//img.uscri.be/pth/7471e29454290d50b2afb5baf1a420f6a5274988
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 1,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : MOBI - EPUB - PDF

sans DRM

Biopolitiques d'extinction du XXIe siècle

De
570 pages
Biopolitiques d'extinction du XXIe siècle traite des récents efforts des États du G8 - visant à installer de nouveaux « rapports socio- et géo-totalitaires de masse ». Ces derniers sont en fait fondés aujourd’hui sur un triple processus de nécro- et/ou de thanatopolitiques (in fine, bio- et physio-politiques, psycho- et neuro-politiques et socio- et géo-thanatopolitiques). Cet ouvrage est donc centré sur les notions d’« anti-soi », d’« anti-personnalisations actives », de « thanatopolitiques », de « crypto-politiques », de « schizo-politiques » ou encore de « nécro-politiques ». Ces notions permettent de définir les diverses biopolitiques de synthèse qui sont appliquées dans et autour des fosses coloniales et patriotiques du G8 depuis le début du XXIe siècle.
Voir plus Voir moins

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-89169-3

 

© Edilivre, 2015

Du même auteur

 

 

Du même auteur :

Psychanalyse de l’État et de la mondialisation.

Éditions Publibook 2005

Terrorismes d’État 2001-2025

Éditions Publibook 2012

Le Soi et le Self

Tome I Aspects politiques et exotiques

Éditions Publibook 2013

Totalitarismes et Oligarchismes du G8

Entre 2014 et 2045

Editions Publibook 2015

Biopolitiques d’extinction du XXIe siècle

 

 

Ce texte est protégé par les lois et traités internationaux relatifs aux droits d’auteur. Son impression sur papier est strictement réservée à l’acquéreur et limitée à son usage personnel. Toute autre reproduction ou copie, par quelque procédé que ce soit, constituerait une contrefaçon et serait passible des sanctions prévues par les textes susvisés et notamment le code français de la propriété intellectuelle et les conventions internationales en vigueur sur la protection des droits d’auteur.

Avertissement de l’auteur

Ce texte est issu de l’ouvrage princeps « Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045 » – qui a été édité en 2015 chez Publibook. Par rapport à l’ouvrage antérieur, le texte ci-dessous a été « essentialisé » puis « durci » tout en ne gardant que les chapitres en lien direct avec les notions d’« anti-Soi », de « non-Soi » et d’« anti-personnalisation des masses ». Ces notions transversales permettent d’identifier et de définir les innombrables « Nécropolitiques », « Biopolitiques » et autres « Thanatopolitiques » qui sont appliquées actuellement aux masses civiques mondiales (dont les « Biopolitiques » les plus thanatogéniques, les plus schizogéniques et les plus cryptogéniques – qui font rage aujourd’hui, dans tout le G8, depuis le début du XXIesiècle).

 

 

images1

Mandala – fait de 12 Runes – gravé dans le marbre « funéraire » de la salle des Généraux du Château de Wewelsburg sur ordre d’Heinrich Himmler – symbolisant le « Soi noir » ou l’« anti-Soi universel » (appelé improprement « Soleil Noir » ou « SchwarzeSonne ») – qui est le prototype de l’« anti-identité universelle idéale » (pure…) dont rêvaient les Nazis dans le cadre du projet ultra-oligarchique, géo-totalitaire et pan-extinctionnaire d’un « Vatican du 4e Reich » (« projet de liturgies politiques totalitaires » dédié à l’« anti-personnalisation universelle des masses civiques mondiales » et/ou à la « schizophrénisation avancée et furtive des masses mondiales » [dans le cadre d’une nouvelle post-religion hybride d’État]).

images2

Salle des Généraux du Château de Wewelsburg (actuelle)

Utilisation du manuel

En ce début de XXIe siècle où les 7 milliards de sous- et de post-citoyens du monde – de plus en plus dépersonnalisés – essaient encore de disputer des « miettes de désinformation » à des guildes de multinationales méta-étatiques et à des guildes de méga-institutions d’État à vocation impériale, j’ai pensé que la maîtrise des techniques de l’information s’avérait primordiale pour réarmer la diffusion des « savoirs stratégiques subtilement cryptés ou censurés » à destination des cultures populaires – autant aux niveaux des sciences exactes qu’aux niveaux des sciences humaines (qui ont toutes perdu actuellement – de manière globale – leur « agrément informationnel d’État »).

Cet ouvrage est donc conçu comme un « exercice d’insurrection informationnelle » et/ou comme un « exercice de contre-propagande », spécifiquement non militaire, non étatique et anti-… impériale contre nos « merveilleuses républiques fédérales » toujours plus schizogéniques, toujours plus autoritaires et, surtout, toujours plus « sécuritaristes » où l’information est devenue « info-guerre », élément clé des pouvoirs étatiques contemporains, des « giga-fortunes » actuelles d’une infime minorité subtilement facistissime de 7 millions d’Oligarques planétaires ou encore élément clé de l’énigmatique soumission civique mondialisée actuelle.

Dédicace

Cet ouvrage n’est pas fait pour le lecteur en général, mais très précisément pour les centaines de millions d’imbéciles, de miliciens, d’Adolfin[e]s et autres « collabos » des régimes hyper-collectivistes et pré-dictatoriaux (dont pro-totalitaires – à moyen terme) de l’actuel G8 [oligarchiste]. Car, ce n’est pas parce qu’ils ont perdu inconsciemment et subrepticement leur Soi et/ou leur identité émotionnelle, qu’ils peuvent aujourd’hui avoir l’illusion de comprendre cet ouvrage. De plus, et peut-être surtout, ils risqueraient de sentir prémonitoirement qu’ils sont déjà… agonisants sur les plans physiologiques, somatiques, neurocognitifs, sociétaux et géopolitiques.

Citations

 

 

« Il y a des endroits où l’on ne sait plus si c’est la terre glaise ou si c’est la chair… »,

Eugène Guillevic,
dans « Fractures », 1947.

« L’être humain est celui qui a inventé les chambres à gaz, mais c’est aussi celui qui y est entré dignement en ayant une prière sur les lèvres. »

Victor Frankl.

« Tout est au service de la barbarie qui vient, l’art comme la science. Où porter les yeux ? Le grand raz de marée de la barbarie est à nos portes. »

FriedrichNietzsche,
La volonté de puissance, II, III, 152, (1873).

« Écoute, petit homme ! [… ] Tes hurlements ne feront pas avancer les choses, petit homme. Tu as toujours cru que la liberté était assurée si tu envoyais des hommes au poteau. Tu ferais bien mieux de te regarder une fois dans la glace. »

Wilhelm Reich,
« Écoute, petit homme ! », 1945.

« Le même phénomène doit se reproduire là où l’État devient unique, mettant un point final à l’évolution. Alors, l’organisme humain pourrait, libéré du joug de l’organisation, apparaître sous une forme plus pure, comme une épiphanie de l’homme. »

Ernst Jünger
dans « L’État universel. »

« Mais il est impossible de fuir le tyran universel. Grâce à la conquête de la nature et à la substitution totale et sans recours de l’espionnage et de la terreur à la loi, le dernier et universel tyran a, à sa disposition, des moyens pratiquement illimités pour découvrir et annihiler les plus modestes efforts de la pensée indépendante. »

Léo Strauss
dans « De la Tyrannie. »

« La contradiction que recèle cette disposition positive de l’article 48 ne vient au jour parce que ce même article 48, sous l’influence de l’évolution historique de ce problème, stipule également, après l’habilitation générale à l’action, que le président peut, pour atteindre cette fin, à savoir le rétablissement de la sûreté et de l’ordre publics, suspendre provisoirement (la durée n’étant pas limitée d’une manière précise), en totalité ou en partie (!), les droits fondamentaux garantis par les articles 114 (liberté individuelle), 115 (inviolabilité du domicile), 117 (secret de la correspondance et secret postal), 118 (liberté de la presse et censure), 123 (liberté de réunion), 124 (liberté d’association) et 153 (propriété privée). »

Carl Schmitt
dans « La dictature ».

« À huit verstes, c’est la colline de la hache,

Dessous une montagne de cadavres,

La maman ne saura jamais

Où repose son garçon chéri. »

Inscription d’un détenu politique anonyme soviétique(SLON ou « Camps des Solovski à destination spéciale », Colline de la Hache). L’immense « Goulag soviétique des Solovki 1919-1939 » – situé sur les îles Solovetski dans la Mer Blanche – était appelé l’« Île », à l’époque, par les détenus politiques soviétiques. [À l’origine, l’Ermitage de la « Colline de la Hache » – fondé au XVesiècle – était un des monastèresde Russie les plus importants. Il a servi ensuite – entre 1919 et 1939 – de… « Centre pré-exécutoire » et de « super-cachot d’isolement sévère » pour les détenus politiques les plus récalcitrants et/ou les moins « rééducables » – à l’époque des premiers Goulags du régime stalinien {mise à la disposition « spéciale » des Polices Politiques à partir de 1918 – tout d’abord de la Vétchéka, puis du GPOU, puis du NKVD par les autorités soviétiques}. Aujourd’hui, les « Iles Solovki » sont devenues un… « Musée historique d’État » et un « parc national officiel »].

« Cela commence autour des yeux, puis rayonne et s’étend. Un spectacle à vous donner la tentation de vous mettre aussi sous la herse. Il ne se passe d’ailleurs plus rien, l’homme commence seulement à déchiffrer l’inscription, il avance les lèvres comme s’il épiait. Vous avez vu qu’il n’est pas facile de lire cette écriture avec les yeux ; Eh bien, l’homme la déchiffre avec ses plaies. C’est un gros travail, certainement ; il lui faut six heures pour finir. A ce moment, la herse l’embroche complètement et le jette dans la fosse où il tombe en faisant plouf sur l’ouate et l’eau sanglante. La justice a fini son œuvre ; moi et le soldat, nous enterrons le corps… »,

Franz Kafka
« Dans la colonie pénitentiaire ».

« On exigeait de chacun qu’il gazouillât. La peau sur les os, il fallait singer la vie publique… »,

Soljenitsyne
dans « L’Archipel du Goulag ».

Samedi 11 juillet 1942, 11 heures du matin.

« Je vais t’aider, mon Dieu, à ne pas t’éteindre en moi, mais je ne puis rien garantir d’avance. Une chose m’apparaît cependant de plus en plus claire : ce n’est pas toi qui peux nous aider, mais nous qui pouvons t’aider – et ce faisant nous nous aidons nous-mêmes. C’est tout ce qu’il nous est possible de sauver en cette époque et c’est aussi la seule chose qui compte : un peu de toi en nous mon Dieu. (…) Il m’apparaît de plus en plus clairement à chaque pulsation de mon cœur que tu ne peux pas nous aider, mais que c’est à nous de t’aider et de défendre jusqu’au bout la demeure qui t’abrite en nous… »,

EttyHillesum,
Auschwitz, 1943, dans « Une vie bouleversée. Journal 1941-1943 »,
Éditions du Seuil, 1985
(Etty Hillesum – née en 1914 – est décédée le 30 novembre 1943 au Camp d’extermination nazi d’Auschwitz).

« Aujourd’hui, l’Occident – ou le G8 – est donc comme un de ces énormes destroyers américains DDG-1000 [ex-DDX équipé du géant et monstrueux Advanced Gun System] de dernière génération (en cours de fabrication et d’équipement pour la troisième guerre mondiale) – bourré d’obus nucléaires – qui courre sur son erre à plein régime, sans pilote, sans aucun garde-fou et en… flamme. Pour être encore plus précis, on pourrait aussi comparer l’Occident aujourd’hui à une longue colonne de char Abrams A1-M1 qui fonce à plein régime – tout en écoutant dans une attitude nonchalante « Waiting for the Sun » des Doors – vers un immense pont qui relie l’Europe et l’Asie – mais qui est saboté au préalable par plusieurs dizaines de charges nucléaires tactiques de démolition reliées à des radio-contacts satellitaires GLONASS et COMPASS… »,

ChristianNots,
Terrorismes d’État 2001-2025, Publibook, 2012.

« Appauvrir, anti-personnaliser puis, aider à mourir les 7 milliards de gueux de la planète. »

ChristianNots,
Le Soi et le Self, Tome III : Aspects épistémologiques et prospectifs,
Chapitre VI, A paraître en 2017.

« Mes bons amis, pour la deuxième fois de notre histoire, un Premier ministre britannique revient d’Allemagne apportant la paix dans l’honneur. Je crois que c’est la paix pour notre temps… Retournez à la maison et dormez paisiblement ».

(« My good friends, for the second time in our history, a British Prime Minister has returned from Germany bringing peace with honor. I believe it is peace for our time… Go home and get a nice quiet sleep. »).

Neville Chamberlain,
Accords de Munich avec Adolf Hitler
(le 29 septembre 1938).

« Je n’ai éprouvé aucune émotion en accomplissant ces actes, car j’avais reçu l’ordre d’exécuter, de la façon dont je vous ai indiqué, les 80 détenus. J’ai d’ailleurs été élevé comme cela »

JosephKramer,
Commandant du camp de concentration français de Natzweiler/Struthof (dédié spécialement à l’extermination des détenus politiques antinazis – classifiés à l’époque «Nuit et Brouillard» [janvier 1943]).

« La vocation de l’État, c’est d’être totalitaire, c’est-à-dire finalement de faire un contrôle précis de tout. Mais je pense tout de même qu’un État totalitaire au sens strict est un État dans lequel les partis politiques, les appareils d’État, les systèmes institutionnels, l’idéologie font corps en une espèce d’unité qui est contrôlée de haut en bas, sans fissures, sans lacunes et sans déviations possibles. C’est la superposition de tous les appareils de contrôle en une seule et même pyramide, et le monolithisme des idéologies, des discours et des comportements. »

Michel Foucault, Dits et écrits II, La sécurité et l’État (p.386).

« L’État est une ferme domination sur les peuples ; et la raison d’État est la connaissance des moyens propres à fonder, conserver, et agrandir une telle domination et seigneurie. »

Botero, Giovanni,
La Ragion di Stato, Donzelli, Rome, 1997.

« Issus de la génération sans roi, alors ils rejetteront loin d’eux la pensée aveugle ; et ils piétineront la mort qui vient des autorités ; et ils monteront vers la lumière illimitée où habite cette semence. Alors les autorités se dessaisiront de leurs temps de domination ; et leurs anges pleureront sur leur destruction ; et leurs démons se lamenteront sur leur mort. »

Bibliothèque copte de Nag Hammadi
(Ecrits cachés dans des jarres – trouvés en Egypte en 1945)
,
« De la nature foncière des autorités »,
dans « L’Hypostase des Archontes ».

« Non, on ne doit pas dire : tout ce qui est utile pour le peuple est droit ; mais, au contraire, seulement ce qui est droit sera utile et profitable pour le peuple ».

Gustav Radbruch,
Cinq minutes de philosophie du droit, 1947.

« Car, quand on étudie la symbolique trans-religieuse et transmillénaire de fond en comble, on se rend compte que les flèches très effilées des cathédrales, des pyramides, des pagodes, des temples et des mosquées sont toujours (intentionnellement) en contradiction totale avec, respectivement, leurs cryptes, leurs puits, leurs caves, leurs arches ou encore leurs pierres noires. En fait, elles devaient obligatoirement être reliées (au sens étymologique de religere) au niveau collectif à la fois par analogies rituelles, par mises en sens et par conscientisations matricielles et verticales afin que les humains (nos milliards de gueux passés et/ou actuels) puissent accéder de manière salvatrice à leur humanité spirituelle. Quand ces processus transmillénaires et transgéographiques sont rompus et/ou sont préemptés par une élite dissociée ou par une élite perverse de pouvoir – de manière indue (élite qui se les approprie ou qui les réusine manipulatoirement en liturgies politiques et en religions totalitaires), on appelle cela le totalitarisme ».

Christian Nots,
Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045,
Introduction, Publibook, 2015.

« On est donc en train de passer de l’ancien algorithme [principalement] intra-national du XXe siècle « Qui autoriser à vivre et qui doit-onaider à mourir ? » à l’algorithme méta-polémologique actuel – posé secrètement depuis très peu de temps par nos Oligarques géo-criminels actuels : « Appauvrir, anti-personnaliser puis aider à mourir l’ensemble des gueux de la planète… » (Algorithme que nous appelons aussi le… ProtocoleAdolf). »

Christian Nots,
Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045,
Chapitre VIII, Publibook, 2015.

« David remarqua que quelque chose de vivant avait bougé derrière le grillage, en haut du mur ; il crut d’abord à un rat puis il comprit que c’était un ventilateur qui s’était mis en marche. Il sentit une faible odeur douceâtre. Le bruissement des pas s’interrompit, on n’entendait plus que quelques paroles indistinctes, des plaintes, des cris rares et brefs. Ils n’avaient plus besoin de paroles et les actes n’avaient plus de sens ; les actes sont orientés vers l’avenir et il n’y avait plus d’avenir dans la chambre à gaz. »

VassiliGrossman,
2epartie, § 48, dans « Vie et destin », 1983.

« Peut-être pouvons-nous désigner ce phénomène général en disant que les Allemands sont saisis, possédés, “affectés”, par quelque-chose. Ces expressions présupposent des sujets affectés, mais aussi quelqu’un qui les affecte. Si, précisément, on se refuse à déifier Hitler, ce qui, il est vrai, lui est déjà advenu, il n’entre plus en ligne de compte que Wotan, qui est un agresseur des hommes. »

CarlGustavJung,
Wotan, Neue Schweiser Rundschau, Neue Folge,
Cahier II, Mars 1936.

« Alors que les Oligocraties fédérales – qui s’installent aujourd’hui en Europe comme aux Etats-Unis – sont en train d’arriver à terme avec un joli bébé méta-totalitaire à naître – qui s’appellera ‘Oli-… garchie’. Mais, ça ne sera pas une fille… Car, ce sera un monstre asexué, alexithymique et déshumanisé – à l’image biocratique de ses sulfureux géniteurs néolibéraux… ».

Christian Nots,
Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045,
Conclusion, Publibook, 2015.

« Le destin de tout être humain est de mourir, ce qui est le plus grand de tous les échecs. Mais s’il peut se soumettre complètement et entièrement, s’il peut échapper à son identité, s’il peut se plonger dans le parti jusqu’à être le Parti, il est alors tout-puissant et immortel. [… ] Ne pouvez-vous pas comprendre que la mort de l’individu n’est pas la mort ? Le Parti est immortel. »

GeorgeOrwell,
1984, Gallimard, 1950.

« Pour faire court, il s’agit pour l’infime minorité dissociée d’Oligarques actuels – qui dirigent Totalitaria et/ou les USAE actuels, de réusiner fascistissimement l’identité des 7 milliards de gueux mondiaux par les algorithmes suivants : Passer de l’ancienne âme-temple, de l’antique monde-temple et des vieilles communautés-temple à l’âme-crypte (appliquée aux masses), au monde-crypte (qui est déjà contemporain) et aux communautés-cryptes (qui sont déjà actuelles…) »

Christian Nots,
Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045,
Introduction, Publibook, 2015.

« [… ] je vis un petit garçon d’une dizaine d’années qui menait un énorme cheval de trait le long d’un étroit sentier, le fouettant chaque fois qu’il tentait un écart. L’idée m’a frappé que si de tels animaux prenaient conscience de leur force, nous n’aurions plus aucun pouvoir sur eux et que les hommes exploitaient les animaux à peu près comme les riches exploitent le prolétariat. »

George Orwell,
La ferme aux animaux, 1947.

« Soixante-dix ans déjà

A quelques encablures

Le cimetière espagnol et ses quatre-vingt-une croix

Se cache dans les champs comme d’autres se cachèrent dans

La forêt

Je vais m’y recueillir

Je ne trouve pas la petite gare toute proche d’où venaient

Tous les jours des trains de miliciens à travers champs

Ni vu ni connu »

Jean François Gomez,
Hautes Terres, Poèmes d’exil et d’initiation,
Un Camp à Septfons, l’Harmattan, 2013.

« Où est la nuit ? Une telle nuit ne pourra plus jamais se reproduire, car seule la mort donne toujours une perspective différente à tout ce qui a disparu.

Ils sont encore assis à table, ils se cachent dans les sourires des femmes,

Et ils vont boire à petites gorgées dans nos verres, les amis pas encore enterrés et attendant, gisant dans les forêts lointaines, endormis dans les pâturages étrangers ».

MiklósRadnóti,
Lager Heidenau (Zagubica), 17 août 1944, Poète hongrois abattu d’une balle dans la nuque le 9 novembre 1944 par un milicien puis retrouvé dans une fosse commune après la guerre près d’un petit village hongrois dénommé Abda (Lors de l’exhumation du corps, ses derniers poèmes – viscéralement manuscrits et trempés des fluides corporels post-mortem de l’écrivain – ont été retrouvés soigneusement cousus dans unedes poches de son imperméable usé ; ce dernier pensait – à juste titre – qu’on les retrouverait après sa mort au fond d’un charnier où il supposait qu’il finirait)

« Il faut retrouver le sens de la crypte. Lorsque l’ImagoTempliest détruite, on se sait même plus que l’on est au fond d’une crypte. Le monde estdésorienté; il n’y a plus d’Orient».

HenryCorbin,
Temple et contemplation, L’Imago Templi face
aux normes profanes, Flammarion, 1980

Concrètement, si Georges Orwell pouvait encore écrire en 1948 « Si vous désirez une image de l’avenir, imaginez une botte piétinant un visage humain [… ] pour toujours… », Nous pouvons dire aujourd’hui en 2015 que « Si nous voulons une image contemporaine de notre hyper-anxiogène et sinistre avenir occidental, il nous faut imaginer une grenade à fragmentation qui explose au centre d’un cerveau humain. La botte piétinant un visage humain restant ici compatible, voire complémentaire… ».

Christian Nots,
Totalitarismes et Oligarchismes du G8 entre 2014 et 2045,
L’incubation transhistorique de l’« Anti-Soi noir universel »
(Introduction), Publibook, 2015.