65 balais
139 pages
Français

65 balais

-

139 pages
Français

Description

Comment protéger le conjoint survivant ? Comment aider ses enfants et ses petits-enfants ? Comment a¬ffronter la perte d'autonomie de ses parents très âgés ? On trouvera dans cet essai les réponses à ces questions que l'on pose régulièrement à son notaire quand on vient de fêter ses « 65 balais ». Et l'on verra se dessiner, à partir de rappels historiques et de références sociologiques, le portrait de ce post soixante-huitard, jeune et sage à la fois, qu'une mise en parallèle avec son alter ego du début des années 70 permet de bien comprendre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 09 octobre 2020
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140159985
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

65 Balais
Collection « Témoignages » Dirigée par Sonny Perseil La collection « Témoignages » a pour vocation d'accueillir deux types de contenus : Destémoignages directsd’acteurs politiques, économiques et sociaux, qui souhaitent faire partager leur expérience professionnelle ou le vécu d’une période d’histoire contemporaine, voire d’un événement retentissant ;Desmatériels inexploités de recherche– des notes sur des observations, des entretiens, des études à caractère ethnographique, etc. – que les auteurs veulent rendre publics car, même livrés de façon brute sans analyse approfondie, ils peuvent intéresser le plus grand nombre, mais aussi des collègues de la communauté scientifique qui peuvent utiliser ces témoignages dans le cadre de leurs travaux.
PIERREDAUPTAIN
65 BALAIS
Réflexions d’un notaire sur les nouveaux sexagénaires
Du même auteur 50 ans de mariage Éditions Pepper – L’Harmattan, 2015 Et comment vont les enfants ? Éditions Pepper – L’Harmattan, 2017 Maquette, corrections :Confidens© L’Harmattan, 2020 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-21458-0 EAN : 9782343214580
À mon père dit le Dabe.
Prologue 65 balais. Le titre d’un livre, comme celui d’un film ou d’une chanson, fait beaucoup. C’est l’accroche du lecteur. Il doit à la fois attirer l’attention, tout en étant suffisamment explicite. J’aurais pu appeler celui-ci65 ans, tout simplement. Mais cela aurait été un peu terne, un peu passe-partout. Et puis, après mes 1 50 ans de mariageprécédemment publiés , on m’aurait demandé : 65 ans de quoi ? Plutôt que les balais, j’aurais pu choisir les berges. Cependant, l’image que le mot évoque va moins de soi. On pense aux berges de la Seine et l’on cherche alors en vain une métaphore cachée pour les années. Et pour cause, puisque ces berges fluviales n’ont rien à voir dans l’histoire. Il s’agit ici d’une homonymie et, plus précisément, de la francisation du mot tziganeberj dont l’usage exclusivement argotique renvoie aux années de prison et donc à un temps long et pénible. Or, à 65 ans, de nos jours, il est rare qu’on se sente prisonnier de la vie. Ce que l’on ressent, c’est qu’on n’a pas vu passer le temps, que la vie est trop courte. On se retrouve surtout dans la prière lamartinienne « Ô temps ! suspends ton 2 vol » ou dans sa version hallydayenne « Arrête le temps et les 3 heures» . On n’a donc pas 65 berges.
1 Pierre Dauptain50 ans de mariage Réflexions d’un notaire sur l’évolution du couple ces cinquante dernières annéesEditions Pepper-L’Harmattan 2015. 2 Mais je demande en vain quelques moments encore,Le temps m’échappe et fuit ; Je dis à cette nuit : sois plus lente ; et l’aurore Va dissiper la nuit. Alphonse de LamartineLe Lac1820. 3 Retiens la nuit Avec toi elle paraît si belle Retiens la nuit Mon amour qu’elle devienne éternelle Pour le bonheur de nos deux cœurs Arrête le temps et les heuresJohnny HallidayRetiens la nuit1961.
7
65BALAIS
À défaut de berges, j’aurais pu me rabattre sur les piges que l’on pourrait croire, quand il s’agit de compter les années, qu’elles évoquent une certaine quantité de travail, comme l’article du journaliste pigiste. Une autre explication de 65 piges serait de renvoyer à l’idée de dépasser un concurrent à qui l’on fait la pige. Mais à en croire le Grand Robert, les piges des années sont tirées du verbepiger non pas dans son sens familier de comprendre – 4 alors qu’avec l’âge, on devrait mieux comprendre la vie – , mais dans celui de mesurer avec une pige, c’est à dire avec une longueur prise pour étalon. Une expression un peu confuse en vérité. Les carats auraient pu me venir sous la plume, autre unité de mesure, précieuse si l’en est. Mais il en suffit de vingt-quatre pour que l’or soit pur et l’expressionà trente-six caratssignifie déjà au-delà du possible. Alors, vous pensez, à soixante-cinq… Il n’en demeure pas moins que l’on pourra dire du sexagénaire qu’il a pris 5 du carat, sans doute par assonance avec prendre de la carafe . Mais un vin en bouteille depuis soixante-cinq ans risque de décevoir les convives.65 caratsétait donc inapproprié. 65 printemps aurait été un titre acceptable, plus positif que sa version triste : 65 automnes. On constate que ni l’été ni l’hiver ne viennent grossir les rangs des synonymes du motan. Preuve que le temps qui passe ne peut être vu, c’est binaire, que comme une renaissance ou comme une petite mort, si l’on me permet ici de faire mienne, en en changeant le sens, l’expression d’Alain 6 Souchon . La version automnale dénote une vision dépressive ; mais je ne peux m’empêcher de déceler, dans la version printanière, une certaine condescendance du jeune vis-à-vis de son ainé et d’entendre dans la voix qui l’utilise, le ton infantilisant que l’on peut prendre, le volume sonore poussé à fond, avec les 4 Une réflexion en écho à la chansonVieillessede Claude Nougaro (1985) Je te vois venir vieillesse Avec tes vieux ressorts grincheux Là, tu m'arraches les cheveux Ici, une dent de sagesse Au lieu de m'en donner un peu De sagesse5 Dictionnaire de l’argot français et de ses origines, Jean-Paul Colin, Jean-Pierre Mével, Christian Leclère, Larousse. 6 Quand j’serai KOAlain Souchon 1988.
8
PROLOGUE
personnes âgées : alors Madame Dupont, vous fêtez vos quatre-vingt-dix printemps aujourd’hui ! Restaient les bougies. 65 bougies, sauf pour qui se serait attendu à un traité sur les moteurs à explosion, aurait été un titre parlant. Parlant, mais qui aurait renvoyé trop directement aux cartes d’anniversaire aux couleurs criardes et agrémentées de paillettes que l’on vous pousse à déposer dans votre caddie, entre deux packs d’eau minérale, en faisant la queue aux caisses des supermarchés. Aussi, après ce rapide tour d’horizon, me suis-je rabattu sur les balais, dont la légitimité pour figurer le temps qui passe reste pourtant assez mystérieuse. S’agirait-il d’évoquer les années que l’on balaye petit à petit, comme certains le suggèrent sans 7 l’affirmer ? Ou doit-on voir dans cet emploi un deuxième exemple de l’utilisation gratuite de ce mot en argot, la première consistant à considérer que celui dont l’intelligence nous semble limitée est comparable à cet ustensile de ménage ? Au reste, bien plus que les piges, les berges ou les carats, les balais servent depuis toujours à compter les années dans ma famille – à chacun ses traditions – et ils m’évoquent de surcroît une chanson de Jean-Claude Vannier enregistrée il y a trente ans, et dont la mélodie me revient à l’esprit en écrivant ce prologue : Tu dis toujours qu’est-ce qu’on s’marrait En 1930 Avec tes soixante-deux balais 8 Et tes tilleuls menthe J’aime ainsi, à chaque anniversaire, m’imaginer ranger dans un grand placard, auprès de ceux qui l’ont précédé, le balai qui m’a accompagné pendant douze mois, et me saisir d’un balai flambant neuf, comme on se plaisait, avant l’invention de l’agenda électronique, à feuilleter en début d’année les pages vierges de son nouvel agenda professionnel. En l’occurrence, ma collection de balais n’a pas encore atteint les soixante-cinq unités. Il m’en manque encore neuf. Aussi, les 7 Dictionnaire de l’argot français et de ses origines, ouvrage précité. 8 Debussy s’en foutJean-Claude Vannier 1979.
9
65BALAIS
réflexions que je vais mener au fil des pages de cet essai n’auront rien d’autobiographique. Cependant, dans sa pratique professionnelle, un notaire est amené à fréquenter régulièrement cette tranche d’âge et il en devient une sorte d’expert. 65 ans, dans le cycle d’une vie, marque un tournant. Pour beaucoup, cet anniversaire correspond à la fin du parcours professionnel et, par voie de conséquence, sonne l’entrée officielle dans le club des seniors comme dans ce que l’on appelle encore le troisième âge. Dans les statistiques de l’INSEE, à 65 ans, on quitte une catégorie de Français pour une autre. Et pourtant, on est loin, à 65 ans, d’avoir un âge canonique, même si l’âge canonique était, selon les critères du droit canon, de 40 ans et représentait l’âge à partir duquel une femme pouvait assister un homme d’Église – la bonne du curé chantée par Annie 9 Cordy, en somme – sans risquer de le faire succomber à la 10 tentation . Au reste, comme l’adolescence est aujourd’hui divisée en deux phases, la préadolescence et l’adolescence proprement dite, voire en trois, puisque l’on voit se dessiner une génération de post-adolescents symbolisée par le personnage cinématographique 11 de Tanguy , de la même façon le troisième âge n’est plus aujourd’hui la dernière étape à franchir dans une vie : celle du quatrième âge se profile à l’horizon, dont le ciel paraît bien plus sombre dans les esprits. À 65 ans, tout juste retraité, la tête pleine des projets échafaudés tout au long de ses dernières années d’activité et dont on se dit avec enthousiasme que l’heure de les réaliser vient enfin de sonner, on se rend donc volontiers chez son notaire pour faire le point. Le point sur ses enfants : comment les aider ? Le point sur le sort de son conjoint : comment protéger le survivant du couple ? Le point sur ses parents : quelles solutions trouver à leur perte
9 Je voudrais mettre une mini-jupette Et un corsage à trous trous Mais il paraît que pour faire la quête Ça ne se fait pas du toutAnnie CordyLa Bonne du curé1975. 10  200 drôles d’expressions que l’on utilise tous les jours sans vraiment les connaître, racontées par Alain Rey,Le Robert, 2015. 11 Tanguy, d’Étienne Chatilliez, 2001.
10
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents