Nasser
429 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Nasser , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
429 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Présenté comme un document historique, cet ouvrage relate l'histoire de Nasser, personnification du rêve de liberté, de modernité et de puissance pour l'Egypte. Témoignages de proches, textes inédits et archives familiales vous font rentrer dans l’intimité d’un grand leader politique qui a révolutionné le monde arabe du XXe siècle. La collection "Histoire" des Éditions Chronique regroupe toute une série d'ouvrages relatant le parcours des principales personnalités qui ont marqué leur époque à travers les siècles. Pour découvrir tous les autres ouvrages de notre collection et l'ensemble de notre catalogue, venez consulter le site des Éditions Chronique.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 16
EAN13 9791090871915
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Nasser
L’histoire de Nasser, personnification du rêve de liberté, de modernité et de puissance pour l’Égypte et le monde arabe.
Julien JEAN LOUP

© Wissen Media Verlag Gmbh, pour le système Chronique © 1998 - Jacques Legrand © 2006 - Éditions Chronique - Dargaud SA © Éditions Chronique – Mediatoon Licensing, pour la présente édition.
L'œuvre présente sur le fichier que vous venez d'acquérir est protégée par le droit d'auteur.
Toute copie ou utilisation autre que personnelle constituera une contrefaçon et sera susceptible d'entraîner des poursuites civiles et pénales.
EAN : 9791090871144
Éditions Chronique Mediatoon Licensing 15-27, rue Moussorgski – 75018 Paris E-mail : contact@editions-chronique.com Site Internet : http://www.editions-chronique.com
Nasser
Sommaire
1801 Mercredi 2 septembre 1801
1807 Samedi 19 septembre 1807
1823 1823
1832 Dimanche 29 juillet 1832
1833 Jeudi 21 mars 1833
1841 Jeudi 10 juin 1841
1856 Samedi 5 janvier 1856
1866 Lundi 22 janvier 1866
1869 Mercredi 17 novembre 1869
1871 Dimanche 24 décembre 1871
1875 Mercredi 1 er décembre 1875
1879 Août 1879
1882 Mercredi 13 septembre 1882
1888 Lundi 29 octobre 1888
1897 Dimanche 29 août 1897
1899 Jeudi 19 janvier 1899 1900 à 1934 1935 à 1936 1937 à 1939 1940 à 1944 1945 à 1946
1947 1947 Jeudi 6 février 1947 Vendredi 14 février 1947 Samedi 1 er mars 1947 Lundi 7 avril 1947 Samedi 6 septembre 1947 Mercredi 17 septembre 1947 Samedi 29 novembre 1947 Décembre 1947 1948 à 1949 1950 à 1951
1952 Janvier 1952 Dimanche 6 janvier 1952 Mardi 15 janvier 1952 Vendredi 25 janvier 1952 Dimanche 27 janvier 1952 Samedi 1 er mars 1952 Lundi 30 juin 1952 Juillet 1952 Jeudi 10 juillet 1952 Mardi 22 juillet 1952 Mercredi 23 juillet 1952 Samedi 26 juillet 1952 Mercredi 30 juillet 1952 Mardi 19 août 1952 Dimanche 7 septembre 1952 Mardi 9 septembre 1952 Mercredi 17 septembre 1952 Octobre 1952 Mardi 14 octobre 1952 Vendredi 17 octobre 1952 Mercredi 29 octobre 1952 Vendredi 14 novembre 1952 Lundi 8 décembre 1952 Mercredi 10 décembre 1952 Jeudi 11 décembre 1952
1953 Janvier 1953 Vendredi 16 janvier 1953 Vendredi 6 février 1953 Mardi 10 février 1953 Jeudi 12 février 1953 Dimanche 1 er mars 1953 Lundi 30 mars 1953 Mercredi 6 mai 1953 Lundi 11 mai 1953 Jeudi 18 juin 1953 Juillet 1953 Mardi 1 er septembre 1953 Mercredi 25 novembre 1953 Dimanche 20 décembre 1953
1954 Janvier 1954 Jeudi 14 janvier 1954 Lundi 1 er mars 1954 Vendredi 5 mars 1954 Lundi 29 mars 1954 Mardi 6 avril 1954 Dimanche 18 avril 1954 Samedi 24 juillet 1954 Mardi 27 juillet 1954 Dimanche 15 août 1954 Lundi 27 septembre 1954 Mercredi 29 septembre 1954 Mardi 19 octobre 1954 Mardi 26 octobre 1954 Dimanche 31 octobre 1954 Samedi 13 novembre 1954 Décembre 1954 Mardi 7 décembre 1954
1955 Vendredi 7 janvier 1955 Lundi 31 janvier 1955 Février 1955 Mercredi 16 février 1955 Jeudi 24 février 1955 Samedi 26 février 1955 Lundi 28 février 1955 Mercredi 9 mars 1955 Lundi 14 mars 1955 Jeudi 5 mai 1955 Dimanche 5 juin 1955 Mercredi 31 août 1955 Mardi 27 septembre 1955 Jeudi 20 octobre 1955 Décembre 1955
1956 Dimanche 1 er janvier 1956 Vendredi 6 janvier 1956 Samedi 11 février 1956 Jeudi 1 er mars 1956 Jeudi 8 mars 1956 Avril 1956 Mardi 17 avril 1956 Mai 1956 Mercredi 16 mai 1956 Jeudi 14 juin 1956 Lundi 18 juin 1956 Samedi 23 juin 1956 Dimanche 24 juin 1956 Mardi 17 juillet 1956 Jeudi 19 juillet 1956 Jeudi 26 juillet 1956 Jeudi 2 août 1956 Dimanche 9 septembre 1956 Jeudi 13 septembre 1956 Jeudi 20 septembre 1956 Samedi 22 septembre 1956 Dimanche 7 octobre 1956 Lundi 22 octobre 1956 Mercredi 24 octobre 1956 Mercredi 31 octobre 1956 Jeudi 1 er novembre 1956 Lundi 5 novembre 1956 Mercredi 7 novembre 1956 Jeudi 8 novembre 1956 Lundi 24 décembre 1956 Jeudi 27 décembre 1956 1957 à 1958
1959 Janvier 1959 Février 1959 Lundi 9 mars 1959 Jeudi 12 mars 1959 Mardi 24 mars 1959 Avril 1959 Mai 1959 Vendredi 19 juin 1959 Mercredi 22 juillet 1959 Dimanche 16 août 1959 Vendredi 21 août 1959 Samedi 24 octobre 1959 Dimanche 8 novembre 1959 Vendredi 25 décembre 1959 Mercredi 30 décembre 1959
1960 1960 Jeudi 7 janvier 1960 Lundi 8 février 1960 Jeudi 11 février 1960 Jeudi 18 février 1960 Samedi 16 avril 1960 Mercredi 15 juin 1960 Samedi 9 juillet 1960 Mardi 12 juillet 1960 Mardi 2 août 1960 Samedi 27 août 1960 Mardi 20 septembre 1960 Jeudi 22 septembre 1960 Lundi 3 octobre 1960 Samedi 31 décembre 1960
1961 1961 Mercredi 4 janvier 1961 Dimanche 19 février 1961 Mardi 11 avril 1961 Jeudi 11 mai 1961 Lundi 19 juin 1961 Mercredi 19 juillet 1961 Jeudi 20 juillet 1961 Mercredi 26 juillet 1961 Mercredi 6 septembre 1961 Octobre 1961 Jeudi 5 octobre 1961 Mardi 28 novembre 1961 Mardi 26 décembre 1961
1962 1962 Janvier 1962 Lundi 5 février 1962 Mars 1962 Samedi 31 mars 1962 Mercredi 4 avril 1962 Lundi 21 mai 1962 Lundi 11 juin 1962 Mardi 11 septembre 1962 Mardi 25 septembre 1962 Jeudi 27 septembre 1962 Mercredi 31 octobre 1962 Samedi 10 novembre 1962 Mercredi 28 novembre 1962 Décembre 1962 Samedi 8 décembre 1962
1963 Samedi 12 janvier 1963 Jeudi 17 janvier 1963 Samedi 9 février 1963 Mars 1963 Vendredi 8 mars 1963 Avril 1963 Jeudi 4 avril 1963 Mercredi 17 avril 1963 Samedi 4 mai 1963 Mercredi 22 mai 1963 Dimanche 16 juin 1963 Lundi 22 juillet 1963 Lundi 12 août 1963 Lundi 14 octobre 1963 Lundi 18 novembre 1963 Mardi 31 décembre 1963
1964 1964 Vendredi 17 janvier 1964 Février 1964 Samedi 29 février 1964 Jeudi 19 mars 1964 Mercredi 25 mars 1964 Avril 1964 Jeudi 30 avril 1964 Lundi 4 mai 1964 Dimanche 24 mai 1964 Mardi 26 mai 1964 Mercredi 27 mai 1964 Mardi 2 juin 1964 Vendredi 19 juin 1964 Vendredi 11 septembre 1964 Lundi 5 octobre 1964 Lundi 2 novembre 1964 Jeudi 12 novembre 1964 Lundi 23 novembre 1964 Vendredi 11 décembre 1964
1965 Mercredi 6 janvier 1965 Mercredi 3 mars 1965 Samedi 6 mars 1965 Dimanche 7 mars 1965 Lundi 15 mars 1965 Mercredi 17 mars 1965 Jeudi 18 mars 1965 Vendredi 9 avril 1965 Dimanche 25 avril 1965 Dimanche 16 mai 1965 Lundi 31 mai 1965 Samedi 24 juillet 1965 Jeudi 5 août 1965 Samedi 28 août 1965 Dimanche 29 août 1965 Samedi 18 septembre 1965 Mercredi 29 septembre 1965 Mardi 5 octobre 1965 Mardi 19 octobre 1965 Décembre 1965 Dimanche 26 décembre 1965
1966 Dimanche 16 janvier 1966 Mardi 8 février 1966 Mars 1966 Mardi 8 mars 1966 Dimanche 27 mars 1966 Mercredi 13 avril 1966 Dimanche 1 er mai 1966 Mardi 17 mai 1966 Jeudi 14 juillet 1966 Vendredi 22 juillet 1966 Lundi 29 août 1966 Dimanche 11 septembre 1966 Dimanche 25 septembre 1966 Mardi 27 septembre 1966 Vendredi 4 novembre 1966 Dimanche 13 novembre 1966
1967 Lundi 13 mars 1967 Vendredi 7 avril 1967 Vendredi 21 avril 1967 Vendredi 5 mai 1967 Mardi 9 mai 1967 Samedi 13 mai 1967 Dimanche 28 mai 1967 Vendredi 2 juin 1967 Dimanche 4 juin 1967 Lundi 5 juin 1967 Samedi 10 juin 1967 Mercredi 21 juin 1967 Jeudi 31 août 1967 Jeudi 14 septembre 1967 Mercredi 25 octobre 1967 Jeudi 23 novembre 1967 Lundi 27 novembre 1967 Décembre 1967 Vendredi 15 décembre 1967 Mercredi 27 décembre 1967
1968 Jeudi 8 février 1968 Dimanche 25 février 1968 Jeudi 29 février 1968 Vendredi 15 mars 1968 Jeudi 21 mars 1968 Samedi 30 mars 1968 Jeudi 2 mai 1968 Mardi 23 juillet 1968 Mardi 30 juillet 1968 Samedi 17 août 1968 Dimanche 22 septembre 1968 Mardi 1 er octobre 1968 Samedi 12 octobre 1968 Jeudi 31 octobre 1968 Vendredi 1 er novembre 1968 Jeudi 14 novembre 1968 Vendredi 22 novembre 1968 Samedi 28 décembre 1968
1969 Lundi 6 janvier 1969 Lundi 27 janvier 1969 Lundi 3 février 1969 Samedi 8 mars 1969 Lundi 17 mars 1969 Dimanche 25 mai 1969 Mardi 22 juillet 1969 Jeudi 31 juillet 1969 Lundi 1 er septembre 1969 Vendredi 12 septembre 1969 Lundi 22 septembre 1969 Dimanche 5 octobre 1969 Dimanche 12 octobre 1969 Jeudi 6 novembre 1969 Mercredi 10 décembre 1969 Samedi 20 décembre 1969 Mardi 23 décembre 1969 Mercredi 24 décembre 1969 Mardi 30 décembre 1969 Mercredi 31 décembre 1969
1970 1970 Jeudi 1 er janvier 1970 Mardi 20 janvier 1970 Jeudi 22 janvier 1970 Samedi 21 février 1970 Samedi 28 février 1970 Mars 1970 Mercredi 25 mars 1970 Samedi 18 avril 1970 Dimanche 26 avril 1970 Mardi 21 juillet 1970 Jeudi 30 juillet 1970 Samedi 8 août 1970 Dimanche 27 septembre 1970 Lundi 28 septembre 1970 Mardi 29 septembre 1970 Jeudi 1 er octobre 1970 Jeudi 15 octobre 1970 Dimanche 8 novembre 1970 Vendredi 13 novembre 1970 Mardi 8 décembre 1970
1801 Mercredi 2 septembre 1801
Mercredi 2 septembre 1801

Fin du rêve égyptien de Bonaparte
Alexandrie
La campagne d'Egypte est terminée. Le général baron Jacques François de Menou a signé une capitulation honorable avec les Anglais : il peut rapatrier en France ce qu'il reste du corps expéditionnaire, au très vif soulagement de ses soldats éprouvés par les combats et décimés par la maladie. L'aventure avait débuté le 1 er juillet 1798. Ce jour-là, quelque 35 000 hommes commandés par le général Bonaparte débarquaient à Aboukir. Les objectifs du vainqueur d'Arcole étaient à la fois militaires, politiques et scientifiques, à savoir : établir une base pour la reconquête de l'Inde sur les Anglais, arracher l'Egypte à la domination ottomane, moderniser le pays et, notamment, préparer le percement du canal de Suez… Pour cela, Bonaparte avait emmené avec lui une véritable petite académie d'ingénieurs et de savants. Dans un premier temps, il triompha des mamelouks, en particulier à la bataille des Pyramides qui devait lui ouvrir les portes du Caire, puis il engagea un ambitieux programme de réformes. Mais, face à la menace des Turcs alliés aux Anglais, il dut porter la guerre en Syrie et échoua devant Saint-Jean-d'Acre. Il quitta l'Egypte le 23 août 1799, laissant la direction des opérations au général Jean-Baptiste Kléber, qui fut tué le 14 juin 1800. Menacé par les forces anglaises et confronté à une révolte endémique, le général de Menou ne pouvait plus se maintenir. Pourtant, il s'était converti à l'islam et avait pris le prénom d'Abdallah.
Menou, Jacques François de / Kléber, Jean-Baptiste / Grande-Bretagne / France
Sommaire
1807 Samedi 19 septembre 1807
Samedi 19 septembre 1807

Brèves

Septembre 1807
Alexandrie
Les Anglais évacuent l'Egypte, qu'ils avaient envahie six mois auparavant pour appuyer les mamelouks pourchassés par Méhémet Ali.
Grande-Bretagne / Egypte
Sommaire
1823 1823
1823

Brèves

1823
Soudan
Méhémet Ali conquiert le Soudan et fonde Khartoum.
Méhémet Ali / Khartoum
Sommaire
1832 Dimanche 29 juillet 1832
Dimanche 29 juillet 1832

Brèves

Juillet 1832
Syrie
Aidé d'Octave Joseph de Sèves, officier français converti à l'islam sous le nom de Soliman Pacha, le fils de Méhémet Ali, Ibrahim, écrase les Ottomans.
Syrie / Soliman Pacha / Méhémet Ibrahim
Sommaire
1833 Jeudi 21 mars 1833
Jeudi 21 mars 1833

Brèves

Mars 1833
Londres
Le ministre des Affaires étrangères britannique Henry Palmerston accuse Méhémet Ali de chercher à unifier le monde arabe.
Palmerston, Henry / Méhémet Ali / Grande-Bretagne
Sommaire
1841 Jeudi 10 juin 1841
Jeudi 10 juin 1841

Méhémet Ali conduit l'Egypte sur le chemin de l'indépendance
Le Caire
Si l'Egypte n'est pas formellement indépendante, elle jouit aujourd'hui d'une autonomie quasi intégrale : le pacha Méhémet Ali, très théorique représentant du sultan, a accepté l'hérédité de sa charge, qui lui a été octroyée par les Ottomans. En fait, pour cet ancien officier albanais qui s'empara du pouvoir au Caire après avoir combattu Bonaparte dans les rangs de l'armée turque, il s'agit du couronnement de tout un processus d'émancipation. Pour assurer son pouvoir, confirmé le 9 juillet 1805 par le sultan, il a d'abord éliminé les mamelouks, puis il s'est retourné contre les Turcs, menaçant même Constantinople en juin 1839. Il dut toutefois renoncer à pousser plus loin ses avantages, sous la pression de la Grande-Bretagne, inquiète de sa fulgurante montée en puissance. Maître de l'Egypte et du Soudan, Méhémet Ali a déjà donné toute sa mesure d'homme d'Etat. Conseillé par des techniciens étrangers, dont des Français, appuyé sur une armée modernisée, il a procédé à de vastes réformes administratives, en partie inspirées de celles qu'avait cherché à imposer Bonaparte. Mais son action a été plus spectaculaire encore dans le secteur économique : dès 1808, en effet, Méhémet Ali a mis en œuvre la nationalisation de l'agriculture, et, à partir de 1816, il a développé une ambitieuse industrie d'Etat.
Méhémet Ali / Egypte
Sommaire
1856 Samedi 5 janvier 1856
Samedi 5 janvier 1856

De Lesseps percera le canal de Suez
Alexandrie
L'Angleterre a beau s'y opposer de toutes ses forces, rien n'empêchera désormais l'Egypte d'occuper dans le monde une position géopolitique clé : le pacha Saïd, quatrième fils de Méhémet Ali et réformateur encore plus audacieux que son père, a signé l'acte de concession autorisant son ami Ferdinand de Lesseps à percer le canal de Suez. C'est une grande victoire pour le diplomate français, qui pourra ainsi réaliser le rêve de Bonaparte. En fait, de Lesseps avait repris et développé un projet lancé dès 1833 par les saint-simoniens, alors installés en Egypte auprès de Méhémet Ali sous le magistère de leur maître spirituel, le fameux Père Enfantin. Les Anglais sont furieux : ils craignent de perdre la maîtrise de la route des Indes. Mais rien ne peut désormais retarder la création, par de Lesseps, de la société par actions qui financera les travaux du canal.
Méhémet Saïd / Lesseps, Ferdinand de / Grande-Bretagne
Sommaire
1866 Lundi 22 janvier 1866
Lundi 22 janvier 1866

Brèves

Janvier 1866
Le Caire
Un accord signé entre le pacha Ismaïl et la Compagnie universelle du canal maritime de Suez stipule que celle-ci est une société égyptienne, donc régie par le droit égyptien.
Ismaïl / Compagnie universelle du canal maritime de Suez
Sommaire
1869 Mercredi 17 novembre 1869
Mercredi 17 novembre 1869

Après dix ans de travaux, le canal est ouvert à la navigation
Port-Saïd
Grandiose cérémonie à Port-Saïd, ainsi nommé en hommage au pacha sans qui le canal de Suez n'aurait jamais vu le jour. En présence de son successeur, le khédive Ismaïl, c'est l'impératrice française Eugénie qui inaugure l'ouvrage à bord de son yacht L'Aigle , tandis qu'une fanfare militaire joue Partant pour la Syrie , une romance composée en 1810 par la reine Hortense, devenue le chant de ralliement des bonapartistes ! Le navire d'Eugénie est suivi de ceux de l'empereur d'Autriche et du prince héritier de Prusse, l'Angleterre, elle, étant seulement représentée par son ambassadeur à Constantinople… Le percement du canal de Suez, long de 161,5 km, aura demandé dix ans de travaux, financés par la Compagnie universelle du canal maritime de Suez, créée le 15 décembre 1858 par de Lesseps : la France en détient la moitié du capital, tandis que, de son côté, le khédive a souscrit 44 % des actions. Cet engagement financier de l'Egypte est d'ailleurs le point noir de cette entreprise, car il grève lourdement l'économie du pays.
Port-Saïd / Lesseps, Ferdinand de / Ismaïl / France / Eugénie, comtesse de Téba / Egypte / Compagnie universelle du canal maritime de Suez
Sommaire
1871 Dimanche 24 décembre 1871
Dimanche 24 décembre 1871

Brèves

Décembre 1871
Le Caire
Création d' Aïda de Giuseppe Verdi.
Verdi, Giuseppe
Sommaire
1875 Mercredi 1 er décembre 1875
Mercredi 1 er décembre 1875

Main basse des Anglais sur l'Egypte
Paris
Réputée pour la clairvoyance de ses analyses, la Revue des Deux Mondes lance un cri d'alarme : l'Angleterre a tous les atouts en main pour mettre l'Egypte à genoux. Profitant d'une grave inattention de la France, le Premier ministre Benjamin Disraeli vient de réaliser une opération qui relève de l'escroquerie. Au bord de la banqueroute financière, Ismaïl a revendu à l'Angleterre ses parts du capital de la Compagnie du canal de Suez pour un montant très inférieur à leur valeur réelle. Mais cet apport financier ne suffisant pas à combler le déficit budgétaire égyptien, le khédive dut également lui céder sa part de 5 % sur les bénéfices, ce qui devrait très rapidement permettre à Disraeli de reprendre d'une main ce qu'il avait donné de l'autre ! Pour la revue, ce n'est qu'un prélude à une colonisation en règle de l'Egypte.
Sommaire
1879 Août 1879
Août 1879

Brèves

Août 1879
Egypte
Sous la pression des Britanniques, la Turquie dépose Ismaïl (qui porte le titre de khédive depuis 1867).
Turquie / Ismaïl / Grande-Bretagne
Sommaire
1882 Mercredi 13 septembre 1882
Mercredi 13 septembre 1882

La révolte héroïque du colonel Orabi
Tell el-Kébir
Depuis le 2 mai 1876, l'Egypte est placée sous la tutelle des grandes puissances qui contrôlent désormais son économie, Grande-Bretagne en tête. Mais une vigoureuse réaction nationaliste s'est manifestée dans le pays sous la conduite du ministre de la Guerre, le colonel Orabi Pacha. La réplique britannique ne s'est pas fait attendre. Après avoir bombardé Alexandrie en juillet, les Anglais ont écrasé Orabi à Tell el-Kébir.
Tell el-Kébir / Orabi Pacha / Grande-Bretagne / Egypte
Sommaire
1888 Lundi 29 octobre 1888
Lundi 29 octobre 1888

Brèves

Octobre 1888
Constantinople
Les grandes puissances, à l'exception des Etats-Unis, signent une convention stipulant la liberté de circulation dans le canal de Suez, en temps de guerre comme de paix. L'Egypte, considérée comme faisant partie de l'Empire ottoman, n'est pas signataire.
Turquie
Sommaire
1897 Dimanche 29 août 1897
Dimanche 29 août 1897

Theodor Herzl fait appel aux Ottomans
Bâle
Convaincu de la nécessité de créer un Etat pour ses coreligionnaires, le journaliste juif Theodor Herzl ouvre le premier congrès sioniste. Herzl plaide pour une colonisation de la Palestine, région arabe de l'Empire ottoman. Il a même récemment fait savoir au sultan qu'il était « prêt à mettre l'influence de la presse juive à son profit », en contrepartie de la protection qu'il pourrait accorder aux immigrants venus d'Europe.
Herzl, Theodor
Sommaire
1899 Jeudi 19 janvier 1899
Jeudi 19 janvier 1899

Brèves

Janvier 1899
Le Caire
L'Angleterre étend son emprise sur l'Egypte en imposant un condominium anglo-égyptien au Soudan.
Soudan / Grande-Bretagne
Sommaire
1900 à 1934


L'Angleterre installe son protectorat
Le Caire
Maîtres de l'Egypte depuis l'échec de l'insurrection d'Orabi Pacha, les Anglais ont décidé d'officialiser leur statut de puissance suzeraine. Hier, ils ont annoncé l'établissement d'un protectorat en bonne et due forme, sous un prétexte spécieux : l'Egypte restait théoriquement subordonnée à l'Empire ottoman, lequel est entré en guerre contre l'Entente aux côtés des empires centraux. Mais, afin de mieux marquer leur emprise, ils ont aujourd'hui procédé à un véritable coup d'Etat en déposant le khédive Abbas II Hilmi, trop indépendant à leurs yeux, et en le remplaçant par son oncle Hussein, qu'ils ont gratifié du titre de sultan. Ainsi se trouvent définitivement rompus les derniers liens, d'ailleurs purement formels, qui unissaient l'Egypte à l'Empire ottoman, et puissamment renforcés ceux qui la soumettent aux Anglais. Pour les patriotes égyptiens, la lutte s'annonce particulièrement coriace mais en définitive plus claire. Le fer de lance du nationalisme est le Parti national, auquel le grand journaliste Mustapha Kamel (mort le 12 février 1908) a apporté un très remarquable corpus idéologique, fondé sur une synthèse subtile entre les traditions islamiques et les idées modernes de progrès et de démocratie. Mais son objectif principal demeure bien sûr l'indépendance totale de l'Egypte.
Mustapha Kamel / Ismaïl / Hussein Kamal Pacha / Grande-Bretagne / Egypte / Abbas II Hilmi

La promesse de Lord Balfour aux sionistes
Londres
Dans une lettre à Lord Rothschild, membre influent de la communauté juive britannique, le ministre des Affaires étrangères de Sa Majesté, Lord Arthur James Balfour, déclare que son gouvernement « envisage favorablement l'établissement d'un foyer national pour le peuple juif en Palestine ». Cette déclaration paraît d'autant plus explosive qu'elle est en complète contradiction avec toutes les promesses faites par les Anglais à Hussein, le chérif de La Mecque, en échange de son engagement à leurs côtés contre les Turcs. Formulées notamment dès 1915 par le ministre des Affaires étrangères de l'époque, Sir Edward Grey, elles consistaient en la création d'un grand royaume arabe indépendant incluant bien sûr la Palestine… Mais la déclaration de Lord Balfour, qui vise à rallier à la cause des Alliés les milieux sionistes américains, est également étonnante en droit. En effet, les Anglais, selon Balfour, seraient disposés à céder au peuple juif un territoire qui ne leur appartient pas, la Palestine faisant encore partie de l'Empire ottoman.
Grande-Bretagne / Balfour, Lord Arthur James

Saad Zaghloul à la conférence de Paris
Le Caire
Saad Zaghloul a enfin été autorisé à quitter l'Egypte avec une délégation nationaliste afin de plaider la cause de l'indépendance à la conférence de la Paix, à Paris. Ce départ est le résultat d'une épreuve de force qui a failli mettre l'Egypte à feu et à sang. Juriste d'origine paysanne, ardent patriote mais homme politique aux vues réalistes et mesurées, Zaghloul avait présenté ses revendications dès le 13 novembre 1918 à Sir Reginald Wingate, haut-commissaire anglais en Egypte, sur la foi des intentions généreuses affichées par les Alliés. La réponse de Londres fut brutale : le 8 mars 1919, Zaghloul et ses amis étaient déportés à Malte. Cependant le lendemain, des manifestations de protestation embrasaient le pays, surtout au Caire où cinq étudiants tombaient sous les balles anglaises. Pour stopper l'escalade, les autorités britanniques ont dû libérer Zaghloul le 7 avril. Maintenant, la question reste de savoir s'il sera entendu en Europe : les Alliés ont déjà annoncé qu'ils reconnaîtraient le protectorat britannique sur l'Egypte…
Zaghloul, Saad / Wingate, Sir Reginald / Grande-Bretagne / Egypte

Indépendance sous contrôle en Egypte
Londres
La Grande-Bretagne a quand même fini par réaliser que, si elle voulait se maintenir en Egypte, il lui faudrait lâcher du lest. C'est chose faite avec le statut d'Etat indépendant qu'elle accorde à son protectorat. En fait, Londres ne perd pas grand-chose : en attendant la signature d'accords ultérieurs sur la défense nationale et sur les intérêts étrangers, l'Egypte reste occupée par l'armée anglaise, et le gouvernement du pays soumis à l'autorité du haut-commissaire. Il est toutefois clair que l'action de Saad Zaghloul a porté ses fruits, même si beaucoup reste à faire. Certes il n'a rien pu obtenir à Paris et à Londres, mais c'est en héros qu'il a regagné l'Egypte le 29 mars 1921. Affolés par son influence grandissante, mais aussi débordés par le mouvement de protestation populaire (qui a coûté la vie à une centaine de manifestants à Alexandrie le 25 mai), les Anglais ont cru alors habile de le déporter à nouveau, aux Seychelles. Avec pour résultat pourtant bien prévisible la relance de l'agitation, sous la forme d'une efficace résistance passive.

Naissance de Gamal Abdel Nasser
Alexandrie
Un grand événement répand la joie dans la petite maison de cinq pièces où demeure Abdel Nasser Hussein, chef du bureau des postes de Bacos, dans la banlieue d'Alexandrie. Son épouse Fahima a donné naissance à son premier enfant, un beau garçon qui portera le nom de Gamal Abdel Nasser. Par son père, le nouveau-né est d'origine saïdienne : il appartient à cette antique race autochtone qui peuplait la Haute-Egypte bien avant l'établissement des toutes premières dynasties pharaoniques, et qui reste la composante majeure du peuple égyptien. Né le 11 juillet 1882 près d'Assiout, dans le village de Beni Morr, Abdel Nasser Hussein était le fils d'un paysan assez aisé pour lui prodiguer une solide instruction à l'école coranique du village, puis à l'école copte d'Assiout, ce qui lui donna ensuite la possibilité d'entrer dans l'administration postale. Nanti d'une situation sans doute modeste, mais stable, il put épouser au début de l'an dernier Fahima Mohammed Hammad, la fille d'un commerçant alexandrin. Si le petit Gamal a hérité de son père les magnifiques vertus de patience et de ténacité propres aux paysans du Saïd, nul doute que sa mère, elle, lui aura apporté cette vivacité d'esprit méditerranéenne qui fait tout le sel de la population d'Alexandrie (400 000 habitants).
Nasser, Gamal Abdel / Nasser, Ez el-Arab / Hussein, Abdel Nasser / Hammad, Fatima Mohammed / Alexandrie

Revanche de Zaghloul et du Wafd aux élections législatives
Le Caire
Saad Zaghloul au pouvoir, personne n'aurait pu l'imaginer il y a un an quand le vieux lutteur nationaliste se morfondait aux Seychelles où les Anglais l'avaient exilé… Et pourtant, c'est lui que le roi Fouad I er vient de nommer Premier ministre après le succès triomphal du parti Wafd aux élections législatives, il y a quelques jours. Et, pour le haut-commissariat britannique, la menace se précise : contraints de libérer Zaghloul pour éviter que l'Egypte ne bascule dans une insurrection générale, ils n'ont pu l'empêcher, à son retour, de faire de son parti le catalyseur de tous les ressentiments nationaux. Qu'est-ce en fait que le Wafd ? Son nom même signifie « délégation », en souvenir de la délégation conduite par Saad Zaghloul en 1919. Encadré par des hommes profondément patriotes, le Wafd n'en est pas moins un parti plutôt conservateur. Son populisme dynamique lui a toutefois permis de remporter 195 sièges sur 214 !
Zaghloul, Saad / Wafd (Parti du) / Egypte

La Palestine sous mandat britannique
Genève
Faisant fi des promesses faites aux Arabes pendant la Grande Guerre, les Anglais se taillent la part du lion dans le partage cynique des débris de l'Empire ottoman. Cependant, le mandat que leur confie la Société des Nations sur la Palestine risque d'être un cadeau empoisonné. En effet, il stipule que l'Angleterre doit garantir la Palestine « contre toute perte ou prise à bail de tout ou partie du territoire », mais aussi « contre l'établissement de tout contrôle » d'une « puissance étrangère ». Une contradiction apparaît dès lors entre les termes du mandat (article 5) et la déclaration Balfour qui promouvait la création d'un foyer national juif en Palestine. Et la question se pose donc de savoir comment les Anglais vont tenir leurs engagements avec les sionistes tout en respectant leur mandat. D'autant que, l'an dernier, des affrontements ont déjà opposé les Palestiniens aux colons juifs.
Société des Nations / Palestine / Grande-Bretagne

Le petit Gamal cherche ses racines
Khatatba
La famille d'Abdel Nasser Hussein s'est agrandie d'un deuxième garçon né le 25 juin 1921, Ez el-Arab. Elle s'est installée à Khatatba, une petite ville située au nord-est du Caire, à la limite du delta du Nil et du désert, où le fonctionnaire des postes a été muté cette année. Gamal est encore trop jeune pour aller à l'école. Mais son père est fort impressionné par sa curiosité inlassable. Le trouvant un jour en train de creuser un trou dans le jardin, il lui demande : « Que fais-tu là, Gamal ? » Réponse : « Je veux savoir ce qu'il y a dans cette terre. » Son père insiste : « Qu'est-ce que tu penses y trouver ? » Nouvelle réponse de l'enfant : « Chaque fois que je fouille la terre, je découvre notre origine. » Incontestablement, Gamal Abdel Nasser est un gamin d'une rare précocité intellectuelle. Il lui arrive même de poser à son père des questions qui dénotent un sens déjà aigu de la justice sociale. Ainsi : « Dites-moi pour quelle raison, mon père, nous mangeons de la viande, alors que les bergers, qui ont eux des moutons, n'en mangent jamais ? »
Nasser, Gamal Abdel / Hussein, Abdel Nasser

Il reçoit un coup de matraque et passe la nuit au poste de police
Alexandrie
C'est la rentrée à l'école secondaire de Ras el-Tin, que Gamal fréquente depuis l'année dernière à Alexandrie où son père a été affecté en 1929. Depuis la disparition de sa mère, le jeune garçon a vécu quatre années plutôt décousues, passant du foyer de l'oncle Khalil au Caire à celui de ses grands-parents maternels, qui demeurent à Alexandrie, en passant par un an de pensionnat en 1929 à l'école d'Helman, au sud du Caire. Ces tribulations auraient sans doute été préjudiciables à son éducation si Gamal n'avait eu la tête accrochée solidement sur les épaules… Mais, cette fois, tout semble être rentré enfin dans l'ordre puisque le père et le fils sont réunis. Pourtant, Gamal n'est pas très heureux. Cette année, Abdel Nasser Hussein s'est remarié avec une jeune fille nommée Inayat Mustapha el-Sahn, et cela son fils aîné a du mal à l'accepter. Gamal trouve en effet que son père a un peu trop vite oublié Fahima, dont la mort l'a laissé, lui, inconsolé. Mais, déjà, son esprit a trouvé un puissant dérivatif. A Alexandrie, plongé dans un climat quasi insurrectionnel, il brûle de payer de sa personne : mêlé à une manifestation, il écope d'un coup de matraque sur la tête et passe la nuit dans un poste de police !
Sahn, Mustapha Inayat el- / Nasser, Gamal Abdel / Hussein, Abdel Nasser / Alexandrie

Au Caire, une initiation patriotique par la lecture
Le Caire
Voilà Gamal Abdel Nasser revenu au Caire, où il a suivi son père dans ses tribulations postales. Le petit Gamal est maintenant un adolescent qui a trouvé sa voie. S'il ne sait pas encore très bien vers quelles études il s'orientera après son baccalauréat, il a déjà fait en revanche, en son for intérieur, le serment de se dévouer à sa patrie. Il est inscrit à En Nahda, un collège du quartier El-Daher où règne une vive effervescence chez les élèves. Beaucoup trop passionné par le combat nationaliste pour être un collégien très assidu, il dévore par contre, dans sa petite chambre de l'appartement familial, les livres de la bibliothèque d'En Nahda. Et ses choix sont des plus significatifs, à commencer par un ouvrage capital de Mustapha Kamel, les Maîtres de l'Islam , dans lequel le précurseur du nationalisme égyptien invite tous ses lecteurs « à faire revivre l'ancienne gloire de la nation égyptienne » ainsi que « la splendeur de la civilisation arabe ». Outre les grands écrivains et penseurs arabes, Gamal découvre Voltaire, Rousseau, Hugo, Dickens. De ce dernier, il a apprécié A Tale of Two Cities qui l'a éclairé sur les dérives sanglantes auxquelles peuvent conduire les meilleures révolutions.
Nasser, Gamal Abdel

La dernière lettre de Fahima, sa mère
Le Caire
Une bien triste fin d'année pour le petit Gamal Abdel Nasser. Sa mère est morte le 24 avril 1926, trois jours après avoir donné naissance à son quatrième fils, Chawki. Son oncle Khalil, qui demeure au Caire et chez qui on l'a envoyé l'année dernière pour faire sa scolarité, lui a d'abord caché la nouvelle, par crainte de lui causer un choc grave. En effet, des liens d'affection très forts unissaient Fahima et son fils, et ils s'écrivaient régulièrement. Mais il fallut bien lui dire la vérité quand, aux vacances, il revint chez son père… D'autant que Gamal était très troublé de n'avoir pas reçu de lettre de sa mère depuis avril. Aussi n'est-il plus tout à fait le même. A son sérieux, qui frappe ses maîtres de l'école El-Nahassin, s'est ajoutée une sorte de gravité : c'est la marque pudique de son chagrin.
Nasser, Gamal Abdel / Nasser, Chawki / Hammad, Fatima Mohammed

L'élève Nasser soutient la cause des Palestiniens
Le Caire
La situation n'a cessé de s'aggraver en Palestine, où l'immigration juive a créé une situation de conflit avec la population arabe autochtone. Déjà, en août 1929, des affrontements très violents se sont produits à Hébron et à Jérusalem. Les autorités anglaises, prises à leur propre piège, ne savent plus comment enrayer la spirale de la haine. Le 20 octobre 1930, dans un rapport qui souleva une tempête de protestations aux Communes, le ministère des Colonies affirmait que « les Arabes ont été graduellement dépouillés de leurs terres par les achats du Fonds national juif qui ne leur permet pas de trouver du travail sur les terres juives » et préconisait un arrêt de l'immigration. Sous la pression de l'opposition, le cabinet travailliste de James MacDonald fit marche arrière, au soulagement du mouvement sioniste. Au Caire, les errements de la politique anglaise ne font qu'exaspérer les sentiments de solidarité envers les Palestiniens. Et le jeune Nasser se joint à la grande manifestation de protestation qui se déroule le jour anniversaire de la déclaration Balfour. Toutefois, pour l'élève d'En Nahda comme pour la quasi-totalité des Egyptiens, il n'y a aucune connotation antisémite dans son antisionisme. Les Juifs d'Egypte ont généralement fait bon ménage avec les musulmans et les chrétiens, et Nasser lui-même, à l'exemple de son père, entretient les relations les plus chaleureuses avec les Chamuel, leurs propriétaires. Du reste ceux-ci apprécient fort leur jeune voisin et l'invitent volontiers à partager leur repas. Symbole d'une cohabitation sans histoire, le bureau des postes du quartier de Khoronfich où vivent Abdel Nasser Hussein et les siens jouxte une petite synagogue karaïte.
Palestine / Nasser, Gamal Abdel / Grande-Bretagne



Le Proche-Orient dans l'après-guerre


Brèves


1900 - 1934
Khartoum
Naissance de Mohammed Naguib.
Naguib, Mohammed / Hammad, Fatima Mohammed

1900 - 1934
Londres et Paris
La Grande-Bretagne et la France déclarent la guerre à l'Empire ottoman.

1900 - 1934
Egypte
Echec de l'attaque des forces anglaises par un corps expéditionnaire turc.
Grande-Bretagne

1900 - 1934
Londres
Accords entre Mark Sykes et François Georges-Picot sur le partage de l'Empire ottoman entre l'Angleterre et la France.
Sykes, Mark / Georges-Picot, François

1900 - 1934
Le Caire
Le sultan Ahmed Fouad, qui a porté l'uniforme de général de l'armée britannique, succède à son frère Hussein.
Fouad, Ahmed

1900 - 1934
Moudros
Armistice entre la Turquie et la Grande-Bretagne.
Turquie / Moudros / Grande-Bretagne

1900 - 1934
Le Caire
Le sultan Fouad prend le titre de roi sous le nom de Fouad I er .
Fouad, Ahmed

1900 - 1934
Le Caire
Le roi Fouad I er accorde une Constitution.

1900 - 1934
Le Caire
Assassinat de Sir Lee Stack, gouverneur du Soudan.
Stack, Sir Lee / Soudan

1900 - 1934
Khatatba
Naissance de El-Leithi, troisième enfant d'Abdel Nasser Hussein.
Hussein, Abdel Nasser

1900 - 1934
Le Caire
Décès de Saad Zaghloul.

1900 - 1934
Le Caire
Mustapha Nahas Pacha succède à Saad Zaghloul à la présidence du Wafd.
Wafd (Parti du) / Nahas, Mustapha

1900 - 1934
Ismaïlia
Fondation de la Confrérie des Frères musulmans.
Confrérie des Frères musulmans
1937 à 1939


Des études de droit en attendant l'armée
Le Caire
Le bachelier Nasser s'est inscrit à la faculté de droit, à défaut de pouvoir entrer à l'Académie militaire. Après tout, les études de droit ne sont pas une mauvaise préparation à l'action politique. Du moins en théorie car le milieu estudiantin qu'il découvre est très conservateur… Et, comme une nouvelle occasion lui est donnée de se présenter à l'examen d'entrée à l'Académie militaire, il ne veut pas la laisser échapper. Il n'hésite pas à plaider sa cause auprès du général Ibrahim Khairy Pacha, le nouveau sous-secrétaire d'Etat à la Guerre. Séduit par ses arguments, le général fait sauter le « verrou » social.
Khairy, Ibrahim Pacha

Elève officier, Nasser trouve sa voie
Le Caire
Grâce au général Ibrahim Khairy, les ...

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents