Écophilosophie
227 pages
Français

Écophilosophie

-

227 pages
Français

Description

La crise écologique planétaire a des racines philosophiques fortes : elle questionne nos habitudes, notre modèle de société, mais également notre système de croyances et nos représentations du monde. Comprendre les enjeux profonds de cette crise nous plonge dans l'histoire de nos représentations de la nature et de l'humain. À l'attentisme ambiant, l'auteure oppose l'élaboration collective d'un nouveau sol écophilosophique qui serve d'humus pour l'émergence d'une civilisation «soutenable».

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 12 novembre 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782806111081
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0042€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Recherche scientiIque et innovation technologique modiIent profondément notre rapport au monde et le fonctionnement de nos sociétés. La collection ‘Science, éthique & société’ de l’ïnstitut supérieur de Philosophie (UCL) veut analyser cette évolution selon ses multiples dimensions et ouvrir à une réexion éthique plurielle pour une science au service de l’humanité.
tion « soutenable ».
Couverture : © Pexels.com
ISBN : 978-2-8061-0551-6 9HSMIKG*baffbg+
| 9
CharlotteluyCkx
Science, éthique & société Écophilosophie
RacinesetenjeuxphilosophiquesdelacRiseécologique
Collection Science, éthique et société
de l’Institut Supérieur de Philosophie de l’UCLouvain, dirigée par Alexandre Guay.
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
B. Feltz, Ph. Goujon, B. Hériard-Dubreuil, S. Lavelle et W. Lesch,Éthique, technique et démocratie, 2007. Pierre Lannoy et Thierry Ramadier (dir.),La mobilité généralisée. Formes et valeurs de la mobilité quotidienne, 2007. Gilbert Eggermont and Bernard Feltz (eds),Ethics and Radiological Protection, 2008. Brigitte Maréchal et Felice Dassetto (sous la direction, et avec la collaboration de Philippe Muraille),Adam et l’évolution. Islam et christianisme confrontés aux sciences, 2009. Benoît Bourgine, Bernard Feltz, Pierre-Jospeh Laurent et Philippe van den Bosch de Aguilar (dir.),Darwinismes et spécificité de l’humain, 2012. Bernard Feltz, Nathalie Frogneux et Stéphane Leyens (dir.), La nature en éclats. Cinq controverses philosophiques, 2015. Jean Onaotsho Kawende,Rationalité pluraliste, Éthique et Société. Parti-pris d’une philosophie pratique, 2016. Jean Onaotsho Kawende,Démocratie, Technoscience et Écologie. Champs pragmatiques de la rationalité pluraliste, 2016.
Écophilosophie
Racines et enjeux philosophiquesde la crise écologique
Charlotte Luyckx
D/2020/4910/54
ISBN :978-2-8061-0551-6
© ACàDEMîà-L’HàRMàTTàN S.à. Grand’Place, 29 B-1348 Louvain-la-Neuve
Tous droits de reproduction, d’adaptation ou de traduc-tion, par quelque procédé que ce soit, réservés pour tous pays sans l’autorisation de l’éditeur ou de ses ayants droit.
www.editions-academia.be
Remerciements
Ce livre est le fruit d’un long travail, de nombreux échanges, de tâtonnements divers et variés… Au cours de ce périple, nombreux sont celles et ceux qui m’ont aidée, soutenue et encouragée tout en alimentant mes réflexions. Je voudrais en particulier remercier Bernard Feltz, Hervé Jeanmart, Isabelle Cassiers, Louis Possoz, Emeline De Bouver, Marc Luyckx Ghisi, Nathalie Frogneux, Jean Michel Counet, Christian Arnsperger, Aline Wauters, Jérôme Thiry, Luis Martinez Andrade et Jérôme Delzenne.
Je tiens également à remercier chaleureusement ma mère, Françoise Lhoir, qui a patiemment relu ce texte dans ses diffé-rentes versions successives, avec une constante bonne volon-té, beaucoup de soin et de précision. Merci également à André Tourneux pour la révision finale.
Je dédie ce livre à mon mari, François Verdin, et à nos quatre enfants : Silouane, Yaël, Nour et Théodore.
5
« Qu’est-ce que peut apporter la philosophie en ces temps obscurs de crime écologique universel ? Selon moi, elle peut avoir un effet décisif. Les philosophes créent un nouveau discours, comme par exemple celui sur la valeur en soi de la nature. (…) Lorsque le concept de valeur en soi sort de la tour d’ivoire, il est incroyablement puissant. Il permet aux militants et activistes d’articuler ce qui serait demeuré des intuitions sans cohérence. Tout mouvement a besoin de plusieurs fonctions : désobéissance civile, action directe, idéologie. Sans compter que, dans le cas du mouvement écologiste, il ne s’agit pas tant de sauver telle espèce ou tel animal, que de provoquer le changement collectif global qui, seul, pourra résoudre la crise environnementale. »
John Baird Callicott
« Le respect de la Nature ne répond pas à un pourquoi d’origine seulement morale. Les raisons que l’on pourrait avancer de devoir respecter la Nature ne sont pas non plus seulement d’ordre économique. Michel Serres dit que le contrat naturel est métaphysique. La relation de l’homme à la Nature est la relation de l’homme à la Réalité. Le respect de la Nature renvoie à notre conscience limitée, étroite, fragmentaire, conscience qui doit être changée pour que l’humanité retrouve un avenir dans une Nature riche et vivante et pas dans un monde pauvre, désertique et mort. Ce n’est pas sans relation avec la connexion intime de l’homme avec la vie. »
Serge Carfantan
Introduction
Les strates de la crise écologique
La crise écologique que nous traversons est souvent interprétée comme un problème technique ou de mauvaise gestion auquel une série d’innovations technologiques et de petits gestes éco-sympas sont censés remédier. Mais nous sentons bien au fond de nous, données scientifiques à l’appui, que cette crise est autre-ment plus grave et les enjeux trop cruciaux pour se satisfaire de quelques réglages superficiels. La crise écologique est une crise de notreculture occidentale globalisée. C’est le constat partagé par un nombre croissant de femmes et d’hommes à l’échelle de la planète.
C’est pourquoi les transformations fondamentales nécessaires ne pourront pas advenir sans modifications du sol philosophique qui a soutenu le développement de la culture dominante. Cette 1 intuition résume la démarcheécophilosophique. Derrière les questions techniques, économiques et politiques, se trouvent en effet une série de problèmes de type philosophique : une certaine conception de l’humain défini par son autonomie et sa capacité de maîtrise rationnelle du réel, une certaine vision de l’éthique, marquée par un anthropocentrisme assumé, et une certaine ontologie de type dualiste entravent la recherche de solutions convaincantes. Ultimement, la crise écologique ébranle notre rapport au réel et soulève des questionnements existentiels fon-damentaux sur le sens de la vie humaine, la nature de la réalité et les visées ultimes de l’existence. C’est là le suc philosophique
1
Définie par Arne Naess comme « L’étude des problèmes communs à l’éco-logie et à la philosophie » (Naess A.,Écologie, communauté et style de vie(trad. Ch. Ruelle), Paris, Éditions MF, 2008, p. 102)
9
1
0
Écophilosophie
de la crise écologique qui la rend tout à la fois extrêmement dif-ficile à surmonter, mais également passionnante en tant que voie d’évolution collective de la conscience humaine. L’impossibilité de poursuivre le modèle dominant nous offre l’opportunité de questionner nos options philosophiques jusque-là implicites, et de construire, ensemble, un sol tiers faisant office d’humus pour le déploiement des initiatives de transition qui germent dans tous les coins de la planète. Dans cet ouvrage vous seront propo-sées quelques balises philosophiques pour accompagner le chan-gement de culture en cours.
La métaphore des strates géologiques
Une métaphore parlante pour situer la démarche écophiloso-phique dans le panorama de l’écologie prise au sens large est celle des strates géologiques : la crise écologique et les solutions qui émergent pour y faire face s’enracinent à différents niveaux de profondeur de notre culture : certaines, plus pragmatiques, sont très visibles, identifiables, facilement mobilisables. D’autres cor-respondent à des croyances, idées et intuitions ensevelies, nour-rissant inconsciemment nos imaginaires. Pour les identifier, un travail d’explicitation et d’excavation philosophique et historique s’impose. Chacune des cinq strates proposées (figure 1) présente un niveau d’analyse de la crise écologique. Partant d’un ensemble de constats scientifiques, l’écologie dévoile couche par couche ses strates technique, économique, politique, philosophique et enfin spirituelle.
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents