De la condamnation de la vanité
53 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

De la condamnation de la vanité , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
53 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

C’est dans la vigilance (tayyaqud) et la perspicacité (fitna) que réside la clef du bonheur. La vanité (ghurûr) et l’insouciance (ghafla) sont la source de l’infortune (shaqâwa). Il n’y a pas plus grand bienfait de Dieu à l’égard de Ses serviteurs que la foi et la connaissance, et pas d’autre moyen de parvenir à Lui que l’épanouissement des poitrines par la lumière de la clairvoyance (basîra), tout comme il n’y a pas plus grand châtiment que la mécréance et l’insoumission, et rien qui n’incite à elles sinon l’aveuglement du coeur par l’obscurité due à l’ignorance. Nous nous proposons d’exposer les genres de vanité ainsi que les catégories de gens aveuglés par la vanité d’entre les juges, les savants et les hommes de bienfait qui ont été abusés par ce qui constitue les principes des choses, belles en apparence mais aux aspects cachés hideux.Nous indiquerons la manière dont ils ont été abusés par ces principes ainsi que leur insouciance à cet égard. Même s’il est impossible de les dénombrer exhaustivement, il nous est possible d’attirer l’attention sur des exemples qui nous éviterons une recherche approfondie. Les groupes de ceux aveuglés par la vanité sont nombreux.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2015
Nombre de lectures 32
EAN13 9791022501156
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0280€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Les éditions Albouraq – Revivificaton des sciences de la religion –
© Dar Albouraq, 2009
Distribué par :
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
25, rue François de Tessan
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Comptoirs de ventes :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Librairie Albouraq
91, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Tel : 01 48 05 04 27
Fax : 09 70 62 89 94
E-mail : librairie11@albouraq.com
Site Web : www.albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1431-2010
ISBN 978-2-84161-414-1 // EAN 9782841614141
Al-Ghazâlî ‘Imam Abu Hamid
De la condamnation de la vanité
(qui est le dixième traité du quart de ce qui conduit à la destruction de vivification des sciences de la religion)
Traduit de l’arabe par Lyess Chacal
D E LA CONDAMNATION DE LA VANITÉ
Louange à Dieu Qui détient en Sa main toutes les affaires, Qui par Sa puissance détient les clés des bienfaits et des maux. Lui Qui amène Ses amis des ténèbres à la lumière et Qui pousse Ses ennemis vers les abîmes de la vanité. Prière sur Muhammad qui a sorti les hommes des ténèbres ainsi que sur sa famille et sur ses Compagnons, que la vanité de la vie d’Ici-bas n’a pas induit en erreur sur Dieu, prière incessante au fil des siècles, des mois et des heures.
C’est dans la vigilance ( tayyaqud ) et la perspicacité ( fitna ) que réside la clef du bonheur. La vanité ( ghurûr ) et l’insouciance ( ghafla ) sont la source de l’infortune ( shaqâwa ). Il n’y a pas plus grand bienfait de Dieu à l’égard de Ses serviteurs que la foi et la connaissance, et pas d’autre moyen de parvenir à Lui que l’épanouissement des poitrines par la lumière de la clairvoyance ( basîra ), tout comme il n’y a pas plus grand châtiment que la mécréance et l’insoumission, et rien qui n’incite à elles sinon l’aveuglement du cœur par l’obscurité due à l’ignorance. Le cœur des hommes doués de sagacité ( akyâs ) et des hommes doués de clairvoyance est : « semblable à une niche où se trouve une lampe; la lampe est dans un [récipient de] verre; celui-ci semblerait un astre étincelant; elle est allumée grâce à un arbre béni, [grâce à] un olivier ni oriental ni occidental, dont l’huile [est si limpide qu’elle] éclairerait même si nul feu ne la touchait* lumière sur lumière ». Quant au cœur des vaniteux, ils est « semblable à des ténèbres sur une mer obscure; un flot la couvre sur lequel est un flot, sur lequel sont des nuages. Ténèbres sur lesquelles sont d’autres ténèbres. Quand [l’homme] sort sa main, à peine peut-il la voir. Celui à qui Dieu ne donne pas de lumière n’a point de lumière ». Les hommes à l’esprit fin sont ceux que Dieu a voulu guider. Il a, alors, ouvert leur poitrine à l’Islam et à la voie droite. Les vaniteux, quant à eux, sont ceux que Dieu a voulu égarer. Il a ainsi fait que leurs poitrines soient étroites comme s’ils montaient au ciel. Le vaniteux est celui dont la clairvoyance ne s’est pas épanouie pour qu’il puisse se guider seul, qui est resté dans l’aveuglement et qui a pris pour chef sa passion et pour guide le Diable, et : « quiconque aura été aveugle en cette [vie]-ci, sera aveugle en la [vie] dernière et plus égaré [encore] en chemin ». Si l’on sait que la vanité est la source principale des infortunes et l’origine de ce qui conduit à la destruction, il est nécessaire d’en exposer les préludes et les causes ainsi que le détail de ce qui amène à sombrer fréquemment dans la vanité afin que le novice y prenne garde après en avoir eu connaissance et qu’il s’en préserve. Le bienheureux d’entre les hommes est celui qui connaît les tenants des fléaux et de la perversité, qui y prend garde et qui a construit sa vie ( amr ) sur la détermination et la clairvoyance.
Nous nous proposons d’exposer les genres de vanité ainsi que les catégories de gens aveuglés par la vanité d’entre les juges, les savants et les hommes de bienfait qui ont été abusés par ce qui constitue les principes des choses, belles en apparence mais aux aspects cachés hideux.
Nous indiquerons la manière dont ils ont été abusés par ces principes ainsi que leur insouciance à cet égard. Même s’il est impossible de les dénombrer exhaustivement, il nous est possible d’attirer l’attention sur des exemples qui nous éviterons une recherche approfondie. Les groupes de ceux aveuglés par la vanité sont nombreux; cependant, ils se divisent en quatre grandes catégories :
la première catégorie concerne les savants.
La deuxième catégorie concerne les gens en général.
La troisième catégorie regroupe les mystiques.
La quatrième catégorie regroupe les détenteurs de biens matériels.
Tous ceux de ces catégories qui ont été dupés par la vanité se divisent en de nombreux autres groupes. Les aspects de leur vanité sont multiples. [En effet], il y en a qui voit le convenable dans le blâmable à l’instar de celui qui choisit la mosquée pour la décorer, [usant pour cela] de biens illicites.
Il en est parmi eux, qui ne fait pas de distinction entre l’activité qu’il déploie pour lui et celle qu’il déploie pour Dieu le Très-Haut à l’exemple du prédicateur dont l’ambition réside dans l’approbation de ses propos et le prestige.
Il en est qui délaisse le plus important pour s’affairer à autre chose, d’autres qui délaissent [ce qui, de la religion] est obligatoire au profit de [la pratique] surérogatoire et d’autres encore qui abandonne l’essentiel pour s’occuper du superficiel à l’instar de celui dont l’intérêt pour la prière est moindre que l’intérêt qu’il porte à la correction de l’origine des lettres ainsi qu’à d’autres éléments de base qui ne peuvent être éclairés que par un exposé détaillé des groupes [qui les constituent] et grâce aux exemples donnés.
Commençons avant tout par le rappel de la vanité des savants en exposant, en premier lieu, la condamnation de la vanité et sa seule signification propre.
E XPOSÉ DE LA CONDAMNATION DE LA VANITÉ , DE SA SIGNIFICATION PROPRE ET DES ASPECTS QU ’ ELLE REVÊT
Sache que les paroles du Très-Haut : « que la vie immédiate ne te trompe point et que le trompeur ne te trompe point sur Dieu », « mais vous vous êtes séduits vous-mêmes; vous avez tergiversé; vous avez intrigué; vos souhaits vous ont trompés » suffisent pour ce qui est de condamner la vanité, et le Messager de Dieu, que la paix et le salut soient sur lui, a certes dit : « combien meilleur est le sommeil des hommes doués de sagacité et combien ils surpassent les veillées nocturnes des sots et leurs interprétations de la [loi]. En vérité, une once de grain provenant d’un homme pieux et convaincu vaut mieux que la terre emplie d’hommes que la vanité a dupés », et : « l’homme doué de sagacité est celui qui soumet [les passions] de son âme et qui agit pour ce qui surviendra après la mort; le sot, quant à lui, est celui qui suit les passions de son âme et espère beaucoup de Dieu ». Tout ce qui a été rapporté concernant le bienfait du savoir et la condamnation de l’ignorance montre combien la vanité est méprisable, car on désigne par vanité certaines catégories de l’ignorance puisque l’ignorance consiste en ce que l’on soit convaincu d’une chose dont l’appréciation qu’on en fait est contraire à ce qu’elle est réellement. La vanité est de ce fait une ignorance, à ceci près que toute ignorance n’est pas nécessairement une vanité. Bien plus encore, le terme vanité évoque particulièrement celui qui se trompe sur une chose ainsi que celui abusé par une chose qui est donc ce qui le trompe. Chaque fois que celui qui s’applique avec assiduité à un travail [ou à étudier la loi], qui est convaincu d’une chose qui s’accorde avec la passion, et que la cause de laquelle découle l’ignorance est un argument spé

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents