Annuel 2012 - APF. Le fil d
149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Annuel 2012 - APF. Le fil d'Oedipe

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
149 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

Autour du thème « Le fil d’Œdipe », l’Annuel de l’APF rassemble certains des exposés présentés en juin et en décembre 2010 lors d’entretiens de l’Association psychanalytique de France qui eurent pour objet « Le jeu » et « Au-delà du complexe d’Œdipe », accompagnés de contributions originales prolongeant la réflexion autour de ce complexe fondamental et son traitement dans la cure.
Le dossier de recherche, portant sur l’histoire de la formation et les politiques de l’enseignement dans le mouvement psychanalytique international, croise et enrichit ce questionnement en abordant les aspects institutionnels de la formation à la pratique des cures analytiques et les vifs débats qu’ils suscitèrent tant parmi les fondateurs du mouvement analytique qu’entre leurs successeurs.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782130742142
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0127€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

2012
Sous la direction de
Laurence Kahn
Annuel de l'APF 2012. Le fil d'Oedipe
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130742142 ISBN papier : 9782130591566 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Autour du thème « Le fil d’Œdipe », l’Annuel de l’APFrassemble certains des exposés présentés en juin et en décembre 2010 lors d’entretiens de l’Association psychanalytique de France qui eurent pour objet « Le jeu » et « Au-delà du complexe d’Œdipe », accompagnés de contributions originales prolongeant la réflexion autour de ce complexe fondamental et son traitement dans la cure. Le dossier de recherche, portant sur l’histoire de la formation et les politiques de l’enseignement dans le mouvement psychanalytique international, croise et enrichit ce questionnement en abordant les aspects institutionnels de la formation à la pratique des cures analytiques et les vifs débats qu’ils suscitèrent tant parmi les fondateurs du mouvement analytique qu’entre leurs successeurs.
Table des matières
Avant-propos(Association Psychanalytique de France)
Le fil d’Œdipe
Opposition au déclin du complexe d’Œdipe(Dominique Suchet) Jouer avec l’insoluble ?(Claude Barazer) La désidentification œdipienne : au nom du fils, au nom de la fille(Michael Parsons) Winnicott, le jeu, les mots(Gilbert Diatkine) A) Les inventions de Winnicott B) Pourquoi jouer ? C) Rôle du langage Les petits pas dans les grands : traces de l’infantile(Elisabeth Cialdella) L’absurde, condition du pacte(Dominique Clerc) Dossier : Recherches sur l’histoire de la formation et de l’enseignement Recherches sur l’histoire de la formation et de l’enseignement : Présentation du dossier(Laurence Kahn) De grands espoirs(Leopoldo Bleger) L’enseignement à l’IPA avant la présidence de Daniel WidlöcherDu « modèle Eitingon » à « l’exception française »(Laurence Apfelbaum) Des origines au « modèle Eitingon » Les pouvoirs du didacticien La question de « l’analyse profane » Balint et Bernfeld : l’histoire mélancolique des instituts de formation Débats sur le cursus de formation et l’autonomie du candidat Modèle de l’APF selon Wallerstein et modèle uruguayen selon Kernberg Conclusion Compléments documentaires proposés en quatre annexes L’Institut de Berlin de 1920 à 1930(Jenny Chomienne-Pontalis) Les débats du Symposium de Broadway, 1980(Anne-Marie Duffaurt) Le rapport de Serge Lebovici Le rapport d’Albert J. Solnit L’expérience américaine : l’APsaA Francis McLaughlin discuté par Daniel Widlöcher Pearl King : l’expérience britannique et l’impact des « Controverses scientifiques » David Liberman : une expérience argentine Commentaire du texte de Carlos Mario Aslan : « La experiencia argentina »
Lacan, le langage et rien d’autre...(Éric Flame) 2001-2007 : préparation et aboutissement d’une réforme à l’IPA(Daniel Widlöcher)
Avant-propos
Association Psychanalytique de France (APF), société composante del’Association Psychanalytique Internationale (API), a été fondée en 1964, à la suite de la scission qui, après celle de 1953, divisa la communauté psychanalytique française. Elle a compté, parmi ses fondateurs, Daniel Lagache, Juliette et Georges Favez, Jean-Louis Lang, Victor Smirnoff, Wladimir Granoff, Rober Pujol, Didier Anzieu, Jean Laplanche, Jean-Bertrand Pontalis, Jean-Claude Lavie, Daniel Widlöcher. Guy Rosolato rejoignit ce groupe quelques années plus tard. L’APF a pour objet d’apporter sa contribution à la recherche en psychanalyse et à la découverte freudienne, et de former des psychanalystes selon des critères qui lui sont spécifiques. Composée de membres titulaires chargés des cures supervisées et de membres sociétaires, elle accueille un grand nombre d’analystes en formation pour lesquels elle organise un enseignement en séminaires et groupes de travail. Elle développe son activité scientifique au travers de débats réguliers et de deux Entretiens annuels de Psychanalyse dont l’un est ouvert, une année sur deux, à un public élargi. APF – 24, place Dauphine, 75001 Paris (tel : 01 43 29 85 11) Site Internet : associationpsychanalytiquedefrance.org
e sixième volume de l’Annuel de l’APFrend compte, comme les précédents, des Ctravaux suscités dans notre Association par une réflexion continue sur le cœur de notre pratique psychanalytique. Les articles s’organisent selon plusieurs directions, dont on verra aisément qu’elles se recroisent constamment, en multipliant les perspectives. Sont en effet ici rassemblés en premier lieu certains des exposés présentés en juin et en décembre 2010 lors d’Entretiens de l’Association psychanalytique de France, qui eurent respectivement pour thème « Le jeu » et « Au-delà du complexe d’Œdipe » ; ils sont accompagnés de contributions originales relevant de la même veine. S’y ajoute le dossier d’une recherche approfondie portant sur l’histoire internationale de la formation et les politiques de l’enseignement. Où l’on saisit en quelque sorte l’autre face de la question clinique et théorique – son envers institutionnel. Dans les deux cas, c’est bien « le fil d’Œdipe » qu’il s’agit de tenir, sans omettre la part ludique de la méthode, comme y invite en couverture un Ganymède au cerceau. Lorsque nous nous penchons sur ce que peut être l’au-delà de ce complexe fondamental, ou que nous nous interrogeons sur ce que jouer veut dire dans le
processus d’une cure, au vif de l’infantile et du transfert, ce fil nous tient. Théorie et pratique, enseignement et formation : qu’advient-il de ce fil lorsqu’il faut aux fondateurs du mouvement analytique et à leurs successeurs concevoir la diffusion de la psychanalyse et les modèles de sa transmission ?
Le fil d’Œdipe
Opposition au déclin du complexe d’Œdipe
Dominique Suchet
e complexe d’Œdipe, ainsi dénommé, n’apparaît qu’en 1910 dans l’œuvre de LFreud, mais Œdipe est là dès les premiers écrits psychanalytiques. Dans L’Interprétation du rêve[1], cette disposition affective d’amour et de rivalité est présentée avecŒdipe Roison universalité est affirmée avec la référence à et Shakespeare et à la phrase deHamlet :« the readiness is all », « être prêt, tout est là »[2]Freud, ou pour le psychanalyste, peut-être s’agit-il de l’affrontement Pour inévitable à un Œdipe qui ne se présente que comme complexe psychique engagé vers son déclin, avec la mort et ses figures. « Jedem menschlichen Neuankömmling ist die Aufgabe gestellt, den Ödipuskomplex zu bewältigen ; wer es nicht zustande bringt, ist der Neurose verfallen »[3], écrit Freud dans une note ajoutée en 1920 auxTrois essais. « Chaque nouvel arrivant dans le monde humain est mis en devoir de venir à bout du complexe d’Œdipe ; celui qui n’y parvient pas est voué à la névrose. » Telle est la traduction de Philippe Koeppel dans l’édition desNouvelles traductionschez Gallimard, en 1987. publiées Bewältigen signifie en effetvenir à bout,maîtriser; et par exemple,bewältigen Vergangenheitse traduirait parvenir à bout du passé, ou encore parmaîtriser son passé. Mais la différence entrevenir à bout etmaîtriser, s’agissant du complexe d’Œdipe, est d’importance. Dans lesŒuvres Complètesde Freud publiées sous la direction de Jean Laplanche aux PUF, on lit : « À chaque homme nouvellement venu est assignée la tâche de maîtriser le complexe d’Œdipe »[4]. Cette dernière traduction indique que rien dans les mots de Freud ne peut laisser penser qu’il y a, d’une part, un monde et, d’autre part, un arrivant. On comprend alors qu’il ne s’agit pas de venir à bout d’une tâche qui pourrait un jour être terminée, mais qu’il s’agit de la maîtriser sans relâche, comme on maîtrise la violence de forces intrépides. Ainsi les traductions sont-elles, elles aussi, portées par des souhaits inconscients : dans cet exemple celui, infantile, d’en finir avec le complexe d’Œdipe. Le scandale serait peut-être cela : qu’Œdipe, instaurant les instances psychiques avec la subversion des avant et des après, entre en scène porteur de sa disparition. Le mouvement de sa disparition le ferait apparaître. S’il y a une résistance connue contre Œdipe par l’opposition au retour de contenus de représentation inacceptables et refoulés par le moi, il y a aussi une résistance plus profonde contre le mouvement même qui, le faisant apparaître, apporte la disparition. Il s’agit alors d’une opposition à son déclin, une opposition conservatrice contre un mouvement qui apparaît pour disparaître, qui dit combien le sexuel a partie liée avec la mort[5]. « Je suis venu te dire que je m’en vais » serait la réplique de la vie à la sexualité. Une image entendue dans les paroles d’un patient peut donner corps à cette pensée. C’est une analyse difficile dans tous ses aspects d’installation du site qu’à la suite de Pierre Fédida on peut nommer « site de l’étranger »[6]pour ainsi indiquer qu’il n’a d’autre source que l’étrangeté(unheimlich)du transfert, qu’il n’a pas d’autre topique
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents