L'environnement

-

Livres
318 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


Ce livre s'adresse à tous ceux qui sont curieux et ils sont de plus en plus nombreux - de comprendre comment l'homme et ses créations agissent sur l'environnement et réciproquement.


Le lecteur est invité à découvrir ou redécouvrir les rapports entre l’homme, la société, la vie, la Terre et à construire une nouvelle représentation de l’homme dans son environnement. Face aux problématiques environnementales, nos modèles semblent dépassés, nos représentations obsolètes. Il s’agit d’aider à trouver une harmonie de fonctionnement entre la société humaine et la planète, permettant d’améliorer l’efficacité de nos organisations.


Volontairement non polémique, les auteurs –scientifique et/ou économiste –ont voulu fournir à chacun les sources, les arguments souvent scientifiques pour se forger sa propre conviction.


Les auteurs qui ont largement utilisé les travaux de nombreux chercheurs tiennent à remercier particulièrement l’Ecole des Métiers de l’Environnement pour son soutien dans l’écriture et la publication de cet ouvrage.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 35
EAN13 9782847691849
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0127€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

L’ENVIRONNEMENT :
COMPRENDRE ET GÉRER

COLLECTION « QUESTIONS DE SOCIÉTÉ »
dirigée par Luc BOYER

L’ENVIRONNEMENT :
COMPRENDRE ET GÉRER

Luc BOYER
Marielle GUILLE

3, chemin de Mondeville
14460 COLOMBELLES

Remerciements
Les auteurs tiennent à remercier tous ceux qui les ont aidés, accompagnés dans
la réalisation de ce livre.
Ils remercient tout particulièrement l’École des Métiers de l’Environnement
(campus de Ker Lann – Rennes. Cette école forme des étudiants, suivant le
cursus LMD, à la gestion de l’environnement) dont le soutien a été déterminant
pour l’édition de l’ouvrage.

er
Le Code de la propriété intellectuelle du 1juillet 1992 interdit expressément la photocopie à
usage collectif sans autorisation des ayants droit. Or, cette pratique s’est généralisée dans les
établissements d’enseignement supérieur, provoquant une baisse brutale des achats de livres, au
point que la possibilité même pour les auteurs de créer des œuvres nouvelles et de les faire éditer
correctement est aujourd’hui menacée.

© Éditions EMS, 2006

Nous rappelons donc qu’il est interdit de reproduire intégralement ou partiellement sur quelque
support que ce soit le présent ouvrage sans autorisation de l’auteur, de son éditeur ou du Centre
français d’exploitation du droit de copie (CFC) 3, rue Hautefeuille, 75006 Paris (Code de la
propriété intellectuelle, articles L. 122-4, L. 122-5 et L. 335-2).

ISSN : 1777 – 439X
ISBN 10 : 2-84769-062-X / ISBN 13 : 978-2-84769-062-0

Sommaire

Introduction ..............................................................................................................9
Chapitre 1 : Écologie et analogie ............................................................................15
1. Problématique ........................................................................................................17
2. La notion de système complexe............................................................................ 19
3. Le cas des écosystèmes......................................................................................... 20
4. Composants et principes permanents des écosystèmes........................................ 21
5. Les problématiques des écosystèmes.................................................................... 23
6. Les métarègles de stratégie d’évolution des systèmes complexes ........................25
7. Modalités d’approche ............................................................................................26
COMPRENDRE...................................................................................................... 29

PARTIE 1 : SOUS L’ORGANISATION, LE SYSTÈME.....................................

3

1

Chapitre 2 : L’homme..............................................................................................33
1. La personne et le concept d’organisme vivant ......................................................35
2. La structure de la personne................................................................................... 38
3. Le métabolisme de l’homme .................................................................................40
4. Stratégie personnelle et évolution individuelle .....................................................42
5. La régulation de l’organisme humain................................................................... 45
6. Enjeux et défis à relever, leviers........................................................................... 47
Chapitre 3 : L’entreprise .........................................................................................51
1. L’entreprise – système ...........................................................................................53
2. Structure de l’entreprise........................................................................................ 58
3. Le métabolisme industriel..................................................................................... 62
4. Stratégie et évolution de l’entreprise.................................................................... 63
5. Régulation............................................................................................................. 67
6. Implications de l’approche................................................................................... 69
Chapitre 4 : La ville .................................................................................................73
1. La notion d’écosysteme urbain............................................................................. 75
2. La structure de la ville ...........................................................................................79
3. Le métabolisme des villes..................................................................................... 80
4. Stratégie des villes et évolution............................................................................ 81
5. Les régulations du système urbain........................................................................ 84
6. Implications essentielles de l’approche .................................................................85
Chapitre 5 : L’État ...................................................................................................91
1. L’État et la notion d’ecosystème........................................................................... 93
2. La structure de l’État .............................................................................................97

6L’ENVIRONNEMENT : COMPRENDRE ET GÉRER

3. Le métabolisme de l’État...................................................................................... 98
4. Stratégie et évolution de l’État ..............................................................................98
5. Les régulations de l’État....................................................................................... 101
6. Implications essentielles de l’approche ................................................................. 103
Chapitre 6 : L’économie...........................................................................................107
1. L’économie un système complexe........................................................................ 109
2. Structure et organisation de l’économie mondiale ................................................113
3. Le métabolisme économique .................................................................................113
4. Dynamique et évolution du système économique................................................ 115
5. Les régulations de l’économie.............................................................................. 117
6. Implications de l’approche ....................................................................................118
Chapitre 7 : La société .............................................................................................121
1. La société et la notion d’écosystème.................................................................... 123
2. La structure de la société ....................................................................................... 126
3. Le métabolisme sociétal ........................................................................................ 127
4. L’évolution des sociétés humaines....................................................................... 129
5. Les régulations dans la société .............................................................................. 131
6. Enjeux et leviers pour les sociétés humaines ........................................................ 133
PARTIE 2 : L’ÉCOSPHÈRE, UN MÉGA-SYSTÈME COMPLEXE ................135

Chapitre 8: Notre planète un méta-système complexe .........................................137

Chapitre 9 : L’organisation du système planétaire...............................................147
1. Les éléments du système planétaire...................................................................... 150
2. Les facteurs........................................................................................................... 157
Chapitre 10 : Le métabolisme planétaire...............................................................161
1. Echanges et utilisation de l’énergie...................................................................... 163
2. Les flux de matières : un recyclage permanent.................................................... 170
3. Le métabolisme global est un méta-processus ...................................................... 177
Chapitre 11 : Évolution du système de vie planétaire ..........................................179
1. L’origine de la Terre.............................................................................................. 181
2. La maturation de la biosphère ............................................................................... 186
3. De la biosphère a l’écosphère.............................................................................. 189
4. Tendances fortes et incertitudes............................................................................ 191
Chapitre 12 : Régulations du système et facteurs de perturbation.....................195
1. Régulation et adaptation du système de vie planétaire ......................................... 197
2. Les facteurs de perturbation du bon fonctionnement de la planète...................... 200
3. Imprévisibilité partielle de l’évolution du système terrestre................................ 204

... POUR GÉRER.................................................................................................... 208

SOMMAIRE7

Chapitre 13 : L’environnement et les risques d’organisation hors nature.........209
1. Notre environnement, un système complexe........................................................ 211
2. La forme de l’interaction homme/environnement................................................ 215
3. Vers une révision de l’evaluation des impacts environnementaux ........................ 216
4. Les risques d’organisations hors nature................................................................ 220
Chapitre 14 : Les lignes directrices de la durabilité .............................................225
1. Pourquoi gérer notre environnement ? .................................................................. 227
2. Comment gérer notre environnement ? ................................................................. 227
3. Les commandements croisés de l’approche
systémique et de l’écologie industrielle................................................................ 228
4. Le choix d’indicateurs pertinents.......................................................................... 233
PARTIE 3 : GUIDE PRATIQUE............................................................................235

Chapitre 15 : Quiz des concepts intégrateurs........................................................237
1. Conceptogramme des concepts organisateurs de la complexité........................... 239
2. Quiz....................................................................................................................... 240
Chapitre 16 : Questions réponses : pourquoi l’approche systémique ?..............251
1. Clarifications conceptuelles.................................................................................. 253
2. Mise en œuvre de l’approche systémique ............................................................. 254
3. Formation à la pensée systémique........................................................................ 256
Chapitre 17 : Testez votre systémic attitude..........................................................259
1. Jeu des phrases contrastées................................................................................... 261
2. Quelles compétences pour penser et agir dans
les environnements complexes ? ........................................................................... 267
Chapitre 18 : Agissez tout de suite..........................................................................273
1. Exercices............................................................................................................... 275
2. Corrigés et commentaires ...................................................................................... 277
Épilogue ....................................................................................................................281

Glossaire systémique ................................................................................................285

Glossaire des noms propres ou notes biographiques ............................................295

Index des mots-clés...................................................................................................301

Index des tableaux et schémas...............................................................................307

Bibliographie ............................................................................................................313

INTRODUCTION


INTRODUCTION11
Ce livre propose de vous faire découvrir ou redécouvrir, grâce à une
approche globale, les rapports entre l’homme, la société, la vie et la Terre. Prendre
connaissance de ces rapports, c’est comparer, associer, dissocier, lier, trier,
ordonner, imaginer ; c’est se construire une nouvelle représentation de
l’homme dans son environnement.
De ce fait, il s’adresse à tous ceux qui sont curieux – et ils sont de plus en plus
nombreux – de comprendre comment l’homme et ses créations agissent sur
l’environnement. Et réciproquement.
Volontairement, nous n’avons pas voulu faire de cette réflexion un livre
polémique : nous avons voulu que chacun y puise les sources, les arguments
souvent scientifiques pourse forgerses propres convictions ; comprendre
pour mieuxgérer notreenvironnement nous a paru un enjeu déjà bien
ambitieux.
Aujourd’hui, face à des problématiques environnementales tant locales que
globales, face à la difficulté d’appréhender les situations et les réponses à apporter,
face aux incertitudes dans l’évaluation des conséquences de nos actions, face à
la difficulté ressentie croissante de faire des choix, de prendre des décisions qui
engagent son foyer, son entreprise, sa ville, son pays, ou l’humanité, et aussi face
à la prise de conscience de la vulnérabilité de nos organisations,nos modèles
semblent dépassés, nos représentations obsolètes.
Il nous faut donc renouveler notre façon de penser l’homme dans son
environnement.
L’enjeu est de développer sur la durée des organisations solides et
adaptables, de savoir lire les situations et les informations provenant de notre
environnement pour réviser, adapter nos stratégies, nos décisions et nos actions.
Une conception innovante des rapports entre l’homme et son environnement
consiste à trouver une harmonie de fonctionnement d’ensemble,permettant
d’améliorer l’efficacité de nos organisations. L’harmonie est définie comme
les « rapports entre les parties d’un tout, qui font qu’elles concourent à un même
effet d’ensemble ». Vouloir trouver l’harmonie entre la société humaine et la
planète, sous-entend d’abord que nous reconnaissons faire partie d’un tout,
l’univers ; que l’univers partage avec ses parties, la vie, l’homme, la même évolution.
En fait, l’univers, la vie et l’homme sont unis dans une même évolution qui a
commencé il y a 15 milliards d’années avec le Big Bang. Cette évolution est
marquée par une complexité croissante. Elle lie les particules, les atomes, les
molécules, les étoiles, les cellules, les organismes, les êtres vivants, les hommes,
les sociétés… Les composants et les principes de fonctionnement de notre corps
sont aussi ceux des organisations humaines, de la planète.
Les progrès de la biologie, de la cybernétique et de l’écologie ont mises en
évidence le caractère commun entre l’homme, la société, la vie, la Terre : ce sont
des systèmes complexes. Cette similitude nous permet de trouver la méthode et
l’outil communs nécessaires à l’observation et l’analyse : la méthode, qualifiée
d’approche globale ou d’approche systémique, et l’outil le macroscope (De
Rosnay, 1975). La systémique est une démarche permettant de mieux
comprendre la complexité et en conséquence de mieux agir.


12L’ENVIRONNEMENT : COMPRENDRE ET GÉRER
En pensant systèmes, nous allons essayer d’approcher cette complexité. Depuis
la définition symbolique de Joël de Rosnay, l’ordinateur a concrétisé l’outil
symbolique du macroscope et contribué à faire naître un nouveau mode de pensée :
l’intelligence de la complexité (E. Morin). Elle se fonde sur une approche unifiée
des processus d’auto-organisation et d’évolution des systèmes complexes.

Société

Planète

Complexité

Actions

Complexité

Perceptions

Schéma introductif : Actions sur l’environnement et perceptions

Notre livre se compose de 4 grandes parties :

La première est centrée surles organisations humaines, et propose une
observation de ces organisations à différents niveaux d’intégration que sont
l’homme, la ville, l’entreprise, l’État, l’économie, la société.
La seconde partie aborde l’écosystème terrestre, comme dernier niveau
d’intégration. Chaque fois, nous nous attacherons à établir le caractère complexe des
systèmes étudiés, nous définirons les contraintes et ressources de ces systèmes,
leur fonctionnement, les stratégies qu’ils développent et les régulations qu’ils
mettent en place. Enfin, nous donnerons des pistes de réflexion pour
appréhender l’avenir.
Les parties suivantes donnent les éléments pour maintenir ou améliorer le
fonctionnement des différents systèmes. Ainsi, la troisième partie traite du
développement durable en tant que clef de voûte des stratégies de
développement.Elle éclaire les éléments dont nous disposons pour gérer nos organisations
et les faire évoluer.
La quatrième partie constitue un guide personnelpermettant de développer et
d’appliquer l’approche systémique. Vous y trouverez d’abord un quizz des
concepts utilisés dans ce livre ; ensuite un test vous permettra d’identifier, par vos

INTRODUCTION13

attitudes face à différents types de situations, vos points forts et vos points faibles
pour appréhender l’avenir. Enfin, un ensemble de questions / réponses vous
permettra de reformuler les aspects opérationnels de l’approche systémique.
En revisitant notre représentation du monde quitte à rendre celui-ci plus
complexe à comprendre, en proposant de nouveaux modèles représentants son
fonctionnement, en précisant les processus qui lient l’homme à l’univers, nous
espérons indiquer quelques voix pour une gestion plus harmonieuse de la vie sur
notre planète.
Il s’agira d’y trouver les clefs pour penser nos actions et nos stratégies
durablement.
L’approche systémique nous fait découvrir ou redécouvrir que nous vivons
dans des processus dont les ramifications nous lient au fonctionnement de
l’entreprise dans laquelle on travaille, mais aussi à celui de la ville, de l’État,
de la société dont on fait partie, au niveau local ou global. Notre intérêt
commun est que notre planète perdure et que nos organisations soient
pérennes, afin qu’elles nous procurent les ressources nécessaires à notre
survie, le travail, une rémunération nous permettant, ainsi qu’à nos
descendants, d’accéder à d’autres ressources, à l’autonomie et à une certaine
forme d’indépendance. En mettant en évidence les liens, les interactions et
rétroactions, elle montre la voie d’une nouvelle logique de fonctionnement
basée sur le service à l’autre parce que cela profitera à tous (Mougin, 2004).
L’efficacité d’un individu, d’une fonction ou d’un organisme dans une
organisation plus vaste ou au sein de l’écosystème planétaire, sera mesurée par
sa capacité à aider les autres à travailler mieux.

CHAPITRE 1

ÉCOLOGIE ET ANALOGIE

« L’écologie appartient à tout ceux
qui font un usage cohérent et respectueux
de ses concepts et de ses lois.
Ce qui caractérise une science,
c’est l’universalisation possible de ses applications. »

Philippe ESQUISSAUD

Résumé
Il existe une approche commune permettant de mieux décrire et de mieux
comprendre les interactions entre l’homme et son environnement. Cette
approche, la systémique, s’applique aussi bien à la cellule qu’à l’économie,
à l’entreprise ou à l’écologie.
Cette approche utilise des notions de base communes aux modèles
biologiques, économiques et écologiques : la notion de système (système vivant,
système économique, écosystème) qui relie une série d’ensembles (l’énergie
et son utilisation, les flux, les cycles et les réservoirs, les réseaux de
communication, les catalyseurs et agents de transformation, le rétablissement des
équilibres, la stabilité, la croissance et l’évolution…).
Le caractère commun entre ces différents objets d’étude est qu’ils constituent
dessystèmes complexes. Cette notion est très féconde, carelle permet de
dégager des invariants, des principes généraux, structuraux et
fonctionnels pouvant s’appliquer aussi bien à un système qu’à un autre: la Terre,
une organisation, une ville, une entreprise, un fleuve, un problème
environnemental, l’économie, la société, un système politique. Ces grandes forces de la
nature sont les lois de la thermodynamique, de la conservation de la matière,
les lois et les règles de l’auto-organisation, les principes de l’évolution, de
l’autorégulation. Ces lois constituent des tendances fortes, des pesanteurs et des
contraintes incontournables à la conduite de tout système complexe. Elles
constituent desmétarègles. C’est-à-dire des règles pour écrire les règles.
Démarche opérationnelle, la systémique peut dès lors constituer un véritable
outil de management, de conduite de ces systèmes. Elle ouvre la voie à un
développement conscient, dans lequel la responsabilité humaine prend tout
son sens.
La biologie et l’écologie se trouvent enrichies, leurs champs d’application
adaptés à l’interaction intense entre le naturel et l’artificiel.

1. PROBLÉMATIQUE

ÉCOLOGIE ET ANALOGIE

« Notre problème est la complexité »Michel Serres.


17

Depuis les temps géologiques sont apparus des systèmes de plus en plus complexes.

Echelle logarithmique
INFINIMENT GRAND

25
10

20
10

15
10

10
10

5
10

2
10
1
-2
10

-5
10

-10
10

-15
10

{

- Univers connu

- Galaxie

- Systéme solaire

- Soleil

- Terre

ANIMAUX

MICROBES

ATOMES

Sens du Temps

De l'Evolution

VIRUS
MOLECULES

PARTICULES ELEMENTAIRES

INFINIMENT PETIT

SOCIETES
CITES

CLANS

HOMME

INFINIMENT COMPLEXE

Schéma 1 a : L’infiniment complexe

Cette évolution, orientée dans le sens du temps, a été marquée par des transitions
de diverses natures. Les plus récentes dans l’histoire des hommes sont ainsi la
révolution agricole, la révolution industrielle, et actuellement, la révolution de
l’information et de la communication.

Ces transitions conduisent à un accroissement de la complexité de la société et
des organisations, systèmes et réseaux dont nous avons la responsabilité. Cette
complexité croissante s’accompagne, au-delà d’un certain seuil de l’apparition
de psychismes de plus en plus riches, facteur supplémentaire d’accroissement de
cette complexité.

18L’ENVIRONNEMENT : COMPRENDRE ET GÉRER

Celle-ci défie nos méthodes traditionnelles d’analyse et d’action, nous
empêchant de discerner les vrais enjeux, rendant très limitées nos capacités de vision,
de décision et donc de gestion de notre environnement. Rendre intelligible cette
complexité devient une obligation sociale, politique, civique, économique,
écologique… et constitue un facteur essentiel de notre adaptation individuelle et
collective à cette évolution. L’enjeu est important : les évolutions sont en
accélération, les effets rétroagissent sur leurs causes, des propriétés nouvelles
émergent rendant difficile la prévision des conséquences de nos actions, dont la
portée est double (locale et globale). Le questionnement actuel sur le changement
climatique en est une bonne illustration, et pose lui-même une autre question :
celle des conditions futures de vie de l’homme et de ses organisations. La crise
de la vache folle, quant à elle, révèle les lacunes de l’école et permet de jeter les
bases d’une pédagogie future, pour identifier ce qu’il y a lieu d’apprendre et
pourquoi (Giordan, 2002). La crise de tel ou tel pays attire l’attention sur les
risques d’implosion de systèmes sociétaux proches de nos systèmes
occidentaux : elle conduit à s’interroger sur les signaux d’alerte et leur lecture, sur les
solutions à mettre en œuvre pour prévenir de telles crises et reconstruire les
systèmes (Lagadec, 2003).
Maîtriser la complexité s’affirme alors comme la condition nécessaire pour
appréhender l’avenir, et constitue la clé de notre futur.

Si nous bénéficions d’une certaine expérience dans l’exploration et l’analyse de
l’infiniment petit et de l’infiniment grand, nous devons apprendre à observer et
analyser l’infiniment complexe. La meilleure maîtrise de cette dimension de
notre univers repose sur d’autres avancées, en particulier d’ordre :
– technologique (capacités de capter, mesurer, enregistrer, modéliser les
informations pertinentes),
– conceptuel, c’est-à-direla capacité de l’homme à penser la complexité.

Pour progresser dans ce contexte, nous disposons d’une méthode :l’approche
systémique. Véritable fil d’Ariane, elle permet aussi bien d’éclairer notre analyse du
climat, que notre analyse de la crise de la vache folle ou de telle situation
régionale. Elle éclaire les métarègles du management par projet (Jolivet, 2003), elle est à
la base de l’approche processus orientée clients (Mougin, 2004), elle enrichie les
nouveaux raisonnements stratégiques individuels, commerciaux, sociaux (Boyer,
1999). Elle permet d’appréhender les grandes batailles de l’énergie, de l’eau,
d’identifier les défis essentiels de nos sociétés (Giordan, 2002). Elle permet de
définir l’éducation pour l’ère planétaire (Morin, 2003).

L’approche systémique est une méthodologie de représentation, de modélisation.
« Elle permet de prendre du recul pourmieux voir, de relierpour mieux
comprendre, de situer pour mieux agir. »

ÉCOLOGIE ET ANALOGIE
2. LA NOTION DE SYSTÈME COMPLEXE


19

Un système est la totalité organisée d’un ensemble d’unités actives et solidaires
(éléments) en relation – interaction entre elles et en relation – interaction avec
un ou des environnements par l’intermédiaire de flux.

La notion de système repose sur plusieurs concepts fondamentaux : la notion
d’interaction, de totalité, d’organisation et de complexité.
L’interactionentre les éléments d’un système est l’action réciproque modifiant
le comportement ou la nature de ces éléments.
Un système est plus que la somme de ses éléments. Le tout est davantage qu’une
forme globale, il implique l’apparition dequalités émergentesque ne
possédaient pas les parties. Réciproquement, il est impossible de connaître les parties
sans connaître le tout.
L’organisationest l’agencement de relations entre composants qui produit une
nouvelle unité possédant des qualités que n’ont pas ses composants.
L’organisation revêt deux aspects complémentaires : un aspect structurel et un
aspect fonctionnel. L’organisation implique l’idée d’une certaine permanence ou
stabilité sans laquelle une organisation ne saurait être décrite (Durand, 1979)

Dans sonaspect structurel, le système comprend :
– une limite, qui peut être difficile à établir de par les fortes interactions entre le
système et son environnement ;
– des éléments organisés ;
– un réseau de transport et de communication (réseau d’interrelations) ;
– des réservoirs (lieux de stockage des matières, de l’énergie, des informations
sous toutes leurs formes).

Dans sonaspect fonctionnel, un système comporte :
– des flux de matières, d’énergie, d’informations. Ils circulent dans les divers
réseaux et transitent dans les réservoirs du système ;
– des centres de décision, qui reçoivent les informations et les transforment en
actions, en agissant sur les débits des différents flux ;
– des boucles de rétroaction, qui informent les décideurs de ce qui se passe en
aval afin de leur permettre de prendre des décisions pertinentes ;
– des délais, qui permettent de procéder aux ajustements dans le temps
nécessaires à la bonne marche du système ;
– des entrées, des sorties, qui traduisent l’ouverture ou la fermeture du système
vers l’extérieur, et matérialisent les rapports à l’environnement. Ainsi, un système
ouvert est en relation permanente avec son environnement. Il échange énergie,
matière, informations utilisées dans le maintien de son organisation. Il rejette
dans l’environnement de l’entropie, énergie « usée ».
Il s’inscrit dans le temps et il évolue.


20L’ENVIRONNEMENT : COMPRENDRE ET GÉRER
La complexité apparaît dans l’agencement interne du système selon des
structures hiérarchisées, composées de niveaux d’organisation en relations
fonctionnelles.Le degré de complexité d’un système dépend à la fois del’abondance et
de la diversité des éléments qui le constituent, de la nature des interactions entre
ces éléments et du nombre et de la variété des liaisons qui relient entre eux ces
éléments. Il caractérise ce qu’on peut appeler l’originalité du système et mesure
la richesse de l’information qu’il contient. La complexité apparaît comme une
dimension essentielle et universelle des systèmes. La cellule, une ville, un
écosystème sont des exemples de systèmes complexes.

Notre vision du monde est un modèle, servant de base à nos décisions.
Le raisonnement analogique autorise le rapprochement de domaines
différents. Il permet de transposerdes notions pertinentes pourun domaine
dans un autre domaine où elles le sont aussi. C’est un outil systémique.
Pour servir la finalité de notre livre, deux analogies vont se révéler
particulièrement intéressantes : l’analogie des écosystèmes et celle des organismes vivants.
La première éclaire notre compréhension des interfaces entre un système et son
environnement, l’autre le système lui-même. Ces analogies vont nous permettre
de transformer notre modèle de vision du monde.

3. LE CAS DES ÉCOSYSTÈMES

Un écosystème contient fondamentalement deux sous-systèmes en interaction
forte : la biocénose, c’est-à-dire l’ensemble des êtres vivants et le biotope,
c’est-à-dire le milieu dans lequel ils vivent et ses caractéristiques
physico-chimiques. L’écosystème définit alors un espace géographique particulier : une
prairie, une forêt, un étang, l’océan, la planète. Ces écosystèmes sont reliés
entre eux par des relations d’inclusions et d’interdépendances au sein du vaste
écosystème planétaire.

Une hypothèse unificatrice va nous permettre de poser
à la représentation :

les bases nécessaires

Nature et technologie sont impliquées dans un réseau d’interactions tel,qu’il est
possible de généraliser la notion d’écosystème à la totalité des régions
constituant l’environnement humain.

En fait, les systèmes regroupant des espèces vivantes en interdépendance, et par
extension, les systèmes regroupant des êtres vivants, les concepts, les
productions et les résultats des activités humaines, en interdépendance seront qualifiés
d’écosystèmes.

Cette hypothèse a deux implications importantes :


ÉCOLOGIE ET ANALOGIE21
D’abord, l’homme et ses organisations, systèmes, réseaux, sont des
composants, des parties, de l’écosystème global.
Ensuite, les lois de l’écologie vont pouvoir leur être appliquées.

Le modèle des écosystèmes est très fécond et l’écologie nous permet de dégager
des principes généraux, structuraux et fonctionnels pouvant s’appliquer à tout
système complexe : ces métarègles de la nature, c’est-à-dire ces règles pour
écrire les règles (Jolivet, 2003), nous permettront une véritable investigation dans
nos systèmes et situations, et peut-être une révision de nos valeurs.

Les êtres vivants, les organisations humaines qui composent en partie un
écosystème sont en interaction avec celui-ci. Ils échangent énergie, informations,
matière. Ils rejettent dans leur environnement de l’énergie usée, des déchets.
Ceux sont des systèmes ouverts. Systèmes ouverts et écosystèmes sont en
interactions constantes, les uns modifiant les autres et se trouvant modifiés en retour.

Ressources
non limitées

ÉCOSYSTÈME

Schéma 1 b : Un écosystème de type I

Déchets
non limités

Explorons rapidement les spécificités des écosystèmes et des organismes vivants.

4. COMPOSANTS ET PRINCIPES PERMANENTS DES
ÉCOSYSTÈMES

Les écosystèmes sont soumis à des principes
matière, de temps et d’information :

L’énergie

autour des notions d’énergie, de

Principe de conservation de l’énergie
La quantité totale d’énergie de l’univers (système fermé) reste constante.


22

L’ENVIRONNEMENT

: COMPRENDRE ET GÉRER

Principe de dégradation de l’énergie
La qualité de cette énergie se dégrade de manière irréversible.

Tout mouvement, tout déplacement, toute transformation, information, exige de
l’énergie. Les systèmes consomment donc de l’énergie et retournent à leur
environnement extérieur de l’entropie, énergie usée.

La matière

Principe de conservation de la matière :
La quantité de matière qui transite dans la biosphère reste constante, mais circule.

Le temps

Principe de conservation du temps : c’est le maintien d’un équilibre entre
vitesse d’organisation et vitesse de désorganisation.

Le temps a en effet deux composantes : celle de l’accroissement de l’entropie
(définition classique du temps), celle de l’accroissement de la complexité, de
l’information, de l’organisation.

Toute organisation reste soumise à la dégradation, à l’usure, au vieillissement.
La destruction de l’organisation d’une société humaine peut même être très
rapide. Chaque activité créatrice (dans la nature ou la société) contribue à
l’organisation du monde, à le faire avancer vers des états de complexité plus
élevée, et est analogue à une réserve de temps.

•L’information
L’information est le contenu d’un message capable de déclencher une action.
Autrement dit, l’information est à la fois une acquisition de connaissances
(s’informer) et un pouvoir d’action (informer, donner forme à).

Les composants permanents d’un système sont :
– des entrées et des produits (sorties) ;
Elles résultent des échanges entre le système et l’extérieur.
– des ressources ;
La matière ou le matériau, l’énergie, l’espace ou le paysage, le temps, la
diversité sont des ressources de base des écosystèmes.


ÉCOLOGIE ET ANALOGIE23
– des contraintes ;
Ce sont toutes les conditions de l’environnement, et celles inhérentes à l’espace
du système.
– une stratégie ;
C’est l’art de combiner des moyens pour atteindre un objectif. La stratégie
implique une vision dynamique et de long terme du système. Elle résulte de
l’analyse de l’environnement, du diagnostic interne du système, de la définition
des finalités et objectifs. Elle permet d’adapter l’évolution du système à son
environnement.
– des rétroactions.
Il s’agit du retour des informations qui vont permettre de maintenir la stratégie,
de la réviser.

5. LES PROBLÉMATIQUES DES ÉCOSYSTÈMES

1. Les rapports avec l’environnement

Chaque système a son environnement propre qui est constitué de l’ensemble des
systèmes avec lesquels il entretient des relations. Ces interactions système –
environnement sont représentées au niveau du système comme des entrées et sorties
(énergie, matière, informations). Les systèmes les plus ouverts sont généralement
ceux qui réagissent le mieux et peuvent s’adapter face aux conditions changeantes
de cet environnement. Ils doivent cependant garder un certain degré de fermeture
pour assurer leur maintien et leur identité. L’écosystème est un niveau
d’organisation comportant des systèmes vivants intégrés dans un milieu de survie. Il constitue
donc l’environnement relationnel du système considéré. Les écosystèmes sont
euxmêmes intégrés dans des écosystèmes plus vastes, jusqu’à l’échelle de la biosphère.

2. L’organisation hiérarchique des systèmes

L’organisation est une propriété clé de tout système. Elle apparaît dans un cadre
spatial ou temporel : un système peut émerger soit par rassemblement de
plusieurs systèmes existants soit à la suite d’une longue évolution. Dans les deux
cas, il y a complexification et superposition de niveaux hiérarchiques. Si le tout
est plus que la somme de ses parties, il subit aussi quelques contraintes
organisationnelles : c’est ainsi que la cellule qui porte en elle l’information génétique
de tout l’organisme ne peut utiliser au sein de cet organisme qu’une partie de
cette information.

3. La conservation des systèmes

Tout système doit assurer sa conservation, sa survie. Les systèmes complexes ne
se maintiennent qu’à travers l’action, le changement. Leur identité ne provient


24L’ENVIRONNEMENT : COMPRENDRE ET GÉRER
pas de la fixité de leurs composants, mais de la stabilité de leur organisation à
travers les flux qui les traversent. On parle d’homéostasie. Il s’agit d’un
processus complexe à nombreux composants. Le maintien du système s’effectue par un
renouvellement constant de ses composants sans que son identité soit changée.
Le système vivant fabrique lui-même ses propres constituants à partir
d’éléments fournis par son environnement et réorganise sa propre structure.

4. Le besoin de variété

La variété d’un système est le nombre de configurations ou d’états que ce
système peut revêtir. Cette variété provient de deux sources : la première est propre
au système, la seconde à l’environnement actif de celui-ci.
Tout système a besoin de variété : la variété constitue une sorte de réservoir dans
lequel le système puise pour assurer son équilibre et une certaine marge
d’adaptation.Dans un écosystème, on parle de biodiversité. Les systèmes vivants
possèdent ainsi une réserve de variété leur permettant d’utiliser un autre élément
ou un autre circuit en cas de défaillance d’un de leurs éléments ou de leurs
circuits vitaux.La disposition d’une certaine marge de variété permet aux
systèmes évolués de trouver des solutions adaptées aux défis qu’ils ont à
releveren vue :
– d’établir une bonne coordination de leurs comportements ;
– de trouver des réponses adaptées aux perturbations en provenance de leur
environnement ;
– d’apprendre de nouveaux comportements ou d’innover.

5. L’évolution des systèmes

En fonctionnant, un écosystème, un système se transforme, il évolue. Cette
évolution est créatrice, inventrice, conceptrice.
Ce processus très général englobe l’évolution prébiologique (celle de la Terre
avant l’apparition de la vie), l’évolution biologique (celle de la vie) et
l’évolution des sociétés humaines.
Afin d’étendre le concept de l’évolution des systèmes biologiques aux systèmes
sociaux, il faut repérer les trois mécanismes de l’évolution :génération de
diversité, maintien, sélection. En effet, toute évolution repose obligatoirement
sur la combinaison de ces processus. La nature « a inventé » de nombreuses
contributions à ces mécanismes. Ainsi, la sélection naturelle ne se réduit pas à la
compétition et la lutte, ce qu’a imposé une vision réduite de l’œuvre de Darwin
aussi bien à la nature que dans les sociétés. La nature met en œuvre de
nombreux systèmes de symbioses et de solidarités qui ont joué un rôle dominant dans
toute l’évolution biologique et sans lesquels il serait impossible de comprendre
le fonctionnement des écosystèmes (J.-M. Pelt, 2004).
J. de Rosnay propose une théorie générale de l’auto-organisation et de la
dynamique des systèmes complexes, qu’il appelle aussi la symbionomie.


ÉCOLOGIE ET ANALOGIE25
Il s’agit d’une évolution généralisée, s’étendant des particules élémentaires aux
sociétés humaines, aux organisations construites par l’homme. Chaque cycle de
cette évolution comporte plusieurs phases : auto-organisation, co-évolution,
symbiose et émergence. Cette approche unifiée permet de décrire la naissance
d’une organisation complexe comme suit : « de multiples agents capables de se
reproduire et de maintenir leur structures et fonctions constituent une population
en co-évolution avec leur environnement. »

Le but de ce point de vue global de l’évolution est de parvenir à envisager sous
un mêmeéclairage les organisations de la vie et de la société, leur maintien
dans le temps et leur évolution.

6. LES MÉTARÈGLES DE STRATÉGIE D’ÉVOLUTION DES
SYSTÈMES COMPLEXES

Dans leur rapport à l’environnement, les écosystèmes biologiques ont
globalement évolué de ce que Allenby (1994) a appelé les écosystèmes de type I vers
les écosystèmes de type III .
Dans l’écosystème de type I, les ressources ne sont pas limitées.

Énergie
et
ressources
limitées

composants

ÉCOSYSTÈME
composants

composants

Schéma 1 c : Un écosystème de type II

Déchets
limités

Dans un stade d’évolution ultérieure, les ressources sont limitées, les organismes
vivants deviennent fortement interdépendants et forment des réseaux
d’interaction complexes. Les flux de matières entre les différents composants de
l’écosystème deviennent très importants, alors que les flux entrants et sortants
connaissent des limites imposées par la disponibilité des ressources et les
capacités d’accueil des déchets par l’environnement.


26

L’ENVIRONNEMENT

Énergie

: COMPRENDRE ET GÉRER

composants

comÉpCosOaSntYsSTÈME

composants

Schéma 1 d : Un écosystème de type III

L’écosystème de type II est plus efficace que le type I mais n’est pas viable à
long terme. Les flux y sont unidirectionnels : les ressources diminuent et les
déchets continuent à augmenter inexorablement.

Pour devenir vraiment viables, les écosystèmes ont évolué jusqu’à fonctionner
de manière entièrement cyclique. Dans ce cas, il est impossible de distinguer
entre les ressources et les déchets, car les déchets d’un organisme constituent
une ressource pour un autre organisme. Seule l’énergie solaire constitue un
apport extérieur. L’écosystème est de type III.

Pour parvenir à fonctionner de cette manière, les écosystèmes et leurs
composants ont développé des stratégies spécifiques.

Ces stratégies pour le maintien et l’évolution des organisations font intervenir
des grandes forces de la nature : lois et règles de l’auto-organisation, de
l’autocatalyse, de l’exclusion compétitive, de la hiérarchie des niveaux de
complexité, de la dynamique des évolutions ou de la sélection naturelle.
L’évolution symbionomique, stratégie durable, met ainsi en œuvre des
métarègles d’évolution des systèmes complexes : auto-organisation, co-évolution,
symbiose et émergence.

7. MODALITÉS D’APPROCHE

La finalité de ce livre en détermine les limites, le cadrage et le point de vue. Cet
ouvrage éclaire ainsi une partie choisie de notre réalité.
Mise en garde: afin de ne pas tomber dans des métaphores simplificatrices et
donc réductrices, il est indispensable de multiplier approches et points de vue.
Cette approche a ses limites. C’est dans celles-ci qu’elle doit être utilisée pour
améliorer la compréhension de notre environnement.


ÉCOLOGIE ET ANALOGIE27
Chaque chapitre y est constitué comme un tout pouvant être lu indépendamment
des autres.
Ces chapitres sont aussi liés entre eux pour servir l’objectif global du livre :
montrer l’intérêt de l’approche systémique dans la décision orientée
développement durable et intégrer les repères pour l’assimiler.

En abordant quelques systèmes, nous vérifierons les invariants qui les relient.
L’analogie des écosystèmes nous permettra de montrer l’intérêt global pour les
différents acteurs de nos sociétés, de s’engager dans une démarche active de
pensée systémique :décision dans l’incertitude et déve-comment concilier
loppement durable ?

Pour cela, retenons que les outils conceptuels, définis dans ce chapitre, et
nécessaires à l’étude des systèmes écologiques sont applicables à tout
système humain.

Grâce à la vision dynamique, l’écologie nous permet d’organiser nos
connaissances et donc de mieux comprendre la complexité des systèmes et de leurs
interrelations, de mieux comprendre et situer les effets et les conséquences de
nos décisions et de nos actions. Son outil d’observation est le macroscope,
« instrument de l’infiniment complexe et symbolique d’une nouvelle manière de
voir, de comprendre et d’agir » (J. de Rosnay, 1975).

L’analogie aux écosystèmes fournit une représentation mentale pour comprendre
les conséquences de nos systèmes de valeurs, de nos activités, de nos choix. Les
atteintes à l’environnement constituent pour les sociétés un questionnement
vital, ressenti par un nombre de plus en plus grand d’individus. Nous allons voir
également comment cette représentation peut nous permettre de modifier nos
valeurs et donc nos actions afin de gérer autrement nos systèmes économiques,
sociaux,… pour une plus grande durabilité.


28

L’ENVIRONNEMENT

: COMPRENDRE ET GÉRER

Mots-clés du chapitre 1

Analogie
Approche systémique
Biodiversité
Complexité
Développement durable
Écosystème
Énergie
Interaction
Métarègle
Symbionimie

COMPRENDRE…

L’entreprise, la ville, l’État, l’économie, la société sont quelques unes des
organisations des hommes. Ces organisations interagissent et sont liées entre elles
par des relations d’inclusions et d’interdépendance. Elles sont aussi en
interactions fortes avec les écosystèmes naturels. L’ensemble forme l’écosphère,
autrement dit notre environnement global et commun.
Pour comprendre ces systèmes, appréhender leur fonctionnement et leurs
interactions, nous allons nous placer, dans chacun des chapitres qui suivent, au cœur
de ceux-ci. Pour se maintenir et évoluer, ces systèmes sont confrontés
aujourd’hui à des enjeux majeurs : comprendre leur propre fonctionnement, apprendre
à lire les perceptions que leur donne leur environnement sur eux-mêmes,
développer et réviser objectifs et stratégie par rapport à des changements prévisibles.
Nous y découvrirons l’homme acteur individuel et collectif, d’un contexte local
et planétaire, grâce, en particulier, au processus décisionnel.

PARTIE1

SOUS L’ORGANISATION,
LE SYSTÈME