Le poème de Saint-Louis du Sénégal
132 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Le poème de Saint-Louis du Sénégal

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
132 pages
Français

Description

Cet essai retrace l'histoire de Saint-Louis très riche en légendes, en événements fatidiques, et en vérité tues. L'auteur nous éclaire à travers les multiples faits qui jalonnent la naissance de la ville de Saint-Louis qui a subi diverses influences au cours de son évolution.

Découvrez toute la collection Harmattan Sénégal en cliquant ici !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2012
Nombre de lectures 66
EAN13 9782296502239
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LE POÈME DESAINT-LOUIS DUSÉNÉGAL
L’île de Ndar, fiancée de son âme (869-1364-1659)
Du même auteur L’enfant de Balacos, roman, Paris, Publibook, 2002 Le chemin de l’oublieux, roman, Paris, Publibook, 2005 Échos d’un regard lointain, roman, Paris, Publibook, 2006 La rébellion des silences,roman, Paris, Menaibuc, 2008Échos d’un regard impalpable,roman, Paris, Menaibuc, 2011
Malick Diarra LE POÈME DESAINT-LOUIS DUSÉNÉGAL
L’île de Ndar, fiancée de son âme (869-1364-1659)
© L’HARMATTAN-SÉNÉGAL, 2012 « Villa rose », rue de Diourbel, Point E, DAKARhttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr senharmattan@gmail.com ISBN : 978-2-296-99522-2 EAN : 9782296995222
Dépossédés de leur liberté matérielle, les aïeuls n’ont jamais voulu renoncer à aucune parcelle de leur liberté morale. « La parole des griots garde les éléments du passé qui, par la répétition, immortalisent les traces ».Penda Magatte M’Boup (1855-1976)
7
DÉDICACE
À la mémoire des ombres aimées du Sénégal qui cultivaient un équilibre sympathique. À la mémoire de deux figures captivantes de Ndar : Grand Insse et Heukheu, qui, par le kassack (chants nocturnes pendant le temps que dure la guérison des circoncis) dans les quartiers, ont structuré la pérennité de la sociabilité juvénile. « Il faut attaquer la mort sur son propre terrain, celui de l'existence et vivre dans la mémoire des hommes. » L. S. Senghor
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents