Un chrétien peut-il être franc-maçon ?
73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Un chrétien peut-il être franc-maçon ? , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
73 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comme l'ancien Israël, les pays de l'Ouest pourrissent de l'intérieur à cause du compromis dans les vies du peuple de Dieu. Les hommes dans l'église, le gouvernement et à tous les niveaux ont besoin de savoir ce qu'est vraiment la franc-maçonnerie. Jésus-Christ a dit, ''vous connaîtrez la vérité et la vérité vous rendra libres.'' Etudiez l'argument convaincant de ce livre et posez-vous la question: Un chrétien peut-il être franc-maçon?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2006
Nombre de lectures 0
EAN13 9782952116435
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,05€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

UN CHRÉTIEN
PEUT-IL ÊTRE FRANC-MA ç ON?
 
Les vraies sources
de la franc-maçonnerie
et la position du chrétien
 
 
E.M. Storms
 
 
 
 
 
Titre original "Should a Christian be a mason?"
Publié en anglais par Impact Christian Books, Inc., 332 Leffingwell Ave., Kirkwood, MO 63122, USA
French translation published by permission of Impact Christian Books.
© 1999 by Impact Christian Books. All rights reserved by original copyright holder.
Traduit par Françoise Mermod.
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ou transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur.
Sauf autre indication, les citations bibliques de cette publication sont tirées de la traduction Louis Segond "Nouvelle Edition".
Publié par Editions l'Oasis, année 2006.
Deuxième impression 3 ième trimestre 2011.
Troisième impression 1 ième trimestre 2013.
Quatrième impression 4 ème trimestre 2015.
Imprimé en France.

 
Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France, tél (33) (0) 468 32 93 55 fax (33) (0) 468 91 38 63, email editionsoasis@wanadoo.fr
www.editionsoasis.com (boutique sécurisée)
 
 
 
 
Ce volume est dédié à Jésus-Christ qui, lui seul, est Vérité.
Tout ce qui contredit sa Parole est de l'erreur.
Il a été écrit pour ceux qui sont épris de vérité.
Il participe à un modeste effort fait pour exposer les systèmes et les philosophies qui détournent les vérités chrétiennes et qui attentent de manière destructrice à l'Evangile de la grâce.
 
E.M. Storms
 
 
 
 
Remerciements
 
 
J'exprime toute ma gratitude à ceux qui, étant conscients de la tâche, ont prié pour moi durant les longues heures de rédaction et d'impression de ce manuscrit. J'adresse tout particulièrement mes remerciements à mon mari, Gene Kline, à Ralph et Ethel Stevanus pour leurs encouragements. Merci à ma mère, à mon père et à mes frères et soeurs pour leur soutien dans l’intercession afin que Dieu me dirige dans ma vie. J'ai un profond sentiment de reconnaissance envers Peter Marshall qui me fit prendre conscience de ma propre idolâtrie pendant la préparation de ce manuscrit.
 
Dans presque tous les cas, les caractères en italique des notes de référence ont été ajoutés par l'auteur ou l'éditeur. Plutôt que d'interrompre le lecteur pendant qu'il parcourt le texte, nous vous donnons là ces indications (en fin de volume). Les parenthèses ajoutées par l'auteur sont transformées en crochets dans les notes de référence.
 
 
 
 
Préface
 
 
J'ai lu cette oeuvre avec grand intérêt, et je suis sûr que beaucoup d'autres personnes seront édifiées par son contenu. Ayant quitté la franc-maçonnerie après y avoir passé dix-neuf ans et atteint le 33e degré, je suis convaincu qu'un chrétien lavé par le sang de Christ a le devoir d'avertir les autres contre le danger du piège satanique de la franc-maçonnerie. De plus, tout franc-maçon professant la foi chrétienne devrait abandonner cette hérésie. Madame Storms a passé de longues heures à faire des recherches documentaires sur le sujet; sa récompense sera grande lorsqu'elle apprendra que, grâce à ses efforts, bon nombre de personnes seront sorties de la franc-maçonnerie.
 
Il me semble qu'elle présente avec clarté et discernement le matériel intellectuellement provocant qu'elle a rassemblé. Je pense que beaucoup de personnes seront bénies de pouvoir acquérir une compréhension pertinente de ce sujet.
 
Que cela puisse être un moyen par lequel notre Seigneur Jésus-Christ sera glorifié.
 
Rev. Jim Shaw
Silver Springs, Florida
 
 
 
Table des matières
 
CHAPITRE 1
Un compromis pour le chrétien
CHAPITRE 2
Relations avec l’occultisme et avec la cabale
CHAPITRE 3
Les enseignements religieux de la franc-maçonnerie
CHAPITRE 4
Symboles trompeurs
CHAPITRE 5
Des serments auto-destructeurs
CHAPITRE 6
Sortez de là et séparez-vous
CHAPITRE 7
La franc-maçonnerie et le christianisme
APPENDICE 1
APPENDICE 2

 
 
 
"Le secret organisé invite la suspicion" 1
 
 
CHAPITRE 1
 
Un compromis pour le chrétien
 
 
Dans le passé, les chrétiens ont considéré les sociétés secrètes comme étant contraires aux enseignements de Christ. Jésus lui-même n’a-t-il pas dit: "J’ai parlé ouvertement au monde... et je n’ai rien dit en secret" (Jean 18:20)? Toutefois, il est un fait que de nombreux chrétiens, et même des membres du clergé, sont membres d’organisations secrètes.
 
La franc-maçonnerie, comme on l’appelle, est un mouvement subversif, antichrétien dont les racines sont profondément enfouies dans les enseignements occultes. Alors qu’elle professe avoir du respect pour le christianisme, elle cherche en fait secrètement à le détruire. Si cette position vous surprend, étudiez les pages qui suivent dans un esprit de prière. Vous verrez que la lumière y est faite sur les taches et les flétrissures de cette organisation.
 
Mes sources sont issues de nombreux livres francs-maçons, y compris Morale et Dogmes d’Albert Pike, trouvé dans le grenier de la maison où décéda le grand-père de mon mari, qui lui-même n’était pas franc-maçon et qui avait refusé de l’être. Vraisemblablement, cet ouvrage appartenait à l'ancien propriétaire de la maison. Tout "frère" désirant devenir membre d’une loge doit en faire la demande officiellement, soit en écrivant, soit en utilisant le formulaire standard fourni par la loge. Il demande spécifiquement de "pouvoir être initié aux mystères de la franc-maçonnerie..." 2 Que sont les mystères de la franc-maçonnerie? A quoi le chrétien non averti désire-t-il être initié?
 
Selon Morale et Dogmes de la franc-maçonnerie , celle-ci est "...un successeur des mystères..." 3 et est "identique aux anciens mystères." 4 Comme cela est révélé dans une Encyclopédie de la franc-maçonnerie écrite par Albert Mackey, appartenant au 33e degré de l’ordre, les anciens mystères étaient:
... les rites secrets d’adoration de dieux païens. Chaque dieu païen avait, à part son culte public et ouvert, un culte secret qui lui était rendu, auquel personne n’était admis sinon ceux qui avaient été sélectionnés par des cérémonies préparatoires appelées initiations. 5
 
Ce fait attestant que les mystères étaient des rites d’adoration secrets est soutenu par le degré maçonnique "Chef du tabernacle."
 
Au sein des anciennes nations, il y avait, en plus du culte public, un culte privé dans le style des mystères, auquel n’étaient admis que ceux qui avaient été préparés par certaines cérémonies appelées initiations. Les cultes antiques les plus répandus étaient ceux d’Isis, d’Orphée, de Dionysos, de Cérès et de Mithra. 6
 
Isis était un dieu païen d’Egypte. En Perse, le culte de Mithra était pratiqué. En Thrace, on célébrait les mystères des Cabires. Les Syriens adoraient le dieu Adonis des mystères adonisants, et le dieu Dionysos était célébré en Grèce.
 
Les religions des mystères étaient appelées ainsi parce que leurs rites n’étaient pas dévoilés à des non-initiés. La plupart d’entre elles avaient en commun la mort et la résurrection d’un dieu. La mort et la résurrection du dieu coïncidaient d’habitude avec les équinoxes d’automne et de printemps. Tous les cultes contenaient des éléments de fertilité ... Ceux qui exécutaient ces rites étaient assurés que, comme la nature, eux aussi renaîtraient après la mort, et qu’à travers l’union avec le dieu ressuscité, ils seraient eux-mêmes rendus divins, et par là immortels. 7
 
Dans son livre intitulé Les deux Babylones, Alexandre Hislop déclare ceci:
 
... dans tous leurs aspects essentiels, ces "mystères" étaient les mêmes dans tous les pays ... Babylone était la source originelle d’où affluaient tous ces systèmes d’idolâtrie... 8
 
Si la franc-maçonnerie fait suite et est identique aux anciens mystères, comme on le prétend, nous ne pouvons que conclure que le candidat à une initiation dans les mystères de la franc-maçonnerie se trouve être aussi candidat à l’initiation aux anciens mystères qui étaient des rites d’adoration secrets de dieux païens :
 
... pratiqués dans l’obscurité de la nuit et souvent au milieu de la pénombre de forêts impénétrables et de cavernes souterraines ... 9
 
Si cette théorie est véridique, pourquoi donc les chrétiens tiennent-ils tant à considérer la franc-maçonnerie et son enseignement comme chrétiens? La séduction est le principe directeur de la franc-maçonnerie. Il est vrai que celle-ci parle beaucoup de perfection morale. Toutefois, une organisation chrétienne ne se définit pas par le critère de la perfection morale. En pratique, toutes les religions païennes et les sectes ont leur propre code de morale et leurs standards éthiques qui insistent sur la bonne conduite - la générosité, la tolérance, l’amour fraternel et la gentillesse - toutes des vertus majeures.
 
Mais sous la prétention d’excellence morale, les enseignements maçonniques s’opposent diamétralement au christianisme. Satan n’y apparaît jamais d’un coup dans toute son évidence grossière. Par contre, il avance secrètement sous de faux prétextes. Le résultat est que l’Eglise, hypnotisée et rétrograde, ne parvient pas à reconnaître sa ruse et tolère sa corruption. Pour ce faire, Satan unit habilement l’idolâtrie et le paganisme au christianisme tout en acceptant formellement des termes et des noms chrétiens. C’est précisément ce qui a été fait au travers de la franc-maçonnerie.
 
C’est sur ce point justement que des francs-maçons convaincus objecteront avec force, en prétendant qu'ils croient en Dieu et en la Bible. C'est précisément cet appât qui attire et piège le chrétien. Il est exigé du candidat franc-maçon qu’il déclare sa foi dans un être suprême. Le chrétien croit tout naturellement que c'est en son Dieu trinitaire, par Jésus-Christ, que tous les francs-maçons croient et qu’ils adorent. Toutefois, le fait de déclarer sa foi dans un être suprême n’est pas la prérogative du seul christianisme. Cela définit simplement ce qu’on appelle le théisme. Même le polythéisme affirme qu’il y a un seul être suprême au-dessus de tous les autres dieux. De même les initiés des anciens mystères (cette adoration païenne corrompue) enseignaient l’existence d’un être suprême.
 
Les anciens Babyloniens, tout comme les Romains modernes, reconnaissaient formellement l’unité du Dieu suprême; et alors qu’ils adoraient d’innombrables déités, ils reconnaissaient clairement qu’il y avait un seul créateur infini, tout-puissant et suprême. 10
 
Il semble que, dans les premières époques de l’humanité, on croyait universellement à l’existence d’une déité unique et toute-puissante qui a créé toutes choses; et la tradition enseignait aux hommes les mêmes notions sur ce sujet qui, plus tard, furent adoptées par toutes les civilisations. 11
 
Il est évident que, dans la franc-maçonnerie, peu importe quelles idées ou quelles images vous attribuez à Dieu, pourvu que vous croyiez en un Dieu. C’est parfaitement contraire à la pensée chrétienne, parce que notre conception personnelle de Dieu est sans valeur tant qu’elle ne coïncide pas avec sa révélation de lui-même au travers de Jésus-Christ. Le fait que la franc-maçonnerie ne se préoccupe pas du concept personnel que l’on peut avoir de Dieu se trouve explicitement dans les enseignements de "L'élu du quinzième."
 
... en ouvrant toutes grandes ses portes, elle invite à entrer ici et à vivre en paix et en harmonie à la fois le protestant, le catholique, le juif, le musulman - tout homme qui veut mener une vie vraiment vertueuse et morale, aimer ses frères, tendre la main aux malades et à ceux qui sont dans la détresse et croire dans le seul dieu tout-puissant, omniscient, omniprésent, architecte, créateur et gardien de toutes choses ... 12
 
Dans le degré de "L’arche royale de Salomon", on trouve l’enseignement suivant:
 
Le bien suprême, immanent, éternel, omniscient, tout-puissant, infini, créateur et gardien de l’univers plein de compassion, propice et miséricordieux était le même quel que fût le nom par lequel il était appelé... 13
 
Parmi toutes les nations anciennes, il n’y avait qu’une seule foi et qu’une seule idée de la déité pour ceux qui étaient éclairés, intelligents et instruits et une autre pour le peuple ordinaire. Les Hébreux ne faisaient pas exception à cette règle. Jéhovah, pour la majeure partie du peuple, était comme les dieux des nations qui les entouraient, à part le fait qu’il était le Dieu particulier , premièrement de la famille d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, et ensuite le Dieu national; et qu’il était selon leur croyance plus puissant que les autres dieux de même nature adorés par leurs voisins... 14
 
Ce degré continue en expliquant combien la notion de Dieu chez les Hébreux était tordue, parce qu’ils croyaient que Dieu exigeait avec insistance des sacrifices d’animaux consumés par le feu. C’était un Dieu colérique, jaloux et plein de vengeance. Il commanda à Moïse de faire des actes choquants et hideux de cruauté et de barbarie. Il endurcit le cœur de Pharaon, etc. Il explique que ce n’était pas l’idée de Dieu pour les intellectuels et les gens éclairés parmi les Hébreux. Des hommes comme Zoroastre, Menu, Confucius, Socrate et Platon possédaient une connaissance de la vraie nature et des attributs de Dieu, mais ne le firent pas savoir aux masses parce qu’elles n’avaient qu’une compréhension limitée. Mais cette vraie connaissance de Dieu, et d’autres secrets sont prétendument transmis dans la franc-maçonnerie, et sont révélés aux grands élus, parfaits et sublimes maçons. Ce degré enseigne aussi les différents noms de Dieu, y compris les noms de Baal, Baala, Moloch et Malek. Et ainsi, il met le Dieu des Hébreux sur le même pied que ces déités païennes!
 
Pour le cas où le lecteur ne serait toujours pas convaincu que la maçonnerie assimile le Dieu des chrétiens aux abominations païennes, lisons les instructions données dans le degré du "Chevalier rose croix."
 
Pour la dix-neuf sur vingtième partie des chrétiens leur dieu n’est autre que Bel, Moloch, Zeus ou au mieux Osiris, Mithras ou Adonis sous un autre nom, adoré selon toutes les vieilles cérémonies et les formules rituelles païennes. C’est la statue de Jupiter olympien, adorée comme le Père dans l’Eglise chrétienne, qui était un temple païen; c’est la statue de Vénus, devenue la Vierge Marie. 15
 
Quel affront au christianisme! Nous ne pouvons simplement pas placer notre foi chrétienne sur la même ligne que les autres croyances ni la considérer égale à elles, comme nous ne pouvons pas non plus croire que notre Dieu et Sauveur Jésus-Christ puisse être représenté par n’importe quel nom qui lui serait donné par les croyances païennes.
 
Soit Jésus-Christ est le seul Sauveur du monde, soit il n’est pas un sauveur du tout, mais seulement un génie religieux. L’essence du christianisme, selon la Bible, consiste non pas dans ses affinités accidentelles avec d’autres religions, mais dans ses éléments distinctifs. L’Evangile se pose devant les autres croyances par un choix exclusif. Nous ne pouvons pas simultanément affirmer qu’il n’y a de salut en aucun autre et considérer les autres dieux comme Bouddha et d’autres comme représentant la même chose que Jésus, seulement peut-être avec un peu moins de perfection. 16
 
Le degré de "l’Arche royale" décrit le nom "perdu" de Dieu comme étant JAH-BUL-ON, ou J.B.O., et des maçons de ce degré ont juré de ne jamais le révéler. Il signifie simplement ceci:
 
J - (Jéhovah) hébreu
B - (Baal) babylonien
O - (Osiris) égyptien
 
Quelle immense différence il y a entre le Dieu des chrétiens et le dieu de la maçonnerie! Quelle insulte à notre Dieu saint d’être adoré avec d’autres dieux des antiques nations païennes.
 
Israël était coupable de cette même abomination. L’idolâtrie était un problème permanent dans la nation élue car elle était constamment attirée par l’adoration des déités locales. L’usage d’objets représentant le Dieu invisible fut sévèrement condamné par lui au travers des prophètes, et provoqua sa colère au point qu’il livra Israël aux mains de ses ennemis. Mais il semblait que rien ne pouvait empêcher cette nation de tomber de manière précipitée dans le désastre.
 
Salomon introduisit nombre de dieux étrangers dans le culte au travers de son mariage avec ses nombreuses femmes et il autorisa leur adoration conjointement à celle de Yahvé. La Bible le déclare très clairement: ce fut mal aux yeux de l’Eternel. Lorsque le roi Josias se tourna vers le vrai Dieu, il conduisit le peuple dans un renouvellement de son alliance avec Dieu et cela exigea une réforme. Il bannit les différents cultes de Jérusalem, détruisit les ustensiles qui avaient été faits pour Baal et qui se trouvaient dans le temple, et il détruisit les "hauts-lieux" (2 Rois 22:8-25). Les Ecritures disent qu’il n’y eut point d’autre roi avant ni après Josias, qui de pareille manière, se fût tourné vers le Seigneur de tout son cœur, de toute son âme et de toute sa force. La franc-maçonnerie n’a jamais déclaré que Jésus-Christ est Dieu. Pourtant c’est là l’un des éléments fondamentaux de la foi chrétienne. Par contre, le chrétien qui entre dans la franc-maçonnerie, reçoit cet ordre après son initiation:
 
Le grand architecte de l'univers (G.A.D.L.U.) est notre Grand maître suprême; et la règle infaillible qu’il nous a donnée, c’est celle suivant laquelle nous travaillons. Nous ne tolérons jamais aucune dispute religieuse à l’intérieur de la loge; car, en tant que francs-maçons, nous adorons Dieu selon les exigences de notre conscience, et nous sommes ainsi unis dans un seul lien sacré. 17
 
Ici, le compromis est présenté de manière si subtile que même les chrétiens manquent de le reconnaître. Il n’existe aucune unité entre les différentes croyances, "Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres?" (2 Corinthiens 6:14). Nous ne pouvons pas dire que la maçonnerie soit compatible avec le christianisme, car elle invite des païens à s’unir à des chrétiens à ses autels.
 
La maçonnerie, autour des autels de laquelle les chrétiens, les Hébreux, les musulmans, les brahmanes, les disciples de Confucius et de Zoroastre peuvent se rassembler en tant que frères et s’unir dans la prière vers le seul Dieu qui est au-dessus de tous les Baals, doit obligatoirement laisser à ses initiés le soin de rechercher le fondement de leur foi et de leur espérance dans les écrits de leur propre religion. 18
 
Cela paraît inoffensif et même idéal aux oreilles du chrétien non averti, mais c’est une impossibilité. Il reste inéluctable que le dieu des musulmans, celui des Brahmanes ou des disciples de Confucius n’est pas le Dieu des chrétiens, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ. La fraternité sacrée universelle de tous les hommes sur laquelle la maçonnerie insiste est erronée, comme aussi une telle paternité de Dieu. Nous sommes tous la descendance de Dieu par la création, parce que nous venons tous d’Adam, mais nous ne sommes pas tous les enfants spirituels de Dieu. C’est pourquoi il est impossible aux chrétiens de s’unir dans la prière avec ceux qui nient la déité de Christ ou qui nient sa mort sur la croix. Dans le cas où un chrétien croirait que, devant un autel, il est uni dans la prière avec un païen adorateur d’idoles, cela signifierait, soit qu'il n’est pas convaincu lui-même de son propre message de la bonne nouvelle de ce que Dieu a fait, soit qu’il lui manque la conviction que Jésus-Christ est le seul chemin d’accès au Père!
Le vrai christianisme refuse tout compromis avec les religions existantes. Jésus-Christ seul est le chemin allant à Dieu. Notre Evangile requiert la déclaration d’un article de foi simple mais clair: "Jésus est Seigneur" (Romains 10:9). 19
 
Le fait de croire dans un être suprême est une chose - mais le fait de le connaître au travers de Jésus-Christ, notre Seigneur, en est une autre. La plupart des gens commencent par saisir la notion qu’il existe un Dieu. Mais cette reconnaissance ne suffit pas. La Bible dit que "tu fais bien" de croire en un seul Dieu (Jacques 2:19). Mais elle dit également que "Les démons le croient aussi et ils tremblent." Les démons, qui ne reconnaîtront jamais Jésus-Christ comme Sauveur, savent qu’il n’y a qu’un seul Dieu. Etre d’accord pour dire qu’il n’y a qu’un seul Dieu n’est pas suffisant pour sauver qui que ce soit. Il faut que Dieu soit reconnu dans la personne de Jésus-Christ. C’est la façon dont Thomas le reconnut (Jean 20:28). C’est abominable pour Dieu que d'être reconnu à travers Baal, Mithras, Osiris, Krishna, Allah, Orphée, Moloch, Brahma, Shiva, Vishnu, Zeus, etc. Le chrétien adepte de la franc-maçonnerie veut-il être trouvé coupable du même péché que celui que commirent les Israélites?" "...c’est parce qu’ils sont allés servir d’autres dieux et se prosterner devant eux, des dieux qu’ils ne connaissaient point et que l’Eternel ne leur avait point donnés en partage" (Deut. 29:26). Les "frères" de la franc-maçonnerie, par leur conduite aimable, discrète et vertueuse doivent convaincre le monde de l’excellence de leur institution. Mais "ce qui est élevé parmi les hommes est une abomination devant Dieu" (Luc 16:15).
 
C’est parce que la maçonnerie prétend que personne n’a la vérité que tous les credo sont acceptés indifféremment par la Fraternité.
 
La tolérance, prétendant que tout homme à le même droit d’avoir sa propre opinion et sa propre foi comme nous avons les nôtres; et le libéralisme, soutenant qu’aucun homme ne peut avec assurance déclarer ... quelle est la vérité, ou prétendre avec certitude qu’il la détient... 20
 
Personne ne peut dire qu’il possède avec certitude la vérité... Lorsque des hommes ont des opinions diamétralement opposées les unes des autres, et que chacun est honnête, qui décidera lequel d’entre eux la détient avec certitude? Nous ne savons pas ce qu’est la vérité. 21
 
Les dogmes que chacun d’entre nous chérit ne sont pas comme nous aimons le supposer la pure vérité de Dieu... La vérité n’est accessible nulle part au monde. 22
 
La franc-maçonnerie pose l’antique "question des questions": Qu’est-ce que la vérité? C’était la question de Pilate lorsqu’il se trouva en face de l’incarnation même de la Vérité. La maçonnerie rejoint Pilate dans sa conclusion qu’il n’y a point de vérité absolue et elle suggère que tous ceux qui sont honnêtes et sincères dans leurs croyances possèdent la vérité. De fait, la maçonnerie enseigne ceci: "Peu importe ce que vous croyez, pourvu que vous soyez sincère." Quelle erreur fatale que celle-là! Une personne peut être très sincère, mais très sincère dans la croyance en un mensonge colossal!
 
Alors qu’il est vrai que la plupart des credo religieux possèdent des éléments et des bribes de vérité et qu’ils possèdent des idées véridiques qui apportent quelques conséquences occasionnelles désirables, le christianisme atteste que toute la vérité était incarnée en Jésus-Christ. Les Ecritures déclarent qu'il était plein de grâce et de vérité (Jean 1:4) et Jésus lui-même a prétendu être "le Chemin, la Vérité et la Vie (Jean 14:6). Si nous ne savons pas ce qu’est la vérité, comme le prétend la maçonnerie, comment se fait-il que les Ecritures saintes nous enseignent que nous pouvons "rejeter" la Vérité? Si nous refusons d’aimer et de recevoir la vérité, Dieu nous enverra un puissant esprit d’égarement pour nous faire croire au mensonge (2 Thessaloniciens 2:10-13). La franc-maçonnerie enseigne que les hommes ont des opinions opposées entre elles, et que personne ne peut déterminer lequel d’entre eux possède la vérité. Mais Jésus-Christ n’est pas une opinion. Il est Dieu incarné, "le Chemin, la Vérité et la Vie" et ceux qui connaissent Christ, possèdent la vérité dans sa plénitude. "Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ" (Jean 17:3).
 
Cette attitude tolérante devant la croyance d’une autre personne conduit directement à l’opinion destructrice que:
 
Personne n’a d’aucune manière le droit de contrarier les croyances religieuses d’une autre personne. 23
 
Notre assurance que Jésus-Christ est le seul moyen de salut ne nous octroie pas, ou plutôt ne devrait pas nous faire prétendre avec arrogance que nous sommes meilleurs que quiconque. Elle devrait en fait créer en nous une réaction profonde de joie et d’amour qui nous porte à parler de lui aux autres. Souvent cela présuppose de "toucher" aux croyances d’autres personnes. "Toucher" ne veut pas dire persécuter ou forcer les autres à croire; il s’agit simplement de proclamer un message. Si Jésus n’était qu’une bonne personne, et le christianisme uniquement un ensemble d’opinions religieuses, il n’y aurait pas de message à délivrer.
 
Le message de la bonne nouvelle est que le salut est gratuit grâce à l’amour incompréhensible de Dieu et non pas parce que nous le méritons. "Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est pas par les œuvres afin que personne ne se glorifie" (Ephésiens 2:8-9). Tous les autres systèmes religieux consistent en une collection de règles et de principes "faites-le vous-même". Le chrétien proclame Jésus-Christ lui seul . "Il n’y a de salut en aucun autre; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés" (Actes 4:12). Il est donc impératif que nous "intervenions" afin de témoigner et de proclamer ce glorieux message. Cet enseignement particulier disant qu’il ne faut pas toucher aux opinions des autres est en opposition au message du christianisme. Il signifierait la fin des missions et des évangélisations chrétiennes, si nous devions l’accepter. Allez-vous en tant que chrétien simplement réduire le christianisme à une forme plus élevée de foi humaine? 24 Pouvez-vous reconnaître une continuité ou une égalité entre votre foi et celle des autres religions? 25 Vous ne le devriez pas. Et pourtant, c’est ce que la franc-maçonnerie exige de vous!
 
Le christianisme biblique est la vérité et il peut l’attester avec assurance - contrairement à l’enseignement maçonnique. Personne d’autre que Jésus-Christ est Seigneur et tout autre moyen de salut est vain. Il est clair que "l’Etre suprême" en lequel la maçonnerie exige que vous croyiez, n’est pas l’Etre suprême en lequel croit la foi chrétienne, mais qu’il peut être tout ce que vous pourriez imaginer.
 
Pour chaque franc-maçon, il y a un Dieu: Un seul Dieu suprême, infini en bonté, sagesse, connaissance, justice et bienveillance: créateur, gardien qui dispose de toutes choses. La maçonnerie laisse à chaque credo et religion le soin de répondre aux questions concernant comment et par quel intermédiaire il crée et agit, et de quelle manière il se développe et se manifeste. 26

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents