//img.uscri.be/pth/439b5b7fd49dc1e28b6e7368c7ccdb75ed98243d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 13,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

L'Afrique face à l'islam

De
304 pages
L'Afrique est aujourd'hui une des plaques tournantes du terrorisme. Oussama Ben Laden y a séjourné pendant cinq ans ; Nairobi et Dar es-Salam ont été le théâtre, en août 1998, d'attentats qui n'étaient que le présage du 11 septembre 2001.
Ancien Premier ministre de la République centrafricaine et auteur d'un ouvrage remarqué (L'Afrique sans la France), Jean-Paul Ngoupandé analyse la récente radicalisation de l'islam africain, due à son instrumentalisation politique et à l'infiltration de réseaux islamistes maghrébins en Afrique de l'Ouest, et moyen-orientaux dans la corne de l'Afrique.
La déliquescence de l'Afrique a permis que se développent des États délinquants abritant tous les trafics et favorisant le terrorisme, au risque, dit Jean-Paul Ngoupandé, de lui offrir un vaste sanctuaire.
Faut-il, en réaction, laisser se développer sur le continent, avec la bénédiction des États-Unis, des sectes chrétiennes qui, comme au Nigéria, dans l'ex-Zaïre, au Cameroun et en Côte d'Ivoire, dissimulent derrière une pseudo-résistance à l'islam d'autres intentions ?
Voir plus Voir moins
L'Afrique est aujourd'hui une des plaques tournantes du terrorisme. Oussama Ben Laden y a séjourné pendant cinq ans ; Nairobi et Dar es-Salam ont été le théâtre, en août 1998, d'attentats qui n'étaient que le présage du 11 septembre 2001.
Ancien Premier ministre de la République centrafricaine et auteur d'un ouvrage remarqué (L'Afrique sans la France), Jean-Paul Ngoupandé analyse la récente radicalisation de l'islam africain, due à son instrumentalisation politique et à l'infiltration de réseaux islamistes maghrébins en Afrique de l'Ouest, et moyen-orientaux dans la corne de l'Afrique.
La déliquescence de l'Afrique a permis que se développent des États délinquants abritant tous les trafics et favorisant le terrorisme, au risque, dit Jean-Paul Ngoupandé, de lui offrir un vaste sanctuaire.

Faut-il, en réaction, laisser se développer sur le continent, avec la bénédiction des États-Unis, des sectes chrétiennes qui, comme au Nigéria, dans l'ex-Zaïre, au Cameroun et en Côte d'Ivoire, dissimulent derrière une pseudo-résistance à l'islam d'autres intentions ?