L essentiel de l imagerie médicale : Cœur
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

L'essentiel de l'imagerie médicale : Cœur , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
225 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cœur est un volume exhaustif et pratique qui traite successivement des cardiopathies ischémiques, de l'insuffisance cardiaque, des valvulopathies, des myocardiopathies, cardiopathies hypertensives, des tumeurs, des cardiopathies congénitales, des maladies des gros vaisseaux, des traumatismes thoraciques.
Ce livre Cœur s'adresse aux radiologues, internes, chefs de clinique, étudiants en radiologie, cardiologues, chirurgiens thoraciques et cardiovasculaires.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 février 2009
Nombre de lectures 119
EAN13 9782257204844
Langue Français
Poids de l'ouvrage 6 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,03€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

La collection
La collection « l’Essentiel de l’Imagerie Médicale » englobe tous les diagnostics les plus importants de chaque spécialité clinique. Les différents volumes de la collection correspondent soit à une région anatomique : encéphale, tête et cou, moelle et rachis, sein, coeur, thorax, vaisseaux, appareil locomoteur, appareil uro-génital, appareil digestif, soit à une discipline médicale spécifi que : pédiatrie, radiologie interventionnelle… Dans ces volumes, le lecteur trouvera le maximum d’informations nécessaires à sa pratique quotidienne de radiologue, très rapidementaccessibles.
Toutes les techniques utilisées sont traitées : radiologie standard, échographie, opacifi cations vasculaires, TDM, IRM. Dans chaque volume, toutes les pathologies traitées sont rédigées selon le même plan : défi nition, épidémiologie, étiologie, anomalies radiologiques typiques, diagnostic différentiel, orientations thérapeutiques, pièges et artéfacts, références bibliographiques clefs, le tout très richement illustré de documents de grande qualité.
Chez le même éditeur
Dans la collection « l'Essentiel de l'Imagerie Médicale »
Appareil urogénital, par Bernd Hamm, Patrick Asbach, Dirk Beyersdorff, Patrick Hein, Uta Lemke
Appareil digestif, par H.-J. Brambs
Appareil Locomoteur, par M. Reiser, A. Baur-Melnyk et C. Glaser
Encéphale, par K.þSartor, S.þHähnel et B.þKress
Cœur, par C.D. Claussen, S. Miller, M. Fenchel, U. Kramer et R. Riessen
Sein, par U. Fischer, F. Baum
Tête et cou, par U. Mödder, M. Cohnen, K. Andersen, V. Engelbrecht et B. Fritz
Pédiatrie, par G. Staatz, D. Honnef, W. Piroth et T. Radkow
Moelle et rachis, par H. Imhof, B. Halpern, A.M. Herneth, K. Friedrich, M. Matzner, Ch. Müller-Mang, I.-M. Nöbauer-Huhmann, D. Prayer, O. Sommer, F. Wolf
Dans la collection « Atlas de poche »
Atlas de poche d'Anatomie en coupes sériées, TDM-IRM 3 e éd, par T.B. Möller et E. Reif - 1 • Tête et cou - 2 • Thorax, cœur, abdomen et pelvis - 3 • Appareil locomoteur
Atlas de poche d'échographie, par B. Block
Guide de poche d'échographie cardiaque, par T. Böhmeke et R. Doliva
Atlas de poche d'échocardiographie trans-œsophagienne, par C.A. Greim et N. Roewer
Atlas de poche de radiologie dentaire, par F.A. Pasler et H. Visser
Dans la collection « Imagerie médicale » dirigée par Henri Nahum
Traité d'imagerie médicale, par H. Nahum
Imagerie du cœur et des artères coronaires, par O. Vignaux
Imagerie pédiatrique et fœtale, par C. Adamsbaum
Imagerie thoracique de l'adulte, 3 e édition, par Ph. Grenier
Imagerie de l'appareil génito-urinaire, par O. Hélénon
Imagerie du foie, des voies biliaires, du pancréas et de la rate, 2 e édition, par V. Vilgrain et Y. Menu
Imagerie ostéo-articulaire, par J.-D. Laredo, G. Morvan et M. Wybier
Imagerie du système nerveux : l'encéphale, par C. Marsault
Imagerie de la moelle et du rachis, par P. Halimi
Imagerie de l'oreille, par F. Veillon
Imagerie de la prostate, par F. Cornud, X. Belin et G. Fromont
Imagerie du SIDA, par H. Nahum
Imagerie et urgences, par J.-M. Bruel et F.-M. Lopez
Imagerie maxillo-faciale, par N. Martin-Duverneuil et J. Chiras
Imagerie de l'appareil digestif opéré, par M. Zins, A. Sauvanet
Copyright © of the original English Language edition 2008 by Georg Thieme Verlag KG, Stuttgart, Germany Original title : Direct Diagnosis in Radiology : Cardiac Imaging by Claus Claussen, Stephan Miller et al.
Direction éditoriale : Andrée Piekarski
Suivi éditorial : Brigitte Peyrot
Fabrication : Carine Weber
Couverture Studio Flammarion
EAN numérique : 978-2-257-20484-4
© 2010, Lavoisier SAS pour la traduction française.
11, rue Lavoisier
75008 Paris
Les auteurs
Claussen, Claus D., Prof. Dr. med.
Radiologische Universitätsklinik
Abteilung Radiologische Diagnostik
Hoppe-Seyler-Straße 3
72076 Tübingen
Miller, Stephan, Prof. Dr. med.
Radiologische Universitätsklinik
Abteilung Radiologische Diagnostik
Hoppe-Seyler-Straße 3
72076 Tübingen
Fenchel, Michael, Dr. med.
Radiologische Universitätsklinik
Abteilung Radiologische Diagnostik
Hoppe-Seyler-Straße 3
72076 Tübingen
Kramen, Ulrich, Dr. med.
Radiologische Universitätsklinik
Abteilung Radiologische Diagnostik
Hoppe-Seyler-Straße 3
72076 Tübingen
Riessen, Reimer, Prof. Dr. med.
Medizinische Universitätsklinik
Internistische Intensivstation
Otfried-Müller-Straße 10
72076 Tübingen
Dessins :
Rose Baumann, Schriesheim ; Markus Voll, Münich ; Karl Wesker, Berlin (Prometheus)
SOMMAIRE
1. Cardiopathies ischémiques
S. Miller, U. Kramer
Maladie coronaire
Angor instable
Infarctus aigu du myocarde
Infarctus chronique du myocarde
Anévrisme ventriculaire
Syndrome X
Angor de Prinzmetal
Pontage aorto-coronaire
Anomalies coronariennes
Syndrome de Bland-White-Garland
Syndrome de Kawasaki
2. Insuffisance cardiaque
R. Riessen
Insuffisance cardiaque aiguë
Insuffisance cardiaque chronique
Transplantation cardiaque
3. Valvulopathies acquises
U. Kramer
Sténose aortique
Insuffisance aortique
Sténose mitrale
Insuffisance mitrale
Sténose pulmonaire
Insuffisance pulmonaire
Sténose tricuspidienne
Insuffisance tricuspidienne
Valvulopathies combinées
Prolapsus valvulaire mitral
Prothèses des valves cardiaques
Remplacement de la valve aortique selon Ross
Reconstruction de la valve aortique
4. Cardiomyopathie
S. Miller
Cardiomyopathie dilatée
Cardiomyopathie hypertrophique
Cardiomyopathie arythmogène du ventricule droit
Cardiomyopathie restrictive
Cardiomyopathies inclassées (non-compaction du VG)
Cardiomyopathies inclassées (apical ballooning)
Sarcoïdose
Amylose
Hémochromatose, hémosidérose
Cardiomyopathie urémique
Cardiomyopathie toxique
5. Cardiopathies inflammatoires
S. Miller
Myocardite
Péricardite aiguë
Péricardite constrictive
Endocardite infectieuse
Syndrome d'hyperéosinophilie (endocardite de Löffler)
Péricardite post-infarctus, syndrome de Dressler
6. Hypertension
R. Riessen
Hypertension artérielle
Hypertension pulmonaire chronique
Hypertension pulmonaire aiguë, embolie pulmonaire
7. Tumeurs et autres masses
M. Fenchel
Thrombus
Myxome
Lipome
Fibrome
Fibroélastome papillaire
Kyste du péricarde
Métastases
Angiosarcome
Sarcome indifférencié
Rhabdomyosarcome
Lymphome
Sarcome des artères pulmonaires
Tumeurs médiastinales
8. Traumatismes
U. Kramer
Contusion cardiaque
Rupture de l'aorte
Dissection coronarienne
Rupture de l'artère pulmonaire
9. Cardiopathies congénitales
M. Fenchel
Communication interatriale
Communication interventriculaire
Syndrome d'Eisenmenger
Persistance du conduit artériel
Valve aortique bicuspide
Coarctation de l'aorte
Anomalies des arcs aortiques
Syndrome d'hétérotaxie
Atrésie triscupidienne
Truncus arteriosus
Cœur triatrial
Syndrome du cimeterre
Communication atrioventriculaire
Anomalie d'Ebstein
Tétralogie et pentalogie de Fallot
Syndrome d'hypoplasie du cœur gauche (ventricule unique)
Atrésie pulmonaire
Transposition des gros vaisseaux
Transposition corrigée des gros vaisseaux
Ventricule droit à double issue
Retours veineux pulmonaires anormaux
Opération type Fontan
Shunt de Blalock-Taussig
10. Affections des gros vaisseaux
Anévrisme de l'aorte
Ectasie de l'aorte
Dissection de l'aorte
Sténose carotidienne
Syndrome du vol subclavier
Syndrome du défilé cervico-thoraco-brachial
Artérite de Takayasu
11. Coupes standard du coeur
U. Kramer
Situation des structures sur la radiographie du thorax
Coupes standard : vue d'ensemble
Coupe deux cavités du ventricule gauche
Coupe petit axe
Coupe quatre cavités
Coupe voie d'éjection gauche (LVOT)
Coupe chambre de remplissage et voie d'éjection gauche
Coupe deux cavités du ventricule droit
Coupe voie d'éjection droite ou infundibulum (RVOT)
12. Annexes
S. Miller
Valeurs normales (adultes)
Classification des segments du myocarde
Division segmentaire des artères coronaires
Territoires vasculaires des artères coronaires
Classification des veines de drainage pulmonaires
Critères NYHA de l'insuffisance cardiaque
Classification des cardiomyopathies
Critères diagnostiques de la cardiomyopathie arythmogène du ventricule droit
Classification des anévrismes de l'aorte thoraco-abdominale
Performances des modalités d'imagerie
Liste des abréviations
ACD artère coronaire droite
ACG artère coronaire gauche
AD atrium droit
AG atrium gauche
AHA American Heart Association
Ao aorte
ARM angiographie par résonance magnétique
ATPC angioplastie transluminale percutanée des coronaires
CIA communication interatriale
CIV communication interventriculaire
DD diagnostic différentiel
ECG électrocardiogramme
EG séquence en écho de gradient
ESC European Societyof Cardiology
ETO échocardiographie transœsophagienne
ETT échocardiographie transthoracique
FDG fluoro-18-déoxyglucose
FE fraction d'éjection
FSE fast spin echo
Gd-DTPA gadolinium-diéthylène-triaminepentacétique acide
IR séquence en inversion-récupération
IRM imagerie par résonance magnétique
LVOT voie d'éjection gauche : « left ventricular outflow tract »
MIP maximum intensity projection
MPR reconstruction multiplanaire
NYHA New York Heart Association
PET tomographie par émission de positrons
RC rameau circonflexe
RVOT voie d'éjection droite : « right ventricular outflow tract »
SPECT single photon emission computed tomography
SSFP steady-state free precession
T1 séquence pondérée T1
T2 séquence pondérée T2
TDM tomodensitométrie
TDM-MD tomodensitométrie multidétecteurs
TP tronc pulmonaire
TSE turbo spin echo
UH unités Hounsfield
VCI veine cave inférieure
VCS veine cave supérieure
VD ventricule droit
VDF volume diastolique final
VG ventricule gauche
VSF volume systolique final
Cardiopathies ischémiques

Maladie coronaire
Définition
► Épidémiologie
Largement répandue dans les nations industrielles occidentales ● L’incidence de l’affection augmente avec l’espérance de vie ● Prévalence environ 4 p. 100 ● Atteint environ 5-10 p. 100 de la population masculine ● Plus fréquente chez l’homme que chez la femme (4/1).
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Atteinte de l’endothélium vasculaire par des « facteurs de risque athérogènes » ● Formation de plaques athéromateuses ● Réduction de la lumière vasculaire (critique à partir de 70 p. 100) ● Diminution de la réserve vasomotrice coronarienne.
Facteurs de risque : hyperlipoprotéinémie, hypercholestérolémie, abus nicotinique, diabète, hypertension artérielle, obésité, prédisposition familiale.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie invasive.
► Radiographie du thorax
Les résultats sont fonction de la sévérité de l’atteinte ● Au début l’image cardiopulmonaire est normale ● Dans les cas évolués, hypertrophie du ventricule gauche, stase veineuse pulmonaire et/ou épanchement pleural.
► Échocardiographie
Dysfonction du VG (induite par le stress) (hypo- ou akinésie régionale) ● Dilatation du VG précédant la dilatation de l’AG, en fonction de la sévérité de l’atteinte ● Insuffisance mitrale secondaire ● En cas de stase chronique, dilatation des veines pulmonaires.
► Scintigraphie et PET
Détection et quantification d’un trouble de la perfusion et de la fonction myocardique.
► TDM
Plaques calcifiées (détermination du score calcique) et plaques molles à l’angio-scanographie multicoupe ● Sténoses coronariennes ● Signes d’insuffisance du cœur gauche.
► IRM
Mêmes résultats qu’à l’échocardiographie ● L’IRM peut montrer les sténoses coronariennes ● Diminution de la perfusion myocardique dans des conditions de stress pharmacologique (adénosine) ● Après infarctus du myocarde, prise de contraste tardive dans la nécrose myocardique après injection de gadolinium-DTPA (séquence IR GE).
► Procédures invasives
Angiographie coronaire : sténoses des artères coronaires ● Échographie endovasculaire : délimitation plus fine des plaques et sténoses.







Clinique
► Aspect typique
Crises d’angor ● Dyspnée d’effort ● Insuffisance cardiaque ● Troubles du rythme.
► Options thérapeutiques
Traitement médical de l’angine de poitrine et de l’insuffisance cardiaque ● Revascularisation myocardique interventionnelle (ATPC, implantation de stent) ou chirurgicale (pontage aortocoronarien).
► Évolution et pronostic
Dépend de la localisation et du degré de la sténose coronaire, de l’ischémie myocardique, de la fonction ventriculaire gauche, et de la persistance des facteurs de risque ● Complications : troubles du rythme, infarctus du myocarde, insuffisance cardiaque gauche, arrêt cardiaque brusque.
► Que veut savoir le clinicien ?
Nombre, situation et degré des sténoses coronaires ● Signes d’insuffisance cardiaque ● Agrandissement du VG ● FE (important facteur pronostique).
Diagnostic différentiel
Anomalies coronariennes
– origine anormale des artères coronaires
– variante à risque mortel : anomalie d’origine de l’artère coronaire gauche, symptomatique à l’effort
Syndrome X
– angine de poitrine
– artères coronaires normales à l’angiographie
Cardiomyopathies
– fonction réduite du VG
– artères coronaires normales à l’angiographie
Erreurs typiques
La suspicion de maladie coronaire nécessite une investigation précoce du status coronaire et une mesure du risque individuel, pour évaluer le pronostic et prévoir le traitement le plus adéquat.
Références
Raff GL et al. Diagnostic accuracy of noninvasive coronary angiography using 64-slice spiral computed tomography. J Am Coll Cardiol 2005 ; 46 : 552-557
Sardanelli F et al. Three-dimensional, navigator-echo MR coronary angiography in detecting stenoses of the major epicardial vessels, with conventional coronary angiography as the standard of reference. Radiology 2000 ; 214 : 808-814
Smith SC. Current and future directions of cardiovascular risk prediction. Am J Cardiol 2006 ; 97 : 28A-32A

Angor instable
Définition
► Épidémiologie
Comme maladie coronaire (voir plus haut) ● Chez 15-25 p. 100 des patients, infarctus du myocarde dans les 3 premiers mois.
► Définition
Manifestation initiale ou angor aigu progressif (p. ex. apparition lors de stress de plus en plus faible, avec un intervalle symptomatique > 15 min) ● Se distingue de l’infarctus par l’absence d’élévation du segment ST ● Risque d’infarctus du myocarde nettement augmenté.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Insuffisance coronaire aiguë suite à une sténose de haut grade ou hémodynamiquement significative ● Généralement à partir de modifications athéroscléreuses pariétales au cours d’une maladie coronaire.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie invasive.
► Radiographie du thorax
Le plus souvent normale ● Importante pour exclure des signes de décompensation cardiaque (stase veineuse pulmonaire, œdème pulmonaire, agrandissement de la silhouette cardiaque, épanchement pleural).
► Échocardiographie
Anomalies régionales de la mobilité pariétale, à des degrés divers ● Dysfonction diastolique précédant la dysfonction systolique.
► Scintigraphie et PET
Pas d’indication.
► TDM
Particulièrement utile pour exclure rapidement d’autres diagnostics chez des patients avec douleur thoracique aiguë ● Athérosclérose des artères coronaires ● Sténose coronaire (TDM-MD).
► IRM
Pas d’indication en situation clinique instable ● Stress pharmacologique absolument contre-indiqué.
► Procédures invasives
Coronarographie ● ATPC ● Éventuelle implantation de stent.
Clinique
► Aspect typique
Gravité progressive ● Crises augmentant de durée et de fréquence (angor crescendo) ● Possibilité d’angor au repos.
► Options thérapeutiques
Revascularisation myocardique : ATPC ● Implantation de stent ● Pontage aortocoronaire (p. ex. en cas de sténose tronculaire de l’artère coronaire gauche).
► Évolution et pronostic
Risque d’infarctus aigu du myocarde (jusqu’à 25 p. 100).


► Que veut savoir le clinicien ?
Modifications athéroscléreuses pariétales ● Sténose coronaire (TDM multidétecteurs) ● Fonction du VG, signes de décompensation.
Diagnostic différentiel
Douleur thoracique aiguë
– infarctus aigu du myocarde
– dissection de l’aorte
– embolie pulmonaire
– myocardite
Autres atteintes coronaires
– dissection coronarienne
– anomalies coronariennes
– angine de Prinzmetal
Erreurs typiques
L’angor instable doit, comme l’infarctus aigu du myocarde, être considéré comme une urgence nécessitant un traitement immédiat.
Références
Spaulding C et al. Management of acute coronary syndromes. N Engl J Med 2005 ; 353 : 2714-2718
Yan RT et al. Canadian Acute Coronary Syndromes (ACS) Registry Investigators. Age-related differences in the management and outcome of patients with acute coronary syndromes. Am Heart J 2006 ; 151 : 352-359

Infarctus aigu du myocarde
Définition
► Épidémiologie
Principale cause de décès dans les pays occidentaux ● Prévalence environ 2,5 p. 100 ● Évolution fatale dans 30 p. 100 des cas ● Plus de la moitié des décès ont lieu avant l’hospitalisation.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Environ 95 p. 100 de tous les infarctus aigus du myocarde résultent de lésions athéroscléreuses des artères coronaires ● Tous les cas sont causés par une occlusion artérielle coronaire aiguë avec insuffisance de perfusion du myocarde ● Nécrose de tissu myocardique ● ECG : élévation du segment ST.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie conventionnelle.
► Radiographie du thorax
Souvent normale ● Signes de décompensation cardiaque après infarctus grave ● Stase veineuse pulmonaire ● Œdème pulmonaire ● Épanchements pleuraux ● Silhouette cardiaque agrandie.
► Échocardiographie
Réduction de la fonction ventriculaire ● Anomalies régionales de la mobilité pariétale, à des degrés divers ● Insuffisance mitrale aiguë en cas de rupture de muscle papillaire ● Détection de thrombus intracavitaire.
► TDM
Utile pour exclure rapidement d’autres diagnostics chez des patients avec douleur thoracique aiguë ● Athérosclérose des artères coronaires ● Sténose coronaire (TDM-MD) ● Parfois diminution de perfusion dans le segment myocardique infarci ● Parfois détection de thrombus.
► IRM
Résultats fonctionnels identiques à l’échocardiographie ● Trouble de la perfusion ● Hypersignal en T2 (œdème) et retard de prise de contraste de la zone de l’infarctus (séquence IR EG) ● Détection de thrombus ● Pas d’indication dans les 24 premières heures.
► Procédures invasives
Coronarographie ● ATPC ● Éventuelle implantation de stent ● Dysfonction régionale et/ou globale du VG.
Clinique
► Aspect typique
Douleur précordiale très intense, à début brutal ● Sueurs froides ● Signes d’insuffisance cardiaque aiguë ● Arythmie ● 15-20 p. 100 des patients n’ont pas de douleurs (« infarctus silencieux »).


► Options thérapeutiques
En urgence : oxygène, morphine, antiagrégants plaquettaires, nitrates, bêtabloquants, ATPC en urgence (traitement de choix) ● Thrombolyse systémique pour une ischémie de moins de 3 heures.
► Évolution et pronostic
60 p. 100 des décès après infarctus aigu du myocarde ont lieu dans les premières 60 minutes.
► Que veut savoir le clinicien ?
Signes d’insuffisance cardiaque telle la stase veineuse pulmonaire ● Œdème pulmonaire ● Épanchement pleural ● Zone infarcie (TDM, IRM) ● Occlusion coronaire.
Diagnostic différentiel
Douleur thoracique aiguë
– embolie pulmonaire
– dissection de l’aorte
– péri-ou myocardite, « apical ballooning »
Autres affections coronariennes
– anomalies coronariennes
– angine de Prinzmétal
Erreurs typiques
Chez les patients avec douleur thoracique aiguë, l’infarctus du myocarde doit toujours faire partie du diagnostic différentiel, même si la présentation clinique n’est pas très évocatrice.
Références
Antman EM et al. ACC/AHA guidelines for the management of patients with ST-elevation myocardial infarction. Circulation 2004 ; 110 : 282-292
Edelman RR. Contrast-enhanced MR Imaging of the Heart : Overview of the Literature. Radiology 2004 ; 232 : 653-668
Leitlinien : Akutes Koronarsyndrom (ACS) Teil 1 : ACS ohne persistierende ST-Hebung. Z Kardiol 2004 ; 93 : 72-90
Leitlinien : Akutes Koronarsyndrom (ACS) Teil 2 : ACS mit ST-Hebung. Z Kardiol 2004 ; 93 : 324-341

Infarctus chronique du myocarde
Définition
► Épidémiologie
Environ 70 p. 100 des infarctus du myocarde évoluent vers le stade chronique.
► Anatomie pathologique/Classification
L’évènement ischémique remonte au moins à 3 mois.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Consécutif à un infarctus aigu du myocarde ● Zone de nécrose myocardique qui se transforme en tissu cicatriciel fibreux ● Une calcification ou une dystrophie adipeuse de l’infarctus sont possibles.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Échocardiographie.
► Radiographie du thorax
Souvent normale lorsque la fonction cardiaque est compensée ● Silhouette cardiaque peut être agrandie ● Stase veineuse pulmonaire chronique ● Fibrose pulmonaire congestive par décompensation récidivante.
► Échocardiographie
Diminution d’épaisseur localisée de la paroi ● Restriction fonctionnelle allant d’une discrète hypokinésie à la dyskinésie ● Dilatation du VG.
► Scintigraphie/PET
Fixation réduite du traceur dans la cicatrice ● Détection et quantification de la dysfonction myocardique.
► TDM
Diminution d’épaisseur de la paroi au niveau de la cicatrice ● Parfois trouble de la perfusion.
► IRM
Mêmes résultats que l’échocardiographie et la TDM ● Diminution de la perfusion myocardique et retard de la prise de contraste de la cicatrice myocardique après injection de Gd-DTPA (séquence IR-EG).
► Procédures invasives
Coronarographie : dysfonction localisée et/ou globale du VG ● Éventuellement ATPC ou implantation de stent.
Clinique
► Aspect typique
Insuffisance cardiaque avec possibilité de dyspnée d’effort ou au repos ● Possibilité d’œdème pulmonaire ● Signes de stase dans la VCS et/ou VCI ● Troubles du rythme.
► Options thérapeutiques
Traitement médical de l’insuffisance cardiaque ● Implantation de stent ou pontage aortocoronaire chez les patients avec angor ou insuffisance cardiaque progressive ● Prévention secondaire.


► Évolution et pronostic
Très variable selon les individus ● Dépend de la situation, du nombre et du degré des sténoses coronaires, de la fonction du VG et de la progression de la sclérose coronaire.
► Que veut savoir le clinicien ?
Fonction ventriculaire ● Signes d’insuffisance cardiaque ● Viabilité myocardique ● Complications secondaires (anévrisme ventriculaire, thrombus ventriculaire).
Diagnostic différentiel
Autres causes d’insuffisance cardiaque
– cardiomyopathie
– affection pulmonaire chronique
– arythmie cardiaque
Erreurs typiques
Une proportion inconnue d’infarctus du myocarde méconnus (« infarctus silencieux ») est importante du point de vue pronostique, et dont les anomalies sont identifiables en TDM multidétecteurs et en IRM.
Références
Parisi AF. Clinical trials of coronary revascularization for chronic stable angina : medical treatment versus coronary revascularization. Curr Opin Cardiol 2000 ; 15 : 275-280
Wu E et al. Visualisation of presence, location, and transmural extent of healed Q-wave and non-Q-wave myocardial infarction. Lancet 2001 ; 357 : 21-28

Anévrisme ventriculaire
Définition
► Épidémiologie
Complique jusqu’à 10 p. 100 des infarctus du myocarde avec élévation du segment ST.
► Anatomie pathologique/Classification
Dilatation anévrismale d’une zone du myocarde ● Le plus souvent à l’apex du VG ● Plus rarement à la paroi latérale ou inférieure du VG ou au VD.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Résulte habituellement d’un infarctus transmural extensif du myocarde ● Autres causes plus rares (myocardite, cardiomyopathie arythmogène ventriculaire droite, traumatisme, postopératoire) ● Diminution de l’élasticité de la paroi par modification de structure du myocarde (tissu cicatriciel, dysplasie adipeuse) ● Il en résulte une dilatation consécutive aux pressions physiologiques ● Diminution de la fonction hémodynamique par des volumes d’espace mort.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Échocardiographie.
► Radiographie du thorax
Dilatation du VG ou cardiomégalie ● Possibilité de signes de stase chronique.
► Échocardiographie
Dilatation du ventricule ● Dyskinésie de l’anévrisme ● Restriction fonctionnelle globale (FE < 50 p. 100) ● Possibilité de thrombi.
► TDM
Ventricule dilaté avec anévrisme ● Détection de thrombus.
► IRM
Mêmes résultats que l’échocardiographie et la TDM ● Cicatrice d’infarctus avec rehaussement tardif après injection de contraste (séquence IR EG) ● Autres modifications de structure du myocarde (p. ex. séquences en T1 TSE en cas de suspicion de cardiomyopathie arythmogène ventriculaire droite).
► Procédures invasives
Ventriculographie gauche : ventricule dilaté avec un anévrisme et dyskinésie ● Sténose coronaire chez des patients avec maladie coronaire ● La détection de thrombus est meilleure par échocardiographie, TDM et IRM.
Clinique
► Aspect typique
Signes d’insuffisance cardiaque ● Éventuels symptômes de maladie coronaire avec angor, dyspnée et troubles du rythme ● Possibilité d’embolies récidivantes (ischémies cérébrales, « jambe froide », etc.).
► Options thérapeutiques
Traitement anticoagulant ● Les grands anévrismes compromettant significativement la fonction ventriculaire nécessitent une anévrismectomie chirurgicale ● Pacemaker cardiaque.


► Évolution et pronostic
La mortalité dépend de la taille de l’anévrisme, de la fonction ventriculaire, et de l’intervalle de temps après l’infarctus (l’apparition précoce après l’infarctus aigu du myocarde est d’un mauvais pronostic).

► Que veut savoir le clinicien ?
Taille et situation de l’anévrisme ● Thrombus ventriculaire ● Fonction ventriculaire (FE) ● Signes d’insuffisance cardiaque.
Diagnostic différentiel
Cardiomyopathie
– dilatation ventriculaire globale dans la cardiomyopathie dilatée
Maladie coronaire
– pseudo-anévrisme par infarctus aigu et perforation myocardique (attention : tamponnade péricardique)
Autres causes
– des masses intra- et extrapéricardiques (tumeur maligne, kyste) ou des malformations thoraciques peuvent simuler un anévrisme ventriculaire sur la radiographie du thorax (imagerie sectionnelle complémentaire indiquée)
Erreurs typiques
Les anévrismes ventriculaires ont tendance à la formation de thrombus et d’embolies artérielles ● Un thrombus doit de ce fait être exclu.
Références
Heatlie GJ et al. Left ventricular aneurysm : comprehensive assessment of morphology, structure and thrombus using cardiovascular magnetic resonance. Clin Radiol 2005 ; 60 : 687-692
Yeo TC et al. Clinical profile and outcome in 52 patients with cardiac pseudoaneurysm. Ann Intern Med 1998 ; 128 : 299-305

Syndrome X
Définition
► Épidémiologie
Le syndrome cardiaque X concerne une partie des patients avec angor et coronarographie normale ● À ne pas confondre avec le syndrome métabolique X (obésité, hyperlipidémie, insulinorésistance, hyperinsulinémie et hypertension artérielle).
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Basé probablement sur une maladie coronaire microvasculaire avec dysfonction endothéliale ● Pas de modifications morphologiques des grosses artères coronaires ● Angor de stress.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie.
► Radiographie du thorax
Pas d’anomalie cardiopulmonaire.
► Échocardiographie
Fonction ventriculaire normale au repos ● Dysfonction possible en stress.
► SPECT/PET/IRM
Diminution de la réserve de perfusion subendocardique, et insuffisance de perfusion en stress (adénosine) ● Pas de zone d’infarctus, qui se présenterait comme une absence de fixation du traceur en scintigraphie et un rehaussement tardif après injection de Gd-DTPA en IRM.
► TDM et procédures invasives
TDM-MD ou coronarographie pour exclure des sténoses des vaisseaux coronaires majeurs.
Clinique
► Aspect typique
Crises d’angor typiques (douleurs rétrosternales, sensation d’oppression thoracique, dyspnée d’effort) ● ECG d’effort anormal.
► Options thérapeutiques
Traitement médical de l’angor ● Réduction des facteurs de risque athérogènes.
► Évolution et pronostic
Pas de limitation du taux de survie ● Cependant limitation de la qualité de vie.
► Que veut savoir le clinicien ?
Exclure une maladie coronaire et ses conséquences telles l’insuffisance cardiaque gauche, la dysfonction ventriculaire, et l’infarctus du myocarde.

Diagnostic différentiel
Causes cardiaques
– maladie coronaire
– angine de Prinzmetal
– anomalie coronarienne
Autres causes
– dysphagie
– reflux gastro-œsophagien
Erreurs typiques
Chez des patients avec un tableau clinique caractéristique d’un angor par stress et artères coronaires normales, d’autres causes doivent être recherchées.
Références
Panting JR et al. Abnormal subendocardial perfusion in cardiac syndrome X detected by cardiovascular magnetic resonance imaging. N Engl J Med 2002 ; 346 : 1948-1953
Pasqui AL et al. Structural and functional abnormality of systemic microvessels in cardiac syndrome X, Nutr Metab Cardiovasc Dis 2005 ; 15 : 56-64

Angor de Prinzmetal
Définition
► Épidémiologie
Forme la plus rare de l’angine de poitrine ● Se manifeste le plus souvent dans la 3 e et 4 e décennie.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Forme spéciale de l’angine de poitrine ● Élévation réversible du segment ST ● Pas d’augmentation du taux des enzymes ● La cause est un spasme de l’artère coronaire sans modifications athéromateuses notables de la paroi.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
ECG et coronarographie invasive, avec si nécessaire test pharmacologique de provocation.
► Radiographie du thorax
Pas d’anomalie cardiopulmonaire.
► Échocardiographie
En cas d’ischémie aiguë, possibilité d’anomalies localisées de la mobilité pariétale (hypo- ou akinésie).
► Procédures invasives
Spasme aigu de l’artère coronaire à la coronarographie, en réponse au test de provocation.
Clinique
► Aspect typique
Crises d’angor ● Les symptômes sont généralement présents au repos, rarement déclenchés par le stress ● Souvent dans la matinée.
► Options thérapeutiques
Traitement médical (nitrates) ● Peut nécessiter l’arrêt des efforts physiques.
► Évolution et pronostic
Variable selon l’évolution de la maladie ● Des troubles dangereux du rythme cardiaque peuvent se produire lors des crises ● Possibilité d’infarctus du myocarde ou d’insuffisance cardiaque.
► Que veut savoir le clinicien ?
Exclure une maladie coronaire et d’autres causes possibles lors d’une douleur thoracique aiguë.
Diagnostic différentiel
Douleur thoracique aiguë
– syndrome coronarien aigu
– syndrome X
– anomalie coronarienne
– dissection de l’aorte
– embolie pulmonaire
Erreurs typiques
L’anamnèse oriente vers le bon diagnostic ● L’angine de Prinzmetal doit être incluse dans le diagnostic différentiel chez les patients avec symptômes évocateurs et coronarographie normale.
Références
Holt DB et al. Images in cardiovascular medicine. Prinzmetal angina in an adolescent : adjunctive role of tissue synchronization imaging. Circulation 2005 ; 112 : 91-92
Keller KB, Lemberg L. Prinzmetal’s angina. Am J Crit Care 2004 ; 13 : 350-354

Pontage aorto-coronaire
Définition
► Épidémiologie
Le pontage aorto-coronaire est depuis 30 ans un procédé de routine pour la revascularisation du myocarde ● Mise en place de greffons artério-veineux.
► Anatomie pathologique/Classification
Le vaisseau du pontage est anastomosé en aval du segment vasculaire sténosé ● On distingue les types suivants :
– pontage artériel (p. ex. artère thoracique interne)
– pontage veineux (p. ex. veine grande saphène)
– greffon unique (revascularisation d’une artère coronaire par une anastomose)
– pontages séquentiels (revascularisation de plusieurs artères coronaires par plusieurs anastomoses consécutives).
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Les lésions d’athérosclérose des parois des artères coronaires aboutissent à l’ischémie myocardique ● Les principales indications au pontage aorto-coronaire sont la sténose des troncs principaux et les échecs de l’angioplastie transcoronaire percutanée .
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie invasive.
► Radiographie du thorax
Signes de surcharge chronique cardiaque gauche ● Clips médiastinaux (anastomose de l’artère thoracique) ● Fils de cerclage sternal.
► Échocardiographie
Dysfonction régionale ● Possibilité de cicatrice myocardique ● Akinésie ou dyskinésie occasionnelle de régions myocardiques ● Possibilité de baisse fonctionnelle du VG.
► TDM
L’angioscanner peut montrer les artères coronaires et les greffons anastomotiques ● Détection d’une occlusion ou d’une sténose du pontage ● Appréciation des anastomoses partiellement réduite ● Seule la TDM-MD (16 lignes ou davantage) doit être utilisée.
► IRM
Mêmes résultats fonctionnels que l’échocardiographie ● Rehaussement tardif de la cicatrice myocardique après injection de contraste (séquence IR EG) ● ARM des greffons anastomotiques ● Le flux peut être quantifié, et le flux de réserve déterminé par mesure en contraste de phase.
► Procédures invasives
Coronarographie, avec visualisation sélective des vaisseaux du pontage et des artères coronaires ● Visualisation de sténoses et occlusions vasculaires ● Ventriculographie gauche avec étude de la fonction myocardique.


Clinique
► Aspect typique
Après le succès de la revascularisation myocardique, plus de plaintes cliniques ● En cas de reprise d’angor, suspicion de resténose des artères coronaires et/ou du pontage.
► Options thérapeutiques
ATPC et implantation de stent pour les sténoses coronaires ou du pontage ● Éventuellement réintervention (pontage aorto-coronaire) ● Traitement médical suivant les recommandations thérapeutiques pour la maladie coronaire.
► Évolution et pronostic
Risque opératoire en moyenne 3 p. 100 ● Si FE < 35 p. 100, mortalité périopératoire augmentée ● Le pronostic est fonction du succès chirurgical et de la progression de l’affection causale (maladie coronaire) ● Signes de mauvais pronostic : insuffisance cardiaque, crises d’angor, diabète, infarctus aigu du myocarde, bronchopneumopathie chronique obstructive ● Taux de survie jusqu’à 90 p. 100 à 5 ans, et 80 p. 100 à 10 ans.
► Que veut savoir le clinicien ?
Fonction ventriculaire régionale et globale ● Cicatrice d’infarctus ● Perméabilité du pontage ● Dilatation du VG ● Signes de décompensation.
Diagnostic différentiel
Progression de la maladie coronaire
– crises d’angor
Pseudarthrose du sternum après sternotomie
– douleurs thoraciques
Cardiomyopathie (p. ex. dilatée)
– insuffisance cardiaque gauche
Références
Salm LP et al. Functional significance of stenoses in coronary artery bypass grafts. Évaluation by single-photon emission computed tomography perfusion imaging, cardiovascular magnetic resonance, and angiography. J Am Coll Cardiol 2004 ; 44 : 1877-1882
Schoepf UJ et al. CT of coronary artery disease. Radiology 2004 ; 232 : 18-37

Anomalies coronariennes
Définition
► Synonymes
Anomalie d’origine de l’artère coronaire gauche ● Anomalie d’origine de l’artère coronaire droite.
► Épidémiologie
Fréquemment associées à d’autres malformations congénitales du cœur ● Constatées chez près de 6 p. 100 des patients examinés par TDM du cœur.
► Anatomie pathologique/Classification
● Origine ectopique de l’artère coronaire gauche ou de ses branches (rameau interventriculaire antérieur, rameau circonflexe) du sinus droit de Valsalva.
● Origine ectopique de l’artère coronaire droite du sinus gauche de Valsalva.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Malformation congénitale d’étiologie inconnue ● Le trajet interartériel du tronc principal de l’artère coronaire gauche, entre les racines de l’aorte et de l’artère pulmonaire, est cliniquement important (variante « maligne » d’origine de l’artère coronaire gauche, environ 10 p. 100 de toutes les anomalies congénitales coronariennes ; voir p. 294).
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
TDM-MD ou IRM.
► Radiographie du thorax
Pas d’anomalie cardiopulmonaire.
► Échocardiographie
ETT ou ETO : origine anormale de la racine de l’aorte.
► TDM/IRM
Complètent l’échocardiographie en montrant le trajet précis des vaisseaux ● Possible plicature, compression ou étranglement (variante maligne de l’ectopie de l’artère coronaire gauche).
► Procédures invasives
La coronarographie visualise l’origine anormale de l’artère coronaire gauche ou droite ● Peut visualiser les sténoses et collatérales.
Clinique
► Aspect clinique
Les symptômes évocateurs sont des syncopes à l’effort, une fibrillation atriale, un bloc de branche gauche transitoire, des douleurs thoraciques et de l’anxiété.
► Options thérapeutiques
Chez les patients symptomatiques, chirurgie correctrice avec réimplantation de l’artère coronaire aberrante ● Le pontage est une autre possibilité.
► Évolution et pronostic
Bon pronostic pour les variantes asymptomatiques bénignes ● Dans les formes malignes d’origine anormale de l’artère coronaire gauche, le risque de complications vitales induites par stress est de près de 50 p. 100.

► Que veut savoir le clinicien ?
Origine et trajet de l’artère coronaire aberrante, sténoses, collatérales, et fonction myocardique.
Diagnostic différentiel
Fistules coronariennes avec terminaison anormale (80 p. 100 cardiaque droite, 10 p. 100 cardiaque gauche, 10 p. 100 autre, artère coronaire droite concernée dans 60 p. 100 des cas, artère coronaire gauche dans 30 p. 100), maladie coronaire, dissection coronaire, vascularite.
Erreurs typiques
Les anomalies coronariennes sont un important diagnostic différentiel chez des patients jeunes avec symptômes cardiaques ● De ce fait, il est très important d’évaluer la racine de l’aorte et l’origine des artères coronaires par échocardiographie, TDM ou IRM.
Références
Angelini P. Normal and anomalous coronary arteries : definitions and classification. Am Heart J 1989 ; 117 : 418-434
Datta J et al. Anomalous Coronary Arteries in Adults : Depiction at Multi-Detector Row CT Angiography. Radiology 2005 ; 235 : 812-818

Syndrome de Bland-White-Garland
Définition
► Épidémiologie
Malformation artérielle coronarienne congénitale symptomatique la plus importante chez l’enfant ● Malformation rare : 1/3000 nouveau-nés ● Synonyme : ALCAPA (= anomalous origin of left coronary artery from pulmonary artery ).
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Origine anormale de l’artère coronaire gauche à partir de l’artère pulmonaire gauche ● Sans conséquence avant la naissance, puisque les circulations pulmonaire et systémique ont la même saturation en oxygène et le même niveau de pression ● Après la naissance, suite au changement des pressions, la perfusion sanguine et en oxygène du VG est insuffisante ● S’il n’y pas de collatérale de suppléance suffisante par l’artère coronaire droite, un infarctus du myocarde peut se produire.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Coronarographie.
► Radiographie du thorax
Souvent normale ● Peut montrer une dilatation du VG en cas d’ischémie et d’insuffisance cardiaque.
► Échocardiographie
Dilatation et dysfonction du VG ● Vaisseaux collatéraux.
► Scintigraphie
Important déficit de perfusion du VG.
► TDM
Origine anormale de l’artère coronaire gauche à partir de l’artère pulmonaire gauche ● Dilatation du VG.
► IRM
Mêmes résultats que l’échocardiographie et la TDM ● Après injection de contraste, évaluation de la perfusion et de la viabilité myocardique (rehaussement tardif) ● Mesure de flux dans l’artère coronaire gauche.
► Procédures invasives
Visualisation de l’origine de l’artère coronaire gauche à partir de l’artère pulmonaire gauche ● Visualisation des vaisseaux collatéraux partant de l’artère coronaire droite ● Perfusion rétrograde de l’artère coronaire gauche.
Clinique
► Aspect typique
Les symptômes apparaissent habituellement dans les premières semaines de la vie ● Retard de développement ● Insuffisance cardiaque ● Insuffisance mitrale ● Ischémie myocardique ● Possibilité d’infarctus du myocarde ● Environ 5-10 p. 100 des cas ne deviennent symptomatiques qu’à l’âge adulte.


► Options thérapeutiques
Les patients symptomatiques nécessitent un traitement immédiat de l’insuffisance cardiaque et une rapide intervention chirurgicale (indication d’urgence) ● Le traitement de choix est la réimplantation de l’artère coronaire gauche dans l’aorte ● Un pontage coronaire est rarement nécessaire.

► Évolution et pronostic
En règle, après l’intervention, la fonction du VG se rétablit rapidement ● Le risque de mort subite d’origine cardiaque devient minime ● Bon pronostic après le succès de l’intervention.
► Que veut savoir le clinicien ?
Origine de l’artère coronaire gauche ● Collatérales à partir de l’artère coronaire droite ● Viabilité myocardique ● Insuffisance mitrale.
Diagnostic différentiel
Autres anomalies coronariennes
– p. ex. origine ectopique des artères coronaires gauche ou droite
Erreurs typiques
Le syndrome de Bland-White-Garland doit être envisagé comme diagnostic différentiel de la maladie coronaire, en particulier chez l’adulte jeune ● Attention : haut risque lors d’examens avec stress pharmacologique (adénosine).
Références
Bruder O et al. Magnetic resonance imaging of anomalous origin of the left coronary artery from the pulmonary artery (Bland-White-Garland syndrome). Heart 2005 ; 91 : 656
Cowie MR et al. The diagnosis and assessment of an adult with anomalous origin of the left coronary artery from the pulmonary artery. Eur J Nucl Med 1994 ; 21 : 1017-1019

Syndrome de Kawasaki
Définition
► Épidémiologie
Affection rare en Europe et aux USA ● Touche principalement les enfants en dessous de 5 ans ● Vascularite la plus commune chez le petit enfant ● Touche les vaisseaux coronaires dans environ 25 p. 100 des cas.
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Vascularite de cause inconnue ● Présumée d’origine infectieuse où des superantigènes (toxines produites par des bactéries) jouent un rôle.
Stades :
– phase aiguë fébrile (jusqu’à 2 semaines)
– phase subaiguë (jusqu’à 6 semaines)
– phase de convalescence (6 e à 8 e semaine).
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Échocardiographie.
► Radiographie du thorax
L’image radiographique peut aller depuis le normal à la cardiomégalie ou l’infiltration pulmonaire, en fonction de la gravité de l’affection.
► Échocardiographie
Épanchement péricardique ● Insuffisance valvulaire ● Dysfonction myocardique ● Anévrismes coronariens à partir du 10 e jour de la phase aiguë fébrile.
► TDM/IRM
Mêmes résultats que l’échocardiographie ● Visualisation d’anévrismes et évaluation des parois vasculaires en TDM-MD ou ARM ● Possibilité de thrombose partielle des anévrismes.
► Procédures invasives
La coronarographie montre des dilatations anévrismales irrégulières des artères coronaires.
Clinique
► Aspect typique
Évolution clinique caractéristique ● Au début fièvre élevée durant 5-10 jours, sans réponse aux antibiotiques ● Conjonctivite bilatérale ● Gros lymphonœuds cervicaux ● Érythème maculeux de la paume des mains ● Dans environ 25 p. 100 des cas, atteinte cardiaque avec développement d’anévrismes coronariens.
► Options thérapeutiques
Évaluation du status coronarien ● Les anévrismes nécessitent un traitement à long terme par aspirine et immunoglobulines.


► Évolution et pronostic
Un diagnostic précoce et une mise en place rapide du traitement sont d’importants facteurs du pronostic ● Environ 50 p. 100 des anévrismes coronariens régressent en l’espace d’un an (niveaux de risque I et II) ● Persistance de sténoses coronariennes ● Développement d’anévrismes géants dans 20 p. 100 des cas (niveaux de risque III et IV) ● Infarctus du myocarde dans les 3 premières années chez près d’un tiers des patients.
► Que veut savoir le clinicien ?
Anévrismes des artères coronaires ● Thrombose partielle (facteur de risque) ● Fonction myocardique et valvulaire ● Signes d’infarctus du myocarde.
Diagnostic différentiel
Anomalies coronariennes
– origine ectopique des artères coronaires gauche ou droite
Erreurs typiques
Penser au syndrome de Kawasaki chez des enfants en dessous de 5 ans avec fièvre persistante ● Prévoir une surveillance par échocardiographie ou IRM.
Références
Benseler SM et al. Infections and Kawasaki disease : implications for coronary artery outcome. Pediatrics 2005 ; 116 : e760-766
McMahon CJ et al. Detection of active coronary arterial vasculitis using magnetic resonance imaging in Kawasaki disease. Circulation 2005 ; 112 : e315-e316
Insuffisance cardiaque

Insuffisance cardiaque aiguë
Définition
► Classification
L’insuffisance cardiaque aiguë est classée en trois catégories :
– décompensation aiguë d’une insuffisance cardiaque chronique
– œdème pulmonaire cardiogénique aigu (augmentation de la pression de remplissage dans les capillaires pulmonaires)
– choc cardiogénique (chute du débit cardiaque avec hypertension artérielle et diminution du flux sanguin systémique).
► Étiologie/Physiopathologie/Pathogénie
Insuffisance cardiaque aiguë : survient dans presque toutes les affections qui aboutissent à une insuffisance cardiaque chronique ● Traitement inadapté ou effets pharmacologiques secondaires ● Insuffisance rénale ● Hyperthyroïdisme ● Infections.
Choc cardiogénique : la cause la plus fréquente est l’infarctus aigu du myocarde ● Dissection de l’aorte ● Tamponnade péricardique ● Traumatisme du cœur ● Embolie pulmonaire ● Endocardite floride avec dysfonction valvulaire ● Dysfonction myocardique postopératoire ● Dépression myocardique lors d’autres formes de choc (p. ex. choc septique).
► Anatomie pathologique
Variable ; fonction de l’affection initiale.
Signes de l’imagerie
► Méthode de choix
Échocardiographie.
► Radiographie du thorax
Agrandissement de la silhouette cardiaque (peut aussi être normale !) ● Augmentation des images vasculaires pulmonaires avec distribution vers les vaisseaux apicaux ● Œdème pulmonaire ● Épanchement pleural.
► Échocardiographie
Dilatation des cavités cardiaques ● Hypertrophie ● Réduction de la fonction ventriculaire ● Possibilité de dysfonction valvulaire ● Épanchement péricardique ● Dilatation de la VCI.
► TDM
Mêmes résultats que la radiographie du thorax ● Possibilité de mise en évidence de l’affection initiale, p. ex. embolie pulmonaire, dissection de l’aorte, pneumonie.
► Scintigraphie/PET/IRM
Non indiquées en situation aiguë.
► Procédures invasives
Coronarographie en cas de suspicion de syndrome coronaire aigu.


Clinique
► Aspect typique
Dyspnée ● Tachypnée ● Orthopnée ● Angor ● Tachycardie ● Distension des veines cervicales ● Sueurs froides ● Pâleur ● Anxiété ● Agitation.
► Options thérapeutiques
Si possible, traitement de l’affection initiale ● Oxygène ● Ventilation ou intubation non invasive, si nécessaire ● Morphine ● Réduction de l’hypertension artérielle (p. ex. avec nitrates) ● En cas de choc cardiogénique, traitement prudent par catécholamines ● Revascularisation ● Implantation d’une pompe à ballonnet intra-aortique.
► Évolution et pronostic
En cas de choc cardiogénique, mortalité de 50-70 p. 100.
► Que veut savoir le clinicien ?
Degré de gravité ● Fonction ventriculaire ● Œdème pulmonaire ● Différenciation des causes de dyspnée d’origine pulmonaire.
Diagnostic différentiel
Autres causes de dyspnée

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents