Comprendre l
197 pages
Français

Comprendre l'expérience du chômage et la rupture avec l'emploi

-

197 pages
Français

Description

Les résultats de cette recherche qualitative concernent des personnes au chômage de longue durée et affiliées au RSA. Elle a d'abord pour objectif de mieux cerner la diversité de leurs rapports au marché du travail. Quels bilans font-elles de leurs expériences professionnelles ? Quels sont leurs niveaux d'engagement ou de retrait par rapport à l'emploi ? Comment se positionnent-elles par rapport aux institutions dédiées aux chômeurs ? Il s'agit non seulement de s'intéresser aux ressorts de l'engagement vers l'emploi, mais aussi de renverser la perspective pour mieux comprendre les formes de résistance à l'ordre salarial chez une partie des chômeurs de longue durée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 05 janvier 2021
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140167676
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

9 7 8 2 3 4 3 2 1 7 1 8 5
Philippe BREGEON
Comprendre l’expérience du chômage et la rupture avec l’emploi Enquête qualitative auprès de personnes au RSA
Comprendre l’expérience du chômage et la rupture avec l’emploi
Enquête qualitative auprès de personnes au RSA
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Simon CALLA,Des poissons, des hommes et des rivières, 2020. Alain DEGENNE,Dynamiques des structures sociales, 2020. Christian JETTE et Catherine LENZI (dir.),Les territoires de l’intervention à domicile. Regards croisés France-Québec, 2020. Juan-Luis KLEIN et Bernard PECQUEUR (dir.),Les Living Labs, Une perspective territoriale,2020. Sophie BÉROUD, Armando BOITO, Paul BOUFFARTIGUE, Andreia GALVÃO (dir.),Mobilisations du monde du travail. Volume 2. Le Brésil et la France dans la mondialisation néo-libérale, 2020. Sophie BÉROUD, Armando BOITO, Paul BOUFFARTIGUE, Andreia GALVÃO (dir.),Changements politiques et classes sociales. Volume 1. Le Brésil et la France dans la mondialisation néo-libérale, 2020. Georges JOURDAM,Au croisement du travail et du politique : l’emploi salarié. Le cas français : mutations et transformations,2020. Jacqueline FELDMAN,Françoise Laborie (1938-2016), Histoire d’une femme en science, 2020. Mathieu SORDET,La demande d’asile en France,La pénitence civilisée, 2020.Lionel CLARIANA, Laïcité, radicalisation et protection de l’enfant. Articulations et enjeux sociopolitiques, 2020. Eguzki URTEAGA,L’essor du vote nationaliste basque, 2020. Alexander María LEROY,Penser la sexualité des personnes âgées. De e Disney à l’EHPAD du XXI siècle, 2020. Mélody JAN-RÉ (dir.),L’œuvre du genre, 2019. Gilles VIEILLE-MARCHISET,La conversion des corps, 2019. Aurélie NETZ,Les Cercles de Femmes, Ritualiser l’identité de genre dans les spiritualités alternatives,2019. Roland GUILLON,La question sociale face à la globalisation, 2019. François SICOT (coord.),Les parcours de soins en psychiatrie au prisme d’une analyse sociologique,2019.
Philippe Bregeon Comprendre l’expérience du chômage et la rupture avec l’emploi Enquête qualitative auprès de personnes au RSA
Du même auteur À quoi servent les professionnels de l’insertion ?, L’Harmattan, Paris, 2008. Parcours précaires. Enquête auprès de la jeunesse déqualifiée, Presses Universitaire de Rennes, 2013. © L’HARMATTAN, 2020 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Parishttp://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-21718-5 EAN : 9782343217185
Introduction Les résultats de la recherche1 qualitative et longitudinale dans le propos qui suit concernent des personnes au chômage de longue durée et affiliées au RSA. Au-delà, elles ont en commun d’avoir fait des études supérieures et subi l’épreuve du déclassement, avec l’impossibilité d’accéder à une position en conformité avec leurs aspirations. Cette enquête a d’abord pour objectif de mieux cerner la diversité des rapports au marché du travail chez ces personnes le plus souvent au chômage : quels bilans font-elles de leurs expériences professionnelles ? Quels regards portent-elles sur le marché du travail ? Quels sont leurs niveaux d’engagement ou de retrait par rapport à l’emploi ? Comment se positionnent-elles par rapport aux institutions dédiées aux chômeurs ? il s’agit de s’intéresser aux ressorts du refus, du consentement ou de l’aspiration à l’emploi. Cette enquête fait suite à celle, conduite entre 2008 et 2011, auprès de jeunes sortis du système scolaire sans qualification qui avait révélé des capacités d’adaptation et des formes de réinvestissement hors emploi (Bregeon, 2013). Ainsi, malgré l’expérience du chômage et de la précarité, une partie de ces jeunes se maintenait dans des dynamiques relationnelles. Ils avaient développé une sorte de philosophie de vie, dans des modes de vie au jour le jour. Cette capacité de résistance à la norme de l’insertion professionnelle nous avait interrogé, c’est pourquoi nous avons engagé cette nouvelle recherche en sociologie. Issus de familles plus aisées, dotés d’un capital culturel, les ressortissants des études supérieures, auprès desquels nous avons mené cette enquête, nous sont apparus plus à même de nous aider à approfondir cette question de la résistance à l’emploi. Leur parcours intellectuel leur offre,a priori, davantage de capacités pour objectiver leur mise à l’écart ou leur prise de distance par rapport au marché du travail. Les représentations dominantes pointent les chômeurs de longues durées tantôt comme des victimes de la modernisation du marché du travail, tantôt comme des démissionnaires, tantôt comme des profiteurs des transferts sociaux et de l’allocation chômage. Dans cette nouvelle enquête, nous avons souhaité non seulement observer les dynamiques et les freins à l’entrée ou au retour en emploi, mais renverser la perspective pour mieux comprendre les formes de résistance à l’ordre salarial. Cette approche de l’expérience du chômage représente ainsi une véritable singularité. Il s’est alors agit d’appréhender les postures d’opposition volontaire face au système, d’analyser les stratégies de refus, les arrangements avec les 1Elle a été envisagée en 2016 au sein d’une équipe de recherches du GRESCO de l’université de Poitiers sur les parcours socioprofessionnelles.7
injonctions, les affirmations de soi en contradiction avec les attentes de l’emploi, l’articulation entre les éléments objectifs et le travail subjectif par lequel, les chômeurs tentent de rester des sujets. Quels ont été les processus de décrochage du marché du travail ? Quand l’emploi est mis à distance, quels sont les investissements de substitution ou considérés comme préférables ? Comment les personnes peuvent-elles se maintenir dans des formes d’intégration plus ou moins alternatives et développer une dynamique relationnelle, hors emploi ? Cette recherche entend ne pas occulter la question du prix à payer. Dans quelle mesure la mise à distance ou le contournement de la norme de l’emploi pourrait se traduire par une sorte de glissement des contraintes, dans d’autres espaces et sous d’autres formes ? Au-delà de l’adaptation à la précarité, nous faisons allusion, en particulier, à l’hypothèse de confrontations avec les institutions dédiées à la gestion du chômage, aux risques de stigmatisation dans l’espace social et aux difficultés pour investir ou réinvestir « par ailleurs » … 2 Ainsi, nous avons rencontré régulièrement 25 d’entre elles . Nous avons eu accès à une partie de ces personnes avec l’aide de membres des équipes Vienne Emploi Insertion du Conseil départemental de la Vienne. Elles ont la charge de l’accompagnement vers l’emploi des bénéficiaires du RSA. Les premiers enquêtés nous ont mis, ensuite, en contact avec d’autres, comme eux au chômage et ressortissants du RSA. Autre singularité de cette enquête, nous avons repris la méthode qualitative et longitudinale avec des entretiens individuels environ tous les 6 mois, et sur plusieurs années. Il s’agissait d’abord de reconstruire, avec ces personnes, leur parcours depuis l’enfance, jusqu’aux études supérieures, leurs expériences professionnelles, leur découverte du marché du travail, leurs collaborations avec les institutions, la construction de leur mode de vie. Ainsi, la notion de parcours invite à s’intéresser à une succession d’états, mais plus encore au passage de l’un à l’autre, en relation ou non avec des événements. Conjointement, d’un rendez-vous à l’autre, il convenait d’enregistrer au plus près les événements, de mettre à jour les infléchissements de positions, les processus, c’est-à-dire les relations de continuité, de causalité plus ou
2 Elles avaient 37,8 ans en moyenne au début de l’enquête, dont 5 entre 26 et 29 ans, 5 entre 30 et 34 ans, 6 entre 35 et 39 ans, 4 entre 40 et 45 ans, 5 entre 50 et 55 ans. Du point de vue de leurs niveaux d’études, 12 d’entre elles avaient obtenu un Master ou DEA, 8 des BTS ou licences et 5 n’avaient pas dépassé les deux premières années de leurs études supérieures. 8
moins linéaires, de concomitance, de reproduction entre des éléments de natures différentes. Il s’agit alors de comprendre les influences croisées des différents versants de l’existence : familial ; matrimonial ; professionnel ; résidentiel ; militant ; occupationnel ; institutionnel ; chômage… Une approche descriptive de ces interactions par reconstruction de séquences de vie et de portraits de ces chômeurs nous est apparue pertinente pour mieux déconstruire les stéréotypes et ouvrir la boite noire de l’expérience du chômage et de l’emploi. Cet ouvrage est organisé en trois parties. La première vise à éclairer les rapports au marché du travail des enquêtés. Elle pose en particulier la question de l’effet de la socialisation professionnelle antérieure sur le rapport à l’emploi, c’est-à-dire sur les représentations et les jugements des individus face au système d’emploi, les déterminants sociaux dans les dynamiques d’engagement ou d’évitement du marché du travail. La deuxième partie s’intéresse aux interactions de ces personnes avec les institutions d’accompagnement et de contrôle du retour à l’emploi. Il s’agit alors de s’intéresser à l’incarnation de dispositifs d’action publique et de commandes institutionnelles, dans les parcours individuels. Enfin, la troisième partie, porte de manière plus globale sur les « dynamiques relationnelles » des individus : elle traite alors de leurs investissements dans des activités parallèles à la recherche d’emploi et vise une analyse plus exhaustive de leurs conditions. A son terme, elle porte une attention particulière à la question du « prix à payer » pour ces déviants de la norme de l’emploi.
9
  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents