Le lien social

-

Livres
71 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il n’est pas rare d’entendre parler de « crise du lien social », de la nécessité de « retisser » ce lien. Le terme désigne alors un désir de vivre ensemble, de relier les individus dispersés, d’une cohésion plus profonde de la société. Pour le sociologue, cette notion est au fondement de sa discipline tant l’homme est, dès sa naissance, lié aux autres et à la société non seulement pour assurer sa protection face aux aléas de la vie, mais aussi pour satisfaire son besoin vital de reconnaissance, source de son identité et de son existence en tant qu’homme.

Cet ouvrage explicite le sens d’une notion centrale depuis Durkheim, présente une typologie des liens sociaux et de leurs possibles fragilités. Il propose de repenser le lien social aujourd’hui, pour mieux relever les défis contemporains de la solidarité.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782130812357
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0049 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

À lire également en
Que sais-je ?
COLLECTION FONDÉE PAR PAUL ANGOULVENT
o
Nicolas Duvoux, Les Inégalités sociales, n 2154.
o
Julien Damon, L’Exclusion, n 3077.
o
Dominique Picard, Politesse, savoir-vivre et relations sociales, n 3380.
o
Patrick Cingolani, La Précarité, n 3720.ISBN 978-2-13-081235-7
ISSN 0768-0066
re
Dépôt légal – 1 édition : 2008
e
4 édition mise à jour : 2018, août
© Presses Universitaires de France / Humensis, 2018
170 bis, boulevard du Montparnasse, 75014 Paris
Ce document numérique a été réalisé par Nord Compo.Introduction
La notion de lien social est aujourd’hui inséparable de la conscience que les sociétés ont
d’elles-mêmes et son usage courant peut être considéré comme l’expression d’une interrogation
sur ce qui peut faire encore société dans un monde où la progression de l’individualisme apparaît
comme inéluctable. Une société composée d’individus autonomes est-elle encore une société, et
si oui, comment ? Depuis la fondation de leur discipline, les sociologues s’efforcent de répondre
à cette question. Les premiers d’entre eux ont tenté d’apporter des explications fondées sur
l’analyse de l’évolution des sociétés humaines. L’idée de lien social renvoyait alors à une vision
historique à la fois du rapport entre l’individu et ses groupes d’appartenance, d’un côté, et des
conditions du changement social de longue durée, de l’autre.
Si les individus ne s’étaient pas dotés d’un système d’assurances à visée universelle, ils
seraient restés plus dépendants des protections données par leurs appartenances à des cercles
sociaux plus restreints et le processus d’individualisation n’aurait pas pu être aussi rapide et
aussi généralisé. Dans les sociétés rurales, par définition plus traditionnelles, les solidarités se
développent essentiellement à l’échelon de la famille élargie. Liés à la famille pour leur
protection, les individus le sont aussi pour leur reconnaissance, l’identité familiale étant alors le
fondement de l’intégration sociale. Dans les sociétés modernes, les modèles institutionnels de la
reconnaissance se sont individualisés, ils se fondent davantage sur des traits individuels que sur
des traits collectifs. C’est moins le groupe en tant que tel qui fonde l’identité que la juxtaposition
1
de groupes différents – ou de cercles sociaux – qui s’entrecroisent de façon unique en chaque
individu. Il s’agit d’un processus historique qui place chaque individu dans une plus grande
autonomie apparente par rapport aux groupes auxquels il est lié, mais qui l’oblige à se définir
luimême en fonction du regard d’autrui porté sur lui.
Il n’est pas rare d’entendre parler de « crise du lien social » et de la nécessité de « retisser »
ou de « renouer » le lien social. L’expression « lien social » est aujourd’hui employée pour
désigner tout à la fois le désir de vivre ensemble, la volonté de relier les individus dispersés,
l’ambition d’une cohésion plus profonde de la société dans son ensemble.
Les sociologues savent que la vie en société place tout être humain dès sa naissance dans une
relation d’interdépendance avec les autres et que la solidarité constitue à tous les stades de la
socialisation le socle de ce que l’on pourrait appeler l’homo sociologicus, l’homme lié aux
autres et à la société, non seulement pour assurer sa protection face aux aléas de la vie, mais
aussi pour satisfaire son besoin vital de reconnaissance, source de son identité et de son existence
en tant qu’homme.
Ce que l’on appelle la crise du lien social est alors sans doute lié à la conscience plus forte
de phénomènes nouveaux qui, par leur ampleur, interrogent le citoyen ordinaire autant que le
chercheur. Alors que la ville moderne est par excellence le lieu des mobilités et des brassages
sociaux et culturels, elle apparaît aujourd’hui marquée par des processus de clôture sociale.Certains cherchent à faire sécession et à se protéger dans des quartiers privilégiés, d’autres
tendent de s’affranchir de la présence quotidienne des pauvres et des immigrés tandis que des
banlieues s’enlisent dans une précarité durable et se replient sur elles-mêmes, dans un entre-soi
contraint. Cette ville à plusieurs compartiments fait apparaître un climat d’insécurité qui suscite
de vives attentes en termes d’autorité, de surveillance policière et de contrôle social. De façon
plus générale, la légitimité des grandes institutions chargées de la socialisation des individus et
des groupes sociaux semble en crise. La confiance qu’elles inspiraient est en recul, aussi bien
dans le domaine de la famille, de l’école, du travail, des services publics. Dans le domaine de la
protection sociale, la crise semble profonde à un moment où les déséquilibres démographiques
suscitent des besoins nouveaux et où des franges nombreuses de la population sont vouées au
chômage récurrent, à des emplois incertains faiblement rémunérés. Ces mutations entraînent
également une crise des identités et encouragent à réfléchir sur l’ensemble des liens qui attachent
l’individu à la société.
Il ne peut exister de société humaine sans solidarité entre ses membres. Cette dernière
correspond à une morale partagée par tous qui constitue le fondement de toute vie collective. Ce
constat prolonge la thèse d’Émile Durkheim selon laquelle, si la solidarité a changé de nature au
cours des siècles, passant, selon sa conceptualisation, de la solidarité mécanique à la solidarité
organique, elle n’en constitue pas moins le principe organisateur de toute vie collective.
En partant de la conception durkheimienne de la solidarité, on s’interrogera dans ce livre sur
les formes actuelles de la crise du lien social. Dans quels termes est-elle formulée ? Que
révèlet-elle ? Que nous apprend-elle sur les formes contemporaines de la solidarité ? La question de
l’utilité peut paraître un peu simpliste tant la réponse semble évidente. Le lien social, quelles que
soient les époques, a pour fonction d’unir les individus et les groupes sociaux et de leur garantir,
par des règles communément partagées, une coexistence pacifique. Mais ne faut-il pas
approfondir cette proposition ? Sur quoi peut reposer cette coexistence pacifique ?1. Au sens de Georg Simmel ; cf. infra, p. 54.