DOIT-ON VRAIMENT PARLER DE TOUT ÇA? Doit-on vraiment parler de tout ça?
127 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

DOIT-ON VRAIMENT PARLER DE TOUT ÇA? Doit-on vraiment parler de tout ça? , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
127 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Le coït? Le cunnilingus? La fellation? Les stimulations mammaires et anales? La dimension du pénis? L’esthétique des seins et de la vulve? L’épilation pubienne? Vraiment?
Si les pratiques sexuelles courantes donnent lieu à des moments de grand bonheur, elles n’en suscitent pas moins beaucoup d’incertitudes, d’inquiétudes, de frustrations et de déplaisir. C’est pourquoi Patrick Doucet nous propose un tour d’horizon des multiples considérations – qu’elles soient d’ordre physiologique, psychologique, historique, anthropologique ou pratique – entourant ces activités sexuelles et les régions du corps qui les rendent possibles. Grâce à son style synthétique et vivant, sur un ton souvent ludique et toujours instructif, l’auteur espère communiquer non seulement l’utilité de ces connaissances, mais aussi le plaisir de les acquérir. Et, par le fait même, de promouvoir ce qui fait toujours défaut de nos jours : une éducation sexuelle collective enfin adéquate.
Tandis que le célèbre Père de l’Église Tertullien désignait le vagin comme « la porte de Satan », les Chinois de l’Antiquité disposaient de plus charmantes expressions pour désigner la vulve : le Lotus d’Or, le Vase Réceptif, la Pivoine Éclose ou encore le Portail Vermillon . On imagine bien que les dispositions d’un homme à pratiquer le cunnilingus ne seront pas exactement les mêmes s’il s’apprête à humer la Pivoine Éclose plutôt qu’à contempler de si près la porte du Malin. [...]
Selon certains versets bibliques, il semble même que les rapports sexuels dits normaux ne soient pas tout à fait bien : « Quand une femme a eu des relations sexuelles avec un homme, ils doivent se laver à l’eau et ils sont impurs jusqu’au soir. » (Lévitique, 15 : 18)

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 11 septembre 2018
Nombre de lectures 218
EAN13 9782764435861
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0650€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Du même auteur
La vie sexuelle des enfants ? Tout ce qu’on aimerait sans doute savoir, mais qu’on ne souhaite peut-être pas entendre , Montréal, Liber, 2016.
Comment l’éducation sexuelle peut rendre plus intelligent – Orientations sexuelles et homophobie , Montréal, Liber, 2015.
La domestication de l’incertitude – Petite aventure au cœur de la nature humaine , Montréal, Liber, 2014.
La Tentation du monde ou Le voyage à sac à dos sous toutes ses coutures , Montréal, Édition Espaces, 2007.





Projet dirigé par Éric St-Pierre, éditeur
Conception graphique : Claudia Mc Arthur
Mise en pages : Marquis Interscript
Révision linguistique : Isabelle Rolland et Chantale Landry
Conversion en ePub : Nicolas Ménard
Québec Amérique 7240, rue Saint-Hubert
Montréal (Québec) H2R 2N1
Téléphone : 514 499-3000, télécopieur : 514 499-3010
Nous reconnaissons l'aide financière du gouvernement du Canada par l'entremise du Fonds du livre du Canada pour nos activités d'édition.
Nous remercions le Conseil des arts du Canada de son soutien. L'an dernier, le Conseil a investi 157 millions de dollars pour mettre de l'art dans la vie des Canadiennes et des Canadiens de tout le pays.
Nous tenons également à remercier la SODEC pour son appui financier. Gouvernement du Québec – Programme de crédit d'impôt pour l'édition de livres – Gestion SODEC.



Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Doucet, Patrick, auteur Doit-on vraiment parler de tout ça ? : cunnilingus, fellation et autres délicatesses (Référence)
ISBN 978-2-7644-3580-9 (Version imprimée)
ISBN 978-2-7644-3585-4 (PDF)
ISBN 978-2-7644-3586-1 (ePub)
1. Sexualité. I. Titre.
HQ31.D68 2018 306.7 C2018-940625-9
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives nationales du Québec, 2018
Dépôt légal, Bibliothèque et Archives du Canada, 2018
Tous droits de traduction, de reproduction et d'adaptation réservés
© Éditions Québec Amérique inc., 2018.
quebec-amerique.com


Pour Michel Bédard,
à qui je dois bien plus que la traduction des formulations latines de ce livre.


PRÉFACE
Patrick Doucet est un auteur singulier, pour ne pas dire audacieux, dans le domaine de la sexualité. En sa compagnie, on ne risque guère de s’ennuyer… Sa formation et son métier d’enseignant en psychologie n’empêchent pas ses nombreuses incursions du côté non seulement de la sexologie et de la philosophie, mais aussi de l’histoire ou de l’anthropologie. L’auteur passe d’ailleurs d’un champ à l’autre avec une grâce et une touche d’humour qui rendent son style pour ainsi dire unique. Jamais son érudition n’alourdit son propos. Le conteur qu’il est aussi – comme tout pédagogue de qualité – sait prendre le pas sur le scientifique : il nous interpelle, nous étonne, nous choque parfois, mais immanquablement nous donne à réfléchir. C’est le propre des essayistes de talent. Je ne suis pas toujours en accord avec lui (il fait d’ailleurs état d’un de ces désaccords dans un de ses ouvrages), mais je le lis toujours avec intérêt car il propose à ses lecteurs et lectrices un parcours intelligent, semé de surprises. Surtout, pas de tabous chez lui, encore moins de langue de bois. Cela nous change des ouvrages sur la sexualité qui, sous prétexte de nous instruire, nous font plutôt la morale. Ce troisième volet de la série que l’auteur a amorcée sur la sexualité ne manquera pas de soulever la curiosité, peut-être même des débats. Parce que la sexualité humaine est traversée de valeurs et de zones grises sur ce que l’on sait ou ne sait pas et sur les normes ou les idéaux qui la régissent. C’est précisément sur ce terrain-là des savoirs et des questionnements qu’ils amènent à leur tour que nous entraîne hardiment Patrick Doucet dans Doit-on vraiment parler de tout ça ? .
Michel Dorais, Sociologue de la sexualité
Université Laval

il y a des hommes il y a différents pays
il y a aussi des temps où ces pratiques ne sont pas absurdes
si tu tiens compte du pays du temps et des pratiques des enseignements écrits
et de ton caractère tu peux ou pas considérer l’usage excitant de ces pratiques
ceci est si intime et secret notre imagination si fantaisiste qui pourrait savoir qui devrait faire quoi quand pourquoi et comment ?
Kâmasûtra , II e -IV e siècles.
Traduction de F. Boyer, p. 149-150.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, environ cent millions de rapports sexuels ont lieu chaque jour.
T. Hickman, Le bidule de Dieu , p. 260.


Introduction
POURQUOI ENSEIGNER LA SEXUALITÉ ?
Plusieurs étudiants viennent dans mon cours en pensant qu’ils en savent plutôt pas mal à propos de la sexualité, jusqu’à ce qu’ils découvrent, à peu près à la moitié du premier cours, que ce n’est plutôt pas le cas.
E. Nagoski, 2015 1 .
Bien des personnes, qui sont persuadées que les enfants doivent un jour ou l’autre être renseignés sur les sources sexuelles de la vie éprouvent une sorte d’anxiété à décider de l’âge auquel cet enseignement devrait être donné. Leur sentiment caché semble être que le sexe est un mal, que l’enseignement de la sexualité est donc aussi un mal, quoique nécessaire, et que le mieux est de ne parler de ces choses que le plus tard possible.
Havelock Ellis, autour de 1910 2 .
Tous les parents ne sont pas de cet avis, certains sont très ouverts, ils proposent à leurs adolescents des condoms, la pilule ou d’autres moyens contraceptifs et leur permettent d’avoir à la maison des activités sexuelles avec leur copain ou copine. Cette libéralité n’est cependant pas partagée par tous. Plusieurs étudiants disent ne jamais parler de sexualité avec leurs parents qui, par ailleurs, ne tentent pas trop de régir leurs conduites à ce sujet et préfèrent ignorer ce qu’ils fabriquent. D’autres parents encore semblent plutôt partager l’avis de cette mère américaine qui, en 1989, écrivait cette lettre à sa fille dans la revue American Family :
Chère __________
J’hésite depuis un bon moment à te parler de sexualité. Ce n’est pas un sujet que l’on aborde dans n’importe quelle circonstance. En tout cas, c’est ce que j’étais portée à penser. En évitant le sujet, je me cache sans doute le fait que les problèmes de sexualité à l’adolescence se posent bel et bien. Cette attitude que je partage avec de trop nombreux parents n’aide pas.
On sent que la mère veut engager un réel dialogue, faire preuve d’ouverture afin de discuter avec sa fille. Mais, déjà, on pressent un certain parti-pris lorsqu’elle utilise le terme « problèmes » alors qu’elle aurait pu tout aussi bien parler des « joies » de la sexualité. De toute façon, elle précise aussitôt sa pensée : « Au cours de cette année, plus d’un million d’adolescentes vont devenir enceintes… Devenir mère à cette étape de la vie est une erreur. Un nombre égal d’adolescents vont s’embarquer dans une aventure pour laquelle ils ne sont pas prêts. Devenir père à ce moment est un faux exploit, aux conséquences désastreuses. »
Bien que cette description corresponde généralement bien à la réalité dans notre culture, elle aurait pu alors proposer à sa fille différents moyens de contraception et, au cas où la situation se présenterait, discuter de la question de l’avortement. Mais, comprend-on rapidement, l’ouverture de cette mère n’était qu’une façade, une attitude stratégique pour lui imposer, en fin de compte, une idée déjà toute faite :
Il y a une autre façon d’être ensemble et d’apprendre à vous connaître qui convient à votre âge. Il faut savoir maîtriser la pulsion sexuelle, il faut savoir dire non. Il y a tellement plus qui t’attend. J’essaie de comprendre comment tu te sens, quelles sont tes questions, mais j’ai de la difficulté à exprimer mes pensées. Ensemble nous devrions y arriver. Je suis prête à essayer si tu le veux. Vas-y, pose-moi tes questions. N’importe quoi. N’importe quand. Je t’aime bien, même si je ne te le dis pas assez souvent 3 .
Si la mère craignait tant que sa fille tombe enceinte, elle aurait pu l’entretenir non seulement des moyens de contraception à sa disposition, mais aussi des possibilités qu’offrent la masturbation mutuelle, la fellation et le cunnilingus, par exemple. Même si elle croyait sincèrement incarner la sagesse commune et supérieure des adultes, parce qu’elle-même et ses amies pensaient toutes ensemble la même chose à propos de leur sagesse commune, elle ne souffrait pas moins de cette myopie intellectuelle tout aussi répan

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents