//img.uscri.be/pth/76471c2b4c6cdd4dabc0e04d3115cbb2a5cbca5d
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Rançons

De
310 pages

Combien ? Dès qu’un otage est libéré, la question resurgit. Etat, familles, entreprises et ONG paient pour récupérer le ressortissant, le fils ou le salarié. Qu’ils soient pirates en Somalie, djihadistes au Sahel, Farc en Colombie ou crapules en Haïti, tous n’ont d’yeux que pour elle : la rançon. Vieille comme le monde, elle alimente aujourd’hui un véritable business. Premiers à s’en saisir, les assureurs anglais l’ont baptisé K&R, pour Kidnap and Ransom. Les méthodes varient peu : preuves de vie, jeux de piste et cortège d’intermédiaires. Face à ce terrible marché, précisément tarifé, les acheteurs se sont organisés : la police d’abord, qui a découvert les vertus de la négociation, le privé ensuite, qui de l’assureur au consultant, a développé des services aussi spécialisés que coûteux.
Tiraillés entre le sauvetage de leurs ressortissants et la lutte anti-terroriste, les gouvernements tâtonnent. A 10 millions l’otage à l’Argus sahélien, la facture grimpe aussi vite que la qualité de l’armement des jihadistes. La guerre au Mali semble avoir permis à François Hollande de changer de « doctrine ». « On ne paiera pas », a-t-il dit. « On ne paiera plus », a-t-on entendu. Vraiment ?
Au cours de cette enquête palpitante, Dorothée Moisan plonge dans le monde secret des truands, terroristes, espions, négociateurs ou assureurs. Un livre à vous faire enlever.

Voir plus Voir moins
Combien ? Dès qu’un otage est libéré, la question resurgit. Etat, familles, entreprises et ONG paient pour récupérer le ressortissant, le fils ou le salarié. Qu’ils soient pirates en Somalie, djihadistes au Sahel, Farc en Colombie ou crapules en Haïti, tous n’ont d’yeux que pour elle : la rançon. Vieille comme le monde, elle alimente aujourd’hui un véritable business. Premiers à s’en saisir, les assureurs anglais l’ont baptisé K&R, pour Kidnap and Ransom. Les méthodes varient peu : preuves de vie, jeux de piste et cortège d’intermédiaires. Face à ce terrible marché, précisément tarifé, les acheteurs se sont organisés : la police d’abord, qui a découvert les vertus de la négociation, le privé ensuite, qui de l’assureur au consultant, a développé des services aussi spécialisés que coûteux.
Tiraillés entre le sauvetage de leurs ressortissants et la lutte anti-terroriste, les gouvernements tâtonnent. A 10 millions l’otage à l’Argus sahélien, la facture grimpe aussi vite que la qualité de l’armement des jihadistes. La guerre au Mali semble avoir permis à François Hollande de changer de « doctrine ». « On ne paiera pas », a-t-il dit. « On ne paiera plus », a-t-on entendu. Vraiment ?
Au cours de cette enquête palpitante, Dorothée Moisan plonge dans le monde secret des truands, terroristes, espions, négociateurs ou assureurs. Un livre à vous faire enlever.