LE Livre du savoir et de votre valeur
160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

LE Livre du savoir et de votre valeur , livre ebook

-
traduit par

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
160 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En cette période charnière, chaque individu qui a pris conscience de sa valeur tirera profit de son savoir et affirmera son identité de la meilleure façon. Un grand éveil vous échoit, mais vous devez assumer votre identité. Nous insistons sur ceci ⁠⁠: vous êtes tous responsables de votre identité.
Vous révélez votre valeur quotidiennement. Que cela vous plaise ou non, vous décidez vous-mêmes de ce que vous valez. Il en a toujours été ainsi. Vous affirmez votre identité en affirmant votre valeur, qu’elle soit petite ou grande, et vous n’affirmez votre valeur que dans la mesure où vous vous y sentez autorisés. Toutefois, si vous savez que vous êtes le Christ, l’aspect du Créateur dans la forme, par la qualité de la connaissance et de la création qui vous sont disponibles à ce niveau, vous affirmerez votre identité d’une façon nouvelle et votre monde le reflétera.
Vous savez peut-être certaines choses et vous affirmez peut-être votre savoir, mais il faudrait le faire en ayant conscience de votre valeur. C’est votre valeur qui est en jeu ici et c’est l’objet de ce livre. Le savoir que nous désirons vous voir acquérir, c’est celui de votre valeur intrinsèque.
Chers lecteurs, le chant est commencé ⁠! L’orchestre est prêt ⁠! Les partitions musicales sont ouvertes à la lecture ⁠! La vibration est élevée ⁠! Nous chantons maintenant avec vous ⁠! Nous vous accueillons dans ce nouveau texte, dans cette nouvelle aventure au sein de votre valeur, dans tout ce qui vous sera donné et dans tout ce qui sera abandonné ⁠! Nous chantons votre chant avec vous et nous participerons ensemble à l’éveil du monde.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 19 février 2015
Nombre de lectures 4
EAN13 9782896262083
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0035€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

LE LIVRE DU SAVOIR ET DE VOTRE VALEUR

Paul Selig

Ariane Éditions
Titre original anglais : The book of Knowing and Worth
Par : Paul Selig
© 2013, Penguin Group Inc. (USA)
© 2015 Ariane Éditions inc. pour l'édition française 1217, av. Bernard O., bureau 101, Outremont, Qc, Canada H2V 1 V7 Téléphone : 514-276-2949, télécopieur : 514-276-4121 Courrier électronique : info@editions-ariane.com
Site Internet : www.editions-ariane.com
Boutique en ligne : www.editions-ariane.com/boutique
Facebook : www.facebook.com/EditionsAriane
Tous droits réservés.

Aucune partie de ce livre ne peut être utilisée ni reproduite d’aucune manière sans la permission écrite préalable de la maison d’édition, sauf de courtes citations dans des magazines ou des recensions

Traduction : Louis Royer
Révision : Martine Vallée
Révision linguistique : Monique Riendeau
Illustration et Graphisme de la page couverture : Carl Lemyre
Graphisme et mise en page : Carl Lemyre
Conversion au format ePub : Carl Lemyre

Première impression : janvier 2015 ISBN papier : 978-2-89626-194-9 ISBN ePub : 978-2-920987-208-3 ISBN Pdf : 978-2-920987-209-0

Dépôt légal : Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2015 Bibliothèque et Archives nationales du Canada, 2015 Bibliothèque nationale de Paris

Diffusion
Québec : Flammarion Québec – 514 277-8807 www.flammarion.qc.ca
France et Belgique : D.G. Diffusion – 05.61.000.999 www.dgdiffusion.com
Suisse : Servidis/Transat – 22.960.95.25 www.servidis.ch

Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt
Pour l’édition de livres – Gestion SODEC
Imprimé au Canada
Préface
Ce livre est le troisième des textes d’enseignement canalisés par Paul Selig et, sous certains aspects, c’est le plus important. Aussi pratique qu’éclairant, il est sans doute aussi l’ouvrage de psychologie spirituelle canalisée le plus complet et le plus étoffé qui soit depuis les travaux d’Edgar Cayce dans la première moitié du vingtième siècle.
Dans l’histoire récente de la littérature canalisée, d’Edgar Cayce à Helen Schucman ( Un cours en miracles ) en passant par Jane Roberts ( Le matériau de Seth ), on peut déceler un lien étroit et solide entre le canalisateur ou la canalisatrice spirituelle et l’entité ou l’intelligence qui s’exprime par lui ou elle. Provenant d’un collectif de « guides » invisibles, les messages transmis par Paul Selig sont d’une profonde intégrité et d’une grande perspicacité quant aux faiblesses de la nature humaine, ainsi que d’une franchise sans faille quant aux possibilités et aux embûches qui nous échoient à l’époque actuelle. Pourvu intellectuellement de ces mêmes qualités, Paul constitue l’instrument idéal – un genre de Stradivarius de l’âme – sur lequel ces guides peuvent jouer leurs notes.
L’interaction entre Edgar Cayce et sa « Source » était fondée sur une relation identique, bien que d’une tonalité différente. La personnalité de Cayce teintait évidemment la teneur des messages qu’il transmettait. Mystique chrétien d’origine sudiste et rurale, il était aussi un lecteur fervent de la Bible du roi Jacques, et ces caractéristiques marquaient l’énergie canalisée s’exprimant à travers lui. Par contraste, Paul Selig est un éternel citadin, un professeur d’université et un dramaturge à succès, ainsi qu’un homme de son époque, habitué à vivre dans un monde où abondent les options spirituelles et où s’impose la terminologie psychologique. Ces caractéristiques influencent à leur tour le ton des enseignements modernes prodigués par Paul. Néanmoins, au-delà de ces différences superficielles, son travail, tout comme celui de Cayce, est imprégné d’une éthique religieuse universelle, d’un profond respect de l’individu et de l’identité individuelle, ainsi que d’une profondeur psychologique permettant à chaque lecteur et à chaque lectrice de voir dans cette matière ses propres questions, ses propres crises et ses propres espoirs. Le travail de Paul Selig et de ses guides constitue une littérature spirituelle substantielle et durable.
J’ai commencé à publier les textes de Paul et de ses guides en 2010, peu après l’avoir rencontré lors d’un congrès de chercheurs religieux indépendants à l’Institut Esalen. Ce congrès, qui a eu lieu au printemps 2009, comportait la première reconnaissance publique du travail de Paul comme médium et canalisateur spirituel. Jusque-là, ses activités professionnelles à la Tisch School of the Arts de l’université de New York, où il enseigne l’écriture dramatique, et au Goddard College, où il dirige le programme MFA, l’incitaient plutôt à la discrétion quant aux aspects occultes de sa vie. Les éloges unanimes reçus des participants au congrès l’ont encouragé à poursuivre ses canalisations publiques. À l’été 2010 paraissait son premier livre canalisé, I Am the Word (Je suis le Verbe), chez Tarcher/Penguin. Un deuxième ouvrage, The Book of Love and Creation (Le Livre de l’amour et de la création), a suivi en 2012. Depuis, ces deux livres ont été traduits en d’autres langues et ont trouvé des lecteurs partout dans le monde.
La popularité croissante du travail de Paul Selig est remarquable sous plusieurs aspects. Le point de vue de ses guides étant en harmonie avec les principes de la pensée nouvelle et les idéaux du mouvement du potentiel humain, ses guides ne livrent pas un message étroit de réalisation personnelle ou d’autoenrichissement. Ils n’évitent pas ces objectifs, mais leur enseignement requiert une grande connaissance de soi et une observation personnelle de la part de l’individu ; il exige le développement de l’empathie et de la recherche intérieure ; et, souvent, il propose des exercices rigoureux pour y parvenir. Cet enseignement ne s’adresse pas aux gens qui se laissent distraire facilement ou qui recherchent égoïstement leur propre intérêt. Il demande un engagement total.
Cela ne veut pas dire qu’il est dénué d’encouragements, d’espoir et de signification. Les guides affirment sans cesse qu’ils aideront invisiblement le lecteur à se développer s’il utilise leurs affirmations, comme celle qui constitue la note dominante de ce livre : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. » La capacité de l’individu à profiter de cette aide dépend de l’intensité de sa soif de changement, comme c’est d’ailleurs le cas de tous les programmes spirituels authentiques. Si cette soif est sincère, il percevra immédiatement l’énergie de secours des guides.
Cet enseignement est remarquablement prometteur car son influence grandissante reflète une nouvelle maturité de la philosophie spirituelle thérapeutique, souvent dite « du nouvel âge ». Cette sagesse canalisée indique à la fois un tournant culturel et possiblement un tournant individuel pour chaque lecteur et chaque lectrice de ce livre. Nous voici au seuil d’une manifestation spirituelle rigoureuse marquée par une excellente méthodologie de transformation personnelle.
Mitch Horowitz , 31 mai 2013.
Les pages qui suivent contiennent la transcription des séances de canalisation spirituelle qui furent enregistrées dans la ville de New York entre le 22 novembre 2012 et le 11 avril 2013, et dont Paul Selig était le canalisateur. Victoria Nelson était présente par téléphone depuis Berkeley, en Californie. Deux séances ont eu lieu à Port Townsend, dans l’État de Washington, alors que Paul et Victoria étaient présents dans la salle. Deux autres ont été enregistrées lors des rencontres du jeudi soir organisées par Paul et auxquelles Victoria assistait par téléphone.
Introduction
Le premier jour
Nous parlons le mieux possible de ce qui s’en vient et nous disons tout ce qu’il faut pour éclairer les lecteurs de ce texte. En cette période charnière, chaque individu qui a pris conscience de sa valeur tirera profit de son savoir et affirmera son identité de la meilleure façon. Un grand éveil vous échoit, mais vous devez assumer votre identité. Nous insistons sur ceci : vous êtes tous responsables de votre identité .
Vous vous identifiez par vos déclarations sur vous-mêmes : « Je sais qui je suis dans ma vie, dans mon travail, dans mes rassemblements et dans mes échanges. » Si vous avez une faible opinion de vous-mêmes, vous fonctionnez dans la peur et le manque. On ne vous a pas dit qui vous étiez et, conséquemment, vous vous identifiez à partir de structures qui vous limitent.
Chaque lecteur de ce livre sait déjà que ce monde est bien davantage que ce qu’il semble être. Cette nouvelle expérience identitaire qui vous fait voir le monde différemment vous fera adhérer à des possibilités inédites qui se dévoileront sous vos yeux. Vous êtes donc déjà prêts à accueillir les idéaux qui se présenteront par l’acquisition des informations que nous vous livrerons dans ce livre portant sur la valeur et le savoir. C’est d’ailleurs le titre même de cet ouvrage : Le Livre du savoir et de votre valeur . Il s’agit de votre propre savoir et de la valeur dont vous héritez en exécutant votre chant sur ce plan d’existence et en élevant celui-ci à un autre niveau d’incarnation.
Voici ce qui se passe présentement sur ce plan : plusieurs d’entre vous se sont réunis pour s’incarner au plus haut niveau possible. Pour ce faire, la connaissance de leur nature véritable leur était nécessaire. Quand il se produit une élévation de conscience massive, vous vous orientez vers la phase suivante de votre développement sur ce plan, et le plan lui-même doit se modifier de façon à refléter la nouvelle connaissance que vous avez acquise.
Certes, vous vous posez maintes questions à ce sujet : « À quoi ressemble mon monde ? » « Qui suis-je à cet autre niveau d’incarnation ? » Nous vous le dirons. L’aspect du divin que vous êtes et que vous avez toujours été destinés à être demande à se réaffirmer : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. » Cette affirmation créatrice personnelle suscite un nouvel éveil de votre être par la manifestation du Soi christique.
Nous ne le disons pas dans un sens hérétique, mais au sens le plus véridique qui soit. Notre approche du Christ est la suivante : il s’agit de l’aspect du Créateur qui peut se manifester dans la forme. Le Christ que vous êtes dans l’enseignement du présent texte. L’homme peut-il être le Christ ? L’homme est le Christ, mais il ne s’y est pas encore éveillé. L’éveil dont nous parlons, c’est l’héritage du Créateur né en chaque individu éveillé à sa valeur en tant que manifestation du Créateur dans la forme.
Vous révélez votre valeur quotidiennement. Que cela vous plaise ou non, vous décidez vous-mêmes de ce que vous valez. Il en a toujours été ainsi. « Je suis un petit humain craintif. » « Je suis l’heureuse mère de trois enfants, je sais qui je suis quand je les dépose à l’école et que je rentre chez moi pour faire la cuisine. » Vous affirmez votre identité en affirmant votre valeur, qu’elle soit petite ou grande, et vous n’affirmez votre valeur que dans la mesure où vous vous y sentez autorisés. Comme nous vous l’avons expliqué dans nos livres précédents, vous avez été diminués par des structures qui entretenaient en vous la peur d’affirmer votre valeur. Aujourd’hui, nous chantons le chant qui exprime votre âme afin que vous en appreniez les paroles.
« Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. Et en chantant, je le sais. Et en le sachant, j’incarne mon être véritable. Et cet être véritable est le Christ dans sa manifestation humaine. »
Nous vous chantons votre chant afin que vous en appreniez les paroles. Nous savons qui vous êtes. Nous savons ce que vous êtes destinés à être. Vous devez toutefois prendre conscience, chacun et chacune d’entre vous, que vous pouvez affirmer ce que vous êtes destinés à être.
À chaque instant de votre vie, vous décidez de ce que vous êtes. « Je suis un homme qui a honte. » « Je suis une femme qui rit. » « Je suis celui qui apporte la joie. » « Je suis celle qui s’inquiète trop. » Ce que vous dites de vous-mêmes, vous l’incarnez, et cette incarnation détermine le niveau vibratoire de votre valeur.
Vous valez ce que vous dites de vous-mêmes . Il en fut toujours ainsi. Si vous dites que vous valez deux dollars, vous ne vaudrez pas un sou de plus. Si vous savez que vous êtes le Christ, l’aspect du Créateur dans la forme, par la qualité de la connaissance et de la création qui vous est disponible à ce niveau, vous affirmerez votre identité d’une façon nouvelle et votre monde le reflétera.
Paul se demande en ce moment si nous disons aux humains qu’ils sont le Christ. C’est bien ce que nous disons. Vous ne connaissez pas la magnificence de votre être parce que vous en ignorez la possibilité. On vous a indiqué la voie plusieurs fois, mais votre civilisation a adopté des paradigmes contraires à cette vérité. Vous renoncez à votre autorité chaque fois que vous vous trouvez petits, chaque fois que vous êtes dominés par une structure censée en savoir davantage que vous.
Et c’est parce que vous le voulez bien. Vous êtes tellement habitués à jouer le jeu des limitations que vous créez à partir de ce jeu. Le chapeau qui vous protège du soleil devrait vous réveiller. « Je sais qui je suis dans mes limitations, dans ma pauvreté, dans ma peur, dans ma honte et dans mon ignorance. »
Vous savez peut-être certaines choses et vous affirmez peut-être votre savoir, mais il faudrait le faire en ayant conscience de votre valeur. C’est votre valeur qui est en jeu ici et c’est l’objet de ce livre. Notre texte ne vise pas à faire en sorte que vous vous sentiez mieux dans votre peau car ce n’est pas ce qui nous intéresse. Si c’est le cas, c’est néanmoins utile car vous serez ainsi plus attentifs. Le savoir que nous désirons vous voir acquérir, c’est celui de votre valeur intrinsèque.
« J’ai le droit de vivre ma vie en ayant conscience de mon être christique dans sa manifestation et de m’attirer les expériences, les expressions christiques qui correspondent à ce savoir. »
Vous seuls décidez, chers auditeurs et lecteurs témoins de ces propos inscrits sur une page imprégnée de savoir . Les informations que nous vous fournissons ici ont le pouvoir de vous faire passer de la petitesse à la manifestation du Christ dans l’humain. Le saviez-vous ? Le Christ peut naître humain en chacun de vous comme en tous ceux que vous rencontrerez ou ne rencontrerez pas au cours de cette vie. Il en est ainsi parce que le Créateur vous accueille tous en ce moment même.
Nous chantons votre chant dans ce texte pour que vous en appreniez les paroles et que vous vous familiarisiez avec les idéaux auxquels nous voulons vous voir adhérer. Vos pensées et vos actes qui furent conçus dans la peur et qui sont nés dans l’inquiétude pendant cette incarnation-ci se dévoileront et leur élimination vous permettra de vous voir tels que vous êtes réellement. Les concepts que nous vous livrerons, les moyens de vous connaître vous-mêmes en relation avec les autres et avec toutes vos créations constitueront votre nouveau savoir.
Nous vous posons maintenant une question : qui a peur d’être le Christ ? Qui a peur de manifester la conscience christique dans son corps ? Qui parmi vous en a peur ? Vous en avez tous peur. Et savez-vous pourquoi ? C’est parce que l’on vous a dit qu’il ne pouvait pas en être ainsi, mais on vous a menti. Nous vous disons le contraire car nous le savons.
Nous nous sommes connus de diverses façons et sous différentes formes à divers moments de l’histoire, dans cet idéal que vous appelez un plan. Pour vous enseigner, nous avons pris une forme matérielle ou nous avons conservé notre identité dans l’éther. Peu importe. Ce que nous pouvons toutefois vous affirmer, c’est qu’il en est ainsi, qu’il en a toujours été ainsi et que l’on vous a menti en disant qu’il ne pouvait pas en être ainsi.
Nous vous indiquerons les pages du livre qui vous a été caché, afin de vous montrer les vrais mots qui y sont imprimés. Les mots « Je suis le Verbe : le Livre du savoir et de votre valeur » vous rappelleront sans cesse votre identité.
Vous avez consenti à tout ce que vous avez sous les yeux. Le saviez-vous ? Tout ce qui se trouve sur vos étagères, dans la rue et dans le ciel, vous y avez consenti. Cela ne pourrait pas exister si vous n’y aviez pas consenti collectivement et individuellement car le niveau individuel est un aspect du collectif.
Sachez maintenant ceci : vous n’êtes témoins que de ce que vous avez créé et de ce que vous acceptez. Quand vous êtes d’accord avec quelque chose, vous êtes en harmonie ou en résonance avec cette réalité. Vous avez alors la même fréquence vibratoire et vous pouvez la manifester.
Puisque vous êtes le Christ, vous devez vous débarrasser de tous les acquis et de toutes les affirmations avec lesquels vous êtes en résonance et qui ne le sont pas avec cette vérité. Ils seront abolis par la lecture de ce texte. Nous avons ici une mission : ceux d’entre vous qui décideront – et nous insistons sur le mot « décideront » – qu’il en est ainsi vivront l’expérience voulue par ce texte. Ceux d’entre vous qui décideront d’être en harmonie avec cette vérité triomphale, à savoir qu’ils sont le Christ manifesté chez l’humain, vivront l’expérience, le savoir et l’absolution de l’histoire limitée qui leur échoit à ce moment du temps.
Votre temps est celui du jugement. Nous n’emploierons pas de termes hiérarchiques pour clarifier la question. Vous êtes le Créateur. Vous faites face à vos propres créations et vous décidez vous-mêmes de ce que vous ferez ensuite. Votre temps présent est donc celui du jugement, qui implique l’harmonisation avec une nouvelle possibilité.
L’éveil de chaque humain se reconnaissant comme l’incarnation d’un aspect du Créateur connaissable dans sa propre valeur, voilà ce que nous vous chantons. Nous vous livrerons à chaque page un enseignement que l’esprit pourra reconnaître et que l’âme pourra reconnaître comme le passage de sa personnalité à un niveau de conscience supérieur : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. »
Vous êtes ce que vous dites que vous êtes. Veuillez bien comprendre ceci : vous êtes ce que vous dites que vous êtes . « Je suis un aspect du Créateur dans la forme », voilà l’affirmation de votre valeur et de votre vérité. C’est ce que vous serez toujours, ce que vous avez toujours été, et il ne peut en être autrement. Ce que vous êtes se trouve dans ce corps, dans cette expression de vie que vous avez choisie pour vivre cette expérience. Chaque humain ou chaque être sert de la façon exprimée par sa conscience, soit par ce qu’il consent à faire, ce avec quoi il est en résonance et à partir de quoi il crée. Lorsque vous savez comment servir, vous savez qui vous êtes et vous vous reflétez dans votre manifestation, ce qui signifie que vous obtenez ce à quoi vous vous attendez et que vous vous attendez à obtenir ce que vous savez.
Quand vous saurez que vous êtes dans la vérité, votre vie changera car elle ne peut pas rester la même. Vous comprenez ? Vous ne pouvez pas acheter des pois verts à l’épicerie et vous attendre à ce qu’ils soient différents quand vous serez de retour chez vous. Si vous achetez des pois verts, vous obtiendrez des pois verts. Il en va de même en ce qui concerne votre manifestation christique, qui se reflète partout autour de vous. Il en est ainsi parce que vous manifestez ce qui est en vous.
Tous les lecteurs de ce livre le savent déjà au plus profond d’eux-mêmes. Cette information est innée. Elle vous a été instillée par Dieu, par ce qui vous crée, afin que vous vous en souveniez en tant qu’aspect de la Source. Or, on vous a menti et vous avez consenti au mensonge, lequel dure depuis beaucoup trop longtemps.
Nous comprenons que l’humanité comporte plusieurs facettes. Vous avez des sentiments et des émotions, vous avez un corps, vous avez ce dont vous avez hérité structurellement, dans la forme et la gouvernance, dans la religion qui imprègne tout. Sachez maintenant ceci : vous n’êtes pas votre histoire . En fait, vous n’avez jamais été conçus pour l’être, mais le mur que l’on a érigé entre vous et votre Soi divin a été cimenté par des informations destinées à vous isoler de votre véritable valeur. Vous ne pouvez plus blâmer personne de ce que vous êtes. Vous ne faites que recréer ce que vous avez connu d’une façon limitée parce que vous pensez ne pas avoir droit à plus.
Nous vous posons donc la question suivante : est-ce bien ce que vous désirez ? Si c’est le cas, vous devez poursuivre la lecture de ce livre comme s’il s’agissait d’un cours d’éveil à votre Christ intérieur. Si ce n’est pas ce que vous désirez, nous vous remercierons de la patience dont vous avez fait preuve jusqu’ici et nous attendrons le jour où vous serez prêts à accepter votre savoir intérieur. Quand vous le serez, cette information vous sera disponible à la fois sous sa forme matérielle et sous sa forme spirituelle qui dicte le texte imprimé sur la page. Tous les lecteurs de ce livre sont prêts à retrouver ce savoir.
Voici encore une question : qu’est-ce qui fait obstacle à votre valeur ? Qu’avez-vous créé qui vous sépare de Dieu ? Quelles croyances consenties vous séparent de l’amour de votre Créateur ? En quoi avez-vous tellement investi que cela vous isole du royaume dans lequel vous êtes les bienvenus ? Il vous faut le considérer et vous rendre compte de la nature réelle de ces créations : elles sont nées dans la peur et vous les utilisez pour vous protéger de la possibilité d’être beaucoup plus merveilleux que vous ne l’avez jamais imaginé.
Nous vous chantons votre chant en ce moment. L’aspect de vous-mêmes qui est prêt à se faire accueillir sera chanté comme une note de violon dont l’écho dans l’univers vous ramènera à vous-mêmes. Quand vous serez en résonance avec le Christ, quand vous entendrez cette note avec votre véritable nature, vous chanterez le chant christique et votre identité sera rétablie :
« Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. »
« Je sais qui je suis », voilà l’affirmation de la vérité. Vous savez toujours qui vous êtes, même quand vous pensez le contraire. Ce que vous affirmez être, c’est ce que vous manifestez.
Lorsque vous découvrirez les raisons de votre incarnation, votre évolution s’accomplira et vous accueillerez cette transformation. La connaissance de ce que vous êtes, « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis » – et nous soulignons le « ce que » –, sera toujours vraie. Vous savez ce que vous possédez, vous savez ce que vous créez, car vous l’exprimez ainsi sous cette forme matérielle. Vous vous exprimez de la façon dont vous servez. Chacun de vous chante son chant à chaque instant. Votre chant est votre vibration, laquelle se reflète dans votre conscience.
Vous ne pouvez avoir une seule pensée sans vous y harmoniser. C’est la pensée qui vous harmonise. L’émission dont vous êtes la radio est votre propre expression. Si vous n’aimez pas le poste que vous diffusez, il est temps d’en choisir un autre et nous vous donnerons les instruments pour le faire.
L’éveil que vivront tous les lecteurs qui réagiront à ce texte en le considérant comme un enseignement leur procurera une conscience nouvelle non seulement de leur valeur, mais aussi de celle de tous leurs camarades, de chaque être vivant, de toutes leurs créations. Les manifestations seront telles que vous ne vous connaîtrez plus comme vous étiez auparavant, parce que ce que vous étiez auparavant résultait du consentement à une structure qui ne vous correspond plus. Elle n’est plus de la même fréquence vibratoire que vous et vous ne pouvez donc plus la manifester dans le monde physique. Vous comprenez bien ? La signification de cet enseignement que nous vous prodiguons, c’est que vous devez réaliser ce que vous êtes, ce que vous savez, et quelle est votre expression dans le monde.
Dans nos livres précédents, nous vous avons parlé de la curiosité. Lorsque vous êtes curieux, vous vous ouvrez à une possibilité nouvelle. Rien ne peut se produire sans qu’existe d’abord cette nouvelle possibilité. Vous devez vous ouvrir à une possibilité nouvelle pour découvrir autre chose que ce que vous avez connu jusque-là. Voilà ce qu’est l’éveil. Nous disons oui à chacun de vous qui se dit oui à lui-même :
« Je sais qui je suis dans ma valeur, je sais ce que je suis dans ma valeur, je sais comment servir dans ma valeur. »
Votre chant n’en est qu’un parmi plusieurs tandis que le grand chœur s’ensuit, que le nouvel éveil survient et que la peur est évacuée de ce plan.
Encore une question : si vous ne voulez pas entreprendre ce cheminement, dites pourquoi. Vous devez apprendre à vous poser les questions pertinentes. Pourquoi désirez-vous entreprendre ce cheminement ou pourquoi ne le désirez-vous pas ? Vous devez assumer la responsabilité de tous vos choix. Si vous n’êtes pas responsables, vous n’êtes pas conscients, et si vous n’êtes pas conscients, vous dormez. Nous éveillons à ses propres choix celui ou celle qui peut chanter, qui peut se reconcevoir et, conséquemment, qui peut reconcevoir le monde de la façon la plus élevée à laquelle il lui est possible de s’harmoniser.
Le chant est commencé ! L’orchestre est prêt ! Les partitions musicales sont ouvertes à la lecture ! La vibration est élevée ! Nous chantons maintenant avec vous ! Nous vous accueillons dans ce nouveau texte, dans cette nouvelle aventure au sein de votre valeur, dans tout ce qui vous sera donné et dans tout ce qui sera abandonné ! Nous chantons votre chant avec vous et nous participerons ensemble à l’éveil du monde.
Nous vous remercions de votre présence. Nous vous parlerons sous peu. Bonne nuit !
I
UN
Je sais qui je suis
Le deuxième jour
Pourquoi t’inquiéter qu’il n’y ait pas de transmission alors qu’il y en a toujours eu depuis que nous travaillons avec toi [ 1 ] ? Tu dois faire confiance aux auteurs de ce texte : ils savent faire en sorte que cette interaction satisfasse leurs propres besoins. Bien que nous ne soyons nullement impatients envers toi, nous arrivons ici préparés à enseigner à nos élèves ce qu’ils ont besoin de savoir pour apprendre qui ils sont et ce qu’ils doivent faire pour tenir compte de leur valeur.
La vie de chacun d’entre vous est fondée sur l’histoire qui s’achève. Nous entendons « s’achève » dans un sens positif. La vie que vous avez choisie de vivre fut créée pour réaliser une expérience, laquelle vous a menés jusqu’au point où vous en êtes aujourd’hui dans vos créations et dans vos consentements.
Le jour nouveau, le temps nouveau, la croyance que vous pouvez maintenir cette vibration nouvelle, voilà ce qui vous fera avancer. Pour vous livrer notre enseignement, nous consentons à une lumière nouvelle, c’est-à-dire à la manifestation du Christ sur ce plan, comme vous avez tous consenti à la réaliser.
Comment peut-il exister plusieurs Christ ? Mais comment pourrait-il en être autrement ? Si le Créateur s’incarne en vous, il doit pouvoir le faire en chacun. Une seule lumière ne suffit pas à éclairer le monde. Il doit y en avoir plusieurs. Les créations de votre champ énergétique le démontrent et c’est ce que nous désirons vous faire comprendre. La faim intemporelle de votre âme dans le corps du Tout, voilà ce à quoi vous consentez.
Vous vous harmonisez avec tout votre savoir. C’est toujours la vérité. Quand vous dites : « Je sais que c’est lundi », vous vous harmonisez avec le lundi. De même pour le mardi. Vous consentez au mardi et vous allez donc travailler le mardi, et ainsi de suite. Le mode du consentement est fondé sur des diktats culturels qui furent créés par vous à divers moments de l’histoire. Vous avez tous dit : « D’accord. Nous irons travailler puisque c’est mardi. » Alors, le mardi, vous y allez. Vous n’avez pas encore permis de recréer des paradigmes qui ont été tellement appliqués que vous y consentez d’emblée sans même y réfléchir. « Il est midi et je dois prendre un café. » « C’est le soir de mes noces et je dois faire l’amour. » Vous avez choisi tout consentement à une structure.
Aujourd’hui, nous ferons quelque chose de nouveau. Pendant dix minutes, nous défierons une structure dont vous avez hérité. Ensuite, nous en parlerons. Vous avez hérité du mode de connaissance de vous-mêmes car vous n’avez pas choisi votre nom. Il fut imprimé sur du papier à votre naissance et vous vous dites : « Ce doit être ce que je suis » car vous avez appris ce nom et vous y réagissez quand vous l’entendez. En dehors de votre nom, vous vous connaissez par votre fréquence vibratoire. Quand nous nous identifions de nouveau à vous à partir de votre fréquence, nous vous situons en dehors de votre nom.
Votre fréquence est celle d’un être grand. C’est une émission de votre conscience qui s’harmonise avec votre vérité car elle ne peut jamais s’en séparer. Vos créations séparées sont nées dans la personnalité. Celle-ci, qui reconnaît la séparation, s’harmonise avec tout ce qui est séparé, et elle écarte la possibilité que les questions que vous vous posez sur vous-mêmes puissent vous conduire en terrain inconnu.
Voici ce que nous ferons maintenant : nous vous sortirons de votre histoire. Nous vous sortirons du nom que vous avez reçu et nous vous emmènerons dans un nouvel état créateur. Nous compterons jusqu’à trois, puis nous changerons la fréquence vibratoire de ce texte pour vous harmoniser avec une nouvelle création : vous dans l’amour, en tant qu’amour, avec amour, et en accord avec tout l’amour qui existe.
En comptant jusqu’à trois, nous installerons en chacun de vous les munitions nécessaires pour vous charger de cette création. Ainsi chargés, vous l’affirmerez et vous en hériterez en vous harmonisant avec elle dans votre esprit inconscient. Une fois que celui-ci sera harmonisé avec cette nouvelle création, le processus de sa manifestation s’enclenchera. Notre texte correspond à cette conception intérieure. Il est une création d’amour harmonisée avec vous tous. Nous ferons donc maintenant ceci avec chacun de vous :
Un, deux, trois.
Ce que nous faisons, c’est élever la vibration que vous avez toujours connue, pour la transformer en un nouveau modèle qui résistera au changement. Comme l’amour est immuable dans son infinité, il connaît toujours sa valeur. Tout ce qui fait partie de vous et qui n’est plus en accord avec l’amour disparaîtra, balayé par un grand vent transportant très loin les débris de votre histoire.
La permission dont nous avons besoin de votre part pour qu’il en soit ainsi, c’est une entente avec vous selon laquelle vous pouvez vous harmoniser avec cette possibilité. Dans cette harmonisation, vous consentirez à devenir votre intention : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. »
L’entente que vous concluez à l’heure actuelle, c’est de vous harmoniser et d’harmoniser votre histoire avec une nouvelle création. Si l’histoire n’est plus en harmonie avec la vibration que nous maintenons, elle disparaîtra sans modifier votre expression. Vous n’en retiendrez que votre capacité de grandir et de changer.
Nous préciserons maintenant ceci : quand nous disons que vous n’êtes pas votre histoire, nous ne voulons pas dire que celle-ci n’a pas eu lieu. Vous ne blâmez donc pas votre histoire pour votre situation présente, mais vous concédez simplement que vous n’êtes pas votre histoire et vous pouvez ainsi faire valoir votre nouvelle création, qui est votre manifestation.
En nous harmonisant avec chacun de vous, en vous reconnaissant tous dans le nouveau modèle « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers », nous sommes d’accord avec vous. Notre accord signifie que nous ne vous abandonnerons jamais, que nous n’oublierons jamais que vous avez accepté de chanter ce chant que nous vous enseignons. Tant que vous vous souviendrez de votre nom, de votre être véritable, « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers », nous œuvrerons avec vous pour vous actualiser comme la plus authentique création que vous puissiez incarner.
Nous savons que plusieurs d’entre vous ont de la difficulté avec le mot « Christ » parce que votre histoire vous empêche d’en percevoir le vrai message. En parlant du Christ, nous vous créons un nouvel idéal. Votre actualisation comme un aspect du Créateur dans son savoir et son incarnation, dans son expression et son être, c’est la manifestation du Christ en l’humain. Nous répondons déjà à votre refus de cette réalité tandis que vous lisez ce texte. Nous vous avons déjà dit que ce dernier opère à divers niveaux : le texte imprimé, puis la véritable empreinte vibratoire vivant dans chaque page et qui vous appelle à l’expression et à la vibration que nous avons vues en vous dirigeant vers la possibilité de la manifestation.
En consentant à lire ces lignes, vous consentez également à vous harmoniser. Si vous pouvez lire un livre tout en écoutant de la musique, voilà le meilleur exemple qui vous convient. Tandis que vous lisez les mots inscrits sur la page, la musique commence à vous informer et votre vibration lui est harmonisée.
Les créations que vous avez connues jusqu’ici ont été faites pour que vous vous connaissiez, pour que vous décidiez vous-mêmes d’entreprendre ce cheminement. Nous vous demandons donc d’en être reconnaissants, de remercier tout ce qui a fait partie de votre vie jusqu’ici, chaque parcelle du cœur, chaque parcelle de souffrance, chaque joie, chaque amour, chaque pensée qui vous a conduits jusqu’au moment présent. Ce que nous choisissons pour vous, c’est de vous entendre chanter. En chantant, vous vous élèverez. En vous élevant, vous consentirez à vous harmoniser avec votre être véritable : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. »
Le titre de ce chapitre, « Je sais qui je suis », correspond à ce que nous vous enseignerons à partir de maintenant. Le soi que vous avez connu et que vous avez prétendu être opère dans l’illusion. Une telle a un emploi, une famille, et s’identifie par ses créations. Ce qu’elle ne connaît pas, c’est son soi infini, car ce dernier n’a pas été harmonisé avec une nouvelle possibilité extérieure aux réactions auxquelles elle a consenti. Si l’on vous dit de rire en regardant un film comique, vous vous attendrez à rire. Si vous allez pleurer à des funérailles, vous vous attendrez à verser des larmes. Les diverses réactions conditionnées que vous avez eues jusqu’ici vous ont donné l’illusion du choix, mais, en fait, elles ont été choisies pour vous.
Nous ne nions pas votre humanité. Nous la célébrons. Le rire et les larmes font partie de votre vie, mais nous ne vous disons pas quand les manifester. Comme votre histoire vous oriente dans une certaine direction, « il se produit ceci et vous devez le ressentir ainsi », vous vous reconnaissez dans ces expressions. Quand vous êtes suffisamment nombreux à être d’accord avec quelque chose, cela se solidifie sous une forme matérielle. Vous avez tous consenti aux créations qui vous entourent présentement.
La réaction que nous vous offrons, « Je sais qui je suis », n’empêche ni le rire ni les larmes. Elle chante un nouveau chant qui s’élève au-dessus du comportement conditionné, de sorte que vous puissiez réagir à la vérité et non à la fausseté, non à ce que l’on vous a appris à croire parce que vous y avez tous consenti il y a longtemps. « Je sais qui je suis », voilà l’affirmation de votre valeur. Quand vous saurez profondément qui vous êtes, « Je sais que je suis un aspect du Créateur dans la forme, je suis manifesté comme tel », cela deviendra votre expression.
Lorsque vous vibrerez en accord avec cette affirmation, ce qui vous entoure commencera à bouger, à se transformer pour reconnaître la nouvelle création que vous affirmerez comme votre fréquence vibratoire. La vibration que chacun d’entre vous maintient est choisie par vous de diverses façons. Votre soi émotionnel, les idées que vous entretenez, les choix que vous faites dans votre esprit informent tous votre vibration.
Quand vous adopterez la vibration christique, c’est elle que vous exprimerez et ce sera là votre service, car ce que vous vous attirerez par cette volonté sera en harmonie avec cette connaissance et cette création. Laissez-nous vous l’expliquer. Quand vous élèverez votre conscience et que votre vibration s’élèvera en conséquence, les manifestations sur ce plan se modifieront pour refléter cet autre niveau de conscience et d’expression. Ce que vous vous attirerez ainsi sera nécessairement en accord avec ce nouvel idéal. Il ne peut en être autrement. Vous comprenez ? Il ne peut en être autrement.
Ce que vous vous attirerez à cet autre niveau de conscience sera nécessairement en accord avec lui, et ce qui est en accord avec le Christ manifesté doit être au service de la guérison. La vibration que vous maintiendrez sera celle du service car vous exprimerez constamment cette vibration. C’est ainsi que vous ferez l’expérience de vous-mêmes.
Paul intervient : « Devons-nous leur dire de se faire infirmiers pour qu’ils soient en service ? » Absolument pas. Pour être en service, il suffit de réaliser son soi véritable. Celui qui le fait s’exprime comme tel et c’est ce qu’il s’attire. Il le démontre dans chaque aspect de sa vie car il ne peut pas ne pas le démontrer. Ce qu’il démontrera, ce sera l’amour, l’expression christique, car c’est ainsi que le Christ s’exprime.
Nous devons vous dire ici quelque chose de très important car il y a confusion à ce sujet dans l’esprit de plusieurs. Un grand nombre d’entre vous croient que s’ils manifestent leur Soi supérieur ou leur Soi christique, celui-ci est à leur service. C’est pourtant le contraire.
Vous croyez tous le contrôler sur le plan de l’ego et de la personnalité alors qu’en fait c’est le contraire. Quand Jean ou Marie exprime le Christ, ce n’est pas que Jean ou Marie est le Christ ; c’est plutôt que le Christ est Jean ou Marie. La main ne tient pas le verre. C’est le verre ou le calice du Christ qui tient l’humain. Vous saisissez la différence ?
Donc, lorsque le Christ devient vous et qu’il harmonise les aspects de vous qui sont discordants, dans la peur, dans le blâme et dans l’hérésie contre le soi véritable, le savoir de celui-ci émerge et fait valoir sa compétence. Que Jean soit le Christ, oui, mais que le Christ soit Jean, voilà qui est beaucoup plus vrai.
Vous voyez bien qu’il y a une différence, car vous aimez être en position d’autorité et, en fait, vous l’avez toujours été et vous le serez toujours. Or, quel aspect de vous-mêmes affirme l’autorité dans votre existence ? Si c’est Jean l’employé de banque malheureux en amour qui affirme son autorité, c’est alors le Jean malheureux en amour qui exerce l’autorité. Quand vous êtes le Christ qui se manifeste en vous, c’est cet aspect de vous qui domine. Il s’harmonise avec la vérité, au service et en reconnaissance de votre valeur.
Nous essayons d’être très clairs car vous devez connaître ces principes simples pour comprendre où nous voulons en venir. Vous ne perdrez pas votre personnalité. Vous êtes incorporés par votre soi véritable d’une manière telle que vous ne fonctionnerez plus selon une fausse structure à laquelle vous vous êtes erronément identifiés.
Est-ce possible ? Tout à fait. Est-ce simple ? Absolument. Est-ce que la personnalité aime ça ? Aucunement. Parce qu’elle investit énormément dans ce qu’elle veut être. Si cet aspect du soi qu’est la personnalité doit se conforter pour la poursuite de cette transmission, c’est parce que sa sécurité sera grandement magnifiée en s’exprimant plus sainement avec le soi véritable, le Christ manifesté en vous.
Les décisions que vous avez prises jusqu’ici vous ont conduits à ce moment d’une nouvelle création. Une nouvelle création est apparue pour chanter votre chant, pour être en vous, pour s’harmoniser avec vous, car elle a toujours été votre vérité.
Comme nous l’avons affirmé hier, plusieurs hommes, plusieurs créations, plusieurs systèmes ont menti à l’humanité, qui a été contrôlée trop longtemps. Cette duperie l’a placée dans une situation difficile. Vous pensez que vous devez vous faire du mal mutuellement pour être en sécurité. Vous pensez que vous devez gagner les uns contre les autres pour être heureux. Vous pensez que vous ne devez avoir qu’un seul partenaire alors qu’en fait le monde entier vous aime et que le seul facteur gagnant est la reconnaissance de votre valeur divine. Tout ce qui se trouve entre vous et la reconnaissance de votre valeur divine doit faire l’objet d’un choix, une chose à la fois ou toutes en même temps, mais vous devez en décider pour vous libérer.
Si ce n’était pas possible, nous ne serions pas vos enseignants. Nous avons la capacité d’éveiller plusieurs personnes en même temps et nous en sommes heureux. Ce qui a de la valeur ici, c’est la manifestation de Dieu chez l’humain.
Le titre de ce livre est important : Le Livre du savoir et de votre valeur . Vous devez savoir pour affirmer votre valeur. Si vous n’affirmez pas votre valeur, vous ne pourrez affirmer le royaume, qui est votre véritable héritage.
Le passage que vous traverserez tous par l’acquisition de ces informations et par ce que nous vous enseignerons sera marqué par l’étonnement et la fureur. Nous disons « étonnement » parce que vous reconnaîtrez des aspects de vous-mêmes qui ne sont plus en harmonie et dont vous verrez à quel point il était ridicule de les retenir dans votre identité. Et nous disons « fureur » parce que vous reconnaîtrez à quel point vous vous êtes fait du mal en tentant de rester petits. Une fois que vous aurez reconnu que ce n’est plus nécessaire, la porte s’ouvrira toute grande pour vous laisser entrer dans votre manifestation christique.
Chacun de vous a choisi d’être témoin de cette occasion pour ses congénères. Lorsque plusieurs personnes lisent un même texte en même temps, elles sont toutes en harmonie avec une fréquence vibratoire de groupe. En lisant ce livre, vous découvrirez que d’autres gens suivent ces enseignements avec vous, autant dans l’éther que sur le plan physique, ce qui vous rappellera qu’il s’agit d’une action collective.
Nous ne le faisons pas uniquement dans votre intérêt, mais pour que vous vous souveniez de ce que nous sommes. Nous sommes un aspect du Christ manifesté, tout comme vous, et nous désirons donc que votre être véritable se souvienne de nous afin que nous soyons en harmonie parfaite. Les conversations qui suivent feront plus que vous intéresser : elles vous élèveront. Vous vous élèverez en même temps que nous vous élèverons par nos propos.
La fréquence vibratoire de ceux qui assistent à ce travail est puissante. La planète avec laquelle vous êtes en harmonie, ce plan expérientiel que vous connaissez, se trouve à un tournant, et l’éveil de l’humanité est requis. Nous chantons votre chant afin que vous puissiez le chanter vous-mêmes et l’apprendre à vos congénères. Nous vous demandons ceci : quand vous connaîtrez les paroles de votre chant, de votre expression, pourquoi ne pas rendre service à vos congénères en les faisant s’harmoniser avec leur valeur divine ?
Nous sommes des enseignants. C’est le rôle que nous jouons ici avec vous. Nous savons qui nous sommes, ce que nous sommes, et nous nous exprimons en servant. Comme vous savez tous qui vous êtes et ce que vous êtes, votre expression se manifeste par la conscience et vous vous attirez les situations requises pour servir de la manière la plus appropriée à vos dons, à vos capacités et à vos choix.
Vos choix ne vous seront jamais enlevés. N’oubliez jamais ceci : vous avez toujours le choix. Tant que vous le saurez, vous serez libres. Sachez-le.
En poursuivant ce texte, nous vous ferons des cadeaux, à la fois vibratoires et informationnels, qui vous harmoniseront avec une nouvelle expression. Toutefois, le choix de votre manifestation christique vous appartiendra toujours. L’aspect de vous-mêmes qui le sait fera le travail avec vous, de sorte que vous aurez toujours de l’aide. De plus, nous sommes ici pour vous, tout comme nous disons « oui » à chacun de vous.
Le titre de ce chapitre est donc « Je sais qui je suis ». Voici ce qu’il signifie. « Je sais qui je suis » comme manifestation de Dieu dans l’humain. Je sais qui je suis comme création divine. Je sais qui je suis comme manifestation christique. Je sais qui je suis comme âme qui connaît son chant, qui chante son chant, qui connaît sa valeur, qui exprime sa valeur, et ainsi de suite. En même temps que nous vous le disons, vous vous y harmonisez.
Nous vous demandons ceci : s’il existe une façon de travailler avec ce texte qui vous serait plus utile que celle que nous vous donnons maintenant, veuillez nous l’indiquer. Nous sommes vos enseignants, mais nous sommes aussi vos élèves et nous comprenons les limites qui vous incombent quand vous êtes en proie à la peur, quand vous êtes désorientés, quand le langage n’est pas clair. Nous faisons donc de notre mieux, bien sûr, en vous instruisant par le truchement de Paul. Nous vous demandons toutefois ceci : si, en lisant ce texte, vous avez besoin d’éclaircissements, veuillez les demander. Nous enverrons cette pensée dans l’univers sous la forme que vous désirez et nous nous en occuperons durant cette transmission.
Vous comprenez déjà que vous avez choisi cette expérience. Nous nous demandons s’il existe un moyen d’apaiser l’esprit de ceux qui craignent que ce ne soit pas le cas. L’apaisement ne peut venir que de ce savoir : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. » C’est ce que nous aimerions maintenant vous expliquer.
Vous assumez votre valeur et vous affirmez votre savoir. Il n’y a qu’un seul moment pour ce savoir et c’est le moment présent. Quand vous affirmez : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers », vous placez votre conscience dans l’instant présent. Vous ne pouviez rien savoir hier. Vous ne saurez rien demain. Vous ne pouvez savoir qu’aujourd’hui. Quand vous prononcez ces mots, votre vibration revient dans le présent.
Si vous travaillez avec cette affirmation de vérité, « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers », elle s’exprimera nécessairement. Votre inquiétude en sera tempérée car vous retrouverez l’autorité de celui ou celle qui sait qui et quoi il ou elle requiert.
Voici maintenant un choix à faire : celui de reconcevoir votre existence selon votre véritable valeur. Cette véritable valeur, c’est votre manifestation divine. Que requiert-elle ? Que sera-t-elle ? Que ferez-vous de ce qui vous était pertinemment utile auparavant mais qui ne l’est plus à cet autre niveau de conscience ? À quel point faites-vous confiance à cette nouvelle vie qui sera en accord avec cet enseignement ? Et comment direz-vous à vos amis que vous êtes désormais une nouvelle femme ou un nouvel homme ? Ce sera l’enseignement prodigué dans ce texte. Il se poursuivra pendant les quelques prochains mois, à mesure qu’il sera dicté. Nous vous présentons la matière comme bon nous semble et nous sommes déjà orientés vers les besoins des lecteurs.
La manifestation de ce texte sur ce plan sera plus que significative. Elle constituera une trajectoire pour plusieurs vers l’infinie possibilité de l’expression de leur âme. Nous vous demandons si vous aimeriez nous y accueillir, nous les enseignants ainsi que la vibration qui informe ce texte. Si c’est le cas, vous pouvez nous le demander maintenant. Un seul mot est requis et nous vous l’enseignerons dans le prochain chapitre. Ce mot, c’est « l’accueil ». Veuillez nous accueillir. Souhaitez-nous la bienvenue, si vous le désirez, et nous vous accompagnerons.
DEUX
L’accueil
Le troisième jour
Comme nous vous l’avons dit, le travail d’aujourd’hui portera sur l’accueil. Il s’agit de l’accueil de votre autorité, de votre maîtrise, des changements requis pour que vous manifestiez votre être christique. Le texte qui vous est livré ici est un texte d’autorité et sa lecture doit vous faire assumer votre propre autorité. Si vous savez que c’est possible, et nous soulignons le mot, vous pourrez suivre l’enseignement très rapidement et l’accueillir à mesure qu’il sera donné. Si vous hésitez à l’accueillir, vous devrez alors vous faire confiance et être votre propre instructeur en adoptant les propos imprimés sur cette page.
Le titre de ce chapitre est donc « L’accueil » et nous vous expliquons tout de suite le sens de ce mot. L’accueil est une invitation. Une invitation à ce qui se trouve en dehors de ce que vous avez connu. Quand vous décidez que telle ou telle chose peut exister, vous lui donnez du pouvoir. Quand vous l’accueillez, vous l’affirmez, vous vous l’attirez et vous lui permettez d’exister. C’est votre autorité qui accueille votre destinée et c’est ce que nous aimerions vous enseigner aujourd’hui.
Vous pensez petit. Vous vous dites : « Je peux grandir un petit peu aujourd’hui », « Je peux vivre une petite expérience aujourd’hui. » C’est correct si c’est ce qui vous plaît. Vous pouvez tout faire petit. Cependant, si vous désirez un grand changement, vous devez assumer la grandeur et, pour ce faire, vous devez l’accueillir réellement.
Quand vous ne savez pas ce que vous voulez, vous ne faites pas grand-chose pour l’obtenir. Vous restez passifs, vous attendez que les choses arrivent, vous prenez ce qui se présente, et c’est correct d’une certaine façon. Quand vous savez que vous désirez le changement, que vous pouvez l’affirmer par votre autorité en disant : « Oui, j’accueille le changement, je l’invite », vous devez penser grand et être prêts à recevoir ce qui viendra. Plusieurs d’entre vous réclament des choses, mais ils ne les acceptent pas quand elles arrivent, parce qu’un aspect d’eux-mêmes croit encore qu’ils n’y ont pas droit, qu’ils ne sont pas à la hauteur, qu’ils en sont indignes.
Nous vous entendons et nous vous écoutons quand vous nous demandez conseil. « Puis-je devenir autre ? » « Puis-je m’aider mieux que je ne le fais actuellement ? » Évidemment, nous répondons toujours oui. Bien sûr que vous le pouvez. Bien sûr que vous y êtes habilités. Vous devrez toutefois accueillir ce que vous aurez demandé. Vous l’intégrerez ainsi dans votre fréquence vibratoire et la manifestation s’ensuivra.
À maintes reprises, nous avons donné à Paul l’image d’un colis laissé à la porte. Vous invitez quelque chose dont vous croyez avoir besoin pour votre croissance et cette chose aimerait bien venir à vous pour faire partie de votre vie, mais elle ne vient pas et vous ne savez pas pourquoi. Nous vous le dirons très simplement : vous l’avez laissée à la porte. Vous n’avez pas ouvert la porte pour l’accueillir, pour l’inviter à l’intérieur.
Imaginez que vous passez devant un restaurant où vous aimeriez aller manger, mais que vous n’en avez pas les moyens. Vous n’y entrez pas, vous vous sentez indigne de le faire. Vous ne pouvez pas être en harmonie avec la vibration de ce qui se trouve à l’intérieur car vous avez dit non, peut-être pour des raisons pratiques. Or, il y a une autre raison : vous entretenez un cadre qui ne vous permet pas de concevoir quelque chose de nouveau, d’accueillir ce qui vous attend déjà dans ce restaurant. Si vous vous réorientez, si vous modifiez votre idée de ce qui peut vous échoir, vous pourrez l’accueillir. Vous entrerez alors dans le restaurant, vous choisirez une table, vous mangerez et vous en serez reconnaissant, parce que vous connaîtrez votre valeur.
Le doute sur votre valeur, c’est aussi vous qui l’affirmez. Si vous êtes ce que vous dites que vous êtes, vous êtes aussi vos doutes et vos craintes. Si vous désirez y renoncer, voici l’occasion de le faire et c’est très simple : il suffit de changer d’idée. Changez d’idée et décidez que vous pouvez avoir ce dont vous dites avoir besoin. Ouvrez la porte et accueillez ce qui se trouve sur le seuil. Souhaitez la bienvenue à un possible avec lequel vous pouvez être en harmonie.
Nous prendrons maintenant une décision pour vous, avec votre permission. Vous êtes autorisés au changement. Veuillez souligner ces mots : vous êtes autorisés au changement . Qui vous dirait que vous ne l’êtes pas ? Qui aurait une telle autorité sur vous pour vous dire que vous ne pouvez pas exister de la façon la plus vraie qui vous soit disponible ? Votre aspect christique cherche à s’exprimer et il le fera si vous réorientez chaque aspect de votre vie vers l’idée qu’il peut en être ainsi. Nous vous accueillons maintenant dans ce qui peut être et qui sera si vous dites oui.
Parlons maintenant de ce que vous dites désirer. Nous l’avons déjà fait et nous le ferons de nouveau. Une grande partie de ces désirs procède d’une obligation envers ce que l’on vous a appris. « Je devrais posséder cette belle maison cossue », « Je devrais occuper cet emploi prestigieux. » Vous entretenez le paradigme du « je devrais » et vous vous efforcez d’obtenir ces choses comme si elles étaient vraiment importantes.
Si nous montrons à Paul un jeu de Monopoly avec les pièces en place, le dé qui roule et l’argent qui s’envole, les maisons que l’on construit et que l’on rénove, et que nous enlevons ensuite le jeu de la table, vous verrez à quel point c’est ridicule. Vous jouez un jeu avec vos congénères. Les seules règles sont celles dont vous avez convenu ensemble, et vous pouvez les changer si vous le désirez. Or, tant que vous vous sentirez obligés envers votre histoire, « Il doit en être ainsi parce que c’est ce que l’on m’a appris », vous trahirez votre vraie nature et votre être véritable.
Nous ne voulons pas dire qu’il soit mauvais d’occuper un emploi prestigieux, pour autant que vous sachiez que le titre professionnel dont il est affublé peut vous être enlevé n’importe quand, qu’il ne veut pas dire grand-chose dans l’univers, qu’il n’est qu’un emblème servant à montrer aux autres vos réalisations ou à leur faire savoir qui vous êtes dans ce rôle. Votre être véritable n’a pas de titre professionnel ; il est une manifestation du Créateur et il n’aimerait que s’orienter de plus en plus vers son expression ultime.
Nous avons déjà parlé de votre souveraineté et de son affirmation. « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers », en voilà un exemple. Votre souveraineté s’exerce collectivement sur ce plan d’existence où vous vivez afin d’exprimer votre nature véritable.
Votre valeur ne correspond pas aux paradigmes historiques de la réalisation de soi et vous devez absolument comprendre ceci : la symbolisation historique de la richesse, de la prospérité et du succès fut créée pour installer un système de gouvernance. Les riches ont ce qu’ils peuvent avoir, les pauvres ont besoin de ce qu’ont les riches, et ainsi de suite. Quand vous aurez compris que chaque être vivant a droit au royaume, à l’héritage de Tout ce qui Est, vous amorcerez une transformation remarquable : vous n’acquerrez plus des objets pour vous prouver votre valeur. Vous serez imprégnés de votre valeur, votre vie reflètera sa propre valeur et, conséquemment, vous pourrez apprécier celle de vos congénères.
Quand vous apprécierez la valeur de vos congénères, vous saurez qui ils sont. Vous saurez qui ils sont en vérité. Vous saurez qui ils sont dans cette manifestation et comment ils servent à ce niveau de conscience qu’ils ont atteint. Nous ne vous donnons pas cela simplement comme exemple, mais comme moyen de prendre conscience de quelque chose. Nous ne vous livrons pas ces paroles pour que vous les répétiez comme des perroquets, mais pour que vous les affirmiez. Affirmer quelque chose, c’est l’appeler à exister. Vous accueillerez les nouvelles possibilités inhérentes à cette affirmation, laquelle vous conduira à la transformation requise. Quand vous affirmerez à quelqu’un : « Je sais qui vous êtes, je sais ce que vous êtes, je sais comment vous servez », vous ne ferez pas que reconnaître cette vérité, vous instillerez énergétiquement en cette personne la création sur laquelle nous œuvrons dans ce texte.
Notre langage est codé de façon à imprimer dans chaque champ énergétique un système de transformation qui vous orientera vers votre Soi christique. Cela doit toutefois se faire intentionnellement, bien sûr, mais vous pouvez témoigner de la présence du Christ en la personne d’un congénère, « Je sais qui vous êtes », et décider pour lui que c’est là sa vérité. Il ne s’agit pas de le faire malgré ses objections, ni en opposition contre quoi que ce soit, mais simplement de témoigner de ce qui existe éternellement et de l’affirmer.
Quand vous concevrez que la valeur d’un autre individu est l’incarnation du Christ manifestée sous vos yeux, quoi qu’il en pense, quoi qu’il ait appris ou quels que soient ses actes, vous vous harmoniserez avec un niveau de conscience qui transcendera tout jugement et vous élèvera dans une vision jusqu’au Christ présent chez l’humain. « Vous êtes tous des fils de Dieu. » Ce fut dit et c’est la vérité. Or, vous ne pouvez pas le savoir sans en tenir compte. Vous devez le démontrer dans vos actions et dans votre vision des autres.
La grosse différence entre ce texte-ci et ce que nous vous avons enseigné précédemment, c’est que nous vous emmenons cette fois au-delà des conjectures et de la vibration énergétique, jusqu’à la manifestation physique, jusqu’à l’incarnation et jusqu’à l’expression la plus élevée de vous-mêmes. Si vous désirez maintenir cette fréquence vibratoire, vous devrez prendre certaines décisions.
J’en suis digne.
Lui, elle, tout le monde en est digne.
Rien ne peut être tel que je ne l’intègre pas dans ma valeur.
Nous vous expliquerons maintenant ce que nous venons de dire : vous devez savoir que vous pouvez être tels. Vous devez savoir que n’importe qui peut maintenir cette fréquence vibratoire, puis assumer la responsabilité que tout ce qu’elle contient est projeté à l’extérieur et manifesté sous une forme physique. L’accord avec cette vérité vous oblige à savoir que vous pouvez changer.
Vous avez reçu l’autorité et vous ne savez pas comment l’utiliser, mais aujourd’hui nous vous l’enseignons.
Vous avez tous une vibration particulière. Vous vous attirez toujours ce dont vous avez besoin pour vous connaître. Vous le savez parce que nous vous l’avons appris. D’autres aussi le disent. Ce que nous vous enseignons aujourd’hui, c’est ce qui est requis pour vous harmoniser avec la conscience christique que vous incarnez, que vous devez accueillir et affirmer pour vous-mêmes et vos congénères, et pour savoir qu’il peut en être ainsi.
Nous le faisons avec vous par notre autorité pour soutenir l’élévation de l’humanité jusqu’au niveau d’incarnation suivant que l’espèce pourra atteindre si chacun de vous renonce au vieux paradigme issu de la peur et de la séparation.
Sachez que vous vous élevez tous. Chaque individu vivant sur la planète en ce moment est en processus d’acclimatation à la vibration christique qui y est présente. Cependant, plusieurs d’entre vous ne savent pas ce qui se passe et vivent dans la tourmente. Ils utilisent leurs dons d’une façon malsaine car ils ne savent pas quoi faire d’autre.
Vous vivez tous dans un système. Vous vous réveillez le matin et vous vous exprimez par vos choix et par vos actions. Votre expression est toujours le reflet de votre conscience, laquelle baigne dans vos connaissances, vos pensées et vos croyances. En abandonnant un paradigme limité, vous aurez besoin de grandir spirituellement. L’être qui a grandi assume la responsabilité de ses créations. D’abord et avant tout, vous devez vous soucier de la manière dont vous traitez vos congénères et vous-mêmes.
Si vous niez la présence du Christ chez vos congénères, vous la niez en vous-mêmes. Vous fermez les volets, vous bloquez la lumière et vous vivez dans l’obscurité. Comment vous libérer de ce qui vous retient dans la chambre noire ? Il s’agit de décider autre chose. La décision de vous transformer vous harmonisera avec la transformation. Comme nous vous l’avons enseigné, vous jugez ce que vous craignez et vous jugez ceux dont vous avez peur. Si ce qui se trouve devant vous est une manifestation de Dieu, quoi que vous en pensiez, qui êtes-vous pour juger ?
Paul nous demande : « Mais s’ils ont commis un acte horrible, ne puis-je pas les juger ? » Jamais. Personne ne vous a donné l’autorité pour juger vos semblables. Vous pouvez l’affirmer si vous le désirez, mais vous encourrez votre propre séparation. En vous séparant ainsi de vos congénères, vous vous séparerez de votre Créateur. Il ne peut en être autrement.
Il existe ici une discipline à exercer et à laquelle vous n’êtes pas habitués. Dans votre esprit, vous êtes indignes d’être pardonnés. Comment pouvez-vous alors pardonner à vos congénères ? On vous a élevés ainsi. C’est ce que vous avez cru et c’est dans cette idée que vous créez.
Si vous le voulez, nous vous donnons dès maintenant l’occasion de créer un nouveau mode d’être :
« Je sais qui je suis dans mon choix d’existence. Je sais ce que je suis dans mon choix d’existence. Je sais comment je sers dans mon choix d’existence. »
Voici ce que cela signifie : vous choisissez sans cesse.
« Je choisis d’être pardonné. Je choisis de me pardonner toutes mes pensées, tous mes actes, toutes mes paroles et toutes mes croyances qui méritent un jugement. Je m’oriente désormais vers ma propre liberté, par laquelle j’ai l’autorisation de me libérer de mon non-pardon de moi-même. »
Voici maintenant ce que vous venez de faire : vous avez pris une décision. Vous avez décidé que vous pouviez changer quelque chose. Une fois la décision prise, vous pouvez l’affirmer ; une fois qu’elle est affirmée, vous pouvez l’accueillir ; quand vous l’accueillez, elle entre en accord avec votre champ énergétique et fait partie de vous. Quand vous vous pardonnez, quand vous vous considérez comme dignes de pardonner, vous pouvez donc pardonner aussi à vos congénères. Quand vous pardonnez à vos congénères, vous êtes libres.
Il en a toujours été ainsi, mais vous vivez dans une société où vous croyez que ceux qui ont été jugés et pénalisés méritaient de l’être. Nous ne parlons pas des actions contre l’humain qui encourent une réaction. Nous parlons d’autre chose. Vous vous attirez sans cesse le non-pardon des autres si vous les maintenez dans votre conscience.
Si quelqu’un vole un pain, vous décidez qu’il doit arriver quelque chose à un voleur de pain, mais vous ne jugez pas l’individu. Vous jugez son acte. L’individu et l’acte d’un individu sont deux choses différentes. L’acte d’un individu est toujours le reflet de sa conscience, quel que soit cet acte, car l’individu ne peut commettre que des actes qui se situent au même niveau que sa conscience. Est-ce que vous pardonnez à l’individu ? Oui. S’il a besoin de pain, donnez-lui du pain. Ne le mettez pas en prison.
Quand vous aurez compris que vous êtes tous les gardiens de vos frères et que vous devez les traiter en fonction de leur valeur, vous vous harmoniserez avec votre Soi christique et vous transformerez votre vie. Telle que vous l’avez vécue jusqu’ici, elle était le produit de toutes vos croyances. Les changements que vous subirez en vous harmonisant avec ce niveau de conscience et en le manifestant vous montreront ce que vous avez toujours été : « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers. »
Cette phrase possède son propre pouvoir vibratoire et vous en percevrez la fréquence en la prononçant. Elle vous ramènera au temps présent, qui est le seul temps où vous pouvez savoir quoi que ce soit. Quand vous avez peur de vous-mêmes, quand vous vous trouvez dans une situation où vous ne savez que faire, vous pouvez prononcer ces paroles pour vous ancrer de nouveau dans la vibration de votre être véritable.
Si vous faites de même avec vos frères, « Je sais qui vous êtes, je sais ce que vous êtes, je sais comment vous servez », vous orienterez leur vibration vers leur valeur et leur savoir, et vous les aiderez à abandonner un paradigme fondé sur le manque et la peur, dans lequel ils ne savent pas ce qu’ils sont, mais seulement ce qu’ils ont été. La joie que vous leur apporterez en les élevant ainsi, votre conscience la chantera.
Nous voulons parler de quelque chose avec Paul, qui s’interpose aujourd’hui. Il n’aime pas ce message. Il désire d’autres informations déjà connues de lui et qui le sécuriseront dans son enseignement. Comme il est lui-même un étudiant de ce texte, il doit apprendre, lui aussi, et nous aimerions poursuivre notre enseignement sans qu’il nous interrompe. S’il le fait, nous devrons décider d’en tenir compte ou non, et nous déciderons de ne pas en tenir compte. Le travail que nous accomplissons ici avec les étudiants de ce texte se poursuivra très longtemps après le départ de Paul, qui doit comprendre que son travail consiste à en être le récepteur et que les propos qu’il transmet ne relèvent pas de sa responsabilité.
Nous désirons maintenant aborder un autre sujet, celui du blâme. Considérons-le comme une structure. Lorsque vous blâmez quelqu’un de quelque chose, vous décidez d’être une victime. Lorsque vous vous posez en victime, vous encourez la victimisation et votre vie la reflète dans tous ses aspects.
Plusieurs parmi vous éprouvent des difficultés quand ils vivent des situations qu’ils croient impardonnables. « Il m’a quittée pour une autre femme », « Il a tué cette personne », « Il m’a pris ce qui m’appartenait. » Quand cela vous arrive, vous devez affirmer votre réaction. Si vous choisissez de blâmer, vous continuerez de vous attacher à la personne que vous voulez blâmer et à vous lier à votre histoire, celle-là même que vous condamnez et dont vous aimeriez vous libérer pour continuer votre route sans aucune attache à la personne que vous blâmez.
Comment alors dépasser le blâme ? Comment apprendre une nouvelle manière d’être ? Comment décider autre chose quand tout ce que vous avez connu jusque-là, tout ce que l’on vous a appris, c’est de blâmer les autres pour ce qui vous arrive ? Vous n’avez qu’à décider que vous le pouvez. La phrase « Je sais qui je suis, je sais ce que je suis, je sais comment je sers » vous harmonisera de nouveau avec votre vraie nature. Quand vous savez qui vous êtes, vous savez que vous êtes les seuls responsables de tous vos choix, y compris vos réactions à tout ce qui s’est produit historiquement et que vous croyez être à l’origine de vos problèmes.
Une fois que vous aurez réalisé que vous êtes les prisonniers de votre propre rage, de votre propre condamnation de tous vos congénères, vous commencerez à vous libérer. Vous devez toutefois savoir que l’auto-identification sera la clé de votre liberté.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents