La Trinité: Jesus est Il-Dieu ?
106 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

La Trinité: Jesus est Il-Dieu ? , livre ebook

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
106 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Description

La Trinité est encore mal comprise aujourd'hui. Cela donne lieu à de plus en plus d'attaques contre la divinité de Jésus. Cet ouvrage apporte des éléments supplémentaires à ce qui a déjà été écrit sur le sujet et offre des réponses bibliques en réfutation des attaques contre la divinité de Jésus.
Une étude biblique complète sur le sujet, il est concis et de style apologétique. Il guide le lecteur à travers une revue des principes bibliques qui lui permettent de comprendre la doctrine de la trinité, et présente un enseignement biblique approfondi sur la divinité de Jésus.
Basé uniquement sur les Écritures, il permet également au lecteur de se mettre dans la bonne perspective pour approfondir ses connaissances bibliques et aiguiser son appétit pour l’étude de la parole de Dieu.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2021
Nombre de lectures 3
Langue Français

Exrait

LA TRINITÉ
 
Jésus est-Il Dieu ?
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Mawuli Togbi-Wonyo
 
 
 
 
 
 
 
© 2021, Mawuli Togbi-Wonyo
Sauf mention contraire, les textes bibliques cités sont tirés de la version Louis Second.
Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit ni transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l’éditeur.
Ce livre a été publié sous la division auto-publication ‘Publiez votre livre  ! ’ des Éditions l'Oasis. Les Éditions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques que grammaticales, et ne sont pas forcément en accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme.
Date de publication : 2ième trimestre 2021.

9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France
Tél (33) (0) 468 32 93 55
Fax (33) (0) 468 91 38 63
Email: contact@editionsoasis.com
 
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com.
 
Vous avez écrit un livre, et vous cherchez un éditeur ? Vous pouvez publier votre livre via Éditions l'Oasis ! RDV sur notre site, rubrique ‘Publiez votre livre !’ pour plus d’informations.
 
Table des matières
 
Avant-propos
Introduction
PREMIÈRE PARTIE
La Trinité & l’homme
DEUXIÈME PARTIE
La Trinité & la Déité de Jésus
TROISIÈME PARTIE
Autres vérités bibliques sur la Trinité

 
Avant-propos
 
 
 
 

C
et ouvrage est une étude sur la doctrine de la Trinité et de la Divinité de Jésus telle qu'elle est enseignée dans la Bible, la Parole de Dieu.
Je prie pour que ces leçons aident les étudiants de la Bible, les pasteurs et les laïcs, dans leurs études bibliques.
Ceci est un traité complet sur la doctrine en question !
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« … Afin qu'ils aient le cœur rempli de consolation, qu'ils soient unis dans la charité, et enrichis d'une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science. »
Colossiens 2: 2,3
 
Introduction
 
 
 

L
a doctrine de la Trinité est un mystère. Dans l'Ancien Testament, elle n'est que partiellement révélée. On y trouve des allusions à plusieurs endroits. Mais c’est dans le Nouveau Testament, et surtout avec l’avènement de notre Seigneur et Sauveur Jésus Christ, que l’on a commencé à saisir la nature tripartite de la Divinité. Malgré la révélation et les enseignements de Jésus Lui-même à ses disciples, la Trinité demeura une énigme qui n’était pas bien comprise. Ce n'est qu'au temps de la dispensation de l'Église - avec l'illumination du Saint-Esprit et, plus tard, le canon complet des Écritures - que la doctrine de la Trinité a commencé à avoir beaucoup plus de sens.
Les évangiles, en particulier l'évangile de Jean, enseignent beaucoup de choses sur la Trinité et mettent l'accent sur l’union et l'égalité absolue qui existent entre les trois Personnes qui constituent la Sainte Trinité. Jésus a affirmé, non seulement sa Divinité, mais également son égalité avec le Père à plusieurs occasions, ce qui ne fut pas accepté par la majorité des chefs religieux de son temps. Nous voyons aujourd'hui la même attitude sceptique à l'égard de la doctrine de la Trinité et de la Divinité de Christ, malgré tous les enseignements infaillibles du canon complet de l'Écriture et les preuves qui s'y trouvent.
Il peut être difficile de pouvoir comprendre la Personne de Jésus et ses prétentions. C’est cette difficulté qui est à l’origine des disputes et des débats acharnés et incessants, et c’est elle qui fait que beaucoup de chrétiens professent la Trinité extérieurement, mais, intérieurement, ils ont un vide, un manque de connaissance et de conviction quant à la doctrine.
Il y a ceux qui confessent et adhèrent à la doctrine parce qu'ils acceptent le témoignage de la Bible, mais ils combattent parfois le doute. Ils ne veulent pas nourrir une croyance qui soit contraire à la doctrine, mais les arguments et les dénégations de quelques personnes réputées et respectées, des amis et ennemis de la Bible, les déconcertent et les laissent avec un sentiment de malaise et de confusion. Ils se sentent perdus et ressentent un fort penchant contre la doctrine, mais ils ne veulent pas non plus ignorer le témoignage aussi convaincant, disponible dans la Bible pour croire le contraire. Ils souhaitent pouvoir être fermes et défendre hardiment leurs convictions, mais, reconnaissant leur manque de connaissance suffisante sur le sujet, ils se retirent et observent en silence.
Puis, il y a ceux qui, comme le groupe précédent, croient complètement en la Trinité, se battraient et mourraient même pour la doctrine quand cela deviendrait nécessaire, mais ils ne peuvent tout simplement pas la défendre. Pour eux, les Écritures l'enseignent clairement et cela suffit. Ils n'accepteraient pas les excuses flagrantes ni ne prêteraient oreille aux thèses des négateurs de la Trinité. Ils savent sans équivoque que Dieu est Trinité. Tout comme le groupe précédent, ils souhaitent également pouvoir la défendre.
Ensuite, il y a ceux qui y avaient cru, mais n’y croient plus. Ils ont accepté d'autres enseignements et choisi d'ignorer les Écritures, acceptant et s'appuyant sur le raisonnement faillible d'hommes confus, qui contrarient la révélation et le témoignage infaillibles de la Parole de Dieu. Ils ont embrassé la folie du monde plutôt que la sagesse de Dieu.
Pire encore est le cas de ceux qui professent adhérer à la doctrine, mais dont les discours, les écrits et les raisonnements semblent indiquer autre chose.
Enfin, il y a ceux qui n'y ont jamais cru et ne le feront jamais. Ils ont fermé leurs cœurs et leur esprit aux vérités de l'Écriture et à l'autorité de la Bible. Ce sont les antéchrists ou ennemis de Christ qui détestent de façon ouverte et virulente la simple mention de la Trinité et du nom de Jésus. Pour eux, la Trinité n’existe pas et Jésus ne fut rien de plus qu’un simple humain, doté d’un savoir-faire et d’un pouvoir paranormal, un bon professeur de morale qui a su positivement influer sur son monde. Pour d’autres, Jésus n’est qu’un simple prophète ou ange de Dieu. Ils abhorrent le bienheureux Sauveur et ses revendications d'égalité avec le Père.
La doctrine doit être très importante si elle suscite tant de controverse parmi les gens de tous les niveaux théologiques ! Elle l’est en effet parce qu’elle touche l'essence même et la nature de Dieu. J'espère que cette étude aidera beaucoup à mieux comprendre la doctrine afin de pouvoir pleinement profiter de la bénédiction incommensurable et infinie qu'elle comporte.
Je prie pour que cette étude aide ceux qui s'opposent à la doctrine de la Trinité afin qu’ils s'abstiennent de s'opposer aux Écritures.
Je prie aussi sincèrement que le non-croyant qui lit cette œuvre reconnaisse son besoin du Sauveur et place sa confiance dans le seul Sauveur Jésus !
 
 
 
 
 
 
 
 
PREMIÈRE PARTIE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« L'insensé dit en son cœur : Il n'y a point de Dieu ! Ils se sont corrompus, ils ont commis des actions abominables ; Il n'en est aucun qui fasse le bien. »
Psaume 14:1
La Trinité & l’homme
 
 
Introduction

N
ous n'avons pas besoin d’écrire un long chapitre en vue de chercher à prouver l'existence de Dieu. Plusieurs ouvrages qui traitent en profondeur des indices qui proclament indéniablement l'existence de Dieu ont été écrits. L'existence de Dieu n'a pas besoin d'être prouvée parce que :
« Les cieux racontent la gloire de Dieu, et l'étendue manifeste l'œuvre de ses mains. Car ce qu'on peut connaître de Dieu est manifeste pour eux, Dieu le leur ayant fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient comme à l'œil, depuis la création du monde, quand on les considère dans ses ouvrages. Ils sont donc inexcusables, puisque ayant connu Dieu, ils ne l'ont point glorifié comme Dieu, et ne lui ont point rendu grâces ; mais ils se sont égarés dans leurs pensées, et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. »
Psaume 19:1; Romains 1:19-21.
 
Si vous vous retrouvez dans l’une des catégories décrites plus haut, je vous encourage vivement à lire cet ouvrage avec le désir et la volonté d’un esprit ouvert. Les enseignements bibliques sur la Trinité sont profonds. Ils peuvent paraître compliqués surtout pour l'homme non régénéré.
Je voudrais bien commencer tout en supposant que le lecteur a déjà les connaissances de base requises pour une bonne compréhension de la doctrine en question, mais, compte tenu de l’importance fondamentale de celle-ci, il serait mieux de revoir brièvement ces connaissances de base.
 
Le nom pluriel de Dieu
En hébreu, Dieu est connu sous plusieurs noms. Ces noms en eux-mêmes décrivent des caractéristiques divines que personne d'autre ne possède ou ne peut posséder si ce n'est Dieu. Par exemple, le nom Yahvé ou Jéhovah désigne l’existence par Lui-même et l'éternité de Dieu. Ce n’est pas pour rien que Dieu, par la main de Moïse, a choisi de confirmer sa propre existence et son droit de propriété exclusive sur l’univers dès le premier verset de Genèse : «  Au commencement, Dieu créa les cieux et la terre ». La Bible tout entière parle du Dieu éternel.
Les savants juifs et non-juifs ont tenté à maintes reprises de définir Dieu. Aussi simple que cela paraisse, Dieu est si profond qu'aucun homme ne l'a jamais compris pleinement. Bien de bonnes choses et quelque peu profondes ont été révélées au cours des siècles par le biais d'études approfondies de la Parole de Dieu, mais, toutes ces choses réunies, n'ont fait que gratter la surface de toute l'essence du terme ou de l'Être. Même Satan, grand et puissant qu’il soit, ne connaissait pas pleinement la profondeur de son Créateur sinon, il n’aurait pas tenté une rébellion contre Lui. Personne ne connaît les profondeurs de Dieu !
Dans Genèse 1:1, les Écritures nous disent que Dieu a créé les cieux et la terre au commencement. Le nom hébreu utilisé pour Dieu est Élohim . C'est la forme plurielle de El ou Éloah . Il dénote une pluralité. El parle d'un Être grand et puissant. Le Dieu de la Bible nous est révélé comme un Être suprême, bon, existant en Lui-même, autosuffisant, omniscient, tout-puissant, omniprésent, etc. Malgré qu’Il soit beaucoup trop grand pour être expliqué en termes humains, Dieu a choisi de se révéler aux hommes. En raison de cette révélation, des fragments de son essence peuvent être saisis, même si c’est parfois difficile d’expliquer ces fragments qui nous ont été révélés. Tel est Dieu et c'est la raison pour laquelle Lui seul est Dieu ! « Prétends-tu sonder les pensées de Dieu, parvenir à la connaissance parfaite du Tout-Puissant ? Elle est aussi haute que les cieux : que feras-tu ? Plus profonde que le séjour des morts : que sauras-tu ? La mesure en est plus longue que la terre, elle est plus large que la mer.  » (Job 11:7-9).
 
Dieu emploie le pluriel pour Lui-même
C’est plutôt difficile de lire le livre de Genèse et ne pas remarquer le soin qui est apporté à l'usage du pluriel dans le langage de Dieu dans les premiers chapitres. Dans Genèse 1:26, nous lisons «  Puis Dieu dit : Faisons l'homme à notre image, selon notre ressemblance ». L’usage du pluriel dans cette phrase ne peut être négligé.
Dans le troisième chapitre de Genèse, l’homme jouissait d’une douce communion quotidienne avec Dieu jusqu’à ce que le diable n’ait apparu sur la scène. Auteur de perturbations et de confusion, Satan, incita l'homme à la rébellion contre le Dieu tout-puissant. Le péché fut le résultat de cette rébellion. Après la chute de l'homme, conséquence d'une désobéissance directe aux instructions de Dieu concernant l'arbre de la connaissance du bien et du mal, nous lisons dans le vingt-deuxième verset : «  L'Éternel Dieu dit : Voici, l'homme est devenu comme l'un de nous (un autre pronom pluriel), pour la connaissance du bien et du mal.  » Le péché étant entré dans le monde, en vue de l’empêcher de manger du fruit de la connaissance du bien et du mal, Dieu le chassa du magnifique jardin pour qu'il cultivât la terre, nous disent les Écritures.
Genèse 11 nous parle d'une autre rébellion contre Dieu. Cette fois, l'homme choisit de désobéir au commandement de Dieu de se multiplier et de remplir la terre. Sous l'influence de Nimrod, la terre entière, ne parlant qu'une seule langue, décida de construire une ville et une tour afin de ne pas être « dispersés sur la face de toute la terre. » Nous devons nous rappeler que cela se produisit quelques générations seulement à partir de Noé, après le déluge, lorsque Dieu ordonna clairement à Noé et à ses fils d'être féconds, de se multiplier, et de remplir la terre.
«  Et l'Éternel dit : Voici, ils forment un seul peuple et ont tous une même langue, et c'est là ce qu'ils ont entrepris… Allons ! Descendons , et là confondons leur langage … » Genèse 11: 6-7. Nous voyons ici une autre indication de la pluralité au sein de la Divinité. Ces exemples sont importants parce qu’ils nous aident à établir une vérité fondamentale nécessaire pour réfuter la tendance de certains à ne pas tenir compte de ces pronoms et à ne leur attribuer aucune signification particulière. Chaque petit mot de la Sainte Parole de Dieu est très important !
Un autre exemple que nous pouvons citer est Ésaïe 6:8 «  J'entendis la voix du Seigneur, disant: Qui enverrai-je, et qui marchera pour nous ? »
 
La Trinité
Bien que le terme Trinité ait dû être inventé plus tard après les apôtres, la doctrine existait bien avant eux et était bien enseignée par notre bienheureux Seigneur et Sauveur Jésus-Christ. Le fait que les croyants des premiers âges du christianisme aient été lents à le saisir ne fait pas de la doctrine quelque chose de nouveau. Cette façon de voir la doctrine mène certains à penser que c’est l’invention de quelques hommes qui ont essayé d’insérer dans la Bible une nouvelle chose qui n’était pas censée y être. Ceci n’est pas le cas ! La doctrine est fondée dans la Divinité depuis le commencement des temps, mais avait été progressivement révélée au fil des ans.
Ainsi, la notion de la Trinité de Dieu, c’est-à-dire le Père, le Fils et le Saint-Esprit, puise sa source dans les Écritures et c’est selon cette réalité que Dieu créa l’homme.
 
Le Père
Comme nous le savons déjà, la Bible est divisée en deux grandes parties à savoir l'Ancien Testament et le Nouveau Testament. Outre cette division, la Bible peut également être divisée en trois parties, chaque partie mettant plus en évidence l'une des Personnes de la Divinité. Dans la première division, de Genèse à Malachie, nous pouvons voir que la révélation concerne essentiellement Dieu le Père. Le Fils nous est plus clairement révélé dans le Nouveau Testament, en particulier les évangiles, et le Saint-Esprit dans Actes et les épitres. Nous voyons par là une structure qui reflète la nature trinitaire de Dieu.
En outre, suivant le même ordre de division, on peut facilement remarquer que chaque Personne de la Divinité semble être plus directement active ou plus impliquée dans les affaires des hommes que les deux autres. Mais nous devons toutefois comprendre que toutes les trois sont toujours présentes, bien mentionnées dans chaque division, qu’elles fonctionnent toujours ensemble et qu’elles sont directement impliquées dans les affaires humaines.
 
L'âme
Quand je pense au Père, la première Personne de la Divinité, je pense à Lui comme à l’âme. Notre âme est notre vraie personne. Ainsi, une attitude ou un sentiment affiché qui n’émane pas de l’âme est non-authentique. La sincérité ou l'authenticité chez l’homme implique son âme. Une personne peut avoir mal dans son corps, mais pas dans son âme. Le corps montre des signes extérieurs plus sincères et intenses de douleur ou d’affection lorsque celles-ci proviennent de l'âme.
C'est la raison pour laquelle la repentance pour le Chrétien, comme pour le non-chrétien, doit avoir lieu dans l'âme. Ceci explique également la raison pour laquelle le culte à Dieu doit émaner de l'homme intérieur, de l'âme. Dieu a horreur des services des lèvres et des simples sacrifices corporels. Il honore et accepte la circoncision du cœur (intérieure). Dieu dit à Samuel «  L'Éternel ne considère pas ce que l'homme considère ; l'homme regarde à ce qui frappe les yeux, mais l'Éternel regarde au cœur. » I Samuel 16:7. Dieu fait allusion à la personne intérieure, car Il considère la disposition de l'âme.
Par conséquent, la Bible utilise parfois le mot âme pour désigner l’homme. Jacob dit à son fils chasseur aîné, Ésaü : «  Maintenant donc, je te prie, prends tes armes, ton carquois et ton arc, va dans les champs, et chasse-moi du gibier. Fais-moi un mets comme j'aime, et apporte-le-moi à manger, afin que mon âme te bénisse avant que je meure. » Genèse 27: 3, 4.
C’est aussi pourquoi il nous est commandé d'aimer le Seigneur Dieu de tout notre cœur, de toute notre âme et de tout notre esprit (Mathieu 22:37 voir aussi Deutéronome 10 :12). Le véritable amour vient du for intérieur de l’homme et implique toujours son âme.
 La transgression contre Dieu a également lieu dans l'âme. L'homme est pécheur parce que son âme est souillée. Quand Adam et Eve péchèrent contre Dieu, ce ne fut pas leur corps qui pécha. Ce fut plutôt leur âme. C'est pourquoi Dieu dit : «  L'âme qui pèche, c'est celle qui mourra  » Ézéchiel 18:20 (voir aussi Romains 2:8,9). Dieu institua le rite du sacrifice dans l'Ancien Testament en tant que prototype ou image du sacrifice de Christ, qui est le seul moyen de faire expiation pour l’âme et de la purifier (Lévitique 17 :11).
 
L'âme de la Divinité
De même que l'âme est l'essence de l'homme, le Père est l'essence de la Divinité. Il est comme l'âme, la substance de Dieu. Il est intéressant de noter que Dieu se désigne Lui-même en tant qu’âme en faisant usage du même mot dont Il a fait usage pour désigner l’homme : «  J'établirai ma demeure au milieu de vous, et mon âme ne vous aura point en horreur » Lévitique 26:11. Si vous lisez les versets qui suivent, vous verrez ce que Dieu essayait de montrer à son peuple. Dieu faisait comprendre à Israël que si leur âme le méprisait, ainsi que ses statues, ses ordonnances et ses jugements, Il les châtierait à son tour et son âme les abhorrerait.
La corrélation entre Dieu le Père et l'âme ne peut être ignorée. Il est crucial pour nous de comprendre ce concept si nous voulons comprendre la relation qui existe entre les Personnes de la Divinité, en particulier entre le Père et le Fils. Tout comme l'âme, le Père est représenté dans les Écritures comme la source de toutes les émotions, actions et décisions au sein de la Divinité. Il assume la fonction de l’âme. Lorsque Jésus dit dans ses propos qu’Il est envoyé du Père et qu’Il ne fait que la volonté du Père, Il fait certainement allusion à ce concept qui existe dans la Divinité. Cela n'implique nullement que Jésus est inférieur au Père !
C'est dans le corps et ses actions que s'expriment les sentiments, les émotions et les intentions de l'âme. Ce n'est pas un hasard si les sentiments, les émotions et les intentions de Dieu le Père sont manifestés au monde en Jésus. C'est pourquoi il est écrit :
« Car Dieu [le Père] a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui [le Fils] ne périsse point, mais qu'il ait la vie éternelle »
Jean 3:16.
 
« Mais Dieu [le Père] prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »
Romains 5:8.
 
Le Fils
Nous venons de parler de Dieu le Père en relation avec l'âme. Nous devons prendre un peu de recul et considérer le terme « Père ». On a déjà parlé de Dieu en tant que Père. Mais Dieu est difficilement considéré ou aperçu comme un Père dans l'Ancien Testament par son peuple. Quelques prophètes ont essayé de le présenter comme Père, par exemple David (Psaume 68:5; 89:26) et Ésaïe (Ésaïe 63:16; 64:7). Ésaïe par l'Esprit de Dieu a prophétisé de Jésus comme le Père Éternel (Ésaïe 9:5). Les prophètes Ésaïe et Jérémie ont transmis au peuple d’Israël la promesse de Dieu d'être un Père pour eux. Pour les Israélites, Dieu était leur Dieu. Ils ne l’avaient pas honoré comme leur Père (Malachie 1:6). Bien sûr, Dieu avait toujours agi comme Père envers eux, mais les Israélites ne se référaient pas à Lui comme tel. La notion de Dieu en tant que Père n'est pas généralement connue dans l'Ancien Testament.
Le concept de Dieu en tant que Père est présenté à nouveau par notre Seigneur Jésus-Christ. Avant la venue de Jésus, Israël avait vécu dans une période de silence pendant quatre cents ans. Pendant ce temps, Dieu ne leur avait pas parlé et eux non plus ne l'avaient pas vraiment cherché. Ils s’étaient aliénés davantage de Dieu. Ce fut une période de silence inconfortable en raison du rejet continu de Dieu et de la rébellion contre Lui par Israël. La voix de Dieu ne se faisait plus entendre. Ils avaient pendant si longtemps rejeté sa parole et persécuté ses prophètes que Dieu avait cessé de leur parler et leur avait tourné le dos à son tour. Mais Dieu ne les avait pas abandonnés. Ils ne savaient pas que Dieu allait les traiter d’une autre manière et introduire une dispensation qui serait de loin supérieure à celle qu'ils avaient connue jusque-là.
Quand la plénitude du temps arriva, Jésus descendit du ciel et commença à enseigner des choses qui étaient nouvelles pour les oreilles de la nation juive. Il commença à enseigner et à présenter Dieu comme son Père et leur Père. C'était étrange aux Juifs. Ils attendaient depuis longtemps la venue du Messie qui leur avait été promis, mais ils n'étaient pas prêts pour les enseignements qu’ils entendaient.
Jésus enseigna comme aucun des prophètes ou des chefs religieux n’avait enseigné. Il parla si souvent de son Père. Non seulement Jésus leur présenta Dieu comme Père, mais Il introduisit également la doctrine trinitaire. Il se référa à Lui-même comme le Fils de Dieu. Ses enseignements et ses revendications d'égalité avec le Père rendaient les chefs religieux de son temps furieux au point qu'ils avaient maintes fois cherché à le détruire.
 
Le corps
Il présente des propriétés inférieures à celles de l’âme. Il est confiné au naturel et présente beaucoup de limitations. Le corps est physique alors que l'âme est spirituelle. Il bouge et fonctionne, mais, c’est l’âme qui sert de source de motivation et qui constitue le centre de commande des actions du corps. Lorsque cet homme intérieur subconscient qu’est l’âme est retiré du corps, celui-ci devient mort et inanimé. Même si le corps ne sert que de revêtement extérieur à l'âme, il est doté de capacités étonnantes.
Dieu s’est incarné dans un corps comme le nôtre, mais sans péché. Tout comme nous savons que seul Dieu est sans péché, Jésus était sans péché. Il ne pouvait pas être vaincu par le péché, car le péché n'avait aucun pouvoir sur Lui (Hébreux 4:15).
Dans son incarnation, Jésus éprouvait de la douleur et était sujet à des faiblesses humaines telles que la fatigue, l'épuisement, la soif, la faim, etc. Il avait chaud et Il avait froid. Il connaissait la tristesse, le chagrin, la joie et le bonheur. Il avait ressenti de la douleur et versé des larmes. Il fut sujet à tout cela, même à la mort sur la croix, afin de sauver les hommes de leur péché. Tout cela était soumis à sa volonté parce qu’Il possédait aussi la nature divine en Lui.
Ce que beaucoup ont de la peine à concilier, c'est le fait que Christ ait montré des imperfections humaines pendant son séjour sur terre, ce qui les mène à exprimer beaucoup de réserve ou carrément un refus en ce qui concerne sa Divinité. Mais les Écritures ont prédit toutes ces choses et nous en ont donné les raisons.
« Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, -Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché , son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous , qui marchons, non selon la chair, mais selon l'esprit. »
Romain 8:3-4.
 
« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort , même jusqu'à la mort de la croix . » Philippiens 2:5-8.
 
« Mais celui qui a été abaissé pour un peu de temps au-dessous des anges, Jésus, nous le voyons couronné de gloire et d'honneur à cause de la mort qu'il a soufferte, afin que, par la grâce de Dieu, il souffrît la mort pour tous.  »
Hébreux 2:9.
 
« Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort , c'est-à-dire le diable » Hébreux 2:14.
 
« Car assurément ce n'est pas à des anges qu'il vient en aide, mais c'est à la postérité d'Abraham. En conséquence, il a dû être rendu semblable en toutes choses à ses frères, afin qu'il fût un souverain sacrificateur miséricordieux et fidèle dans le service de Dieu, pour faire l'expiation des péchés du peuple ; car, ayant été tenté lui-même dans ce qu'il a souffert, il peut secourir ceux qui sont tentés. »
Hébreux 2:16-18.
 
« Or, vous le savez, Jésus a paru pour ôter les péchés , et il n'y a point en lui de péché. »
1 Jean 3:5.
 
Et c’est justement pour ces raisons qu’Il a montré des imperfections ou faiblesses humaines. Il ne pouvait pas mourir et ainsi accomplir les Écritures s'Il n'avait pas ces faiblesses ! Ceci n’annule en rien le fait qu’Il soit Dieu comme nous l’indiquent bien les Écritures.
« Car il a été crucifié à cause de sa faiblesse , mais il vit par la puissance de Dieu … »
2 Corinthiens 13:4.
 
Le corps de la Divinité
Nous allons maintenant examiner les controverses concernant la Divinité de Christ. Est-ce un rabaissement de Dieu de dire qu'Il est venu dans un corps ?
Tout d'abord, nous devons nous tourner vers l'Ancien Testament pour examiner quelques évidences frappantes de l'apparition de Dieu dans la chair en commençant par le livre de Genèse.
 
Abraham
Entre Genèse 15 et 18, Dieu apparut à Abraham trois fois. Les deux premières fois, Dieu lui apparut dans une vision. La troisième fois, Dieu lui fit une apparition corporelle. Genèse 18 commence : «  L'Éternel lui apparut [Abraham]… ». Les versets 9 à 15 corroborent le fait qu'il s'agissait de Dieu et les versets 23 jusqu’à la fin du chapitre ne peuvent pas être plus clairs en affirmant que Dieu Lui-même descendit pour révéler son dessein divin à son fidèle serviteur concernant le sort de Sodome et de Gomorrhe. De plus, le pronom personnel répété «  Je  » comme dans «  Cacherai- je à Abraham ce que je vais faire ?  », «  C'est pourquoi je vais descendre, et je verrai... » ou dans «  Si je trouve dans Sodome cinquante justes au milieu de la ville, je pardonnerai à toute la ville ...  » indique irréfutablement qu'il s’agit bien de Dieu. Le chapitre se termine même en disant : «  L'Éternel s'en alla lorsqu'il eut achevé de parler à Abraham  ». Il est bien clair que Dieu apparut à Abraham dans la chair, dans un corps, et Abraham communiqua avec Lui face à face comme avec un homme (voir Genèse 18:2).
 
Agar
Au milieu des apparitions et visions de Dieu à Abraham, le seizième chapitre de Genèse donne le récit d’une apparition céleste à Agar, la femme de chambre de Saraï et la concubine d'Abram, dans le désert après sa fuite de chez sa maîtresse. Les Écritures sont très méticuleuses en nous présentant ce récit. Au lieu de dire le Seigneur, le récit dit plutôt, «  l’ange de l'Éternel  » est apparu à Agar. Quatre fois le terme «  ange de l'Éternel  » apparaît dans le court récit. Comme nous pouvons l’examiner depuis le début du verset 7, seul Dieu peut converser avec un homme de cette façon : «  D'où viens-tu?  », « Où vas-tu? », «  Retourne vers ta maîtresse, et humilie-toi sous sa main », «  Je multiplierai ta postérité, et elle sera si nombreuse qu'on ne pourra la compter  ». Un simple ange envoyé comme messager à Agar ne l'engagerait pas dans une conversation de cette manière. Le style est très semblable à Dieu. Et la Bible souligne qu’Agar « appela Atta-El-roï le nom de l'Éternel [Jéhovah] qui lui avait parlé.  » Le récit nous dit bien clairement qu’elle a vu et parlé à l’Éternel (verset 13).
 
Jacob
La prochaine apparition corporelle de Dieu eut lieu lorsque Jacob lutta avec Dieu (Genèse 32:24-30). Dieu était apparu à Jacob avant cette époque, mais dans une vision de rêve. Maintenant, Dieu lui apparut corporellement. Certains pensent que ce n'était pas Dieu, mais un ange. Il y a un problème avec cela. Premièrement, le récit ne dit pas que c’était un ange, mais plutôt Dieu : «  car tu as lutté avec Dieu et avec des hommes, et tu as été vainqueur » (verset 28). Jacob lui-même déclara, «  j'ai vu Dieu face à face, et mon âme a été sauvée » (verset 30).
Deuxièmement, il n’y a pas de récit ailleurs dans l’ensemble des Écritures où un ange a pris sur lui de bénir un homme et cela directement. Veuillez observer attentivement le récit : «  Quel est ton nom ? ... ton nom ne sera plus Jacob, mais tu seras appelé Israël... Pourquoi demandes-tu mon nom ? Et il le bénit là.  » Cela ressemble plutôt à un Être céleste qui possède une autorité suprême. Il n'a pas dit : « Le Seigneur te bénira. » Le récit nous dit qu’Il bénit Jacob là sur le champ. Et c'est la première fois que le nom Israël est utilisé dans les Écritures, une bénédiction d’une grande importance.
Jacob lui-même savait qu'il luttait avec Dieu, car il dit : « Je ne te laisserai point aller, que tu ne m'aies béni ». Il n'aurait pas demandé à un ange de le bénir. C'est pourquoi il appela le nom du lieu Peni el (qui signifie face de Dieu), car il reconnut avoir vu Dieu face à face et sa vie fut préservée. Dieu continua à se manifester à Jacob après cela, mais dans des visions. Dieu aime s'occuper personnellement des transactions importantes !
Il est irréfutablement clair que Dieu apparut corporellement à Jacob. Même Osée, témoignant du même événement, écrivit : « Dans le sein maternel Jacob saisit son frère par le talon, et dans sa vigueur, il lutta avec Dieu [Élohim] » (12:4).
Nous lisons un récit similaire dans Juges 13, où Manoach, le père de Samson avec sa femme, demanda à connaître le nom de l’ange de l'Éternel qui leur apparut. Eux aussi reconnurent avoir vu, pas un ange, mais Dieu : «  Nous allons mourir, car nous avons vu Dieu  » ont-ils déclaré.
 
Josué
Josué a également eu le privilège de voir une apparition de Dieu. Il était temps que la grande conquête commençât. Les Israélites, inexpérimentés en matière de guerre, étaient sans doute mal à l'aise face aux batailles imminentes qui les attendaient. Toutes les autres nations étaient prises de peur, non à cause de la nation d'Israël, mais à cause de l’Éternel son Dieu. Les récits des actes puissants que le Seigneur Dieu d'Israël avait accomplis en Égypte, à travers le désert, et tout récemment, lorsqu’ Il avait asséché le Jourdain pour laisser passer son peuple élu sur un sol sec, paralysaient de peur les nations.
Josué, en tant que nouveau dirigeant de la grande nation de Dieu, sentait le poids et la pression de la grande responsabilité qui lui incombait maintenant de conduire Israël à la conquête de la terre promise. Il devait non seulement servir d'intermédiaire entre Dieu et Israël, mais aussi inspirer Israël à la piété et leur apprendre à observer tout ce que Dieu leur avait commandé. De plus, Josué lui-même ne devait pas répéter l’erreur de son prédécesseur, Moïse, qui ne pouvait voir la terre promise que de loin parce qu’il n’avait pas suivi exactement les instructions données par Dieu aux eaux de Meriba. Israël n'avait pas d'armée. Dieu était son armée. Dieu était celui qui combattait et gagnait chaque bataille pour eux. Donc, ils avaient tout intérêt à ne pas irriter Dieu pour ne surtout pas perdre son support. Et Josué était celui qui devait mener le peuple de Dieu à la guerre.
Dieu, sans aucun doute, comprit ce que Josué ressentait. Le cœur de Dieu avait de la peine pour lui. Josué avait besoin d'être encouragé par Dieu puisqu'Il était la seule source de force pour Israël. Et il était temps d'affronter Jéricho. Mais Dieu n'avait pas révélé à Josué ses plans de bataille. Josué ne savait assurément pas comment prendre la ville géante. «  Comme Josué était près de Jéricho,  » dit l'Écriture, «  il leva les yeux, et regarda. Voici, un homme [remarquez bien un homme ] se tenait debout devant lui, son épée nue dans la main.  » Josué a dû avoir peur. Avec toute la tension déjà présente, il lui dit : «  Es-tu des nôtres ou de nos ennemis ? » Josué 5:13. La réponse à sa question fut favorable. L'Être céleste, nul autre que le capitaine de l'armée du Seigneur, était venu pour lui remonter le moral et répondre au besoin pressant et implicite qui le tourmentait.
Josué eut une visite divine. Il était soulagé. Réalisant la présence sainte et impressionnante dans laquelle il fut introduit si brusquement, il tomba face contre terre et adora. Cet acte d'adoration et le fait que les Écritures ne mentionnent aucune objection au fait que Josué adora aux pieds de l'Être céleste est une claire indication qu’il était en présence d'un Être non inférieur à Dieu. Le dernier verset du chapitre confirme ceci et montre que cet Être Divin était le même que celui qui apparut à Moïse dans Exode 3:5. Car Il dit à Josué : « … Ôte tes souliers de tes pieds, car le lieu sur lequel tu te tiens est saint…  » Les Écritures prennent le soin de souligner cette vérité en se référant à l’Être comme Jéhovah dans le chapitre suivant (6: 2), «  L'Éternel dit à Josué: Vois, je livre entre tes mains Jéricho et son roi, ses vaillants soldats  ».
Quel soulagement Josué a dû ressentir ! Dieu remarque quand ses enfants sont découragés et ne tarde pas à leur porter secours.
 
Balaam
Balaam également eut une apparition visible de l’Ange de l'Éternel lors de son voyage hâtif et motivé par le gain pour faire plaisir à Balak, le roi de Moab. Ce dernier lui avait promis une grande promotion et un grand honneur. Aveuglé par une mentalité perverse et égoïste, et par l’attrait du gain, Balaam se mit en route, à l’encontre de la volonté de Dieu. Le motif qui l'animait devait être corrigé. Ainsi, l’Ange de l'Éternel se dressa sur son chemin. L'âne fut le premier à voir l'apparition de l’Ange en raison d’une assistance divine. Tandis que l'âne voyait l’Ange de l'Éternel et agissait en conséquence, le cavalier, sévèrement aveuglé par les biens matérialistes, devenait furieux et impatient.
Les yeux de Balaam s'ouvrirent enfin et il vit l'Ange qui se tenait sur le chemin pour lui rappeler qu'il ne devait prophétiser rien que ce que Dieu ordonnerait. Balaam vit une apparition divine parce que l’Ange de l'Éternel lui avait clairement fait comprendre qu'il ne devait que «  répéter les paroles que je [Dieu] te dirai  » (Nombres 22:35). 
 
Le Fils et non le Père
Pour nous aider à mieux comprendre, nous devons nous tourner vers le livre d’Exode pour examiner certains récits inhabituels de la manifestation de Dieu.
Ce fut le temps pour Dieu de donner la loi sur le mont Sinaï par Moïse. Dieu avait voulu faire connaître sa gloire à Israël pour qu'ils apprennent à le craindre pour leur bien-être. Il avait cherché des occasions pour se révéler. C'était le bon moment enfin. Parce que Dieu était saint, Il leur demanda de se préparer et de se sanctifier pendant trois jours. Car le troisième jour, Dieu allait descendre dans sa gloire ! Le peuple devait se préparer intérieurement et extérieurement. Ils devaient se sanctifier, laver leurs vêtements, tout nettoyer autour d'eux et être prêts le troisième jour. Même après toutes les préparations qui pouvaient être faites, ils ne devaient pas toucher le bord de la montagne. Ils ne devaient même pas s'en approcher. Car cela apporterait une mort certaine à tout contrevenant. La commande était claire. Moïse devait établir des limites autour de la montagne.
La rencontre avec Dieu fut en ces termes :
« Le troisième jour au matin, il y eut des tonnerres, des éclairs, et une épaisse nuée sur la montagne ; le son de la trompette retentit fortement ; et tout le peuple qui était dans le camp fut saisi d'épouvante. Moïse fit sortir le peuple du camp, à la rencontre de Dieu ; et ils se placèrent au bas de la montagne. La montagne de Sinaï était toute en fumée, parce que l'Éternel y était descendu au milieu du feu ; cette fumée s'élevait comme la fumée d'une fournaise, et toute la montagne tremblait avec violence. Le son de la trompette retentissait de plus en plus fortement. Moïse parlait, et Dieu lui répondait à haute voix. »
Exode 19:16-19.
 
Quelle expérience et quel spectacle cela a dû être ! Dieu était sur le mont Sinaï pour communiquer avec son peuple. Bien qu’il ne s’agisse que d’une manifestation lointaine de Dieu, c’était plus qu’ils ne pouvaient supporter. Avec tous les éléments de la nature qui tremblaient, les Israélites étaient très effrayés. Le peuple était saisi de frayeur et tremblait quand il «  entendait les tonnerres et le son de la trompette ; il voyait les flammes de la montagne fumante.  » Il s’éloigna de la montagne et, se tenant à distance, dit à Moïse : «  Parle-nous toi-même, et nous écouterons ; mais que Dieu ne nous parle point, de peur que nous ne mourions.  » Moïse a bien essayé de les rassurer que Dieu n’eût aucune intention de leur faire du mal, mais c’était vain. Moïse a donc dû monter pour porter les paroles de Dieu au peuple. La simple présence de Dieu seule peut anéantir le pécheur !
Exode 24 à partir du verset 9, nous donne le compte d'une rencontre de Dieu avec Aaron, Nadab, Abihu et les soixante-dix anciens d'Israël. Ceux-ci avaient reçu un plus grand privilège que le reste des Israélites. On leur avait accordé un meilleur aperçu de la gloire de Dieu de loin. Les Écritures disent qu’ils avaient vu le Dieu d’Israël avec une brève description de ce qu’ils avaient vu. Ils avaient même mangé et bu en sa présence, nous dit le récit. Plus tard, Dieu appela Moïse encore plus près et parla avec lui «  face à face, comme un homme parle à son ami » Exode 33:11.
Il est évident qu'Aaron, Nadab, Abihu et les soixante-dix anciens n'avaient vu qu'une gloire voilée et lointaine de Dieu. Car à Moïse a été accordée une révélation beaucoup plus privilégiée de cette gloire plus tard. Bien qu'Aaron et les autres aient pu partir avec l'idée qu'ils avaient vu Dieu, Moïse savait que ce n'était pas Dieu dans toute sa gloire. Moïse demanda alors à Dieu : « Fais-moi voir ta gloire !  »
Dieu répondit ainsi à Moïse : « Je ferai passer devant toi toute ma bonté, et je proclamerai devant toi le nom de l'Éternel… Tu ne pourras pas voir ma face, car l'homme ne peut me voir et vivre  ». Ainsi, Dieu permit à Moïse de voir sa gloire autant qu'un homme pécheur pourrait la voir et survivre. Même dans ce cas, Dieu devait le couvrir de sa main. Les paroles de Dieu méritent d'être reproduites ici :
« Voici un lieu près de moi ; tu te tiendras sur le rocher. Quand ma gloire passera, je te mettrai dans un creux du rocher, et je te couvrirai de ma main jusqu'à ce que j'aie passé. Et lorsque je retournerai ma main, tu me verras par-derrière, mais ma face ne pourra pas être vue. »
Exode 33:21-23
 
Dieu fit exactement comme Il avait promis à Moïse. Et les Écritures nous racontent que Moïse, à la vue de Dieu, rapidement «  s'inclina à terre et se prosterna . »
Si, même à la demande de Moïse, le Seigneur Dieu lui fit directement comprendre qu’il ne pourrait pas voir sa face et qu’aucun homme ne pouvait le voir et vivre, alors il est logique de comprendre que Moïse n'a pas vu Dieu dans la plénitude de sa gloire. Il n'avait eu qu'un aperçu privilégié de cette gloire. Les apôtres de Jésus confirment plus tard cette vérité. Jean écrit : «  Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître » Jean 1:18. L’apôtre Paul, dans son épitre à Timothée, confirme la même vérité lorsque, parlant de Jésus dans toute la plénitude de sa gloire (la même que celle de Dieu), écrit: «  qui seul possède l'immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n'a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l'honneur et la puissance éternelle. Amen ! » 1 Timothée 6:16. 
Lorsque nous parlons du Père, nous parlons de Dieu sous sa véritable forme spirituelle avec toute sa gloire non voilée qu’aucun homme pécheur ne peut voir.
Abraham, Agar, Jacob, Josué et autres n'ont-ils pas vu Dieu ? La réponse est oui ! Y a-t-il alors une contradiction ? Absolument pas ! Abraham et les autres ont vu la révélation de Dieu que l'homme est non seulement autorisé à voir, mais également à toucher et avec laquelle il peut entrer en contact direct. C'était Dieu dans la chair, un phénomène connu sous le nom de Théophanie ou plus précisément Christophanie.
Ceci est évident. Personne ne peut voir Dieu, mais Abraham l'a vu ; Josué le vit et se prosterna à ses pieds ; Jacob a lutté avec Lui : Ils avaient vu Dieu le Fils préincarné. Nous aurons encore plus d’éclaircissements dans les chapitres à venir.
 
Le Saint-Esprit
Nous allons toucher juste quelques points ici qui nous aideront à mieux comprendre le Saint-Esprit et son rôle dans l'économie de Dieu ainsi que dans nos vies
 
L'esprit
C'est l’élément commun à l'homme, aux bêtes, et aux êtres angéliques. Comme le suggère son nom, il n’est pas physique. Il est appelé « souffle » dans Genèse 2:7. L’esprit, bien que différent de l’âme, est très étroitement lié à cette dernière. C'est l'une des raisons pour lesquelles l'esprit et l'âme sont parfois utilisés de manière interchangeable dans les Écritures, en particulier dans les allusions à la mort physique (Genèse 25:8; 35:29; Luc 8:55; Actes 5:5 avec Genèse. 35:17-19 ; 1 Rois 17:21-22). Bien que faisant partie de l’âme, l’esprit est distinctement identifié comme on peut le constater dans Hébreux 4:12, «  Car la parole de Dieu est vivante et efficace, plus tranchante qu'une épée quelconque à deux tranchants, pénétrante jusqu'à partager âme et esprit, jointures et moelles; elle juge les sentiments et les pensées du cœur.  » En outre, Paul, écrivant aux croyants Thessaloniciens, pria pour que leur esprit, leur âme et leur corps tout entier soient préservés sans reproche pour la venue de Christ (5:23).
C’est un élément indispensable pour l’homme. Sans lui, le corps serait sans vie (Genèse 2:7; Jacques 2:26). Il est aussi indispensable dans l’adoration de Dieu. Jean 4:24 nous enseigne que Dieu est Esprit et ceux qui doivent l'adorer, doivent le faire en esprit et en vérité. Il est le canal par lequel l’homme peut accéder au monde spirituel. Lorsque des hommes ont été autorisés à expérimenter des visions du monde spirituel, c’est dans leur esprit qu’ils y sont allés.
Ézéchiel, dans son troisième chapitre, écrit : «  Et l'esprit m'enleva, et j'entendis derrière moi le bruit d'un grand tumulte : Bénie soit la gloire de l'Éternel, du lieu de sa demeure ! J'entendis le bruit des ailes des animaux, frappant l'une contre l'autre, le bruit des roues auprès d'eux, et le bruit d'un grand tumulte. L'esprit m'enleva et m'emporta. J'allais, irrité et furieux, et la main de l'Éternel agissait sur moi avec puissance.  » Ézéchiel 3:12-14.
Ézéchiel a sans doute eu une expérience hors du corps. Ce qu'il a décrit, il l'a vu, non pas dans son corps, mais en esprit. Dans son esprit, il a été transporté dans le monde spirituel pour voir des visions et recevoir des révélations de Dieu sous l’influence de l'Esprit de Dieu. La même chose est vraie de Daniel et des autres visionnaires de l'Ancien et du Nouveau Testament.
 
Sur l'île de Patmos, l’apôtre Jean a reçu, en esprit, les révélations consignées pour nous dans le livre d'Apocalypse. «  Je fus ravi en esprit au jour du Seigneur, et j'entendis derrière moi une voix forte, comme le son d'une trompette (1:10).
Dans la Bible, le Saint-Esprit est très étroitement associé à notre esprit humain (voir Romains 8:16).
 
L'Esprit de la Divinité
Tout d'abord, le Saint-Esprit est une Personne. Il est la troisième Personne de la Divinité. Il est l’Esprit de Dieu et Il est Dieu. Il n'est en aucun cas, sens, ou dimension, inférieur à Dieu. Il ne fait que ce que Dieu le Père désire parce qu’Il est son Esprit. Ainsi, Dieu fait tout par Lui. Par conséquent, nous le voyons en action dès le début.
Dans l'Ancien Testament, le Saint-Esprit agit en tant que la Personne en arrière-plan. L’Ancien Testament ne parle pas beaucoup de Lui, mais Il est impliqué dans le monde depuis le début (Genèse 1:2). C'est par le Saint-Esprit que Dieu a été activement impliqué avec l'homme.
Le monde a été créé par Lui, y compris l'homme (Job 33:4; Psaumes 104:30). C’est Lui qui travaille dans le cœur de l’homme depuis la chute, l’attirant vers Dieu. C'est Lui qui a mis la connaissance et la crainte de Dieu dans le cœur des hommes tels que Hénoc, Noé, Abraham, Moïse, etc. C'est par Lui que la Parole de Dieu a été donnée. Il a donné des révélations et des visions aux hommes et leur a donné de connaître la pensée de Dieu concernant le monde (1 Corinthiens 2.10). Il révèle Dieu à l'homme. Même aujourd'hui, Il nous indique la voie du salut, convainc l’homme du péché, restreint le mal ; Il nous donne la capacité de comprendre les choses de Dieu et d'adorer Dieu correctement.
« Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l'homme, si ce n'est l'esprit de l'homme qui est en lui ? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n'est l'Esprit de Dieu. »
1 Corinthiens 2.11
 
C'est aussi par l'Esprit de Dieu que les hommes charnels et pécheurs peuvent non seulement comprendre, mais aussi accomplir les choses de Dieu. Grâce au Saint-Esprit, nous avons l'assistance divine pour accomplir les œuvres de Dieu. L'esprit humain, dans son état de dépravation, ne cherche qu'à exécuter les convoitises de la chair. Ce n'est que par l'Esprit de Dieu que nous pouvons accomplir les œuvres de Dieu. C'est en ce sens que le Saint-Esprit, qui nous habite depuis notre conversion, purge notre esprit et nous aide pour que nous puissions désormais porter le fruit de l'Esprit et non celui de la chair. Notre chair a des désirs qui sont contraires à ceux du Saint-Esprit, mais en cédant tout notre corps, notre esprit et notre âme au contrôle de l'Esprit de Dieu, en marchant entièrement dans l'Esprit comme l'a dit l'apôtre Paul, nous ne réaliserons pas la convoitise de la chair (Galates 5:16-26).
Le Saint-Esprit a de nombreuses fonctions. Nous en citerons quelques-unes. Il nous enseigne et nous rappelle la parole de Dieu        ( Jean 14:26) Il nous scelle (Éphésiens 1:13; 4:30) Il nous guide (Jean 16:13) Il nous vivifie (1 Pierre 3:18) Il nous sanctifie (2 Thessaloniciens 2:13) Il nous fortifie (Éphésiens 3:16) Il nous révèle des choses (1 Corinthiens 2:10-12) Il intercède pour nous (Romains 8:27) Il nous donne l'assurance du salut (Romains 8:16) Il est notre consolateur (Jean 14:16)
 
Le Saint-Esprit fut le dernier à être révélé. Dans les Écritures, nous pouvons le voir assumer une position subordonnée sous le Père et le Fils, et être placé en troisième position dans la Divinité ; mais Il n'est nullement inférieur aux deux autres. Il révèle le Père et le Fils, et témoigne d'eux. C'est par le Saint-Esprit que nous pouvons arriver à la connaissance de Dieu. Et là où l'Esprit saint est, là se trouve Dieu (le Père et le Fils). Tout ce que le Saint-Esprit fait est l'œuvre de Dieu.
 

-  Il est l'Esprit de Dieu (Matthieu 3:16)
-  l'Esprit du Seigneur (Luc 4:18)
-  l’Esprit saint (Luc 11:13)
-  l'Esprit de vérité (Jean 14:17)
-  l'Esprit de vie. (Romains 8:2)
-  l’Esprit de Christ (Romains 8:9)
-  l’Esprit d’adoption (Romains 8:15)
-  l’Esprit du Dieu vivant (2 Corinthiens 3:3)
-  l’Esprit promis (Éphésiens 1:13)
-  l'Esprit éternel (Hébreux 9:14)
-  l'Esprit de grâce (Hébreux 10:29)
-  l'Esprit de gloire (1 Pierre 4:14).
Il possède tous les attributs de Dieu. Il est Dieu (Actes 5:3,4).
 
 
 
 
 
 
 
DEUXIÈME PARTIE
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
« Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand : celui qui a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire. »
1 Timothée 3:16
La Trinité & la Déité de Jésus
 
 
 
Introduction

L
es attaques contre la Divinité de Christ deviennent de plus en plus féroces chaque jour qui passe. Nous sommes confrontés à une question incommensurablement sérieuse qui concerne de manière directe la Personne de Dieu, le noyau même de l'Écriture, le dessein infini de Dieu et son plan de salut pour l'humanité.
Avant d'examiner d’autres preuves de la Sainte Trinité dans les Écritures, il est impératif que nous soyons en accord sur la Déité de Jésus. Nous ne nous soucierions pas autant de la Trinité s'il n'y avait aucune preuve que Jésus est Dieu. Nous allons examiner les revendications ouvertement déclarées et avec toute autorité de Jésus qui attestent de sa Divinité et de son égalité avec le Père.
 
L’importance de cette doctrine ne peut être surestimée. On ne peut pas assez insister là-dessus. L'ensemble de l'Écriture, et en l'occurrence tout le dessein de Dieu, repose sur la Personne de Jésus.
 
Les Écritures
L'historicité de Jésus est indéniable. L'histoire de sa naissance virginale, de sa vie, et de sa mort sont tous consignés dans la Parole de Dieu et en constituent le point central. Les Écritures nous présentent une histoire unique et vraie sur les faits, les miracles, et les enseignements de Jésus. Les revendications de Jésus concernant sa Divinité et son égalité avec le Père sont consignées comme vérités divines et infaillibles. Car «  toute Écriture est inspirée de Dieu ».
Par conséquent, renier les miracles, les enseignements, ou les revendications de Jésus, c'est renier Dieu et sa Parole révélée. Lorsque Dieu inspira ces hommes par le pouvoir et l'inspiration du Saint-Esprit à écrire, Il s'assura que toutes les Écritures, et non une partie des Écritures, étaient inspirées et que toutes les choses révélées au sujet de Jésus étaient vraies telles que consignées dans la Bible.
 
La Personne de Dieu
Encore une fois, la Bible est une révélation de Dieu. Elle nous parle de Dieu, de qui Il est, de ce qu’Il a fait, de ce qu’Il fait ainsi que son but et ses projets futurs. En outre, la Bible parle de Dieu et de ce qu'Il attend de sa création. Nous pouvons également lire dans les récits bibliques comment Dieu a traité et traite toujours avec l'humanité et quel est son but ultime vis-à-vis de l'humanité pour toute l'éternité.
Grâce à la Bible, nous savons que Dieu est parfait et saint, et qu’il n’y a ni mensonge ni erreur en Lui. Dieu a donné sa Parole et a témoigné de son inerrance et de sa véracité dans sa totalité. Aussi grand et infaillible qu'Il soit, Dieu ne peut tolérer la moindre erreur dans sa parole et encore moins les erreurs qui pourraient défier sa Personne et annuler ses propres préceptes et propos. Il n'est pas un homme pour mentir et il n'y a point de ténèbres en Lui (Nombres 23:19 et 1 Samuel 15:29).
 
Le plan de salut de Dieu
Quand on nie la Divinité de Christ, on met en question le seul moyen de rédemption de Dieu qui est gratuitement disponible pour le monde à travers Jésus. Le plan rédempteur de Dieu serait complètement contrecarré et imparfait si Jésus n'était pas Dieu. Les Écritures enseignent clairement que Dieu exigeait un sacrifice parfait. Jésus aurait été disqualifié en ce sens qu'Il n'aurait pas rempli les conditions de Dieu en matière de sacrifice parfait s'Il n'était pas Dieu, puisque seul Dieu est parfait et sans péché. Mais il est écrit que «  Celui qui n'a point connu le péché, il [Dieu] l'a fait devenir péché pour nous, afin que nous devenions en lui justice de Dieu » 2 Corinthiens 5:21, ce qui aurait été totalement impossible avec un homme ou un ange. Jésus, le Fils de Dieu, est devenu ce sacrifice parfait et sans péché pour le péché du monde entier.
 
Preuves de la Déité de Jésus
Lorsque nous parlons de la Divinité de Jésus, nous ne parlons pas de Divinité dans le sens que nous attribuons aux dieux païens, mais plutôt dans l’exhaustivité même du sens tel qu’il qualifie Dieu. En d'autres termes, lorsque nous parlons de Christ en tant que Déité, nous parlons de Christ complètement égal à Dieu le Père.
 
Ses attributs divins
Le livre de Genèse commence en déclarant que Dieu a créé le ciel et la terre et tout ce qui s'y trouve. Les anges, y compris Satan, sont également des créations de Dieu (Ézéchiel 28:15). Rien dans les Écritures n'indique que Jésus a été créé. Tout indique, plutôt, que Jésus a toujours été avec Dieu le Père depuis le début et que Jésus n'était autre que le Créateur de toutes choses. Le premier chapitre de l'évangile de Jean affirme ceci en ces mots : «  Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu... Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle.  »
La Parole dont parle Jean est bien Jésus. Le passage affirme que cette Parole était Dieu.
Paul le dit plus clairement dans son épitre aux Colossiens : «  Car en lui [Jésus] ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui » Colossiens 1:16-17.
Si les Écritures nous disent que Dieu a tout créé et que les mêmes Écritures proclament que Jésus a tout créé et que Jésus est Dieu, il n’y a absolument aucune question à ce sujet. Jésus est Dieu et en tant que tel, Il possède tous les attributs qui sont très distinctement et exclusivement pour Dieu. Il est éternel (Jean 8:58; 17:5). Il est omnipotent (Ésaïe 9:5). Il est omniprésent (Matthieu 18:20; 28:20). Il est omniscient (Jean 16:30; 21:17). Il est immuable (Hébreux 13:8). Jésus les possède tous ! Il est parfaitement saint (Marc 1:24; Luc 1:35; Actes 3:14), parfaitement sans péché (2 Corinthiens 5:21; 1 Pierre 2:22; 1 Jean 3:5), parfaitement juste (Actes 3:14; 7:52, 22:14), parfaitement vrai (Jean 14:6; Apocalypse 3:7, 14; 19:11) et parfaitement amour (Éphésiens 3:19). Jésus est tout ce que Dieu est !
Les propos de Jésus
Quand Jésus était sur la terre sous forme humaine, Il était Dieu dans la chair. C’est dans sa qualité de Dieu qu’Il a agi avec puissance et autorité. Il a enseigné comme ayant autorité en tant que Dieu et lorsqu'Il a revendiqué l'égalité avec le Père, Il l'a fait ouvertement avec audace, fermeté, autorité, et avec des miracles sans précédent qui authentifiaient ainsi chacune de ses prétentions.
Nous allons regarder quelques-uns des nombreux versets des évangiles où Jésus, dans ses propres mots, a proclamé sa Déité.
Il est à souligner ici que lorsque Jésus utilisait le terme « Fils de Dieu » pour se désigner Lui-même, Il enseignait directement qu’Il était Dieu. L’évangile de Jean est en grande partie l’évangile qui enregistre la plupart des cas où Jésus s’est souvent et explicitement exprimé en tant que Dieu. Par exemple dans Jean 11: 4, «  Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n'est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle . » Il est indéniable que, en se désignant comme le Fils de Dieu, Jésus voulait dire qu'Il était de Dieu et qu’Il était Dieu dans la chair. Et c’est ce que comprenait le rabbinat de son temps comme le confirme l’Écriture également dans ces mots explicites : «  À cause de cela, les Juifs cherchaient encore plus à le faire mourir, non seulement parce qu'il violait le sabbat, mais parce qu'il appelait Dieu son propre Père, se faisant lui-même égal à Dieu  » Jean 5:18.
Les disciples ont également compris cela. Car Matthieu 14:33 nous dit : «  Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent: Tu es véritablement le Fils de Dieu . » On peut citer d'autres références comme Jean 9:35-38; 10:36-39. Comme nous le verrons plus loin, cette signification est impliquée partout où le terme « Fils de Dieu » est utilisé.
 
Les évangiles
Afin de bien comprendre les enseignements sur la Divinité de Christ dans les évangiles, il est nécessaire que le lecteur prenne le temps de lire attentivement et de réfléchir à chaque passage ou verset dans cette section. Un mot d'explication est fourni si nécessaire pour aider le lecteur à comprendre le contexte du passage ou du verset et à voir la vérité avec une clarté frappante. Nous allons commencer par l’évangile de Jean et citer quelques versets où cette vérité au sujet de Jésus est évidente.
 
1. Il est réconfortant d’étudier les enseignements que Jésus a donnés à ses disciples sur le Consolateur, le Saint-Esprit. Dans sa première référence au Consolateur (Jean 14:16), Jésus a dit : «  Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur, afin qu'il demeure éternellement avec vous . » En demeurant sur ce seul verset, on pourrait penser que Jésus semble indiquer qu’Il est inférieur au Père considérant le fait qu'Il va prier le Père pour que le Consolateur soit envoyé. Mais cela n’indique pas que Jésus est inférieur au Père. Ne ratons pas le point ! Regardez bien le verset et vous remarquerez un mot crucial juste avant le nom Consolateur. C'est le pronom autre . Un mot très important ! Vous passez à côté du sens du verset lorsque vous l'ignorez. Jésus fut le Consolateur qui était avec les siens jusque-là. Ainsi, par le terme un autre Consolateur , Jésus enseignait que l’œuvre de consolation qu’Il avait commencée serait poursuivie par le Saint-Esprit. Jésus se compare ainsi au Saint-Esprit et compare son œuvre de consolation à celle du Saint-Esprit. Le verset suivant l'explique encore davantage.
«  L'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez [c’est-à-dire Jésus : en connaissant Jésus, automatiquement ils connaissaient l'Esprit] , car il demeure avec vous [en la Personne de Jésus], et il sera en vous.  » Le verset 18 apporte plus de lumière à ce sujet. «  Je ne vous laisserai pas orphelins, je viendrai à vous . » Jésus serait avec eux en la Personne du Saint-Esprit.
Ensuite, Jésus poursuit en disant que le Père enverrait le Consolateur en son nom. Jésus doit être très important si le Père enverrait le Consolateur en son nom. C’est précisément ce que nous dit la prochaine référence au Consolateur. «  Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de mo i [Jésus].» Jean 15:26. Maintenant, le Père n’effectue pas l'envoi, mais Jésus. Il va envoyer le Consolateur de la part du Père et le Consolateur témoignera de Lui, Jésus. Comme si cela n’était pas assez bien clair, Jésus répète la même chose d'une autre manière dans le chapitre suivant. «  Cependant je vous dis la vérité : il vous est avantageux que je m'en aille, car si je ne m'en vais pas, le consolateur ne viendra pas vers vous ; mais, si je m'en vais, je vous l'enverrai. » Jean 16:7.
Si Christ ne quittait pas, le Consolateur ne pourrait pas venir parce qu'Il était le même que le Consolateur. Le Consolateur était son propre Esprit dont la venue n'allait pas se produire avant que Jésus ne soit monté au ciel.
Il y a une autre chose. Jean 16:13-14 dit : «  Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité; car il ne parlera pas de lui-même, mais il dira tout ce qu'il aura entendu, et il vous annoncera les choses à venir. Il me glorifiera, parce qu'il prendra de ce qui est à moi, et vous l'annoncera. » Je ne peux pas imaginer que l'Esprit de Dieu glorifierait Jésus si Jésus n'était pas Dieu. Je ne peux pas non plus imaginer l'Esprit de Dieu recevoir des paroles de révélation d'un ange ou d'un homme afin qu'Il puisse les montrer aux disciples. Ces paroles enseignent clairement que Jésus est Dieu.
2. L'argument le plus fort pour la Divinité de Christ (peut-être le plus clair) se trouve également dans le même livre de Jean. Lisez-le lentement et pensivement.
« Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. Elle était au commencement avec Dieu. Toutes choses ont été faites par elle, et rien de ce qui a été fait n'a été fait sans elle. En elle était la vie, et la vie était la lumière des hommes. La lumière luit dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point reçue. Il y eut un homme envoyé de Dieu : son nom était Jean. Il vint pour servir de témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous crussent par lui. Il n'était pas la lumière, mais il parut pour rendre témoignage à la lumière. Cette lumière était la véritable lumière, qui, en venant dans le monde, éclaire tout homme. Elle était dans le monde, et le monde a été fait par elle, et le monde ne l'a point connue. Elle est venue chez les siens, et les siens ne l'ont point reçue. Mais à tous ceux qui l'ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l'homme, mais de Dieu. Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. Jean lui a rendu témoignage, et s'est écrié : C'est celui dont j'ai dit : Celui qui vient après moi m'a précédé, car il était avant moi. Et nous avons tous reçu de sa plénitude, et grâce pour grâce ; car la loi a été donnée par Moïse, la grâce et la vérité sont venues par Jésus-Christ. Personne n'a jamais vu Dieu ; le Fils unique, qui est dans le sein du Père, est celui qui l'a fait connaître. »
Jean 1:1-18.
Le texte est clair ! Il est indéniable que la « Parole » du texte fait bien référence à Jésus. Jean nous fait comprendre ceci dans sa première épitre, où il appelle Jésus la « parole de vie » ou « la vie ».
« Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie , - car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée… »
1 Jean 1:1-2.
 
L’apôtre Jean corrobore ceci encore dans Apocalypse. Parlant de Jésus, il dit : « Puis je vis le ciel ouvert, et voici, parut un cheval blanc. Celui qui le montait s'appelle Fidèle et Véritable, et il juge et combat avec justice. Ses yeux étaient comme une flamme de feu ; sur sa tête étaient plusieurs diadèmes ; il avait un nom écrit, que personne ne connaît, si ce n'est lui-même ; et il était revêtu d'un vêtement teint de sang. Son nom est la Parole de Dieu.  »
Apocalypse 19:11-13.
 
Le passage de Jean 1 indique clairement que Jésus est Dieu, car il affirme que la Parole, c'est-à-dire Jésus, était au commencement avec Dieu et en même temps était Dieu. Il y a cinq choses importantes qu’on peut souligner dans ce texte profond : Jésus était dès le début et il n'y a pas eu un temps dans l'éternité        p assé où Jésus n'était pas. Cela ne peut être vrai que si Jésus est        D ieu. Jésus était avec Dieu et était Dieu depuis le début. Jésus a tout créé sauf rien, ce qui signifie qu'il n'y a rien qui n’ait        j amais été créé sans Lui. Cela signifie qu'il est impossible que Jésus        a it été un Être créé puisqu’Il serait une exception. Le texte nous dit        q u'il n'y a pas d'exception. Jésus, étant Dieu, peut donner aux hommes le pouvoir de devenir        f ils de Dieu, une chose que seul Dieu peut faire. Jésus était Dieu venu dans la chair.
3. Un autre passage qu’on peut citer se trouve dans le quatorzième chapitre de Jean, les quelques premiers versets. Il corrobore la Divinité de Christ d’une manière forte et directe. C'est un passage étonnant ! Et il n'a pas besoin d'être expliqué davantage !
« Que votre cœur ne se trouble point. Croyez en Dieu, et croyez en moi. Il y a plusieurs demeures dans la maison de mon Père. Si cela n'était pas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et, lorsque je m'en serai allé, et que je vous aurai préparé une place, je reviendrai, et je vous prendrai avec moi, afin que là où je suis vous y soyez aussi. Vous savez où je vais, et vous en savez le chemin. Thomas lui dit : Seigneur, nous ne savons où tu vas ; comment pouvons-nous en savoir le chemin ? Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père. Et dès maintenant vous le connaissez, et vous l'avez vu. Philippe lui dit : Seigneur, montre-nous le Père, et cela nous suffit. Jésus lui dit : Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? Ne crois-tu pas que je suis dans le Père, et que le Père est en moi ? Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même ; et le Père qui demeure en moi, c'est lui qui fait les œuvres. Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi ; croyez du moins à cause de ces œuvres. En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m'en vais au Père ; et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils. Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai. »
Jean 14 :1-14.
 
Tout ce que Jésus voulait faire comprendre à ses disciples est que Lui et le Père sont le même Dieu. Voir Jésus, c’était voir Dieu le Père (Voir aussi Jean 12:45)!
4. Le quatrième passage se trouve dans le livre de Philippiens 2:5-11.
« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ, lequel, existant en forme de Dieu, n'a point regardé comme une proie à arracher d'être égal avec Dieu, mais s'est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes ; et ayant paru comme un simple homme, il s'est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu'à la mort, même jusqu'à la mort de la croix. C'est pourquoi aussi Dieu l'a souverainement élevé, et lui a donné le nom qui est au-dessus de tout nom, afin qu'au nom de Jésus tout genou fléchisse dans les cieux, sur la terre et sous la terre, et que toute langue confesse que Jésus-Christ est Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. »
 
Considérez aussi ce que Esaïe a écrit pour nous comme étant les paroles prononcées par Dieu : «  Tournez-vous vers moi, et vous serez sauvés, vous tous qui êtes aux extrémités de la terre ! Car je suis Dieu, et il n'y en a point d'autre. Je le jure par moi-même, La vérité sort de ma bouche et ma parole ne sera point révoquée : Tout genou fléchira devant moi, Toute langue jurera par moi.  » Esaïe 45:22-23.
C'est à Dieu seul que chaque genou fléchira et que chaque langue confessera, et le Dieu en question est le même que Jésus.
5. Colossiens 1:12-20 est notre prochain grand et irréfutable passage sur la Divinité de Christ. Il est plus utile de lire tout le premier chapitre de Colossiens, mais, pour être bref, nous commençons notre citation à partir du douzième verset.
« Rendez grâces au Père, qui vous a rendus capables d'avoir part à l'héritage des saints dans la lumière, qui nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour, en qui nous avons la rédemption, la rémission des péchés. Il est l'image du Dieu invisible, le premier-né de toute la création. Car en lui ont été créées toutes les choses qui sont dans les cieux et sur la terre, les visibles et les invisibles, trônes, dignités, dominations, autorités. Tout a été créé par lui et pour lui. Il est avant toutes choses, et toutes choses subsistent en lui. Il est la tête du corps de l’Église ; il est le commencement, le premier-né d'entre les morts, afin d'être en tout le premier. Car Dieu a voulu que toute plénitude habitât en lui ; il a voulu par lui réconcilier tout avec lui-même, tant ce qui est sur la terre que ce qui est dans les cieux, en faisant la paix par lui, par le sang de sa croix. »
 
Comme on peut le voir clairement, Jésus est l'image même de Dieu, le Créateur de tout ce qui se trouve dans le ciel et sur la terre. En Jésus se trouve toute la plénitude de la Divinité. Le verset 9 du chapitre 2 explique plus en détail : «  Car en lui habite corporellement toute la plénitude de la divinité . » Paul veut dire - et il se répète encore et encore - que lorsque Christ était dans la chair, il n'y avait pas la moindre division d'un atome de Dieu qui ne s'incarnait pas en Lui, que ce soit en puissance, en connaissance, en sainteté ou en gloire. Jésus est l'incarnation de tout ce que Dieu est. Jésus est Dieu !
6. Considérons aussi le premier chapitre d'Hébreux. Il contient la même vérité, proclamant également la Divinité de Jésus, mais avec des mots différents. Il présente la même vérité dans un style différent et sous un angle différent.
« Après avoir autrefois, à plusieurs reprises et de plusieurs manières, parlé à nos pères par les prophètes, Dieu, dans ces derniers temps, nous a parlé par le Fils , qu'il a établi héritier de toutes choses, par lequel il a aussi créé le monde, et qui , étant le reflet de sa gloire et l'empreinte de sa personne , et soutenant toutes choses par sa parole puissante, a fait la purification des péchés et s'est assis à la droite de la majesté divine dans les lieux très hauts, devenu d'autant supérieur aux anges qu'il a hérité d'un nom plus excellent que le leur. Car auquel des anges Dieu a-t-il jamais dit : Tu es mon Fils, je t'ai engendré aujourd’hui ? Et encore : Je serai pour lui un père, et il sera pour moi un fils ? Et lorsqu'il introduit de nouveau dans le monde le premier-né, il dit : Que tous les anges de Dieu l’adorent ! De plus, il dit des ange :: Celui qui fait de ses anges des vents, et de ses serviteurs une flamme de feu. Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; Le sceptre de ton règne est un sceptre d’équité ; tu as aimé la justice, et tu as haï l’iniquité ; C'est pourquoi, ô Dieu, ton Dieu t'a oint d'une huile de joie au-dessus de tes égaux. Et encore : Toi, Seigneur, tu as au commencement fondé la terre, Et les cieux sont l'ouvrage de tes mains ; Ils périront, mais tu subsistes ; Ils vieilliront tous comme un vêtement, tu les rouleras comme un manteau et ils seront changés ; Mais toi, tu restes le même, et tes années ne finiront point. Et auquel des anges a-t-il jamais dit : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied ? Ne sont-ils pas tous des esprits au service de Dieu, envoyés pour exercer un ministère en faveur de ceux qui doivent hériter du salut ? »
 
Quelques points importants à souligner concernant ce passage beau et profond : Le Fils (Jésus dont le Père parle maintenant et par qui le Père a tout        c réé) est considéré comme l'éclat même de la gloire du Père, ce qui        s ignifie que la gloire de Jésus est exactement la même que celle du        P ère, montrant ainsi une égalité. Le Père est appelé Dieu de gloire        ( Psaume 29 :3 ; Actes 7 :2) et le Fils, Seigneur de gloire (1        C orinthiens 2 :8 ; Jacques 2 :1). Le Fils est l’image explicite de la Personne du Père montrant la        s imilitude de Jésus avec le Père. Le Fils soutient toutes choses par la parole de son pouvoir montrant        q ue le pouvoir de Jésus est exactement comme le pouvoir du Père. Le Fils s'assoit à la droite de la majesté en haut montrant que Jésus        p ossède une autorité semblable à celle du Père. Il est le Fils du Père, désignant la Divinité de Jésus et sa        r essemblance intrinsèque avec le Père. Le Fils est adoré par tous les anges de Dieu, un acte qui montre son        é galité avec le Père et sa dignité de recevoir un culte, puisque les        a nges n'adorent personne d'autre que Dieu. Le Père a qualifié le Fils de Dieu, signifiant que Jésus est        e xactement Dieu tout comme le Père est Dieu. En d'autres termes,        l e Père reconnaît sa propre manifestation corporelle en Jésus.
 
Nous venons de regarder six longs passages qui enseignent incontestablement que Jésus est Dieu. Il ne devrait pas avoir de doute ou des questions à ce sujet, que Jésus est Dieu et égal au Père. Mais ce n'est pas tout ce que les Écritures ont à nous dire sur la Divinité de Jésus Christ.
Nous allons maintenant parcourir les évangiles (de Matthieu à Jean) pour ainsi citer quelques autres versets ou passages courts qui concordent avec la vérité de la Divinité de Christ et son égalité avec le Père.
1. Dans Matthieu, des sages vinrent à Hérode et lui demandèrent : «  Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Car nous avons vu son étoile en Orient, et nous sommes venus pour l'adorer . » Matthieu 2:2. Dans l'Ancien Testament, Dieu en tant que Roi de la nation juive dit à Samuel, «  Écoute la voix du peuple dans tout ce qu'il te dira; car ce n'est pas toi qu'ils rejettent, c'est moi qu'ils rejettent, afin que je ne règne plus sur eux . » I Samuel 8:7. Les Israélites voulaient un roi humain et insistèrent dans leur demande: «  Donne-nous un roi pour nous juger. » Mais nous voyons ici des sages qui reconnaissent Jésus comme Dieu et le Roi des juifs, et sont même prêts à l’adorer. Jésus est né Roi parce qu'Il est le Dieu-Roi d'Israël. Le titre Lui est resté jusqu'à sa mort. Il a même confirmé cela à Pilate dans Jean 18.
2. Mathieu 2:11 «  Ils [les mages] entrèrent dans la maison, virent le petit enfant avec Marie, sa mère, se prosternèrent et l'adorèrent ; ils ouvrirent ensuite leurs trésors, et lui offrirent en présent de l'or, de l'encens et de la myrrhe.  » Jésus en tant qu'enfant était vénéré comme Dieu parce qu'Il était Dieu.
3. Dans le cinquième chapitre de Matthieu, nous voyons Jésus ajouter de nouvelles dimensions à la loi de Dieu, chose qu'aucun homme ou ange n'est autorisé à faire. « Vous avez entendu dire … mais je vous dis… » (Mathieu 5:21-48). Jésus avait une autorité absolue sur les Écritures et sur la loi, une autorité qu’aucun être n’a à part Dieu.
4. Matthieu 8:26 «  Et il leur dit : Pourquoi avez-vous peur, gens de peu de foi? Alors il se leva, menaça les vents et la mer, et il y eut un grand calme.  » Remarquez bien le mot « menaça. » En ordonnant et en réprimandant les vents et la mer avant de les clamer, Jésus prouva qu'Il était leur Créateur et leur Dieu.
5. Matthieu 8:28-29 « Lorsqu'il fut à l'autre bord, dans le pays des Gadaréniens, deux démoniaques, sortant des sépulcres, vinrent au-devant de lui. Ils étaient si furieux que personne n'osait passer par là. Et voici, ils s’écrièrent : Qu'y a-t-il entre nous et toi, Fils de Dieu ? Es-tu venu ici pour nous tourmenter avant le temps ? » Nous voyons ici le terme « Fils de Dieu » utilisé, non par des hommes, mais, par des esprits mauvais qui reconnaissent l’autorité de Jésus sur eux. Ceci témoigne de la Divinité et de la Seigneurie de Jésus (voir aussi Marc 5:1). Notez aussi que les mauvais esprits ne tremblent pas devant les anges ou les hommes. Ils tremblent devant Dieu (voir aussi Jacques 2:19).
6. Matthieu 9:1-8 : tout indique dans les Écritures que Jésus, le Fils de Dieu, a le pouvoir de pardonner les péchés. Il a guéri un homme estropié afin d'authentifier ses revendications de Divinité et d'égalité avec le Père. Les chefs religieux de son époque savaient ce que Jésus voulait dire quand Il dit au paralytique : «  Prends courage, mon enfant, tes péchés te sont pardonnés. » Marc a plus clairement révélé par la puissance du Saint-Esprit la pensée du cœur des scribes présents quand il écrit ceci d’eux : «  Comment cet homme parle-t-il ainsi ? Il blasphème. Qui peut pardonner les péchés, si ce n'est Dieu seul ? » Marc 2:7 (voir aussi Luc 7:36-50). Jésus est Dieu parce qu'Il peut pardonner les péchés !
7. Matthieu 9:15 « Jésus leur répondit : Les amis de l'époux peuvent-ils s'affliger pendant que l'époux est avec eux? Les jours viendront où l'époux leur sera enlevé, et alors ils jeûneront.  » Considérez également le verset précédent : «  Alors les disciples de Jean vinrent auprès de Jésus, et dirent : Pourquoi nous et les pharisiens jeûnons-nous, tandis que tes disciples ne jeûnent point ? » A qui les croyants en Dieu jeûnent-ils et prient-ils ? À un homme ? Ou à un ange ? Non ! Les hommes jeûnent et prient uniquement Dieu. Ici, Jésus leur dit clairement que ses disciples n'avaient pas besoin de jeûner parce que Lui, en tant que Dieu, était déjà présent corporellement avec eux !
8. Matthieu 10:1 « Puis, ayant appelé ses douze disciples, il leur donna le pouvoir de chasser les esprits impurs, et de guérir toute maladie et toute infirmité.  » Seul Dieu a et peut donner un tel pouvoir aux hommes.
9. Matthieu 12:8 « Car le Fils de l'homme [Jésus] est maître du sabbat. » Dans l'Ancien Testament, Dieu institua le jour du sabbat et était très strict quant à son observance. Déshonorer le sabbat de quelque manière que ce soit était punissable de mort. Aucun homme ne pouvait s’amuser avec le sabbat ! Mais Jésus dans ce verset démontre qu'Il fut celui qui institua le sabbat et que le sabbat était pour Lui. Il est le Dieu du sabbat !
10. Matthieu 13:41 «  Le Fils de l'homme [Jésus] enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité.  » Jésus déclare ici que les anges Lui appartiennent. Les anges n'appartiennent qu'à Dieu seul (voir aussi Matthieu 16:27; 24:30-31) !
11. Matthieu 14:33 «  Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent: Tu es véritablement le Fils de Dieu . » Jésus est adoré. Et Il a reçu leur adoration parce qu'Il est Dieu (voir aussi Luc 24:52 et Jean 9:35-38).
12. Marc 1:7-8 «  Il [Jean Baptiste] prêchait, disant: Il vient après moi celui qui est plus puissant que moi, et je ne suis pas digne de délier, en me baissant, la courroie de ses souliers . Moi, je vous ai baptisés d’eau ; lui, il vous baptisera du Saint-Esprit.  » Jean Baptiste savait qu’il était envoyé pour préparer le chemin pour Dieu. Ainsi, il prononça ces paroles parce qu'il savait par révélation qui Jésus devrait être. L'expression qu'il a utilisée suggère que Jésus le dépassait infiniment en supériorité. Et seul Dieu pouvait baptiser les hommes du Saint-Esprit comme Dieu Lui-même l’avait prédit dans Ésaïe 44:3 (voir aussi Joël 2:28).
13. Marc 1:21-28: même les démons témoignent de la Divinité de Christ parce que personne ne peut les détruire sauf Dieu? Jésus a une autorité complète sur eux : «  Il commande avec autorité même aux esprits impurs, et ils lui obéissent !  » (Voir aussi le verset 34). Les démons savaient très bien qu'Il était Dieu dans la chair. Marc 3:11-12 dit encore plus clairement que «  Les esprits impurs, quand ils le voyaient, se prosternaient devant lui [acte de soumission et d’adoration], et s'écriaient: Tu es le Fils de Dieu.  » Quel démon se prosternerait devant un homme ?! Nous avons déjà vu que le terme « Fils de Dieu » signifie Dieu. Ils l'ont même appelé « l e Saint de Dieu » un terme, comme nous le verrons bientôt, qui aussi exclusivement désigne Dieu.
14. Luc 2:10-11 « Mais l'ange leur dit : Ne craignez point; car je vous annonce une bonne nouvelle, qui sera pour tout le peuple le sujet d'une grande joie: c'est qu'aujourd'hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur, qui est le Christ, le Seigneur. » L'ange a appelé Jésus Seigneur, signifiant sa Divinité et sa Souveraineté. Aucun ange ne porte ce titre !
15. Jean 5:17-27 « Mais Jésus leur répondit : Mon Père agit jusqu'à présent; moi aussi, j'agis... Car, comme le Père ressuscite les morts et donne la vie, ainsi le Fils donne la vie à qui il veut… afin que tous honorent le Fils comme ils honorent le Père... Car, comme le Père a la vie en lui-même, ainsi il a donné au Fils d'avoir la vie en lui-même… ». Jésus proclame clairement qu'Il est égal au Père et qu'Il mérite donc d’être honoré tout comme le Père. Et les pharisiens avaient bien compris cela !
16. Jean 8:24 « C'est pourquoi je vous ai dit que vous mourrez dans vos péchés; car si vous ne croyez pas [ce] que je suis, vous mourrez dans vos péchés .» Jésus proclame ici son égalité absolue avec le Père. On remarque un langage similaire dans les propos de Dieu dans le livre d’Ésaïe (43:10,13). Jésus disait aux Juifs qu'Il était Jéhovah, le grand et puissant JE SUIS (voir Exode 3:14 et Jean 8:58). Lisez tout le chapitre et vous verrez que les juifs avaient bien compris cela, raison pour laquelle ils voulaient le lapider à mort.
17. Comparez Jean 10:24-39 «… Moi et le Père nous sommes un … le Père est en moi et que je suis dans le Père…. » Jésus et le Père sont vraiment un et égaux. Les juifs ici aussi ont bien compris cela c’est pourquoi ils ont pris des pierres pour les jeter contre Lui. Ils ont déclaré : « Ce n'est point pour une bonne œuvre que nous te lapidons, mais pour un blasphème, et parce que toi, qui es un homme, tu te fais Dieu.  »
18. Jean 11:4 « Après avoir entendu cela, Jésus dit : Cette maladie n'est point à la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle. » Que Dieu soit glorifié ou que Jésus soit glorifié, c’est la même chose ! En d’autres termes, Jésus dit ici que c’est Lui le Dieu à qui la gloire qui découlerait de la maladie de Lazare serait revenue. Et c’est exactement ce qu’on remarque dans le récit.
19. Jean 14 : 21-23 contient un autre élément magnifique dans les paroles de Jésus. Dans le verset 21, Jésus dit que quiconque garde ses commandements sera aimé de Lui et aussi du Père (verset 23), mais Il ajoute : « … nous viendrons à lui, et nous [le Père avec Jésus] ferons notre demeure chez lui. » Cela ne peut que signifier que Jésus et le Père sont un et égaux. Et justement parce que Jésus et le Père sont un et égaux, tout ce qui appartient à l’un appartient aussi à l’autre : « Tout ce que le Père a est à moi  » Jean 16:15. Jésus a réitéré la même vérité dans le chapitre suivant: «  … Je ne prie pas pour le monde, mais pour ceux que tu m'as donnés, parce qu'ils sont à toi; - et tout ce qui est à moi est à toi , et ce qui est à toi est à moi ; -et je suis glorifié en eux.  » L’évidence est remarquable : Jésus et Dieu le Père sont un !
20. Jean 20:28: voici l'une des plus grandes et directes confessions faites de Jésus dans les évangiles. Elle sort de la bouche du douteux Thomas : «  Thomas lui répondit : Mon Seigneur et mon Dieu ! » Quelle belle confession ! Et Jésus ne l'a pas réprimandé pour avoir dit cela !
 
Les actes et les épitres
Nous allons maintenant examiner ce que les Actes avec les épitres enseignent au sujet de la Divinité de notre Seigneur Jésus-Christ.
1. Actes 3:6 «  Alors Pierre lui dit : Je n'ai ni argent, ni or; mais ce que j'ai, je te le donne: au nom de Jésus-Christ de Nazareth, lève-toi et marche » (voir aussi 5:12 et 16:18). Les apôtres ont opéré des miracles au nom de Jésus. Aucun miracle n’a jamais été opéré au nom de Moïse, d’Abraham, de David ou d’un autre homme. Pas même au nom d’un ange. La simple mention du nom de Jésus secoue toutes les forces de l'enfer et fait trembler Satan qui ne tremble que devant Dieu et devant sa puissance. Jésus est Dieu. En son nom tout est possible !
2. Actes 3:14 «  Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu'on vous accordât la grâce d'un meurtrier.  » Jésus est appelé le Saint et le Juste. Seul Dieu est saint et juste. Dans l'Ancien Testament, plus de 30 fois, Dieu est désigné comme le Saint (2 Rois 19:22 ; Job 6:10 ; Psaume 89:19 ; Ésaïe 1:4 ; 47:4 ; Jérémie 50:29 ; Ézéchiel 39:7 etc.).
3. Actes 5:3-4 et 9 «  Pierre lui dit : Ananias, pourquoi Satan a-t-il rempli ton cœur, au point que tu mentes au Saint-Esprit, et que tu aies retenu une partie du prix du champ? S'il n'eût pas été vendu, ne te restait-il pas ? Et, après qu'il a été vendu, le prix n'était-il pas à ta disposition ? Comment as-tu pu mettre en ton cœur un pareil dessein ? Ce n'est pas à des hommes que tu as menti, mais à Dieu… Alors Pierre lui dit : Comment vous êtes-vous accordés pour tenter l'Esprit du Seigneur [Jésus] ? Voici, ceux qui ont enseveli ton mari sont à la porte, et ils t'emporteront. » Remarquez que le Saint-Esprit est l'Esprit même de Jésus. Si le Saint-Esprit est l'Esprit de Dieu et l’Esprit de Jésus, cela ne voudrait-il pas dire Jésus est Dieu ?
4. Actes 7:54-59, le verset 59 dit : «  Et ils lapidaient Étienne, qui priait et disait: Seigneur Jésus, reçois mon esprit!  » Il y a bel et bien un acte d'adoration clair ici : Étienne, sous la direction de l'Esprit saint, adressa une prière à Jésus. Et il ne s’agit pas ici de n’importe quelle prière, mais d’une dernière prière prononcée avant sa mort, dans laquelle Étienne remit son esprit entre les mains de Jésus. Étienne ne serait aussi confus jusqu’au point de confier son esprit a un ange ou à un être inférieur à Dieu. En plus, ces paroles ne sortiraient certainement pas des lèvres de quelqu’un qui fut rempli du Saint-Esprit si Jésus n’était pas Dieu. Jésus Lui-même avait donné l’exemple quelques années plus tôt, quand Il pria Dieu et remit son Esprit entre ses mains dans Luc 23:46. Étienne, avec le Saint-Esprit dont il était rempli, reconnut ainsi Jésus comme Dieu, à qui retournent les esprits (Ecclésiastes 12:9)!
5. Actes 9:1-18 nous dit clairement que Jésus a choisi Paul comme un instrument de son choix. « … Mais le Seigneur [Jésus] lui dit : Va, car cet homme est un instrument que j'ai choisi, pour porter mon nom devant les nations, devant les rois, et devant les fils d'Israël… » Mais Actes 22:14-15, parlant de Paul nous affirme ceci : «  Le Dieu de nos pères t'a destiné à connaître sa volonté, à voir le Juste, et à entendre les paroles de sa bouche ; car tu lui serviras de témoin, auprès de tous les hommes, des choses que tu as vues et entendues.  » Nous voyons là que Paul a bien été choisi par Jésus et par Dieu. Ce qui signifie que Jésus et Dieu sont un, puisque chacune des deux Personnes déclare que Paul Lui servirait de témoin auprès des hommes. Une autre chose : Jésus est appelé le Juste (seul Dieu est juste). Paul avait vu et entendu la voix de Dieu !
6. Actes 20:28 déclare: « Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l'Église du Seigneur [ de Dieu dans certains manuscrits grecs] , qu'il s'est acquise par son propre sang. » Celui qui a acheté l'église avec son propre sang, c’est le Seigneur et Dieu Jésus ! Paul faisait bien allusion à Dieu et non à un être inférieur.
7. Actes 21:13 « Alors il répondit : Que faites-vous, en pleurant et en me brisant le cœur? Je suis prêt, non seulement à être lié, mais encore à mourir à Jérusalem pour le nom du Seigneur Jésus . » Paul était prêt à mourir pour Jésus. Premièrement, il le reconnut comme son Seigneur c’est-à-dire le Maître qui l’avait appelé et pour qui il était prêt à mourir. Paul voulait signifier qu’il était prêt à mourir pour Dieu et pour son nom. Et c’est ce à quoi il consacra sa vie depuis le début. Il voulait servir Dieu et mourir pour sa cause. Paul exprima le même désir un chapitre plus tôt dans Actes 20:24.
8. Romains 1:7 «  A tous ceux qui, à Rome, sont bien-aimés de Dieu, appelés à être saints: que la grâce et la paix vous soient données de la part de Dieu notre Père et du Seigneur Jésus-Christ!  » Paul, comme il a l'habitude de faire dans ses salutations, invoqua la grâce de Dieu le Père et du Seigneur Jésus sur les croyants en Rome. La grâce et la paix viennent de Jésus et du Père parce que les deux ne font qu'un. Comparez ceci aux salutations de Paul dans 1 et 2 Corinthiens et ainsi que dans les autres épitres pauliniennes. Paul place ainsi Jésus sur le même pied d’égalité que Dieu. En effet, Paul a adressé sa première épitre aux Thessaloniciens à l'église qui est en Dieu le Père et en Jésus-Christ « Paul, et Silvain, et Timothée, à l'Église des Thessaloniciens, qui est en Dieu le Père et en Jésus-Christ le Seigneur : que la grâce et la paix vous soient données ! » 1 Thessaloniciens 1:1. Si l’église de Dieu est en Dieu et en Jésus, cela prouve que Jésus est bien l’égal de Dieu.
9. Romains 2:1-6 «  O homme, qui que tu sois, toi qui juges… penses-tu, ô homme, qui juges… que tu échapperas au jugement de Dieu?. ..» Comparez avec Romains 14: 10-13 qui dit : « Mais toi, pourquoi juges-tu ton frère? Ou toi, pourquoi méprises-tu ton frère ? Puisque nous comparaîtrons tous devant le tribunal de Dieu [Christ] . Car il est écrit : Je suis vivant, dit le Seigneur, tout genou fléchira devant moi, et toute langue donnera gloire à Dieu. Ainsi chacun de nous rendra compte à Dieu pour lui-même. Ne nous jugeons donc plus les uns les autres ; mais pensez plutôt à ne rien faire qui soit pour votre frère une pierre d'achoppement ou une occasion de chuter ». Mais selon Jean 5:22, «  Le Père ne juge personne, mais il a remis tout jugement au Fils  ». Ceci est aussi confirmé dans Actes 17:31 « … parce qu'il a fixé un jour où il jugera le monde selon la justice, par l'homme [Jésus] qu'il a désigné, ce dont il a donné à tous une preuve certaine en le ressuscitant des morts… ». Paul exprime la même pensée dans 2 Corinthiens 5:10, « Car il nous faut tous comparaître devant le tribunal de Christ , afin que chacun reçoive selon le bien ou le mal qu'il aura fait, étant dans son corps. » Que ce soit Dieu ou Jésus, il n’y a pas de différence puisqu’Ils sont un. Hébreu 10:30-31 dit : «  Car nous connaissons celui qui a dit : À moi la vengeance, à moi la rétribution! Et encore : Le Seigneur jugera son peuple. C'est une chose terrible que de tomber entre les mains du Dieu vivant .  » Tomber entre les mains de Jésus, c’est tomber entre les mains du Dieu vivant . Il est le Seigneur Dieu !
10. Romains 8:9 « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ , il ne lui appartient pas .» Dans ce seul verset, toutes les trois Personnes de la Trinité sont mentionnées. L'Esprit (c’est-à-dire le Saint-Esprit) est l'Esprit de Dieu et, en même temps, l'Esprit de Christ. Il s'ensuit logiquement que Jésus et Dieu sont égaux !
11. Romains 8:35-39 : ce même chapitre contient une autre vérité qui enseigne si clairement la Divinité de Christ et son égalité avec le Père. Le verset 35 pose la question : « Qui nous séparera de l'amour de Christ ?  » Les versets 38 et 39 répondent : «  Car j'ai l'assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l'amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.  » En d'autres termes, rien ne nous séparera de l'amour de Dieu Jésus. Car l'amour de Jésus est aussi l'amour de Dieu. Jésus est Dieu !
12. 1 Corinthiens 10:9-10 « Ne tentons point le Seigneur [ Christ dans plusieurs manuscrits grecs], comme le tentèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par les serpents. Ne murmurez point, comme murmurèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par l’exterminateur… ». Ces versets nous disent que les Israélites avaient tenté Jésus dans le désert. Nombres 21 nous donne le récit complet où nous lisons que les Israélites n’avaient affaire à aucun autre qu’à Jéhovah. Nous savons très bien que c'est Jéhovah Dieu qui a amené Israël à travers le désert et que c'est Lui qui a donné des instructions à Moïse ; et nous savons aussi que c’est Jéhovah Dieu que les Israélites ont tenté à maintes reprises dans le désert tout comme Moïse le leur avait bien souligné (Deutéronome 6:16 ; 9:7). Paul dit que Jésus est Jéhovah, le Dieu que les Israélites ont tenté. C’est clair : tenter Christ c’est tenter Dieu. Paul déclare ainsi que Jésus est l’égal à Dieu.
13. 1 Corinthiens 15:47 «  Le premier homme, tiré de la terre, est terrestre; le second homme est du ciel.  » Jésus, le second homme, est le Seigneur du ciel qui est au-dessus de tous (Jean 3: 31). Il n’est pas terrestre et Il n’est donc pas un simple homme ! Jean-Baptiste a également témoigné dans Jean 3:31 que Jésus est du ciel, ce qui indique clairement son origine céleste. Cela montre qu'Il n'est pas un simple humain. Le récit de sa naissance dans les évangiles nous en fournit des preuves suffisantes. Les paroles de Jean-Baptiste ajoute une autre dimension à cette vérité : «  Celui qui vient d'en haut est au-dessus de tous ; celui qui est de la terre est de la terre, et il parle comme étant de la terre. Celui qui vient du ciel est au-dessus de tous  ». Premièrement, le verset nous dit que Jésus est du ciel. Deuxièmement, il enseigne qu'Il est au-dessus de tous : un enseignement clair de sa Seigneurie sur tout, terrestre comme céleste. C’est précisément la raison pour laquelle Il est appelé Seigneur, le même titre que porte Dieu. En tant que tel, Il est le Seigneur de l'église, de tous les hommes, et de toute l'œuvre Chrétienne à laquelle les apôtres étaient appelés. Parlant de l'œuvre Chrétienne, Paul y fait référence comme étant l'œuvre de Dieu (Romains 14:20), l'œuvre du Seigneur (1 Corinthiens 15:58; 16:10), et l'œuvre de Christ (Philippiens 2:30). Tout cela ne peut signifier qu'une seule chose : Jésus est Dieu!
 
14. 1 Corinthiens 16:23 « Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec vous !» Si dans la salutation au début de son épitre, Paul souhaite la grâce du Père et du Fils, et en terminant, il implore uniquement la grâce du Seigneur Jésus-Christ, sans doute Paul démontre que la grâce de Jésus est exactement la même que celle de Dieu le Père : certainement une insinuation de l’égalité de Jésus à Dieu le Père.
15. 2 Corinthiens 4:3-4 « Si notre Évangile est encore voilé, il est voilé pour ceux qui périssent ; pour les incrédules dont le dieu de ce siècle a aveuglé l'intelligence, afin qu'ils ne vissent pas briller la splendeur de l'Évangile de la gloire de Christ, qui est l'image de Dieu. ». Nous sommes créés à l'image de Dieu, mais Jésus est l'image même de Dieu, selon laquelle nous sommes créés. Il est Dieu !
16. Galates 1:1 « Paul, apôtre, non de la part des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu le Père, qui l'a ressuscité des morts  » Paul dit : Jésus n'est pas un homme, mais Dieu et je suis un apôtre de Dieu et de Jésus. Il réitère la même chose dans les versets 11 et 12. Ce faisant, Paul met Jésus sur un pied d’égalité avec Dieu le Père. Le verset affirme indéniablement que Jésus n’est pas un simple homme !
17. Galates 1:10 « Et maintenant, est-ce la faveur des hommes que je désire, ou celle de Dieu? Est-ce que je cherche à plaire aux hommes ? Si je plaisais encore aux hommes, je ne serais pas serviteur de Christ. » Paul exprime la même pensée d’une autre manière. Plaire à Jésus (ou chercher sa faveur), c’est plaire à Dieu (ou chercher la faveur de Dieu) et non à un homme.
18. Éphésiens 4:4-6 « Il y a un seul corps et un seul Esprit, comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation; il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. » Dans ces quelques versets, Paul mentionne chaque membre de la Trinité en spécifiant leur unité et égalité dans un style unique. C'est un témoignage nuancé de la Trinité Divine. En comparant ceci à ce que Paul a dit dans Colossiens 3:11, « … mais Christ est tout et en tous » , cela devient clair que Christ est bien l’égal de Dieu.
19. Colossiens 2:2 « Afin qu'ils aient le cœur rempli de consolation, qu'ils soient unis dans la charité, et enrichis d'une pleine intelligence pour connaître le mystère de Dieu, savoir Christ . » Voici un autre verset qui devrait clarifier toute confusion quant au langage de Paul. Le mystère du Dieu dont Paul parle ici est bien Jésus Christ. Paul le reconnaît en tant que Dieu !
20. Colossiens 3:23-24 « Tout ce que vous faites, faites-le de bon cœur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes, sachant que vous recevrez du Seigneur l'héritage pour récompense. Servez Christ, le Seigneur. » Paul nous rappelle ici que nous ne servons pas un homme, mais Dieu. Paul et les autres apôtres étaient des serviteurs de Dieu et non des hommes. Comparez ceci à 2 Timothée 1:3 où Paul affirme «  Je rends grâces à Dieu , que mes ancêtres ont servi, et que je sers …  » . Paul affirme donc que Jésus est le Dieu que nous servons et non un simple homme. Lisez tout le chapitre et prêtez attention à la manière dont les noms de Jésus et de Dieu (le Père) sont utilisés de manière interchangeable (non seulement dans ce chapitre, mais également dans tout le Nouveau Testament).
21. 1 Timothée 3:16 «  Et, sans contredit, le mystère de la piété est grand: celui qui a été manifesté en chair, justifié par l'Esprit, vu des anges, prêché aux Gentils, cru dans le monde, élevé dans la gloire . » Jésus est la manifestation de Dieu dans la chair. Il est Dieu ! Un homme manifesté dans la chair ne serait rien de mystérieux !
22. 1 Timothée 6:13-16: voici un autre passage très important et profond qui est bien rempli de grandes vérités qui gardera toute personne de l'hérésie s'il est correctement compris et interprété.
«  Je te recommande, devant Dieu qui donne la vie à toutes choses, et devant Jésus-Christ, qui fit une belle confession devant Ponce Pilate, de garder le commandement, et de vivre sans tache, sans reproche, jusqu'à l'apparition de notre Seigneur Jésus Christ, que manifestera en son temps le bienheureux et seul souverain, le roi des rois, et le Seigneur des seigneurs, qui seul possède l'immortalité, qui habite une lumière inaccessible, que nul homme n'a vu ni ne peut voir, à qui appartiennent l'honneur et la puissance éternelle. Amen !  »
Le terme « Seigneur des seigneurs » apparaît cinq fois dans les Écritures. Il n'est jamais utilisé en référence à l'homme. Il fait toujours référence à Dieu. Deux fois, dans l'Ancien Testament, le terme se réfère à Dieu (Deutéronome 10:17 et Psaumes 136:3). Trois fois, nous le trouvons dans le Nouveau Testament, tous se référant à Jésus (1 Timothée 6:15; Apocalypse 17:14 et 19:16).
Le seizième verset ne peut décrire que Dieu. Jésus était le Dieu que les Israélites ne pouvaient ni approcher ni voir.
23. Tite 2:13 «  En attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ . » Les mots Dieu et Sauveur font référence à Jésus-Christ. Tite 1:2-4 clarifie ceci davantage: «… lesquelles reposent sur l'espérance de la vie éternelle, promise dès les plus anciens temps par le Dieu qui ne ment point, et qui a manifesté sa parole en son temps par la prédication qui m'a été confiée d'après l'ordre de Dieu notre Sauveur , à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi: que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur !  » Jésus est Dieu, notre Sauveur ! En plus, nous n’attendons que la manifestation d’une seule Personne, Jésus, qui, bientôt, va apparaître dans toute sa gloire (1 Corinthiens 1:7 ; Philippiens 3:20 ; Colossiens 3:4 ; 2 Timothée 4:1 ; Hébreux 9:28 ; 1 Pierre 1:7 ; 1 Jean 3:2)!
24. Hébreux 11:26 « … regardant l'opprobre de Christ comme une richesse plus grande que les trésors de l'Égypte, car il avait les yeux fixés sur la rémunération [de Christ] . » Lisez attentivement tout le chapitre qui parle de la foi et vous comprendrez que la Bible présente Jésus comme l’égal de Dieu le Père dans ce verset. Tout d’abord, la foi dont on parle n’est fondée sur rien d’autre que sur Dieu. Ensuite, toutes les personnes citées sont des personnages de l'Ancien Testament et nous savons tous qu’elles n’avaient placé leur foi en nul autre que Dieu. En mentionnant Christ, la Bible dit que Christ est le Dieu de l'Ancien Testament en qui Moïse - ainsi que tous les saints de l'Ancien Testament - avait placé sa foi, estimant l’opprobre de Christ (ou de Dieu) une plus grande richesse que les trésors d’Égypte. Christ était le Dieu qui servait de but et de motivation pour tous les personnages de l’Ancien Testament !
25. Hébreux 13:8, « Jésus-Christ est le même hier, aujourd'hui, et éternellement. » Jésus a le même attribut que l’on lit de Dieu dans Malachie 3: 6 « Car je suis l'Éternel, je ne change pas  ». Les deux sont égaux. Les deux n'ont pas de commencement et Ils n'ont pas de fin. Les deux ne changent pas !
26. Jacques 1:1 « Jacques, serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ, aux douze tribus qui sont dans la dispersion, salut!» Paul se désigne comme serviteur de Jésus-Christ (Romains 1: 1) et de Dieu (Tite 1: 1). Ici, Jacques se présente comme un serviteur de Dieu et du Seigneur Jésus-Christ. Pierre s'est aussi qualifié d'apôtre de Jésus-Christ. Comme on peut en déduire, Dieu et Jésus sont synonymes.
27. 1 Pierre 1:2 «… élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ: que la grâce et la paix vous soient multipliées! ». La Sainte Trinité est bien en évidence dans le verset. Pensez-y: Pierre écrit au peuple qui est élu de Dieu le Père, sanctifié par le Saint-Esprit, pour l'obéissance de Jésus-Christ. En analysant les trois Personnes mentionnées et leurs relations en ce qui concerne les élus, chacune des tâches accomplies par les élus et le but de leur tâche, tout étudiant fidèle et régénéré de la Bible ne peut que voir la Sainte Trinité clairement décrite et enseignée. Toutes les trois prennent part dans l’élection parce qu'Elles sont le même Dieu et ne font qu’un !
28. 1 Jean 1:1-3 « Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé et que nos mains ont touché, concernant la parole de vie, -car la vie a été manifestée, et nous l'avons vue et nous lui rendons témoignage, et nous vous annonçons la vie éternelle, qui était auprès du Père et qui nous a été manifestée, -ce que nous avons vu et entendu, nous vous l'annonçons, à vous aussi, afin que vous aussi vous soyez en communion avec nous. Or, notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ. » Le même auteur de l’Évangile de Jean écrit de nouveau pour enseigner et appuyer la Divinité de Christ afin de corriger tout enseignement erroné concernant le sujet. Par cette déclaration, «  notre communion est avec le Père et avec son Fils Jésus-Christ », Jean montre que le Fils et le Père sont égaux. Il continue son affirmation dans 1 Jean 5:20-21: «  Nous savons aussi que le Fils de Dieu est venu, et qu'il nous a donné l'intelligence pour connaître le Véritable; et nous sommes dans le Véritable, en son Fils Jésus-Christ . C'est lui qui est le Dieu véritable, et la vie éternelle.  » La vie éternelle c’est Jésus. Et c’est Jésus le Dieu Véritable.
29. 1 Jean 3 :1-2 «  Voyez quel amour le Père nous a témoigné, pour que nous soyons appelés enfants de Dieu ! Et nous le sommes. Si le monde ne nous connaît pas, c'est qu'il ne l'a pas connu. Bien-aimés, nous sommes maintenant enfants de Dieu, et ce que nous serons n'a pas encore été manifesté ; mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu'il est.  »
Selon ce verset, celui que nous verrons et à qui nous serons semblables lorsqu’Il sera manifesté est Dieu le Père. Mais d’autres versets nous disent que celui à qui nous serons semblables c’est Jésus !
« Mais notre cité à nous est dans les cieux, d'où nous attendons aussi comme Sauveur le Seigneur Jésus-Christ, qui transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire, par le pouvoir qu'il a de s'assujettir toutes choses.  » Philippiens 3:20-21
«  Car ceux qu'il a connus d'avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l'image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères.  » Romains 8:29
«  Et de même que nous avons porté l'image du terrestre, nous porterons aussi l'image du céleste.  » 1 Corinthiens 15:49.
Que ce soit Jésus ou Dieu le Père, c’est la même chose !
30. Jude 4-5 «  Car il s'est glissé parmi vous certains hommes, dont la condamnation est écrite depuis longtemps, des impies, qui changent la grâce de notre Dieu en dissolution, et qui renient notre seul maître et Seigneur Jésus-Christ. Je veux vous rappeler, à vous qui savez fort bien toutes ces choses, que le Seigneur, après avoir sauvé le peuple et l'avoir tiré du pays d'Égypte , fit ensuite périr les incrédules.  »
Certains des manuscrits décrivent Jésus dans ce verset comme le Souverain Dieu et Seigneur. Tout comme on a précédemment vu, Jésus est le seul Souverain et Seigneur Dieu. Et c’est bien Lui le Dieu qui a tiré son peuple Israël du pays d’Égypte par sa main puissante. Il n’y en a pas d’autre !
 
1 Jean 5:3 dit : «  Car l'amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sont pas pénibles » et dans Jean 14:15, nous lisons là les mots de Jésus : «  Si vous m'aimez, gardez mes commandements.  » En gardant les commandements de Jésus, nous gardons les commandements de Dieu et manifestons ainsi notre amour envers Jésus et envers Dieu. Le chapitre entier est parsemé de nombreuses preuves irréfutables.
Les Actes et les épitres enseignent très clairement la Divinité de Jésus !
 
Le Sauveur
On a parlé du Sauveur jusqu’ici. Regardons comme ce terme enseigne si clairement la Divinité de Jésus.
Voici quelques versets bibliques qui montrent que le Sauveur c’est Dieu : 
« Paul, apôtre de Jésus-Christ, par ordre de Dieu notre Sauveur et de Jésus-Christ notre espérance »  I Timothée 1:1.
«  Cela est bon et agréable devant Dieu notre Sauveur  » 1 Timothée 2:3.
« … À ne rien dérober, mais à montrer toujours une parfaite fidélité, afin de faire honorer en toute la doctrine de Dieu notre Sauveur . » Tite 2:10.
« «  … À Dieu seul, notre Sauveur , par Jésus-Christ notre Seigneur, soient gloire, majesté, force et puissance, dès avant tous les temps, et maintenant, et dans tous les siècles ! Amen ! » Jude 25.
Nous trouvons également quelques autres versets qui proclament que le Sauveur c’est Jésus :
«  … Et qui a été manifestée maintenant par l'apparition de notre Sauveur Jésus-Christ , qui a détruit la mort et a mis en évidence la vie et l'immortalité par l'Évangile.  » 2 Timothée 1:10.
«  … N’attendant la bienheureuse espérance, et la manifestation de la gloire du grand Dieu et de notre Sauveur Jésus-Christ , qui s'est donné lui-même pour nous, afin de nous racheter de toute iniquité, et de se faire un peuple qui lui appartienne, purifié par lui et zélé pour les bonnes œuvres.  » Tite 2:13,14 (Remarquez le pronom singulier !)
«  Simon Pierre, serviteur et apôtre de Jésus-Christ, à ceux qui ont reçu en partage une foi du même prix que la nôtre, par la justice de notre Dieu et du Sauveur Jésus-Christ   » 2 Pierre 1:1.
On trouve alors d’autres versets qui appuient cette vérité de façon irréfutable et attestent que Dieu et Jésus sont tous deux le seul et unique Sauveur :
« … Et qui a manifesté sa parole en son temps par la prédication qui m'a été confiée d'après l'ordre de Dieu notre Sauveur   ; à Tite, mon enfant légitime en notre commune foi : que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur !  » Tite 1:3-4.
«  Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le baptême de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit, qu'il a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur   » Tite 3:4-6.
La Bible est bien claire dans son enseignement : Jésus est Dieu !
Il y a bien d'autres versets qui peuvent être utilisés pour prouver la Divinité de Jésus-Christ, mais nous n'en avons mentionné que certains. Regardons maintenant ce que le livre d'Apocalypse a à nous dire à propos de la Divinité de Jésus !
Apocalypse sur la Déité de Jésus
Apocalypse ou Révélation est un livre fascinant. Beaucoup l’évitent parce qu'il est difficile à comprendre. C'est l'un des livres les moins compris de la Bible. Pourtant, il nous donne une immense révélation de Dieu. Je crois personnellement qu’il révèle plus sur la Divinité de Jésus et sur son égalité à Dieu le Père que tout autre livre de la Bible. Ceci est vrai parce qu’il ne nous dit pas seulement, mais il nous montre comment les choses sont réellement !
Les évangiles et les épitres nous donnent les paroles de Jésus, ce que Dieu et l'homme ont témoigné de Jésus, et ce que les apôtres ont cru à son sujet. Ils nous parlent plus de l'humanité de Jésus, de qui Il était et de ce qu'Il accomplit dans la chair. Mais Apocalypse nous montre qui Jésus est réellement et qui Il est au ciel. Apocalypse nous montre quelle est la vraie position de Jésus dans le ciel et sur la terre et quelle devrait être l'attitude de sa création à son égard. Le reste du Nouveau Testament nous dit à quoi ressemblait Jésus quand Il était sur la terre. Apocalypse nous montre à quoi Il ressemblera quand nous le verrons dans toute sa gloire. Le reste du Nouveau Testament nous dit que Jésus possède une autorité sur la terre et au ciel. Apocalypse nous montre la grandeur de l’autorité que Jésus possède réellement. Le reste du Nouveau Testament nous dit que Jésus a prétendu être Dieu et qu'Il était Dieu comme Il l'a affirmé. Apocalypse nous montre réellement de quoi Jésus parlait. Le reste du Nouveau Testament raconte ce que Jésus a prédit pour les derniers jours et ce qu'il adviendra des croyants ainsi que des non-croyants. Apocalypse nous montre Jésus en train d’accomplir ces choses. Le reste du Nouveau Testament nous dit que Christ est le maître et l’époux de l'église. Apocalypse nous montre que Christ est le maître de l'église et nous présente l'épouse parée pour son Époux. Le reste du Nouveau Testament nous parle de la colère et du jugement imminent de Dieu. Apocalypse nous montre la colère et le jugement de Dieu. Enfin, le reste du Nouveau Testament nous parle de la tribulation, du millénaire et de l’éternité. Apocalypse nous montre la tribulation, le millénaire et le commencement l'éternité.
La vérité que véhicule le livre d’Apocalypse est très étonnante lorsqu'elle est étudiée et interprétée correctement. Nous n'examinerons que certaines parties choisies qui traitent de notre sujet et nous éclairent davantage sur la nature et la Personne de Jésus. La révélation entière est une description directe et vivante de ce que Jean a été autorisé à voir sur l'île de Patmos. Les descriptions de Dieu données dans le livre constituent le meilleur effort que Jean a pu fournir pour nous dire ce qu'il a vu. Dieu est au-delà de tout ce qui est descriptible. Aucun homme ne peut décrire Dieu ! Les mots sont insuffisants pour le décrire ! Par conséquent, Jean nous a donné sa meilleure description possible de Dieu et cela avec l'aide de l’Esprit saint. Car Dieu a inspiré toute l'Écriture.
Le livre nous montre que Jésus est Dieu. Nous allons examiner trois aspects de cela.
 
Jésus à-propos de Lui-même
Le livre commence ainsi : «  Révélation de Jésus-Christ  » et se termine ainsi: «  Que la grâce du Seigneur Jésus soit avec tous! » Il n’y a aucun doute que tout le contenu du livre parle de Jésus. Toute référence à Dieu qui s’y trouve est une référence à Jésus. Toute révélation donnée vient de Jésus. Chaque commande est donnée par Jésus. Tous les éloges qu’on y trouve prononcés sont pour Jésus. Et toutes les prières qu’on y trouve sont adressées à Jésus. Au fur et à mesure que nous progressons, nous voyons d'une manière étonnamment claire à quel point pratiquement aucune distinction n’est faite entre Dieu et Jésus.
La toute première révélation qui nous est donnée dans le livre est de Jésus. Jean avait déjà connu Jésus au cours de ses dernières années de ministère terrestre. Les Écritures nous disent même que Jean était le disciple que Jésus aimait et qui était couché sur la poitrine de Jésus à la dernière Cène (Jean 13:25; 21:20).
Chaque fois que Jésus devait emmener quelques disciples avec Lui pour des courses très importantes ou « privées », Jean était l'un des rares. La relation est devenue si intime que sur la croix, ce même disciple s'est tenu aux côtés de la mère de Jésus à la dernière heure, à qui Jésus a également recommandé sa mère (Jean 19:26,27).
Si quelqu'un connaissait vraiment Jésus, c'était bien ce disciple. C'était Jean. Il avait connu le Sauveur. Mais ce que Jean voyait maintenant au début d’Apocalypse de ce même Jésus qu’il avait connu auparavant était plus qu'il ne pouvait contenir humainement : «  Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. » Il était maintenant en présence de Jésus, pas le doux Agneau de Dieu qu'il avait connu, mais le Grand et Puissant Dieu. Il a fallu à Jésus de rassurer Jean sur le fait qu'Il était le même Jésus qu'il avait connu.
Voici la première description que notre Seigneur a donnée de Lui-même : " Je suis l'alpha et l'oméga, dit le Seigneur Dieu , celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant . " (Apocalypse 1:8). Jésus, par ces termes, signifie qu'Il est le A et le Z, qu'il n'y a rien avant et après Lui, le commencement et la fin de tout, le Créateur de tout, qui accomplit tout ce qu'Il désire à la perfection ; celui qui a toujours été et sera pour toujours, l’immuable Dieu Tout-Puissant. Il se révéla à l'église de Philadelphie comme le Saint et le Vrai, qui ouvre et personne ne peut fermer, et qui ferme et personne ne peut ouvrir. Jésus est Jéhovah, le Dieu du ciel.
Les sept lettres aux sept églises, qui sont entièrement les paroles de Jésus, le montrent comme le détenteur du titre de propriété et de l'autorité sur les églises. Il les complimente et les réprimande avec une autorité absolue. Seul Dieu exerce un tel pouvoir !
De plus, dans Apocalypse 3:1, Jésus déclare qu’Il a les sept Esprits de Dieu et quand Jean l'aperçut, au chapitre 5, il le vit comme ayant les sept Esprits de Dieu. « Écris à l'ange de l'Église de Sardes : Voici ce que dit celui qui a les sept esprits de Dieu et les sept étoiles … » (3:1). Les anges ne sont jamais appelés esprits de Dieu. Selon Apocalypse 1:4, où nous voyons le même terme « sept Esprits » utilisé sur un pied d'égalité avec Dieu et Jésus-Christ, Jésus parle du fait qu’Il possède le Saint-Esprit de Dieu entièrement, ce qui indique sa Divinité et son autorité parfaite et absolue en tant que Dieu.
En terminant sa dernière lettre aux églises, Jésus revendique le trône de Dieu d’une manière qui indique clairement que Lui et son Père ne font qu'un. «  Celui qui vaincra  », dit-il, «  je le ferai asseoir avec moi sur mon trône , comme moi j'ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône . » Comme nous le verrons bientôt, Jésus est le même que celui que le livre entier décrit comme étant assis sur le trône du royaume céleste.
Nous avons toutes les raisons de dire que ces mots «  je serai son Dieu, et il sera mon fils . » Apocalypse 21:7 sont les paroles de Jésus par Jean, car Il s'est identifié une fois encore dans le verset précédent comme «  l’alpha et l’oméga, le commencement et la fin ». Jésus est Dieu et Il s’est révélé comme tel à l'église de Thyatire : «  Voici ce que dit le Fils de Dieu » (2:18). Nous avons déjà vu dans les évangiles que le terme « Fils de Dieu » désigne bien Jésus et signifie simplement Dieu.
 
Les êtres célestes à-propos de Jésus
Dans le quatrième chapitre, nous voyons la première description du trône au ciel et de celui qui est assis sur le trône. Tout d'abord, gardons à l'esprit qu'il n'y a qu'un trône de pouvoir et d'autorité suprême que Jean a vu et dont il a donné la description. Nous voyons Jean parler du « trône » maintes fois dans le livre. Il n'y a pas deux trônes d'autorité suprême comme il n'y a qu'un seul Dieu suprême.
Après tous les détails élaborés donnés sur la Personne assise sur le trône, ce à quoi Il ressemble et le visage de sa gloire (4:3), et après une description des créatures et de toutes les activités autour du trône et devant celui qui y était assis (4:4-7), les versets qui suivent nous donnent enfin une idée précise quant à l'identité de celui qui est assis sur ce trône du pouvoir et à son autorité suprême et divine.
 
Il nous est dit qu'Il est «  le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient !  » Il est identifié comme étant l'ADONAI, le Dieu des armées célestes, celui qui était, qui est et qui vient. Les versets suivants ajoutent qu'Il est celui qui vit pour toujours et à jamais, le créateur de toutes choses.
Fait intéressant, ces paroles ne proviennent pas de Jean, mais des quatre êtres angéliques et des vingt-quatre vieillards. Jean ne faisait que transcrire ce qu'il voyait et entendait dans la vision. La vision nous dit que les quatre êtres angéliques «  ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint  » et de louer celui qui est assis sur le trône. Quant aux vingt-quatre vieillards, ils se prosternèrent et jetèrent leurs couronnes devant le trône et devant celui qui vit toujours et toujours disant : «  Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance ; car tu as créé toutes choses, et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées » (4:11). 
En comparant ceci à la description qui est donnée de Jésus dans le chapitre 1 et à celle que Jésus a donnée de Lui-même, nous ne pouvons que constater que tout décrit Jésus. Les créatures célestes l'ont appelé « Seigneur Dieu ». Ce que ces êtres angéliques et ces anciens ont témoigné et ce que Jésus a témoigné de Lui-même concordent.
Les vingt-quatre vieillards louèrent celui qui était assis sur le trône en disant : «  Tu es digne, Seigneur, de recevoir gloire, honneur et pouvoir ... » Et dans le chapitre 5, nous remarquons beaucoup d'anges avec les quatre animaux et les vieillards, tous louant l'Agneau [Jésus] et disant qu’Il est digne de recevoir la puissance, la richesse, la sagesse, la force, l'honneur, la gloire, et la louange. La même louange est adressée à l'Agneau parce qu'Il est égal à celui qui est assis sur le trône. Le langage du texte suggère que c’est Lui qui est assis sur le trône. Le lecteur peut constater en lisant le livre d’Apocalypse qu’après ceci, l'Agneau est généralement mentionné ensemble avec Dieu (5:13; 6:16; 7:9, 10; 11:15; 12:10; 20: 6; 21:22,23; 22:1). De même, le trône est appelé plus tard «  le trône de Dieu et de l'Agneau  » (22:1,3) et, dans le vingt et unième chapitre, nous pouvons identifier la Personne qui y est assise comme étant Christ. Car Lui-même parla et dit : « J e suis l'alpha et l'oméga, le commencement et la fin  » (21:6), des paroles qu’Il avait dites plus tôt et que nous reconnaissons identifient bien Jésus (1:8 et 11).
Une autre chose que j'ai remarquée à propos de celui qui est assis sur le trône et de l'Agneau se trouve dans le chapitre 11. Dans les versets 16 et 17, nous lisons que les vieillards se prosternèrent sur leurs visages dans l'adoration de Dieu qu'ils ont appelés Seigneur, le Dieu tout-puissant qui est et qui était. Dans le verset 18, ils ajoutèrent «  ta colère est venue, et le temps est venu de juger les morts, de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints et ceux qui craignent ton nom, les petits et les grands, et de détruire ceux qui détruisent la terre.  » Nous savons que cette louange est adressée à Jésus à cause de la manière dont Il est adressé et aussi parce que le verset 11 nous dit que le royaume est devenu celui de Dieu et de son Christ et qu'Il (remarquez le pronom singulier) régnera pour toujours. Aussi, nous savons que la colère en question est la colère de Dieu et / ou de l’agneau puisque c’est l’agneau, le bienheureux Seigneur Jésus, qui ouvre les sceaux et déploie sa colère contre les rebelles. Nous avons donc un autre cas où les anciens reconnaissent Jésus comme le Dieu Tout-Puissant. Nous ne le voyons pas seulement dans ce chapitre, mais aussi dans le chapitre 15 où nous lisons à propos du Roi de tous les saints (Jésus), qui est également reconnu comme le Seigneur, le Dieu Tout-Puissant : «  Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l'agneau , en disant : Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant ! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations !  » (15:3 voir aussi 16:5-7 et 19:6-7). Le chapitre 19 (à partir du 15 e verset) reconnaît également Jésus comme le Roi des rois, le Seigneur des seigneurs, la Parole de Dieu, Fidèle et Véritable, le Grand Dieu qui offre un souper à tous les oiseaux.
Nous voyons enfin au chapitre 20, le Grand Juge sur le grand trône blanc. Encore une fois, nous savons que c’est Jésus «  Car le Père ne juge personne, mais a rendu tout jugement au Fils  ». Ce Juge suprême est appelé Dieu : «  Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône [de Dieu] » (20:12). Jésus est Dieu. Il est le «  le Seigneur, le Dieu des esprits des prophètes [qui], a envoyé son ange pour montrer à ses serviteurs les choses qui doivent arriver bientôt. » (22:6 comparez à 1:1).
 
La description de Jésus
La comparaison entre le Père et le Fils dans les deux derniers chapitres est si belle. C'est digne de reproduire cela ici. L'unité et l'égalité entre les deux ne peuvent pas être mieux exprimées.
«  Je ne vis point de temple dans la ville ; car le Seigneur Dieu tout-puissant est son temple, ainsi que l'agneau . La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau .
Et il me montra un fleuve d'eau de la vie, limpide comme du cristal, qui sortait du trône de Dieu et de l'agneau . Au milieu de la place de la ville et sur les deux bords du fleuve, il y avait un arbre de vie, produisant douze fois des fruits, rendant son fruit chaque mois, et dont les feuilles servaient à la guérison des nations. Il n'y aura plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront et verront sa face, et son nom sera sur leurs fronts. Il n'y aura plus de nuit ; et ils n'auront besoin ni de lampe ni de lumière, parce que le Seigneur Dieu les éclairera . Et ils régneront aux siècles des siècles.  » (Apocalypse 21:22,23; 22:1-5).
 Dieu et l'agneau sont égaux. Ils sont le même Dieu unique. Oui, c'est à la fois le Père et le Fils qui émaneront de la lumière. Tous deux sont «  le Seigneur Dieu (singulier) » qui éclairera (22:5), et «  ses serviteurs le verront (les deux sont désignés au singulier) » face à face, le même dont le visage glorieux ne pouvait être contemplé par Moïse (Exode 33). Même Ésaïe, prophétisant la même chose, a souligné que «  Ce ne sera plus le soleil qui te servira de lumière pendant le jour, ni la lune qui t'éclairera de sa lueur ; Mais l'Éternel [JEHOVAH] sera ta lumière à toujours, Ton Dieu sera ta gloire » Ésaïe 60:19. Nous remarquons la même forme de langage ! C’est bien Jésus le Jéhovah en question !
En voici un autre :
«  Et il me transporta en esprit sur une grande et haute montagne. Et il me montra la ville sainte, Jérusalem, qui descendait du ciel d'auprès de Dieu, ayant la gloire de Dieu. Son éclat était semblable à celui d'une pierre très précieuse , d'une pierre de jaspe transparente comme du cristal . » Apocalypse 21:10-11.
La nouvelle Jérusalem aura la gloire de son Dieu. Et ce Dieu c’est Jésus. Ce n'est pas une erreur de la part de Jean. Il ne put que reconnaître que la nouvelle ville sainte avait la même gloire qu'il avait vue plus tôt dans le chapitre 4 :
« Après cela, je regardai, et voici, une porte était ouverte dans le ciel. La première voix que j'avais entendue, comme le son d'une trompette, et qui me parlait, dit : Monte ici, et je te ferai voir ce qui doit arriver dans la suite. Aussitôt je fus ravi en esprit. Et voici, il y avait un trône dans le ciel, et sur ce trône quelqu'un était assis. Celui qui était assis avait l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine ; et le trône était environné d'un arc-en-ciel semblable à de l'émeraude… Devant le trône brûlent sept lampes ardentes, qui sont les sept esprits de Dieu. Il y a encore devant le trône comme une mer de verre, semblable à du cristal . ... Les quatre êtres vivants ont chacun six ailes, et ils sont remplis d'yeux tout autour et au-dedans. Ils ne cessent de dire jour et nuit : Saint, saint, saint est le Seigneur Dieu, le Tout-Puissant, qui était, qui est, et qui vient ! Quand les êtres vivants rendent gloire et honneur et actions de grâces à celui qui est assis sur le trône, à celui qui vit aux siècles des siècles, les vingt-quatre vieillards se prosternent devant celui qui est assis sur le trône, et ils adorent celui qui vit aux siècles des siècles, et ils jettent leurs couronnes devant le trône, en disant: Tu es digne, notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire et l'honneur et la puissance; car tu as créé toutes choses , et c'est par ta volonté qu'elles existent et qu'elles ont été créées.  »
 
Que Jean soit conscient de ce fait ou non, nous savons qu'il a écrit les mots mêmes que le Saint-Esprit l'avait poussé à écrire : «  La ville n'a besoin ni du soleil ni de la lune pour l’éclairer ; car la gloire de Dieu l'éclaire, et l'agneau est son flambeau . » (21:23). Si la gloire de Dieu éclaire la ville et que l'Agneau est cette lumière, alors l'Agneau est le Dieu dont la nouvelle Jérusalem est le reflet. Rien d'étonnant à ce que Jean ait qualifié l'Agneau de «  Seigneur Dieu [qui] les éclairera  » (22:5). Que c’est intéressant de noter que celui qui était assis sur le trône dans Apocalypse 4:3 avait aussi l'aspect d'une pierre de jaspe et de sardoine. Le Père et le Fils ont la même gloire.
On ne peut pas séparer le Fils du Père.
« Il n'y aura plus d'anathème. Le trône de Dieu et de l'agneau sera dans la ville ; ses serviteurs le serviront » (22:3).
Il n'y a qu'un trône comme il n’y qu’un seul Dieu. Et c’est Jésus, car en Lui habite corporellement toute la plénitude de Dieu.
L’écrivain humain qui, avant d’écrire le livre d’Apocalypse, avait été divinement assisté pour écrire d’autres livres inspirés et entièrement semés d’enseignement sur la Divinité de Jésus ne s’est pas contredit lui-même ni l’Auteur divin. La Bible est un livre parfaitement et entièrement cohérent qui est divinement inspiré de Dieu et qui est sans aucune contradiction. Comme nous l'avons vu jusqu’à ce point, chaque livre du Nouveau Testament est une célébration de la Divinité de Christ.
 
Le Saint-Esprit dans Apocalypse
Le Saint-Esprit n’est pas tellement mentionné dans le livre. Les seules références au Saint-Esprit se trouvent dans l'expression «  sept Esprits de Dieu  » Apocalypse 1:4.
Le Saint-Esprit est la révélation immatérielle de Dieu. Il n'a pas de forme. Alors que Christ est la manifestation visible et tangible de Dieu, le Saint-Esprit est la manifestation immatérielle et invisible du même Dieu.
Le Saint-Esprit, étant l'une des trois Personnes de Dieu, ne représente pas seulement Dieu, mais est Dieu. Il est l'Esprit du Père et du Fils. Il ne peut pas être vu parce que Dieu, depuis la fondation du monde, a choisi de se révéler et de se faire connaître physiquement dans la Personne de Jésus-Christ. Rien d’étonnant à ce qu’il n’y ait pas de description détaillée du Saint-Esprit dans le livre d’Apocalypse. Jésus est la manifestation visible du Dieu invisible que Jean avait vue et dont nous avons la description dans le livre entier. C'est pourquoi chaque description de Dieu donnée dans Apocalypse convient parfaitement à Jésus.
Le Saint-Esprit - tout comme le Père - n'est personnifié que dans la Personne de Jésus-Christ. Jésus est l'incarnation de Dieu le Père et du Saint-Esprit. Les Écritures ne donnent aucune indication que les croyants verront le Saint-Esprit un jour. Mais les Écritures indiquent que nous verrons Jésus. Lui seul est l'incarnation du Père et du Saint-Esprit. Tous les trois sont incarnés et personnifiés en Lui.
«  Écoute, Israël ! L’Éternel, notre Dieu, est le seul Éternel [c’est-à-dire un]  » Deutéronome 6: 4, «  … Dieu est unique, et qu'il n'y en a point d'autre que lui   » Marc 12:32, «  Car il y a un seul Dieu  » (1 Timothée 2: 5), «  Dieu est un seul  » Galates 3:20. Éphésiens 4:4-6 nous dit : «  Il y a un seul corps et un seul Esprit , comme aussi vous avez été appelés à une seule espérance par votre vocation, il y a un seul Seigneur , une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, qui est au-dessus de tous, et parmi tous, et en tous. » Paul a fait écho de la même vérité dans 1 Corinthiens 8:6 «  Néanmoins pour nous il n'y a qu' un seul Dieu, le Père, de qui viennent toutes choses et pour qui nous sommes, et un seul Seigneur , Jésus-Christ, par qui sont toutes choses et par qui nous sommes . »
Dieu est Trinité, mais un, trois en un. Le Père est Seigneur. Jésus aussi est Seigneur. Mais il n'y a qu'un seul Seigneur. Le père est Dieu. Jésus est Dieu. Le Saint-Esprit est aussi Dieu. Mais il n'y a qu'un seul Dieu. C’est ainsi et il en sera exactement ainsi pour toute l’éternité. Il n'y aura qu'un seul Seigneur, un seul Roi et un seul Dieu.
Quand Jean a fait référence à Dieu dans les deux derniers chapitres d'Apocalypse, il a utilisé le pronom personnel « lui » même après avoir dit « Dieu et l'Agneau », le pronom était toujours « lui ». Jésus sera à la fois Seigneur et Dieu au ciel et sur la terre !
 
L'Ancien Testament sur la Déité de Jésus
Ce serait une grande injustice faite aux Écritures de regarder cette doctrine très importante de la Divinité de Christ à la lumière du Nouveau Testament et de négliger ce que l'Ancien Testament propose de dire là-dessus. L'ensemble des Écritures, l'Ancien et le Nouveau Testament, est un livre vivant, compatible, et congruent. Il doit être abordé dans sa globalité.
Nous ne devons pas oublier que le Nouveau Testament voit l'accomplissement des prophéties de l'Ancien Testament et que Jésus est venu accomplir les prédictions et les prophéties des prophètes de l'Ancien Testament. La venue du Christ avait été prédite depuis les jours édéniques. Beaucoup de choses avaient été prophétisées à propos du Messie : son origine divine, le but de sa venue, ses œuvres et ses miracles, comment Il serait reçu, qui Il est vraiment, etc. Les prophètes avaient prophétisé par la parole de l’Éternel Dieu. Ils n’avaient prononcé que ce que l’Éternel Dieu leur avait mis dans la bouche pour parler. Leurs mots étaient Écriture. Nous allons donc examiner un certain nombre de versets bien connus de ces prophètes.
 
Ésaïe
Nous commencerons par examiner les prédictions d'Ésaïe concernant Jésus. Ce prophète est connu pour ses grandes et détaillées prophéties concernant le Messie. Il commença ses prophéties en désignant un Roi et un Juge vertueux qui viendrait régner et juger à Jérusalem. Ésaïe reconnut ce Roi et Juge comme étant JEHOVAH (un nom connu de Dieu) et comme le Dieu de Jacob. La bénédiction aujourd'hui est que nous savons qu'Ésaïe parlait de Jésus.
À propos de ce Messie, Ésaïe révéla par la parole du Seigneur. «  C'est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils, et elle lui donnera le nom d'Emmanuel » Ésaïe 7:14. C'est l'un des premiers noms donnés à Jésus: Emmanuel c’est-à-dire Dieu avec nous. Nous voyons l'accomplissement de ces paroles dans Matthieu 1: 18-25. L’une des premières prophéties sur Jésus le reconnut comme Dieu parmi les hommes ! Sachez bien que le prophète parlait bien de Lui et personne d’autre, car depuis la fondation du monde, Il est le seul à être né d’une vierge !
Ensuite, nous lisons : «  Car un enfant nous est né, un fils nous est donné, et la domination reposera sur son épaule ; on l'appellera Admirable, Conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. » Ésaïe 9:5. Ce verset prouve chaque point abordé jusqu’ici concernant la Divinité de Christ. On peut en déduire deux choses. Le Dieu Puissant : C’est étonnant de penser que l'enfant que Marie tenait dans sa main, son premier-né, était le Dieu Puissant, le Dieu du ciel. Jésus est désigné comme le Dieu Puissant et nous le voyons parfaitement ainsi dans la révélation de Jean. Le Père Éternel : environ 700 ans avant que Jésus ne présente le concept de Dieu le Père et de Dieu le Fils, Ésaïe l'appela le Père Éternel. C’est pourquoi Il a pu déclarer : «  Moi et le Père nous sommes un  » (Jean 10:30). Il n’est alors pas étrange pour nous aujourd'hui que Jésus ait réagi ainsi à la demande de Philippe de leur montrer le Père : « Il y a si longtemps que je suis avec vous, et tu ne m'as pas connu, Philippe ! Celui qui m'a vu a vu le Père ; comment dis-tu : Montre-nous le Père ? » (Jean 14:8,9). Comment dit-on aujourd'hui que Jésus n'est pas l'égal du Père ?
Une autre prophétie concernant la venue de Jésus en tant que Dieu incarné et Messie se trouve dans le quarantième chapitre d'Ésaïe. «  Une voix crie : Préparez au désert le chemin de l'Éternel , aplanissez dans les lieux arides une route pour notre Dieu . Que toute vallée soit exhaussée, que toute montagne et toute colline soient abaissées ! Que les coteaux se changent en plaines, et les défilés étroits en vallons ! Alors la gloire de l'Éternel sera révélée , et au même instant toute chair la verra ; car la bouche de l'Éternel a parlé. » Esaïe 40:3-5. Nous voyons l'accomplissement ultime de cette prophétie dans Luc 3:1-6 où Luc a bien précisé que la venue de Jésus, précédée par Jean Baptiste comme celui qui Lui avait préparé le chemin, fut l’accomplissement de cette même prophétie d’Esaïe. Le « JEHOVAH » ou le « notre Dieu » dont le chemin devait être préparé était Jésus. Jésus fut la « gloire de Jéhovah » qui devait être révélée et que la chair pouvait voir. L'apôtre Jean l'a également confirmé lorsqu'il a écrit : « Et la parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme la gloire du Fils unique venu du Père. » Jean 1:14.
 
Le quarante et unième chapitre d’Ésaïe et les chapitres qui suivent nous décrivent une très belle image de Dieu. Les Israélites s'étaient détournés maintes fois de Dieu pour se tourner vers les idoles qu’ils vénéraient. Ils allèrent jusqu'à donner la gloire aux idoles pour les grandes choses que l’Éternel Dieu leur avait faites. Dans leur état de rétrograde, Dieu décida de se faire connaître une nouvelle fois à son peuple par l'intermédiaire de son prophète choisi. Alors Il prononça les paroles suivantes par l'un des plus grands prophètes de tous les temps, Ésaïe :
«  Qui a fait et exécuté ces choses ? C'est celui qui a appelé les générations dès le commencement, Moi, l'Éternel, le premier et le même jusqu'aux derniers âges.  » Ésaïe 41:4.
«  Ainsi parle l'Éternel, roi d'Israël et son rédempteur, L'Éternel des armées : Je suis le premier et je suis le dernier , et hors moi il n'y a point de Dieu. » Ésaïe 44:6.
«  Écoute-moi, Jacob ! Et toi, Israël, que j'ai appelé ! C'est moi, moi qui suis le premier , c'est aussi moi qui suis le dernier .  » Ésaïe 48:12.
Trois fois, Dieu se réfère à Lui-même comme étant le premier et le dernier dans l'Ancien Testament. Mais le terme apparaît six fois dans toute la Bible. Les trois autres fois apparaissent dans le livre d'Apocalypse comme étant les propos de Jésus :
 
« Quand je le vis, je tombai à ses pieds comme mort. Il posa sur moi sa main droite en disant : Ne crains point ! (1:18) Je suis le premier et le dernier  »
Apocalypse 1:17.
 
« Écris à l'ange de l'Église de Smyrne : Voici ce que dit le premier et le dernier , celui qui était mort, et qui est revenu à la vie: »
Apocalypse 2:8.
 
« Je suis l'alpha et l'oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.  »
Apocalypse 22:13.
 
Il est très intéressant de noter comment Dieu a pris l'initiative de prouver à Israël qu'Il était le seul Dieu. L'un des tests que Dieu avait élevés contre les images taillées, qui n’étaient rien, était leur incapacité à prophétiser et à prédire avec précision l'avenir. Nous lisons : «  Plaidez votre cause, dit l’Éternel ; produisez vos moyens de défense, dit le roi de Jacob. Qu'ils les produisent, et qu'ils nous déclarent ce qui doit arriver. Quelles sont les prédictions que jadis vous avez faites ? Dites-le, pour que nous y prenions garde, et que nous en reconnaissions l’accomplissement ; ou bien, annoncez-nous l'avenir. Dites ce qui arrivera plus tard, pour que nous sachions si vous êtes des dieux ; faites seulement quelque chose de bien ou de mal, pour que nous le voyions et le regardions ensemble. » Esaïe 41:21-23.
 
Nous lisons dans Apocalypse comment Jésus apparut à Jean en tant que le grand Dieu et révélateur de tous les secrets, et lui ordonna d'écrire « … les choses que tu as vues (passé), et celles qui sont (présent), et celles qui doivent arriver après elles (futur) ». Jésus révéla à Jean les choses qui avaient été, qui étaient et qui allaient venir.
Jéhovah Dieu, le premier et le dernier, a révélé à son prophète Ésaïe le passé, le présent et l'avenir, afin de prouver qu'Il est le seul Dieu. Jésus, également appelé le premier et le dernier, a Lui-aussi révélé le passé, le présent et l'avenir à son apôtre pour prouver qu'Il est Dieu.
Voici quelques autres déclarations de Dieu dans Ésaïe :
« Vous êtes mes témoins, dit l'Éternel, vous, et mon serviteur que j'ai choisi, afin que vous le sachiez, que vous me croyiez et compreniez que c'est moi : Avant moi il n'a point été formé de Dieu, et après moi il n'y en aura point. C'est moi, moi qui suis l'Éternel, et hors moi il n'y a point de sauveur. C'est moi qui ai annoncé, sauvé, prédit, ce n'est point parmi vous un dieu étranger ; vous êtes mes témoins, dit l'Éternel, c'est moi qui suis Dieu.»
Ésaïe 43:10-12.
 
« Car ainsi parle l'Éternel, le créateur des cieux, le seul Dieu, qui a formé la terre, qui l'a faite et qui l'a affermie, qui l'a créée pour qu'elle ne fût pas déserte, qui l'a formée pour qu'elle fût habitée : Je suis l'Éternel, et il n'y en a point d'autre. » Ésaïe 45:18.
 
« Déclarez-le, et faites-les venir ! Qu'ils prennent conseil les uns des autres ! Qui a prédit ces choses dès le commencement, et depuis longtemps les a annoncées ? N'est-ce pas moi, l’Éternel ? Il n'y a point d'autre Dieu que moi, je suis le seul Dieu juste et qui sauve. » Ésaïe 45:21.
 
« Souvenez-vous de ce qui s'est passé dès les temps anciens ; Car je suis Dieu, et il n'y en a point d'autre, je suis Dieu, et nul n'est semblable à moi. »
Ésaïe 46:9.
 
Puisqu’il n'y a qu'un seul Dieu et qu'aucun ne peut être comparé à Dieu, Jésus doit être Dieu, car Il se compare absolument et complètement avec Dieu.
 
 
Autres prophètes
Dieu, par le prophète Jérémie a déclaré qu’Il susciterait à David un Roi. Et Dieu en ses propres mots a déclaré que ce Roi ou germe qui sortirait de David s’appellerait LE SEIGNEUR, NOTRE JUSTICE (Jéhovah Tsidkenu) : «  Voici, les jours viennent, dit l'Éternel, où je susciterai à David un germe juste ; il régnera en roi et prospérera, il pratiquera la justice et l'équité dans le pays. En son temps, Juda sera sauvé, Israël aura la sécurité dans sa demeure ; et voici le nom dont on l’appellera : L'Éternel notre justice .  » Jérémie 23:5,6 (voir aussi 1 Corinthien 1:30 et Jean 1:45).
Le germe ou Roi dont il est question ici est bien Jésus. C’est Lui le fils de David dont les prophètes ont prophétisé. Considérez bien ce qu’Il déclara Lui-même dans Apocalypse 22:16 :
« Moi, Jésus, j’ai envoyé mon ange pour vous attester ces choses dans les églises. Je suis le rejeton et la postérité de David , l’étoile brillante du matin. »
 
C’est le même Roi, l’Agneau béni, dont Jean a écrit dans Apocalypse : «  Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant ! Tes voies sont justes et véritables, roi des nations ! » (15:3). Jésus est le Seigneur, le Dieu Tout-Puissant, Jéhovah.
 
Les Psaumes sont également parsemés de prophéties concernant le Messie, indiquant son origine divine et sa Divinité. David, un des grands rois de tous les temps, dont le trône est béni de Jéhovah et à qui Jéhovah a promis un trône et un royaume éternels, a souvent prophétisé concernant le Messie, c’est-à-dire Jésus, en qui la promesse éternelle de Jéhovah verrait son accomplissement. Ainsi, nous lisons de nombreuses prophéties dans les Psaumes qui ont été littéralement accomplies par Jésus. Lui-même roi, David pourrait vraiment se rapporter à la royauté du Messie. Dieu lui a permis de voir la gloire et la perpétuité du royaume du Messie à venir. David fut également autorisé à avoir un avant-goût de la beauté, de la paix, de la justice parfaite, de la grandeur, de l'intemporalité, et de la perfection de l'environnement dans lequel le Saint de Dieu régnerait. David ne pouvait que louer ce royaume à venir et le souhaiter.
Même à son époque, David reconnut la grandeur et la Divinité de ce Roi. David a dû comprendre que ce Roi était Dieu parce que ses psaumes regorgent de louanges, d'adoration et de respect profond pour le Roi à venir. Il reconnut le Roi comme au-dessus de tout roi et au-dessus de tout. Considérant la grandeur de David lui-même en tant que roi d'Israël, nous ne pouvons que conclure que le Roi éternel à venir ne serait autre que Dieu. En lisant les Psaumes, on remarque que David se réfère de façon interchangeable à Jéhovah Dieu et au Messie en tant que Roi. Qu’il ait entièrement compris ou non l'égalité entre Dieu et le Messie n'est pas clair. Mais ses écrits prophétisent parfaitement et enseignent cela.
Ce fut une chose trop grande pour David ainsi que pour les enfants de Koré de comprendre que le Dieu Tout-Puissant du ciel choisisse de descendre, de vivre parmi les hommes, et de régner sur eux comme leur Dieu et leur Roi. En contemplant et en méditant sur une pensée aussi magnifique, ils ne purent que visualiser à quel point ce royaume serait splendide, beau, paisible, juste, parfait, joyeux, saint, et sans inquiétude ni douleur. Perdus dans la révélation, les enfants de Koré furent remplis de crainte, de révérence, et d'adoration jusqu'à ce que leurs cœurs soient ravis et remplis de ces mots :
« Tu es le plus beau des fils de l'homme, la grâce est répandue sur tes lèvres : C'est pourquoi Dieu t'a béni pour toujours. Vaillant guerrier, ceins ton épée, -Ta parure et ta gloire, Oui, ta gloire ! -Sois vainqueur, monte sur ton char, défends la vérité, la douceur et la justice, et que ta droite se signale par de merveilleux exploits ! Tes flèches sont aiguës ; des peuples tomberont sous toi ; elles perceront le cœur des ennemis du roi. Ton trône, ô Dieu, est à toujours ; le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité. Tu aimes la justice, et tu hais la méchanceté : C'est pourquoi, ô Dieu , ton Dieu t'a oint d'une huile de joie, par privilège sur tes collègues. »
Psaume 45:1-8.
 
Ici, ils ont identifié deux Personnes dans la Divinité et les ont reconnues comme égales en les désignant par le même nom, Dieu. Soulignons ici que les enfants de Koré ont écrit sous l'inspiration du Saint-Esprit. Nous savons que ce verset indique le règne de Jésus et le présente comme Dieu parce que Paul, également sous inspiration divine, l’a dit dans Hébreux 1: 8 «  Mais il a dit au Fils : Ton trône, ô Dieu, est éternel ; le sceptre de ton règne est un sceptre d'équité.  » Cela ne peut s'appliquer qu'à Jésus et les Écritures l'enseignent clairement. Les psalmistes l’ont donc vu à juste titre comme Dieu et digne d'être adoré (verset 11).
Dieu Lui-même a témoigné de la Divinité du Roi Jésus lorsqu'Il a déclaré par l'intermédiaire de David : «  Tu es mon fils ; aujourd'hui je t'ai engendré  » Psaume 2: 7. Trois fois dans le Nouveau Testament, nous trouvons que cela s'applique à Jésus: (Actes 13:33, Hébreux 1:5 et 5:5). Citons quelques autres versets des psaumes qui louent la Divinité de Jésus en tant que Roi.
« Sois attentif à mes cris, mon roi et mon Dieu ! C'est à toi que j'adresse ma prière. »
Psaume 5:3.
 
« L'Éternel est roi à toujours et à perpétuité ; les nations sont exterminées de son pays. »
Psaume 10:16.
 
« Portes, élevez vos linteaux ; élevez-vous, portes éternelles ! Que le roi de gloire fasse son entrée ! Qui est ce roi de gloire ? -L'Éternel fort et puissant, L'Éternel puissant dans les combats. Portes, élevez vos linteaux ; élevez-les, portes éternelles ! Que le roi de gloire fasse son entrée ! Qui donc est ce roi de gloire ? -L'Éternel des armées : Voilà le roi de gloire ! »
Psaume 24:7-10.
 
« Car l'Éternel, le Très-Haut , est redoutable, Il est un grand roi sur toute la terre. »
Psaume 47:3.
 
« Car Dieu est roi de toute la terre : Chantez un cantique ! Dieu règne sur les nations, Dieu a pour siège son saint trône. »
Psaume 47:8-9.
 
Il n'y a qu'un seul Roi. Et Il règne avec Dieu. Et Il est Dieu. Jésus est ce Roi glorieux !
D’après toutes les indications, les auteurs des psaumes ont identifié deux Personnes de la Divinité et ont reconnu leur égalité et leur unité. Nous voyons un autre exemple de ce genre dans le Psaume 110 où David écrivit les paroles de Jéhovah : « Parole de l'Éternel à mon Seigneur : Assieds-toi à ma droite, jusqu'à ce que je fasse de tes ennemis ton marchepied.  » Grand roi qu’il était, David s’est humblement soumis à la seigneurie du Messie. Il est indéniable que ce psaume est de nature messianique. Jésus s'est appliqué le psaume dans Matthieu. 22:42-45. Pierre et Paul ont également appliqué le psaume à Jésus (Actes 2:34; 1 Corinthiens 15:25). D’autres versets qui appuient ceci sont Hébreux 1:13, Éphésiens 1:22 et 1 Pierre 3:22.
Voici encore une insertion de trois autres exemples similaires dans les Écritures où la pluralité et l'unité solide et parfaite au sein de la Divinité est succincte :
« L'Éternel dit à Satan : Que l'Éternel te réprime, Satan ! Que l'Éternel te réprime, lui qui a choisi Jérusalem ! N'est-ce pas là un tison arraché du feu ? » Zacharie 3:2. L’Éternel qui a prononcé ces paroles n'est autre que le Seigneur Jésus-Christ, parce que le verset précédent nous le dit : « Il me fit voir Josué, le souverain sacrificateur, debout devant l'ange de l'Éternel (Jésus), et Satan qui se tenait à sa droite pour l'accuser. » Comme nous l’avons déjà souligné, le terme « ange de l'Éternel » désigne Jésus dans l'Ancien Testament.
Genèse 19:24, « Alors l'Éternel [JEHOVAH] fit pleuvoir du ciel sur Sodome et sur Gomorrhe du soufre et du feu, de par l'Éternel [JEHOVAH] ». Il y a bien deux Personnes distinctes dans ce verset. C’est Jésus qui a jugé ces deux villes anciennes méchantes en faisant pleuvoir du ciel du souffre et du feu (voir Jean 5:22).
Bien des années plus tard, se référant au même jugement, Amos écrivit : « Je vous ai bouleversés, comme Sodome et Gomorrhe, que Dieu détruisit ; et vous avez été comme un tison arraché de l'incendie. Malgré cela, vous n'êtes pas revenus à moi, dit l'Éternel [JEHOVAH]...  » Amos 4:11. Les Écritures identifient succinctement au moins deux Personnes dans la Divinité.
Jésus est Jéhovah. Dans les chapitres précédents, Il s’est révélé comme « l’Éternel Dieu », « le Dieu des armées » et dans les chapitres suivants comme « l’Éternel Dieu des armées » ou « l’Éternel, le Dieu des armées ». En sa qualité de Dieu, Il a revendiqué la responsabilité personnelle de tous les jugements qu'Israël et d'autres nations ont subis ou subiront à jamais ! C'est pourquoi les Écritures ne cherchent pas à les distinguer, mais les désignent de façons interchangeables.
Chaque fois que vous lisez que Dieu a prononcé ou infligé un jugement tout au long des Écritures, comprenez que c'est Jésus !
Daniel a également décrit le Père et le Fils dans ses visions. La similitude entre sa description de l'Ancien des Jours et celle de Jean de Jésus est remarquable.
Il écrit : « Je regardai, pendant que l'on plaçait des trônes. Et l'ancien des jours s'assit. Son vêtement était blanc comme la neige , et les cheveux de sa tête étaient comme de la laine pure ; son trône était comme des flammes de feu , et les roues comme un feu ardent . » Daniel 7:9.
Jean écrit de Jésus : «  Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; ses yeux étaient comme une flamme de feu .  » Apocalypse 1:14 et «  Voici ce que dit le Fils de Dieu, celui qui a les yeux comme une flamme de feu , et dont les pieds sont semblables à de l'airain ardent   » Apocalypse 2:18.
 
Cela devrait être suffisamment convaincant si nous comprenons qu'il n'y personne comme Dieu. Jésus a dit à juste titre : «  Moi et le Père, nous sommes un ». Il est le même que « l'Ancien des Jours » dont parlait Daniel.
 
Le prophète Michée aussi reconnut la Divinité de Jésus comme étant l'Éternel Dieu, l’Ancien des Jours, quand il a écrit ceci prophétiquement sur sa naissance :
«  Et toi, Bethléhem Éphrata, petite entre les milliers de Juda, de toi sortira pour moi Celui qui dominera sur Israël, et dont l'origine remonte aux temps anciens [L’Ancien des Jours], aux jours de l'éternité.  » Michée 5:1. Cette prophétie a bien vu son accomplissement en Jésus (Matthieu 2:6; Jean 7:42).
Zacharie aussi a parlé de lui comme étant le Roi (9:9) qui construirait le temple de Dieu, porterait la gloire de Dieu, s'assoirait et gouvernerait depuis le trône de Dieu (6:12,13).
Cela devient encore plus beau et plus clair. Car dans son dernier chapitre, Zacharie n'a vu personne d'autre que le Seigneur des armées, le Dieu du ciel, JEHOVAH descendre du ciel et se battre pour préparer son règne millénaire sur terre à Jérusalem. «  L'Éternel paraîtra, et il combattra ces nations … Ses pieds se poseront en ce jour sur la montagne des oliviers » écrit Zacharie dans son quatorzième chapitre. Et Il continua :
«  Et l'Éternel, mon Dieu, viendra, et tous ses saints avec lui ... L'Éternel [Jéhovah] sera roi de toute la terre ; En ce jour-là, l'Éternel sera le seul Éternel, Et son nom sera le seul nom » (14:5,9).
Comme si cela ne suffisait pas, le prophète continua dans ces belles paroles :
« Tous ceux qui resteront de toutes les nations venues contre Jérusalem monteront chaque année pour se prosterner devant le roi , l'Éternel des armées , et pour célébrer la fête des tabernacles. S'il y a des familles de la terre qui ne montent pas à Jérusalem pour se prosterner devant le roi, l'Éternel des armées, la pluie ne tombera pas sur elles. Si la famille d'Égypte ne monte pas, si elle ne vient pas, la pluie ne tombera pas sur elle ; elle sera frappée de la plaie dont l'Éternel frappera les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des Tabernacles. Ce sera le châtiment de l'Égypte, le châtiment de toutes les nations qui ne monteront pas pour célébrer la fête des Tabernacles. En ce jour-là, il sera écrit sur les clochettes des chevaux : Sainteté à L’Éternel ! Et les chaudières dans la maison de l'Éternel seront comme les coupes devant l'autel. Toute chaudière à Jérusalem et dans Juda sera consacrée à l'Éternel des armées ; tous ceux qui offriront des sacrifices viendront et s'en serviront pour cuire les viandes ; et il n'y aura plus de marchands dans la maison de l'Éternel des armées, en ce jour-là. »
(Voir Zacharie. 14:16-21).
 
Tout dans ce chapitre décrit Jésus, le même qui a assumé la nature humaine et est né de la vierge Marie, le même qui a été méprisé et rejeté et crucifié, qui est ressuscité et est monté au ciel. Il est exactement le même qui est rejeté et dont la Divinité est rejetée aujourd'hui. Pourtant, toutes ces belles paroles ont été écrites à son sujet. C’est ce que confirme aussi l’apôtre Jean :
«  … Afin d'affermir vos cœurs pour qu'ils soient irréprochables dans la sainteté devant Dieu notre Père, lors de l'avènement de notre Seigneur Jésus avec tous ses saints !  » 1 Thessaloniciens 3:13 (voir aussi Apocalypse 19, 21 et 22).
Il est appelé quatre fois « le SEIGNEUR des armées », un titre que nous connaissons exclusivement pour décrire Dieu.
Le prophète Zacharie a aussi prophétisé concernant la croix :
« En ce jour-là, l'Éternel protégera les habitants de Jérusalem, et le faible parmi eux sera dans ce jour comme David ; la maison de David sera comme Dieu, comme l'ange de l'Éternel devant eux … Alors je répandrai sur la maison de David et sur les habitants de Jérusalem un esprit de grâce et de supplication, et ils tourneront les regards vers moi, celui qu'ils ont percé . Ils pleureront sur lui comme on pleure sur un fils unique, Ils pleureront amèrement sur lui comme on pleure sur un premier-né. » Zacharie 12:8,10
 
« … mais un des soldats lui perça le côté avec une lance, et aussitôt il sortit du sang et de l'eau. Celui qui l'a vu en a rendu témoignage, et son témoignage est vrai ; et il sait qu'il dit vrai, afin que vous croyiez aussi. Ces choses sont arrivées, afin que l'Écriture fût accomplie : Aucun de ses os ne sera brisé. Et ailleurs l'Écriture dit encore : Ils verront celui qu'ils ont percé . »
Jean 19 :34-37
 
« … De la part de Jésus-Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! A celui qui nous aime, qui nous a délivrés de nos péchés par son sang, et qui a fait de nous un royaume, des sacrificateurs pour Dieu son Père, à lui soient la gloire et la puissance, aux siècles des siècles ! Amen ! Voici, il vient avec les nuées. Et tout œil le verra, même ceux qui l'ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui. Amen ! »
Apocalypse 1 : 5-7 Comparez à Mathieu 24:30 et Actes 1:11.
 
C’est bien clair. L’Éternel Dieu l’a déclaré par son prophète Zacharie. C’est l’Éternel Dieu que les juifs ont percé et crucifié, et c’est encore Lui qui apparaîtra et que tout œil verra. Cet Éternel Dieu, c’est Jésus Christ !
C’est pourquoi l’apôtre Pierre affirme dans son épitre que l’Esprit qui était dans les prophètes de l’Ancien Testament et les animait n’est rien d’autre que l’Esprit de Christ.
« Les prophètes, qui ont prophétisé touchant la grâce qui vous était réservée, ont fait de ce salut l'objet de leurs recherches et de leurs investigations, voulant sonder l'époque et les circonstances marquées par l'Esprit de Christ qui était en eux , et qui attestait d'avance les souffrances de Christ et la gloire dont elles seraient suivies. »
1 Pierre 1:10-11.
Remarquez ce que déclare Zacharie 12:8 «  La maison de David sera comme Dieu, comme l'ange de l'Éternel devant eux ». Dieu et l’Ange de l’Éternel [Jésus] sont identiques ou plus encore, Ils sont un !
Ceci prouve que Christ est bien le Dieu de l’Ancien Testament dont le prophète Zacharie et tous les prophètes ont parlé.
Christ sera bien le seul Éternel qui régnera pour toujours «  L'Éternel sera roi de toute la terre ; en ce jour-là, l'Éternel sera le seul Éternel, et son nom sera le seul nom.  » Zacharie 14:9.
 
Enfin, par la bouche de son prophète Malachie, Dieu, faisant allusion à Jean-Baptiste, déclara à son peuple :
« Voici, j'enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi. Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; et le messager de l'alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l'Éternel des armées. »
Malachie 3:1
 
L’enseignement que véhicule ce verset ne ressort que lorsqu’on examine plus sérieusement ce que Dieu dit à travers Malachie. Nous prenons pour acquis que le verset prédit que Jésus allait être précédé par Jean-Baptiste. C'est vrai, mais il y a une autre grande vérité dans le verset. Regardez à nouveau :
«  Voici, j'enverrai mon messager ; il préparera le chemin devant moi . Et soudain entrera dans son temple le Seigneur que vous cherchez ; et le messager de l'alliance que vous désirez, voici, il vient, dit l'Éternel des armées .  »
Dieu dit qu'Il allait envoyer son messager et que ce messager préparerait le chemin devant Lui, ce qui signifie que Jean-Baptiste préparerait le chemin devant Dieu Lui-même. Et Dieu s'est référé à Lui-même comme étant l'Éternel des armées.
Cette prophétie a vu son accomplissement en Jésus. La Bible confirme ceci dans Mathieu 11:10 «  Car c'est celui [Jean Baptiste] dont il est écrit: Voici, j'envoie mon messager devant ta face, pour préparer ton chemin devant toi.  » Ici, Jésus Lui-même a reconnu que la prophétie a vu son accomplissement en Lui et en Jean Baptiste qui le précéda. Ce n’est donc pas étonnant que Zacharie ait à trois reprises qualifié le Roi Jésus de « l'Éternel des armées ».
 
L’Ange de L’Éternel
Revenons sur le terme Ange de l’Éternel . Il est important de noter que le terme dans l'Ancien Testament est exclusivement utilisé pour désigner une Théophanie ou l'apparition de Dieu dans la chair. Chaque fois que le terme apparaît dans l’Ancien Testament, on remarque la présence d’un Être qui a toute autorité et dont la présence reflète celle de Dieu en Personne. Le terme est bel et bien une référence à Dieu !
Un autre terme parfois utilisé dans l'Ancien Testament à la place du terme Ange de l'Éternel est ange de Dieu . Il est utilisé pour la première fois dans le livre de Genèse (21:17), quand Agar fut finalement chassée après la naissance d'Isaac, le seul et légitime héritier d'Abraham, et que Dieu apparut pour faire preuve de gentillesse envers Ismaël et sa mère.
En étudiant scrupuleusement les versets ainsi que les contextes dans lesquels les termes apparaissent, on remarque bien une pluralité dans la Divinité. Et cet Ange de l’Éternel ou Ange de Dieu n'est autre que le Seigneur Jésus-Christ, qui est la manifestation physique de Dieu dans l'Ancien Testament. Tout ceci prouve que Dieu s’est vraiment manifesté visiblement dans l’Ancien Testament en la Personne de Jésus Christ.
Le Saint-Esprit, afin de fermer toute bouche qui tenterait de s'opposer à cette vérité, nous donne une déclaration faite avec des mots clairs et faciles à comprendre :
« Et l'ange de Dieu me dit en songe : Jacob ! Je répondis : Me voici ! Il dit : Lève les yeux, et regarde : tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés ; car j'ai vu tout ce que te fait Laban. Je suis le Dieu de Béthel , où tu as oint un monument, où tu m'as fait un vœu. Maintenant, lève-toi, sors de ce pays, et retourne au pays de ta naissance. » Genèse 31:11-13.
 
C’est bien clair qu’il ne s’agit pas d’un simple ange ici. L’Ange de Dieu ou l’Ange de L’Éternel ne peut être personne autre que Dieu ! Le Saint-Esprit nous dit qu’il est Dieu.
 
Considérez aussi les versets suivants :
«  L'Éternel [Jéhovah ] allait devant eux , le jour dans une colonne de nuée pour les guider dans leur chemin, et la nuit dans une colonne de feu pour les éclairer, afin qu'ils marchassent jour et nuit. »
Exode 13:21.
 
« L'ange de Dieu , qui allait devant le camp d'Israël , partit et alla derrière eux ; et la colonne de nuée qui les précédait, partit et se tint derrière eux. »
Exode 14:19.
 
Le verset vingt-quatrième nous dit : « À la veille du matin, l'Éternel , de la colonne de feu et de nuée, regarda le camp des Égyptiens , et mit en désordre le camp des Égyptiens. »
Plus tard, Dieu déclara à Moïse :
« Voici, j'envoie un ange devant toi , pour te protéger en chemin, et pour te faire arriver au lieu que j'ai préparé. Tiens-toi sur tes gardes en sa présence, et écoute sa voix ; ne lui résiste point, parce qu' il ne pardonnera pas vos péchés , car mon nom est en lui. »
Exode 23:20-21.
 
Comparez ce verset à celui-ci :
« Josué dit au peuple : Vous n'aurez pas la force de servir l' Éternel [Jéhovah], car c'est un Dieu saint, c'est un Dieu jaloux ; il ne pardonnera point vos transgressions et vos péchés.  »
Josué 24:19.
 
Et à :
« Moi et le Père nous sommes un… Mais si je les fais, quand même vous ne me croyez point, croyez à ces œuvres, afin que vous sachiez et reconnaissiez que le Père est en moi et que je suis dans le Père . » Jean 10:30, 38.
« Va donc, conduis le peuple où je t'ai dit. Voici, mon ange marchera devant toi, mais au jour de ma vengeance, je les punirai de leur péché. »
Exode 32:34.
 
« Dans toutes leurs détresses ils n'ont pas été sans secours, Et l'ange qui est devant sa face [l’ange de sa présence] les a sauvés ; Il les a lui-même rachetés, dans son amour et sa miséricorde, et constamment il les a soutenus et portés, aux anciens jours. »
Ésaïe 63:9.
 
« L'Éternel répondit : Je marcherai moi-même [ma présence ira] avec toi, et je te donnerai du repos. »
Exode 33:14.
 
Remarquez le verset 22 d’Exode 23 :
« Mais si tu écoutes sa voix, et si tu fais tout ce que je te dirai, je serai l'ennemi de tes ennemis et l'adversaire de tes adversaires. »
 
Un examen attentif de la formulation du verset et des pronoms montre que Dieu se voit (sa Personne, sa voix, sa volonté, sa présence, et tout) dans cet Ange. Ceci est une autre preuve que l'Ange en question est Dieu.
Dans Juges 6, nous voyons une autre preuve convaincante de cela. Au verset 11, la Bible dit que « l’ange de l’Éternel » est apparu à Gédéon. Dans les versets 14 et 16, il ne s’agit plus de « l’ange de l’Éternel », mais de « l’Éternel [Jéhovah] ». Dans le verset 20, la même Personne est appelée « ange de Dieu ». Et on le retrouve dans le verset 21 à nouveau comme « ange de l’Éternel ».
Remarquez maintenant ce que Gédéon a dit dans le verset 20 :
« Gédéon, voyant que c'était l'ange de l'Éternel , dit : Malheur à moi, Seigneur Éternel ! Car j'ai vu l'ange de l'Éternel face à face. Et l'Éternel lui dit : Sois en paix, ne crains point, tu ne mourras pas. »
 
La Bible affirme donc que « Gédéon bâtit là un autel à l'Éternel , et lui donna pour nom l'Éternel paix [Jéhovah Shalom]. »
Même Gédéon reconnut que l'Ange du Seigneur est identique à Jéhovah !
L’utilisation du terme Ange de l'Éternel ou Ange de Dieu témoigne de la pluralité de la Divinité ! Plus tard, on verra d’autres versets qui prouvent que Jésus est bel et bien l’Ange de l'Éternel ou l’Ange de Dieu dont l’Ancien Testament parle.
 
Encore d’autres versets concernant la manifestation de Dieu à Jacob :
« Et voici, l'Éternel se tenait au-dessus d’elle ; et il dit : Je suis l'Éternel, le Dieu d'Abraham, ton père, et le Dieu d'Isaac. La terre sur laquelle tu es couché, je la donnerai à toi et à ta postérité. » Genèse 28:13.
 
«  Dieu apparut encore à Jacob, après son retour de Paddan-Aram, et il le bénit. Dieu lui dit : Ton nom est Jacob ; tu ne seras plus appelé Jacob, mais ton nom sera Israël. Et il lui donna le nom d'Israël. Dieu lui dit : Je suis le Dieu tout-puissant . Sois fécond, et multiplie : une nation et une multitude de nations naîtront de toi, et des rois sortiront de tes reins. Je te donnerai le pays que j'ai donné à Abraham et à Isaac, et je donnerai ce pays à ta postérité après toi. »
Genèse 35:9-12.
 
Ces versets prouvent qu’il s’agit de la même Personne (le même Dieu) qui était apparu à Jacob la première fois dans Genèse 32:24-30. Mais remarquez le libellé du verset dans Genèse 32:24:
« Jacob demeura seul. Alors un homme lutta avec lui jusqu'au lever de l'aurore. »
 
Ceci est une autre preuve de ce qu’on disait plus tôt que « l'homme » qui s'est battu avec Jacob n'était rien de moins que Dieu Lui-même. Car c’est Lui qui était apparu la première fois et avait changé le nom de Jacob à Israël. Ici, la même Personne apparut à Jacob une deuxième fois pour confirmer le changement de son nom à Israël.
Les Écritures décrivent Dieu comme « un homme » parce que c’est ainsi qu’Il s’est manifesté et que Jacob l’a vu.
Maintenant, remarquez la formulation de Genèse 35:1 :
« Dieu dit à Jacob : Lève-toi, monte à Béthel , et demeures-y; là, tu dresseras un autel au Dieu qui t'apparut , lorsque tu fuyais Ésaü, ton frère. »
Dieu dit à Jacob d'aller à Béthel et de faire là un autel au DIEU qui lui était apparu. On dirait que Dieu Lui-même reconnaît deux Personnes portant ce titre « DIEU ».
Quelques chapitres plus tôt dans Genèse 31:13, nous lisons ces mots merveilleux :
« Et l'ange de Dieu me dit en songe : Jacob ! Je répondis : Me voici ! Il dit : Lève les yeux, et regarde : tous les boucs qui couvrent les brebis sont rayés, tachetés et marquetés ; car j'ai vu tout ce que te fait Laban. Je suis le Dieu de Béthel , où tu as oint un monument, où tu m'as fait un vœu. Maintenant, lève-toi, sors de ce pays, et retourne au pays de ta naissance. »
Genèse 31:11-13.
 
Il y a quelque chose d’intéressant ici. Rappelez-vous que c'est à Béthel que Dieu a rencontré Jacob dans un rêve lorsqu'il a vu cette échelle dont le sommet a atteint les cieux. Là, le Dieu de Béthel s’est identifié comme étant «  l'Éternel, le Dieu d'Abraham, ton père, et le Dieu d'Isaac.  » des mots que nous savons assurément qu’ils identifient Jéhovah, le Dieu du ciel (comparez à Genèse 26:24; Exode 3:6, 15 et 16).
Maintenant, revenons à Genèse 31:11-13 que nous avons vu plus tôt. C’est évident que « l'ange de Dieu » disait à Jacob que c’était Lui le Dieu de Béthel, ce qui signifie que « l'ange de Dieu », qui s'est révélé comme « un homme » est le même que Jéhovah Dieu du Ciel ! C'est le Dieu incarné en la Personne de Jésus-Christ !
 
C’est pourquoi Jésus a justement dit aux Juifs de son époque :
« Abraham, votre père, a tressailli de joie de ce qu'il verrait mon jour : il l'a vu, et il s'est réjoui. »
 
Les Juifs ne pouvaient pas comprendre. C’est pourquoi, ils ont demandé avec étonnement :
« Tu n'as pas encore cinquante ans, et tu as vu Abraham ! »
 
Jésus leur répondit :
« En vérité, en vérité, je vous le dis, avant qu'Abraham fût, je suis. »
 
Alors les Juifs ont compris ce que voulait dire Jésus et ils ont pris des pierres pour le lapider.
Jésus est l'Ange de Dieu, le Dieu de Béthel, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et de Jacob, le Jéhovah Dieu du Ciel !
 
Même Jacob savait que « l'Ange de Dieu » était Dieu Lui-même. Vous voyez, lorsqu'il s'était installé avec sa famille en Égypte pendant les années de famine et que le moment de sa mort était proche, quand Joseph, son fils, était venu le voir, Jacob lui raconta comment il avait rencontré Dieu et comment Dieu lui avait parlé. Dans Genèse 48: 3, nous lisons :
« Jacob dit à Joseph : Le Dieu tout-puissant [El-Shaddai] m'est apparu à Luz, dans le pays de Canaan, et il m'a béni ».
 
Nous devons nous rappeler que Luz était un autre nom pour Bethel. En fait, c'était le nom original de l'endroit avant que Jacob, après y avoir rencontré Dieu, ait changé son nom à Bethel (voir Genèse 28:19; 35:6). Jacob parlait donc ici du Dieu de Béthel.
Nous avions déjà vu que le Dieu de Béthel est le même que « l'Ange de Dieu ». Cela signifie que Jacob est conscient du fait que « l'Ange de Dieu » était le Dieu Tout-Puissant.
Il l’a encore confirmé plus tard dans Genèse 48:15-16 en bénissant son fils Joseph et ses petits-enfants, fils de Joseph, en ces termes :
« Il bénit Joseph, et dit : Que le Dieu en présence duquel ont marché mes pères, Abraham et Isaac, que le Dieu qui m'a conduit depuis que j'existe jusqu'à ce jour, que l'ange qui m'a délivré de tout mal, bénisse ces enfants ! »
 
Jacob utilisa indifféremment « Dieu » et « l'ange », reconnaissant ainsi l'Ange comme étant Dieu Lui-même.
Le Saint-Esprit aussi, en témoignage de cette vérité, a également inspiré Moïse à raconter les événements par écrit en plaçant l'Ange sur un pied d'égalité avec Dieu, le Tout-Puissant !
Peut-être l'exemple le plus clair et le plus convaincant de l'apparition de Dieu en tant qu’Ange de l’ Éternel se trouve dans Exode 3. Dieu apparut à Moïse sur le mont Horeb alors qu’il gardait le troupeau de Jéthro, après sa fuite d'Égypte. Le récit est clair :
«  L'ange de l'Éternel lui apparut dans une flamme de feu, au milieu d'un buisson. Moïse regarda ; et voici, le buisson était tout en feu, et le buisson ne se consumait point. » (3:2).
Au verset 4, le récit se réfère à l'Ange du Seigneur en tant que Jéhovah et Dieu,
«  L'Éternel [Jéhovah] vit qu'il se détournait pour voir ; et Dieu l'appela du milieu du buisson, et dit : Moïse ! Moïse ! Et il répondit : Me voici ! »
Puis au verset 6, l'Ange de l’Éternel dit à Moïse « Je suis le Dieu de ton père, le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob…  ».
Et au verset 14, Il se révéla par le grand nom de Dieu « JE SUIS ».
L'Ange de l’Éternel qui est apparu à Moïse est Jéhovah Dieu !

Que ce soit l’Ange de l’Éternel ou l’Ange de Dieu, ou encore Dieu ou L’Éternel, il s’agit bien de la même Personne. La Bible ne les différencie pas ! Et puisque l’homme ne pourrait voir Dieu et vivre, il s’agit bien de Jésus Christ, la manifestation visible de Dieu dans l’Ancien et le Nouveau Testament.
 

 
 
 
 
 
 
 
TROISIÈME PARTIE
 
 
 
 
 
 
 
 
« Et l'amour consiste à marcher selon ses commandements. C'est là le commandement dans lequel vous devez marcher, comme vous l'avez appris dès le commencement. Car plusieurs séducteurs sont entrés dans le monde, qui ne confessent point que Jésus-Christ est venu en chair. Celui qui est tel, c'est le séducteur et l'antéchrist. Prenez garde à vous-mêmes, afin que vous ne perdiez pas le fruit de votre travail, mais que vous receviez une pleine récompense. Quiconque va plus loin et ne demeure pas dans la doctrine de Christ n'a point Dieu ; celui qui demeure dans cette doctrine a le Père et le Fils. Si quelqu'un vient à vous et n'apporte pas cette doctrine, ne le recevez pas dans votre maison, et ne lui dites pas : Salut ! Car celui qui lui dit : Salut ! participe à ses mauvaises œuvres. »
2 Jean 6-10
 
Autres vérités bibliques sur la Trinité
 
 
 
Introduction

L
es Écritures sont profondes. Elles peuvent paraître superficielles sur certaines choses, mais il ne s'agit là que d'une apparence. Elles sont beaucoup plus profondes que quiconque ne peut l'imaginer. Ceux qui consacrent fidèlement temps et efforts à l’étudier peuvent témoigner de l’infinité de sa profondeur. La Parole qui est sortie de l'Esprit de Dieu ne peut être que profonde. Cela explique pourquoi, après les milliers de livres écrits au cours des siècles sur les enseignements de la Bible, de nouvelles idées et perspectives sont écrites et traitées chaque année. La Bible est comme l’eau d’un puits qui jaillit sans cesse ou encore l’eau de la mer qui ne peut être desséchée.
Je prie pour que ce dernier chapitre inspire et motive le lecteur à consacrer plus de temps, d’efforts, et d’attention à la Parole de Dieu, à l’aimer vraiment, à l’étudier et à prier pour être divinement assisté. Je souhaite aussi sincèrement que ce chapitre aide le lecteur à être plus sûr et complètement convaincu de la véracité de la Sainte Trinité et à avoir une meilleure compréhension de la doctrine.
 
La Trinité dans la Bible
Nulle part dans la Bible le mot « trinité » ne peut être trouvé. Bien qu'il soit vrai que le mot n’y soit pas mentionné, il existe de nombreux versets bibliques qui enseignent la doctrine avec force et clarté. Il est difficile de lire la Bible et ne pas trouver d’évidences de la Trinité dans ses pages. En fait, c'est impossible, à moins qu’on ne fasse un effort consciencieux pour ne pas les reconnaître ou les accepter. Néanmoins, elles y sont.
Regardons ces quelques versets sélectionnés.
1. «  Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l'adorent l'adorent en esprit et en vérité . » Jean 4:24.
À première vue, ce verset semble n'avoir rien à voir avec la Trinité. Mais ce n’est pas le cas. Il y a trois éléments essentiels mentionnés qui sont obligatoires pour un vrai culte. Premièrement, l'objet de l'adoration est Dieu le Père. Le verset précédent l'affirme. Le verset nous dit que Dieu est Esprit - parlant de la nature intrinsèque de Dieu - et que ceux qui doivent l’adorer, doivent le faire « en esprit » premièrement puis « en vérité ». Comment des hommes pécheurs et charnels, remplis de méchanceté et de péché, peuvent-ils adorer Dieu en vérité et en esprit ? Qu'est-ce que la vérité ? C'est la question que Pilate posa à Jésus (Jean 18:38), mais, inquiet, il n’attendit pas la réponse.
Pas besoin de chercher la vérité dans les choses qui nous entourent ! Il n'y a pas de vérité dans ce monde en dehors de Dieu. Il n'y a pas de vérité en nous. Il n'y a rien en nous qui plaise à Dieu ! C'est ce que Jésus essaya de révéler à Pilate. «  Je suis né et je suis venu dans le monde pour rendre témoignage à la vérité. Quiconque est de la vérité écoute ma voix. » En d'autres termes, la vérité incarnée était juste sous le nez de Pilate : la vérité c'est Jésus. «  Je suis le chemin, la vérité et la vie » , a déclaré Jésus à Thomas (Jean 14:6), et aucun homme ne peut adorer Dieu le Père si ce n'est par Jésus.
Le troisième élément essentiel est l' esprit . Aucune personne charnelle ne peut adorer Dieu si ce n’est en vérité et en esprit par l’Esprit de Dieu. C'est la raison pour laquelle Jésus a promis le Saint-Esprit à ses vrais disciples. «  Quand le consolateur sera venu, l'Esprit de vérité, il vous conduira dans toute la vérité  » Jean 16:13. Veuillez noter également le terme « Esprit de vérité » . Jésus est la vérité et le Saint-Esprit est l'Esprit de vérité.
Dieu doit être adoré dans toute sa plénitude. Aujourd'hui, beaucoup n'adorent simplement pas Dieu parce qu'ils essaient de l'adorer en dehors de la vérité, en dehors de Jésus. Tout culte qui n'est pas par Jésus n'est pas du tout un culte à Dieu. Certains sont de vrais croyants, mais qui essaient d'adorer Dieu dans la chair, en dehors de l'Esprit. Ce n'est pas non plus un culte. Pour les croyants qui adorent dans la chair, un tel culte ne plaît pas à Dieu. Dieu désire que nous l'adorions en vérité et en esprit. Ainsi, nous voyons une image claire de la Trinité même dans le culte.
 
2. «  Car il y en a trois qui rendent témoignage dans les cieux, le Père, la Parole [Jésus] et le Saint-Esprit : et ces trois ne font qu'un. » 1 Jean 5:7.
Comme nous en avons déjà discuté, ce verset reconnaît succinctement la Sainte Trinité. Il n'y a qu'un seul Dieu, la Trinité en un. Ce verset est explicite et ne nécessite aucun commentaire supplémentaire.
 
3. «  … Que la grâce et la paix vous soient données de la part de celui qui est, qui était, et qui vient, et de la part des sept esprits qui sont devant son trône et de la part de Jésus-Christ  » Apocalypse 1:4-5.
La grâce vient de Dieu, la Trinité. Nous trouvons ici une autre preuve solide de la Sainte Trinité. Tous les trois sont mis sur le même rang parce que tous les trois sont un et égaux. Nous pouvons observer le même schéma dans les écrits de Paul et de Pierre.
« Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l'amour de Dieu, et la communication du Saint-Esprit, soient avec vous tous ! » 2 Corinthiens 13:13.
 
« Et qui sont élus selon la prescience de Dieu le Père, par la sanctification de l'Esprit, afin qu'ils deviennent obéissants, et qu'ils participent à l'aspersion du sang de Jésus-Christ : que la grâce et la paix vous soient multipliées ! »
I Pierre 1:2.
 
4. «  Dès que Jésus eut été baptisé, il sortit de l'eau. Et voici, les cieux s'ouvrirent, et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. Et voici, une voix fit entendre des cieux ces paroles : disant: Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j'ai mis toute mon affection.  » Matthieu 3:16-17 (voir aussi Marc 1:9-11 et Luc 3:21-22).
 
Ce passage témoigne de la Divinité de Christ et de la Trinité. Dieu le Père, envoya son Esprit sur le Fils lors de son baptême, authentifiant ainsi la Personne et la Divinité de Jésus et accordant une licence à son ministère terrestre. La scène entière confirme la tri-unité de la Divinité.
 
5. «  Quand sera venu le consolateur, que je vous enverrai de la part du Père, l'Esprit de vérité, qui vient du Père, il rendra témoignage de moi  » Jean 15:26.
La beauté de ce passage est qu’il ne nous présente pas seulement la Trinité, mais la parfaite unité qui existe en elle. L'Esprit de vérité, le Saint-Esprit de Dieu, témoigne de la Trinité et nous enseigne au sujet de Dieu. C'est sa mission de témoigner de Dieu et de Jésus.
 
6. «  Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit  » Matthieu 28:19.
 
La commande est claire. La grande commission doit et ne peut être effectuée qu'au nom du Dieu trine. Les disciples avaient-ils tort lorsqu'ils avaient baptisé au nom de Jésus uniquement, comme nous le lisons dans les Actes (2:38; 19:5)? Bien sûr que non ! Ils ne se sont pas trompés sinon les Écritures nous l'auraient indiqué. Si nous comprenons le concept de la Trinité de Dieu et de la Divinité de Jésus, il n’y a aucune difficulté à comprendre que baptiser au nom de Jésus équivaut à baptiser au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit. Tous les trois sont un et tous les trois sont en Jésus.
 
7. Le Créateur
Chaque personne de la Trinité est reconnue comme Créateur. Le Père : Genèse 1:1; Ésaïe 37:16; 45:12; Marc 13:19. Le Fils : Jean 1:3; Colossiens. 1:16,17. Le Saint-Esprit : Psaume 104:30; Job 26:13; 33:4.
 
8. La trinité satanique
Satan, le contrefacteur et l'ennemi juré de Dieu, est occupé à contrefaire les dons, les préceptes, les miracles et même la Parole de Dieu. Il est le grand contrefacteur. Christ a établi son église. Satan a également établi son église. Dieu nous a donné sa Parole sainte et complète, et Il a inspiré des hommes par son propre Esprit pour écrire la Bible. Satan a également inspiré un homme à écrire une bible propre au culte satanique. Dieu nous donne les dons spirituels nécessaires à l'édification de son église et des croyants individuels. Satan aussi donne des capacités à ses disciples. Dieu opère des miracles dans son église. Il en va de même pour Satan parmi ses fidèles. Les satanistes prient comme les chrétiens prient. Satan exige des sacrifices sanguinaires pour expier le péché, tout comme Dieu. Chaque modèle ou aspect de nos pratiques chrétiennes a sa contrefaçon dans le culte satanique.
Satan est un grand admirateur de Dieu, de ses voies et de sa puissance. Depuis sa chute en tant que Lucifer, il a toujours tout fait pour contrecarrer directement tous les projets de Dieu. Connaissant son insuffisance et la limite de son pouvoir et de son temps, le meilleur recours et la meilleure approche de Satan consistent à contrefaire et à corrompre les ordonnances de Dieu. N'oublions pas que, aussi orgueilleux qu'il soit, il n'a pas abandonné son espoir d'élever son trône au-dessus des étoiles de Dieu pour qu'il puisse ressembler au Très-Haut (Esaïe14). Et il ne l'abandonnera pas avant d'être totalement vaincu et jeté en enfer. Il a travaillé activement pour maintenir et réaliser ses espoirs non réalisables depuis le début de la création. Il a bien l’intention de continuer ce qu’il croit follement pouvoir réaliser. Ses espoirs et ses projets atteindront leur apogée dans la période de la tribulation.
Ainsi, Satan a tout conçu selon un modèle inspiré de la Sainte Trinité afin de se rendre semblable à Dieu dans les derniers jours (Apocalypse chapitres 12 et 13; et 16: 12-14). Voici l'ordre de cette trinité maléfique. Satan lui-même représente faussement Dieu le Père qu'il a toujours admiré et au-dessus de qui il avait voulu s'élever. Tout comme Dieu le Père est la source de tout pouvoir et de tout bien, de même Satan est la source de tout mal et de tout pouvoir maléfique. Il sera le « père » de la trinité perverse et assumera son rôle comme Dieu l'assume dans la Sainte Trinité. Il est symbolisé dans Apocalypse par le dragon. L'antéchrist, la deuxième personne de la trinité maléfique, est la contrefaçon de Dieu le Fils. De même que Jésus est Dieu et qu’Il a fait des réclamations légitimes d'égalité avec Dieu, l'antéchrist se fera faussement lui-même « dieu. » Tout comme Jésus est le Dieu incarné, le Dieu même du ciel personnifié, de même l'antéchrist sera Satan personnifié, l'avatar du diable. Satan gouvernera la terre en la personne de l'antéchrist, comme Dieu le fera en la Personne de Jésus. L'antéchrist réclamera également tout pouvoir et toute autorité comme le Fils de Dieu. Le faux prophète, en tant que représentation perverse du Saint-Esprit, constitue la troisième personne de cette trinité contrefaite et satanique. Dans Apocalypse, nous le voyons remplir les fonctions du Saint-Esprit de Dieu. Premièrement, il est dit qu'il possède tout le pouvoir de l'antéchrist, ce qui représente le Saint-Esprit possédant le même pouvoir et les mêmes attributs que le Fils et le Père. Il témoigne de la bête comme le Saint-Esprit témoigne de Jésus. Il a une position subordonnée sous Satan et la bête comme le Saint-Esprit est troisième dans la Sainte Trinité. Tout comme le Saint-Esprit agit dans le cœur des hommes, les convaincant du péché et les attirant vers Christ, il en sera de même pour ce faux prophète. Il motivera, convaincra, contraindra et menacera le monde à accepter la bête, son image et sa marque. Il attirera et forcera les hommes à adorer l'antéchrist.
Même le diable, avec ses imitations perverses de Dieu, nous offre une preuve claire de la Trinité. La trinité satanique est une trinité mal équilibrée, mauvaise et fausse. Celle de Dieu est à tous égards une parfaite et Sainte Trinité.
 
9. La relation de Dieu envers l'humanité
La relation de Dieu avec l'humanité constitue en elle-même un témoignage convaincant et une preuve de la nature tripartite de Dieu. Le Père : Depuis le jardin d'Eden, Dieu désire avoir une relation intime avec l'homme. Même après la chute, Dieu cherchait à rétablir la relation perdue avec l'homme. Mais le cœur de l'homme, déjà dépravé et corrompu, ne se souciait nullement de rétablir sa relation avec Dieu. Contrairement à l'homme, le Père avait déjà préparé le plan de restauration à cause de son amour divin et inconditionnel pour l'homme. Pendant ce temps, Il continua à faire le premier pas en fournissant des moyens pour que cette relation se poursuive dans l’anticipation du sacrifice ultime de son Fils promis, en qui la relation pourrait être pleinement restaurée. L'Ancien Testament nous donne les détails. Le Fils : Il devait rétablir la relation brisée. Dans l'Ancien Testament, Il avait été promis de venir racheter les hommes à Dieu. Il vint finalement. Il était Dieu le Fils. Mais, Il n'avait pas été reçu. Il n'avait pas non plus été honoré. Il était Dieu. Il accomplit la promesse de Dieu envers l'humanité et mourut sur la croix, payant la pénalité pour le péché et ouvrant la voie à une communion restaurée avec Dieu par la foi. Les quatre évangiles nous donnent les détails. À la fin de sa mission sur la terre, avant son retour au ciel, Dieu le Fils a promis la venue de la troisième Personne de la Divinité, qui viendrait habiter ceux qui l’avaient reçu et ceux qui le recevraient après. Le Saint-Esprit : comme promis, descendit dix jours après l'ascension de Dieu le Fils au ciel. Il habite les croyants en Christ. Il est toujours dans le monde aujourd'hui, attirant les hommes vers le Fils. Il enseigne et encourage les croyants sur le chemin de la justice, les connectant au Père et au Fils. Il intercède également devant le Père pour les croyants. Il n'est pas dans le monde sous une forme corporelle comme ce fut le cas de Dieu le Fils. Mais Il est quand même là. Il vit dans le cœur des croyants en Christ. Les Actes et les Épitres nous donnent ces détails.
 
10. La relation du Père et du Fils à l'Esprit
Les Écritures nous aident à comprendre un autre aspect du Père et du Fils en relation avec l’Esprit qui prouve non seulement la Sainte Trinité, mais également la Divinité de Jésus.
C'est une vérité établie que le Saint-Esprit est l'Esprit de Dieu le Père. En ce sens, le Saint-Esprit est Dieu. Dans le cinquième chapitre des Actes, nous trouvons un récit intrigant d'un événement qui s'est produit dans l'église primitive avec l'apôtre Pierre. Ananias et Saphira avaient conspiré entre eux pour mentir aux apôtres, à l'église, et à Dieu.
Le Saint-Esprit, récemment répandu sur les croyants, était très actif dans l'église. C'était l'époque des apôtres de Jésus. Ceux-ci avaient reçu des privilèges spéciaux et du pouvoir. C'était aussi une période de transition dans l'économie de Dieu lorsque le corps et l'épouse de Christ, l'église, étaient en train de s'établir. Ainsi, le travail et la présence de Dieu étaient plus spectaculaires à cette époque.
Avec tout cela, le péché d'Ananias et de Saphira fut encore plus aggravé par le fait qu'ils n'avaient même pas à apporter quoi que ce soit aux apôtres du produit de leur vente. Ils n'étaient sous aucune obligation. Pierre a donc considéré leur mensonge comme un mensonge audacieux et délibéré, non pas contre Pierre, ni contre l'église, ni contre les hommes, mais contre le Saint-Esprit (verset 3), contre Dieu (verset 4) et contre l'esprit du Seigneur Jésus (verset 9) : une autre image de la Sainte Trinité clairement représentée. En corroboration du témoignage de Pierre, Dieu frappa instantanément le mari ainsi que la femme à mort.
Le centre d'attention dans ce compte n'est pas Pierre. Ce n'est ni le Père ni le Fils. C'est le Saint-Esprit. C’est Lui qui était donné pour habiter les croyants et c’est Lui qui était fortement actif dans l’église, instruisant et responsabilisant tous les croyants y compris les apôtres. Pierre l'a donc identifié comme étant l'Esprit de Dieu et l'Esprit de Jésus (ou Esprit du Seigneur). Plusieurs autres versets des Écritures soutiennent cet enseignement. Esprit de Dieu (Genèse 1:2; 41:38; Exode 31:3; 35:31; Nombres 24:2; 1 Samuel 10:10; 11:6; 19:20; 19:23; 2 Chroniques 15:1 ; 24:20; Job 27: 3; 33:4; Matthieu 3:16; 12:28; Romains 8: 9; 8:14; 15:19; 1 Corinthiens 2:11; 2:14; 3:16; 7:40; 12:3; 2 Corinthiens 3:3; Éphésiens 4:30; 1 Thessaloniciens 4:8; 1 Jean 4:2,13). Esprit de Christ (Actes 5:9; 8:39; Romains 8:9; 2 Corinthiens 3:17; Galates 4:6; 2 Thessaloniciens 2:8; Philippiens 1:19; 1 Pierre 1:11).
Les Écritures ne s’arrêtent pas là. Elles continuent à nous en dire plus sur la Trinité et sur la parfaite unité et l'égalité en son sein. Examinez les versets suivants.
« Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l'esprit, si du moins l'Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu'un n'a pas l'Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. »
Romains 8:9
Ce n'est pas un hasard si toutes les trois Personnes de la Sainte Trinité sont mentionnées dans ce seul verset. Ceci est un témoignage indéniable de la véracité de la Sainte Trinité. Remarquez bien le verset. Le Saint-Esprit est l’Esprit de Dieu et de Jésus.
Paul affirme ceci clairement en ces mots : «  Or, le Seigneur c’est l’Esprit  ; et là où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté.  » 2 Corinthiens 3:17. Jésus est le même que L’Esprit saint !
C’est la même vérité que Jésus essayait d'enseigner à ses disciples vers la fin de son ministère terrestre et qu’on a vue un peu plus tôt. La Bible les présente comme étant égaux dans leur fonction.
« Si vous m'aimez, gardez mes commandements. Et moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre consolateur [parakletos dans le grec], afin qu'il demeure éternellement avec vous, l'Esprit de vérité, que le monde ne peut recevoir, parce qu'il ne le voit point et ne le connaît point ; mais vous, vous le connaissez, car il demeure avec vous, et il sera en vous. »
Jean 14: 15-18.
La Bible dit encore :
« Mes petits enfants, je vous écris ces choses, afin que vous ne péchiez point. Et si quelqu'un a péché, nous avons un avocat [parakletos dans le grec] auprès du Père, Jésus-Christ le juste. »
1 Jean 2:1
Dieu conduisit l'apôtre Jean à utiliser le mot grec « parakletos » pour désigner notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, le même mot grec que Jésus Lui-même utilisa pour désigner le Saint-Esprit comme consolateur (Jean 14:16, 26; 15:26; 16:7).
Il est clair que Jésus et l'Esprit intercèdent tous les deux devant le Père.
« De même aussi l'Esprit nous aide dans notre faiblesse, car nous ne savons pas ce qu'il nous convient de demander dans nos prières. Mais l'Esprit lui-même intercède par des soupirs inexprimables »
Romains 8:26.
« Qui les condamnera ? Christ est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous ! »
Romains 8:34 (voir aussi Hébreux 7:25).
Et ce n’est pas tout. Remarquons quelque chose d'autre. Il existe encore une autre vérité qui corrobore l’unité de la Trinité dans la même perspective. Dieu le Père fut tenté à maintes reprises dans l'Ancien Testament par les Israélites «  parce qu'ils ont fait ce qui est mal à mes yeux et qu'ils m'ont irrité depuis le jour où leurs pères sont sortis d'Égypte jusqu'à ce jour » II Rois 21:15. (Voir aussi Deutéronome 32:21; 1 Rois 21:22; Exode 17:1-2; Nombres 14:22 ; Deutéronome 6:16; Psaume 78:41,56; 106:14). Les Écritures nous disent que les Israélites avaient tenté Jésus dans le désert.
« Ne tentons point le Seigneur [ou Christ dans plusieurs manuscrits grec], comme le tentèrent quelques-uns d'eux, qui périrent par les serpents. »
1 Corinthiens 10: 9.
Le texte original, Nombres 21, nous dit que c’est Dieu le Père qui fut tenté.
« Et parla contre Dieu et contre Moïse : Pourquoi nous avez-vous fait monter hors d'Égypte, pour que nous mourions dans le désert? Car il n'y a point de pain, et il n'y a point d'eau, et notre âme est dégoûtée de cette misérable nourriture. Alors l'Éternel envoya contre le peuple des serpents brûlants ; ils mordirent le peuple, et il mourut beaucoup de gens en Israël. »
Nombres 21:5, 6. Étonnamment, les mêmes Écritures ajoutent que les mêmes personnes avaient tenté le Saint-Esprit dans le désert.
« C'est pourquoi, selon ce que dit le Saint-Esprit : Aujourd'hui, si vous entendez sa voix, N'endurcissez pas vos cœurs, comme lors de la révolte, Le jour de la tentation dans le désert, où vos pères me tentèrent pour m'éprouver, et ils virent mes œuvres pendant quarante ans. »
Hébreux 3:7-9 (voir aussi Actes 7:51).
Le psalmiste, dans le psaume cité par Paul, dit que c'est Dieu qu'ils avaient tenté.
« Car il est notre Dieu , Et nous sommes le peuple de son pâturage, Le troupeau que sa main conduit... Oh ! Si vous pouviez écouter aujourd'hui sa voix ! N'endurcissez pas votre cœur, comme à Meriba, comme à la journée de Massa, dans le désert, où vos pères me tentèrent, m'éprouvèrent, quoiqu'ils vissent mes œuvres. »
Psaume 95:7-9
Tout ce que l’Écriture essaye de nous enseigner est la simple vérité que le Père et le Fils et le Saint-Esprit sont tous les trois le même Dieu. La vérité est bien claire à partir de ces versets.
ésus est véritablement le Fils de Dieu ! Il est la Parole révélée de Dieu !
Plusieurs séducteurs sont dans le monde, qui ne confessent pas que Jésus-Christ est l’incarnation de Dieu, la révélation ou l’image du Dieu invisible. Ceux-ci sont animés par l’esprit du séducteur, l’esprit de l'antéchrist. Méfions-nous de ceux-là ! Nous sommes encouragés à demeurer dans la doctrine de Jésus !
 
« Qui est menteur, sinon celui qui nie que Jésus est le Christ ? Celui-là est l'antéchrist, qui nie le Père et le Fils. »
1 Jean 2:22
 
Autres évidences de la Trinité dans la Bible
Les Écritures sont remplies de nombreuses évidences de la Trinité. En voici quelques-unes. Comment sommes-nous justifiés ? Par la grâce du Père (Tite 3:7) Par le sang du Fils (Romains 5:9) Par le Saint-Esprit (1 Corinthiens 6:11)
  Qui habite les croyants ? Le Père (Jean 14:23; 1 Corinthiens 3:16; 2 Corinthiens 6:16; Éphésiens 2: 21-22) Le Fils (Jean 14:20,23; Romains 8:10; 2 Corinthiens 13:5; Colossiens 1:27; Hébreux 3:6) Le Saint-Esprit (Romains 8:9,11; 1 Corinthiens 3:16; 6:19)
  Qui sanctifie ? Le Père (Exode 31:13; Lévitique 20: 8; 21:8; 1 Thessaloniciens 5:23) Le Fils (Hébreux 13:12; 1 Jean 1:7) Le Saint-Esprit (2 Thessaloniciens 2:13; 1 Pierre 1:2)
  Comment le salut est-il accompli en nous ? Le Père choisit (Éphésiens 1:3-6) Le Fils rachète (Éphésiens 1:7-12) Le Saint-Esprit scelle (Éphésiens 1:13-14)
  Comment Dieu est-Il impliqué dans le ministère dans l’église ? Le Père travaille dans tous les ministères (1 Corinthien 12:6) Le Fils est le Seigneur de tous les ministères (1 Corinthiens 12 :5) Le Saint-Esprit donne tous les dons du ministère (1 Corinthiens 12:4)
  Quel est le pouvoir qui agit en nous ?  La puissance de Dieu le Père (1 Pierre 1:5) La puissance de Dieu le Fils (1 Corinthiens 5: 4; 2 Corinthiens 12:9) La puissance de Dieu le Saint-Esprit (Romains 15:13,19)
  Quelle puissance a œuvré en Christ ?  La puissance de Dieu le Père (2 Corinthiens 13:4) La puissance de Dieu le Fils (Jean 10:18) La puissance de Dieu le Saint-Esprit (Luc 4:14)
  Qu’est-ce qui doit être notre motivation ?  L'amour du Père (Romains 5:5; 1 Jean 2:5 ; 5:3) L'amour du Fils (Jean 14:15, 21, 23; 2 Corinthiens 5:14; Éphésiens 3:19) L'amour du Saint-Esprit (Romains 15:30)
  Qui nous fortifie ?  Le Père (Habacuc 3:19; Psaume 28:7) Le Fils (2 Timothée 4:17) Le Saint-Esprit (Éphésiens 3:16)
  Qui sonde ou connaît le cœur et les reins ? Le Père (1 Chroniques 28:9; 2 Chroniques 6:30; Psaume 7:10; Jérémie 11:20; 17:10; 20:12) Le Fils (Jean 2: 24-25; Actes 1:24; Apocalypse 2:23) Le Saint-Esprit (1 Corinthiens   2 : 10)

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents