Incarcération, vulnérabilités et interventions sociales

Incarcération, vulnérabilités et interventions sociales

-

Livres
226 pages

Description

Cet ouvrage collectif s'adresse aux travailleurs sociaux, notamment aux animateurs socioculturels, qui évoluent auprès des détenus et à toute personne que la question carcérale intéresse. Il traite des caractéristiques du public carcéral et des effets de l'incarcération sur l'individu, en particulier sous l'angle institutionnel. Il permet ainsi de mieux les caractéristiques pshychosociales du public pénitentiaire et ses besoins spécifiques.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 29 mars 2019
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782140118036
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Sous la direction de Nicolas Combalbert et de Sophie Rothé
Incarcération, vulnérabilités et interventions sociales
Préface de Nancy Huston
L O G I Q U E S S O C I A L E S
Incarcération, vulnérabilités et interventions sociales
Logiques sociales Collection dirigée par Bruno Péquignot En réunissant des chercheurs, des praticiens et des essayistes, même si la dominante reste universitaire, la collection « Logiques Sociales » entend favoriser les liens entre la recherche non finalisée et l'action sociale. En laissant toute liberté théorique aux auteurs, elle cherche à promouvoir les recherches qui partent d'un terrain, d'une enquête ou d'une expérience qui augmentent la connaissance empirique des phénomènes sociaux ou qui proposent une innovation méthodologique ou théorique, voire une réévaluation de méthodes ou de systèmes conceptuels classiques. Dernières parutions Claude GIRAUD,Consentir, adhérer, s’opposer. Contribution à une sociologie de l’engagement, 2019. Lucie France DAGENAIS,L’art à Vienne et l’unité de l’empire (1897 à 1905), 2019. Janina GLAESER,Politiques ducareen France et en Allemagne. Parcours des assistantes et assistants maternels issus de l’immigration, 2019. Paul GRELL,Les modes de débrouillardise des jeunes chômeurs,Chômeurs pendant la crise des années 80,2019.Isabelle PAPIEAU,Les représentations du monde rural, Des arts antiques à la télé-réalité, 2018. Piero-D. GALLORO (dir.),Conflictualités, représentations et médiatisation de la violence et de la radicalisation, Radicalisme(s), radicalisation(s),radicalité(s), violence(s),2018. Piero-D. GALLORO (dir.),Discours et parcours de radicalisation et de violence,Radicalisme(s), radicalisation(s),radicalité(s), violence(s),2018. Bernard HILLAU,Le livre de la compétence, Trajectoires d’acteurs et changement social, 2018. Patrick GABORIAU,Le terrain anthropologique,Archéologie d’une pratique, 2018. Gabriele PINNA,Travailler dans l’hôtellerie de luxe. Une enquête ethnographique à Paris, 2018. Michèle BOKOBZA,Madame la comtesse de Gasparin. Protestantisme e radical, genre et pèlerinage au XIX siècle, 2018. Claudine DARDY,Exister par écrit.Essai sur l’identification en culture de l’écrit, 2018.Aurélien DJAKOUANE et Emmanuel NÉGRIER,Le hip-hop en scènes. Mutations artistiques et innovations politiques,2018. Elodie BORDAT-CHAUVIN,Les politiques culturelles en Argentine et au Mexique, 2018.
Sous la direction de Nicolas Combalbert et de SophieRothé Incarcération, vulnérabilités et interventions sociales
Préface de NancyHuston
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris www.editions-harmattan.fr ISBN :978-2-343-17242-2EAN :9782343172422
Sommaire Préface.....................................................................................................................9Nancy Huston, écrivaine
Introduction.......................................................................................................... 13
I. L’environnement carcéral et le rôle du SPIP
Chapitre 1. Le Quartier Pour Peines Aménagées : une tentative de ré-ordonnancement social au sein de l’univers carcéral ................................................................................ 17Jean-Yves Dartiguenave, professeur de sociologie à l’université de Rennes 2 Astrid Hirschelmann, professeur de psychopathologie à l’université de Caen Sophie Le Coq, maître de conférences en sociologie à l’université de Rennes 2
Chapitre 2. Missions et compétences du Service Pénitentiaire d’Insertion et de Probation : de l’exécution de la peine aux questions de réinsertion et de prévention de la récidive. La culture et l’animation en milieu carcéral .............................. 51Anne Gauvin, sociologueIsabelle Larroque, directrice du SPIPII. Vulnérabilités de la personne détenue et besoins spécifiques Chapitre 3. Vieillissement et vulnérabilités psychologiques des personnes détenues ......... 71Nicolas Combalbert, professeur de psychopathologie à l’université de Tours Valérie Pennequin, professeure de psychologie du développement cognitif à l’université de Tours Claude Ferrand, professeure de psychologie sociale à l’université de Tours Chapitre 4. L’écriture de la vulnérabilité en institution carcérale : l’exemple de Mirabeau épistolier à Vincennes ............................................. 93Sophie Rothé, docteur en lettres modernes, université de Tours Chapitre 5. L’intérêt des approches temporelles MC-FLY dans l’accompagnement social en détention............................................... 117Erwan Dieu, docteur en psychologie et criminologueOlivier Sorel, docteur en psychologie
7
Chapitre 6. S’essayer au Modèle « Good Lives » (GLM) dans l’accompagnement psychosocial des infracteurs ? Illustration du suivi entre vous, nouveau GLMiste, et Gérard MENVUSA, nouveau délinquant....135Erwan Dieu, docteur en psychologie et criminologue Esther Issen, psychologue Olivier Sorel, docteur en psychologieIII. Interventions socioculturelles en détention : quelques exemples Chapitre 7. L’animation socioculturelle en milieu carcéral : exemple de la maison d’arrêt de Tours ............................................................. 157Marie-Laure Gougeon, responsable du service culture de la FOL37Chapitre 8. La création radiophonique au service de la remédiation énonciative ......... 183David Christoffel, docteur en musicologie, poète et compositeur Julie Trenque, doctorante à l’université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines
Chapitre 9. La médiation éducative par la pratique photographique dans le champ carcéral. Entre contention et émancipation, quelles perspectives méthodologiques ? La pratique photographique à la prison de la Tuilière ........................................ 199Christophe Pittet, docteur en sociologie, photographe plasticien
Conclusion ......................................................................................................... 217
8
Préface Prisons : la bonne distance Nancy Huston C’était il y a longtemps, dans le New Hampshire. Le prof d’un atelier d’écriture que je suivais au lycée nous a donné un devoir fascinant : visiter un lieu public et rédiger un texte sur l’impact de l’architecture de ce lieu sur la psyché de ceux qui le fréquentent. Les autres élèves ont choisi, qui l’église, qui la mairie, qui un musée ; déjà provoc à seize ans, j’ai choisi la prison. Je n’oublierai jamais. Même quand c’est pour de faux, on n’oublie jamais. Même quand on a choisi son propre enfermement, et qu’on le sait éphémère, ça se grave dans votre mémoire comme les graffitis de baise et de haine griffonnés par les détenus avec leurs ongles dans la peinture marron foncé des murs. Tintamarre de la porte métallique qui se ferme, cliquetis agressif des clefs, pas qui s’éloignent dans le couloir... On m’a laissée là... deux heures, peut-être ? Rien du tout. Et je n’oublierai pas. J’ai demandé ensuite l’isolement, le mitard ; obtempérant là encore, on m’a enfermée dans une cellule capitonnée, dans le noir, un quart d’heure peut-être. Rien. Mais c’est inoubliable, cela aussi. Depuis une vingtaine d’années, je me rends ponctuellement dans des prisons et des maisons d’arrêt, çà et là en France. Je ne suis pas une « visiteuse », une dame charitable, je n’y vais pas pour remonter le moral des détenu(e)s ; j’y vais parce qu’on m’y invite, pour parler des livres, les miens ou ceux des autres, et de la vie. Les échanges que j’ai eus à Fleury-Mérogis m’ont plus appris et apporté, plus fait rire et réfléchir, que tous les colloques auxquels j’ai assisté dans ma vie. Oui, plus que les universitaires, les détenus m’aident à comprendre le monde. Être taulard(e) c’est comme être pute : par définition, si cela vous arrive, c’est que vous avez eu des problèmes. Problèmes d’argent à tous les coups ; problèmes de violence aussi, éventuellement assortis d’abus sexuels, problèmes de promiscuité, exiguïté des espaces de vie, rejet de la société, problèmes d’identité, voilà les cinq ou six versets
9