1019 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Dictionnaire de la pensée écologique

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce dictionnaire ne se limite ni à l’écologie politique, ni à l’écologie scientifique, ni à l’écologisme, mais rassemble au contraire toutes les réflexions, les constructions conceptuelles et les pistes d’action que peuvent inspirer l’état de la planète et le fonctionnement de la Biosphère. Il embrasse donc un spectre très large de disciplines et de collaborateurs, tirant le meilleur parti de l’hybridation, propre à la pensée écologique, des domaines naturels et sociaux interprétés à la lumière des sciences dures et des sciences humaines. À travers 357 articles écrits par 260 auteurs, le lecteur y trouvera des développements sur des notions clés, sur des livres déterminants ou sur des auteurs désormais classiques.
Parce que la pensée écologique embrasse une échelle nouvelle et menaçante de perturbations infligées au milieu, réinterrogeant la place de l’homme au sein de la nature, et parce que le champ de l’écologie est loin d’être univoque, ce dictionnaire se veut à la fois critique, historique et prospectif, n’hésitant pas à proposer des points de vue contradictoires sur des notions centrales.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 4
EAN13 9782130731818
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0232€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Dictionnaire de la pensée écologique
QUADRIGE
Sous la direction de
Dominique Bourg et Alain Papaux
Ouvrage publié avec le concours de l’Institut CDC pour la Recherche de la Caisse des Dépôts et l’Université de Lausanne
PUF
ISBN 978-2-13-073181-8
re Dépôt légal – 1 édition : 2015, octobre
© Puf, 2015 6, avenue Reille, 75014 Paris
COMITÉSCIENTIFIQUE
Christian Arnsperger Loïc Blondiaux Paul-Marie Boulanger Denis Chartier Éric Duchemin Gérald Hess Catherine Larrère Edwin Zaccaï
« Les forêts précèdent les peuples, les déserts les suivent. »e Anonyme (XIX siècle)
AVANT-PROPOS
La pensée écologique embrasse « une échelle nouvelle et menaçante de perturbations infligées au 1 milieu, réinterrogeant (ainsi) la place de l’homme au sein de la nature ». Un dictionnaire de la pensée écologique aurait paru totalement incongru dans le champ culturel français il y a ne serait-ce qu’une vingtaine d’années. À l’époque, l’écologie faisait figure de champ d’activistes hors pensée. e Pour preuve, durant les dernières décennies du XX siècle, aucune des grandes maisons d’édition française ne disposait de collection dédiée à l’écologie, si ce n’est de façon marginale et éphémère. Or, depuis lors, la « crise écologique » a érodé notre adhésion à la modernité. Mais de crise il n’est en vérité pas question. Le temps de l’écologie n’est pas en effet celui d’une crise. La crise évoque le temps court de la rupture, le moment charnière de passage d’une normalité à une autre. Nous entrons au rebours dans le temps long et épais des soubresauts de la Biosphère, dans une modification au long cours des conditions d’habitabilité de la Terre. Comment cela n’affecterait-il pas profondément la pensée et le pensable ? Partant, ce dictionnaire ne pouvait se limiter à un simple état des lieux. L’accumulation de difficultés écologiques contraint la pensée d’une part à réinvestir des questions traditionnelles et 2 d’autre part à affronter d’inédites interrogations. Outre la synthèse des premiers sédiments de la pensée écologique, les entrées comportent des aspects critiques et parfois prospectifs. Raison pour laquelle le dictionnaire se déploie selon un pluralisme revendiqué de doctrines ayant trait aux défis écologiques qui constituent désormais autant de menaces pour l’aventure humaine. Certaines entrées, sous des appellations légèrement différentes, donnent lieu à des développements aux angles divers, pouvant aller jusqu’à la contradiction, en passant par des modes de pensée contrastés, bien que relatifs à un même champ disciplinaire. Toutes les disciplines des sciences sociales et humaines ont contribué à ce dictionnaire. Compte tenu du socle scientifique, au sens classique des sciences de la nature, et au sens de l’hybridation des domaines naturels et sociaux propre à la pensée écologique, certaines entrées ont été élaborées par des scientifiques. La quasi-totalité des auteurs, à l’exception de quelques grands noms anglo-saxons, relèvent de la francophonie, au regret de n’avoir pu compter toutes ses régions. Les entrées concernent soit des notions, tantôt techniques et circonscrites, tantôt larges et réflexives, soit des auteurs, soit des livres marquants. Le pluralisme caractérise tout autant la provenance institutionnelle des contributeurs à ce dictionnaire, de la sphère académique, de l’action, du monde des arts et de la haute fonction publique, à celle du journalisme, des ONG et de l’entreprise. Pluriels encore les âges de ces contributeurs. Avec trois cent cinquante-sept entrées, nous avons essayé de circonscrire un champ très mouvant et somme toute récent du savoir et de la réflexion. Nous espérons qu’en dépit de ses imperfections, ce dictionnaire constituera un guide utile à qui souhaite découvrir la pensée écologique ou s’y repérer. Nous tenons ici à remercier toutes celles et tous ceux qui ont accepté d’y contribuer, prenant le risque d’un regard statique sur une réalité dynamique. Nous remercions nos collègues du comité scientifique pour leur soutien indéfectible et leur travail de relecture critique des articles : Christian Arnsperger, Loïc Blondiaux, Paul-Marie Boulanger, Denis Chartier, Éric Duchemin, Gérald Hess, Catherine Larrère et Edwin Zaccaï. Notre reconnaissance va aussi à nos assistantes éditoriales, Barbara Pellaton, Tatoun Rogenmoser, Leila Chakroun, Veronica Frigerio et Clélia Schneiter pour leur collaboration endurante et précieuse. Nous remercions aussi Céline Telliez pour les traductions de l’anglais. Ce dictionnaire n’eut pas été possible sans le soutien généreux de la Caisse des dépôts et consignations, de la Faculté des géosciences et de l’environnement et de la Faculté de droit, des sciences criminelles et d’administration publique de l’Université de Lausanne. Enfin, nous exprimons notre gratitude au regretté Michel Prigent, initiateur du dictionnaire, ainsi qu’à notre éditeur avisé, Paul Garapon.
Notes
Dominique BOURG et Alain PAPAUX
Notes 1. Voir l’entrée « Pensée écologique ». 2. À cet égard, nous renvoyons le lecteur à Dominique Bourg et Augustin Fragnière,La Pensée écologique. Une anthologie, Paris, Puf, 2014.
TABLE DES ENTRÉES
Actualisation(Olivier GODARD) Adaptation(Jessica ONITSOA ANDRIAMASINORO) Agenda 21(Normand BRUNET) Agriculture durable et biologique(Marc DUFUMIER) Agriculture urbaine(Éric DUCHEMIN) Agroécologie(Alexandre AEBI) AgronomieAlimentationAmis de la Terre/Friends of Earth (FoE)(Denis CHARTIER) Amoco Cadiz et autres marées noires(Christian HUGLO) Analyse coûts-bénéfices(Nicolas BOULEAU) Anarchisme(Bruno MASSÉ et Anna KRUZYNSKI) Anders, Günther (1902-1992)(Bruno VILLALBA) AnimalAnthropocène (point de vue 1)(Bertrand GUILLAUME) Anthropocène (point de vue 2)(Christophe BONNEUIL) Anthropocentrisme(Gérald HESS) Anthropologie de la finitude(Dominique BOURG et Alain PAPAUX) Anthropologie écologique(Ellen HERTZ) Anthropologie économique(Christian ARNSPERGER) Anthroposophie(Bertrand MÉHEUST) Apocalypse(Hicham-Stéphane AFEISSA) Architecture et construction(Thierry PAQUOT) Art(Guillaume LOGÉ) Artifice/Artefact(Bernadette BENSAUDE VINCENT) Avant que nature meure(Dorst, Jean) (Jean-Pierre RAFFIN) Besoin(Paul-Marie BOULANGER) Bien commun(Stéphane NAHRATH) Bien-être animal(Florence BURGAT) Biocentrisme(Gérald HESS) Biodiversité(Robert BARBAULT) Bioéconomie(Christophe MAGER) Biomimétisme(Emmanuel DELANNOY) Biopouvoir(Hugues POLTIER) Biosphère(Jacques GRINEVALD) Bombe P/The population bomb(Ehrlich, Paul) (Christian VANDERMOTTEN) Bookchin, Murray (1921-2006)(Alexander FEDERAU) Boucles de rétroaction(Anne TEYSSÈDRE) Bouddhisme(Jean-Marc FALCOMBELLO) Boulding, Kenneth Ewart (1910-1993)(Éloi LAURENT) Burroughs, John (1837-1921)(Thierry PAQUOT) Callicott, John Baird (1941-)(Catherine LARRÈRE)
Capacité de charge/Carrying capacity(Marc LEANDRI) Capital(Paul-Marie BOULANGER) Capitalisme(Gaël GIRAUD et Cécile RENOUARD) CarboneCarson, Rachel (1907-1964)Castoriadis, Cornélius (1922-1997)(Serge LATOUCHE) Catastrophes(François WALTER) Catastrophisme (point de vue 1)(Olivier GODARD) Catastrophisme (point de vue 2)(Jean-Pierre DUPUY) Catastrophisme et démocratie(Luc SEMAL) CertificationChangement climatiqueCharbonneau, Bernard (1910-1996)(Thierry PAQUOT) Charte de l’environnement(Marie-Anne COHENDET) Chimie verte(Pierre-Philippe CHAPPUIS) Christianisme(Jean-Claude ESLIN) Cinéma(Thierry PAQUOT) Circuits courts(Sophie DUBUISSON-QUELLIER) Climat (général)(Augustin FRAGNIÈRE) Climat (histoire)(Jean-Baptiste FRESSOZ) Climat (science et épistémologie)(Michel CRUCIFIX) Climato-scepticisme(Stéphane FOUCART) Commerce équitable(Delphine POUCHAIN) Commoner, Barry (1917-2012)(Alexander FEDERAU) Communauté(Paul-Marie BOULANGER) Communication environnementale(Thierry LIBAERT) Compensation carbone(Augustin FRAGNIÈRE) ComplexitéConcertation(Loïc BLONDIAUX) Conférence de citoyens(Pierre-Benoît JOLY) Conflits d’aménagement(Patrice MELÉ) Conscience cosmique(Gérald HESS) Conservation(Catherine LARRÈRE) Consommation (durable)(Sophie DUBUISSON-QUELLIER) Constitutions(Frédérique RUEDA) Contrat environnemental(Mathilde HAUTEREAU-BOUTONNET) Contrat naturel(Serres, Michel) (Alain PAPAUX) Convention sur la diversité biologique(Catherine AUBERTIN) Conventions(Sandrine MALJEAN-DUBOIS) Coopération(Ronald JAUBERT) Copenhague 2009/Paris 2015(Benoît FARACO) Corps et limites(Jean-François TOUSSAINT) Création(Cécile RENOUARD) Croissance(Christian ARNSPERGER) Cycles (grands) biogéochimiques(Eric VERRECCHIA) Daly, Herman Edward (1938-)(Yannick MAHRANE)