La Maîtrise des deux désirs
55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

La Maîtrise des deux désirs , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
55 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comme dans tous ses autres écrits, l’imam Ghazâlî s’appuie sur le Coran, la Tradition prophétique, et l’exemple des Compagnons du Prophète, ainsi que sur les figures majeures de la spiritualité islamique, jusqu’à son époque, pour étayer son exposé et ses explications qui concernent ici la « maîtrise des deux désirs », les passions du ventre et du sexe. Sobre dans le propos et recourant, parfois, à la technique de l’incitation (targhîb) et de l’intimidation (tarhîb), de l’encouragement et de la mise en garde, Ghazâlî nous avertit contre la gloutonnerie, la luxure et la concupiscence. En effet, selon l’auteur, les désirs du ventre et du sexe sont les désirs les plus dévastateurs de l’âme, et leur excès conduit bien souvent à la faute et au péché. Outre ces deux vices, Ghazâlî traite aussi d’un troisième qui est celui, trop souvent négligé, du regard de concupiscence qui susciterait le désir sexuel. La faim, l’abstinence et le renoncement aux désirs passionnels font partie de la méthode de purification et de discipline de l’âme, qui est enseignée par les maîtres du soufisme, comme des autres grandes traditions spirituelles et religieuses. Dans cette ascèse à la fois spirituelle et corporelle, il ne s’agit pas de chercher à nier la réalité du corps ou à détruire les désirs qui passent par le ventre, le sexe et l’œil ce qui est impossible mais plutôt d’éduquer, d’élever et de disposer l’âme à la dimension sacrée et transformatrice de l’Esprit qui transcende les limites et les imperfections de la nature humaine grossière. En même temps, l’être humain est appelé à réaliser sa nature spirituelle plus profonde, en sachant dépasser la jouissance des plaisirs éphémères de ce monde, pour tourner son aspiration vers la réalité de l’Autre monde, « qui est meilleur et plus durable ».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 28 octobre 2015
Nombre de lectures 314
EAN13 9791022501217
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,024€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Les éditions Albouraq
– Revivificaton des sciences de la religion –
© Dar Albouraq
Distribué par :
Albouraq Diffusion Distribution
Zone Industrielle
7, rue Henri François
77330 Ozoir-la-Ferrière
Tél. : 01 60 34 37 50
Fax : 01 60 34 35 63
E-mail : distribution@albouraq.com
Comptoirs de ventes :
Librairie de l’Orient
18, rue des Fossés Saint Bernard
75005 Paris
Tél. : 01 40 51 85 33
Fax : 01 40 46 06 46
Face à l’Institut du Monde Arabe
Site Web : www.orient-lib.com
E-mail : orient-lib@orient-lib.com
Librairie Albouraq
91, rue Jean-Pierre Timbaud
75011 Paris
Tel : 01 48 05 04 27
Fax : 09 70 62 89 94
E-mail : librairie11@albouraq.com
Site Web : www.albouraq.com
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduction, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous les pays à l’Éditeur.
1433-2012
ISBN 978-2-84161-563-6 // EAN 9782841615636
Abû Hâmid Al-Ghazâlî
La maîtrise des deux désirs
(kitâb kasr al-shahwatayn)
Traduit et annoté par Hassan Boutaleb
P RESENTATION
Le kitâb kasr al-shahwatayn est le livre III du tome III, consacré aux causes de perdition, de Ihyâ’ ‘ulûm al-dîn , l’immense œuvre de l’imam Abû Hâmid al-Ghazâlî.
Comme dans tous ses autres écrits, l’imam Ghazâlî s’appuie, pour étayer ses propos, sur le Coran, la Tradition prophétique, et l’exemple des Compagnons du Prophète  , ainsi que sur les figures majeures de la spiritualité islamique, des premières générations jusqu’à son époque. L’exposé et les explications qu’il présente ici concernent la « maîtrise des deux désirs », c’est-à-dire la maîtrise des passions liées au ventre et au sexe.
Sobre dans le propos, et recourant parfois à la technique de l’incitation ( targhîb ) et de l’intimidation ( tarhîb ), de l’encouragement et de l'avertissement, Ghazâlî nous met en garde contre la gloutonnerie, la luxure et la concupiscence. En effet, selon l’auteur, les désirs de la nourriture et de la chair sont les passions les plus dévastatrices de l’âme, et leur excès conduit bien souvent à la faute et au péché. Outre ces deux vices, Ghazâlî traite aussi d’un troisième qui est celui, trop souvent négligé, du regard de concupiscence qui susciterait le désir sexuel.
La faim, l’abstinence et le renoncement aux passions font partie de la méthode de purification et de discipline de l’âme, qui est enseignée par les maîtres du soufisme, comme des autres grandes traditions spirituelles et religieuses. Dans cette ascèse à la fois intérieure et extérieure, il ne s’agit pas de chercher à nier la réalité du corps ou à détruire les désirs qui passent par le ventre, le sexe et l’œil – ce qui est impossible – mais plutôt d’éduquer, d’élever et de disposer l’âme à la dimension sacrée et transformante de l’Esprit qui transcende les limites et les imperfections de la nature humaine grossière. En même temps, l’homme est appelé à réaliser sa dimension spirituelle plus profonde, en sachant dépasser la jouissance des plaisirs éphémères de ce monde, pour tourner son aspiration vers la réalité de l’Autre monde qui est, nous dit le Coran, « bien meilleur et plus durable ».
L’Editeur
P REAMBULE
Louange à Dieu, Lui qui Se singularise par la Majesté de Sa Grandeur et de Son Elévation. Il est le [Seul] digne de louange, de sanctification, de glorification et de transcendance ; Lui qui est Equitable dans Ses jugements et Ses décrets ; Longanime Gracieux qui élargit Ses faveurs et bienfaits ; Garant de l’intégrité de toutes les ressources de Son serviteur et de tous ses états ; le Généreux qui lui octroie plus que de besoin, et comble tous ses espoirs ! C’est Lui qui le dirige et le guide vers la vérité et le bien, qui lui ôte la vie et la lui donne, qui le guérit quand il est malade, et le fortifie lorsqu’il faiblit. C’est Lui qui amène Son serviteur à Lui obéir et à trouver Son agrément, qui pourvoit à sa nourriture et l’abreuve, qui lui évite de périr, et le protège de la mort en le nourrissant et en lui procurant à boire.
Il le rend alors capable de subsister avec peu de nourritures, et le rapproche ainsi de Lui, si bien que les suggestions de Satan sont réduites, et qu’il peut contrarier les désirs, ennemis de l’âme. Le serviteur parvient ainsi à repousser le mal de cette dernière, à adorer son Seigneur et à Le craindre.
Le serviteur y parvient après que Dieu lui a accordé ce dont il se délecte et qu’il désire, et après qu’Il a suscité en lui appétit intense et grandes tentations afin de le mettre à l’épreuve et le mettre en examen, et voir combien il Le préfère à ses désirs et à ses souhaits, comment il observe Ses ordres et Ses interdictions, et comment il persiste dans Son obéissance et s’abstient de toute sédition.
Et que la grâce de Dieu soit sur Muhammad, Son serviteur, Son noble Prophète et sublime Envoyé. Une grâce qui le rapproche davantage de Lui, augmente ses bienfaits, élève et exalte encore plus son rang ! Ainsi que sur sa descendance pure et ses proches, ses Compagnons vertueux et leurs successeurs !
Sache que l’une des pires causes de perdition ( al-muhlikât ) est le désir du ventre ( shahwat al-batn ). C’est lui en effet qui fut responsable de l’expulsion d’Adam et Eve de cette Demeure de la Permanence qu’était le Paradis. Ils en furent chassés pour être jetés dans la demeure caractérisée par l’humiliation et l’indigence, et ce, pour avoir cédé au désir du ventre et mangé de l’arbre qu’on leur avait interdit d’approcher. « C’est alors que leur nudité leur apparut. » 1
Après le ventre, source des désirs et origine des maladies et des fléaux, vient le désir sexuel ( shahwat al-faraj ), et l’attrait intense et inconsidéré pour les femmes. Ces deux sortes de désir concupiscent poussent à convoiter prestige et richesses pour pouvoir avoir de nombreuses femmes et toutes sortes de pitances.
Cette dernière aspiration suscite à son tour les frivolités, l’esprit de compétition et la jalousie, entraînant le fléau de la bigoterie et les dangers inhérents à la vantardise, à l’ostentation de richesses et à l’effronterie, lesquels vices se transforment en rancœur, convoitise, animosité et haine, et conduisent l’individu à causer du tort, à se montrer injustice et à répandre la corruption.
Tout cela est le résultat de l’inattention de l’individu qui, se réjouissant d’avoir mangé à satiété et rempli son estomac, ne prête plus suffisamment attention aux conséquences. Si l’homme dominait son âme à travers la faim et contrecarrait ainsi les assauts de Satan en réduisant ses moyens d’influence, il la contraindrait alors à l’obéissance à Dieu, la détournerait de la voie de l’ingratitude et de la tyrannie, l’empêcherait d’être englouti par ce monde et de préférer cette vie à l’Autre, et lui éviterait de lutter avec autant d’acharnement pour les choses de ce monde.
Dès lors que les fléaux liés au ventre augmentent démesurément, il incombe d’en expliquer les dangers et les vices afin de les prévenir, et d’exposer clairement la méthode permettant de lutter contre eux, en mettant en évidence tout le mérite qu’il y a à s’y opposer. Il sera tout autant nécessaire d’expliquer avec précision ce qu’est le désir sexuel, lequel dépend directement des plaisirs du ventre. C’est ce que nous tâcherons de faire dans les chapitres qui vont suivre.
C HAPITRE I
L A FAIM ET LA SATIÉTÉ SELON LES SOURCES TRADITIONNELLES
[De nombreuses traditions prophétiques vantent les mérites de la faim et condamnent la gloutonnerie.] Ainsi, l'Envoyé de Dieu  a dit : « Luttez contre vos âmes par la faim et la soif. La rétribution qui en découle est semblable à celle obtenue par celui qui combat dans la Voie de Dieu. Il n’y a rien qui plaise plus à Dieu que de voir chez Son serviteur la faim et la soif ! » 2
D’après Ibn ‘Abbâs 3 , le Prophète  a dit : « N’entrera pas au royaume des cieux celui qui aura rempli son ventre. » 4
Quand on demanda au Prophète qui est le meilleur des hommes, il répondit : « Celui qui mange et rit p

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents