Monnaies, médailles et histoire en Lorraine
413 pages
Français

Monnaies, médailles et histoire en Lorraine , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
413 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage s'organise autour de ces discrets témoins de l'histoire que constituent ces médailles gravées, représentant les portraits des ducs et duchesses de la "Maison Royale de Lorraine" en place durant sept siècles (1048-1737) et de son livre d'explications du Révérend Père Dom Augustin Calmet, abbé de Senones.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2010
Nombre de lectures 246
EAN13 9782296446298
Langue Français
Poids de l'ouvrage 21 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Monnaies, médailles et histoire
en LorraineDu même auteur :
1-En collaboration avec PierreBariand :
reLarousse des pierres précieuses, 1 édition 1985 ; rééditions 1998, 2004.
Traduction américaine : The Larousse encyclopedia of precious gems, Van Nostrand
Reinhold, New-York.
2- Minéralia, Minéraux et pierres précieuses du monde,Artémis, 2004
Traduction allemande : Mineralien, alles Wissenswerte über Edelsteine und Kristalle,
Parragon books Ldt,Bath, UK.
Adaptations françaises de :
1- Ole Johnsen – Mineralernes verden (ajout des gîtes français des minéraux
présentés), titre transformé par l’éditeur en : «Guide Delachaux des minéraux »
(Delachaux et Niestlé).
2- Walter Schumann –Edelsteine und Schmucksteine (ajout de notices sur les diamants
synthétiques, le corozo, les camées coquilles), titre transformé par l’éditeur en :
«Guide des pierres précieuses » (Delachaux et Niestlé).
3- Walter Schumann – Der grosse BLV Steine und Mineralienführer (précisions
apportées quant à la densité, les irisations, les pierres précieuses), titre choisi par
l’éditeur : «Guide des minéraux et des roches » (Delachaux et Niestlé).
4- Rupert Hochleitner – Welcher Stein ist das ? (ajout des étymologies des noms de
minéraux présentés; ajout d’une description sommaire des minéraux simplement
cités dans le texte allemand, de quelques définitions et d’un glossaire), titre
transformé par l’éditeur en « 300 roches et minéraux » (Delachaux et Niestlé).
© L’Harmattan, 2010
5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com
diffusion.harmattan@wanadoo.fr
harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-296-12808-8
EAN : 9782296128088Jean-Paul POIROT
Monnaies, médailles et histoire
en LorraineHistoriques
dirigée parBruno Péquignot etDenis Rolland
La collection « Historiques » a pour vocation de présenter les
recherches les plus récentes en sciences historiques. La
collection est ouverte à la diversité des thèmes d'étude et des
périodes historiques.
Elle comprend deux séries: la première s'intitulant
« Travaux » est ouverte aux études respectant une démarche
scientifique (l'accent est particulièrement mis sur la recherche
universitaire) tandis que la seconde, intitulée «Sources », a
pour objectif d'éditer des témoignages de contemporains
relatifs à des événements d'ampleur historique ou de publier
tout texte dont la diffusion enrichira le corpus documentaire
de l'historien.
SérieTravaux
Michel GAUTIER, Un canton agricole de la Sarthe face au
« monde plein ». 1670-1870, 2010.
Tchavdar MARINOV, La Question Macédonienne de 1944 à nos
jours.Communisme et nationalisme dans lesBalkans, 2010.
Jean-René PRESNEAU, L'éducation des sourds et muets, des
aveugles et des contrefaits, 1750-1789, 2010.
SimoneGOUGEAUD-ARNAUDEAU, Le comte deCaylus
(16921765),pour l'amour des arts, 2010.
Daniel PERRON, Histoire du repos dominical. Un jour pour faire
société, 2010.
NadègeCOMPARD, Immigrés et romans noirs (1950-2000),2010.
Arnauld CAPPEAU, Conflits et relations de voisinage dans les
ecampagnes du Rhône au XIX siècle, 2010.
John WARD, Placement et adoption des orphelins au
RoyaumeUni (1870-1926). L’orphelin et ses anges gardiens, 2010.
Jean-Pierre HIRSCH, Vie de bistrot en Alsace. Lieux de loisirs et
de sociabilité. 1844-1914, 2010.Amonpère,
àla stricte droiture
héritée deses aïeux meusiens
Ama mère,
gasconne devenuelorraine,
d’uneécole
oùles devoirs dechacun
assurentles droits detous,
et nonlecontraire (cequiest cruàtort aujourd’hui)
à Cécile,
de la«gens » Rémy
critique et indépendante
commesesaïeuxlorrainsPREMIEREPARTIE
Périodesantérieuresàlafamilledesducshéréditaires
Des Leuques àlaLotharingie
DEUXIEMEPARTIE
PériodedesDucshéréditairesdeLorraine
TexteoriginaldesexplicationsduRévérendPèreDomAugustinCalmetsurla
SUITEDEMEDAILLESDESDUCSETDUCHESSESDELA
MAISONROYALEDELORRAINE
gravéesparFerdinandetAugustindeSaintUrbain
Texte (édité en 1736)accompagné d’annotationsetd’illustrationsmonétaires
D’oràlabandedegueuleschargéede troisalérionséployésd’argent
TROISIEMEPARTIE
PériodespostérieuresauxducshéréditairesdeLorraine
Duroi de Pologne Stanislas Leszczynski àlasecondeguerre mondialePREMIEREPARTIE
PERIODESANTERIEURES
ALAFAMILLEDUCALEHEREDITAIREI-Périodepré-etprotohistorique;lesLeuques
Unealternancedecouchessilico-argileuses et de couches calcairesrécifales
déposées durant les deux-cent-cinquantederniers millions d’années dansune
cuvettecristalline ou cristallophyllienne tapissée de grèssur ses bords, telle est
schématiquement la structuredu bassin parisien. La partie orientaledecette
structureest constituée par les Vosges, gréseuses au Nord, granitiques au sud,
car décapées par l’érosion.
Cetteérosionaaussientaméleszonessilicoargileuse tendres, laissant les couches calcaires former des falaises,lesquelles
constituent des arcs concentriquess’incurvantvers l’ouest, falaises aux pieds
desquellescoulentdiverscoursd’eau :
-laSarreetlescôtesdeLorraineduMuschelkalk(230millionsd’années) ;
-laNiedetlescôtesinfra-liasiques(200millionsd’années) ;
-laMoselleetlescôtesdeMoselleduBajocien(160millionsd’années) ;
-laMeuseetcôtesdeMeusedel’Oxfordien(150millionsd’années) ;
-l’Aireetlescôtesd’ArgonneduCrétacéinférieur(130millionsd’années) ;
-l’OrnainetcôtesdesBarsduKimméridgien(140millionsd’années).
11L’estduBassinparisienestparcouruauPaléolithique(35’000av.J.C./ 8’000
av. J.C.)par des groupes nomades de chasseurs collecteurs, lesquelsse
sédentarisentultérieurement, au Mésolithique(8’000 av. J.C./ 5’500 av. J.C.).
Cette société se transforme au Néolithique(5’500 av.J.C./2’000 av. J.C.)en
éleveurs-agriculteursquiouvrent des carrières de silex (près de l’actuelle
SaintMihiel)et initientun commerce d’échanges. Desvillagesseconstituent, et
l’utilisationdu cuivreapparaît au début du deuxième millénaire(âgedu bronze,
1’800 av. J.C. / 850 av. J.C.); la techniquedelafonteà cireperdueest
découvertedès le début du premier millénaire, et la métallurgie sedéveloppe
alors dans la région, alimentée par l’exploitationdu cuivredegitesàazuriteen
Sarreetdanslesenvironsdel’actuelleSaint-Avold.
eL’âgedu fer apparaît au VIII siècleavant notreère, et il seforme une
aristocratie donttémoignent notamment lestumulus recouvrant destombes à
chars et épées (Diarville,à40 kilomètres au sud de Nancy).Acetteépoquedite
de La Tène, s’installent destribus gauloises, dont chaqueagglomération –
oppidum– est un centreéconomiquenotable. Ainsi, après des péripéties dont
nous ignorons la nature, les Leuques occupent le sud de notre région, autour de
l’oppidumdeBoviollessituéau confluent de l’Ornain et de la Barboure(15km
au sud-estdeBar-le-Duc),et lesMédiomatriquesenoccupent lenord,autourde
l’oppidumdelacollineSainte-Croix située au confluent de la Moselle et de la
Seille(actuelleMetz).
e
Quartdestatèreleuque(II siècleavantJ.C.)
Or(cuivré ?)-diamètre13.0à13.7mm.-1.652g.
Anépigraphe;légèrementconvexe/concave
Face convexe: Tête stylisée avec un sourcilépais, portant
un diadèmeàtroisbandesformant chevrons,tournéeà droite.
Face concave: Chevalallantàgauche,se retournant;croix pointée
devant sonpoitrail; rameauau-dessus; rosace pointée sousle
ventre, rappelant le monnayagedePhilippe IIde Macédoine.
Au premier millénaireavant notreère, une circulation de monnaies d’or
apparaît:d’un type fortement inspirédeceluidesstatères de PhilippeII de
Macédoine(383av.J.C./336av.J.C.),ces monnaiesd’orontprobablement été
en partie frappées avec l’orrapportédu Moyen-Orient par les guerriers engagés
là-bas commemercenaires; des pièces de bronzeou de potin (bronzefortement
stannifèreà basse températuredefusion) sont frappées (bronze) ou coulées
(potin)pourles utilisationspluscourantes.L’argentn’estpasalors utilisé.
12Quinaires
L’influence de Rome pénètrepar l’axecommercial nord-sud empruntant
successivement lesvallées du Rhône, de la Saône,du Madon, de la Moselle et
du Rhin; le commerce quien résulteentraîne la fabrication de quinaires
(demideniers)d’argent frappés aux conditions du demi-denierromain (164 par livre
oromaine soit1,98gramme; argentau titrede950 / ).Dans les deuxprincipauxoo
oppidums destribus peuplant la région diteaujourd’hui«Lorraine», deux
ateliers monétaires fonctionnent au premiersiècleavant notreère: celuides
LeuquesàBoviolles et celuides MédiomatriquesàMetz. Toutefois, ily avait
aussidans cet espace une circulation de monnaies émises par lestribus
voisines:lesTréviresau Nord,lesRèmesaunord-ouest,lesTricassesàl’ouest,
lesSéquanesau sud-ouest,lesLingonsau sud.Le massif vosgienne semblepas
avoir étéfranchipar les monnaies destribus occupant la plaine alsacienne
(TriboquesaunordetRauraquesau sud).
Quinairesleuques«SOLIMA-COLIMA»
Argent-diamètre11,3-12,5mm.-1,39g.Argent-diamètre13,1-13,5mm.-1,83g.
Argent-diamètre11,3-12,1mm.-1,86g.
La gravuredes coinsutilisés pour frapperles quinaires esttoujoursd’une surface
plus grande que celle desflans utilisés; le poissonsituésousles pattesducheval n’est
ainsibien visible que surlequinaire inférieur; le cheval ne s’observeenentierque sur
le quinaire en hautàdroite;les légendesnesont partiellement visiblesque surles
derniers situésaux extrêmes.
Quinaireséquane«QDOCISAMF» Quinairelingon«KALETEDOY»
Argent-diamètre13mm.-1,89g. Argent-diamètre12,85-14,3 mm.-1,91g.
Lesquinaires d’argentsontsurtout utilisés pour le commerce avec les légions
romaines. Leuques, Séquanes et Lingonsy honorent Epona,protectricedes
chevaux et déessedes eaux bienfaisantes, comme l’indique son nom (mêmes
13racines indo-européennesquecelles de la source grecqueHippocrènejaillie
sous le sabot de Pégase sur l’Hélicon en Béotie,à savoir epos=’ippos,cheval
et ona=krênê, source).
Les Trévires honorentsur leur quinairelecorbeau, messager du dieu Wodan
(d’où l’allemand moderne wüte n, êtreen fureur,et l’anglais Wednesday,
mercredi– Mercuriidies – parson assimilation au dieu romain Mercure), qui
iciapporte une torque, peut-êtreàFrida, la savanteet prescienteépousede
Wodan (d’où l’allemand Freitaget l’anglais Friday, vendredi– Venerisdies –
suiteà sonassimilationàladéesse romaineVénus), quiaime separeretprotège
lesmariagesauxquelselleapportelafécondité.
Quinairetrévireàl’oiseau–corbeau–portantuntorque
Argent-diamètre15.9-17,1mm.-1,62g.
Bronzes
Les bronzes, alliage cuivre-étain (comportant au maximum10%d’étain pour
faciliter le travaildu cuivre) sont frappés localement pour uncommerce entre
«cités»gauloises. Iciaussi, les Leuques honorent leurs dieux:lecouple
Epona-Wodanestainsi symbolisépar uncheval surlequelestjuché unoiseau.
Bronzeleuque«MATUGIINOS»
Diamètre13,0-12,6mm.- 2,58g.
Partie postérieure d’une tête casquée/oiseau (Wodan)suruncheval (Epona)
Bronzerème«ATISIOSREMOS»Bronzemédiomatrique«MEDIOMA»
Diamètre16,2-18,2mm.-5,78g.Diamètre16,0-17,2mm.- 2,22g.
Têteàgauche/lionaccostéd’unpoissonTête, souffle issu de la bouche /Pégase
14L’influence romaine est nettement perceptible chez les Médiomatriques :
l’oiseau surlechevalestdevenuPégase.LeliondesRèmes rappellepeut-êtrele
thème des monnaies marseillaises, copiédes monnaies grecques de Vélia; le
poisson devantson poitrail rappelleceluidesquinaires leuques, lequel évoque
lessources.
Potins
Le potin est un alliagecuivre-étain riche en étain (del’ordrede 30%d’étain)
fusibleàbasse température, ce quipermet d’en produiredes monnaies par
moulage; les monnaies ainsiobtenuessont également nommées «potins».
Aucun moule ni fragment de moule n’aété retrouvé, mais lestraces de canaux
d’emplissage, diamétralement opposéessur les monnaies, et la parfaiteidentité
des pièces dansune série donnéepermettent de penserquelemoule était
fabriquéà chaquecouléeà partir d’une matièrepâteuse sedésintégrant
totalement par la suite; l’hypothèselaplus probableest celle du plâtrefin.
Deuxplaquesdeplâtre sontréalisées; alors quecesplaques sontencoremolles,
un sillon centraly est ménagé, et le motif d’une piècemodèley est insculpé
plusieurs fois,àcheval sur ce sillon:ilen résulted’une part une série d’avers
reliésparuncanal, et d’autrepart une série de reversde même; plaquées l’une
sur l’autre, ces deux plaques encoremolles constituent le moule.Dèsquele
plâtreest totalement durci,lepotin en fusion est versédans le moule; après
solidification de la coulée, l’«arbre»ainsiobtenu est dégagé en brisant le
moule, lequel sedésagrègeensuite rapidement, ne laissant aucune trace. Les
futures pièces de monnaie sont ensuiteisolées parsimplecassuredecette
« tige» aux entrées etsorties de chacune d’elles. Lestraces des canaux de
couléedemeurenttoujoursvisibles; la «tige» est en effetsectionnéeplus ou
moins loin de la tranchedes pièces, sansrectification ultérieurecompte-tenu de
lafaible valeurlibératoiredecespièces.
Potinsleuquesàla«têted’indien»etausanglierporteenseigne
Diamètre17,0-17,8 mm. - 3,97g. Diamètre17,1-18,0mm.-4,06g.
D’usageessentiellement local, les potins circulent néanmoins aussichez les
peuplesvoisins du peupleémetteur,et parfois géographiquement assez loin de
leurateliermonétaire.
Les Leuques coulent des potins ornés d’une têteceinted’un bandeau, où la
chevelureest marquée partrois mèches donnantun aspect de «têted’indien» ;
15destêtes lisses dites «têtes chauves»ont pu êtrecoulées par eux ou leurs
voisins de Haute-Seine. L’autrefacehonorele sanglier, animal solitaire qui,
fouillantlessecretsdela terre,estnaturellement associéaudieuLug, maîtredes
artsetdes techniques.
PotinsleuquesoudeHaute-Seine,àtêtelachauveetausanglier
Diamètre17,5-19mm.- 3,5g. Diamètre17,1-17,9mm.-4,26g.
Notezque le sanglierci-dessusest sexué !
Les Leuques (ou leursvoisins de Haute-Seine) matérialisent parfois le souffle
sortant de la bouchedestêtesqu’ilsreprésentent. Ils honorent icile taureau qui
portelesattributsd’unemajestéindomptable,ainsi quelacoursed’unguerrier.
PotinsleuquesoudeHaute-Seineavec matérialisationdusoufflesortantdela
bouche
autaureauetaulysauguerriercourant
Diamètre16,5x20,3mm.- 2,73g. Diamètre17,5-18,5mm.-4,51g.
Le respectdessourcesàl’eau vivifiante,conduisantaucultedesnymphesqui
leur sont attachées, est parfois nettement indiqué sur les potins; c’est ainsile
casdesLingons, quimatérialisentl’eauparlaprésencedepoissons.
Potinlingonauxtroispoissons
Diamètre19mm.-5,26g.
Troispoissons /Troiscanards (?)
16Les potins des Rèmes honorent l’ours (ursus;ber), quifait alors l’objet d’un
cultedont il nous resteaujourd’huidestémoins dans la toponymie(passagede
l’ours, Berry, Orcière,etc.), et danslafêtedelaChandeleur(«chant del’ours »
transformé en fêtedes«chandelles») quimarquel’époquedela sortie
d’hibernation de l’ours, début février. Les faces associéesàces potinssontun
bucrane(dugrec boys,boos,bœuf,et kranion,oy,crane) qui renvoieaucultedu
taureau,etun«guerriercourant»,c'est-à-dire unchasseurd’ours.
Potinrèmeàl’oursetaubucrane
Diamètre: 20mm.-5,06g.
Potinrèmeàl’oursetau«guerriercourant»
Diamètre 21mm.- 6,32g.
L’agressivitédes peuples germaniques conduitquelquestribus gauloises à
demander l’aide de Rome pour lesrepousser, ce qui sert de prétexteàCésar
pourconquérirlaGaule(58av.J.C./51av.J.C.).LesLeuquesluifournirentdu
bléau début de la conquête(58 av. J.C.)et ne semblent pas avoir ensuite
participéactivementauxcombats.
17II-Périodegallo-romaine
Après la conquêtedeCésar, desvillesromainessont établies près des anciens
oppida gaulois, notammentàLyon (Lugdunum), où sont frappés les premiers
quinairesromains de Gaule, et d’où le pays est d’abord gouverné. Le triumvirat
établi après l’assassinat de César (15 mars 44 av. J.C.)entreOctave(futur
Auguste), Marc-Antoine et Lépide attribuela«Gaule chevelue (« Gallia
comata»)àMarc-Antoine.
Marc-AntoineetFulvie,quinaire(Lyon,42av.J.C.)
Argent-diamètre12,5mm.-1.64g.
[A]NTON[I] / lionaccostédeA[nno] etXLI/IMP[erator]
IIIVIR R[ei] / Victoire souslestraitsde Fulvie/P[ublicae]C[onstituandae]
(Antoine,41ans,chefdesarmées, triumvirde la Républiquerestaurée)
Fulvie, épousedeMarc-Antoine et belle-mèred’Octave qu’elle déteste,
suscite une guerreentre songendreetsonbeau-frèreleconsulLuciusAntonius.
Vainqueur, Octaveoccupe la Gaule etrépudieClaudia qu’il renvoieàFulvie.
Marc-Antoine reproche alors son attitudeàFulvie, laquelle meurt peu après
(40av.J.C.); la réconciliation (provisoire!) entreOctaveet Marc-Antoine est
scelléepar les promesses de mariage de Marc-Antoine avec Octavie, sœur
d’OctaveetdufilsdeMarc-AntoineavecJulie,filled’Octave.
Auguste–denierautaureau,Lyon(15av.J.C.)
Argent-diamètre 20mm.- 3,71g.
AVGVSTVSDIVIF[Auguste filsdu divin (César)]
ème
IMP-X[chefdesarméespourla 10 fois]
La miseen placed’une administration centralisée dans la Gaule rend
nécessairelamiseen placed’un réseau routier permettant de transmettre
rapidement les ordres. Vers 15 av. J.C., Octave, désormaistitré«Auguste»,
charge son gendreAgrippa d’établir ce réseau et d’organiser le pays, lequel est
diviséen trois provinces:Aquitaine, Lyonnaiseet Belgique. C’est dans cette
dernièreprovince que se trouvent incluslesterritoires(«cités ») des Leuqueset
19des Médiomatriques. L’ «imperator»(général en chef des armées)Auguste
fonde dans lesterritoirestréviresune ville d’où la Gaule Belgique sera
administrée (Augusta Treverorum, qui sera simplement nommée ultérieurement
Treverum,d’où sonnomdeTrèves, transcritTrierenlanguegermanique).
Quadrans autaureau,Trèves(10 av.J.C.)
Bronze-diamètre16/17 mm.- 3.01g.
Anépigraphe/GERMANVS/INDVTILLI [chef trévire]
Dupondius(Nimes)–AugusteetsongendreAgrippa
Bronze-diamètre 26,5mm.-13,17g.
IMP[erator]/DIVIF[ilius]COL[onia] NEM[ensis]
Chefdesarmées,filsdu divin(César)/ ColoniedeNîmes
Têtesadosséesd’Auguste etd’Agrippa /
Crocodile attachéàun palmier(souvenirdeslégionnaires
ayant participéen30av.J.C.à la conquêtede l’Egypte)
L’importante voie romaine Lyon-Trèves passepar la citédes
Médiomatriques, DivodurumMediomatricorum (nommée troissiècles plus tard
Mediomatricum, puis Mettis,d’où le nom actuel de Metz), quiprofitede
l’activitéainsidrainée, et devientun important nœud routier. Unecité romaine,
Nasium (actuelle Naix-aux-forges), s’édifie aux pieds de Boviolles, mais les
Leuquessont attirés par la grande voiecommerciale romaine Lyon-Trèves, et
leur centreéconomiqueglissedansune agglomération située sur cette voieau
borddelaMoselle, TullumLeucorum(nommée simplement Tullum troissiècles
plus tard,etactuellementToul).
Durant les deux siècles et demi suivants, la «paix romaine»n’est troublée
que vers 68-70, lors de la mort de Néron, puisvers 170-180, sous Marc-Aurèle.
FrappéenotammentàTrèves etàLyon, la monnaie romaine circule et concourt
àla vieéconomiquedupays.
20Tandisqu’une partie des légions affectéesàladéfensedelaGaule Belgique
est déplacéeen Orientfaceaux Gothssurle Danube ou faceaux Perses en Asie
mineure, les Germains constituent des ligues etse renforcent; en 254, le trajet
du premierraid significatif des Alamans est jalonnéde trésors monétaires
enfouis et parfoisretrouvésseulementune quinzaine de siècles plus tard
(Avocourt en Meuse, Metz en Moselle). Alors imperator associéà son père
Valérien, Gallien rétablit momentanément la situation; en effet, la défaitede
Valérien fait prisonnier en 259 par le PerseChapour, puisson suppliceen 260
(après l’avoir humilié en s’en servant de marchepied, Chapour le fait écorcher
vif!), incitent Francs et Alamansà renouveler leur agression, laquelle est à
nouveau marquéeparl’enfouissementde trésors monétaires(Naix-aux-forgeset
Senondansla valléedelaMeuse,SarrebourgdanscelledelaMoselle).
21«EmpireGaulois»(260-273):Postumus,usurpateur(260-269)
Nommépar Gallien, le général Postumus repousseles envahisseurs, etusurpe
en 260 le titred’«auguste». Il constitueainsil’«empire romain des Gaules »,
quiconnaît unepériodede tranquillitédurant unepetitedizained’années.
Antoninien,Trèves,262
oArgent200 / -diamètre 22,5 mm.- 3,02g.oo
IMP[erator]C[æsar]POSTVMVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] / MINE-V-AFAVTII
Chefdesarmées CésarPostumus, pieux heureuxauguste /A Minerveprotectrice
(déesse combattante)
Antoninien,Trèves,267.
oArgent150/ -diamètre 21,7 mm.- 3,86g.oo
IMP[erator]C[æsar]POSTVMVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] /SERAPIC-OMITIAVG
Chefdesarmées CésarPostumus, pieux heureuxauguste /
ASérapiscompagnondel’auguste
(dieuguérisseur)
Antoninien,Trèves,263-265
oBillon(argent150/ )-diamètre 21,5mm.- 3,02g.oo
IMP[erator]C[æsar]POSTVMVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] / MONETAAVG
Chefdesarmées CésarPostumus, pieux heureuxauguste /A la monnaiedel’auguste
Postumus frappe monnaieàTrèves, etses pièces d’une part appellentàla
protection des dieux (à Minerve-antiquedéesse romaine de la sagesse-, à
22Sérapis -dieu guérisseur venu d’Egypteau tournant de notreère-), et d’autre
part exaltent la stabilitéet le bonheur apportés parson gouvernement (émission
en honneurde samonnaie,émissionau caducée-emblèmedeMercure,dieu du
commerce,égalementassociéàlafélicité-).
Antoninien,Trèves,266
oBillon(argent150/ )-diamètre 21mm.- 3,08g.oo
IMP[erator]C[æsar]POSTVMVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] /
SAECULOFRVGIFERO
Chefdesarmées CésarPostumus, pieux heureuxauguste /Ausièclefécond
Remarque:Associéà Mercure, dieu du commerce, le caducée estunsymboled’une
économie satisfaisante(la«croissance» actuelle)etdoncde félicitésretrouvées.
Findel’«EmpireGaulois»(273):Probusempereur(276-282)
Les luttes intestines de l’«EmpireGaulois»aboutissentàl’assassinat de
Postumuspar sespropres troupesen 269,puisàladestructiondecet«empire »
en 273 par Aurélien(imperator de Rome – 270à 275 – quiétablitun nouvel
ordremonétaireavec la création de l’aurelianus en 274), ce quiprovoquede
nouveauxdépôtsmonétaires.
Anouveau envahipar les Alamans en 275-276, le pays en est délivrépar
l’imperatorProbus(276-282), qui«pacifie»laGauleen 279.
Aurelianus,Serdica(actuelleSofia),277
oBillon(argent50/ )-diamètre 23.5 mm.- 3,31g.oo
IMP[erator]C[æsar]M[arcus]AVR[elius]PROBVSP[ius]AVG[ustus] /
VIRTVSPROBIAVG
Chefdesarmées CésarMarcAurélienProbus,pieuxauguste
Aux qualitésphysiquesetmoralesde l’auguste Probus
Probusterrassantun ennemi
23. Aurelianus,Serdica(actuelleSofia),277
oBillon(argent50/ )-diamètre 21.5mm.-4,16g.oo
IMP{erator]C[æsar]M[arcus]AVR[elius]PROBVSP[ius]AV[gustus] /
S-OLIINVICT-O
Chefdesarmées CésarMarcAurélienProbus,pieuxauguste /AuSoleilinvainc u
Soleilconduisantun quadrige
Dyarchie(286-293)ettétrarchie(après293)
La situation militairedel’empire romain impose une réforme:Dioclétien
nomme Maximien «auguste»en 286, les deux augustes ayant les mêmes
pouvoirs militaires et politiques («dyarchie», du grec dyo, deux et arkhê,
commandement, autorité). Placé sous la protection de Jupiter, Dioclétien prend
en charge les frontières orientales et laisseles frontières occidentales à
Maximien, placé sous la protection d’Hercule; Maximien reste subordonnéà
Dioclétien.Cependant, qui s’adresseàl’un des Augustes est censé s’adresser
aux deux, l’autreétant fictivement présent:ladeuxième personnedu pluriel
alors utilisée deviendraavec le temps notre« vous»depolitesse. Le
er1mars 293, deux «césars» sont nommés pour seconder les augustes, Galère
auprès de Dioclétien, Constance, pèredeConstantin le Grand, auprès de
Maximien(«tétrarchie», quatreautorités).
AurelianusdeMaximien-Hercule(285-305),Lyon,288
oBillon(argent50/ )-diamètre 24mm.-4,08g.oo
IMPMAXIMIANVSAVG / VIRTVTIAVGG
Aux qualitésphysiquesetmoralesdesAugustes
Hercule étranglant le liondeNémée
24AurelianusdeDioclétien(293-305),Lyon,294
oBillon(argent50/ )-diamètre 24mm.-4,27g.oo
DIOCLETIANVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] / SALVSAVGG
Santédes Augustes
La Santénourrissantun serpent
ConstantinleGrand:l’empirechrétienetle«solidus»(«sou»)
Constantin le Grand succèdeà son pèrecomme «césar»le 25 juillet306,et
devient officiellement «auguste»le 25 décembre 307. Ilélimine ses autres
collègues, la victoiredécisiveayant lieu contreMaxence en 312,au Pont
Milvius sur le Tibre, près de Rome; c’est là quelui serait apparu un chrisme
(monogramme XP, lettres grecques khi et rhôsignifiant Christ) tandisqu’une
voix luidisait « Hocsigno victoreris »(par ce signe tu serasvictorieux), et
qu’auraitalorspris sourcel’empirechrétien.
Follis,Trèves,311
Bronze-diamètre 23mm.-4,34g.
IMPCONTANTINVSAVG / SOLIINVIC-TOCOMITI
Chefdesarmées Constantin auguste /AuSoleilinvinciblecompagnon
Remarque:Constantin étaitunadeptedeSolInvictus, SoleilInvincible, alorsfortement
vénéréenGaule; il se convertit lors de sa victoiredécisivesur Maxence en 312, mais
ne se faitbaptiserque sursonlitde mort le 22 mai337àNicomédie.
La lutte quiopposeConstantinà ses collègues augustes est fataleau système
de tétrarchie,définitivementaboliedefaitaprès 312.
Proclamé augustele11 novembre 308, Licinius épouseen 313 Constantia,
demi-sœur de Constantin,etsemetsous la protection de Jupiter.Les conflits
25quien résultentse terminent parsadéfaiteetson exil en 324, puisson
exécution en 325. Constantin est alors le seulmaîtreeffectif de l’empire
romain; les fonctions de l’autreaugusteet des césars sont confiéesà ses
enfantsetneveux.
Nummus,Nicomédie(Bithynie),313
Bronze-diamètre 20,5mm.- 3,21g.
IMP[erator]C[æsar]VAL[erivs]LICI[a]N[vs]LICINIVSP[ivs]F[elix]AVG[vstvs] /
IOVICONSERVATORIAVG-NN
Chefdesarmées CésarValèreLicianus LiciniusAuguste pieux heureuxauguste /
AJupitersauveurdel’auguste
Jupiter, debout,unaigleàsespieds,
long sceptreenmaingauche,
globenicéphoreenmaindroite.
Pseudo-argenteus,Trèves,313
oBillon(Ag 250/ )-diamètre18mm.- 3,07g.oo
IMPLICI-NIVSAVG/IOVICONSERVATORI AVG-PTR
Chefdesarmées Licinius, auguste /A Jupitersauveurdel’auguste
Jupiter, le foudreenmaindroite,
prendson envol surunaigle
Constantin complètelesréformes de Diocliétien. Il dédoublelaprovince de
Belgique; constituée des cités des Leuques, des Médiomatriques et des
Trévires, la nouvelle province de Belgique Premièrepréfigureen quelque sorte
la futureLorraine; peu après, il dédoublelacitédes Médiomatriques, créant la
citéduVerdunoisautourdela «civitas verodunensium»,actuelleVerdun.
26Aprèssa victoire sur Maxence en 312, Constantin le Grand met en forme la
réforme monétaireentreprisepar Dioclétien; il crée notammentun «aureus
solidus», constituéd’une massed’or de 24 carats (1/72 de livre romaine, soit
4,51 grammes), lequel doit être(etsera) une nouvelle monnaie « solide»(ce
seraplus tardl’ambition du «nouveau franc»); cet «aureussolidus», dit plus
esimplement «solidus»perdurerajusqu’au XI siècle, momentàpartir duquel
les dévaluationssuccessives initiées par l’empire romain d’orient («empire
byzantin») en feront progressivementunepiècedebronze, le « sol»ou « sou »
e edu XVIII siècle, dont le nom est resté utiliséjusqu’au milieu du XX siècle
(centsous pour parler de la piècedecinq francs, devenuecinq centimes avec le
«nouveaufranc»,c'est-à-diremoinsd’uncentimed’euro!).
Le solidus de Constantin estàl’originedeladésignationdu titredel’or en
carats:en effet, les orfèvres fondaient lessolidus de Constantinople pour en
fairediversobjets,et,dufait de sadévaluationparun remplacementpartield’or
par du cuivre, poids pour poids, ilsqualifièrenttout naturellement la qualitéde
l’alliaged’or ainsi utilisépar le nombredecarats d’or effectivement présents
dans lessolidus utilisés, d’où un «aloi»(titre) expriméen «carats»,
c'est-àodireen vingt-quatrièmes(le titredel’orà18caratsest18/24, soit 750 / ).oo
Centenionaliscélébrantlesdeuxcapitalesdel’Empireaprèslafondationde
Constantinople
Bronze-diamètre18mm.- 2,20et2,65g.
VRBSROMA/SMKE CONSTAN-TINOPOLIS/TRS
Ville de Rome/Cyzique (335) Constantinople/ Trèves (331)
LouveallaitantRomulusetRémusVictoiresurune prouede nef
Remarque:Les deux étoilesaudessusdelalouvereprésententles Dioscures,Castor
etPollux,patronsde la classe équestre,quiauraientaidél’armée romaineà vaincre les
Italiensàlabataille du lacRégille (496 av.J.C.).
Pour mieux contrôler les armées destinéesàdéfendrel’empire romain contre
les diverses peupladesquil’attaquent (Germains et Daces notamment),
Constantin le Grand décide d’établirune secondecapitaled’empireproche de
ces périls; après avoir envisagéTrèves, il choisit en 326 le sitedeByzance,
futureConstantinople (« ville de Constantin»), actuelle Istanbul, site situéà
proximitédesfrontières menacéesparlesDaceset de celles menacéesparles
Perses. La nouvelle ville luiest dédicacée le 11 mai 330; des nummus, dits
aussi follis ou centenionalis,(pièces de 25 deniers)font alors connaîtrecette
fondationdans toutl’Empire.
27Constantin nomme aux responsabilités locales des«compagnons»(comes,
comitis, ce quidonneralefrançais «comte» titre ultérieurement attribuéaux
fonctionnairesdeCharlemagne).
La religion chrétienne devient officielleàlafin du règne de Constantin;son
fils ConstanceII frappe des monnaies comportant le rappeldelaconversion de
son père, notamment le labrarum chrismé (enseignelégionnairecomportant le
monogramme grec khi/rhô – X/P– signifiant «Christ») accompagné de la
sentence « Hocsigno victoreris » (Tu serasvainqueur par ce signe, c.à.d. «Tu
vaincrasaveccette enseigne»).
Majorina,Siscia(Sisak),350
Bronze-diamètre 22mm.-5,47g.
D[ominus]N[oster]CONSTAN-TIVSP[ius]F[elix]AVG[ustus] /
HOCSIG-NOVICTORERIS
NotreSeigneur Constancepieux heureuxauguste (ConstanceII, 324-361) /
Aveccette enseigne,tuseras vainqueur
ConstanceIIdetrois-quartsface, unlabrarum chrisméenmaindroite,
un sceptreenmaingauche,couronnéparunange.
Majorina,Lyon,353
Bronze-diamètre- 21,5mm.- 3,49g
D[ominus]N[oster]MAGNEN(TIVSP[ius]F[elix]AVG[ustus]) /
/SALVSDDNNAVGET(CAES)-FPLG
NotreSeigneurMagnencepieux heureuxauguste (Magnence, 350-353)/
Santéànos seigneursauguste etcésar
Chrismeaccostéd’alpha et omég a
Remarque:Révolté contre Constant (337-350), Magnence se proclame«auguste»à
Autun: il vainc Constant et le tueen350 durant sa fuite versles Pyrénées.Ilnomme
«césar»son frèreDomitien.
28Findel’empireromaind’occident
e eLes IV et V sièclessont marqués parun repli économique, d’où un
affaiblissement de la circulation monétaire, effet observable parun moindre
nombrede trouvaillesdemonnaies.
Les Alamans envahissent la BelgiquePremièreen 352, puis en 355, ce qui
provoquedenouveauxdépôts monétaires.JulienII(355-363)leschasseen 357,
ermais ilsreviennent en 365-366, aussiValentinien I (364-375) renforce-t-illes
défenses du «limes». Celles-ci résistent jusqu’au 31 décembre406, jour où
Vandales, Alains et Quadestraversent le Rhin gelé et déferlentsur la Gaule,
qu’ilstraversent,au nombred’au moins 150’000,avant de s’établir dans la
péninsule hispanique; lesVandales laissent d’ailleursleur nomàla région d’où
ilssontchasséeen429,l’Andalousie.
Aprèsune période relativement calme, les Huns d’Attila déferlent en 451,
pillant, massacrant et pillant Metz le jour de Pâques (7avril451), avant d’être
défaits le 20juin451 aux champs catalauniques (les Catalauni sontune tribu
gauloiselocalisée autour de l’actuelle Châlons-en-Champagne) par Ætius aidé
des Francs Saliens de Clodion (Mérovée)et des Wisigoths de Théodoric. Mais
Ætius meurt en 454, et les chefsrégionaux de la Gaule prennentune certaine
indépendance:lecomteArgobert gouvernelaBelgiquedepuisTrèves,avantde
devenirévêquedeStrasbourg, au moment oùle roi germaniqueHérule Odoacre
dépose,en476,ledernierempereur romaind’occident,RomulusAugustule.
29III-Périodemérovingienne:l’âmedel’Austrasie
Vers 475, les Francsripuaires installés en Rhénanie s’étendent en Belgique
Premièreabandonnée par le comteArgobert. En 486,àSoissons, le roi des
Francs saliens, Clovis, défait Syagrius quigouvernait le bassin parisien sous
l’appellation «roi des Romains»; de ce fait, Clovisjoint l’ancienne«Belgique
Première»à son royaume, ets’appuie surl’organisation territorialedesévêchés
pourassurer sonpouvoir,ce quiestconcrétisépar sonbaptêmeàReimsen496.
Alamort de Clovis le 27 novembre511, le «regnum Francorum», royaume
desFrancsqu’ilaconstitué,est, selonlacoutumefranque,partagéentre sonfils
er erainé Théoderic I (Thierry I) quien reçoit le tiers oriental, etsestrois fils
puinés issus de Chlotilde, auxquelssont attribuées la région de Soissons
er er(Clotaire I ), celle de Paris (Childebert I)et celle d’Orléans (Clodomir).
erThéoderic I récupère une partie du royaume de Clodomir, tuéencombattant
les Burgondes en 524, puis conquiert la Thuringe avant de mourir en 534; le
royaume de son fils Théodebert couvrel’Europeoccidentaledes Pyrénéesàla
ThuringeetdelaSologneàlaCarinthie.
PhotographiesPierreCrinon,«ogn-numismatique.com»
Solidus,vers540
Or–diamètreenviron 20 mm.-4,41g.(pour4.51g. théoriques)
D[ominus]N[oster]THEODEBE—RTUSVICTOR / VICTORI—AAUCCCI
B–O /ICONOS
NotreSeigneurThéodebert victorieux (Théodebert,roidesFrancs, 534-548) /
Victoire desAugustes /Orpur
Remarque:Théodebert copieletype du solidus émis par l’empereurbyzantin
erJustinienI (527-565) au débutdeson règne.Al’avers, sonbuste casqué,diadémé et
cuirassé avec une lancesur l’épauledroite ressembleàcelui de Justiniendemême que
la légende (NDIVSTINIANVS PP AVG,notre Seigneur JustinienpèredelaPatrie,
Auguste); un bouclierdécoré d’un chevalacependant étéajoutéà soncôtégauche.
Au revers, la Victoire aux ailesdéployées tenant unecroix en main droite et un globe
crucifère en main gauche,avec une étoileàhuitbranchessous cette main,est identique
àcelle du solidus de Justinien; elle esttoutefoisaccostée icides lettres BetO
(rétrograde pour OB,c.à.d.OBRYZUM,or pur testéaucreuset); en outre,lamentio n
byzantineenexergue CONOB, c.à.d.«cumobryzo» (enorpur), estaltéréeici en
ICONOS.
31Se voulant l’égal del’empereur romaindeConstantinople,Théodebertfrappe
des « sous d’or»(solidi taillésà 72 par livre romaine, c.-à-d. pesant 4,51g) à
son effigie,faisantsuivre son nomde «Victor», pourfaireconnaitre sessuccès
32en Italie du Nord. De nombreux ateliers monétaires battent alors monnaie dans
tout le territoiredelafutureLorraine, au cœur de ce royaume franc, non
seulement dans les principales cités (Metz, Toul, Verdun), mais aussidans de
moindres agglomérationstelles Dieuze, Marsal, Vicet Moyenvic en Saulnois,
ou encoreNaix-les-forges, Grand, Scarponne, Sarrebourg, etc. Mort en 548,
Théodebertlaissele royaumeà sonfilsThéodebaldencoreenfant, quimeurtdès
er555;le royaume échoitalorsà son grand oncleClotaire I qui,àlamort de son
er
frèreChildebert I ,devientroidel’ensembledu «regnumFrancorum».
PhotographiesPierreCrinon,«ogn-numismatique.com»
Solidus montéenpendentif
or-diamètreenviron 20 mm.- masseycomprislabélière4,89g.
CHLOTARIVS…/ …OTARIVICTVRIA
Clotaire /VictoiredeClotaire
Remarque:Al’avers, le buste diadémé de profil tournéàdroite estune innovationpar
rapportaux solidibyzantinsqui servaientdemodèle;lalégende estpeu lisible par
suite de l’utilisationdecette monnaieenpendentif. Au revers, la croix latinesur une
bouleévoque lesreversbyzantinsà la croix surunpiédestalàquatre marches; les
lettresM(40àByzance) etAqui accostentlacroix pourraient être une indicationde
valeur, le solidus étantcomptépour40 deniersdanslaloi salique;lalégende
«VictoiredeClotaire» estsubstituéeà« VICTORIA AVGG», Victoire desAugustes
despiècesde Byzance.
erAlamort de Clotaire I en 561, un deuxième partagedu «regnum
Francorum»a lieu entre sesquatrefilsvivants, lestrois aînés Caribert,
GunthrametSigebertissusde sapremièreépouseIngonde etlecadetChilpéric
erissu de sa quatrième épouseArégonde. Sigebert I reçoit la Francie rhénane
alors prolongée jusqu’àMarseille,àlaquelle,àlamort de Caribert en 567, il
erjoint lesrégions de Reims, MeauxetTours. Sigebert I semarie en 566àMetz
avec Brunichilde (Brunehaut), dont la sœur Galswinthe devient peu après la
deuxième épousede son demi-frèreChilpéric.Galswinthe ayant étéassassinée
par Chilpéric sur les instances de safavoriteFrédégonde, Brunehaut furieuse
inciteSigebertàcombattre son demi-frère, ce qu’il fait avec succès en
574er575; mais Frédégonde fait alors assassiner Sigebert I , arrêter et emprisonner
Brunehaut.Un ducfidèle(le duc– de «dux, ducis», conducteur – étaitun
chef militairecommandant lestroupes de plusieurs comtes) soustrait cependant
lejeunefilsdeSigebert,ChildebertII,àl’iredeFrédégondeetlefaitcouronner
àMetzàNoël575:les leudes, aristocratie locale, tiennent en effetàmaintenir
33erl’indépendancedu royaume de Théoderic et Sigebert I , quiexistedepuisune
soixantaine d’années, et prend alors le nom d’«Austrasie», c'est-à-dire
« royaumedel’est»(de «auster»,est).Evadéede saprison,Brunehaut rejoint
son fils en 577ets’allieà son beau-frèreGunthram, roi de Burgondie(actuelle
Bourgogne), pèred’une fille uniqueChlothilde, lequel accepted’adopterson
neveu ChildebertII et d’en faire son uniquehéritier.Entérinépar les leudes,
l’accord est renouvelédix ans plus tard en 587;àlamort de Gunthramen 592,
ChildebertIIjointlaBurgondieàl’Austrasie.
ClotaireII,roidetoutle« Regnum Francorum »(613-629)
En 595, ChildebertII meurt, laissant l’Austrasieà son fils aîné ThéodebertII
âgédeneufans, et la Burgondieà son second fils ThéodericII (ThierryII)âgé
de huit ans. Les leudess’entendenttout d’abord pour conquérir en 600 une
partie de la Neustrie de leur cousin ClotaireII, maiss’affrontent dès604.
Soutenu parsagrand-mèreBrunehaut,ThéodericIIbatson frèreàToulen 612,
le poursuit et le captureprès de Cologne, puis le metàmortàChâlons. Il n’a
guèrele temps de savourersa victoire, car il meurt l’année suivante 613.
Brunehaut installe alors sur le trône de Metz SigebertII,fils de ThéodericII ;
mais les leudes austrasiens ne l’acceptent pas et font appelà ClotaireII; ils lui
livrentBrunehaut quiestmiseàmort,demême queSigebertII.
En 613,le«regnum Francorum»est ainsi réunifié sous l’autoritéde
ClotaireII;toutefois, afin de maintenir leur autonomie réciproque, les leudes
intronisent deux «maires du palais», l’un en Neustrie, l’autreen Austrasie.
L’Austrasie est érigée en royaume associéàlaNeustrie, son roi étant le fils
aînéde ClotaireII, Dagobert,alorsâgéde quinzeans,assistédu mairedu palais
Pépin de Landen (dit Pépin l’Ancien)et de l’évêquedeMetz, Arnould. C’est
alors quel’orfèvreEligius («l’élu», futur Saint Eloi, qui seraintroniséévêque
de Noyon en janvier639 par Dagobert)est nommé«maîtredes monnaies»par
ClotaireII.
Dagobert,dernierroimérovingieneffectif
Alamort de ClotaireII en 629, le «droit d’aînesse», appliquépour la
premièrefois par les leudes, fait de Dagobert son successeur unique. L’évêque
Arnould rejoint la fondation monastiquefondée vers 620 parson amiRomaric
dans la vallée supérieuredelaMoselle, fondation ultérieurement nommée
«Saint Mont»à l’originedela villedeRemiremont («Mont de Romaric»), et
Dagobert quitteMetz pour Paris. Eloi frappe àcemoment les derniers
«tremissis»(tiers de sous d’or)et met en service une monnaie d’argent
nommée«denier», sans aucun rapport avec l’antiquedenierromain malgré
cettedénomination:cedeniera une valeur d’un quart de tremissis (soitun sou
de douzedeniers)et est tailléà raison de 25 sous par livre romaine d’argent,
d’où samassede1,088gramme.
34Dès633, Dagobert doitreconnaîtrel’autonomie de l’Austrasie, où il intronise
« roi d’Austrasie» son fils SigebertIII âgéde trois ans. SigebertIII est placé
sousla tutelleconjointedel’évêquedeMetzCunibertetduducAdalgisel.
Prisedupouvoirparles«MairesduPalais»
AlamortdeDagobert le19janvier639, sesfilsSigebertIIIetClovisIIn’ont
queneufet cinq ans, aussiles maires du Palais possèdent-ils le pouvoirréel.
Grimoald succèdeàPépindeLanden en Austrasie,et persuadeSigebertIII
d’adopterson fils et de le constituerson uniquehéritier,lequel est alors
renomméChildebert.
Mais l’épousedeSigebertIII, Imnechilde, luidonne un fils,DagobertII,né
erpeu avant la mort de son père, survenuelel février 656 aprèsune vie
exemplaire quilefait déclarer « saint»(honoréen Lorraine sous le nom de
Saint-Sigisbert, il est devenu le saint patron de Nancy, où une écolecatholique
fort renomméeest d’ailleurs placée sous son égide). Après avoirtondu
DagobertII pour luiôtertoutedignité royale, puis l’avoir fait enfermer dansun
monastèreirlandais, Grimoald oseplacersur le trône son proprefils Childebert,
dit«l’Adopté».
L’aristocratie austrasienneoffusquée fait arrêter Grimoald par ClovisII, roi
de Neustrie, frèredeSigebertIII; enfermé dans les geôles de ClovisII,
Grimoald ymeurt «dansles souffrances».ClovisIImeurtpeuaprès,en 657.
Après l’élimination de Childebert l’Adopté, ClotaireIII,fils ainé de ClovisII,
reçoit la Neustrie, tandisque son cadet ChildéricII devientroi d’Austrasie en
662. ClotaireIII étant décédéen 673, le mairedu palais de Neustrie nomme de
son proprechef roi de Neustrie le troisième fils de ClovisII, ThierryIII, ce qui
entraîne sadestitutionimmédiatepar l’assemblée des «Grands»: tondu,
ThierryIII est enfermé dans l’abbayedeSaint-Denis. ChildéricII réunit ainsià
nouveau le «regnum Francorum» sous sa seule autorité royale. Maisson
mariage avec sacousineBlichilde, filledeSigisbertIII, déplaît aux leudes, si
bien qu’il est assassinéen 675, de même queBlichildeet leur fils aîné. Rappelé
d’Irlande, DagobertII redevientroi, mais est assassinéle 23 décembre 679.
ThierryIII est alors extrait de l’abbayedeSaint Denis, mais les Austrasiens ne
veulentpasreconnaîtrepaslaprééminenceneustrienne.
PépinIId’Héristal, mairedu palais d’Austrasie, petit-fils de PépindeLanden,
engage la luttecontreEbroïn, mairedu palais de Neustrie; d’abord vaincu par
lestroupes d’Ebroïn en 680, PépinIId’Héristal est vainqueur en 687. Il
s’emparedu roi ThierryIII qu’il reconnaît comme roi, tout en le maintenant
sous une étroite surveillance, ce quiluipermet de prendrelepouvoirsur tout le
«regnum Francorum». InstallédèslorsàParis,Pépind’Héristallaisseévêques
etreligieux gouverner localement et battremonnaie, ce quefont notamment les
évêques de Metz, Toulet Verdun.Alamort de ThierryIII en 691, son fils
ClovisIII est désigné comme roipar Pépin d’Héristal:l’unitédel’ensemble
mérovingien est préservée par l’utilisation politiquedu «droit d’aînesse».Ala
mort de ClovisIII en 695, son frèrepuînéChildebertIIIest désigné comme roi
35par Pépind’Héristal.Alamort de son pèreChildebertIII en 711, DagobertIII
estdemêmedésignécomme roiet«règne »de 711à 715.
Alamort de Pépind’Héristal en 714, sa succession est assurée par
CharlesMartel, fils de sa seconde épouseAlpaïde, lequel poursuit la
désignation de rois mérovingiens fantoches:ChilpéricII(715-718), ClotaireIV
(718-719), ànouveau ChilpéricII (719-720), ThierryIV (720-737),
ChilpéricIIIl’Insensé(737-751). CharlesMartel meurt le 22octobre 741,
laissant troisgarçons,Pépin,Carloman,etGriffon.Carloman,frèredePépinIII,
rédigeen 743,lors de l’assemblée d’Estinnes, un capitulaireprécisantque
douzedeniers fontun sou; de cetteépoquedatelamiseen œuvred’une
monnaie de compte qui survivrajusqu’àlaRévolution:« une livre vaut vingt
sous de douzedeniers». PépinIII convainc en 747son frèreCarloman de
36renoncer au partagedu «regnum Francorum »et le «persuade»d’entrer dans
un monastère, puis élimine son demi-frèreGriffon en le nommant «ducdu
Mans».
Ayant ainsi rétabli la paix,PépinIII le Bref (c'est-à-dire«de petite taille»)
demande en 749 au pape Zacharie lequel, d’un roi fantoche sansresponsabilité,
ou d’un ducexerçantréellement le pouvoir, devait être roi. Le pape Zacharie
assure qu’il est juste que règne celui quipossèdeeffectivement la puissance
royale; PépinleBref envoiealors le dernierroi mérovingien au couvent après
l’avoir faittondrepour luiôter la dignité royale. Il sefait proclamerroi parson
peuple, comme étant le plus capable d’une familledont le sanggarantit
l’aptitudeàgouverner. Il sefait ensuite sacrerroi en décembre 751àSoissons
par l’archevêqueBoniface (futur saint Boniface), carune onction similaireà
celle reçuepar les évêques confèreau roi la grâceluidonnant le pouvoir, la
missiondeprendre sonpeupleencharge,etlapremièreplacedanslahiérarchie.
Afin de désarmertouteopposition, PépinleBref envoiel’évêquedeMetz
ChrodegangàRome, avec mission de revenir avec le pape EtienneII pour
confirmer parun second sacrelepassagedu pouvoir de la famille
mérovingienneàlafamillepépinide; la cérémonie sedérouleàSaint-Denis le
28 juillet754. L’onction papale est administrée non seulementàPépin le Bref,
mais aussià son épouseBertrade, dès lors reconnueapteà transmettrele
pouvoir, ainsi qu’à ses deux enfants Charles (futur Charlemagne) et Carloman,
lesquels deviennent non seulementrois élus d’une lignée reconnueapteau
pouvoir, mais aussi rois chargés par l’Eglised’une mission divine:ilsrègnent
de concert avec leur pèrejusqu’à samort en 768, puis conjointement jusqu’àla
mortdeCarlomanen 771.PépinleBref réorganiselemonnayageetredéfinit en
755 le denier d’argent par le capitulairedeVernon (interdiction de monnayer
l’or; le denier d’argent doit être tailléà raison de 22 sous par livre romaine
d’argent, soit264 deniers par livre, c'est-à-direconstituerune massed’environ
1,25 gramme). Le rapport argentsur orquiétait de 72/20, soit3,6,passeainsià
72/22 soit 3,27:c’est une réévaluationdel’argentparrapportàl’or.
(Photographies PhilippeSaive: www.saivenumismatique.com)
e
Denier,Metz,VIII siècle
Argent-diamètreenviron11 mm.-1,22g.
MetERenmonogramme (pourMetz)/ D(pourDenarius, denier)
37IV–Périodecarolingienne
Charlemagne,roi(768-800)puisempereur(800-814)
Laprisedupouvoirparlafamilleaustrasiennepépinide,puissaconcentration
en 771 sous l’uniqueautoritédeCharles, futur Charlemagne, entraîne de fait
l’effacement de l’Austrasie, noyée dans ce nouvel état. Par le capitulairede
Francfort de juin 794, Charles confortelalivrede vingtsous, le sou comportant
douzedeniers; pour fairecesser les diverses déviationssubies par l’antique
livre romaine (évaluée 326,337grammes)divisée en douzeonces, il impose
égalementune nouvelle masseétalon correspondantà quinzeoncesromaines
(soit 407,921grammes), constituant ainsi une nouvelle livredivisée en douze
nouvellesonces(«livredeCharlemagne»dite ultérieurement «livredeParis»,
restée en usagejusqu’àlaRévolution). La massedu denier devient
1,699gramme, traduisantune nouvelle réévaluation de l’argent parrapport à
l’or.Une trentained’ateliersmonétairessontalorsenactivité.
PhotographieAlainWeil, venteChayette/Chevaldu24mars 2010
Denier,Tours(793-812)
Argent-diamètre 20mm.-1,42g.(pour1.699gramme théorique)
Monogramme au chevro n /TVRONIS Croix/CARLVSREXFR
ToursCharles roidesFrancs
Remarque:Lechevronaucentredumonogramme carolin différentie lesdeniers de
Charlemagne de ceux de sonpetit-fils CharlesIIleChauve(roienFrancie occidentale
de 840à877), voirpage42.
DessinsdePatrickNouchy–MonnaiesdesroiscarolingiensdeFrancieoccidentale,1994
Denier«Christianareligio»(812-814)
Argent-diamètreenviron 20 mm.-1,699g.
KARLVSIMPAVG / XPISTIANARELIGIO
Charlesempereurauguste Religionchrétienne
39Charles conquiert la quasi-totalitédel’Europeoccidentale, etveut organiser
cesterritoires en un empire similaireà l’empirebyzantin, reconstituant ainsi
l’empire romain d’occident:à Rome, le jour de Noël 800, le pape le couronne
empereur(«par surprise»,afindenepasmécontenterl’empereurbyzantin!).
CommeClovis l’avait faittroissiècles auparavant,Charless’appuie sur
l’administration de l’Eglise, dont le sacrel’afait «envoyédeDieu». Selon la
coutume franque, Charles, désormais Charlemagne(Karolusmagnus,
CharlesleGrand),envisagedès 806 de partagerson empireen royaumes pour
ses fils, royaumesqui seraientsoumisàl’und’eux portant le titred’empereur.
Dansses dernières années de règne, il limitelenombred’ateliers monétaires à
unedizaine, tandis qu’ilfaitapparaître sonbuste surlesdeniers.
LouislePieux,empereur(814-840)
Alamort de Charlemagneen 814, seul survitson fils Louis, lequeladonc
autorité surtoutl’empire ;ilintroduitl’«obole», monnaied’undemi-denier.
Dès 817,ilassocie son fils aîné Lothaireau gouvernement de l’empireet le
faitsacrer empereur; l’empirefrancest partagéen troisroyaumes destinés à
chacunde sestrois fils Lothaire, Pépinet Louis, ces deux derniers ne recevant
qu’une faible part de l’héritage(l’Aquitaine pour Pépin, la Bavièrepour Louis).
Vers 821, la livred’argent est comptée 22 sous, ce quidéprécie l’argent par
rapportàl’or:lamasse dudenierest réduiteà1,55gramme.
erLe comportement de Louis I le faitultérieurementqualifier de «Pieux»ou
de«Débonnaire».
Photographie«Corpusdunumérairecarolingien»parGeorgesDepeyrot,1998
Denier,Trèves(819-822)
Argent-diamètre 20mm.-1,79g.(théorique)
+HLVDOVICVSIMP TREV/ERIS
LouisEmpereurTrèves
erFranciemédiane–Lothaire I empereur(840-855)
Alamort de l’impératriceErmengarde, LouislePieux se remarieàJudith,
laquelleluidonne unfils,Charles.Judithfait valoirlesdroitsde sonfilsCharles
vis-à-vis de sestrois beauxfils, lesquels, notamment Louis, défendent âprement
leurs parts; il en résulte une diminution progressivedel’importance des
territoiresattribuésàLothaireaucoursdespartageseffectués successivementen
829, 831, 833, 837, et enfin en 839 après la mort de Pépin en 838. Ainsi,àla
ermorten840deLouis I lePieux,Lothairedevientempereur,maisneconserve
40Denier,Arles(817-822)Obole,Bourges(817-822)
Argent- 20,3/20,8 mm.-1,71g.Argent-15,8/16,3mm.- 0,78g.
ARELATVM /HLVDOVVICVSIMP BITURIGES/ LVDO-VVIC
Arles/ LouisempereurBourges/Lo-uis
Denierautemple(822-840)Demi-denierà valeurd’obole(822-840)
Argent- 21,0/20,2mm.-1,32g. Argent- 20,5x11,25mm.- 0,88g.
XPISTIANARELIGIO/ .
HLVDOVVICVSIMP
Religionchrétienne/Louisempereur
en proprecomme royaume qu’une sortede«couloir»joignant l’Italieàlamer
du Nord, comportant les deux capitales impériales (Aix-la-Chapelle et Rome) ;
ce territoire séparele royaume de Louis (LouisIIleGermanique, roi de
Germanie) situéàl’orient et lesroyaumes de Charles (CharlesIIleChauve, roi
de France)et de leur neveu Pépin (PépinIId’Aquitaine) situésàl’occident.
Sans aucune considérationpour leur neveu, Louis et Charless’unissent pour
contester la part de Lothaireet officialisent leur alliance le 16mars842 par le
«Serment de Strasbourg», lequel met en évidence une frontièrelinguistique
entreles langages germaniquessituésàl’est de l’empirecarolingien, et les
langagesromanssituésàl’ouest;scelléà Verdun en août843, ce partagecrée
une «Franciemédiane» soumisedirectement àl’autoritédel’empereur
erLothaire(Lothaire I ), située entre une «Francieorientale»(Germanie) etune
«Francieoccidentale»(France).
Lotharingie–LothaireII,roi(855-869)
erAlamort de Lothaire I , la Franciemédiane est divisée en deux parties
destinéesàchacun de ses filssurvivants:le sud (Italie et Provence avec sa
capitaleRome) est attribuéàLouis avec le titred’empereur (LouisII,
empereur), le nord avec sacapitaleAix-la-Chapelle est attribuéà Lothaire
41

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents