenir collectif, nos aspirations comme peuple. Taire ce qui se trame dans les officines de ceux qui manipulent les masses, c'est irresponsable. C'est vrai lorsque l'on parle de la manipulation des gouvernements et de la population par les multinationales, de celle affirmée et assumée par les Power Corporation d'empêcher à tout prix que le Québec devienne indépendant. Mais c'est également vrai lorsque au sein même du Mouvement indépendantiste, des guerres larvées menées par des tenants du confort font en sorte d'expulser ou de nuire à ceux et celles qui veulent avancer.

Alors m’adresser directement à vous, vous racontez mon histoire? Absolument. Maintenant, plus que jamais.
***
Fin :
Je savais que le tapis me glissait sous les pieds. Ce vote de confiance, je n’en avais pas voulu parce que ce type d’exercice se fait en congrès. J’avais soumis l’idée de la consultation afin de valider ce qui avait déjà été décidé par les membres bien avant mon arrivée à la tête du parti. Il ne devait y avoir qu’une seule question. J’avais déjà prévu de me soumettre au vote de confiance, tel que prescrit dans les statuts du parti, lors du congrès de novembre. Mais devant un Beaulieu de plus en plus chambranlant, j’ai accepté… pour le voir se retourner contre moi à peine quelques jours plus tard.
La volée de bois vert que reçoit Mme Ouellet depuis franchement trop longtemps maintenant est bien sûr organisée et pensée en fonction des médias. Ces médias qui sont toujours très heureux de conduire un nouvel indépendantiste rebelle et non repenti à l’échafaud. C’est comme ça qu’on organise les exécutions dans les contextes que l’on suppose encore démocratiques. Des exécutions qui consistent à diffuser des idées qui vont juste dans un sens afin de démoniser un individu, un parti, voire un rêve. Martine Ouellet a pleinement goûté à cette médecine en cette fin d’hiver et début de printemps. Pour la faire tomber, on l’a talonnée, harcelée, vilipendée. Sans aucune maudite relâche.
La campagne de dénigrement avait en effet atteint un point culminant. Impossible que je passe à travers ça, je m’en doutais. J’aurais pu décider de partir avant la tenue du vote. Ça m’a traversé l’esprit. Mais ça aurait été de cautionner, d’une certaine façon, que de triturer la démocratie, que d’user des méthodes les plus basses – comme celles que l’on reproche à nos adversaires canadianistes d’utiliser – était une manière acceptable de livrer une bataille. Je ne pouvais me résoudre à accepter ça. Encore aujourd’hui, je persiste à croire que l’on doit agir «humainement», avec «fair play», dans nos actions, en tout temps.
Nous avons eu les résultats du vote le samedi. Je ne souhaitais pas réagir à chaud et n’avais aucune envie de m’adresser aux médias. J’ai pris la journée du dimanche pour laisser retomber un peu les émotions. Et j’ai rédigé le discours que vous avez déjà lu en partie. De loin le discours le plus difficile que j’ai eu à livrer de toute ma vie...

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 20 janvier 2020
Nombre de lectures 4
EAN13 9782764439449
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0600€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

De la même autrice
Sous la toge, tome 2 , Stanké, 2010.
Sous la toge, tome 1 , Stanké, 2009.


Projet dirigé par Stéphanie Durand, éditrice

Conception graphique : Nathalie Caron et Nicolas Ménard
Mise en pages : Marylène Plante-Germain
Révision linguistique : Isabelle Pauzé
En couverture : Photographie de Sébastien Ventura / www.sebastienventura.com
Conversion en ePub : Fedoua El Koudri

Québec Amérique
7240, rue Saint-Hubert
Montréal (Québec) Canada H2R 2N1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010

Nous reconnaissons l’aide financière du gouvernement du Canada.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. We acknowledge the support of the Canada Council for the Arts.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – Gestion SODEC.


Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada

Titre : Martine Ouellet : oser déranger / Nathaly Dufour.
Noms : Dufour, Nathaly, auteur.
Identifiants : Canadiana 20190037849 | ISBN 9782764439425
Vedettes-matière : RVM : Ouellet, Martine. | RVM : Femmes politiques—Québec (Province)—Biographies. | RVM : Femmes ministres—Québec (Province)—Biographies. | RVM : Chefs de parti politique—Québec (Province)—Biographies. | RVM : Québec (Province)—Politique et gouvernement—2012-2014.
Classification : LCC FC2928.1.O94 D84 2020 | CDD 971.4/05092—dc23
ISBN 978-2-7644-3943-2 (PDF)
ISBN 978-2-7644-3944-9 (ePub)

Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2020
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives du Canada, 2020

Tous droits de traduction, de reproduction et d’adaptation réservés

© Éditions Québec Amérique inc., 2020.
quebec-amerique.com



Tournées vers l’avenir, pour nos enfants Guillaume, Emmanuelle, Jérémy, Gabriel, Xavier et Alexandra
Martine et Nathaly



On va toujours trop loin pour ceux qui ne vont nulle part.
Pierre Falardeau


MOT DE L’AUTRICE 1
Ceux qui luttent ne sont pas sûrs de gagner, mais ceux qui ne luttent pas ont déjà perdu.
Bertolt Brecht
J’ai rencontré Martine pour la première fois en 2016, à l’occasion de la course à la direction au Parti Québécois. Je connaissais un peu son parcours de militante, puis de députée et de ministre. Je n’avais pas d’opinion arrêtée à son sujet. On me l’avait décrite comme une femme de tête, très intelligente, mais difficile à côtoyer parfois. Je me méfie toujours de ce genre de commentaire, car j’ai pu constater, de nombreuses fois, le double langage utilisé pour décrire les femmes et les hommes, particulièrement en politique. J’ai aussi rencontré beaucoup de faux gentils et de fausses méchantes… Bref, je préfère me faire ma propre idée sur les individus.
Pour comprendre où je me situais lorsque j’ai fait sa connaissance et que j’ai décidé de l’appuyer dans sa course à la chefferie, voici l’extrait d’un texte que j’ai publié en 2016 dans le HuffPost :
Je suis indépendantiste depuis bien avant que j’ai obtenu le droit de vote. J’ai toujours été convaincue que de devenir un pays était l’aboutissement logique de ce que nous sommes comme peuple.
C’est ce qui m’a amenée à Option nationale, en 2012. Enfin, je retrouvais un discours qui, sans gêne et sans détour, proposait de mettre de l’avant, d’abord et avant tout, l’indépendance du Québec. Pas tenter de prendre le pouvoir en balayant les questions difficiles sous le tapis. Pas gouverner une province en attendant que les conditions soient favorables à, peut-être, éventuellement, si on le sent bien et si Jupiter n’est pas en carré de Vénus, proposer aux Québécois de devenir officiellement un pays. Non, prendre le pouvoir avec comme objectif de faire l’indépendance dans un premier mandat.
Ce que ça peut avoir dérangé, l’arrivée d’ON dans le portrait de l’éternelle alternance PLQ/PQ ! Heille toé chose, on divisait le vote et on n’arrêtait pas de parler d’indépendance tout le temps, sur toutes les tribunes, le sourire aux lèvres et la confiance dans le regard. Pire que ça, on ne faisait pas que s’en parler entre crinqués convaincus, on voulait en jaser avec tout le monde ! Parce que voyez-vous, on n’a jamais cru que « les gens ne veulent pas entendre parler de la souveraineté ». Ce n’est pas parce qu’on répète la même chose ad nauseam que ça devient une vérité. Le fait est que les Québécois veulent entendre parler d’économie, d’environnement, de santé, d’éducation, etc., et que tous ces sujets sont inévitablement liés à notre capacité de décider de ce qui nous convient, avec tous les outils en main.
[…]
Martine Ouellet tient depuis le début un discours assumé et clair, en parfaite adéquation avec ce que je préconise comme approche. Qu’on le veuille ou non, les troupes de sieur Couillard feront de l’élection de 2018 une élection quasi référendaire. Nous devons donc commencer à travailler dès maintenant à la préparation de notre attaque, car il n’est pas question qu’on se place en mode défense comme en 2014, avec les résultats catastrophiques que l’on connaît. Cette offensive serait d’autant plus efficace si l’on réussissait à faire parler d’une même voix, le temps d’une élection, les divers partis indépendantistes. Pour cela, ON et QS souhaitent un engagement clair dès le premier mandat. Soyons donc limpides !
Martine Ouellet propose une Constitution initiale de la République du Québec qui sera soumise à la consultation des Québécoises et des Québécois de toutes les régions, à travers la Commission préconstituante. C’est selon moi, l’approche la plus sensée, la plus prometteuse et surtout, la plus clairement assumée. J’en suis.
Nous étions donc à la même place et, dès les premières minutes de notre conversation à l’été 2016, j’ai su que je venais de trouver mon alter ego politique. Ce que je ne savais pas encore à ce moment, c’est que Martine deviendrait une amie très chère dont la présence s’avèrerait déterminante dans ma vie. Comme elle le dit souvent, ce fut une rencontre magique.
Martine est une femme entière, dans tout ce qu’elle fait. Elle ne se contente jamais des à-peu-près. Ces traits de personnalité, alliés à sa grande intelligence, en font quelqu’un qui a quasiment toujours deux ou trois pas d’avance sur la parade. Combien de fois l’ai-je vue mettre en lumière un aspect nébuleux d’un dossier, des semaines, des mois avant que les autres « allument ». Ce qui m’a mise hors de moi – je suis pas mal plus sanguine qu’elle –, c’est cette fichue habitude qu’ont les commentateurs de ridiculiser, en la déformant plus souvent qu’autrement, la pensée de Martine. Pour ensuite acquiescer benoîtement aux mêmes propos prononcés par quelqu’un d’autre…
Au moment où j’écris ces lignes, nous sommes au lendemain du congrès de « refondation » du Parti Québécois. Les journalistes ont été prompts à relever que les intentions exprimées par ce PQ 2.0 se résumaient à mettre en avant la position que Martine a défendue durant ses deux courses à la chefferie. (À ce sujet, je vous invite à consulter l’ensemble de sa plate-forme, sur son site Internet martineouellet.quebec. Ça donne un aperçu de la cohérence des mesures proposées pour une future République du Québec. On est loin, très loin, des incantations…)
Visionnaire avec les deux pieds bien ancrés dans le réel, Martine a été dépeinte de manière tellement déformée que lorsqu’elle a commencé à envisager d’écrire ses mémoires, je lui ai immédiatement offert ma plume. Je voulais que la population connaisse cette femme comme moi j’ai eu la chance de la découvrir : pédagogue, motivante, généreuse et attachante. Elle a ses défauts, comme tous. Elle est parfois si concentrée sur le but à atteindre qu’elle peut sembler lointaine. Elle a aussi une timidité qui peut la rendre, 

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents