On ne réveille pas un juge qui dort

On ne réveille pas un juge qui dort

-

Français
396 pages

Description

« Pour dépeindre les maux de la Justice qui n'en manque pas, les mots ne font pas défaut. Ceux que j'emploie, j'en conviens, ne sont guère employés par les conférenciers sélectionnés pour aller discourir lors des séminaires organisés par l'Ecole nationale de la magistrature. Mais, par-delà les termes, le programme est le même : statut, indépendance, juge d'instruction, droits de la défense, relation presse/justice, justice et politique, affaires "affairistes", affaires "criminelles", terrorisme, perspectives, etc... »

L'un des grands juges de la « lutte antiterroriste », l'un des magistrats les plus protégés, les mieux informés et les moins bavards de France, Gilbert Thiel, nous livre ici un témoignage exceptionnel et la profession de foi d'un « croisé de la justice ». Outre les réseaux de financement politique clandestins, il évoque pour la première fois dans un ouvrage les affaires Simone Weber, Guy Georges, qu'il a traitées, mais aussi les dossiers basque et breton, les réseaux islamistes implantés en France, sans oublier la Corse et l'enquête sur le meurtre du préfet Erignac.


Né à Metz en 1948, Gilbert Thiel a intégré l'Ecole nationale de la magistrature en février 1976, et obtenu son premier poste de juge d'instruction à Nancy en 1978. Après quatre années au parquet général de Metz il revient à l'instruction à Paris en 1994. Il est affecté à la section « antiterroriste » depuis 1995.
Daniel Carton est journaliste. Il fut pendant dix ans journaliste politique au Monde
et grand reporter au Nouvel Observateur.



Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 30 octobre 2002
Nombre de lectures 27
EAN13 9782213660219
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
« Pour dépeindre les maux de la Justice qui n'en manque pas, les mots ne font pas défaut. Ceux que j'emploie, j'en conviens, ne sont guère employés par les conférenciers sélectionnés pour aller discourir lors des séminaires organisés par l'Ecole nationale de la magistrature. Mais, par-delà les termes, le programme est le même : statut, indépendance, juge d'instruction, droits de la défense, relation presse/justice, justice et politique, affaires "affairistes", affaires "criminelles", terrorisme, perspectives, etc... »

L'un des grands juges de la « lutte antiterroriste », l'un des magistrats les plus protégés, les mieux informés et les moins bavards de France, Gilbert Thiel, nous livre ici un témoignage exceptionnel et la profession de foi d'un « croisé de la justice ». Outre les réseaux de financement politique clandestins, il évoque pour la première fois dans un ouvrage les affaires Simone Weber, Guy Georges, qu'il a traitées, mais aussi les dossiers basque et breton, les réseaux islamistes implantés en France, sans oublier la Corse et l'enquête sur le meurtre du préfet Erignac.


Né à Metz en 1948, Gilbert Thiel a intégré l'Ecole nationale de la magistrature en février 1976, et obtenu son premier poste de juge d'instruction à Nancy en 1978. Après quatre années au parquet général de Metz il revient à l'instruction à Paris en 1994. Il est affecté à la section « antiterroriste » depuis 1995.
Daniel Carton est journaliste. Il fut pendant dix ans journaliste politique au Monde
et grand reporter au Nouvel Observateur.