Libre et parfois effrontée : Toutes les nuances de la sexualité féminine
94 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris

Libre et parfois effrontée : Toutes les nuances de la sexualité féminine , livre ebook

-

Découvre YouScribe en t'inscrivant gratuitement

Je m'inscris
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
94 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Les femmes d’aujourd’hui sont désinhibées, sûres d’elles-mêmes, audacieuses et même parfois effrontées. Elles revendiquent avec force un droit jusqu’à présent seulement masculin, celui d’un plaisir sexuel libéré de la procréation. Dans le même temps, elles prennent l’initiative, elles rêvent, elles expérimentent. La femme indépendante a longtemps été considérée comme une sorcière ; de nos jours, elle est devenue libre de réaliser ses désirs dans la vie et la sexualité. Toutefois, à côté de ces exemples d’exubérance et de liberté, beaucoup de femmes vivent encore de manière dramatique le conflit entre le désir et les conventions sociales, entre leurs aspirations et les attentes d’autrui. Elles sacrifient leur propre féminité pour se conformer à des règles dans lesquelles elles ne se reconnaissent plus. Dans Libre et parfois effrontée, Willy Pasini, spécialiste de la sexualité, explore l’univers du plaisir féminin – depuis les nuances subtiles du désir jusqu’aux différents types d’orgasmes, depuis les changements de mœurs jusqu’à la transgression érotique. Avec ce livre, Willy Pasini souhaite aider toutes les femmes à vivre le mieux possible la sexualité qu’elles désirent. Willy Pasini est psychiatre, sexologue, psychothérapeute. Il est l’auteur de nombreux ouvrages qui sont de grands succès, parmi lesquels À quoi sert le couple ?, La Force du désir et, plus récemment, Les Armes de la séduction. Il a vendu plus de 7 millions d’exemplaires dans le monde. 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 17 septembre 2014
Nombre de lectures 0
EAN13 9782738169723
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0750€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Extrait

Willy Pasini
LIBRE ET PARFOIS EFFRONTÉE
Toutes les nuances de la sexualité féminine
Traduit de l’italien par Jacqueline Henry
Pour l’édition française : © O DILE JACOB , SEPTEMBRE 2014 15, RUE SOUFFLOT , 75005 P ARIS
ISBN : 978-2-7381-6972-3
www.odilejacob.fr
Le Code de la propriété intellectuelle n’autorisant, aux termes de l’article L. 122-5, 2° et 3° a, d’une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l’usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d’autre part, que les analyses et les courtes citations dans un but d’exemple et d’illustration, « toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle faite sans le consentement de l’auteur ou de ses ayants droit ou ayants cause est illicite » (art. L. 122-4). Cette représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, constituerait donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L. 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle.
INTRODUCTION
Retrouver la liberté

« Certaines femmes ne sont pas faites pour être domptées ; peut-être ont-elles besoin de rester libres tant qu’elles n’ont pas trouvé quelqu’un d’aussi sauvage avec qui courir. » Ce sont là des mots de Carrie Bradshaw, une des protagonistes de la série télévisée Sex and the City et l’une des héroïnes contemporaines les plus appréciées du grand public féminin, et cela pour deux raisons : pour l’honnêteté de son rapport à ses émotions et à son désir et parce que, tout compte fait, elle reste romantique et sentimentale. En d’autres termes, Carrie est une femme indépendante, moderne, libre et culottée, mais en quête du grand amour.
Je crois que la citation qui précède est parfaitement adaptée à la femme d’aujourd’hui, une personne qui, avant tout, se sent libre et qui, au nom de cette liberté, attend beaucoup plus de la vie que les générations précédentes : au minimum, son affirmation personnelle et sociale ; la possibilité d’être une mère et, dans le même temps, une vie professionnelle heureuse ; un mariage satisfaisant, une vie sexuelle variée et active…
Dans son livre Une autre vie est possible , Jean-Claude Gillebaud pense que derrière la crise actuelle, il y a la naissance d’un monde nouveau 1 . Il identifie cinq grands mouvements qu’on est en train de vivre : la fin de la centralité occidentale ; la globalisation ; la capacité d’agir sur les mécanismes de la vie grâce à la biotechnologie ; la révolution numérique ; enfin, la révolution écologique. Il a oublié la révolution de la sexualité féminine, qui est l’objet de ce livre.
Mais qu’est-ce qui a changé par rapport à autrefois ?
Avant toute chose, il s’est produit un relâchement des règles et des conventions sociales qui, pendant des centaines d’années, ont confiné la femme dans des rôles prédéterminés : d’abord celui de fille, puis celui d’épouse et de mère et, enfin, celui de grand-mère, particulièrement dévouée à sa maison, à son mari et à ses enfants. Ce genre de « prison extérieure » n’existe plus, en partie grâce à des changements culturels survenus durant la seconde moitié du XX e  siècle, et en partie du fait que, de nos jours, les femmes jouissent d’une autonomie culturelle et financière jusque-là impensable, qui leur permet de faire des choix dans une totale indépendance. Aujourd’hui, en Occident, la femme n’a plus à accepter le moindre abus pour garantir sa survie et protéger ses enfants. Elle peut décider si elle veut être mère ou professionnelle, ou bien mère et professionnelle, en évaluant dans quelle mesure elle peut ou non s’adjoindre, dans sa routine familiale, des personnes rémunérées effectuant des tâches traditionnellement féminines, comme le ménage ou la garde des enfants, pendant qu’elle est au travail.
Si les choses s’arrêtaient là, notre monde pourrait sembler parfait. Mais il n’en est rien, hélas. En effet, les femmes doivent aussi prendre en compte toute une série de « prisons intérieures », ces grands principes qui leur ont été inculqués et qui, au lieu de les guider utilement dans la vie, sont devenus des entraves rigides et dépassées. Pourquoi ? Parce qu’elles imposent à la femme, même par des voies indirectes, de se conformer aux attentes des autres. Elles la poussent, par exemple, à penser qu’elle n’est pas une bonne mère si elle travaille ; ou qu’elle n’est pas normale si, à un âge donné, elle n’a pas encore trouvé un compagnon avec qui fonder une famille.
Face à ces normes qu’elles intériorisent malgré elles, les jeunes femmes ont deux possibilités : les affronter (avec tout ce que cela implique) ou bien se soumettre, en renonçant à leurs désirs et à leurs espoirs, lesquels sont désormais plus divers que jamais. Certaines cherchent la sécurité, alors que d’autres optent pour la créativité. Nombreuses sont celles qui investissent leur énergie dans la sphère privée parce que les grandes institutions publiques ont failli, notamment en politique, tout comme un certain type de religion qui définit le vrai et le faux sans laisser aux gens – et en particulier aux femmes – la possibilité d’exercer le moindre libre arbitre. Certaines femmes s’adonnent au sport, tandis que d’autres, attirées par le luxe, tentent de gravir l’échelle sociale. D’autres encore courent après un mari en mesure de les protéger et de leur permettre de se développer individuellement et socialement. Pour certaines, la maternité est la forme de réalisation numéro un, tandis que d’autres aspirent à la perfection du corps et à la préservation d’une beauté juvénile. On rencontre également des fanatiques de l’idéal écologique, qui ne jurent que par la santé, tant au niveau individuel que social. Sans oublier celles qui cherchent à accorder leur tête, leur cœur et leur ventre.
Toutes ces femmes, apparemment très différentes les unes des autres, ont pourtant un dénominateur commun : la sexualité joue un rôle plus important qu’auparavant dans leur vie, et, surtout, celle-ci n’a plus la procréation pour seul objectif. C’est devenu un véritable facteur de bien-être.
Au cours de ces cinquante dernières années, nous avons assisté à une sorte de révolution : d’une part, le « droit au plaisir » a commencé à concerner aussi la femme qui – grâce à la libération sexuelle – n’est plus l’instrument du plaisir de l’homme, mais un être actif et désirant, dont les attentes et les aspirations doivent être prises en compte à l’égal de celles de l’homme ; d’autre part, la sexualité féminine fait désormais elle aussi l’objet d’études scientifiques visant en partie à trouver des produits pharmaceutiques en mesure d’aider les patientes qui ne parviennent pas au plaisir.
Il n’en reste pas moins que les « prisons » que je mentionnais, qu’elles soient intérieures ou extérieures, exercent encore leur influence, une influence bien trop grande. Bien des femmes payent, au niveau sexuel, cette fracture entre désirs et attentes légitimes d’un côté, et règles et conventions sociales de l’autre. Elles ont tellement peur de jouir de la liberté acquise qu’elles finissent par :
a) renoncer à leurs propres désirs  : c’est le cas de Carla, qui n’éprouve pas de plaisir à cause d’un blocage sur le plan physique (chapitre VI) ;
b) se conformer à la norme  : c’est le cas de Céline, qui n’atteint le plaisir qu’à travers des fantasmes homosexuels et refuse d’être pénétrée par son petit ami, mais qui reste néanmoins en couple avec lui (nous la rencontrerons au chapitre IX) ;
c) être généreuses même envers des personnes qui ne le méritent pas (en famille, au sein de leur couple, en amitié, au travail) : c’est le cas de Marine qui s’habille comme un homme pour plaire à son mari qui est attiré par les transsexuels (chapitre I).
Tout cela résulte surtout du fait qu’être libre implique un risque : les femmes libres ne cherchent pas refuge dans les certitudes apportées par les croyances, les idéologies et les habitudes ; à l’inverse, celles qui ne le supportent pas et s’y raccrochent renoncent malheureusement à une dimension importante de leur vie.
Avec ce livre, j’espère pouvoir aider les femmes à faire tomber les barreaux des prisons extérieures et intérieures qui les emprisonnent encore et être en mesure de leur indiquer la juste voie pour qu’elles puissent être les véritables protagonistes de leur vie.
CHAPITRE I
Vierges, séductrices et jongleuses : les femmes face aux attentes de la société

« Orgasme » : que ce soit un homme ou une femme qui prenne du plaisir, le mot est le même. Mais les sensations que procure l’orgasme et la façon de le vivre sont radicalement différentes chez l’un et l’autre sexe.
Pour les hommes, l’orgasme n’a longtemps été guère plus qu’un moyen de se libérer de leur tension, alors que pour les femmes, il s’agissait d’une expérience occasionnelle dont elles avaient quasiment peur. Socialement, il était interdit aux femmes de le désirer, de l’attendre et, surtout, d’essayer de l’atteindre. Et cette interdiction était assortie de diverses règles : les jeunes filles devaient être pudiques et modestes, afin de ne pas nuire à la réputation de leur famille, mais aussi être suffisamment attirantes pour capter l’attention des jeunes gens en âge de se marier ; ensuite, elles devaient, face à leur prétendant, défendre âprement leur vertu jusqu’au mariage. Enfin, une fois qu’elles étaient mariées, elles devaient se plier aux volontés de leur mari sans émettre la moindre demande.
Au sein de notre culture occidentale, empreinte de catholicisme, les types féminins correspondaient essentiellement à deux modèles : la Vierge Marie, porteuse de toutes les vertus, ou Marie Madeleine, incarnation du vice (et surtout de celui d’être une tentatrice pour l’homme). D’illustres exemples de femmes perçues comme des anges et respectueuses des limites imposées socialement ont fasciné des poètes du calibre de Dante ou de Pétrarque, ou encore des peintres comme Botticelli. La femme fatale, à l’inverse, c’est Lilith, Judith ou Salomé : dotée d’une forte personnalité, consciente de sa beauté et de so

  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • Podcasts Podcasts
  • BD BD
  • Documents Documents