L

L'Education nationale, une machine à broyer

-

Livres
232 pages

Description

Professeur de lettres classiques à Roubaix et Tourcoing pendant plus de vingt ans, Isabelle Dignocourt incarne la crise de l'Éducation nationale. Fille d'ouvriers, Isabelle a choisi d'enseigner le français et les langues anciennes par passion et parce qu'elle voulait partager son amour des mots et de la culture antique avec des élèves pour la plupart issus de milieux modestes. Cette envie de transmettre ne l'a pas quittée, mais sa colère contre la machine administrative qu'est l'Éducation nationale n'a cessé de croître au rythme de la valse des ministres. Treize en vingt-cinq ans ! De réformes en rapports, et de rapports en réformes, concoctés par les technocrates de la rue de Grenelle adeptes de la novlangue, l'auteur constate (hélas, elle est loin d'être la seule) que l'école va de plus en plus mal. L'Éducation nationale est une machine aveugle et inhumaine qui broie les professeurs et leur ôte toute liberté. Face à ce désastre, Isabelle appelle à la résistance : laissons les professeurs faire leur travail, afin que l'école redevienne un lieu de transmission de tous les savoirs !
Isabelle Dignocourt enseigne, depuis la rentrée 2014, dans un collège à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 mai 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782268096957
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Professeur de lettres classiques à Roubaix et Tourcoing pendant plus de vingt ans, Isabelle Dignocourt incarne la crise de l'Éducation nationale. Fille d'ouvriers, Isabelle a choisi d'enseigner le français et les langues anciennes par passion et parce qu'elle voulait partager son amour des mots et de la culture antique avec des élèves pour la plupart issus de milieux modestes. Cette envie de transmettre ne l'a pas quittée, mais sa colère contre la machine administrative qu'est l'Éducation nationale n'a cessé de croître au rythme de la valse des ministres. Treize en vingt-cinq ans ! De réformes en rapports, et de rapports en réformes, concoctés par les technocrates de la rue de Grenelle adeptes de la novlangue, l'auteur constate (hélas, elle est loin d'être la seule) que l'école va de plus en plus mal. L'Éducation nationale est une machine aveugle et inhumaine qui broie les professeurs et leur ôte toute liberté. Face à ce désastre, Isabelle appelle à la résistance : laissons les professeurs faire leur travail, afin que l'école redevienne un lieu de transmission de tous les savoirs !
Isabelle Dignocourt enseigne, depuis la rentrée 2014, dans un collège à Aire-sur-la-Lys (Pas-de-Calais).