De la crainte et de l´espoir
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

De la crainte et de l´espoir , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
90 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La crainte et l’espoir doivent continuellement animer et accompagner le serviteur croyant dans l’adoration qu’il voue à son Seigneur. Crainte et espoir sont inséparables. Tels deux ailes, ils portent l’aspirant dans son effort d’élévation pour se rapprocher d’Allah. Comme toute étape de la voie spirituelle, explique l’imam al-Ghazâlî, la station de la crainte et de l’espoir comportent l’assimilation d’une connaissance et la réalisation d’un état intérieur, qui conduisent à l’acquisition de vertus, elles-mêmes exprimées à travers des actions conformes. Al-Ghazâlî expose de façon détaillée, dans le style didactique et clair qui caractérise ses écrits, ces différentes dimensions, en se référant au Coran, au modèle prophétique et à l’exemple des saints de l’islam. Plus qu’un exposé théorique, il s’agit d’une leçon édifiante qui s’adresse au cœur du croyant, et qui témoigne également de l’expérience spirituelle de l’auteur. Il y a des degrés dans la crainte et l’espoir, qui varient selon leur objet, et suivant la progression spirituelle de l’aspirant. Selon le Coran, « parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah » (35 : 28). La connaissance et la pratique de la crainte et de l’espoir qui sont enseignées par les maîtres comme al-Ghazâlî amènent d’abord le disciple à s’élever à une adoration toujours plus pure et sincère : adorer Allah pour Lui-même, et non par crainte du châtiment de l’Enfer ou espoir en la récompense du Paradis. Néanmoins, si cette crainte-là et cet espoir-là doivent être dépassés, il ne s’agit pas pour autant d’abandonner toute crainte et tout espoir, mais de savoir plutôt Qui est seul véritablement digne de crainte et d’espoir.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2015
Nombre de lectures 91
EAN13 9791022501200
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0320€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Les Éditions Albouraq – Revivificaton des sciences de la religion –
© Dar Albouraq
Distribué par :
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
7, rue Henri François
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Comptoirs de ventes :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Librairie Albouraq
91, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Tel : 01 48 05 04 27
Fax : 09 70 62 89 94
E-mail : librairie11@albouraq.com
Site Web : www.albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1433-2012
ISBN 978-2-84161-552-0 // EAN 9782841615520
Imam Abû Hâmid Al-Ghazâlî
De la crainte et de l'espoir
Traduit de l’arabe par Idrîs De Vos
P RÉSENTATION
Nous sommes heureux de présenter aux Lecteurs un nouvel extrait de la somme Revivification des sciences de la religion , de l’imam Abû Hâmid al-Ghazâlî. Il s’agit de la traduction en français du livre III de la section des œuvres salutaires, qui porte sur « la crainte et l’espoir » ( kitâb al-khawf wa ar-rajâ’ ).
Allah révèle dans le Coran : « Seuls croient en Nos versets ceux qui, lorsqu’on les leur rappelle, tombent prosternés et, par des louanges à leur Seigneur, célèbrent Sa gloire et ne s’enflent pas d’orgueil. Ils s’arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, avec crainte et espoir ; et ils font largesse de ce que Nous leur attribuons. Aucun être ne sait ce qu’on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu’ils œuvraient . » (32 : 15-17)
La crainte et l’espoir doivent continuellement animer et accompagner le serviteur croyant dans l’adoration qu’il voue à son Seigneur. Crainte et espoir sont inséparables. Telles deux ailes, ils portent l’aspirant dans son effort d’élévation pour se rapprocher d’Allah. Telles les fonctions d’inspiration et d’expiration, ils aident l’initié à parcourir les stations de la connaissance divine et à agir en conséquence, en alimentant le cœur, et à travers lui, l’âme, et tout le corps.
Comme toute étape de la voie spirituelle, explique l’imam al-Ghazâlî, les stations de la crainte et de l’espoir comportent l’assimilation d’une connaissance et la réalisation d’un état intérieur, qui conduisent à l’acquisition de vertus, elles-mêmes exprimées à travers des actions conformes. Al-Ghazâlî expose de façon détaillée, dans le style didactique et clair qui caractérise ses écrits, ces différentes dimensions, en se référant au Coran, au modèle prophétique et à l’exemple des saints de l’islam. Plus qu’un exposé théorique, il s’agit d’une leçon édifiante qui s’adresse au cœur du croyant, et qui témoigne également de l’expérience spirituelle de l’auteur.
« Invoquez-Le avec crainte et espoir. La miséricorde d’Allah est proche de ceux qui pratiquent la vertu spirituelle . » (7 : 56)
Les maîtres du soufisme parlent de « contraction » ( qabd ) et d’« expansion » ( bast ) pour décrire les états spirituels de l’aspirant entre les mains d’Allah, Lui qui est al-Qâbid et al-Bâsit , Celui qui contracte et qui épanouit, qui retient et relâche, et qui retourne les cœurs. La crainte et l’espoir correspondent, sur un certain plan, à ce double mouvement du cœur sous les effets des Noms divins manifestant les attributs de Majesté et de Beauté, de Rigueur et de Miséricorde, qui appartiennent à Allah, dans la perfection de Sa transcendance et de Son immanence. La Majesté du Seigneur appelle la crainte révérencielle du serviteur, de même que Sa Miséricorde infinie justifie l’espoir. Le croyant est invité à vivre cette tension spirituelle vers Allah avec exigence et souplesse, en se souvenant que même les épreuves et les formes de rigueur apparente sont des manifestations de la Miséricorde divine surabondante.
Comme on va le voir dans ce livre, tous les maîtres, y compris l’imam al-Ghazâlî, ont toujours insisté sur la nécessité, pour l’aspirant, de préserver constamment une disposition dans laquelle crainte et espoir se complètent : tantôt ils s’équilibrent, tantôt l’un prévaut par rapport à l’autre – sans jamais l’éliminer néanmoins –, en fonction des conditions, des capacités, de la foi et de la connaissance spirituelle ; cela, afin d’éviter les confusions subtiles et les illusions de l’âme humaine qui préfère se fier à ses propres impressions, et suivre ses penchants, dans un sens ou dans un autre, au lieu de reconnaître son ignorance et de se soumettre réellement à la volonté d’Allah.
Il y a des degrés dans la crainte et l’espoir, qui varient selon leur objet, et selon la progression spirituelle de l’aspirant. Selon le Coran, « parmi Ses serviteurs, seuls les savants craignent Allah » (35 : 28). La connaissance et la pratique de la crainte et de l’espoir qui sont enseignées par les maîtres comme al-Ghazâlî amènent d’abord le disciple à s’élever à une adoration toujours plus pure et sincère : adorer Allah pour Lui-même, et non par crainte du châtiment de l’Enfer ou espoir de la récompense du Paradis. Néanmoins, si cette crainte-là et cet espoir-là doivent être dépassés, il ne s’agit pas pour autant d’abandonner toute crainte et tout espoir, mais de savoir plutôt Qui est seul véritablement digne de crainte et d’espoir.
L’Editeur
I NTRODUCTION
Au nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux
Louange à Dieu ! Lui dont on peut dûment espérer la récompense, et dont on doit légitimement craindre la ruse et le Châtiment ; Lui qui investit le cœur de Ses saints serviteurs du souffle d’espérance et les conduit progressivement, par Ses grâces bienveillantes, à se présenter sur Son divin parvis et à échapper à la demeure de l’épreuve où sont destinés à séjourner Ses ennemis ; Lui qui au moyen de la cravache de Sa crainte et de Sa ferme admonition frappe les visages de ceux qui se détournent de Sa présence, pour les reconduire vers la demeure de la récompense et des honneurs, et pour les soustraire à Sa colère et à Sa vengeance. Ainsi le Seigneur conduit-Il certaines de Ses créatures vers Son paradis au moyen des chaînes de Sa contrainte et de Sa rigueur, tout comme Il les conduit au moyen des rennes de Sa bienveillance.
Que la prière et le salut soient adressés à Muhammad, le souverain maître de Ses prophètes et le plus estimable des êtres créés, ainsi qu’à sa famille, ses compagnons et ses proches.
L’espoir et la crainte sont deux ailes grâce auxquelles les hommes rapprochés de Dieu s’envolent vers les plus louables stations spirituelles ; elles sont deux montures grâce auxquelles les pentes abruptes menant vers l’au-delà peuvent être gravies. N’était-ce les rennes de l’espérance, rien ne saurait conduire à la proximité du Miséricordieux et au repos paradisiaque, tant la route est longue, tant le fardeau est pesant, et tant le parcours est parsemé de désagréments et d’épreuves physiques. Et n’était-ce la cravache de la crainte et les assauts de la rigueur, rien n’écarterait du chemin de l’Enfer et du douloureux châtiment, tant le parcours est parsemé d’objets de convoitise attrayants et d’agréments séduisants.
Il convient donc de définir la nature de ces deux réalités, de mentionner leurs vertus respectives, et d’indiquer la voie à suivre pour les concilier, sachant qu’elles peuvent sembler contradictoires et antagoniques au premier abord. Nous en réunissons donc volontairement l’étude dans un même ouvrage partagé en deux parties : la première consacrée à l’espoir, la seconde à la crainte.
PREMIÈRE PARTIE
L’ESPOIR
D ÉFINITION DE L ’ ESPOIR
L’espoir est une des stations spirituelles des gens de la voie et un des états des aspirants. On appelle « station » ( maqâm ) cette disposition du fidèle si elle est constante et stable, et on l’appelle « état » ( hâl ) si elle est accidentelle et 

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents