Intervenir auprès de groupes sectaires ou de communautés fermées : S outiller pour protéger les enfants
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Intervenir auprès de groupes sectaires ou de communautés fermées : S'outiller pour protéger les enfants

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
105 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les interventions de protection auprès d’enfants vivant au sein de groupes sectaires ou de communautés fermées sont rares, mais lorsqu’elles ont lieu, la gravité des situa­tions de compromission est souvent extrême. Le nombre important de jeunes qui les subissent, l’insuffisance d’effectifs ainsi que le manque de compréhension du phénomène sectaire rendent les situations très complexes. Ces opérations représentent un défi de taille pour les intervenants impliqués, et trop peu d’outils sont offerts pour soutenir ces derniers.
Conçu en collaboration avec des professionnels qui ont eu à intervenir dans ces milieux, le présent ouvrage est le fruit de longs échanges, de discussions et de réflexions sur les appro­ches à privilégier lorsque des enfants qui vivent au sein de communautés sectaires ou fermées sont en difficulté. Véri­table démonstration d’une relation harmonieuse entre le milieu de l’intervention et celui de la recherche, Intervenir auprès de groupes sectaires ou de communautés fermées – S’outiller pour protéger les enfants s’adresse à une clientèle diverse et, principalement, aux intervenants des secteurs de l’éducation, de la sécurité publique, des services sociaux, de la santé et du milieu communautaire.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 mars 2018
Nombre de lectures 3
EAN13 9782760549067
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0035€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Intervenir aupr s de groupes sectaires ou de communaut s ferm es
Presses de l Universit du Qu bec Le Delta I, 2875, boulevard Laurier bureau 450, Qu bec (Qu bec) G1V 2M2 T l phone: 418 657-4399 - T l copieur: 418 657-2096 Courriel: puq@puq.ca - Internet: www.puq.ca

Diffusion / Distribution:
CANADA
Prologue inc., 1650, boulevard Lionel-Bertrand Boisbriand (Qu bec) J7H 1N7 - T l.: 450 434-0306 / 1 800 363-2864
FRANCE BELGIQUE
Sof dis, 11, rue Soufflot 75005 Paris, France - T l.: 01 53 10 25 25

Sodis, 128, avenue du Mar chal de Lattre de Tassigny 77403 Lagny, France - T l.: 0160078299
SUISSE
Servidis SA, chemin des Chalets 7 1279 Chavannes-de-Bogis, Suisse - T l.: 022960.95.32

Diffusion / Distribution (ouvrages anglophones):

Independent Publishers Group, 814 N. Franklin Street Chicago, IL 60610 - Tel.: (800) 888-4741

La Loi sur le droit d auteur interdit la reproduction des uvres sans autorisation des titulaires de droits. Or, la photocopie non autoris e - le "photocopillage - s est g n ralis e, provoquant une baisse des ventes de livres et compromettant la r daction et la production de nouveaux ouvrages par des professionnels. L objet du logo apparaissant ci-contre est d alerter le lecteur sur la menace que repr sente pour l avenir de l crit le d veloppement massif du "photocopillage .
LORRAINE DEROCHER
Intervenir aupr s de groupes sectaires ou de communaut s ferm es
S outiller pour prot ger les enfants
Pr face de
Delphine Collin-V zina
Avec la collaboration de
Delphine Collin-V zina
Melanie Doucet
Jacques Dumais
Catalogage avant publication de Biblioth que et Archives nationales du Qu bec et Biblioth que et Archives Canada
Derocher, Lorraine, 1961- , auteur
Intervenir aupr s de groupes sectaires ou de communaut s ferm es: s outiller pour prot ger les enfants / Lorraine Derocher.
Comprend des r f rences bibliographiques.
Publi en formats imprim (s) et lectronique(s).
ISBN 978-2-7605-4904-3
ISBN 978-2-7605-4905-0 (PDF)
ISBN 978-2-7605-4906-7 (EPUB)
1. Protection de l enfance. 2. Sectes - Influence - Pr vention. I. Titre.
HV713.D472 2018
362.7
C2017-942865-9 C2017-942866-7


R vision
Lisa Nolet
Correction d preuves
Sandra Guimont
Mise en page
Interscript
Illustration de couverture
Myriam S vigny
D p t l gal: 1 er trimestre 2018
Biblioth que et Archives nationales du Qu bec
Biblioth que et Archives Canada
2018 - Presses de l Universit du Qu bec
Tous droits de reproduction, de traduction et d adaptation r serv s
Imprim au Canada
D4904-1 [01]
COLLABORATEURS
Comit de r daction
Lorraine Derocher, Ph.D.
Membre r guli re, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Universit McGill Membre collaboratrice, Centre de recherche Soci t , droit et religions de l Universit de Sherbrooke (SoDRUS)
Professeure associ e, Centre d tudes du religieux contemporain, Universit de Sherbrooke
Melanie Doucet, Doctorante
cole de service social, Universit McGill
Membre, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Universit McGill
Boursi re, Fondation Pierre Elliott Trudeau et Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)
Delphine Collin-V zina, Ph.D.
Directrice, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Universit McGill
Titulaire, Chaire Nicolas Steinmetz et Gilles Julien en p diatrie sociale en communaut
Titulaire, Chaire de recherche du Canada niveau 2 en aide sociale l enfance
Professeure agr g e, cole de service social et D partement de p diatrie, Universit McGill
Jacques Dumais
Consultant expert
Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ), R gion Chaudi re-Appalaches, 1993-2002
Comit de consultation (en ordre alphab tique)
Sylvain Bellemare
Lieutenant responsable de division, Division des Enqu tes des MRC de la Mauricie, Services des enqu tes sur les crimes majeurs de Mascouche, S ret du Qu bec
Marie-Jos e Bernier
Travailleuse sociale, intervenante l valuation et l orientation,
Direction de la protection de la jeunesse (DPJ), Centre int gr de sant et de services sociaux des Laurentides
Lynne Bibeau
Psychologue judiciaire, Division de la coordination des enqu tes sur les crimes majeurs, Module des sciences du comportement, S ret du Qu bec
Christine Brabant
Professeure agr g e, D partement d administration et fondements de l ducation, Facult des sciences de l ducation, Universit de Montr al
Delphine Collin-V zina
Directrice, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Universit McGill
Titulaire de la Chaire Nicolas Steinmetz et Gilles Julien en p diatrie sociale en communaut
Titulaire, Chaire de recherche du Canada niveau 2 en aide sociale l enfance
Professeure agr g e, cole de service social et D partement de p diatrie, Universit McGill
Marl ne Corriveau
Responsable de la scolarisation la maison, Commission scolaire des Hauts-Cantons
Melanie Doucet
Doctorante, cole de service social, Universit McGill
Membre, Centre de recherche sur l enfance et la famille, Universit McGill
Boursi re, Fondation Pierre Elliott Trudeau et Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH)
Jacques Dumais
Consultant expert
Directeur de la protection de la jeunesse (DPJ), R gion Chaudi re-Appalaches, 1993-2002
Ugo-Mercier Gouin
Responsable d tablissements, Direction de l enseignement priv , minist re de l ducation et de l Enseignement sup rieur, Qu bec
Mike Kropveld
Directeur g n ral, Info-Secte
V ronique No l
Chercheuse, Direction de la protection et de la promotion des droits de la jeunesse, Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
Justine Noiseux
Travailleuse sociale, quipe de m decine adolescente, H pital de Montr al pour enfants
Marie-Claude Paquette
Direction des services aux jeunes et aux familles, minist re de la Sant et des Services sociaux, Qu bec
Chantale Picard
Psychologue, analyse, Bureau du renseignement strat gique, S ret du Qu bec
Marc Plamondon
Direction des services aux jeunes et aux familles, minist re de la Sant et des Services sociaux, Qu bec
Am lie Rivest
Coordonnatrice l enseignement, Commission scolaire des Samares, Saint-F lix-de-Valois
Carolle Tremblay
Avocate en droit de la famille, Joli-C ur Lacasse Pr sidente, Info-Secte
Jean Turmel
Avocat, Qu bec
Membres experts invit s (en ordre alphab tique)
Sergent St phane Beaudoin
Coordonnateur en enqu te, Direction des enqu tes sur les crimes majeurs Mont r gie, S ret du Qu bec
Mireille Cyr
Directrice, Centre de recherche interdisciplinaire sur les probl mes conjugaux et les agressions sexuelles (CRIPCAS)
Cotitulaire, Chaire de recherche interuniversitaire Marie-Vincent sur les agressions sexuelles envers les enfants
Professeure titulaire, D partement de psychologie, Facult des arts et des sciences, Universit de Montr al
Carole Rivest
Conseill re la client le, Bureau des plaintes et de l am lioration de la qualit , minist re de la Famille, Montr al
Michel St-Yves
Psychologue judiciaire, Division de la coordination des enqu tes sur les crimes majeurs, Module des sciences du comportement, S ret du Qu bec
David
Personne ayant v cu son enfance au sein d un groupe sectaire
R viseur externe
Daniel Villeneuve
Avocat du contentieux, Centre int gr de sant et de services sociaux des Laurentides
PR FACE
Avant ma collaboration avec D re Lorraine Derocher au pr sent projet de guide d intervention, et l instar de plusieurs personnes de la population g n rale, le terme secte voquait pour moi un univers obscur et inqui tant. Ma connaissance de ces milieux reposait essentiellement sur la couverture m diatique de cas dramatiques et catastrophiques, notamment pour des enfants d peints comme des victimes de maltraitance, parfois enlev s et, pire, impliqu s dans des suicides collectifs. Les interventions men es aupr s de ces enfants n avaient pu viter ces tragiques v nements et je ressentais une grande impuissance face ces situations qui me semblaient d pourvues de solutions.
Cet ouvrage est la preuve que je me trompais. La situation des enfants qui grandissent dans les sectes est certainement complexe. Toutefois, D re Derocher r ussit dans cet ouvrage partager son expertise d une fa on claire et nuanc e et offrir de multiples recommandations qui sont la fois concr tes et r alistes. Puisque pour la majorit d entre nous, ces situations sont obscures, les interventions n cessitent plus qu une bienveillance de la part des professionnels, et plus que des outils d investigation usuels. Les connaissances pr sent es dans le pr sent ouvrage sont autant d occasions pour les intervenants de d velopper une expertise qui pourra les guider dans l accompagnement des enfants soup onn s de vivre de la maltraitance en contexte sectaire. Elles permettent d orienter l intervention pour favoriser les issues favorables pour les enfants et leurs parents, un objectif que nous ch rissons tous.
Mon implication dans cet ouvrage m a permis de d velopper ma propre sensibilit et mes connaissances face ce sujet qui m apparaissait sans solution. Je tiens saluer le travail remarquable de D re Derocher qui, j en suis certaine, permettra aux professionnels impliqu s dans des situations complexes de maltraitance v cues par des enfants dans les sectes d intervenir avec confiance et espoir.
Delphine Collin-V zina
Directrice du Centre de recherche sur l enfance et la famille Professeure agr g e, Universit McGill
REMERCIEMENTS
Je tiens d abord remercier Delphine Collin-V zina pour la confiance qu elle m a manifest e d s le d but de cette entreprise. Son encadrement et son encouragement constants tout au long du processus m ont aid e plus qu elle ne le pense. Ce qui constituait au tout d but l ombre d une id e est devenu un des plus beaux projets que j aurai achev .
Je d sire aussi mentionner la contribution de Melanie Doucet. Forte de son exp rience d laboration d un guide de pratique pour le compte de la province du Nouveau-Brunswick et de son enfance v cue au sein d une secte, elle a apport une aide pr cieuse au projet. Je salue galement le courage de David, qui a lui aussi grandi dans une communaut tr s ferm e la soci t , et qui est venu livrer son t moignage aux membres du comit de consultation qui ont travaill sur ce document. Ses propos ont t difiants et clairants.
Je ne puis non plus passer sous silence l apport de chacun des membres du comit de consultation pour leur pr sence aux r unions qui n cessitaient souvent un d placement de quelques heures, pour les conversations t l phoniques, les rencontres individuelles et les commentaires d taill s qu ils m ont formul s sur le contenu du texte. Aussi, je tiens exprimer ma reconnaissance aux employeurs pour avoir lib r ces personnes, sur leur temps de travail, afin qu elles puissent prendre part aux activit s du comit . Sans cette participation, cet outil n aurait pu voir le jour. Je veux galement dire ma gratitude Camil Picard, alors vice-pr sident de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse, qui a collabor avec moi d s le d but de cette entreprise. Aussi, je veux remercier de mani re bien sp ciale Marie Jacob, du minist re de la Sant et des Services sociaux qui, par ses commentaires, a su bonifier de mani re importante le document, ainsi que les experts qui ont accept notre invitation en se joignant ponctuellement au comit de consultation.
Enfin, je souhaiterais insister sur la g n rosit de Jacques Dumais, dont la r putation n est plus faire, qui a su me partager son exp rience et ses comp tences sans restriction. Ses conseils et ses recommandations ont t plus qu appr ci s.
Sur le plan financier, ce projet n aurait pu voir le jour sans la Bourse de recherche postdoctorale sur la protection de l enfance, octroy e par le Centre de recherche sur l enfance et la famille (CREF 1 ) de l Universit McGill (2014-2015) et le programme de Bourses postdoctorales du CRSH, financ par le Conseil de recherches en sciences humaines du gouvernement du Canada (CRSH, 2015-2017) qui m ont permis de travailler durant plus de deux ans l laboration de ce document. Par ailleurs, je tiens remercier de nouveau Delphine Collin-V zina, qui, en tant que directrice du CREF, a accept de pourvoir aux d penses li es aux rencontres des membres du comit . Finalement, un merci tout sp cial Claude G linas et Pierre No l, codirecteurs du centre de recherche Soci t , droit et religions de l Universit de Sherbrooke (SoDRUS) pour avoir accord une contribution financi re au pr sent ouvrage.
Je sais que toutes ces personnes ont accept de s engager dans ce projet mues par le d sir d am liorer le sort de ces enfants.
Merci.

1 Provenant de la subvention Building Research Capacity with First Nations and Mainstream Youth Protection Services in Quebec , attribu e par le Conseil de recherche des sciences humaines du Canada (CRSH, 2012-2018) Nico Trocm , directeur de l cole de service social de l Universit McGill.
TABLE DES MATI RES
Collaborateurs
Pr face
Remerciements
Liste des figures et tableaux
Liste des sigles
Introduction
1 LES DIVERS TYPES D ORGANISATIONS RELIGIEUSES
1.1 Qu est-ce qu une religion?
1.2 Les nouveaux mouvements religieux
1.3 Les groupes sectaires ou les communaut s ferm es
1.3.1 L isolement physique
1.3.2 L isolement psychologique
1.3.3 La rupture spirituelle et id ologique
1.3.4 La survie des groupes sectaires ou des communaut s ferm es
1.3.5 Les mouvements apocalyptiques
1.4 La secte totalitaire
1.4.1 L autoritarisme du leader
1.4.2 L volution de la secte totalitaire
1.4.3 La dangerosit de l isolement
Aide-m moire
2 LES FORMES DE VICTIMISATION
2.1 Des pratiques extr mes en contexte religieux
2.2 Le respect des droits de l enfant
2.3 La Loi sur la protection de la jeunesse
2.3.1 L abandon
2.3.2 Les formes de n gligence
2.3.3 Les formes de mauvais traitements psychologiques
2.3.4 Les formes d abus sexuels
2.3.5 Les formes d abus physiques
Aide-m moire
3 LES D FIS PARTICULIERS DE L INTERVENTION AUPR S DE GROUPES SECTAIRES
3.1 La compr hension du ph nom ne sectaire
3.1.1 La conception probl matique de la secte
3.1.2 La formation des intervenants
3.2 La concertation des instances
3.3 La difficult tablir les faits
3.3.1 Le partage des renseignements personnels
3.3.2 Le degr de d pendance des parents au leader
3.3.3 L vitement des gens de l ext rieur
3.4 Les facteurs de risque inh rents l intervention
3.4.1 L id ologie du mouvement
3.4.2 L organisation sociale du groupe
3.4.3 Le leader
3.4.4 Le risque d enl vement et de s questration
3.4.5 L importance du projet commun
3.4.6 La r action du leader et du groupe l intervention
3.4.7 L valuation de la menace de poser des actions violentes
3.4.8 Les m dias
3.5 L intervention la moins risqu e: l approche compr hensive
Aide-m moire
4 LES REP RES FAVORISANT UNE MEILLEURE INTERVENTION
4.1 Quelques l ments pour mieux comprendre les enfants
4.1.1 L environnement sectaire: un milieu particulier
4.1.2 La capacit langagi re des enfants
4.1.3 L ali nation parentale
4.1.4 La tentative de sortie: un danger en soi
4.1.5 La vie apr s la sortie
4.2 Les parents: des croyants en difficult
4.2.1 Les motifs d affiliation des parents aux milieux sectaires
4.2.2 La vie parentale l int rieur de la communaut
4.3 Les dirigeants
4.3.1 Le leadership et la sant mentale
4.3.2 Le rejet de la loi
4.4 La secte totalitaire: un contexte d intervention en protection de la jeunesse
4.4.1 Les obstacles la d nonciation
4.4.2 Les signalements au DPJ
4.4.3 Les conditions de vie des enfants
4.4.4 Le retrait massif des enfants
4.5 Les entrevues et les entretiens en contexte d intervention
4.5.1 Les rencontres avec les enfants
4.5.2 Les rencontres avec les parents
4.5.3 Les rencontres avec le dirigeant
4.6 L intervention: une sortie de secours
Aide-m moire
Conclusion
Bibliographie
Notices biographiques
LISTE DES FIGURES ET TABLEAUX
FIGURES
1.1 La religion et ses composantes
1.2 La secte totalitaire: sch ma volutif
TABLEAUX
1.1 Isolement, fermeture et totalitarisme
2.1 Formes de maltraitance en milieu sectaire
3.1 valuation du degr de d pendance au leader
3.2 valuation du sentiment d urgence par rapport la fin du monde
3.3 valuation du regard du groupe sur le monde ext rieur
3.4 valuation du risque li aux croyances sur la mort
3.5 Compr hension de l organisation sociale du groupe
3.6 tat psychologique du leader
3.7 valuation de la menace
3.8 Approche compr hensive
4.1 Tendances en ce qui a trait aux attitudes et aux comportements des enfants qui ont v cu au sein d un groupe sectaire ou d une communaut ferm e
4.2 La vie avant l engagement dans le groupe sectaire ou la communaut ferm e
LISTE DES SIGLES
CDE
Convention relative aux droits de l enfant
CDPDJ
Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse
CREF
Centre de recherche sur l enfance et la famille
DPJ
Directeur de la protection de la jeunesse
LPJ
Loi sur la protection de la jeunesse
MEES
Minist re de l ducation et de l Enseignement sup rieur
NMR
Nouveau mouvement religieux
INTRODUCTION
Les interventions de protection aupr s d enfants qui vivent au sein de groupes sectaires ou de communaut s ferm es sont rares, mais lorsqu elles ont lieu, la gravit des situations est souvent extr me. Le nombre important de jeunes qui les subissent, le manque d effectifs ainsi que l id ologie du mouvement rendent les situations tr s complexes. Ces op rations comportent alors un d fi de taille pour les intervenants.
Malgr certaines tentatives de d veloppement de guides de pratique 1 pour encadrer les interventions en mati re de protection de la jeunesse au sein de sectes, il existe encore trop peu d outils accessibles aux professionnels. Ces documents nous ont cependant inspir s et malgr leur date de publication (1988, 1991, 1992), nous avons choisi de nous y r f rer. C est donc dans ce contexte que l id e de la publication Intervenir aupr s de groupes sectaires ou de communaut s ferm es - S outiller pour prot ger les enfants a vu le jour.
Cet ouvrage, issu d un projet de recherche postdoctorale, constitue un document universitaire, tout en tant ax sur la pratique. V ritable exercice de mobilisation des connaissances, ce document se veut la fois une continuit des travaux de recherche de l auteure (Derocher, 2017, 2016, 2015, 2011) et un compte rendu des r flexions et des conseils, provenant de professionnels, d intervenants et d experts. Par cons quent, c est dans un esprit d troite collaboration entre le milieu de la recherche et celui de l intervention que s est concr tis ce projet. Ce que nous proposons est donc riche d une combinaison de recherches r centes sur le sujet et de l exp rience de plus d une vingtaine de personnes issues des milieux de l ducation, de la sant et des services sociaux, de la s curit publique et de la justice, sans compter l apport incontournable de l organisme Info-Secte 2 .
La mobilisation des connaissances a pour but de r pondre aux besoins des milieux concern s dans l utilisation efficiente des ressources dans le secteur de la sant et des services sociaux. Elle consiste rassembler, changer, concilier et diss miner des connaissances provenant de sources et d acteurs diff rents en vue d une action concert e (INESSS, 2015, p. 4).
D entr e de jeu, bien qu on puisse consid rer ce document comme un guide d intervention, il faut pr ciser qu il ne constitue certes pas un guide des pratiques, ni un rapport de recherche, un manuel juridique, ou un protocole. Il s agit plut t d un cadre de r f rence inspir des analyses r centes d interventions en milieu sectaire, et n a pas la pr tention d offrir la mani re de faire dans ces situations. Il sera plut t question pour chacun de voir ce qui peut s appliquer dans la r alit laquelle il est confront . Les orientations que nous exposons dans cet ouvrage m ritent donc d tre compl t es par des guides de pratiques propres chacun des secteurs, si cela s av rait n cessaire.
Par ailleurs, s agissant d une probl matique complexe, l intervention en milieu sectaire interpelle t t ou tard plus d un secteur d intervention. Compte tenu de cette r alit , les strat gies d intervention ne peuvent tre envisag es uniquement par les services sociaux. Intervenir dans ce contexte exige alors une grande concertation, et c est dans cet esprit qu a t crit ce texte. Il s agit donc d un outil duquel pourront s inspirer les professionnels, d un cadre de r f rence auquel les intervenants de tout secteur (travailleurs sociaux, psychologues, intervenants scolaires, policiers et enqu teurs, professionnels de la sant , avocats et juristes, etc.) pourront avoir recours au besoin.
En revanche, nous d passons ici le cadre normalement attendu d un guide d intervention. Le chapitre 1 , par exemple, constitue essentiellement un ensemble de th ories issues de la recherche qui procurera des r f rences importantes au lecteur, notamment au regard des d finitions correspondant aux divers mouvements religieux. Plus pr cis ment, chacun des chapitres permettra aux intervenants de se familiariser avec les principes suivants, pertinents consid rer pour intervenir dans les milieux sectaires:
+ acqu rir des connaissances sur les d finitions des groupes religieux afin de mieux saisir la dangerosit propre certaines sectes totalitaires ( chapitre 1 );
+ identifier les sources de tension entre le syst me de valeurs du groupe et celui de la soci t , notamment le cadre l gal ( chapitre 1 );
+ reconna tre l isolement des enfants comme un facteur important favorisant les abus et la n gligence des enfants vivant en milieu sectaire et ferm ( chapitre 2 );
+ identifier la maltraitance en contexte religieux ( chapitre 2 );
+ identifier les obstacles la r ussite de toute intervention en milieu sectaire ( chapitre 3 );
+ valuer le risque inh rent toute intervention en milieu sectaire ( chapitre 3 );
+ comprendre que les enfants qui vivent dans un environnement sectaire communiquent leur exp rience par le biais de leur propre repr sentation du monde ( chapitre 4 );
+ orienter l intervention aupr s des parents vers l objectif de leur donner les moyens n cessaires d exercer de nouveau leur autorit parentale ( empowerment ) plut t que d engager directement les leaders dans le processus ( chapitre 4 );
+ identifier les besoins des jeunes enfants, des adolescents ou des adultes ainsi que des parents lors de leur transition en soci t ( chapitre 4 ).
Par ailleurs, il importe de pr ciser que les membres du comit de consultation ont cru bon se limiter aux groupes sectaires ou communaut s ferm es sans toucher aux situations associ es la radicalisation de certains jeunes dans notre soci t actuelle. Nous consid rons que bien que ces probl matiques aient des points en commun, elles se distinguent et ne peuvent tre approch es de la m me fa on sur le plan de l intervention. Le comit a jug bon galement, en raison du Projet de loi 144 d pos r cemment l Assembl e nationale du Qu bec, de limiter ses commentaires par rapport la scolarisation des enfants qui vivent en milieu clos. M me si nous savons que cette question n est pas anodine dans les cas qui nous concernent, nous estimons que de publier un contenu qui risque d tre d suet la suite de possibles amendements aux lois touchant l ducation des enfants du Qu bec ne rendrait pas service aux intervenants. Cette question ne sera donc abord e que bri vement.
Ainsi, l objectif de ce document est d outiller les professionnels qui ont intervenir au sein de groupes sectaires ou de communaut s ferm es qui encouragent des pratiques extr mes au point de compromettre le d veloppement ou la s curit de leurs enfants.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents