L Afrique, Moïse et le monothéisme
161 pages
Français

L'Afrique, Moïse et le monothéisme

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
161 pages
Français
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteur dresse un panorama du péril religieux qui guette l'Afrique et mine tout projet de renaissance et d'unité du continent. Aussi, en remontant très loin dans l'histoire et en se fondant sur des faits sociologiques et anthropologiques, il montre en parcourant essentiellement l'oeuvre de Cheikh Anta Diop, comment l'Afrique a sorti l'humanité des ténèbres en posant les fondements des trois grandes religions monothéistes, voire même du bouddhisme.


Découvrez toute la collection Harmattan Sénégal en cliquant ici !

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 mai 2017
Nombre de lectures 42
EAN13 9782140037931
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait


Découvrez toute la collection Harmattan Sénégal en cliquant ici !
" />
16
SOgué DIarIsso
L’AFRIQUE, MÏSET LE MONOTHÉISME
L’AF R IQUE,MOÏSEE T L E MONOT HÉ ISME
SOGUÉDIARISSO
L’AF R IQUE,MOÏSEE T L E MONOT HÉ ISME
© L’HA R MAT TA N, 20175-7, rue de l’É cole-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-12161-1 EA N : 9782343121611
AVA NT-PR OPOS
Ce livre s'inscrit dans le prolongement des ré-flexions entamées dans l'ouvrage intitulé 'Le Long Pe-riple de la Maât' que j'ai écrit sous le nom d'emprunt Melki Sedek So.J e l'ai enrichi sur la base de nouveaux éléments que j'ai recueillis depuis sa parution, mais j'ai égal ement essayéd'en faciliter l'accè s autant que possible, en éla-guant certains éléments qui alourdissaient inutilement le texte et en rajoutant d'autres qui en élucidaient la compréhension. J e le dédie à mon à mon fils C.A .B Diarisso et à tra-vers lui, à tous les jeunes d'A frique parce que cel ui qui veut investir dans l'avenir, doit remplir ceux-ci de sa-voir. Qui sommes-nous ? Où sommes-nous? Où vou-lons-nous aller? A cet égard, une connaissance occidentale m'a une fois demandé si je pouvais lui expliquer pourquoi nos ambitions ne sont pas à la hauteur de notre potenti el : en effet, l'essentiel des ressources miniè res du monde soient concentrées dans notre Continent, peuplé, et essentiellement de jeunes. J 'ai essayé de lui expliquer, avec peu de succè s je dois dire, que ceux qui portent ces ambitions sont
7
SOGUÉDIA R ISSO
eux-mê mes le produit d'une société, qui a rompu de-puis fort longtemps avec ses racines traditionnelles, à mê me de lui façonner une âme unificatrice, une source inépuisable où elle pourra puiser, pour réaliser de grands desseins. A prè s avoir montré comment nous avons perdu cette âme unificatrice, je m'attacherai à donner des pistes pour la reconstituer. Ce livre est aussi un hommage à Cheikh A nta Diop, parce qu’il nous faudra traverser le terrain sinueux et glissant de l’histoire, et c’est lui essentiellement qui nous y guidera pas à pas, et ce faisant nous contri bue-rons par la mê me occasion à vulgariser auprè s du grand public son œ uvre monumentale. J e ne saurais poursuivre sans remercier les éminents chercheurs, J ean-Charles Coovi Gomez et J ean-Philippe Omotunde, parce que l’idée d’écrire un tel livre n’aurait jamais traversé mon esprit si je ne les avais pas lus et/ou écoutés, particuliè rement J ean-Charles Coovi Gomez. Merci encore à lui. Mes remerciements vont également à la trè s dispo-nible A made Ngom, pour l'excellent appui à la re-cherche documentaire et mon initiation à l'anthropolo-gie religieuse. Elle a fait preuve de disponibilité tout au long de la rédaction de ce livre, malgré les contraintes liées à la préparation de son doctorat en sociologi e.
8
INT R ODUC T ION
Cheikh A nta Diop, cet exceptionnel savant africain qui a contribué de façon décisive à établir les ori gines nè gres de l’É gypte antique et sa filiation à l’A fri que noire, relate dans l’inestimable patrimoine qu’il nous a légué quelques témoignages du poè te satirique J uvénal . Ceux-ci portent sur la régression énorme des É gyptiens en relation avec des faits datant de l’an 126 aprè s J .-C. Ces témoignages mettent en relief une société égyptienne pliant sous le poids des divinités totémiques et de la retribalisation. L a conséquence de la colonisation ininterrompue depuis les Perses, les Grecs jusqu’aux Romains, fut le retour à la barbarie de ce pays qui avait apporté jadis à l’humanité ses pl us belles lettres de noblesse dans le domaine de la science, des techniques, des arts, de la philosophie, de la cosmogonie. Ce mê me J uvénal décrit également dans ses Satires les luttes sanglantes et fratricides de deux clans dont les totems sont ennemis ; elles se seraient terminées par des scè nes d’anthropophagie. Tel fut le sort des descendants des anciens É gyptiens qui n’étaient plus maîtres de leur systè me d’éducation, donc de leur destin et étaient exposés en conséquence à toutes sortes d’influences pernicieuses.
 Cheikh A nta Diop, Antériorité des Civilisations Nè g res, Mythe ou VéritéHistorique, Paris, Présence A fricaine, 1993, pp. 244-245.
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents