Venceslas Gasztowtt, citoyen polonais et français

-

Livres
450 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Venceslas Gasztowtt, citoyen français fils d'un émigré polonais d'origine lithuanienne, fut pendant les années 1870-1918 l'un des principaux représentants de cette émigration polonaise bien établie au sein de la société française. Enseignant à l'École polonaise de Paris, au collège Chaptal, poète à ses heures mais surtout traducteur, en prose et en vers, des grand poètes romantiques polonais, il fut le principal rédacteur d'un Bulletin Polonais des Lettres, Sciences et Arts.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2017
Nombre de visites sur la page 9
EAN13 9782140044663
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Venceslas GasztowT, citoyen français, mais fils d’un émigré polonais d’origine lithuanienne, fut pendant les années 1870-1918 l’un des principaux représentants de ceTe émigraîon polonaise bien établie au sein de la société française. Enseignant à l’École Polonaise de Paris comme au collège Chaptal, poète à ses heures mais surtout traducteur, en prose et en vers, des grands poètes romanîques polonais, il fut aussi le principal rédacteur d’unBulleîn Polonais des LeTres, Sciences et Arts qui prouvait chaque mois que, malgré son partage entre Russie, Prusse et Autriche, la Pologne était toujours une naîon vivante et qu’elle méritait de retrouver son enîère indépendance. Aussi la proclamaîon de la renaissance de l’État polonais, le 11 novembre 1918 à Varsovie, fut-elle comme l’illustraîon éclatante d’un vers îré d’un de ses poèmes patrioîques : « Un peuple ne meurt pas s’il ne veut pas mourir. »
Agrégé de leTres classiques, ancien enseignant aux universités de Brest, Rennes II et Le Mans, par ailleurs également musicien professionnel, est peît-fils d’émigrés polonais et fils d’un ancien élève de l’École Polonaise des Baîgnolles. Il a publié de nombreux arîcles consacrés à la liTérature française des XVII et XVIII siècles ainsi qu’aux rapports entre liTérature et musique.
Illustraîon de couverture : Venceslas GasztowT, portrait de Myrton Michalski (1895), avec l’aimable autorisaîon du Muzeum Wojska Narodowe de Varsovie.
ISBN : 978-2-343-12207-6 39
Rémy Landy
Venceslas Gasztowtt citoyen polonais et français
Un passeur culturel et politique (1844-1920)
Venceslas żasztowtt citoyen polonais et français
Rémy Landy Venceslas żasztowtt citoyen polonais et français Un passeur culturel et politique (1844)-1920)
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris httpŚ//www.editions-harmattan.fr ISBN Ś 978-2-343-12207-6 źAN Ś 9782343122076
À la mémoire de Pierre Houillon źt de Wacław Raymond Landy
*
Nos plus vifs remerciements / serdeczne podziękowaniaà tous ceux qui nous ont aidé notamment
Pierre Zaleski Ewa Rutkowska Magdalena GƚodekOlga Donigiewicz Hanna Zaworonko Anna Czarnowska Benoît et Hubert Gasztowtt Sébastien Delprat Maria Rodowicz Alicja TrojanowskaDuluc Anna Piotrowska Jarosƚaw LindenbergIrène Thévenet Brice Beuret
EN GUISE DINTRODUCTION
Cher Venceslas Gasztowtt, Mon père, Wacƚaw Raymond Landy, fut l’un de vos derniers élèves à l’École Polonaise de la rue Lamandier. Vous êtes aussi le seul de ses professeurs dont il nous ait jamais parlé : de vous, de votre enseignement, de votre manière de nommer les trois envahisseurs de la Pologne, les « Chiens », les « Pluschiens » et les « Autrechiens », des deux proverbes, Ktoma wisieć nie utonie(qui doit être pendu ne se noiera pas) etNie miaƚa baba kƚopotu, kupiƚasobie prosię(la vieille femme n’avait pas de souci, elle s’est acheté un petit cochon) adages que vous citiez volontiers et qu’il nous a transmis comme preuve d’une sagesse séculaire qui fut aussi la vôtre.Si bien qu’un jour, à la Bibliothèque Polonaise du quai d’Orléans à Paris, lorsquej’achevais d’écrireNiemcewicz etune communication consacrée à 1 André Chénier, la curiosité m’a poussé à ouvrir celui des tiroirs de l’antique fichier non numérisé de la salle de lecture qui vous concernait et de découvrir, ici répertoriés, le nombre surprenant des traductions et des discourssans compter quelques poèmesenregistrés sous votre nom. Puis j’ai utilisé, avec l’aide de la charmante bibliothécaire, la petite échelle qui permet d’atteindre, tout en haut à droite,la collection complète desBulletins Polonaisdont vous avez été le principal rédacteur : de quoi se ménager des heures et des jours d’une lecture passionnante; de quoi nourrir, pour l’essentiel, la rédaction des pages qui vont suivre. Le résultat, vous le jugerez de cet empyrée où, comme le disait votre ancien disciple Édouard Pożerskijour de vos obsèques, vous êtes « assis le au banquet des Aïeux, auprès de Perkounas, le dieu de la Lithuanie, auprès de Thadée Kościuszko, auprès d’Adam MickiewiczLe lecteur aussi le. » jugera, en y évaluant l’abondance des renseignements qui vous concernent et qui concernent le monde que vous avez connu, en regrettant les lacunes que d’autres passionnés pourront combler après moi, notamment en ce qui concerne votre collaboration avec les journaux de Polognemême en et souffrant avec patience la présence de redites quelque peu monotonespour lesquelles je trouverai peutêtre en vous, cher Maître de mon père, le bouc 1 « Niemcewicz après Chénier »,Cahiers Roucher-André Chénier, n° 29 – 2010, p. 255-274.