Edesse
233 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Edesse

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
233 pages
Français

Description

Edesse, ville de la haute Mésopotamie, fut longtemps peuplée de Syriaques et d'Arméniens. Considérée par les Croisés comme une seconde Jérusalem, elle devient la source du christianisme occidental. Les chrétiens de ce premier Etat latin d'Orient se retrouvent minoritaires après les combats et la dévastation en 1146. A la dislocation de l'Empire ottoman, Edesse, désormais appelée Ourfa, est un symbole des massacres hamidiens. M. Kemal force la France à renoncer à la Cilicie ; en 1924, les Arméniens et les Syriaques survivants doivent partir sans espoir de retour.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 novembre 2013
Nombre de lectures 9
EAN13 9782336328942
Langue Français
Poids de l'ouvrage 9 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Joyau chrétien aux conIns arméno-syriens
cruciIé. Elle devient enIn la source du christianisme oriental.
OhvàNesse G. Ekindjian
Joyau chrétien aux conIns arméno-syriens éEdESSE Joyau chrétien aux conIns arméno-syriens
PEUPLES ET CULTURES DE L’ORIENT
Edesse Joyau chrétien aux confins arméno-syriens
Comprendre le Moyen-Orient Collection dirigée par Jean-Paul Chagnollaud
Firouzeh NAHAVANDI,L’Iran dans le monde, 2013. Aline KORBAN,L’évolution idéologique du Hezbollah, 2013. Samy DORLIAN,La mouvance zaydite dans le Yémen contemporain, 2013. Gamâl AL-BANNA,L’islam, la liberté, la laïcité et le crime de la Tribu des "Il nous a été rapporté",2013. Daniel CLAIRVAUX,Iran : la contre-révolution islamique,2013. Naïm STIFAN ATEEK,Le cri d’un chrétien palestinien pour la réconciliation. Pour une théologie palestinienne de la libération, 2013. Céline LEBRUN, Julien SALINGUE (dir.),Israël, un État d’apartheid ? Enjeux juridiques et politiques, 2013. Pierre GUILLOSSOU,La Palestine contemporaine, des Ottomans aux Israéliens, 2013. Mohammad AL SUBAIE,L’idéologie de l’islamisme radical.La nouvelle génération des intellectuels islamistes,2012. Didier LEROY,Hezbollah, la résilience islamique au Liban, 2012. Hassan Diab EL HARAKÉ,République islamique d’Iran : quel pouvoir pour le peuple ?, 2012. Alice POULLEAU,À Damas sous les bombes, Journal d’une Française pendant la révolte syrienne (1924-1926), 2012. Malkom KASP,La République islamique et les heures sombres de l’Iran, 2012. Simon VALADOU,La Jordanie et la paix avec Israël, 2012. Dominique LE NEN,De Gaza à Jénine, Au cœur de la Palestine, 2012.
Ohvanesse G. Ekindjian
Edesse Joyau chrétien aux confins arméno-syriens
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
ISBN : 978-2-343-01434-0 EAN : 9782343014340
À mes Grands-Parents emportés comme tant d’autres par la vague assassine de 1915
À mon Père (Den 1983)
Mes remerciements
à Raymond H.Kévorkian, pour sa grande et amicale écoute lors de nos entretiens et ses conseils d’orientaliste hautement compétent lors des étapes majeures de ma quête du savoir sur Édesse ;
à Jean-Pierre Mahé, mon condisciple de Louis leGrand, arménophile de cœur, de pensée et d’écriture ; il m’a permis d’aller vers plus d’excellence sur le difficile sujet de la religion ;
à Ephrem-Isa Yousif, qui m’a fait découvrir les chroniqueurs syriaques, leur vision desCroisades et l’attachement des siens pour Édesse ;
au Révérend Père Jirayr Tashjian et au Père Hayr Levon Zekiyan pour leur aide à la compréhension du fait religieux dans les premiers siècles du christianisme ;
à Gérard Onossian, Toros et Marie Rast-Klan, Rosine Tachdjian-Atamian pour les témoignages sur leurs proches, survivants du génocide. Rosine Tachdjian-Atamian et son épouxont également réalisé un précieuxtravail de translittération ;
à Monseigneur Nareg Mardirossian pour leur arménienne ;
Alemezian,Hrair rôle d’interface
Heratchian etÉdouard avec la communauté
àChristian Hervé, Irène Mainguyet Rose Lévyne pour leur aide dans mes recherches bibliographiques sur la franc-maçonnerie et les Juifs de l’Empire ottoman ;
au P.Abbé YeghiaKilaghbian, grâce à qui j’ai l’opportunité de publier des extraits de « La complainte d’Édesse » de Nersès Šnorhali ;
à Michel Paboudjian pour la vue d’Ourfa figurant en page de couverture et à Claude Mutafian pour la cartographie « Le Levant en 1140» réalisée avec Éric Van Lauwe ;
à Michel Dumontet et au Professeur Pierre Vayre pour leur lecture si précieuse de mon manuscrit, à mes proches pour leur soutien.
INTRODUCTION
Cité hurrite puis hittite dans les temps lointains, Édesse est, au début du e III siècle av. J.-C., hellénique. C’est alors que son nom lui est donné par un général d’Alexandre, Seleucus Nicator. Elle est indépendante lors de la dynastie des Abgar avec un intermède où le royaume est intégré à l’Empire du roi d’Arménie, Tigran leGrand (91 à 55 av. J.-C.).Édesse est chrétienne très tôt, bien avant de devenir terre romaine.Elle est byzantine en 395 par la er scission de l’Empire romain à la mort de Théodose I .Dès lors,Byzance considère avoir sur cette cité des droits que ne peuvent effacer ni une domination arabe de plusieurs siècles, ni une indépendance éphémère avec e souveraineté arménienne auXI siècle, ni enfin l’existence d’un comté franc, premierÉtat latin d’Orient fondé peu après l’arrivée desCroisés.
La place importante d’Édesse dans l’Histoire s’explique par des raisons géographiques et humaines : - au plan stratégique,Édesse, adossée à l’ouest à un massif rocheux, située sur les limites des mondes grec et oriental, commande les passes du nord donnant l’accès à l’Arménie, garde à l’ouest et à l’est les routes de la Perse et de laMésopotamie, et s’ouvre enfin au sud sur laSyrie et Jérusalem ; - en terme de civilisation, Édesse se distingue par un rayonnement religieux à l’origine de la propagation du christianisme dans les pays environnants, l’Arménie tout d’abord et jusqu’en Asie.Parallèlement, elle jouit d’une grande réputation dans le domaine littéraire et dans celui des 1 sciences.Les Assyro-Chaldéen-Syriaques y ont joué un rôle majeur.
La prise d’Édesse par lesTurcs en 1144 est ressentie enOccident comme la perte d’uneVille sainte de la chrétienté. En 1146, la tentative avortée de reconquête par le comteJosselin s’accompagne de massacres tels que, dorénavant, les chrétiens se retrouvent minoritaires en terre d’islam.
Passée plus tard sous la domination desMamelouks,Turcs et Turcomans, Édesse est intégrée par la suite dans l’Empire ottoman (1515). Syriaques et Arméniens conservent leur identité, préservés du reniement par la force de leurs traditions et de leur foi.
1 Terme retenu en 2007 lors d’une rencontre à Arbil,Kurdistan irakien, pour désigner l’ensemble des communautés - assyrienne, chaldéenne, syriaque orthodoxe et syriaque catholique - formant un seul peuple.
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents