Qui enverrais-je ?
138 pages
Français
Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres

Qui enverrais-je ?

-

Le téléchargement nécessite un accès à la bibliothèque YouScribe
Tout savoir sur nos offres
138 pages
Français

Description

Le verdict fut sans appel : l’humanité entière était sous le joug du péché après la désobéissance d’Adam privant ainsi l’Homme de ses privilèges. Par cet acte de rébellion, les portes de la mort spirituelle et de la mort physique se sont ouvertes. Pourtant, dans son amour, Dieu a donné ce qu’il avait de plus cher, son fils unique, né sans péché pour endosser à notre place ce péché originel et ainsi effacer nos fautes. En ramenant ses enfants à lui, il causait la défaite de l’ennemi en brisant sa puissance.
Aujourd’hui, le cri du Père « Qui enverrai-je ? » continue de retentir pour annoncer cette bonne nouvelle à l’humanité qu’il aime. Pour accomplir son dessein, il cherche tous ceux qui sont prêts à s’abandonner à lui, à être purifiés des liens de leur passé, de peurs, d’émotions et de raisonnements qui se dressent comme des obstacles ; ceux qui acceptent de renoncer à eux-mêmes pour devenir ses disciples ; ceux qui comprennent son fardeau et acceptent d’être utilisés pour le salut des âmes.
Si tu te sens concerné par cette sainte convocation, ce livre t’aidera à répondre : « Oui, envoie-moi ». Il t’apportera aussi des clés pour offrir un service agréable au Seigneur.

Enseignante française d’origine martiniquaise, Magalie BELLANCE est déjà l’auteure d’un ouvrage, Quand l’Éternel façonne, publié aux éditions l’Oasis. Elle répond à un appel du Seigneur en utilisant l’écriture pour aborder des thèmes comme la sanctification, l’abandon total au Seigneur pour être utilisé par lui et vivre sa gloire. Elle n’hésite pas à se baser sur sa propre expérience pour montrer aux lecteurs qu’un changement de vie est possible, que Dieu ne fait acception de personne, qu’il veut encore et toujours partager son intimité avec tous ceux qui sont disposés, qui ont soif de lui et qui sont de bonne volonté.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 mars 2021
Nombre de lectures 3
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Qui enverraije ?
(Ésaïe 6 : 8)
Magalie BELLANCE
© 2021, Magalie BELLANCE Adresse de contact de l'auteur :magbellance972@gmail.com Aucun extrait de cette publication ne peut être reproduit, ni transmis sous une forme quelconque, que ce soit par des moyens électroniques ou mécaniques, y compris la photocopie, l'enregistrement ou tout stockage ou report de données sans la permission écrite de l'éditeur. Sauf indications contraires, les textes cités sont tirés de la Nouvelle Bible Segond. Publié par Editions l'Oasis, année 2021. Ce livre a été publié sous la division auto-publication « Publiez votre livre ! », des Editions l'Oasis. Les Editions l'Oasis déclinent toute responsabilité concernant d'éventuelles erreurs, aussi bien typographiques que grammaticales, qui ne sont pas forcément en accord avec certains détails du contenu des livres publiés sous cette forme. Dépôt légal : 1er trimestre 2021. Imprimé en Pologne par Bookpress.
9, Rte d'Oupia, 34210 Olonzac, France Tél (33) (0) 468 32 93 55 fax (33) (0) 468 91 38 63 Email : contact@editionsoasis.com
Boutique en ligne sécurisée sur www.editionsoasis.com Vous avez écrit un livre, et vous cherchez un éditeur ? Vous pouvez publier votre livre via Éditions l'Oasis ! RDV sur notre site, rubrique « Publiez votre livre ! » pour plus d’informations.
Table des matières
’est à la suite de nombreux songes et visions que le Seigneur m’a inspirée pour écrire ce livre. En fait, il n’avait de cesse de me invitaCces personnes à entrer. Il s’agissait des derniers de ses enfants quiit montrer une personne vêtue de blanc avec de longs bras tendus prêts à enlacer toute une foule. Il avait ouvert une porte par laquelle il doivent être sauvés avant que la porte du salut ne se referme. Pour qu’ils parviennent jusqu’à cette porte, il faut des outils, des canaux qui acceptent d’être utilisés par lui. Les chapitres de ce livre viennent compléter ceux du premier,Quand l’Éternel façonne, puisque le Père nous prépare pour un but précis : faire de nous des témoins, des modèles, «le sel», «la lumière», au milieu de ceux qui ne le connaissent pas.
Cet ouvrage nous aidera à découvrir le but de la réconciliation par le sang de Jésus-Christ, et par ailleurs, d’entendre le cri de notre Dieu qui veut sauver le pécheur qu’il aime, ainsi que sa patience pour chaque croyant sauvé et destiné à servir; sauvé pour devenir l’instrument par lequel des vies seront transformées. Depuis Noé, notre Créateur a utilisé des hommes, des femmes et même des enfants, pour tenter de ramener son peuple à lui; des personnes qui ont accepté que leur vie soit bouleversée, qui ont pris un virage par amour pour Dieu; des personnes qui, pour certaines, bien que craintives, ont accepté de s’abandonner pour des missions bien précises; des personnes qui avaient compris que l’épanouissement se trouve dans l’accomplissement des plans de Dieu pour leur destinée quels qu’en soient les obstacles.
Nous verrons à travers des exemples de serviteurs que pour entrer dans le couloir de son appel plusieurs conditions sont essentielles et capitales : faire de Jésus son Sauveur et son Seigneur, se soumettre à la Parole sans rien ajouter ni retrancher, accepter la mission, passer par le brisement de son ego, marcher dans la sanctification et vouloir dépendre entièrement du Saint-Esprit. Le Père nous fait un grand honneur de le servir, et s’il est exigeant quant à notre consécration, c’est pour nous investir pleinement de tous ses pouvoirs.
Nous verrons aussi que Dieu valorise ceux qui le servent par les grâces et les dons déposés en eux. Il se doit d’habiliter ceux qui répondent oui à son appel, et de leur donner de vivre la part de surnaturel qui le caractérise. Enfin, pour réussir dans le couloir de son appel, nous ferons le tour de quelques pièges à éviter.
Je prie que chaque lecteur qui désire servir Dieu trouve à travers ces pages des pistes pour l’aider à entrer pleinement dans le plan divin et y trouver sa place. De même, les points de réflexion personnelle permettront à chacun de s’examiner quant à sa relation avec le Père en fonction des thèmes abordés, dans l’intention de s’améliorer avec l’aide du Saint-Esprit.
I. Sauvés pour servir
omains 3 v 23 :«Car tous ont péché et sont privés de la gloire de R Dieu.»Le verdict du Seigneur est sans appel : tous les hommes sont pécheurs. Cela signifie que l’humanité tout entière a un problème. Romains 5v12 :«C’estpourquoi, commepar un seul homme le péché est entré dans le monde, etpar lepéché la mort, etqu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché.»
L’homme que Dieu a créé, pour l’adorer, découvrir sa personne et sa gloire, gouverner la terre et s’épanouir sur toute sa surface, est désormais perdu. Pourtant l’Éternel était satisfait de sa création et de sa créature :«Il vit que tout ce qu’il avait créé était bon.»Il luiposa cependant un interdit, à lui, Adam, et à sa femme, Ève :«Mais tu ne mangeras pas de l’arbre de la connaissance du bien et du mal, car le jour où tu en mangeras, tu mourras» (Genèse 2 v 17). Le serpent, lui, leur tint un autre discours :«Vous ne mourrez absolument pas, mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme Dieu : vous connaîtrez le bien et le mal» (Genèse 3 v 4-5). Séduite par le serpent, Ève fut emportée par la convoitise voyant que l’arbre était porteur de fruits bons à manger, agréables à regarder, précieux et capables d’ouvrir l’intelligence.
C’est ainsi qu’Adam et Ève écoutèrent la voix de l’ennemi et désobéirent à Dieu. Ils étaient devenus des rebelles insoumis qui avaient osé défier leur Créateur. Leurs cœurs, devenus endurcis, s’éloignèrent du Seigneur. Satan avait voulu entraîner l’homme dans sa chute, montrant à Dieu que son œuvre était imparfaite dans le sens que dorénavant pas un homme ne serait juste. Et il avait réussi. Le contrat d’alliance qui liait la créature au Créateur, le contrat de confiance était désormais rompu. Un contrat suppose des obligations des deux parties, mais l’homme n’avait pas respecté les siennes. Il était maintenant coupé de Dieu et l’ennemi trouva en cela un sujet de gloire.
Éphésiens 4 v 18 :«Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur cœur.»; Romains 3 v 10-12 :«Il n’y a point de
juste, pas même un seul; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu. Il n’en est aucun qui fasse le bien, pas même un seul.»
Cette situation a donné à l’humanité tout entière le statut de «pécheur» conduisant chaque homme à la mort; la mort spirituelle avant tout, car désormais chaque homme à sa naissance est coupé de la présence de Dieu comme nous le dit Ésaïe, ch. 59 :«Nos crimes mettent une séparation entre nous et notre Dieu, nos péchés nous cachent sa face et l’empêchent de nous écouter.»En effet, la présence du Père ne peut descendre là où se trouve le péché. Il aime le pécheur, mais l’odeur dégagée par le péché ne lui permet pas de rester en contact de ce dernier.
La mort physique est aussi la conséquence de la désobéissance de l’homme. Genèse 3 v 19 :«C’est à la sueur de ton visage que tu mangeras du pain, jusqu’à ce que tu retournes dans la terre, d’où tu as été pris; car tu es poussière, et tu retourneras dans la poussière.»C’est ainsi que dorénavant les jours de l’homme sur la terre sont comptés. Hébreux 9 v 27 :«Il est réservé aux hommes de mourir une fois, et après cela le jugement.» Néanmoins, la Parole nous enseigneque tous ne connaîtrontpas lejugement. Jean 5 v 24 :«En vérité, en vérité,je vous le dis, celuiqui écoute maparole, etqui croit à celuiqui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.»
Face à un tel verdict, il fallait donc une solution au problème de l’humanité. Aussi, malgré le fait que le péché continuât de se répandre sur la terre, notre Créateur usa d’amour envers nous en suscitant des serviteurs pour ramener les hommes sur son chemin. Malheureusement, beaucoup de prophètes ont été persécutés, torturés pour certains, tués pour d’autres. Certains d’entre eux, comme Ésaïe ou Zacharie, ont réussi à annoncer la venue de Jésus qui serait offert en rançon pour nous. Mais qui pouvait comprendre à l’époque ?
Ésaïe9 v5:«En effet, un enfant nous est né, un fils nous a été donné, et la souveraineté reposera sur son épaule; on l’appellera merveilleux conseiller, Dieu puissant, Père éternel, Prince de la paix. »; Zacharie9 v9:«Réjouis-toi, fille de Sion! Lance des acclamations,fille de Jérusalem! Voici ton roiqui vient à toi; il estjuste et victorieux, il est humble et monté sur un âne, sur un ânon, le petit d’une ânesse.»
En dépit de toutes ces interventions, l’homme demeurait rebelle et sa désobéissance le conduisait toujours plus loin de Dieu. Pour ramener sa créature à lui, le Père décida de sacrifier ce qu’il avait de plus précieux. Puisque l’homme avait été détourné de lui à cause du péché, il lui fallait
prendre une terrible décision, celle de sacrifier son Fils unique, saint et sans péché, de l’envoyer sur terre pour montrer à Satan que le pouvoir du péché sur la vie de l’homme pouvait être brisé par la vie d’un seul, le seul qui n’était pas corrompu, le seul à être pur et sans tache. Il était hors de question que la créature du Seigneur, créée pour le servir et l’adorer, restât coupée de sa présence et fût abandonnée entre les mains du mal, devenant esclave du péché qui conduit à la mort, à l’enfer éternel. Jean 8 v 34 :«En vérité, en vérité, je vous le dis, toute personne qui commet le péché est esclave du péché.» L’esclave a pour ordre d’obéir à son maître, il lui est asservi. De même une personne qui est esclave du péché doit obéir à l’ordre de commettre le mal, c’est-à-dire servir la cause de Satan.
Deutéronome 6v15 :«Car l’Éternel, ton Dieu, est un Dieujaloux au milieu de toi.» Dieu estjaloux et toute lagloire et tout l’honneur lui appartiennent. Nous sommes à lui et nous devons le servir, lui et lui seul. Ce faisant, l’ennemi ne pouvait tirer profit de son ouvrage. Le Père a donc pris une décision difficile. Jean 3 v 16 :«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle.»; Actes 4 v 12 :«Il n’y a de salut en aucun autre, car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés.»
Jésus est le don, le cadeau offert pour notre salut. Son sang pur a coulé en guise de rançon. Il est l’intermédiaire, le seul et l’unique qui nous réconcilie avec le Père. Il n’y en aura pas d’autre.Philippiens 2 v 6-8 :«Lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu, mais s’est dépouillé lui-même, en prenant une forme de serviteur, en devenant semblable aux hommes; et ayant paru comme un simple homme, il s’est humilié lui-même, se rendant obéissant jusqu’à la mort, mêmejusqu’à la mort de la croix.»
Il est venu rendre témoignage de l’amour immérité que le Père a pour les hommes, aussi désobéissants soient-ils, prompts à se rebeller et se tourner vers l’iniquité. Lui qui est la Parole, qui est dès le commencement l’égal de Dieu, a accepté de se faire homme.
Il serait facile de prétendre que Jésus a vécu sans pécher parce qu’il était l’égal de Dieu et trouver ainsi un prétexte pour vivre dans la souillure, mais la Parole nous dit bien qu’il s’est dépouillé de sa divinité pour revêtir le statut d’homme. Il a accepté d’être enfermé dans le ventre d’une femme, de naître dans une étable au milieu des animaux, de travailler aussi durement que n’importe quel homme, de se faire baptiser par Jean malgré son identité divine;
de subir la tentation, les injustices, les fausses accusations, les injures, les crachats, le fouet, le rejet, les moqueries, etc.
Jésus, condamné à notre place Il a pris la forme d’un homme simple montrant par là qu’il est possible de vivre modestement, humblement, tout en étant capable de marcher dans la sanctification. Il nous a montré que vivre sans abondance de biens était possible, que cet état ne produisait pas l’envie de tricher, de mentir ou de voler. Il vint et demeura dans la simplicité. Cela devrait nous servir d’exemple pour transformer notre attitude et modifier nos choix de vie. 2 Pierre 2 v 21-22 :«Et c’est à cela que vous avez été appelés, parce que Christ aussi a souffert pour vous, vous laissant un exemple, afin que vous suiviez ses traces, lui qui n’a point commis de péché et dans la bouche duquel il ne s’est point trouvé de fraude.»
Ainsi, la première condition pour que l’homme soit réconcilié avec son Créateur, est de croire que Jésus-Christ a quitté son trône de gloire pour nous, et qu’il est venu mourir à notreplace, c’est-à-direqu’il a donné sa vie en rançonpourplusieurs. À la Croix, Christ est devenu malédictionpour nous et il aporté sur lui tout cequi nous séparait de notre Créateur, tout cequi nous condamnait: nos blocages intellectuels ou moraux, nos humiliations, notre honte, notre déshonneur, nos découragements, nos défaites, notrepiétinement, notre asservissement, nos oppressions, nos captivités, nos blessures intérieures, nos frustrations, nos malédictions, nos maladies, etc. Tout cela, il l’a mis sous nos pieds.
Galates 3v13 :«Christ nous a rachetés de la malédiction de la loi, étant devenu malédictionpour nous; car il est écrit : Maudit estquiconque estpendu au bois.»l’évan Marc, géliste, au chapitre 15, nous fait réaliserque la mort à la Croix était la pire des morts réservées auxgrands criminels, aux malfaiteurs. Puisque Jésus a été considéré commegrand criminel à notreplace, ilpeut tout nouspardonner, même les fautes que nous pourrions considérer comme étant très graves.
Après que les soldats lui eurent enfoncé une couronne d’épines sur sa tête faisant couler le sang sur son visage, il fut obligé de porter sa lourde croix jusqu’au mont Golgotha. Il subit là une mort longue et douloureuse, car les clous avaient été enfoncés de manière stratégique en vue d’accentuer les douleurs des crucifiés et prolonger leur agonie. Les clous traversaient les
poignets au lieu despaumes, et les soldats ne plantaient qu’un seul clou pour les deux pieds qu’ils croisaient l’un sur l’autre. En guise d’eau il reçut du vinaigre à boire. Même après sa mort, les soldats se sont acharnés sur son corps. Ceux-ci voulurent lui briser les jambes pour le faire mourir plus vite, mais comme il était mort, alors l’un des gardes lui transperça le côté d’où il sortit du sang et de l’eau. Il fallait qu’il en soit ainsi, car grâce à sa mort, le voile s’est déchiré, nous donnant à nouveau accès à laprésence de Dieu. Lepoids dupéché n’a ainsiplus de pouvoir sur nous et nous pouvons désormais entrer dans le saint des saints. Hébreux 10 v 19-22 :«Ainsi, frères et sœurs, nous avons par le sang de Jésus l’assurance d’un libre accès au sanctuaire.Cette route nouvelle et vivante, il l’a inaugurée pour nous au travers du voile, c’est-à-dire de son propre corps.De plus, nous avons un souverain prêtre établi sur la maison de Dieu.Approchons-nous donc avec un cœur sincère, une foi inébranlable, le cœur purifié d’une mauvaise conscience et le corps lavé d’une eau pure.»
Désormais, Christ est devenu notre souverain Sacrificateur etpar lui nous avons accès au Père marquant ainsi une nouvelle alliance. Son corps a été déchirépour nous au moment même où le voile se déchirait. Il est désormais le seul chemin vers le Père.
Jean 19 v 30 :«Et quand Jésus eut pris le vinaigre, il dit : Tout est accompli. Et ayant baissé la tête, il rendit l’esprit.» Quand, au terme de son agonie, il a ditque tout était accompli, il voulait direqu’il avaitparfaitement respecté la volonté de Dieupour la rédemption despéchés. L’eau et le sang nous ouvrent la porte de la vie éternelle en ce que nous sommes lavés de nos iniquités.
Romains 8 v 1 :«Il n’y a donc maintenant aucune condamnation pour ceux qui sont dans le Christ Jésus.»Désormais, le diable ne peut plus nous accuser parce que nos fautes ont été rachetées; la maladie n’a plus valeur de malédiction sur nos corps ; le pardon de nos péchés nous a été accordé, nous sommes donc justifiés en Christ et réconciliés pour l’éternité avec Dieu.
Encore fallait-il vaincre le pouvoir de la mort. Gloire soit rendue au Seigneur! Le troisièmejour, il est ressuscité. Par sa résurrection, il échappe au pouvoir de la mort et en brise sa puissance. Romain 6 v 9 :«Sachantque Christ ressuscité des morts ne meurt plus; la mort n’a plus de pouvoir sur lui.»
C’est sa résurrection qui nous garantit la vie éternelle en lui. Bien que nos corps soient mortels sur cette terre, ils ressusciteront et seront changés en corps célestes pour vivre éternellement en sa présence. C’est aussi à ce moment-là que nous ne commettronsplus depéchés, car nous serons comme Dieu l’avait prévu à la création : à l’image de Christ. 1 Corinthiens 15 v 51-53 : «Voici, je vous dis un mystère : nous ne mourrons pas tous, mais tous nous serons changés, en un instant, en un clin d’œil, à la dernière trompette. La trompette sonnera, et les morts ressusciteront incorruptibles, et nous, nous serons changés. Car ilfautque ce corps corruptible revête l’incorruptibilité, et que ce corpsmortel revête l’immortalité.»
Désormais, la porte du salut, de la réconciliation avec le Père était ouverte à tous ceux qui croiraient en lui et vivraient selon ses commandements. Suivre son exemple en marchant dans l’obéissance aux commandements du Seigneur, soit ne plus pratiquer le péché, est donc la seconde condition au salut. 1 Jean 5 v 3 :«Car l’amour de Dieu consiste à garder ses commandements. Et ses commandements ne sontpaspénibles,parceque tout cequi est né de Dieu triomphe du monde; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi.»
En effet, il ne suffit pas juste de croire en Jésus pour être sauvé : nous devons naître de nouveau et décider de mener une vie de sanctification. Par notre nouvelle naissance en Christ, la victoire sur le monde nous est donnée, car sa vie en nous marque la séparation d’avec le monde. Autrement dit, puisqu’il était sans péché, s’il vit en nous, si nous nous sommes abandonnés à lui, si nous lui avons ouvert la porte de notre cœur, il nous donnera la force de ne plus pratiquer le péché. Christ doit donc venir naître en chacun de nous.
Dans ce corps d’homme, nous pécherons toujours, mais le diable ne peut plus nous identifier comme étant des rebelles, des idolâtres, des hypocrites, des adultères, des impudiques, des ivrognes, etc. Désormais si Christ est en nous, nous sommes devenus des enfants de Dieu, nous pratiquons le bien et rien du malin ne doit subsister en nous.
Même s’il était homme, nous avons vu qu’il ne péchait point et qu’il nous a laissé son exemple à suivre. Par conséquent, chaque jour nous devons veiller à ce que le mal ne siège pas dans nos cœurs,«car le salaire du péché, c’est la mort; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur».Le Seigneur attend donc de nous que nous confessions nos péchés afin d’être pardonnés (cf. 1 Jean 1).
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents