Pour une criminologie interculturelle

Pour une criminologie interculturelle

-

Livres
136 pages

Description

Travailler avec des personnes délinquantes ou victimes suppose une adaptation à la diversité humaine et la singularité des situations. Or, dans un contexte d'interculturalité, les risques d'incompréhensions, de méprises et de maladresses sont démultipliés. L'analyse proposée ici s'appuie sur différentes méthodes et s'inspire de disciplines telles que : l'approche comparée (France, Canada, Mali), la philosophie, l'anthropologie juridique, l'ethnopsychiatrie, la communication interculturelle ou encore des témoignages. Développer ces savoirs revient à se donner l'opportunité de mieux appréhender les différentes cultures pour, in fine, encourager une meilleure prise de conscience de celle dans laquelle nous évoluons. Il s'agit de mieux appréhender les cultures questionnées, en comprendre leurs déviances et de gagner en lucidité sur leurs valeurs.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 23 avril 2019
Nombre de visites sur la page 1
EAN13 9782140120008
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page  €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
POUR UNE CRIMINOLOGIE
INTERCULTURELLE
Ethnoprobation
Préface de Philippe Pottier Postface de Loïck M. Villerbu
Guillaume Arandel POUR UNE CRIMINOLOGIE INTERCULTURELLE
Controverses
Pour une criminologie interculturelle
CollectionSciences criminellesdirigée par Robert Cario La collectionSciences criminellesdestine à la publication de travaux se consacrés à l’analyse complexe du phénomène criminel. Multidisciplinaire par définition, elle a vocation à promouvoir les réflexions critiques portées par les disciplines impliquées, dont l’angle d’approche spécifique enrichit la connaissance globale du crime, tant en ce qui concerne les protagonistes (infracteur, victime, société) que les stratégies d’intervention sociale (prévention, répression, traitement). En France comme à l’étranger. Les contributions, émanant de chercheurs, de praticiens de la justice ou du travail social, empruntent la forme d’ouvrages de doctrine, de recherches collectives ou d’actes de rencontres scientifiques. Deux séries complètent la Collection. LeTraité de sciences criminelles, multi-auteurs, présente sous la forme de manuels les principales disciplines qui composent les sciences criminelles : philosophie criminelle, criminologie, politique criminelle, droit criminel, procédure pénale, criminalistique, médecine légale et victimologie. LesControversesrassemblent de courts essais sur des questions majeures de la connaissance scientifique dans le champ criminologique. En pointant leurs contradictions, (re)découvertes et zones d’ombre, les réflexions participent à une meilleure compréhension de la complexité des conduites humaines. Derniers ouvrages parusR. Cario, M.H. Herzog-Evans, L.M. Villerbu, La criminologie à l’Université R. Cario (Dir.), Les rencontres détenus-Victimes : l’humanité retrouvée F. Rognon, Brice Deymié, Punir, restaurer, guérir H. Lemaître, La prévention de la délinquance I. Dréan-Rivette, Des sentences et des peines E.K. Yao., Le Code pénal ivoirien F. Jollivet, De la punition à la réconciliation V. également la collection Criminologie J. Motte dit Falisse, F. Ludwiczak (Dir.), Du sens de la peine C. Trotter, Le suivi des usagers involontaires
GuillaumeARANDELPour une criminologie interculturelle
Ethnoprobation
Préface de Philippe Pottier Postface de Loïck M. Villerbu
© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-17291-0 EAN : 9782343172910
À Ellyn Avec l’espoir que cette démarche, son ouverture et sa tolérance seront une évidence pour toi
RemerciementsJe tiens à prendre le temps de remercier les personnes qui ont relu ce livre alors même que ce n’était qu’un projet et qui l’ont considérablement amélioré par leurs remarques. Merci à Vanessa Chevreau, Adeline Christin, Chantal Deltenre, Anne-Elise Jolicard, Cathy Lemoine, Anaïs Le Quellec, Lionel Lecomte, Catherine Mathieu, Gérard Pescheux, Marie-Laure Prigent, Louise Sabarly, Jacques Wahnyamalla.Merci à Robert Cario pour les remarques, la publication, les projets communs et bien plus encore.Merci à Philippe Pottier d’avoir accepté d’en écrire la préface et pour les échanges érudits sur l’Océanie.Merci à L. M. Villerbu pour son analyse de cet écrit évoqué dans sa postface ainsi que tous nos échanges qui ont contribué à définir ma posture professionnelle.Merci au vieux Wahmu Pierre Pekajo d’avoir accepté la publication de son texte sur les modes de punition en tribu à Lifou et sur la justice restaurative.Merci à Timothé René pour ses talents de photographe et sa bienveillance envers mon étrange demande d’un shooting photo au cimetière.
PréfacePar Philippe Pottier Ancien Directeur de l’École Nationale d’Administration Pénitentiaire
J’ai travaillé des années loin de mes origines, en Polynésie française et en Nouvelle-Calédonie. Sauf à être sourd et aveugle, on ne peut qu’y constater la difficulté de donner du sens aux sanctions pénales si on se contente de les considérer, par habitude, paresse intellectuelle ou crainte du vertige, comme chez soi, comme si on n’avait pas parcouru des milliers de kilomètres, traverser des continents, des océans, des mondes, pour arriver là.Les femmes et hommes ne sont pas humains par nature. Ce qui les distingue d’autres vivants est qu’ils sont des êtres parlants. Pas seulement communiquant, mais parlant, pouvant nommer les choses, les autres vivants, les ancêtres, les pères et les fils, les uns et les autres, ce qui est à l’un et ce qui est dû à l’autre. Parlants ils font société, fixant des frontières, des interdits et des paroles de réparation. Ils créent l’univers symbolique qui s’incarne dans des rites et des tabous. Dans le monde occidental, c’est le droit qui structure, qui est cet univers fictionnel indispensable à la structuration de la société des humains, des humains eux-mêmes. Nous vivons en Occident dans cet univers-là essentiellement depuis l’avènement du droit écrit romain, notre droit français en est un avatar dont Pierre Legendre a savamment décrit les fondements.