Les écrits fondateurs
86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Les écrits fondateurs , livre ebook

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description



Parmi tous les textes, livres et lettres de frère Roger, ceux-ci occupent une place à part. Ils sont adressés à chaque lecteur mais aussi en particulier à chaque frère de Taizé. Ils ont été rédigés « pour toi qui veux construire ton existence en communion avec le Christ qui est amour. Tu seras d’autant plus libre pour passer d’un provisoire à un autre provisoire que tu te référeras, ta vie durant, à quelques valeurs essentielles. »


Quand il formulait ces valeurs essentielles, le fondateur de Taizé était préoccupé de ne pas écrire un seul mot qu’il n’ait d’abord vécu lui-même. Il espérait que chaque parole tombe directement dans le cœur du lecteur.


Ces textes, qu’ils sortent de la plume d’un homme dans la fraîcheur de sa jeunesse, ou qu’ils portent la marque de l’expérience et de la maturité de la vie, permettent de voir comment les mêmes intuitions fondamentales ont soutenu la communauté de Taizé dès le début. Ces intuitions n’ont rien perdu de leur force et de leur actualité.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 15
EAN13 9782850403590
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0075€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Frère Roger, de Taizé
Les écrits fondateurs
Dieu nous veut heureux
Collection
Les écrits de frère Roger,
fondateur de Taizé
copyright © 2011 Les Ateliers et Presses de Taizé,
71250 Taizé, France
Photos de couverture : S. Leutenegger
ISBN 978 285040 319 4
e-book ISBN 9782850403590
Communauté, 71250 Taizé
Tél. 03 85 50 30 30
community@taize.fr – www.taize.fr
 
Parmi les textes, livres, lettres, que frère Roger a publiés pendant soixante-cinq ans, ceux qu’on peut intituler Les écrits fondateurs occupent une place à part. Ils sont adressés à chaque lecteur mais aussi en particulier à chaque frère de Taizé. Ils ont été rédigés « pour toi qui veux construire ton existence en communion avec le Christ qui est amour. Tu seras d’autant plus libre pour passer d’un provisoire à un autre provisoire que tu te référeras, ta vie durant, à quelques valeurs essentielles, à quelques réalités simples. »
Nous commençons par présenter dans son intégralité le dernier écrit fondateur que frère Roger a laissé, celui qu’il a retravaillé encore peu d’années avant sa mort et qu’il a appelé Les sources de Taizé.
Frère Roger aimait indiquer en notes les références bibliques qui l’avaient inspiré. Toutes ces notes sont rassemblées à la fin du livre.
Les sources de Taizé
1990 et 2001
 
En 1990, la communauté de Taizé a cinquante ans. Frère Roger est conscient des mutations qui caractérisent le monde et l’Église, il est à l’écoute des aspirations des nouvelles générations. Fondateur jusqu’au bout de son existence, il se sent poussé à adapter à la mentalité contemporaine le texte qui exprime les bases de la vie de la communauté et qui s’appelle depuis dix ans Les sources de Taizé . Il ne se contente pas de légères modifications mais il le remanie profondément. Dans son édition de 1990, le livre a pour titre Amour de tout amour.
Pour constituer la dernière partie de ce livre, frère Roger donne une toute nouvelle forme à ce qui était autrefois La règle de Taizé , comme pour entraîner ses frères à ne pas s’attacher à la lettre, mais à s’abandonner au souffle de l’Esprit Saint. Et craignant que le mot « règle » ne fasse penser à un règlement juridique, il la nomme La petite source de Taizé.
En 2001, frère Roger modifie une dernière fois Les sources de Taizé et leur donne leur version définitive. Le titre Amour de tout amour disparaît, remplacé par le sous-titre Dieu nous veut heureux . C’est cette version ultime qui est publiée ici, et c’est ce sous-titre qui est donné à l’ensemble des Écrits fondateurs.
Ces nouvelles Sources sont rédigées dans le style inimitable qui est devenu celui de frère Roger dans ses années de maturité. Il cherche toujours le mot qui va droit au cœur du vis-à-vis. Il condense dans ces pages le meilleur de ce qu’il a écrit à cette période de sa vie.
 
Jésus le Christ, tu étais toujours en moi et je ne le savais pas. Tu étais là et je ne te cherchais pas. T’ayant découvert, je brûlais que tu sois le tout de ma vie. Un feu m’embrasait. Mais si souvent, je t’oubliais à nouveau. Et toi, tu continuais à m’aimer.
 
IL EST PARMI NOUS CELUI QUE NOUS NE CONNAISSONS PAS
Silencieuse attente d’une présence
« Il y a parmi vous quelqu’un que vous ne connaissez pas. » (saint Jean  1 )
Où que tu sois sur la terre, toi qui voudrais percevoir le mystère qui est au cœur de ton cœur, pressens-tu en toi, même fugitive, la silencieuse attente d’une présence ?
Cette simple attente, ce simple désir de Dieu, est déjà le commencement de la foi  2 .
Il est parmi nous, celui que nous ne connaissons pas. Plus accessible pour l’un, plus caché pour un autre… Avec étonnement chacun pourrait l’entendre dire : « Pourquoi craindre ? Je suis là, moi le Christ Jésus. Le premier je t’ai aimé  3 … En toi j’ai mis ma joie. »
Tu n’ignores pas les fragilités de ta réponse. Face aux absolus de l’Évangile, il t’arrive d’être pris au dépourvu.
Déjà un croyant de la première heure disait au Christ : « Je crois, viens au secours de mon incrédulité  4 . »
Sache-le pour toujours : ni les doutes, ni les impressions d’un silence de Dieu ne retirent de toi son Esprit Saint.
Ce que Dieu te demande, c’est de t’abandonner au Christ dans la confiance de la foi et d’accueillir son amour.
Celui qui t’accompagne
Toi qui, sans regarder en arrière  5 , voudrais suivre le Christ, oseras-tu toujours à nouveau faire confiance à l’Évangile  6  ?
Reprendras-tu élan, entraîné par Celui qui, sans jamais s’imposer, paisiblement t’accompagne ? Lui, le Ressuscité, se tient en toi, et en avant de toi sur le chemin.
Même si tu penses ne pas être digne d’être aimé par lui, le laisseras-tu déposer au creux de toi-même la fraîcheur d’une source ?
Ce qui fascine en Dieu, c’est son humble présence. Il ne blesse jamais la dignité humaine. Tout geste autoritaire défigurerait sa face. L’impression que Dieu vient punir est un des plus grands obstacles à la foi.
Le Christ, « pauvre et humble de cœur  7  », ne force jamais la main de quiconque.
Dans le silence de ton cœur, il murmure : « N’aie pas peur, je suis là  8 . »
Connu ou non, le Christ, le Ressuscité, demeure près de chacun, même à son insu.
Brûlure au cœur de l’homme, lumière dans l’obscurité  9 , il t’aime comme son unique  10 , pour toi il a donné sa vie  11 , là est son secret.
Uni au Christ, tu sais que lutte et contemplation ont une seule et même source : si tu pries, c’est par amour, si tu luttes pour rendre visage humain au plus malmené, c’est aussi par amour.
Dieu est Esprit et sa présence demeure invisible. Le Christ, sans éclat, laisse Dieu transparaître  12 .
Ne t’étonne pas quand l’essentiel demeure caché à tes propres yeux. L’ardeur de la recherche en est plus soutenue encore, pour avancer vers le Ressuscité.
Au long des jours, tu pressentiras la profondeur, la largeur, d’un amour qui dépasse toute connaissance  13 . Jusqu’à la fin de la vie tu y puiseras un émerveillement, et aussi l’audace de nouveaux commencements.
Surgit l’inespéré
En chacun se trouve une part de solitude qu’aucune intimité humaine ne peut combler.
Pourtant tu n’es jamais seul. Laisse-toi sonder jusqu’au cœur de toi-même  14 , tu verras que, au creux de l’être, là où personne ne ressemble à personne, le Christ t’attend. Et surgit l’inespéré.
Le Christ n’est pas venu « pour abolir mais pour accomplir  15  ». Quand tu écoutes, dans le silence de ton cœur, tu saisis que, loin d’humilier la créature humaine, il vient transfigurer même le plus inquiétant en toi.
La découverte de toi-même provoquerait-elle comme un malaise intérieur ? Mais qui te condamnerait quand pour toi Jésus prie  16  ? Si tu en venais à t’accuser de tout ce qui t’habite, tes nuits et tes jours y suffiraient-ils ?
Quand surviennent des épreuves intérieures ou des incompréhensions du dehors, ne l’oublie pas, dans la blessure où pénètre l’inquiétude naissent aussi des forces créatrices. Et s’ouvre un passage qui va du doute à la confiance, de l’aridité à une création.
Son amour est un feu
Es-tu enveloppé par l’incompréhensible ? Quand la nuit se fait dense, Son amour est un feu. À toi de regarder cette lumière allumée dans l’obscurité, jusqu’à ce que l’aurore commence à poindre et le jour à se lever dans ton cœur  17 .
Tu sais bien que ce n’est pas toi qui crées cette source de lumière, elle vient du Christ.
Passage inattendu de l’amour de Dieu, l’Esprit Saint traverse chaque être humain comme un éclair dans la nuit. Par cette mystérieuse présence, le Ressuscité te soutient, il se charge de tout, il prend sur lui jusqu’à la lourde épreuve.
Après coup seulement, parfois longtemps après, tu le comprendras : sa surabondance ne fait jamais d

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents