L olivier en Méditerranée
138 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

L'olivier en Méditerranée , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
138 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Depuis des temps immémoriaux, l'exploitation de l'olivier a façonné les paysages, l'histoire, la culture et la gastronomie des pays méditerranéens. Cet ouvrage présente l'histoire de l'oléiculture en Méditerranée, une analyse économique de l'oléiculture méditerranéenne, et s'interroge sur les conditions de relèvement des défis de la mondialisation (de nouveaux pays producteurs apparaissent). Il fait enfin le point sur les forces et faiblesse de l'activité en France, Israël et Palestine et sur les potentialités d'une coopération riche de promesses.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juin 2007
Nombre de lectures 304
EAN13 9782336265100
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

L'olivier en Méditerranée : du symbole à l'économie

Gilbert Benhayoun
Yvette Lazzeri
© L’HARMATTAN, 2007 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris
http://www.libraireharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr
9782296036352
EAN : 9782296036352
A Colette et Delphine, ...
en remerciement de leur amitié, de leur soutien permanent et de leur aide précieuse à la réalisation de cet ouvrage
“Ah ! Mon cher Théo, si tu voyais les oliviers à cette époque-ci ! (...) Le feuillage vieil argent et argent verdissant contre le bleu. Et le sol labouré orangeâtre. C’est quelque chose de tout autre de ce que l’on pense dans le nord, c’est d’un fin, d’un distingué ! (...) Le murmure d’un verger d’oliviers a quelque chose de très intime, d’immensément vieux. C’est trop beau pour que j’ose le peindre ou puisse le concevoir... ” Vincent Van Gogh Lettre à Théo (1889, Saint-Rémy-de-Provence)
Sommaire
Page de titre Page de Copyright Dedicace PRÉFACE INTRODUCTION I — IL ÉTAIT UNE FOIS... II — L’OLEICULTURE : ANCRAGE MÉDITERRANÉEN ET RAYONNEMENT INTERNATIONAL III — CONDITIONS POUR RELEVER LES DÉFIS DE LA MONDIALISATION AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ ET DE LA COMPÉTITIVITÉ DE L’HUILE D’OLIVE IV — L’HUILE D’OLIVE POUR LA PAIX : LA COOPÉRATION FRANCE, ISRAËL, PALESTINE En guise de conclusion..... - QUELLE CONTRIBUTION DE L’OLIVIER AU DEVELOPPEMENT DURABLE BIBLIOGRAPHIE
“La récolte des olives est un dur labeur sur un sol pierreux et couvert de chardons, mais la joie d’accomplir ensemble un travail nous emplit. Ce travail est profondément enraciné en nous et dans nos traditions. Il nous est confié depuis des générations. Aujourd’hui nous plantons ; demain nos enfants récolteront. C’est ainsi que nous perpétuons l’héritage de nos ancêtres. Tant que nous aurons des oliviers, nous n’aurons rien à craindre.”
Sumaya Farhat-Naser, Le Cri des oliviers (2004)


PRÉFACE
Symbole, voilà probablement le premier mot qui vient à l’esprit quand on évoque l’olivier. Depuis la nuit des temps, il a accompagné toutes les civilisations méditerranéennes et a été au cœur de toutes les religions. A la fois symbole de paix et d’éternité, il nous donne, chaque année, le meilleur de lui-même, en nous offrant ses fruits délicieux et le jus qui s’en écoule quand ils sont pressés.

Ce livre est bien plus qu’un livre d’économistes car au détour de chaque page pointe l’amour que ses auteurs portent à cet arbre. Au-delà des chiffres bruts rassemblés dans une analyse pertinente, les hommes et les femmes qui en vivent sont au cœur de cette économie millénaire. Dans un marché mondial en plein développement, la culture de l’olivier reste, avec la vigne, une des dernières activités agricoles rentables du pourtour de la Méditerranée.

L’olive et l’huile d’olive ont d’abord été source de vie et de lumière, aujourd’hui, elles sont devenues source de goût et de plaisir. La diversité de ces saveurs issue de la multiplicité de ses variétés et de ses terroirs, protège ces produits d’une mondialisation débridée. L’identification de ces productions en Appellation d’Origine Protégée garantit cette diversité en lui reconnaissant force de loi, au grand dam de certains pays anglosaxons.

Enfin, cet ouvrage met en lumière comment l’olivier constitue l’épicentre des trois grandes religions monothéistes. Les Chrétiens, les Juifs et les Musulmans se sont tous approprié ce symbole, immortalisé par Jérusalem et le Mont des Oliviers. Quoi de plus normal, voire même naturel, que de passer au prisme de l’analyse, l’interpénétration des peuples israéliens et palestiniens sous l’œil bienveillant de la fille aînée de l’Eglise. Bien sûr, il est aisé, tranquillement installés dans notre confort, de donner des leçons de morale, en revanche il est, je crois, de notre devoir d’apporter notre contribution à l’indispensable dialogue entre ces deux peuples liés à nous par cette “MARE NOSTRUM” aux reflets bleu-argent.
Olivier NASLES Président de l’Association Française Interprofessionnelle de l’Olive
INTRODUCTION
Cet ouvrage s’inscrit dans le cadre d’une rencontre de trois pays méditerranéens, France — Israël — Palestine, organisée en 2007 par l’Institut de Coopération pour le Proche-Orient et la Méditerranée 1 , sur le thème de l’huile d’olive et la coopération en Méditerranée.

Depuis des temps immémoriaux l’olivier constitue, pour les pays méditerranéens, un lien fort entre les individus, par ses vertus nutritionnelles et thérapeutiques et par les importants échanges commerciaux qui ont été générés par l’exploitation de ses fruits. Il demeure encore aujourd’hui porteur d’une telle charge emblématique et d’une telle importance pour certaines économies du bassin méditerranéen, que nous devions, nous autres universitaires et économistes, lui consacrer un hommage.

C’est dans cet esprit qu’a été conçu l’ouvrage. Il démarre sur l’histoire de l’oléiculture en Méditerranée et présente tout le potentiel d’utilisation de l’olivier. Bien qu’encore modeste, le développement des produits dérivés de l’oléiculture ouvre des perspectives de nouveaux marchés pour les pays producteurs, d’autant que la production peut bénéficier de l’engouement actuel pour les produits naturels. Cela sous-tend qu’une activité de recherche de haut niveau soit développée autour de l’olivier. Le chapitre qui suit développe ce qui constitue le cœur de l’ouvrage, une analyse économique de l’oléiculture méditerranéenne. On s’interroge, pour l’ensemble des pays de la Méditerranée, sur les conditions pour relever les défis de la mondialisation dans la mesure où cette région, qui est et demeurera longtemps encore le premier producteur et le premier consommateur d’huile d’olive, va néanmoins devoir compter dans les années futures, avec de nouveaux pays producteurs (Argentine, Australie, Chili, Chine, Etats-Unis, ...). Le dernier chapitre porte un regard sur les forces et faiblesses de l’activité dans les trois pays, France - Israël - Palestine et sur les potentialités d’une coopération insuffisamment inexploitée, et pourtant riche de promesses.

Enfin, la conclusion intègre quelques réflexions sur les conditions d’une oléiculture durable en Méditerranée.
“Là où l’olivier renonce, s’achève la Méditerranée ”, “Là où le soleil le permet, l’olivier s’implante et gagne du terrain”.
Georges Duhamel, Le Temps de la Recherche (1947)


I — IL ÉTAIT UNE FOIS...
L’olivier (Olea europea) est un arbre robuste qui vit plusieurs siècles, jusqu’à 300 ou 400 ans. Il produit des “rejets” qui assurent sa descendance, au point que les anciens le croyaient immortel. Le climat méditerranéen convient parfaitement à l’olivier : hiver doux, printemps ou automne pluvieux, été chaud et sec, grande luminosité. Il lui faut une moyenne annuelle de température comprise entre 16 et 22° C. Il supporte le froid (jusqu’à moins 7° C) mais pas le gel prolongé qui peut détruire ses bourgeons en très peu de temps et donc réduire considérablement la production. Il pousse dans tout type de sol avec une préférence pour un sol légèrement calcaire. Les terrains idéaux se situent sur les pentes orientées au sud des coteaux et piémonts, avec des sols légers et caillouteux. Il existe actuellement deux grandes populations d’oliviers : les populations sauvages qui possèdent une grande diversité génétique et la population constituée des variétés cultivées, dont le polymorphisme est beaucoup plus faible, bien que le nombre d’individus soit très important.

L’olivier a marqué, par son ampleur géographique et historique, non seulement le paysage, mais aussi la vie quotidienne des civilisations méditerranéennes, il est associé à leurs rites ainsi qu’à leurs coutumes religieuses, il a influencé leurs mœurs et leurs techniques.

1. OLEUM PRIMUM ARBORUM
L’olivier est le premier des arbres rapporté par la bible. Mais l’olivier était déjà présent bien avant que l’homme n’apparaisse sur la planète. On a trouvé près de Livourne, dans l’actuelle Toscane italienne, des restes fossilisés d’oléastre (Olea sylvestris), l’ancêtre sauvage de l’olivier, datant de 20 millions d’années. De même, la présence de l’olivier au paléolithique est attestée par la découverte du bois d’olivier de plus de 40 000 ans en Israël, de feuilles d’olivier fossilisées datant de 37 000 ans avant J.C. en Grèce sur l’île de Santorin, de pollens et de feuilles fossiles de plus de 20 000 ans avant J.C. en France, de feuilles fossilisées datant de 12 000 ans avant J.C. en bordure du Sahara.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents