Le monde de la beauté
320 pages
Français

Le monde de la beauté

-

Description

Au cours des siècles et des dernières décennies, la flatterie, la séduction et les sciences se sont mêlées pour nous convaincre de dépenser toujours plus pour avoir l'air beaux et jeunes. La beauté représente un marché de plusieurs centaines de milliards de dollars qui englobe le maquillage, les crèmes, les shampoings et soins pour cheveux, le parfum, y compris la chirurgie esthétique et même le tatouage ou le piercing.


L'auteur nous fait plonger dans l'histoire et l'évolution de la beauté et de son business. Des secrets de Cléopâtre jusqu'au ateliers de tatouage de Brooklyn, en passant par les boutiques de luxe parisiennes et l'émergence des produits bio, il a mené l'enquête pour comprendre comment l'industrie de la beauté a évolué et comment elle fait rêver. Il a interviewé des responsables et fouillé dans des archives, analysé leurs stratégies marketing, visité les laboratoires de ceux qui cherchent les clés de la jeunesse éternelle.

Fourmillant d'anecdotes, ce livre nous offre aussi des détails passionnants sur de grands noms tels que Helena Rubinstein, Elisabeth Arden, Estée Lauder, L'Oréal ou Max Factor et nous emmène dans un tour du monde de la beauté.

 

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 07 mars 2012
Nombre de lectures 16
EAN13 9782100579532
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

9782100579532_Couv

Copyright Dunod, 2012

9782100579532

Du même auteur :
Le Monde de la mode, Dunod, 2009.
Le Monde de la pub, Dunod, 2009.

Illustration de couverture : © Baris Arslan – iStock Photo

Cet ouvrage a été publié sous le titre Branded Beauty
par les Éditions Kogan Page, Royaume-Uni, en 2011.
© Mark Tungate, 2011
© Dunod, Paris, 2012, pour la version française

Visitez notre site Web : www.dunod.com

Consultez le site Web de cet ouvrage

Le code de la propriété intellectuelle n'autorisant, aux termes des paragraphes 2 et 3 de l'article L122-5, d'une part, que les « copies ou reproductions strictement réservées à l'usage privé du copiste et non destinées à une utilisation collective » et, d'autre part, sous réserve du nom de l'auteur et de la source, que « les analyses et les courtes citations justifiées par le caractère critique, polémique, pédagogique, scientifique ou d'information », toute représentation ou reproduction intégrale ou partielle, faite sans consentement de l'auteur ou de ses ayants droit, est illicite (art; L122-4). Toute représentation ou reproduction, par quelque procédé que ce soit, notamment par téléchargement ou sortie imprimante, constituera donc une contrefaçon sanctionnée par les articles L 335-2 et suivants du code de la propriété intellectuelle.

Ouvrage numérique publié avec le soutien du CNL

CNL

Remerciements

Il y a dans ce monde des gens superbes, et nombre d’entre eux m’ont aidé dans la rédaction de cet ouvrage. Je ne peux pas tous les nommer, la majorité ayant tenu à conserver l’anonymat, mais ils se reconnaîtront. Parmi ceux que je peux citer, Simone Brochard de NY Adorned, Caroline Crabbe de Cosmetic Valley, Indi Davis de Aesop, Cassandra Moonen de Clarins, Camille Velut de IFF et Sabine de Seze de Cosmétique Magazine, ainsi que François Kermoal qui m’a introduit auprès de cette dernière. Un grand merci également à tous ceux dont des citations apparaissent dans ces pages.

Un remerciement tout particulier, enfin, à mon épouse Géraldine, qui m’a toujours soutenu en dépit du stress qu’apporte dans un foyer un tel travail. Elle est la plus belle de toutes.

Introduction

« La tyrannie de la beauté »

Il y a plus de monde dehors que dedans. Les visiteurs se pressent devant la galerie d’art, fumant et sirotant leur vin rouge dans des verres en plastique sur le trottoir de l’étroite rue parisienne. Les garçons ont l’air tout droit sortis d’un dessin animé, avec leurs jeans slims et leurs boucs ou moustaches savamment taillés ; les filles arborent des airs faussement fragiles, des poignets fins et des racines qui trahissent leur vraie couleur de cheveux. La plupart d’entre eux se protègent des premiers frimas de septembre avec des vestes en cuir vintage ; tous s’épient subrepticement les uns les autres et en concluent ce qu’ils savaient déjà : ce sont toujours les mêmes qu’on voit dans ce type d’événement.

L’air se fait rare et l’atmosphère bruyante, à l’intérieur de la galerie B.A.N.K. Un homme, chevelure argentée et veste bleu nuit élégante, s’y détache des autres comme un martin-pêcheur au milieu d’étourneaux : c’est Jean-Charles de Castelbajac, créateur de mode et artiste. Il assiste ce soir au vernissage de son exposition, The Tyranny of Beauty.

Castelbajac se délecte de ses propres contradictions : aristocrate authentique dont les rappeurs adorent les collections, ce fiancé d’une ancienne Miss (Mareva Galanter, Miss France 1999) a choisi de satiriser l’industrie de la beauté. Pour ce faire, il a sélectionné une série de peintures des xviiie et xixe siècles dont il a envoyé les photographies en Chine, où des artistes les ont reproduites. Il a ensuite défiguré ces copies avec les symboles du branding : ainsi une jeune et jolie noble disparaît-elle à moitié sous les mots « Nouvelle formule ! Crème de douche concentrée pour les peaux sèches » tandis qu’une virgule Nike orne La Liberté guidant le peuple, de Delacroix. Castelbajac a en outre fait fabriquer une tapisserie de style médiéval représentant Blanche-Neige, référence subtile aux canons de la beauté imposés par la culture populaire.