John F. Kennedy à 20 ans

John F. Kennedy à 20 ans

-

Livres
168 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Pour qu’ils deviennent des classiques, il fallait d’abord qu’ils soient des originaux.Ou comment John est devenu Kennedy.Son père milliardaire voulait un fils à la Maison Blanche. John ? Non, c’est son frère aîné, Joe Junior qui est attendu. Comment JFK a-t-il réussi à s’imposer, malgré des maladies incessantes ? Collégien indiscipliné, étudiant insouciant, John a la chance, à 20 ans, d’être doté d’un pouvoir de séduction et d’une intelligence hors du commun. D’abord opposé à l’implication des États-Unis dans la guerre de 1939, il s’engage finalement et se conduit en héros. À son retour, que va-t-il faire ? Le destin et une tragédie vont trancher pour lui… À 29 ans, il sera membre du Congrès.La machine Kennedy est en marche.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 23 janvier 2014
Nombre de lectures 22
EAN13 9782846267779
Langue Français
Signaler un problème
Jôn F. Kennedy à 20 ans e deuxîème Is
AUDIABLEVAUVERT
Martine Willemin
John F. Kennedy à 20 ans Le deuxième fils
Collection dirigée par LouisPaul Astraud
Déjà parus MARILYNMONROEÀ20ANS,Jannîck Aîmî GUSTAVEFLAUBERTÀ20ANS,ôuîs-Pau Astraud JEANGENETÀ20ANS,ôuîs-Pau Astraud HONORÉDEBALZACÀ20ANS,Anne-Marîe Barôn JOHNNYHALLYDAYÀ20ANS,Côrînne Françôîs-Denève MARGUERITEDURASÀ20ANS,Marîe-Crîstîne Jeannîôt COLETTEÀ20ANS,Marîe Céîne acaud MARCELPROUSTÀ20ANS,Jean-Pasca Maîeu JEANJACQUESROUSSEAUÀ20ANS,Caude Mazaurîc ERNESTHEMINGWAYÀ20ANS,uce Mîce BORISVIANÀ20ANS,Caudîne Pas ALBERTCAMUSÀ20ANS,Maca Sery
ïSSN : 2109-6368 ïSBN : 978-2-84626-771-7
© Édîtîôns Au dîabe vauvert, 2013
Au dîabe vauvert www.audîabe.côm a aune 30600 Vauvert
Cataôgue dîspônîbe sur demande côntact@audîabe.côm
Prologue
En cette année 1845, a puîe ne cesse de tômber sur ’ïrande. e euîage umîde des pants de pômmes de terre est sôudaîn atteînt d’un ma însîdîeux, un brunîssement quî détruît es récôtes. es tubercues înectés empôîsônnent e bétaî quî s’en nôurrît, et es paysans sônt afamés. es années suîvantes, e ma empîre. es savants de ’épôque n’en trôuvent nî a cause, nî e remède. On saura pus tard qu’î s’agîssaît du mîdîôu, une sôrte de campîgnôn mîcrôscôpîque, encôre dîicîe à traîter de nôs jôurs. ’e, aôrs entîèrement sôus dômînatîôn brîtannîque, va vîvre ’un des épîsôdes es pus sômbres de sôn îstôîre. es ermîers, catôîques en grande majôrîté, vîvent dans des côndîtîôns mîsérabes, cutîvant eurs terres au prôIt de rîces prôprîétaîres angaîs, de reî-gîôn prôtestante. Avec es céréaes et ’éevage, a cuture de a pômme de terre cônstîtue a prîncîpae ressôurce et a base de ’aîmentatîôn du peupe îrandaîs.
5
6
a reîne Vîctôrîa, es autôrîtés brîtannîques aînsî que es œuvres carîtabes n’appôrtent qu’une aîde dérîsôîre à a pôpuatîôn. Pîre, beaucôup de ermîers sônt côntraînts d’expôrter eurs autres prôductîôns agrîcôes aIn de payer eurs ôyers (exôrbîtants), sôus peîne d’expusîôn. a pénurîe aîmentaîre s’ampîIe. Des centaînes de mîîers d’ïrandaîs meurent de aîm. e côéra aît sôn apparîtîôn. e nômbre de vîctîmes durant cette pérîôde, de 1845 à 1851, cônnue sôus e nôm deGreat Famîne, est estîmé à un mîîôn, sôît pus d’un sîxîème de a pôpuatîôn. Pôur survîvre, es ïrandaîs vônt émîgrer en masse vers e Canada, ’Austraîe et, surtôut, es États-Unîs. C’est aînsî qu’en 1848, ace à un avenîr aussî nôîr, un certaîn Patrîck Kennedy aîsse a erme amîîae du ameau de New Rôss à ses rères et part tenter ’aventure, queques sôus en pôce. Après pusîeurs môîs d’attente, î embarque à îverpôô (’ïrande n’étant pas autôrîsée à pôsséder une marîne marcande) pôur e Nôuveau Mônde. Deux ans pus tard, un dénômmé hômas Fîtzgerad emprunte a même rôute. Mîsérabe parmî es mîsé-rabes quî s’entassent au ônd des navîres à trôîs mâts surnômmés, à juste tître,coIn sîps(bateaux cercueîs), î a a cance, après d’întermînabes semaînes de traver-sée, d’être encôre vîvant à ’arrîvée à Bôstôn, avec sa bîbe pôur seu bagage, ne pôuvant se dôuter un seu înstant que cee-cî seraît vue par e mônde entîer cent ans pus tard. Sans s’être jamaîs rencôntrés, Patrîck Kennedy et hômas Fîtzgerad sônt es deux racînes d’un arbre généaôgîque dônt sera îssu un garçôn, eur arrîère-
petît-Is, Jôn Fîtzgerad Kennedy, quî assôcîera à jamaîs eurs deux nôms dans ’îstôîre. En juîn 1963, queques môîs avant sa môrt, en rôute pôur Berîn ôù î îra dénôncer a cônstructîôn du « mur de a ônte »,jfks’arrêtera quatre jôurs en ïrande, sur a terre de ses aeux. Partî de Dubîn en éîcôptère, î survôera es vertes côînes de ’Eîre, quadrîées de aîes et de murets de pîerres, es camps d’ôrge, es rîces praîrîes et es rîvîères sînueuses. ï demandera au pîôte de aîre un détôur par e câteau de îsmôre, ôù î a séjôurné en 1947 ôrs de sa premîère vîsîte de jeune côngressman. Près de ’aîre d’atterrîssage du ameau de New Rôss, î îra es ettres du môtFaîte, « Bîenvenue » en gaéîque, ôrmé par des rangées d’écô-îers en unîôrme. Après es côraes et es cérémônîes, î côncura sôn dîscôurs par ces môts : « ï aura au cent quînze ans pôur aîre ce vôyage, et sîx mîe mîes, et trôîs génératîôns, maîs je suîs Ier d’être à. » Et pôursuîvra, à prôpôs de sôn arrîère-grand-père Patrîck : « S’î n’étaît pas partî, je pôurraîs être îcî, empôyé à ’Abatrôss Cômpany », désîgnant cette enseîgne de ’autre cÔté du quaî, « ôu peut-être cez Jôn V. Key », ausîôn au pub du côîn, ce quî décencera un tônnerre d’appaudîssements. Ouî, î aura au trôîs génératîôns pôur vôîr un Kennedy gravîr es pus autes marces du pôuvôîr, grâce à ’ambîtîôn démesurée d’un père rîcîssîme. Avant de prendre a pace du Is prômetteur, e jeune Jôn aura mené une jeunesse însôucîante, aventureuse et érôque.