Ma guérison sprirituelle : Pour atteindre la liberté d être
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Ma guérison sprirituelle : Pour atteindre la liberté d'être , livre ebook

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
114 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce parcours singulier touche chacun d’entre nous, car les questionnements et les doutes récurrents de l’auteure sont à l’image de notre quête du bonheur, de l’équilibre et du bien-être intérieur. À l’ère où les religions se confondent, où les courants spirituels et les voyages initiatiques nous attirent sans retenue, nous comprenons bien que nous sommes à la recherche d’un sens à notre vie, d’une mission de vie, d’une raison de vivre. Dans Ma guérison spirituelle, Danielle Bois partage, de manière authentique tous les chemins de traverse qu’elle a dû emprunter pour arriver à la découverte d’elle-mêmeUne vie intense, remplie de succès, d’échecs, de quête, de grands questionnements et de doutes profonds… Entre des gains de poids démesurés pour compenser le vide, des amours déchues pour étouffer l’ennui à travers l’illusion d’être heureuse, l’auteure parle d’elle, mais de nous tous, car sa vie est la nôtre. Cet ouvrage touchant, vrai et pur de vérité permet de comprendre que la spiritualité n’est nulle part ailleurs qu’à l’intérieur de nous-mêmes. Un parcours initiatique qui réconforte par sa candeur et son authenticité. Une lecture qui réchauffe l’âme et le cœur.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 14 août 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782923364957
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Copyright © Danielle Bois
Montréal, Québec, Canada, 2018.
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Québec
Dépôt légal : Bibliothèque nationale du Canada
ISBN : 978-2-923364-94-0 (br.)
ISBN : 978-2-923364-95-7 (ePub)

Les Éditions ATMA Internationales
8400, Boul. Henri-Bourassa, Bur. 200, Québec, (Québec) Canada, G1G 4E2
Téléphone : 418-990-0808
Courriel : info@atma.ca
www.atma.ca

INFOGRAPHIE
Josée Boucher
Tél. : 418-831-3790
info@joseeboucher.com
RÉVISION LINGUISTIQUE
Vincent Ross
vincent.ross@videotron.ca


Toute reproduction totale ou partielle de cet ouvrage, que ce soit par des moyens mécaniques, électroniques, par photographie, par bandes magnétiques, par microfilm, par diffusion sur réseau Internet ou par quelque autre moyen que ce soit, est interdite sans l’autorisation préalable des auteurs ou de la maison d’édition.
L’Éditeur bénéficie du soutien de la Société de développement des entreprises culturelles du Québec (SODEC) pour son programme d’édition.
Gouvernement du Québec – Programme de crédit d’impôt pour l’édition de livres – www.sodec.gouv.qc.ca
Nous reconnaissons aussi le soutien financier du gouvernement du Canada par l’entremise du Fond du Livre du Canada (FLC) pour nos activités d’édition.

Catalogage avant publication de Bibliothèque et Archives nationales du Québec et Bibliothèque et Archives Canada
Bois, Danielle, 1957-, auteur
Ma guérison spirituelle : pour atteindre la liberté d’être ! / Danielle Bois.
Comprend des références bibliographiques.
Publié en formats imprimé(s) et électronique(s).
ISBN 978-2-923364-94-0
ISBN 978-2-923364-95-7 (EPUB)
1. Bois, Danielle, 1957-. 2. Vie spirituelle. 3. Femmes Québec (Province) Biographies. I. Titre.
CT310.B64A3 2018 920.7209714 C2018-940339-X C2018-940489-2

Table des matières
Introduction
PREMIÈRE PARTIE
Dès mon enfance
Chapitre 1 – Mon enfance heureuse
Chapitre 2 – Mon impossible rêve : devenir une vedette
Chapitre 3 – Le pouvoir de ma pensée
DEUXIÈME PARTIE
J’ai cherché
Chapitre 4 – Mon secret spirituel
Ma vie ne sera plus la même
Je ne suis pas folle
Ma petite voix intérieure
Mon chemin difficile
Chapitre 5 – Mes ambitions artistiques
Je « faisais comme si »
Beaucoup d’appelés, peu d’élus
Chapitre 6 – Les anges m’accompagnent
Les anges célestes
Les anges terrestres
TROISIÈME PARTIE
Lueurs d’espoir
Chapitre 7 – Ma paix intérieure
Incapable de dormir
Mon corps me parlait
Chapitre 8 – Ma traversée du désert
Je suis marquée au fer rouge
Je mangeais mes émotions
Pourquoi moi ?
Ma vie intérieure
Mon estime de soi a perdu des plumes
Nul n’est prophète en son pays
Les mensonges
Je pardonne
Chapitre 9 – Ma foi inébranlable
Le miracle de la foi
La grâce divine
Ma connexion avec la Source universelle
La guidance divine
L’ Âme , cette entité divine
QUATRIÈME PARTIE
J’ai trouvé
Chapitre 10 – Ma renaissance
Le temps de la récolte
Je tends vers la sérénité
Je choisis la simplicité
Je vis le moment présent
Merci à Dieu !
Chapitre 11 – Mon trésor intérieur
Le silence m’appelle
Daniange, mon enfant intérieur
Je vois la lumière
Ma médiumnité dévoilée
Chapitre 12 – L’épanouissement de l’Âme
L’ amour inconditionnel
Le don de soi
Le détachement
Chapitre 13 – Ma mission
Qui m’aime me suive
La guérison de l’ Âme
Enfin libre !
Croire pour le voir
Conclusion
Je vous souhaite
Mes remerciements
Bibliographie
Pour me rejoindre
Introduction
Je ne me sentais pas bien du tout dans mon corps ni dans ma tête. Non seulement je manquais d’entrain et de motivation, mais, en outre, je prenais du poids, j’avais mal aux jambes et je toussais beaucoup. Comme d’habitude, je me suis assise sur mon canapé et j’ai ressenti mon immense déception de n’être pas parvenue à m’épanouir tant personnellement que professionnellement. Toutefois, j’avais accepté↓ 1 mon parcours, car j’avais laissé les choses se dérouler afin d’atteindre la sérénité. Évidemment, mon corps me parlait sans cesse, mais je ne voulais pas l’écouter. De plus, je pensais beaucoup trop à hier ou à demain et je n’agissais pas. À force de refouler tous les jours mes émotions négatives, je m’épuisais physiquement et mentalement. Certes, mon « Âme en peine » criait et voulait s’exprimer, mais je ne l’entendais pas.
Je pensais aux belles choses que j’avais à dire et je souhaitais tellement les dévoiler. Les jours se succédaient et je gaspillais mon temps à douter de ma capacité à bien communiquer. Je m’évertuais à trouver la façon de rejoindre les gens lorsqu’un matin ma voix intérieure m’a soufflé ce message révélateur : « Lève-toi, marche et écris ». Le besoin viscéral d’écrire mon récit de vie a surgi du plus profond de mon être.
J’ai été appelée à devenir une messagère de lumière . Depuis cette révélation, la peur du rejet de mon livre me rongeait chaque jour et freinait l’enthousiasme de ma mission sur la terre. Je cherchais constamment à l’extérieur de moi-même une autre voie pour m’épanouir. Heureusement, mes tentatives infructueuses me ramenaient sur le droit chemin. Mon projet d’écriture était donc devenu une évidence et un acte de survie.
Un nouveau jour s’était levé. La canicule des dernières semaines me retenait à l’intérieur de ma maison paisible et je m’étais installée confortablement devant mon écran d’ordinateur afin de me préparer à la concrétisation de mon projet de vie. Le temps était enfin arrivé d’écrire pour partager ma propre expérience de guérison spirituelle.
J’ai eu une voyance. Je me suis vue invitée à une émission de télévision très populaire pour faire la promotion de mon livre. Je portais un chic vêtement mauve qui symbolise la spiritualité et qui me seyait très bien. J’affichais un sourire radieux et j’avais de grands yeux brillants de bonheur lorsque je répondais de façon concise et calme à l’animateur. Par la suite, on m’a sollicitée de partout pour parler de ma belle histoire. Un lectorat populaire m’a acceptée ↓ rapidement et s’est manifesté de partout. Je jouissais d’une grande notoriété et j’adorais ma nouvelle vie. Je me suis vue sereine et lumineuse .
Il y a belle lurette que je rêve d’être reconnue et propulsée dans le magnifique monde des artistes. Le temps est venu et les portes du ciel s’ouvrent enfin pour moi. Ce sentiment de certitude m’habite et m’anime pour la rédaction de cet ouvrage.
Depuis plus d’une trentaine d’années, je me questionne : « Qui suisje ? » Au cours de ma quête d’identité, ma spiritualité me pousse sans cesse à comprendre les événements de ma vie et à découvrir mon trésor intérieur.
Je tiens à préciser que ma croyance est tout simplement l’ amour . Bien que je sois chrétienne, je puise dans les différentes religions les paroles qui me satisfont. Mon parcours spirituel m’amène à croire en la réincarnation, et ce, malgré que la Bible rejette cette doctrine. Je pense que certains passages bibliques ont été interprétés par des prêtres et des docteurs en théologie de l’époque avec leurs secrets. Il est clair que les chrétiens qui tiennent à l’enseignement de l’Église n’acceptent↓ pas cette autre réalité. Personnellement, la spiritualité m’interpelle plus que tout autre culte, car elle consiste à reconnaître mon essence divine. Mon cheminement intérieur me permet d’être en connexion directe avec l’ Âme que je suis afin qu’elle se manifeste et qu’elle se réalise. En toute humilité, Jésus est mon guide spirituel et je me nourris de la douce Parole de Dieu.
La promesse de Jésus : « Demandez et vous recevrez; cherchez et vous trouverez; frappez à la porte et l’on vous ouvrira. » (Matthieu 7.7) définit très bien ma façon de vivre. J’ai cherché et j’ai trouvé les clés du bonheur en dépit de toutes les vicissitudes de la vie.
Par mon talent reçu, l’écriture, je propose mon histoire empreinte d’ amour , de doute, d’espérance et de renaissance afin d’éclairer la route de chaque lecteur. Je confie humblement mon apprentissage exclusivement autodidacte vers ma guérison spirituelle. Je partage avec enthousiasme ma rencontre avec Dieu. Ainsi, l’inspiration divine me guide à devenir une messagère de lumière . J’espère de tout coeur que mes expériences de vie et les faits marquants révélés vous toucheront et interpelleront.
Mon projet d’écriture a pour but unique d’éclairer les Âmes en quête d’absolu pour atteindre la paix intérieure et les conduire à la guérison. Je réponds sans détour à l’appel du Très-Haut et témoigne de Son amour inconditionnel pour Ses enfants. C’est avec une immense joie que je révèle mon secret spirituel personnel.
Mon parcours se présente en trois parties. Pour commencer, j’évoque certains moments de mon enfance heureuse pour expliquer l’épanouissement de mon Être véritable. Je me sens tellement privilégiée d’avoir baigné dans l’ amour et l’émerveillement. Je dévoile aussi mon rêve d’enfant : devenir une vedette. Plus tard, la puberté a été pour moi une période ingrate avec de nouveaux sentiments et émotions. Je n’aimais pas voir mes seins pousser, car ils me gênaient terriblement. Ma réussite scolaire prévoyait un bel avenir professionnel et pourtant j’éprouvais de la difficulté à choisir une carrière. Je me sentais différente des élèves de mon âge et je vivais souvent dans ma bulle et mes pensées.
La deuxième partie de mon récit raconte l’éveil spirituel qui a bouleversé ma vie de jeune femme et qui m’a transformée à tout jamais. Pendant cette longue tempête intérieure, l’anxiété m’a accompagnée et l’angoisse m’a talonnée. L’épuisement professionnel était devenu inévitable. Ensuite, j’ai découvert mon hypersensibilité et de belles coïncidences se sont manifestées à moi. Mon destin s’est dessiné lentement.
J’avais choisi de vivre l’instabilité de la vie d’artiste plutôt que la sécurité du travail conventionnel. Je fonçais sur les opportunités et je faisais tomber les barrières de l’impossible pour atteindre mon rêve artistique. J’affirmais avec ténacité être une artiste non reconnue. Je cherchais en tout temps ma voie et mon sauveur. Mes agréables rencontres avec des célébrités québécoises et internationales me permettaient de toujours croire en moi.
Depuis le début de mon existence, je suis entourée d’êtres humains et d’Êtres de lumière qui m’offrent amour et protection. Aujourd’hui, je sais très bien les reconnaître et communiquer avec eux. Certes, je les remercie jour et nuit. Je révélerai l’identité de mes anges terrestres et anges célestes.
Je suis un être spirituel qui a vécu une pénible traversée du désert, comme bien des gens d’ailleurs. Les périodes difficiles et les malheurs de la vie arrivaient au moment inopportun pour me déstabiliser. Ma foi était vraiment mise à l’épreuve. Je m’interrogeais et je doutais de Dieu. Est-il vrai que mon Père céleste m’affligeait pour que je m’approche encore plus de Lui et que je bénéficie de Son amour ?
Sans aucun doute, la persévérance me caractérise depuis mon enfance. Je la définis comme une petite flamme intérieure insistante qui me pousse toujours à franchir les obstacles de la vie et à vivre le dépassement de soi.
Je carburais à l’ amour -passion et celui-ci me faisait vibrer. J’effleure dans ces écrits mes déceptions amoureuses et mon pardon aux hommes que j’ai aimés éperdument.
Ma foi inébranlable me préservait des inquiétudes et des tracas financiers quotidiens. Parce que mon Créateur m’aime infiniment, Il répondait généreusement à mes demandes.
La troisième et dernière partie de mon histoire lève le voile sur le fruit de ma quête spirituelle. À ce jour, ma renaissance résulte de mon expérience avec la Source qui m’apporte la santé, l’ amour , la paix et l’abondance. Je crois sincèrement à la nécessité de mourir pour renaître à la vie. Ainsi, je fais mes petits et grands deuils sur le plan émotif, physique, mental et spirituel. Pour m’épanouir, je choisis de mener une existence heureuse dans la sérénité et la simplicité. Je parviens aussi à vivre le moment présent plus facilement. J’éprouve à présent une telle joie d’être ici sur la terre que j’exprime ma gratitude à toute heure.
Le silence m’appelle en tout temps et en tout lieu. Il me parle et devient mon allié pour libérer mon trésor intérieur. Parmi les différentes façons d’entrer en contact avec l’Éternel, je préconise la méditation. Celle-ci me procure un sentiment de calme et d’enracinement. Je me connecte avec l’ Âme que je suis et je communique avec mes guides spirituels. Je développe aussi mon intuition et ma médiumnité. Je me sens profondément émue à la pensée de voir à ce jour la lumière .
Pour conclure, l’ amour inconditionnel s’intègre en moi peu à peu. Je constate que mon ego destructeur croule tranquillement sous mon Être. J’apprends aussi à me détacher des énergies négatives et à me délier des chaînes qui m’emprisonnent. Enfin, la connaissance de ma propre nature me propulse à l’épanouissement de mon Soi.
Puisse mon message de lumière procurer la paix du coeur , la joie de vivre et la lucidité de l’esprit. Ma guérison spirituelle me conduit à la liberté d’être. Je demeure un être spirituel, un être incarné avec ses imperfections. Mon expérience de Dieu se poursuit.
Bonne lecture !
Danielle
1 ↓ ce symbole qui se retrouve après le mot « accepter » dans le texte représente l’énergie associée à une émotion et liée à une situation que je fais passer de ma tête vers mon coeur , ce qui aide la manifestation du pardon et de la guérison dans l’ Amour .
Première partie
DÈS MON ENFANCE
Chapitre 1
MON ENFANCE HEUREUSE
« Réjouissez-vous plutôt et soyez dans une éternelle allégresse à cause de ce que je vais créer. »
(Ésaïe 65.18)
Je suis enthousiaste ! Ce qui signifie que je suis remplie de la présence de Dieu. J’ai l’impression que la joie réside en moi depuis ma venue au monde. Dans le plus lointain de mes souvenirs d’enfance, j’étais une fillette heureuse. Je partais assurément du bon pied pour commencer ma vie.
J’ai éprouvé cependant du désenchantement dans ma vingtaine. Pour cette raison, je cherchais toujours l’événement majeur qui m’avait fait perdre tout mon enthousiasme. Ma quête demeurait vaine. J’ai découvert le livre Le meilleur de soi 2 du psychanalyste Guy Corneau. Il révèle que la personnalité se forge à partir de la naissance jusqu’à l’âge adulte. Je m’interrogeais sérieusement à savoir si un fait encore inconnu lors de mon arrivée sur la terre était la cause de mes souffrances intérieures.
J’ai appris dans cet ouvrage que la naissance est un traumatisme basal et déterminant dans un cheminement de vie. Certes, ma mère m’a répété à plusieurs reprises qu’elle a accouché de moi en douceur. Je ressentais quand même la motivation intrinsèque de vérifier cette affirmation.
J’ai donc décidé de m’inscrire à quelques séances individuelles de rebirth 3 pour une meilleure compréhension de mon Être. Cette méthode de développement personnel créée au début des années 1970 me permettrait de vivre consciemment ma propre venue au monde en transcendant jusque dans le ventre de ma mère.
La thérapeute me recevait dans son sous-sol et m’invitait à prendre la position allongée sur le dos avec les yeux fermés. Je demeurais à l’écoute de mes ressentis en maintenant ma respiration lente pour laisser resurgir mes émotions refoulées dans mon subconscient et imprégnées dans mon corps.
Or, un soir dans un moment inattendu, seule dans ma maison et sans assistance, j’ai expérimenté une séance de rebirth qui m’a rassurée et apaisée. J’ai revécu de façon consciente ma propre naissance. À dire vrai, j’ai débordé de joie. À partir de ce moment-là, j’ai confirmé ma venue au monde en douceur et sans traumatisme. Ainsi, j’étais un bébé vivant, heureux, comblé et tranquille.
Je me range au milieu d’une famille de cinq enfants. Mes deux soeurs me précèdent alors que mon unique frère me suit et que ma soeur cadette complète la fratrie. Mon père oeuvrait en tant qu’enseignant. Ma mère a marché sur ses traces après l’arrivée de la benjamine.
J’ai reçu de mes parents une éducation exemplaire et un amour sans borne. Je ressens, comprends et sympathise tout de même avec les personnes qui n’ont pas profité d’une enfance heureuse comme la mienne.
Je me remémore, haute comme trois pommes, ma toilette faite dans le lavabo de la cuisine. Alors que mes petites fesses ressentaient la fraîcheur du comptoir de cuisine en acier inoxydable , je goûtais aux douces caresses à travers l’ amour infini de ma mère.
Je me rappelle aussi les sorties occasionnelles à l’épicerie avec mon père. Je me vois assise face à mon paternel dans le panier à provisions. Je lui souriais, car je savais qu’une gourmandise sucrée m’attendait à la caisse. Quel bonheur d’avoir un père aimant !
Mon enfance heureuse rimait avec les fêtes religieuses, dont Noël et Pâques. Je me souviens durant le temps des réjouissances vivre des joyeuses festivités en famille avec les oncles, tantes, cousins et grandsparents. Nous partagions et nous nous amusions durant des heures avec nos nouveaux cadeaux.
Le jour de Pâques représentait pour mes soeurs, mon frère et moi non pas la fête de la résurrection de Jésus-Christ, mais plutôt la célébration du chocolat, comme pour la plupart des enfants. Quelques jours plus tôt, nous partions avec nos parents magasiner et choisir notre gâterie à base de cacao et de sucre. Entre le lapin, la poule et l’oeuf, je réussissais toujours à dénicher l’écureuil ou encore le poussin.
Ces instants mémorables s’avéraient annonciateurs d’une existence vouée à l’ amour , la douceur et la bonté autour des miens et dans le monde.
Tout enfant de mon entourage méritait de vivre une enfance aussi extraordinaire que la mienne. Mon apprentissage à l’école primaire se révélait une réussite et mes notes quasi parfaites faisaient la fierté de mes parents.
Préadolescente, j’avais un appétit d’oiseau et j’affichais un teint pâle et une maigreur inquiétante. Mes parents se souciaient bien sûr de mon état de santé et ils m’avaient acheté un complément vitaminique qui favoriserait l’appétit et la vitalité.
La puberté a déclenché un inconfort dans mon corps. Mes premières règles sont arrivées et je les détestais, car les serviettes hygiéniques m’embarrassaient énormément. J’éprouvais une grande gêne lorsque j’allais faire l’achat de ce produit au magasin du coin. Pendant ce temps-là, mes seins se développaient et je cherchais à les dissimuler avec ma chevelure luxuriante.
Je refusais obstinément de voir ma silhouette afficher la forme carrée. Maigrir et arborer une taille de guêpe étaient devenu mon idée fixe. Je souhaitais plus que tout devenir mince. Or, ma nouvelle amie de jeunesse soutenait qu’elle fumait pour ne pas prendre du poids. Voilà la parole qu’une personne comme moi, obsédée par la minceur, voulait entendre. J’ai alors intégré son message et j’ai commencé à griller des cigarettes en cachette au cours de l’été de mes dix-sept ans.
Issue d’une famille croyante et pratiquante, je me suis adaptée facilement aux rites de la religion catholique. Dans mes plus lointains souvenirs, l’église sise près de ma résidence familiale représentait la maison du « bon Dieu ». Elle inspirait l’enracinement et la puissance de l’ amour que mon Père céleste me portait. Dans ce temple sacré, je ressentais une énergie indéfinissable me pénétrer jusqu’au plus profond de moi-même. J’ignorais en cette période de ma vie que ces tremblements intérieurs étaient l’appel du Tout-Puissant. L’ Âme que je suis vibrait à l’unisson avec l’Univers. J’éprouvais une douce paix et une augmentation de battements cardiaques me perturber au même moment. Les autres fidèles percevaient-ils les mêmes sensations ? La célébration eucharistique m’élevait et je me sentais aussi légère qu’un ange. J’avais l’impression de vivre un certain coup de foudre avec Jésus. Mon coeur palpitait tellement fort que je perdais mes moyens pour le prier. Je cherchais à me calmer et me concentrer sur le sermon du curé ainsi que la célébration de la liturgie. Agenouillée sur le prie-Dieu et les mains jointes, j’éprouvais souvent des distractions dans mes prières et je tentais en vain de me concentrer.
À chaque visite dans ce lieu de culte paisible, j’expérimentais le même pur amour . La rencontre de Dieu et de Son Fils ne me laissait pas indifférente. Étais-je seule à vivre cette relation privilégiée ? La communion eucharistique me permettait de concrétiser la présence de Jésus dans mon coeur . J’aimais ressentir dans ce lieu de recueillement l’atmosphère calme qui y régnait. J’éprouvais l’impression d’être un ange et de me retrouver parmi les miens. J’adorais sentir les odeurs d’encens, admirer l’autel, contempler les magnifiques tableaux et les précieux objets religieux.
La persévérance et la foi ont marqué mon enfance et m’ont accompagnée toute ma vie. Lorsque je désirais quelque chose, je faisais tout, voire l’impossible pour le recevoir. Je me souviens de l’acquisition de mes deux bicyclettes alors que mes soeurs aînées n’en réclamaient pas et par conséquent n’en possédaient pas. Le secret ? Je faisais ma demande à mon Père céleste et je gardais confiance. L’Univers s’organisait ensuite pour que mon souhait se concrétise. Dès mon jeune âge, ma persévérance et le pouvoir de ma foi réalisaient mes désirs.
Depuis toujours, mes mots d’ amour envers mes parents, ces anges terrestres, fusent de partout. Ils se multiplient sans cesse. Mon père et ma mère ne sont pas immortels et j’en prends conscience au quotidien. La vie me fait cadeau de pouvoir encore les aimer et me faire chérir par eux. Puisse Dieu les préserver encore des années pour qu’à mon tour, je puisse leur témoigner davantage mon amour .

Réflexion
Quels sont les souvenirs d’enfance qui jaillissent du fond de ma mémoire ?
Je m’arrête quelques instants et je prends le temps de noter les événements heureux et malheureux du début de mon existence.
2 CORNEAU, Guy. Le meilleur de soi , Éditions Robert Laffont, Paris, 2007.
3 Rebirth : Technique de respiration consciente.
Chapitre 2
MON IMPOSSIBLE RÊVE : DEVENIR UNE VEDETTE
« Ce qui est impossible aux hommes est possible à Dieu. »
(Luc 18.27)
Le monde des stars me passionnait. Des nouvelles artistiques et des émissions de télévision avec les célébrités, j’en mangeais dès mon jeune âge : je souhaitais devenir une vedette du petit écran. Dans ma jeunesse, mes parents m’allouaient chaque semaine de l’argent de poche et j’allais joyeusement dépenser ma précieuse monnaie pour l’achat des journaux artistiques. J’aimais me retrouver seule dans ma chambre durant d’innombrables heures à lire avec enthousiasme sur les vedettes et m’imaginer dans ce monde qui me semblait idéal.
J’espérais devenir comédienne. Hélas, je ne connaissais pas le chemin pour m’y conduire. Je continuais d’entretenir mon impossible rêve à cause des événements fortuits et annonciateurs qui se présentaient à moi.
Je me souviens du magnifique spectacle du chanteur international Enrico Macias, vêtu de son habit blanc tel un ange, nous interpréter avec sa sublime voix ses plus belles chansons d’ amour à l’auditorium de notre école secondaire. Cette image si douce et pure est demeurée imprégnée dans mon coeur . Émerveillée, j’aspirais à rejoindre les artistes, ces anges créateurs.
Dès mon jeune âge, j’ai cru mordicus que j’étais une artiste-née alors que mon ego me disait le contraire. En dépit du fait qu’il me bourrait le crâne avec ses mots insidieux : « Un impossible rêve », je désirais ardemment découvrir, peaufiner mon talent créateur et viser l’excellence.

Réflexion
Ai-je réalisé mon rêve d’enfance ? Si oui, bravo ! Sinon, pourquoi ne s’est-il pas réalisé ? Car « Il est toujours temps d’y arriver ! »
Chapitre 3
LE POUVOIR DE MA PENSÉE
« Dieu peut réaliser infiniment au-delà de ce que nous demandons ou même pensons. »
(Éphésiens 3.20)
La spiritualité fait partie de mon existence depuis ma tendre enfance. J’ai toujours éprouvé le besoin profond de me retrouver seule dans le silence pour me connecter avec l’ Âme que je suis. Il m’était nécessaire d’avoir une vie intérieure, car je cherchais la Vérité.
Dès mon adolescence, je préférais le violet foncé, couleur typiquement spirituelle, à d’autres couleurs plus populaires. Je montrais déjà ma différence auprès de mon monde en portant fièrement mon imperméable mauve.
Je confesse que les jeunes vicaires et curés créaient en moi un je-ne-sais-quoi qui m’attirait énormément. En plus d’être emplis de Dieu, ils témoignaient de Son amour . Je les admirais, car, selon moi, ils frôlaient la perfection et se rapprochaient de mon Père céleste. Je me surprenais de temps en temps à nourrir l’idée qu’un jour je puisse en charmer un.
Je venais tout juste d’avoir 17 ans et je quittais ma Gaspésie natale avec le coeur plein de doux souvenirs pour poursuivre mes études en sciences de la santé dans la ville de Québec avec mes deux soeurs aînées. L’expression « avoir la tête dans les nuages » qualifie bien le début de ma vie d’adulte : en effet, je n’écoutais pas et j’étais dans la lune.
J’enviais tant mes amies collégiennes qui se concentraient sur leurs études et obtenaient d’excellents résultats à leurs examens. À l’inverse, j’endossais l’entière responsabilité de mes notes peu glorieuses et je culpabilisais, car je ne parvenais pas à m’intéresser davantage à mes cours.
En ce temps-là, je peinais à garder les deux pieds sur la terre et je me sentais toujours aspirée par une force supérieure qui venait du ciel. Malheureusement, j’ignorais la façon de m’enraciner avec la Terre-Mère et de me soustraire de cet état qui m’incommodait.
J’avais 18 ans. J’atteignais enfin l’âge de la majorité. Vive la fleur de l’âge et la liberté ! Je fréquentais couramment les brasseries pour festoyer entre copains et je baignais complètement dans l’insouciance. Certes, je profitais pleinement du printemps de ma vie.
Par contre, ma conscience me rappelait régulièrement ma raison d’être en ville; mes études à poursuivre. Alors que j’habitais dans un logement sur la rue Belmont, je passais quotidiennement sur le chemin Ste-Foy pour me rendre au collège. J’apercevais et saluais chaque jour le très bel édifice de la station de radio CHRC-AM et CHOI-FM , toujours en ondes dans les années 1974. À cet endroit précis, ma petite voix intérieure me chuchotait : « C’est là que je veux être. » Je lui répondais avec une certaine tristesse : « Impossible. Je ne connais pas la façon d’y entrer. Ce n’est pas pour moi. » Malgré cela, j’espérais secrètement y arriver un jour, tout en refoulant ma peine profonde.
J’avais un grave problème. Mes études au Cegep Garneau, réputé pour la qualité de son enseignement, ne répondaient pas à mes attentes. Je reconnaissais que les sciences n’étaient pas ma tasse de thé et qu’elles ne m’intéressaient guère. En effet, je détestais la chimie, la physique et les mathématiques. Une réorientation professionnelle s’était ainsi imposée et j’allais briguer à compter de l’automne suivant un diplôme afin de devenir technicienne en réadaptation physique.
Zut ! Au cours de la deuxième année dans ma formation technique, le feu sacré pour ma future carrière s’éteignait à petit feu. En plus d’être très malheureuse, la mononucléose infectieuse m’a touchée et j’ai dû m’astreindre à une convalescence forcée. Quelques semaines plus tard, je reprenais lentement mes études et je mettais les bouchées doubles.
Mes cours se montraient de plus en plus exigeants et me donnaient beaucoup de fil à retordre. L’ennui total s’est manifesté surtout lorsque les stages ont débuté. Mes professeurs doutaient de ma réussite et je ressentais un stress insoutenable. Je n’en pouvais plus de me sentir écoeurée, désespérée, et mal dans ma peau. En parallèle à cela, mon enthousiasme diminuait et mon poids augmentait. Début mai, à la fin de la deuxième année de ce programme, j’ai pris mon courage à deux mains et j’ai décidé de ne pas effectuer mes examens de fin de session. Une décision inspirée du ciel, qui a changé ma vie.
Une semaine plus tard, je me suis levée un matin et j’ai entendu ma petite voix intérieure me murmurer d’aller offrir mes services à la station de radio que je saluais depuis déjà trois ans. J’ai agi rapidement. Surprise ! Le directeur du personnel m’a téléphoné le lendemain afin de passer une entrevue pour un emploi vacant.
J’avais 20 ans. J’ai décroché miraculeusement le bon emploi dans le département de la publicité à la station radio CHRC-CHOI-FM . Je venais de franchir le seuil du paradis terrestre. Enfin, je me retrouvais parmi les miens, les artistes. À tout moment, je démontrais sans relâche ma volonté d’apprendre et je faisais valoir ma personnalité et mes compétences. Je respirais véritablement le bonheur.
Durant cette période, je ressentais de la nervosité et j’éprouvais de la difficulté à m’exprimer, car ma voix tremblait. Mon état émotionnel me rendait terriblement timide. J’ignorais toujours que ces manifestations perturbantes étaient en réalité l’énergie divine qui circulait à l’intérieur de moi-même.
Il était clair que l’enthousiasme habitait mon coeur lorsque je travaillais. Je me sentais si comblée de vivre parmi les journalistes et artisans de la radio. Je rencontrais avec plaisir les artistes venant de Montréal pour faire la promotion de leurs disques ou de leurs spectacles. Je jubilais lorsque les vedettes arrivaient à la station pour promouvoir leur passage au Grand Théâtre de Québec ou ailleurs.
Dieu m’avait écoutée, car mon désir profond depuis ma tendre enfance à vouloir m’épanouir dans le monde artistique était devenu réel. Le pouvoir de ma pensée et ma persévérance légendaire avaient concrétisé mon rêve.

Réflexion
Ai-je déjà expérimenté le pouvoir de ma pensée ?
Santé ou maladie ? Réussite ou échec ? Richesse ou pauvreté ?
Paix ou inquiétude ? Amour ou haine ?
Deuxième partie
J’AI CHERCHÉ
Chapitre 4
MON SECRET SPIRITUEL
Ma vie ne sera plus la même
« Si tu me cherches de tout ton coeur tu me trouveras. »
(Deutéronome 4.29)
J’avais 22 ans. J’éprouvais une immense joie de vivre une époque des plus palpitantes dans l’histoire de la radio à Québec. Il se passait vraiment de bonnes choses avant l’ère internet. D’ailleurs, j’ai fait partie de la génération qui a vu naître l’informatique. Il y avait aussi de la camaraderie dans l’air. La collaboration entre les journalistes, les animateurs et le personnel administratif s’effectuait dans la bonne humeur et le respect régnait entre les collègues de travail. J’appréciais grandement les privilèges offerts par la station radiophonique et l’enthousiasme m’accompagnait tout le temps. Ma satisfaction au boulot ne se démentait pas.
Malgré tout ce bonheur qui gravitait autour de moi, ma petite voix intérieure me parlait et m’invitait à me joindre à la nouvelle équipe qui s’affairait secrètement au lancement de la nouvelle station de radio CJMF-FM dans la ville de Québec, maintenant connue sous le nom de FM93 . Une opportunité unique s’offrait à moi. J’ai alors postulé et vanté mon expertise.
15 septembre 1979. J’ai vécu avec fébrilité un évènement tout à fait exceptionnel. Non seulement j’ai assisté à la naissance d’une nouvelle station radio à Québec, mais je me suis jointe à la superbe équipe d’ Harmonie 93,3 FM .
Mon côté « star » a refait surface. J’ai proposé au propriétaire un nouveau support publicitaire; le lettrage adhésif sur mon véhicule des lettres CJMF-FM et du logo aux couleurs violacées en échange d’une chaîne stéréophonique de qualité supérieure aux autres en vente en magasin. Proposition acceptée↓ . Dès lors, je roulais joyeusement avec ma voiture vedette et je nourrissais le sentiment d’être reconnue partout où je circulais.
Quelques mois plus tard, mon corps réclamait une solution miracle pour diminuer le stress à mon emploi et réussir à combler les nombreuses tâches à accomplir. Je manquais véritablement de vitalité et j’avais les piles à plat. Ainsi, l’épuisement professionnel s’est annoncé au début de ma vingtaine et a entraîné mes kilos en trop.
Je me trouvais grosse, je n’aimais pas ma silhouette et je m’enfermais tristement dans mon cocon imaginaire. Mon ego se réjouissait de mon mal-être et il m’incitait à effectuer du boulot supplémentaire non rémunéré chez moi. Je choisissais donc de m’isoler dans ma maison et je me rendais fréquemment au restaurant rapide McDonald’s pour dévorer un trio Big Mac . Pour moi, il valait mieux manger et travailler encore plus fort afin de m’étourdir et de ne pas penser à ma souffrance intérieure. Je connaissais et pratiquais très bien la politique de l’autruche. Je ne réclamais pas d’aide supplémentaire pour le surplus de tâches à cause de mon manque d’estime personnelle et de confiance. Il était évident que mon mal de vivre avait créé des problèmes dommageables sur ma santé physique, émotionnelle et mentale.
Comment m’en sortir ? Je voulais de l’ amour ! Je voulais un amoureux ! Je constatais combien il était difficile de combler mon besoin affectif, car la plupart des jeunes hommes de mon âge recherchaient des belles femmes au visage angélique et un corps de rêve. L’évidence me frappait de plein fouet et m’écrasait davantage. Je savais très bien que je ne répondais pas à leurs critères de beauté. J’étais malheureuse comme les pierres et pourtant, je riais, je faisais la fête, je buvais de l’alcool et je fermais les discothèques. Je simulais mon bonheur alors que je pleurais dans mon for intérieur. Je criais au secours à l’Univers.
Mes 23 printemps ont marqué une étape importante dans ma vie. J’ai rencontré à mon lieu de travail un pigiste qui nous a informées, ma collègue de bureau et moi, de l’existence de l’ Atelier du conscient positif 4 prévu le week-end suivant. Son air persuasif nous a convaincues d’y assister. Je me suis dit que je n’avais rien à perdre, mais tout à gagner, car la joie n’était pas au rendez-vous.
Mon heure du changement et de l’éveil de la conscience est arrivée. Du vendredi soir au dimanche après-midi, j’ai assimilé des connaissances des plus révélatrices en plus de vivre de fortes et de belles émotions. Aussi, j’ai accueilli vivement les réponses à mes questions existentielles et j’ai reçu les outils nécessaires pour transformer ma réalité. Ma spiritualité s’est dévoilée et ma vie ne sera plus la même.

Réflexion
Ai-je déjà ressenti le mal de vivre ?
Est-ce que je connais les causes de mon mal-être ?
Ai-je trouvé les solutions ?
Ai-je trouvé le bonheur ?
Je ne suis pas folle
« Ta foi t’a sauvée, va en paix. »
(Luc 7.50)
Je ressentais un enthousiasme infini à cet enseignement spirituel. Enfin, l’Univers m’ouvrait les portes pour que le bonheur puisse arriver dans ma vie. J’avais bel et bien compris que la prudence s’imposait et en tout temps je devais appliquer ces principes fondamentaux au comptegouttes. Ma prise de conscience de la puissance de la Source universelle avait déclenché en moi aussitôt un haut taux vibratoire énergétique. Depuis ce moment-là, il m’était difficile de me mettre au même diapason que les miens, car mon énergie vibrait avec une fréquence plus élevée.
Je ne comprenais pas ce qui m’arrivait et j’étais très embarrassée. En fait, je ressentais sans cesse des vibrations énergétiques tellement puissantes à l’intérieur de moi qu’elles me déstabilisaient complètement. Évidemment, je paniquais et j’avais terriblement peur de perdre le contrôle. Je me disais alors : « Je deviens folle. Non, je ne suis pas folle. Dieu prend soin de moi. » Lors de mes moments d’angoisse et de désarroi, je m’appuyais sur Lui et Il réussissait à m’apaiser. Il m’a fallu beaucoup d’années pour me rendre compte que ces phénomènes troublants étaient en vérité l’appel de mon Père céleste.

  • Accueil Accueil
  • Univers Univers
  • Ebooks Ebooks
  • Livres audio Livres audio
  • Presse Presse
  • BD BD
  • Documents Documents