Décolonisation en Algérie, une expérience de vie

-

Livres
242 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Comme les jeunes gens de sa génération, l'auteur effecture un service militaire de 28 mois, en Allemagne dès 1957, puis en Algérie en 1959, au sein du 6è Régiment de Chasseurs d'Afrique. En poste dans les montagnes du Dahra et de l'Ouarsenis, il découvre alors la vie miséreuse des fellahs. De retour en Oranie et dans l'Algérois, en tant qu'enseignant après son service, il mesure la détresse des Européens d'Algérie avant leur départ du pays. Recueil d'observations et d'anecdotes sur la vie des appelés, ce livre est aussi le récit d'un métropolitain vivant au contact des Européens d'Algérie, et auprès des Algériens dans les premières années de l'indépendance.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 janvier 2018
Nombre de visites sur la page 20
EAN13 9782140055317
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Henri MICHELHAURADOU
DÉCOLONISATIONENALGÉRIE, UNE EXPÉRIENCE DE VIE
De la rébellion à l’Indépendance (19591969)
Préface de Sabah Chaib
Décolonisation en Algérie, une expérience de vie
Henri MICHEL-HAURADOUDECOLONISATIONENALGERIE,UNE EXPERIENCE DE VIEDe la rébellion à l’Indépendance (1959-1969) Préface de Sabah Chaib
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13088-0
EAN : 9782343130880
À Bernadette Hauradou et Anne, notre fille, À mes amis Colette et Stan, mes fidèles soutiens de la première heure.
PRÉFACE
« La mémoire ne cherche à sauver le passé que pour servir au présent et à l’avenir. Faisons en sorte que la mémoire collective serve à la libération et non à l’asservissement des hommes. »Jacques Le Goff.
« Outil irremplaçable à diffusion lente, s’enfonçant dans les profondeurs de la 1 société, objet maniable dans l’intimité des appartements », le livre compte parmi les vecteurs essentiels de transmission mémorielle. Il est, selon l’expression de l’historien Benjamin Stora,« une mémoire de l’histoire »et constitue par la somme des matériaux mobilisés (témoignages, documents photographiques, etc.) une archive à part entière. C’est selon ces considérations qu’il convient d’appréhender l’ouvrage de Henri Michel-Hauradou afin qu’il prenne place à son tour, dans l’intimité de nos appartements. Un sens aigu de l’observation, l’élégance de l’écriture et l’humour subtil dont fait preuve l’auteur, servent le récit d’une expérience personnelle de la guerre d’Algérie et des premières années de l’indépendance algérienne. Le récit embrasse ainsi deux périodes, la période de guerre et la période de la coopération franco-algérienne et constitue, ce faisant, un témoignage précieux pour éclairer la continuité entre deux périodes historiques encore trop souvent étudiées séparément. Certes, il s’opère bien récemment un déplacement progressif du centre de gravité de l’historiographie franco-algérienne vers la période de sortie du conflit et les premières années de l’indépendance. Il n’en demeure pas moins que le prisme guerrier dans les travaux historiques et plus encore, dans les mémoires ô combien passionnelles entre la France et l’Algérie, domine. En ce qui concerne la période postcoloniale, l’historien Pierre Vermeren n’hésite pas à parler de « misère de
1  Benjamin Stora,Le livre, mémoire de l’histoire. Réflexions sur le livre et la guerre d’Algérie, Paris, Éditions Le Préau des Collines, 2005.
9